Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Barack Obama retardera la fermeture de Guantanamo. D’autres surprises (...)

Barack Obama retardera la fermeture de Guantanamo. D’autres surprises à venir ?

En m’inspirant de Coluche, j’aurais le goût de dire : « Grand concours de plaisanteries politiques aux États-Unis. Premier prix : un an à Guantanamo ! » Analyser la politique ou l’observer avec un certain recul exige de ne pas céder au cynisme. La tentation est forte parfois de se moquer des politiciens tant leur mauvaise foi est flagrante : « promettre avant, réfléchir après ».

Joe Biden accordait, le 21 décembre dernier, une entrevue à l’émission This Week sur la chaîne américaine ABC. Et qu’a dit le vice-président des États-Unis qui prendra ses fonctions le 20 janvier prochain ? « L’économie US est dans un "état bien pire" que ce qu’il imaginait ». Sans un deuxième plan de relance, l’économie américaine va sombrer, « purement et simplement », avait ajouté Joe Biden. Et la conséquence prévisible est bien évidemment que, selon lui, les autres objectifs de l’administration, en termes de politique étrangère et intérieure, dépendraient entièrement du rétablissement de l’économie.

Gérer le changement, aux yeux de Barack Obama, c’est aussi « gérer la réussite de ses prédécesseurs », selon ses déclarations. Le mercredi 7, il y a eu réunion des présidents américains passés, présent et futur à la Maison Blanche. « Avoir la possibilité de recevoir leurs conseils, leurs bons conseils, et la camaraderie avec ces hommes est quelque chose d’extraordinaire pour moi, et je suis très reconnaissant envers chacun d’eux », a confié le président désigné.

Depuis son élection, les nouvelles tombent sur les États-Unis comme la misère sur le dos des riches : perte de 2,6 millions d’emplois en 2008, un taux de chômage avoisinant les 9 ou 10 %, une crise qui affecte plus d’un salarié sur cinq. Pour le seul mois de décembre 2008, 524.000 emplois ont disparu, portant ainsi le chiffre du chômage à 7,2 %, le plus haut depuis 1983. Barack Obama et son équipe en sont venus à la conclusion qu’il faut ajouter une ponction d’au moins 800 milliards de dollars dans l’emploi. Son objectif est audacieux : son administration vise la création de 4,1 millions d’emplois sur deux ans. Parmi les autres éléments de son plan, Barack Obama a cité une réduction d’impôts de 1.000 dollars pour les familles de la classe moyenne.

Frank Lesh, de FuturePath Trading à Chicago, ne cache pas son scepticisme : « Je pense que nous sommes partagés entre la volonté de croire en la nouvelle administration et les plans de relance et les très mauvaises perspectives économiques. Pour l’instant on s’attend quasiment au pire. Peut-être qu’on en sortira pas aussi mal ».

Depuis des semaines, Barack Obama rencontre la presse. Il se veut rassurant. Il entend maintenir le cap de ses engagements électoraux. Il promet de rompre avec les pratiques controversées de son prédécesseur, Georges W. Bush : « J’ai été clair durant cette campagne, et j’ai été clair pendant cette transition sur le fait que sous mon administration, les États-Unis ne torturent pas ». Il a adressé des reproches au vice-président Cheney : « Le vice-président Dick Cheney, je crois, continue de défendre ce qu’il qualifie de méthodes ou procédures extraordinaires en matière d’interrogatoire, alors qu’à mon sens la simulation de noyade est de la torture » (Vice President Cheney, I think, continues to defend what he calls extraordinary measures or procedures when it comes to interrogations and from my view, waterboarding is torture).

Georges W. Bush n’a pas tardé à réagir : « Mon inquiétude, c’est qu’un jour l’Amérique baisse la garde. Et le pays sera très vulnérable si nous faisons cela ». Tout en rejetant le mot « torture », Georges W. Bush ajoute : « Mon point de vue, c’est que les techniques employées étaient nécessaires et sont nécessaires dans des circonstances rares pour obtenir les informations nécessaires pour protéger les Américains ».

D’une manière surprenante, Barack Obama a déclaré qu’il tiendrait compte du conseil donné par l’actuel vice-président Dick Cheney de ne pas écarter, uniquement par principe, la stratégie de l’administration Bush (If I had advice to give it would be, before you start to implement your campaign rhetoric, you need to sit down and find out precisely what it is we did and how we did it, because it is going to be vital to keeping the nation safe and secure in the years ahead).

Barack Obama est sorti de son mutisme sur ce qui se passe au Proche-Orient. Il entend s’engager dans le processus de paix et sur la question du nucléaire iranien dès son investiture. « Nous disposions des meilleures personnes possibles qui pourront s’engager immédiatement dans le processus de paix au Proche-Orient », a déclaré le président élu. Le président élu a laissé planer un message volontairement ambigu : « L’équipe va contacter tous les acteurs là-bas et travaillera pour mettre en place une approche stratégique pouvant assurer que les Israéliens et les Palestiniens voient leurs aspirations satisfaites ». Mais en même temps, il a réitéré qu’il continuait de penser qu’Israël avait le droit de défendre ses citoyens.

Selon The Guardian, l’équipe de Barack Obama pourrait envisager d’établir des contacts officieux avec le Hamas, délaissant ainsi la doctrine Bush qui avait tendance à chercher par tous les moyens à l’isoler. Comme le précise The Guardian, Barack Obama n’a pas endossé cette ouverture mais il ne pourra rester insensible aux avis de ses conseillers qui le pressent d’emprunter cette voie s’il veut la paix au Proche-Orient. Ce qui ne sera pas sans déplaire à Israël. À ce propos, Newsweek exhorte Barack Obama à se montrer très dur, plus dur que ses prédécesseurs, avec Israël afin de faire avancer la paix dans la région : « [...] the days of America’s exclusive ties to Israel may be coming to an end. Despite efforts to sound reassuring during the campaign, the new administration will have to be tough, much tougher than either Bill Clinton or George W. Bush were, if it’s serious about Arab-Israeli peacemaking ».

La tentation sera forte de diaboliser davantage l’Iran. Il est des discours qui rassurent, notamment celui qui consiste à dire que l’Iran développe sa bombe atomique à des fins bellicistes. Barack Obama, dans sa volonté de s’éloigner de la doctrine Bush, s’est engagé à adopter une nouvelle approche basée sur le respect et sur une volonté de dialogue avec Téhéran (a new emphasis on respect and a new willingness). Toutefois, il entend bien demander des comptes à l’Iran qu’il accuse « d’exporter le terrorisme » à travers le mouvement palestinien Hamas et le mouvement radical chiite Hezbollah.

Au plan intérieur, il en va peut-être différemment. Aux organismes de défense des droits de l’homme et des droits civiques qui réclament des poursuites judiciaires contre des responsables de l’administration Bush, Barack Obama répond : « peut-être ». Parce que le futur président préférerait aller de l’avant plutôt que de se pencher sur le passé. Tellement plus simple. La proposition du représentant démocrate, Jerrold Nadler, qui s’est de son côté prononcé pour la nomination d’un procureur indépendant, se rendra-t-elle jusqu’au futur président ? « Nous n’avons pas beaucoup d’espoir que Barack Obama prenne ce risque », écrit le New York Times qui plaide pour une commission indépendante. L’Agence France Presse rapporte que, selon Thomas Mann, politologue à la Brookings Institution, « ouvrir une enquête fâcherait les républicains et diminuerait la capacité [de Barack Obama] à rassembler très largement sur les nombreuses réformes ambitieuses qu’il entend mener sur d’autres fronts ».

Guantanamo semble être une autre épine pour Barack Obama. Il prévient : il ne fermera pas, comme il s’y était engagé, Guantanamo dans les cent premiers jours de sa présidence. Il a évoqué une complexité juridique : « C’est plus difficile que nombre de gens ne le pensent. [...] Je crois que cela va prendre un certain temps et nos équipes de juristes travaillent avec les responsables de la sécurité nationale, en ce moment même, pour arriver à savoir exactement ce que nous allons faire ».

Au Canada, Amnistie internationale n’apprécie pas. Pour la porte-parole de la section canadienne, Béatrice Vaugrante, il a été aussi difficile de mettre en place ce système et les États-Unis y sont parvenus. L’organisme demande à Barack Obama de préciser la date de fermeture de la prison et le mécanisme légal qui la remplacera. Barack Obama rassure tout le monde sur ses intentions : « Je ne veux pas qu’il y ait d’ambiguité sur cette question. Nous allons fermer Guantanamo et nous allons le faire de manière à être sûr que les procédures que nous mettons en place respectent notre constitution ».

Il faudra voir si Barack Obama incitera le premier ministre du Canada, Stephen Harper, à rapatrier le seul Canadien détenu à Guantanamo, le jeune Omar Khadr.

Il y a encore 275 prisonniers à Guantanamo, classés comme combattants ennemis pour des soupçons de terrorisme ou de liens avec Al-Qaeda et les talibans. Faut-il rappeler que la plupart d’entre eux n’ont été accusés d’aucun crime, et certains sont en prison depuis plus de six ans.

Ils devront attendre des avis juridiques plus fermes avant que l’équipe de Barack Obama ne dispose enfin de leur sort. Un enfant-soldat, Omar Khadr, croupit depuis six ans à Guantanamo. Il n’avait que quinze ans lorsqu’il est arrivé dans ce paradis cubain. Des documents rendus publics ont révélé que Khadr avait subi des violences physiques et psychologiques de la part de ses geôliers américains. Ces derniers l’ont entre autres menacé de viol, maintenu en isolation et en positions de stress, ainsi que privé de sommeil. Quelques mois de plus...

Voici une entrevue toute récente avec Barack Obama qui répond à la question de nommer un enquêteur indépendant pour passer en revue les exactions de l’administration de Georges W. Bush.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Tonton Tall 12 janvier 2009 10:56

    Obama n’est pas du tout musulman
    Sa mère blanche était agnostique et elle a juste vécu quelques années avec un indonésien musulman que le jeune Obama n’aimait pas du tout, ce qui a provoqué son retour rapide chez ses grands-parents maternels aux USA.
    Quant à son père kenyan, Obama l’a vu pendant peut-être un mois sur toute sa vie. Et avec lui non plus, il n’était pas question d’Islam.
    Un livre à lire : "les rêves de mon père"


  • Cascabel Cascabel 18 janvier 2009 15:00

    Bonjour Tall

    Oama is nobody.
    Ce type là refuse de présenter ses papiers au peuple américain et la Cour Suprême a estimé la question trop délicate pour être questionnée. 
    Ce dont nous sommes sûrs c’est qu’il a été inscrit à l’école publique en Indonésie sous le nom de Barry Soetoro en tant que citoyen indonésien de confession musulmane. Qu’il soit aujourd’hui musulman n’a à la rigueur pas une importance majeure. On voudrait savoir qui il est exactement et pourquoi il cache TOUS les papiers pouvant l’identifier. Obama cache manifestement quelque chose. 
    Enfin si vraiment il ne souhaitait pas un prénom musulman il aurait pu le changer, c’est parfaitement possible. Mais il préfère jouer de cela tout en s’inclinant devant le mur des lamentations.

    Barak Hussein Obama, alias Barry Soetoro, la nouvelle imposture.


  • Tonton Tall 12 janvier 2009 10:46

    Ce n’est pas parce que Guantanamo ne sera pas fermé tout de suite, que le régime de vie à l’intérieur ne changera pas tout de suite. Et c’est déjà beaucoup.

    Ensuite, tant qu’Obama n’est pas Président, il doit encore faire attention à ce qu’il dit


    • l'homme pressé l’homme pressé 12 janvier 2009 11:01

      @l’auteur
      Bravo pour votre article : une intéressante mise au point sur ce qui se dessine avant même l’investiture de B. Obama. Elle ne surprendra que les naïfs qui confondaient Obama et Messie.

      La future administration américaine - certains ont déjà observé qu’elle recycle bon nombre de collaborateurs de l’équipe Clinton des années passées - s’annonce finalement pas très différente de celle des huit dernières années dans ses objectifs : America first ! Sur la forme, les appartences seront plus soft, mais sur le fond il ne faut pas s’attendre à des bouleversements.
      La façon dont Obama s’implique ostensiblement pour préserver l’économie US contraste fortement avec le silence assourdissant à propos du conflit Israël/Palestine (pudiquement dissimulé derrière le rappel qu’il n’y a qu’un président à la fois) montre bien quelles sont ses priorités : les questions intérieures.

      Alors les prisonniers de Guantanamo... ils peuvent bien attendre. Il ne faut pas oublier que Guantanamo n’est pas une création des seuls GW Bush et son équipe. Il y a eu des juges américains pour statuer que Guantanamo n’est pas sur le territoire US, donc la loi US ne s’y applique pas.

      Ceux qui ont cru ou croient encore au miracle Obama ne sont pas au bout de leurs surprises, en effet.


      • Gilles Gilles 12 janvier 2009 15:45

        Non, cela ne leur évitera pas. Aprés tout à chaque élection on a droit au même cirque du style

        "ou le méchant, il ne tient pas ses promesses ; c’est un menteur, il se sert avant tout les autres.etc etc " le sempiternel discours larmoyant de gogos mous du bulbe qui n’entravent rien à la politique, l’économie, la géopolitique et qui de toute façon s’en foutent et ont la mémoire défaillante

        Ils veulent des promesses de moins d’impôts et de sécurité...et aprés ça le déluge ! Alors pourquoi ne pas leur servir la soupe à la merde puisque se sont ces crétins qui décident de l’élection ?

        Ras le bol de ce ramassis d’esclaves enchainés, et encore plus marre, de leur gérémiades. Assumez votre vote et ne vous reproduisez pas car si la démocratie part en couille, c’est bien votre faute, pas à celle de Sarko qui n’est que l’un des vôtre


      • Philou017 Philou017 12 janvier 2009 18:38

        Le probleme qu’ils ont à mon avis ; c’est que s’ils fermaient Guantanamo, une bonne partie sinon la totalité des prisonniers devraient être libérés, pour cause de graves irrégularités et d’inconstitutionnalité de la détention.
        D’où les diifficultés "juridiques".
        Le futur gouvernement Obama s’attirerait toutes les accusations de laxisme s’il devait libérer les prisonniers, dont pourtant beaucoup ne sont accusés que par des dénonciations sans fondement.

        Pourtant le gouvernement Obama doit fermer Guantanamo, malgré la folie sécuritaire qu’a implanté dans les esprits de certains américains le clan néo-cons.


      • John Lloyds John Lloyds 12 janvier 2009 11:19

        Guantanamo ne fermera pas, cette oeuvre des néocons est si pratique qu’ils continueront de l’exploiter pour leur basse besogne. Un lieu où tout est permis, avec un bras d’honneur à la communauté internationale, vous pensez quand même pas qu’ils vont se gêner. Il y a même lieu de craindre, si le pays s’effondre, qu’ils en ouvrent d’autres


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 12 janvier 2009 20:12

          John Lloyds

          La question des prisonniers de Guantanamo est une véritable épine dans le pied de Barack Obama. Au plan juridique, surtout. José Luis Zapatero a bien cerné le problème : « Si j’anticipe (une éventuelle demande de Washington), cela pose de sérieux problèmes légaux ». Le Portugal a, comme on le sait, proposé à ses partenaires européens de répartir, dans plusieurs pays d’accueil au sein de l’UE, les prisonniers n’ayant pas encore été jugés, et passibles de persécutions s’ils sont renvoyés dans leur pays d’origine. Accueil mitigé au sein de l’UE.

          Pour les organisations de défense des droits de l’homme, la proposition portuguaise constitue en soi une solution pour fermer la prison militaire américaine. Human Rights Watch s’est aussi déclarée en faveur d’un tel système, dont les modalités restent à déterminer.

          Par contre, les Pays-Bas, le Danemark ou la Suède ont fait savoir que les Etats-Unis ont, selon eux, le devoir de prendre en charge les suspects arrêtés puis transférés sans jugement à Guantanamo. L’Allemagne a donné son accord si l’UE définit des critères communs. La France réserve sa réponse. Il faut lire le Washington Post sur la volte-face européenne.

          Comme l’explique la Tribune des droits humains, l’autre volet du dossier, de loin le plus explosif, est politique. « Accueillir des détenus de Guantanamo pour permettre une fermeture rapide de ce camp serait à coup sûr salué à travers le monde. Mais cela relancerait aussi l’affaire minée des vols secrets opérés par la CIA au-dessus de l’espace aérien européen dans les années 2002-2003. Or l’un des chefs de gouvernement accusés d’avoir alors fermé les yeux sur ces transferts illégaux n’est autre que… l’ancien premier ministre portugais José Manuel Barroso, aujourd’hui président de la Commission européenne et candidat à un second mandat après les élections européennes de juin prochain ».

          Plus explosif encore, toujours selon la Tribune des droits humains : le conseiller aux Etats suisse, Dick Marty, affirmait, dans le cadre de son investigation au nom du Conseil de l’Europe, que 14 pays européens avaient collaboré ou toléré le transfert par avion de terroristes vers des centres de détention secrets. Il a également confirmé l’existence de centres de détention secrets en Pologne ou en Roumanie. En février 2007, le parlementaire helvétique s’était vu refuser l’accès à Guantanamo.

          Pierre R.


        • Jean-paul 14 janvier 2009 17:44

          @ john lloyds
          Guantanamo fermera sous les 100 premiers jours d’Obama a la presidence .


        • ZEN ZEN 12 janvier 2009 11:34

          Bonjour Pierre

          Oui, d’autres surprises..


          • Tonton Tall 12 janvier 2009 12:10

            zen
            Avant de suggérer qu’Obama pourrait être un bigot, lis d’abord l’histoire de sa jeunesse, analphabète !


          • viking 12 janvier 2009 15:17

            Eh ! Dis donc tonton max tatall

            Une messe pour l’investiture. Incroyable dans un pays laïc où toutes les religions du monde peuvent co-exister parce qu’elles ont toutes suivi les émigrants… amen moi la soupe Allah crème

            Incroyable. Cette messe sera t’elle dite selon le rite orthodoxe, catholique, protestants, évangélique, anglican et pendant qu’on y est pourquoi pas bouddhique ? Un chrétien bouddhique dans un pays aussi tordu que l’USA ça devrait exister sinon il faudrait l’inventer.

            Quant à Obama, c’est comme pour nous avec Sarkozy, nous le jugeons sur ses discours et ce n’est pas lui qui les rédige.

            Je crois que nous nous faisons beaucoup d’illusion sur la démocratie aux Etats Unis. D’ailleurs, il y a un fait qui nous démontre que le système américain n’est pas conforme à l’idéal républicain, c’est qu’il y a deux présidents en exercice en même temps. L’un doit fermer sa gueule pendant que l’autre répand ses peaux de banane en le mettant devant le fait accompli.

            Un deuxième fait qui nous démontre aussi que les USA ne sont pas vraiment une république, c’est que le président des Etats Unis peut ne pas avoir été élu comme ce fut le cas pour Johnson après l’assassinat de Kennedy.
             
            Le fait qu’on puisse assassiner le président en prévoyant qui prendra la succession prouve seulement que ceux qui ont rédigé la constitution américaine n’étaient pas aussi intelligents qu’on le croit. Ils n’ont pas prévu l’assassinat à moins qu’ils l’aient fait exprès justement pour pouvoir assassiner au cas où le peuple voterait de travers ce qui, du coup, devient très intelligent pour ceux qui complotent contre la souveraineté du peuple.

            Pas d’autres conneries à dire pour l’instant. smiley

             


          • Tonton Tall 12 janvier 2009 16:33

            Djanel
            Sincèrement, tu aurais dû être prof de philo, tu as toutes les qualités requises


          • John Lloyds John Lloyds 12 janvier 2009 14:37

            "2009 s’annonce réjouissant"

            Oui, l’année de l’extase des humanistes. Ils l’ont voulu, ils l’ont eu ... Bienvenu dans le rêve de Martin Luther King smiley


          • JL JL 12 janvier 2009 15:13

            @ John Eastwood : ""les colons sont déjà bien installés et sont assez nombreux pour élire ad vitam eternam un gouvernement de guerriers extrémistes, à l’image de Tvipi Livni, la Nikita locale, qui a commencé sa carrière au Kidon, le commando d’élite des services secrets israéliens, spécialisé dans l’assassinat de terroristes.""

            Ceci me rappelle une histoire :

            La haine de l’Indien, fruit de la cupidité : La grande nation blanche

            "Nous devons à la découverte des métaux précieux, et à la passion qu’en ont ceux qui les cherchent, l’exploration des grandes plaines sauvages de l’Ouest, qui jamais n’auraient pu être conquises en un siècle d’expansion normale et continue. Ces hommes ont construit de grands Etats fédéraux et peuplé un vaste continent. Pressés et désorientés, n’ayant que l’or et l’argent en tête, ils n’avaient ni le temps ni encore moins l’envie de seulement songer à la question des droits de ceux qui détenaient jusqu’alors ces terres. Des hommes capables de démolir la maison d’un de leurs amis blancs s’ils trouvaient un filon d’or au-dessous n’allaient pas se laisser intimider par des droits territoriaux et des limites de réserves.

            Ce sont les chercheurs d’or et les cow-boys qui nous ont valu le plus de complications avec les Indiens. Les uns parce qu’ils étaient en quête de métal précieux, les autres parce qu’ils étaient en quête de bons pâturages ; les uns ont envahi les montagnes, les autres ont voulu s’approprier la prairie et les vallées ; ni les uns ni les autres ne se souciaient des droits des Indiens, ni n’avaient beaucoup de patience pour leurs revendications ; les uns et les autres haïssaient les Indiens avec une violence qui était le fruit de leur cupidité ; les uns et les autres haïssaient le gouvernement dont ils pensaient qu’il protégeait les Indiens et les laissait s’appauvrir à leurs frais. Les uns et les autres étaient prêts et résolus à attiser tout conflit entre le gouvernement et les Peaux-Rouges, afin de provoquer une diminution du nombre d’Indiens et de réduire leurs territoires. Ils sont allés partout, acculant toujours les Indiens au mur, cherchant toujours à dénoncer l’incurie des lois, de l’Etat, et l’incapacité du gouvernement à imposer des mesures impopulaires. Ils rendirent ainsi tous les traités avec les Indiens superflus et dérisoires.

            Les chercheurs d’or ont exploré et peuplé Black Hill en dépit du gouvernement et des Indiens ; les cow-boys s’empareront des " territoires des Indiens " en dépit du gouvernement et des Indiens. Ce n’est qu’une question de temps, et pas même d’un temps très long.

            Les êtres doués de quelque humanité, qui nourrissent dans leur cœur un véritable intérêt pour les Indiens, devraient reconnaître pour leur bien que ce gouvernement n’a pas le pouvoir de maintenir le statu quo. L’Indien doit être doté des droits et des devoirs du citoyen, sans quoi il disparaîtra. La plupart des habitants de ce pays peuvent bien être décidés à le maintenir dans son inactivité, dans sa pauvreté et dans la possession de ses territoires tant qu’il n’entrave pas la marche d’une grande nation blanche. Les chercheurs d’or et les cow-boys n’y sont pas décidés, et ils sont sur place. Ce sont eux qui résoudront le problème."

            Dodge, col. Richard Irwing : Our Wild Indians, 1883 (Réf. : FAR WEST, éd. PML)

            http://onlinebooks.library.upenn.edu/webbin/book/lookupid?key=olbp34819 http://books.google.fr/books?id=VNuo4mNz894C&dq=our+wild+indians&printsec=frontcover&source=bl&ots=TcNAyi8Lwn&sig=rEMKMcdcNMqw9yO6zqyZ_rsyiGE&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=9&ct=result#PPA98,M1


          • Bois-Guisbert 12 janvier 2009 12:32

            D’autre surprises à venir ?

            D’après la Stampa, de Turin, les réformes de la santé et de la prévoyance sociale sont renvoyées sine die...

            Les obamistes rabiques observent donc que leur idole fait ainsi la preuve de son... pragmatisme.


            • wesson wesson 12 janvier 2009 12:57

              Bonjour l’auteur,

              voyez-vous, pendant que tout le monde sortaient les cotillons et soufflait dans les langues de belle-mêre, il y en avait quand même quelques uns ici pour garder la tête froide. Ok, M. Obama est noir et il est démocrate. Et alors ? Il n’en reste pas moins qu’il s’agit du candidat ayant collecté le plus d’argent pour son élection qui a été élu, et que ce n’est pas à coup de 1 ou 2 $ de dons sur son site web qu’il en est arrivé là.

              M. Obama a donc fort logiquement constitué une équipe reprenant en gros les personnes d’influence de ses meilleurs donateurs, et s’applique également à ne pas décevoir ceux qui ont signé le chèque. 

              Rien d’anormal en cela. Ce qui était plus anormal, c’est l’engouement médiatique excessif pour ce président, dont on commence déjà à comprendre qu’il fera autant voir plus de la même chose que ses prédécésseurs.

              Bref, ce report de la fermeture de guantanamo m’étonne aussi peu que le report de la mise en place d’une vrai sécurité sociale par Clinton, qui l’avais pourtant promis dans sa campagne. 


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 12 janvier 2009 20:26

                Wesson

                Vous avez raison. Les chaînes de télévision américaines se déchaînent, comme le rapporte Le Telegramme, pour couvrir l’investiture de Barack Obama. NBC promet rien de moins que 21 heures de couverture continue, dont une heure en direct des bals répartis dans la capitale fédérale. CBS et ABC auront aussi des programmes intensifs. C-SPAN, la chaîne publique qui retransmet les sessions parlementaires, diffusera la totalité des festivités, y compris le voyage en train que Barack Obama effectuera le 17 janvier de Philadelphie à Washington. En tout, quatre jours de reportage intégral. Même les chaînes habituellement éloignées de la politique sont de la partie, comme la chaîne musicale MTV, la chaîne de loisirs orientée vers la population noire BET et la chaîne pour enfants Nickelodeon.

                Une retransmission en direct et en haute-définition sera proposée aux télévisions européennes. Le service en haute-définition est principalement destiné aux membres européens de l’Union européenne de radio-diffusion (UER). Selon Bill Dunlop, chef de la division américaine d’Eurovision, partout en Europe des télévisions ont prévu des programmations spéciales pour diffuser en direct ce jour historique. Selon les propres chiffres d’Eurovision, 3.000 diffuseurs dans le monde sont connectés à sa plateforme, qui diffuse des images par satellite et par fibre optique.

                Comme l’indique Cyberpresse, l’endroit où être vu cette année pour les célébrités et les vedettes de Hollywood est l’investiture du président Barack Obama à Washington. De Sting à Tom Hanks, de Bruce Springsteen à George Clooney, de très grands noms du « show-business » devraient faire le déplacement dans la capitale fédérale pour l’accession au pouvoir du 44e président des États-Unis, selon la presse américaine. Certains sont déjà prévus au programme officiel, comme la « reine de la soul » Aretha Franklin.

                « Je pense que les célébrités se réjouissent d’être associées à Barack Obama », qui a tenté et souvent réussi au cours de sa campagne à projeter l’image d’un homme charismatique et « cool  », explique Robert Thompson, professeur de communication à l’université de Syracuse (New York, est).

                Pierre R.


              • wesson wesson 13 janvier 2009 09:45

                @ l’auteur,

                Bonjour Pierre,

                Ben tiens, voilà que je suis jaloux !

                La première visite à l’étranger de M. Obama sera pour vous...

                C’est logique d’ailleurs, après avoir pris les clé de sa nouvelle maison, on commence par visiter le jardin de devant (le Canada), et le jardin dans l’arrière court (le Mexique)


                En fait, ce qui est vraiment amusant, c’est que la presse ici semble se désoler que la première visite d’Obama ne soit pas pour la France ... ce qui dénote bien le chauvinisme et l’incommensurable foi en notre propre importance de nos médias smiley


              • ASINUS 12 janvier 2009 13:13

                yep wesson , le fait est que pour des motifs et des tendances différentes nous ayons étés plusieurs a le leur dire dés début 2008 mais ils avaient pour Obama les yeux de chimene , rendez vous compte un black !
                ça ne peut etre qu un liberateur , yep au fait Condy Rice elle est quoi ? nos grands penseurs decouvre
                que derriere la toge le nouvel Hadrien ben il a le gladio bien en pogne yep


                • fonzibrain fonzibrain 12 janvier 2009 13:18

                   quand l’espoir de ces millions de personnes va tomber
                  et que les gens comprendront que obama ou pas obama c’est foutu
                  laissez tomber les émeutes.

                  jim roger est catégorique
                  le dollar va s’effondrer


                  nos états vont surement tomber aussi
                  à engager toutes les resources des nations
                  il ne restera rien après le tsunami
                  hyperinflationiste


                  savez vous que la masse monétaire européenne augmente de manière disproprtioné
                  les usa,ont même arrété de publier cet indicateur le m3 en 2006,on comprend aujourd’hui pourquoi


                  et ca imprime,ca imprime du pognon
                  pognon que l’on achète en plus,
                  à des banquiers internationaux.

                  vu comment ca tourne en europe
                  quand israél massacre à gaza

                  nos dirigeants ont la confirmation 
                  que la division est là
                  l’immigration est devenu héréditaire
                  l’islamphobie,ce nouvel antisémitisme pollue les cerveau.

                  obama n’est pas la pour rien
                  c’est une immense opération psychologique


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 12 janvier 2009 13:21

                    À tous

                    Merci pour vos commentaires. Je retiendrai ceci pour l’instant :

                    a) Je suis d’accord avec Tall. Je ne crois pas que Barack Obama soit musulman.

                    b) sur l’équipe de Barack Obama,  : à l’époque, Clinton avait choisi de rompre avec les anciens de l’administration Carter. Il a fait marche arrière après une série de faux pas de quelques membres de son équipe. Notamment la précédente tentative de réforme de la santé, entreprise par Hillary Clinton, qui s’était soldée par un échec. Un observateur faisait remarquer qu’aux Etats-Unis, c’est le président qui, en premier lieu, est à l’origine du changement. S’il devait y avoir stagnation, ou absence complète de changement dans la façon de gouverner, Barack Obama devrait être dès lors le seul à prendre la responsabilité d’un tel échec.

                    c)
                    Réforme de la santé : jeudi dernier, la commission de la santé, de l’éducation et des retraites du Sénat américain auditionnait Tom Daschle, le secrétaire à la Santé et aux services sociaux. Il y a notamment déclaré : « Alors que nous faisons face à une sévère et profonde récession, le nombre de personnes ne disposant pas d’assurance santé risque d’augmenter ». Il faudra voir si le Sénat questionnera Tom Daschle sur le fait que le détenteur du ministère de la santé a travaillé au cours des quatre dernières années dans un cabinet d’avocats-lobbyistes comptait pas moins de 21 clients parmi les géants de l’industrie de santé (hôpitaux, sociétés pharmaceutiques, et autres). Selon Politico, il semblerait que Tom Daschle devra revenir pour une deuxième audition devant le Sénat. 

                    Pierre R.


                    • Hakim I. 12 janvier 2009 13:22

                      Non seulement Guantanamo ne fermera jamais, mais il y en a d’autres qui bourgeonnent sur le Continent.
                      La FEMA a construit des zones d’incarcérations vides pour l’instant et ne demandent qu’à être remplies.


                      • Yannick Harrel Yannick Harrel 12 janvier 2009 15:04

                        Bonjour,

                        La situation d’Obama n’est en rien enviable. Le pays connait une crise majeure, et non seulement son économie est touchée en plein coeur mais sa crédibilité internationale s’est effondrée par pans entiers. Après l’euphorie de la victoire, je pense que certains commencent à se rendre compte que le plus dur reste à accomplir.

                        Vu le contexte, difficile de s’étonner ensuite qu’il soit resté si atone concernant les évènements au Proche-Orient. Les Etats-Unis vont être sa préoccupation principale, et dans un contexte de crise, il a choisi la voie du conservatisme en souhaitant s’entourer d’anciens et de personnalités aux réseaux puissants. C’est une option qu’il a choisi, le temps démontrera s’il a eu raison mais en attendant je pense qu’il faut arrêter de transférer des fantasmes sur sa personne. La dithyrambe qui eut lieu voici quelques mois en Europe vient de retomber comme un soufflé, et l’on commence à comprendre qu’Obama a été élu par et pour les Américains. Ca parait pourtant évident de prime abord mais je pense que certains ont largement trop pris leurs désirs pour la réalité.

                        Cordialement


                        • Liberty 12 janvier 2009 15:13

                          Pierre

                          Il semble qu’en politique il faut regarder la globalité des actions iddolées pour retranscrire les dessins.

                          Obama dira comme Sarkozi : "Pourquoi voudriez vous que je vide des caisses qui le sont déjà" .
                          L’argument de la crise économique dédouane toute promesse de campagne, wait and see .

                          Les aspirations des Palestiniens sont légitimes, qu’Israël n’occupe que la terre du "le second temple" uniquement, voire
                          le Royaume de Juda de Omri à Béthel.
                          Demandez donc de partager la terre à 50 / 50% entre Israëliens et Palestiniens avec une force internationale entre les deux territoires, les Israëliens n’accepteraient ?

                          L’Iran et la bombe nucléaire ce n’est qu’un prétexte, combien de pays dits "instables" la possèdent sans que cela ne pose de problème à personne ( Pakistan, Corée du Nord, India, Albanie, Taïwan etc...)
                          La Corée du Nord n’est pas une démocratie que je sache... 

                          Bush et son administration devrait être en prison !

                          Guantanamo est une honte internationale, le fait qu’Obama recule devant la libération des otages retenus à Guantanamo en dit long .
                          Il y a eu de la torture par simulation de noyade mais pas seulement : Les USA ont sous traité la torture en Egypte par avions entiers !

                          275 prisonniers torturés, humiliés, retenus contre tout règle, sans aucune preuve de culpabilité, ce sont des otages !
                          Même les juges Américains ont dénoncé qu’il n’y ai jamais eu aucun procès .


                          C’est donc de la détention préventive et la rétention de sureté sans aucune présomption d’innocence . (la charge de la preve revient à l’accusation)

                          Il est beau le "new world order" !


                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 12 janvier 2009 20:33

                            Liberty

                            Michel Terestchenko est philosophe et auteur "Du bon usage de la torture". Pour votre information, dans une communication au quotidien Le Monde, le philosophe écrit : « A quoi bon s’indigner de la législation d’exception mise en oeuvre par l’administration Bush à Guantanamo sur des centaines de prétendus terroristes si nous entrons à notre tour dans la même régression, serait-elle de moindre gravité, à la faveur d’un consensus plus ou moins tacite ? Au-delà de décisions de justice qui éveillent, pour le moins, notre perplexité - même si nous ne savons pas tout et qu’une certaine prudence s’impose -, au-delà du traitement carcéral réservé à ces détenus, qui sont toujours, faut-il le rappeler, présumés innocents, et qui soulève notre indignation, au-delà même du développement de l’esprit sécuritaire dont nous devons refuser les pièges parce qu’il ébranle la garantie que la démocratie doit apporter à la défense des libertés publiques fondamentales, c’est d’abord la "métaphorisation" de la notion de terrorisme qu’il faut rejeter absolument. [...] Notre devoir de vigilance a dans les temps présents, ici et ailleurs, trouvé assez de raisons de s’exercer pour que nous exigions que notre démocratie demeure respectueuse des principes qui la constituent et qu’aucune forme de torture, serait-elle psychologique, ne s’exerce à l’endroit de quiconque. Au surplus, l’extension immodérée de la justice d’exception est une dérive dont personne ne peut désormais être assuré qu’il n’en soit un jour victime ».

                            Pierre R.


                          • Liberty 13 janvier 2009 06:19

                            Pierre,

                            Il faut regarder la généralisation de l’esprit sécuritaire voyant des terroristes partout, la vision générale de tout est essentielle.


                            - Les USA ont inventé des prétextes terroristes au 911 (zéro enquête concluante)

                            - La présomtion d’innocence est violée de partout, même en France avec la rétention/détention préventive.

                            - Le terrorisme est mis à toutes les sauces pour zapper le droit commun, en France pour détérioration présumée de matériel une femme est encore en prison.

                            - Dans les discours de l’ONU on entend sans cesse "nouvel ordre mondial" .

                            - La crise économique montre la vérité du "nouvel ordre mondial", taisez vous et laissez faire !

                            La dérive législative opérée tant en France qu’aux USA n’est pas insignifiante.
                            Lorsqu’un pays comme la France s’aligne sur un modèle ultralibéral privatisé, au nom de "l’ouverture des marchés", cela signifie qu’il devient un pays Mc Donald uniformisé façon "nouvel ordre mondial" .

                            Je n’ai pas envie de me concentrer sur les éléments isolés, entendre Sarkozy souhaiter le "nouvel ordre mondial" à l’ONU est significatif.
                            De nombreuses mesures de Sarkozy vont dans le sens d’une Américanisation de la France :

                            - Sous traiter les passeports biométriques par une entreprise privée.

                            - Présomption d’innocence bafouée .

                            - Délit d’outrage décrété de la part d’un président qui traite publiquement ses administrés de "pauvres cons"

                            - Coopération des hôpitaux publics/privés.

                            - Chasse à l’immigré sauf quand ça arrange qu’ils bossent à Neuilly (comme les Mexicains) .

                            - Terrorisme ou secret défense pour camoufler des enquêtes dérangeantes (si c’est des détournements de fond venant de ses amis politiques c’est directement secret défense)
                            Etc...

                            La liste est très longue, Sarkozy nous avait vendu ses réformes pour un deal donnant / donnant, gagnant / gagnant .
                            C’est une imposture, son slogan sonnait comme "yes we can", "ensemble tout devient possible" ça se ressemble non ?

                            Je ne vois qu’une uniformisation mondiale TRES préoccupante.
                            Il y a fort à parier que demain nous aurons à lutter contre nos terroristes de l’intérieur, les types au coeur de nos gouvernements, pour pouvoir préserver un minimum de nos valeurs, un minimum d’humanité.

                            Plus je regarde la globalité, le monde, plus la donne me semble évidente, moins j’ai envie de dormir....


                          • JL JL 12 janvier 2009 15:28

                            D’autres surprises à venir ?

                            Sur un article voisin on peut lire ceci :
                             
                            ""Alors que le journal The Observer a révélé que cette opération "plomb durci" a été planifié, par Tsahal depuis de long mois afin de provoquer l’ennemi iranien, le président américain George W. Bush a rejeté en 2008 une demande secrète d’Israël de mener un bombardement aérien contre le principal complexe nucléaire iranien à l’aide de bombes anti-bunker, rapporte le New York Times (NYT) sur son site internet.…George Bush voulait finir son deuxième mandat sur une bonne note, en tentant de laisser une image plus "positive" que celle qu’il véhicule actuellement. S’il a effectivement refusé le déclenchement d’une guerre avec l’Iran qui a pourtant provoqué à plusieurs reprises l’administration américaine par ses déclarations, alors George Bush pourra avoir le sentiment d’avoir bien agi. ""

                            La surprise pourrait bien être que l’on découvre que Bush a refusé, seulement parce qu’il n’aurait pas eu le temps de finir le job. Ce n’est pas un job que l’on fait tous les jours et un gros pépin plein d’imprévus pendant l’inter-règne ça aurait posé des problèmes. Bush a eu sa guerre d’Irak, Obama aura peut-être sa guerre d’Iran ? Le pire n’est jamais sûr.


                            • ramo 12 janvier 2009 18:38

                              point de vue

                               
                              je crois que le futur président américain BARAK OBAMA ce n’est qu’un camelion qui a changer de couleur le systéme américain comme celui israélien est basé sur l’injustice et la création de nuisance pour être considéré a travers le monde il faut qu’il vie en perpétulle dans les probléme en remarque que depuis l’extemination des indiens peau rouge,gerre de cession en passant par le japon,la coré,le viet nam,l’irak et maintenant c’est l’iran avec les supposition mais aucune preuve que l’iran et prés a fabriqué la bombe atomique,alors que israel posséde une centaines
                               
                              veut s’imposé par la terreur et le crime et l’injustice parcque dans un monde stable il ne seront pas considéer
                               cela m’étonne pas que BUSH a donné l’ordre a israel de ce venger contre les arabes à gaza sur la fameuse histoire du jet du soulier

                              • moebius 12 janvier 2009 22:08

                                 Monsieur ! Obama a suffisamment de charisme pour envoyer des black et des latinos se faire trouer la peau pour nos valeurs. C’est un homme neuf dont la crédibilité n’a pas encore était entamé


                                • moebius 12 janvier 2009 22:16

                                  ..les équilibres géo politiques les rapports de force n’évoluent pas en fonction d’un changement de la couleur de peau du présidents. Que vaut un épiderme contre la dure réalité, mieux vaut un solide bouclier en peau d’éléphant... à défaut un parapluie pourrait encore faire l’affaire


                                  • moebius 12 janvier 2009 22:18

                                    à condition qu’il soit pourvu de baleines qui puissent résister à la force du vent qui fait si gracieusement ployer la cime des peupliers


                                    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 13 janvier 2009 03:52

                                      Dernière heure

                                      Barack Obama ordonnera la fermeture de Guantanamo dès la première semaine de son mandat , mais le camp ne devrait pas fermer de sitôt, ont affirmé lundi des conseillers du président-élu. L’ordre de fermeture de Guantanamo pourrait être le premier document signé par M. Obama, au premier jour de travail, selon deux conseillers de l’équipe de transition ayant requis l’anonymat. La directive permettrait cependant de lancer le processus. Il demandera à l’administration de proposer des solutions pour les quelque 250 talibans et combattants d’Al-Qaïda présumés qui sont détenus dans le camp-prison américain à Cuba, sans avoir été inculpés pour la plupart, et en violation du droit international. Les prisonniers pourront être libérés, ou détenus ailleurs.

                                      La prison de Guantanamo est devenue le symbole le plus controversé de la guerre contre le terrorisme lancée par l’administration du président George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

                                      Pour avoir le point de vue des procureurs militaires qui ont la responsabilité de défendre des prisonniers de Guantanamo, je vous recommande la lecture de cet article de Corrine Lesnes, du quotidien Le Monde : Suzanne Lachelier : sous le secret de Guantanamo.

                                      Pierre R.


                                      • Liberty 13 janvier 2009 06:37

                                        Pierre,

                                        Au sujet de l’article donné en lien ( http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/01/12/suzanne-lachelier-sous-le-secret-de-guantanamo_1140736_3222.html ) .

                                        Interroger une personne 141 fois, laissez moi un quart de ces interrogatoires et j’arriverai à faire dire n’importe quoi à n’importe qui, c’est du garanti 100% .
                                        Sous psychotropes en plus, je pourrai même lui faire dire qu’il est dieu en personne .

                                        Il reste 250 otages illégalement détenus à Guantanamo, le pays du "rêve Américain" pays de "la liberté", laissez moi rire de leur notion de liberté, rire de leur rêve .

                                        Les USA un rêve ?
                                        Combien de personnes expropriées, combien de personnes ruinées, combien de personnes n’ayant plus même les économies de leur retraite, combien de personnes sans assurance santé, combien de perssonnes à la rue, combien d’américains incarcérés ?

                                        Sacré pays de justice, un type contrôlé dans la rue ayant un mandat pour un chèque sans provisions de 100$ et c’est la prison .
                                        Un PV impayé et c’est la prison .
                                        Mad-off .Un type arnaque des centaines de personnes pour des dizaines de millions de dollards, il a fallu des semaines pour le mettre en prison, mais une prison VIP s’il vous plait !

                                        Le rêve Américain ?
                                        Ha ha ha ha, un rêve pour les Dassault et les Banquester’s, pour les autres c’est le passage à la caisse !


                                      • Jean-paul 18 janvier 2009 23:07

                                        @ Liberty
                                        Etes vous alle aux USA ou prenez vousl les informations qui vous conviennent sur internet pour vous indigner ensuite ?????????????????///


                                      • subpop subpop 13 janvier 2009 08:25

                                        le problème a guantanamo ce sont les prisonniers ! le camp delta n’existe pas officiellement.
                                        obama attend de négocier avec les pays d’origines des prisonniers, et avec certain pays européen pour accueillir les prisonniers


                                          • fred 14 janvier 2009 10:52

                                             Eh ! bien moi qui suis le premier à critiquer les USA pour n’avoir pas enquêté correctement sur l’assassinat de JFK, avoir laissé Bush faire un hold-up politique en 2000 et organiser un génocide et des attentats meurtriers sur son sol, je crois en Obama.

                                            Quand il parle, c’est lui qui parle. Il est prudent et posé. Ses engagements sont réalistes et il ne fait pas d’esbrouffe.

                                            Passé le 20 janvier, le vrai problème dans ce monde, ce sera de faire en sorte que le pouvoir israélien change (c’est tellement honteux ce qui se passe à Gaza... Ils devront payer pour cela. Leur comportement est digne de nazis si les médias rapportent correctement les nouvelles. 300 enfants tués... Mon Dieu !), il restera alors Berlusconi et puis surtout votre c... de président.

                                            Et fini de la ramener en France : en avril 2007 la plupart des gens savaient qu’il y avait anguille sous roche concernant le 11 septembre et -dans ses temps troublés-n’ont pas hésité à élire "Sarko l’Américain". Vous le payez TRES cher aujourd’hui. Et je ne vous en veux pas car en Belgique aussi, on aurait voté pour ce con.

                                            Néanmoins, si on m’avait écouté en 2000, on n’en serait pas là... Tant pis.


                                            • Liberty 18 janvier 2009 12:04

                                              Pierre


                                              - Une nouvelle surprise made in Barak
                                               : Il compte créer des emplois durables dans la production d’énergie verte qui ne seraient pas délocalisables .
                                              Est-ce que cela (le non délocalisable) ne va pas à l’encontre de la politique économique et sociale que les USA nous font avaler ces 30 dernières années ?

                                              -Surprise aussi , il est enfin d’accord pour négocier avec l’Iran, heureusement car si leur bombe est aussi réelle que les armes de destruction massive de l’Irak il était mal parti.

                                              -Un scoop d’Obama
                                               : “I mean, I think personally he [President George W. Bush] is a good man who loves his family and loves his country.”

                                              Barack Obama (Interview à la chaine CNN, le 16 janvier 2009)
                                              Si Obama trouve que GW Bush est un homme bon cela nous laisse présager des lendemains qui déchantent.

                                              -Le fait que son administration prépare sa lutte contre Al Quaida me fait tout de même penser au 9/11 dont rien n’est encore prouvé de façon incontestable .
                                              C’est en ligne droite de GW Bush .
                                              Pour enquêtre on mets sous scellées le lieu du crime le temps des investigations, je n’ai jamais vu autant de preuves disparaitre si rapidement . (surtout vu la taille des preuves)
                                              Pourquoi avoir interdit les accès lors du débayement si les USA n’avaient rien à cacher ?


                                              • Jean-paul 18 janvier 2009 23:12

                                                @ liberty
                                                Pour 75% des Americains Bush is a good guy .Ils ne parlent pas del’homme politique .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès