Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bataille de chiffonniers autour de l’ordinateur à 100 (...)

Bataille de chiffonniers autour de l’ordinateur à 100 dollars

Une ONG, dirigée par le fondateur de « Wired », et Intel se battent autour d’un ordinateur portable « humanitaire » destiné aux enfants des pays pauvres. Et si le « marché mondial des pauvres » devenait la nouvelle frontière de la globalisation ?

Qui a dit que les enfants du tiers-monde ne constituaient pas un marché méritant qu’on se batte pour lui ? En tout cas, Intel ne croit pas ça. La grosse firme informatique n’a pas hésité à risquer sa respectabilité en copiant une invention que ses « thinkers » avaient raillé dans un premier temps : l’ordinateur à 100 dollars.

Au début de toute cette histoire, il y a Nicholas Negroponte, un informaticien américain d’origine grecque, diplômé du Massachusetts Institute of Technology, où il a par la suite travaillé comme chercheur, créateur du magazine Wired - et accessoirement frère de John Negroponte, adjoint de Condoleeza Rice au Département d’Etat américain. Nicholas Negroponte lance, en 2005, l’association One Laptop per Child (Un ordinateur portable par enfant) qui planche sur une « bécane » à 100 dollars US, fonctionnant sur la base de logiciels libres, accessible à un grand nombre d’enfants des pays pauvres qui pourront, à travers leur « ordi », accéder à la connaissance et à l’éducation à distance. L’idée est que les gouvernements du Sud intéressés fassent des commandes à travers leurs ministères de l’Education. Très vite, des pays comme le Nigeria, la Libye, la Chine, le Brésil et le Venezuela manifestent leur intérêt après avoir vu les prototypes fabriqués à un millier d’exemplaires. La production à grande échelle est prévue pour commencer en juillet prochain.

Tout ceci ne serait qu’une « belle histoire d’humanitaire » si Intel n’avait pas fabriqué à la hâte un produit quasiment identique à celui proposé par Negroponte et n’avait pas commencé à « draguer » les gouvernements intéressés par le projet concurrent. Bien évidemment, l’ONG avant-gardiste a protesté. Negroponte a résumé ainsi la situation : « Ce concept a été farouchement critiqué par des gens qui désormais le copient ou font des choses allant dans son sens. Les gens nous ont raillés, nous ont critiqués, puis nous ont copiés. » Les communicants d’Intel protestent de leur bonne foi, arguant apporter des solutions à la jeunesse, et minimisant le caractère belliqueux des documents qu’ils distribuent dans les pays en développement pour dénigrer l’offre de Negroponte. « C’est comme ça que notre business fonctionne », a expliqué à CBS Craig Barrett, patron de Intel. Le fond de l’affaire ? Le portable de l’ONG de Negroponte utilise un microprocesseur fabriqué par le principal concurrent d’Intel.

Cette histoire nous aide à établir quelques vérités. Premièrement, les citoyens des pays en développement (y compris les pays aujourd’hui très pauvres) constituent un vrai marché, et l’avenir appartient à ceux qui feront le pari de les prendre au sérieux et de les intégrer à un marché mondial dont ils sont exclus artificiellement. La nouvelle force de la Chine et de l’Inde et le boom des télécommunications en Afrique le prouvent. Intel le comprend avec du retard : les petits Africains marchant nus pieds dans des rues mal goudronnées aujourd’hui seront, demain, des consommateurs de technologies. Il faut désormais s’installer dans leur esprit pour mériter demain leur reconnaissance. Deuxièmement, la « connexion » des citoyens des pays pauvres, aujourd’hui producteurs sans influence ou consommateurs passifs, à une communauté virtuelle mondiale où ils pourront apprendre, acheter, vendre et s’exprimer, fera trembler la terre. Beaucoup d’intermédiaires véreux, de gouvernements liberticides (ou sans vision) et de profiteurs redoutent cette évolution et conspireront pour qu’elle n’advienne pas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Vincent 24 mai 2007 10:18

    Théophile, j’apprécie vôtre article, Intel arrive un peu tardivement,

    Mais n’est-il pas intéressant d’avoir le choix entre deux types de portables ?

    En effet, je pense que les gouvernements achetant à l’un ou l’autre devrait faire fonctionner la concurrence, après tout à partir du moment où il s’agit d’une mono-offre, vous n’avez pas beaucoup de marge de négociation, mais si vous avez un concurrent, la négociation est plus ouverte.

    Quel est le coût de fabrication d’un portable de ce type ?

    Il ne doit pas être énorme, et la logistique d’approvisionnement doit représenter un coût certain dans les 100$.

    Alors et si les gouvernement imposaient par exemple la fabrication sur place de ces PC portables comme pour les pays dit de compensation pour l’automobile (ex PSA et l’IRAN), ce serait peut-être l’occasion de mettre le pied à l’étrier de la fabrication des nouvelles technologie pour l’Afrique si ce n’est pas encore fait.

    Une façon intelligente d’organiser le développement des pays Africains.

    Qu’en pensez-vous ?


    • spartacus1 spartacus1 24 mai 2007 15:12

      Vincent, vous nous dites : Mais n’est-il pas intéressant d’avoir le choix entre deux types de portables ?

      Partant de votre juste réflexion, j’en déduit que vous soutenez fermement les idées gravitant autour du logiciel libre et que vous vous battez pour que l’on puisse acheter un portable avec un autre système d’exploitation que le sempiternel Windows ? Je viens même à penser que vus avez fait, comme moi-même, le choix de n’utiliser aucun produit logiciel provenant d’une entreprise étatsunienne monopolistique. Je vous en félicite !


    • tvargentine.com lerma 24 mai 2007 10:29

      Franchement cela rapelle furieusement l’escroquerie que nous avons connu en France en 1984 avec l’ordinateur pas cher à l’école.

      A l’époque la marque était THOMSON,mais ce ne sont que des effets d’annonces de marketing pour mieux obtenir des subventions aux prix fort.


      • Vincent 24 mai 2007 10:56

        Vous voulez certainement parler des TO7, superbes machines qui ont infestées tous les clubs informatiques des collèges sur lesquelles nous pouvions programmer des petits jeux en basic.

        Toute une génération de gamins de 10 ans polluée par les pac-man et autres jeux.

        Finalement c’était bien ces clubs info, nous en avions les clés et pouvions aller draguer les nanas tranquille au lieu d’aller en permanance ou au CDI !!!!

        Mais oui globalement, il faudrait que ces PC à manivelle ne servent pas de vecteurs de ventes mais de vecteurs d’ouvertures vers le monde, de communication, autre que celui des régimes dictatoriaux actuels.

        Nous pouvons toujours rêver !


      • Tonton Tonton 24 mai 2007 18:03

        Un blog intéressant sur la question : education.21.over-blog.com/


      • Niamastrachno Niamastrachno 24 mai 2007 18:33

        Ha nonnn ! Le TO7 c’était une révolution ! Qui a connu le MO6 ??!


        • Vincent 24 mai 2007 13:20

          Pour le projet olpc, les ordis sont fournis avec une distrib linux, Sugar OS, développée par red hat. Pour plus de détails, visitez cette page.

          Cependant, nul doute que microsoft va faire tout ce qui est en son pouvoir pour que windows puisse tourner sur ces machines, voire pour tenter de l’imposer. Dans le cas contraire, imaginez les milions de clients perdus (sûrement à tout jamais) !


        • Anto 24 mai 2007 15:47

          pas grand chose à dire sur le commentaire, si ce n’est que tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Par contre une ONG n’est pas par essence humanitaire. Certes il y a celle comme la Croix rouge and co, mais il y a aussi des lobby commerciaux, patronaux, politiques etc... La seule obligation de ce genre d’organisation est d’etre non gouvernementale et à but non lucratif.


        • eppix eppix 24 mai 2007 13:31

          Dans le fond, il n’y a pas de mal que deux constructeurs se battent pour mettre sur le marché un ordinateur à 100 $. Le faire sous le couvert d’une ONG est une méthode vielle comme le monde, un peu comme la mission civilisatrice de la colonisation et ses effets positifs, etc. il y a même un pape qui a déclaré tout récemment au brésil que l’expédition européenne dans les amériques avait été une très bonne initiative ! peu importe si on en tue un million d’indiens, n’est ce pas que aujourd’hui ils sont moins sauvages ?

          Bref, au moins ce Negroponte a eu le nez creux en anticipant sur le boom technologique à venir en Afrique !

           smiley Africainement !


          • Emile Red Emile Red 24 mai 2007 13:32

            J’ai eu une boite verte dans les mains, il n’y a pas vraiment de système d’exploitation comme nous les connaissons, un système intégré comme l’ordi de neuf telecom (si je ne me trompe pas easy gate...).

            Il a un processeur 500 Mhz AMD, 1 Go de mémoire flash (pas de DD), un module Wi-Fi et 4 ports USB, il tourne sur un OS propriétaire à noyau Linux, à terme il y aura peut-être un Window « du pauvre » installable.

            Le systéme de recharge à manivelle fonctionne en 10% (1mn de recharge pour 10 mn d’autonomie), le fonctionnement sur secteur est prévu mais coute pour l’instant trop cher.


            • Emile Red Emile Red 24 mai 2007 13:36

              Franchement pour l’avoir testé c’est une vraie merde, plutôt gadget qu’outil.

              Mais bon la porte est maintenant ouverte à la technologie, reste que ce ne sont pas le Mit et autres requins qui vont enrichir le tiers-monde.


            • Vincent 24 mai 2007 13:39

              « Le systéme de recharge à manivelle fonctionne en 10% (1mn de recharge pour 10 mn d’autonomie), le fonctionnement sur secteur est prévu mais coute pour l’instant trop cher. »

              Va falloir faire gaffe qu’à force de mouliner, ils n’attrapent pas une dystrophie du bras....


            • L'enfoiré L’enfoiré 24 mai 2007 14:17

              Si ça marche pas bien, il y aura toujours moyen d’en faire un gaufrier. Ca en a la taille et en enlevant une touche sur deux. smiley


            • spartacus1 spartacus1 24 mai 2007 15:25

              @Emile Red qui a dit : , il tourne sur un OS propriétaire à noyau Linux,

              Je pense que vous connaissez très mal le monde du logiciel libre. Il est absolument impossible (illégal) de construire un quelconque OS propriétaire sur un noyau Linux. Le noyau Linux est sous licence GPL et toutes les modifications, extensions, dérivés qui peuvent en être fait sont ipso-facto sous licence GPL, c’est à dire libre et non propriétaire.


            • Emile Red Emile Red 25 mai 2007 10:49

              Ne jouons pas trop sur les mots, c’est un OS « maison » autour d’un noyau Linux Red Hat.


            • Emile Red Emile Red 25 mai 2007 11:17

              Lorsqure je dit que la petite boîte verte est une merde, je ne mets pas en doute les qualités intrinsèques de la bouzine, mais ses capacités à subvenir aux besoins primaires d’un gamin qu’il soit de Nairobi, Delhi ou Rio.

              1 Go de mémoire flash pour tout stockage laisse peu de ressource, une fois quelques logiciels de base installés que reste t-il pour les sauvegardes, surtout que ces machines sont prévues en utilisation scolaire et domestique, d’autre part quelques utilisations pratiques laissent vite voir les limites du rechargement par manivelle, l’impossibilité pratique de recharger en travaillant laisse augurer d’un sacré b... en milieu scolaire, surtout qu’il est impossible de recharger ordi posé sur une table. Enfin je parle de la bécane que j’ai eu en main, je ne crois pas à un grand avenir pour ce projet.


            • Vincent 25 mai 2007 14:47

              C’est sûr que 1 giga de stockage c’est un peu léger. On peut se demander « pourquoi stocker les données sur mémoire flash ? » C’est pour des raisons de robustesse et d’économie d’énergie : la mémoire flash bouffe bien moins d’électricité qu’un disque dur, et c’est aussi beaucoup plus solide (un jour une voiture a roulé sur mon lecteur mp3-clé usb, il marche toujours !)

              Pour la manivelle, il me semble qu’elle doit être remplacée par une « ficelle » (comme sur les tondeuses à gazon !). En bidouillant un peu, on peut l’adapter sur une pédale, comme une machine à coudre, et donc utiliser l’ordinateur tout en le rechargeant !


            • Christoff_M Christoff_M 24 mai 2007 13:43

              les marchés classiques sont saturés donc la Chine,l’Inde et l’Afrique sont des marchés en or quitte à fabriquer des produits sur mesure, moins chers et adaptés ; c’est l’eldorado pour les grandes marques qui ne pensent qu’a vendre et faire du chiffre, et aussi j’oubliais s’implanter à tout prix !!

              Rappelez vous des premières motos japonaises et de la première Honda CIVIC que l’on a vu dans les bd de SPIROU...


              • Argo Argo 24 mai 2007 15:09

                Un ordinateur à 100 $, et même à 10 $, c’est dérisoire pour la grande majorité des africains. Le prix d’un ordinateur ne pèse rien par rapport aux coûts d’exploitation. Combien compter pour la connexion Internet, l’entretien, le dépannage ? Combien d’Africains sont-ils couverts par l’infrastructure de réseaux ? Une infime minorité.

                Je me souviens de ces longues files de tracteurs vus en Afrique, « cadeaux » des soviétiques notamment au Mozambique en échange du pillage des ressources naturelles. Ils étaient tous alignés, immobiles sur les quais de Maputo, indéfiniment, sans pièces de rechanges, sans gasoil à y mettre. Dérisoire !

                Quand on voit ce qui se passe en Afrique, au Darfour ou ailleurs, il y a d’autres priorités (la sécurité, la justice sociale, la nourriture, l’eau, l’électricité) que de transformer les enfants africains en machines à consommer...

                Et pourquoi pas en avatars de Second Life pour échapper à leur misère IRL.

                Tout ceci n’a rien d’humanitaire, c’est du marchand, du concret, du fin dollar... Donnez donc aux vraies ONG, celles qui luttent pour la réduction des injustices sociales, contre la maladie, la misère et la faim dans le monde. Faites cesser la guerre au Darfour.

                Et le jour où il ne restera plus que le fantasme de la « fracture numérique », ce sera avec plaisir que je contribuerai à équiper les foyers africains en ordinateurs.


                • Corbeau 24 mai 2007 16:47

                  @Emile Red : Non, l’OLPC n’est pas de la merde ! Pour vous ou pour moi, c’est certainement un « gadget » et d’ailleurs une étude a montré qu’en tant que « joujou » cet OLPC aurait un succès assuré en Europe...

                  Mais pour ceux dans les pays du Tiers Monde qui ne sont pas connectés à l’ADSL, à la FO et peut-être meme pas au réseau électrique, c’est une aubaine pour sortir de leur isolement planétaire et rattraper rapidement leur retard culturel puis économique : c’est les enfants aujourd’hui qui vont créeer le monde économique et social de demain en Afrique, Amérique du Sud et une partie de l’Asie encore sous-développée...

                  @Théophile : L’article est très bien documenté. J’ajoute que le coût de fabrication et de distribution sera au début de $175 et devrait baisser. Pour la société Quanta qui le fabriquera, la marge sera très faible, ainsi que pour les distributeurs : c’est là qu’intervient la fondation OLPC dont on oublie qu’une des vocations est de lever des fonds auprès de mécènes pour compenser les surcoûts ! Pas du tout dans l’idée d’Intel qui est prêt à vendre à perte pour anticiper les gains de demain (principe identique aux consoles de jeux video vendues sous leur coût de production !). Logique identique pour Microsoft qui veut à tout prix équiper ces machines de Windows...

                  Il y a pour l’instant 3 millions de demandes ! Pour la plupart émanent de gouvernements de pays « sous-développés » pour équiper les écoles...


                  • Jean-Luc Michel 24 mai 2007 17:04

                    Bonjour, J’ai travaillé sur le plan Informatique pour tous en 1984 auquel un contributeur a fait allusion. Je relance aujourd’hui l’idée d’un grand projet informatique pour la France des années 2000. Il est décrit à l’adresse ci dessous : http://web.mac.com/jean.luc.michel/iWeb/Passion-Apple/Education%2021.html

                    A l’époque IPT, on avait déjà fabriqué ce type d’ordinateur au Centre mondial pour l’informatique et la ressource humaine de Jean-jacques Servan-Schreiber (cf. son Défi mondial de 1981 où tous ces thèmes sont traités, y compris celui de la solvabilité des citoyens des pays pauvres). Comme IPT, l’ordinateur pour le Tiers Monde de JJSS fut un échec total. Les systèmes éducatif ?s sont incroyablement réfractaires à toute innovation, en France comme ailleurs, quelles que soient les (bonnes) raisons du type fracture numérique. Dans un texte de 1982 (vous avez bien lu !) je décrivais les avantages de l’ordinateur à l’école, mais sans volonté politique soutenue, rien ne se fera. Le conservatisme empêchera toute évolution, on créera des postes et les résultats seront toujours plus médiocres. Or, c’est le moment de tenter de s’insérer dans les technologies de la connaissance, sinon nous perdrons notre niveau économique et le fossé se creusera avec les pays pauvres. C’est dans ce sens que j’ai soumis le projet Education 21 au gouvernement en essayant de montrer comment il pourrait à la fois réduire le budget de l’Education nationale, améliorer son efficacité globale et mieux rémunérer les profs ! Bien cordialement. RV sur les sites indiqués.


                    • Niamastrachno Niamastrachno 24 mai 2007 18:56

                      Bon article mais qui aurait effectivement dû traiter le sujet non sous le prisme du marché mais de celui de la demande.

                      Nul doute qu’essayer de vendre un ordinateur en afrique à 100€ est une vaste blague. Si un africain est en mesure de sortir 100€, il se débrouillera soit pour avoir un vieux machin plus performant par les marchés parallèles (les cousins qui reviennent de france par exemple) soit il aura de quoi s’en acheter un tout court.

                      En Inde et en Chine le problème est quasiment le même.

                      Plus utile est de mettre en place des structures permettant la mise à disposition d’ordinateurs non pas pour l’éducation mais pour l’ensemble de la population et pour toutes les possibilités que cela représente. Ces structures existent déjà aux 4 coins du globe et sont équipées de vieux bouzins mais elles fonctionnent quand même.

                      Ce qui permet entre autres aux paysans du coin et autres pêcheurs de consulter la météo, le cours des ventes de la grande ville du riz, du poisson etc... ou encore en Afrique pour donner des indications aux peuls (grands éleveurs) pour trouver les points d’eau en période de sécheresse.

                      On en est donc encore aujourd’hui à proposer non pas un ordinateur personnel mais un service. Cette offre arrive soit trop tôt soit trop tard mais n’est de toute manière pas spectaculairement adaptée à la demande.

                      Pour moi ce projet est voué à un échec relatif, mi figue mi raisin dans ces pays qui récupèrent joyeusuement déjà depuis belle lurette tous les composants que nous jetons avec tous les problèmes que l’on connait, ils n’en restent pas moins équipés pour le besoin qu’ils en ont, et si ce n’est pas le cas, équipons les avec du vrai matériel suffisamment résistant pour ne pas crever à la 1ère tempête de sable venue, où à la énième mousson, pour le reste c’est à mon avis surtout du flan parti d’une idée commerciale très mal calibrée.


                      • Laurent Bervas Laurent Bervas 24 mai 2007 19:12

                        Un bon blog sur le sujet : www.olpcnews.com.

                        Une étude critique réalisée par Merill Lynch (sur l’OPLC) met en avant les doutes des analystes du caninet sur viabilité du projet, notamment du fait de la sous-estimation des coûts d’usage : maintenance et déploiement : http://www.olpcnews.com/olpc-invetment-report.pdf

                        J’y rajouterai les objections suivantes :

                        MATERIEL : L’OLPC propose de nombreuses innovations au niveau de l’écran su système d’alimentation, de la forme, etc ... le coût et le temps de mise au point s’en retrouve augmenté.

                        LOGICIEL : L’OLPC propose son propre système d’exploitation. C’est un choix discutable qui en plus d’un temps de mise au point supplémentaire, demandera aux professeurs et aux usages (les élèves) un temps d’apprentissage.

                        FRAGILITE : Un Laptop est une machine fragile et faiblement évolutive. Elle entraîne de surcroît de supporter des claviers différents suivant les pays utilisateurs.

                        COMMUNICATION SUR LE PRIX : En choisissant de s’adresser aux marchés émergeants en priorité l’OLPC a été obligé de mettre en avant son prix (annoncé à 100$ puis finalement à 170$) rendant fragile son équilibre économique. De plus, la vente aux états et en grosse quantité demande beaucoup de patience et d’énergie.


                        • jako jako 24 mai 2007 19:38

                          Bonjour à vous et merci de cet article super bien fait comme tous vos précédents. Je me demande s’il n’y a pas aussi lutte entre « logiciel libre » et « logiciel à licence » donc une boite bien connue ne veut pas que l’afrique l’inde et la chine bascule au « libre »


                          • morice morice 24 mai 2007 23:01

                            Vous oubliez « l’offre » faite par Microsoft d’un portable qui se rechargerait comme une carte de téléphone... ça c’est du grand art concurrentiel : des PCs de 3 kg, même pas modifiés pour les régions où ils devraient s’activer, avec un système de carte à échanger dans.. les bureaux de tabac au beau milieu du Sahara on suppose. On avait d’autre part réussi à faire un mini ordi AMD de salon à moins de 120 dollars, ne demandant qu’un seul watt, qui ’a pas non plus été suivi de développement ni de distribution. Microsoft voulait le sien avec à bord Office... et aura pesé de tout son poids pour empêcher la concurrence d’utiliser une suite Open. Les ordinateurs proposés ne sont PAS des « merdes » comme o n a pu le lire : il faudrait que certains s’imaginent qu’on puisse faire de l’internet 10 minutes seulement, avec un écran qui ne soit pas en 19 pouces, et ça ira mieux. La radio Freeplay marche bien, on ne voit pas pourquoi un ordi avec le même principe serait une « merde ». J’aurais aussi aimé qu’on cite Alain Kay dans les gens à l’origine de l’initiative ((http://ei.cs.vt.edu/ history/GASCH.KAY.HTML). Au Togo aussi, on surfe grâce à ... Apple (http://www.republicoftogo.com/central.php?o=1&s=296&d=3&i=651).

                            Pour ce qui est du plan IPT de Fabius, on en retient.. rien. Apple devait produire des MacPlus à moins de 12 000 f pièce construits à Sofia Antipolis grâce à l’intercession de Gaston Deferre, devenu MacAddict grâce à sa femme. Au dernier moment, Mitterrand a refusé de recevoir Steve Jobs en jeans et baskets, et on a eu à la place les sommets de merdes technologiques appellées TO6 ou MO5. Le lobby Thomson avait gagné, avec cette vision débile de l’informatique qui voulait faire de tous les mômes des programmeurs, alors qu’ils auraient pu manipuler la souris dans toutes les écoles. Pitoyable moment de l’hisoire de l’informatique. (http://www.homecomputer.de/pages/f_trade.html)


                            • Pak 24 mai 2007 23:33

                              Etant donné que j’étais super content d’avoir un Pentium 100 lorsque j’étais étudiant, je ne vois pas pourquoi on « cracherai dans la soupe » pour ce PC. En revanche la valeur éducative de l’appareil me laisse perplexe... On pourra toujours jouer avec smiley


                              • jamesdu75 jamesdu75 25 mai 2007 00:43

                                J’ai portable Dell pris sur Ebay 120€ qui date de 1999 (P3 500 Mhz /128 Mo / 10 go ) avec un ecran de 12"4.

                                Je peut vous garantir que c’est largement sufisant pour du traitement de texte, internet et voir des divx. Si c’est bien optimisé y’a pas besoin d’avoir un monstre de puissance.

                                Certains ont oublié quand on été sur un 486 Dx2 66Mhz 4Mo de Ram et on utilisé telnet pour envoyer des message avec un modem 14ko/s.

                                Sinon pour l’OLPC, l’idée de base est bonne, mais trop utopique pour le tiers monde. L’afrique a besoin d’une chose importante, qu’on la laisse se debrouiller seul et qu’on arrête de foutre notre nez dans leurs affaires et leurs ressource.

                                Mais si on voit plus loin, ils sont plus nombreux et plus riche que l’Europe, donc un danger potentiel, qu’on laisse a terre avec un pied sur la tête.


                                • Lucrezia 25 mai 2007 07:22

                                  Le Marché Mondial des « pauvre » est là terme le plus juteux. L’heure est au micro-paiements ... !

                                  Parce que ne serait-ce qu’un crédit de 1$ par mois et par habitant « pauvre » cela génère 8 Milliards de dollars par mois, soit 100 milliards par an.

                                  A méditer !

                                  Internet appliqué aux pays « riches » en est un exemple flagrants d’autant que le coût de la collecte est très faible...


                                  • Captain Cap 25 mai 2007 07:32

                                    L’ordinateur à $100 c’est comme le SMIC à 1500€. Et comme les pissenlits par la racine. Si ce n’est pas pour demain, c’est pour après-demain. Suffit d’un peu de patience.


                                    • motril 25 mai 2007 08:30

                                      De toute manière même si la baisse de composant continue l’ordinateur a 100$ restera hors de prix pour les populations du tiers monde. donc a votre bon coeur les ONG. smiley


                                      • dark-jus 25 mai 2007 09:49

                                        un Acer aspire 3620 : Cdiscount l’avait mis en vente dans les 430€ (+1 euros pour la taxe d’écoenfilade). Billou est si généreux qu’il pourrait offrir la licence sur ce model non ? Et en rajoutant une petite contribution de Acer plus celle des états participant on peut arriver à un prix proche de cette Bouse qu’ils essayent de refourguer aux plus démunis non ?

                                        j’ai l’impression qu’ils mettent en place un procédé pour encore plus plumer le pauvre. Comment se faire du blé sur un pauvre ? tel était la question qu’ils se sont posé lors de l’élaboration du cahier des charges.


                                        • jamesdu75 jamesdu75 25 mai 2007 12:01

                                          Article pris sur le site de presence PC :

                                          http://www.presence-pc.com/actualite/OLPC-jeux-video-23500/

                                          L’OLPC de Nicolas Negroponte n’est pas un projet morose. Les responsables du XO annoncent que des développeurs de jeux de vidéo vont soumettre des projets de jeux gratuits et les meilleurs seront installés dans les ordinateurs du programme OLPC. L’évènement se déroulera entre le 8 et le 10 juin et réunira une centaine de développeurs, musiciens, artistes et éducateurs, venus contribuer au projet de M. Negroponte.

                                          Cette annonce continue néanmoins d’alimenter les critiques qui estiment que le XO, le portable issu du programme OLPC (One Laptop Per Child), n’est pas adapté aux publics visés. Ce projet souhaite mettre un ordinateur portable dans les mains d’enfants défavorisés des pays en voie de développement. Beaucoup questionnent néanmoins l’initiative de M. Negroponte en raison du système de rechargement à manivelle ou le fait que les enfants soient censés réparer leur portable eux-mêmes en l’ouvrant. Beaucoup critiquent aussi le coût de quelques milliers de dollars pour l’achat d’un satellite afin de connecter les portables à Internet et estime que ce sont des investissements superflus pour des populations qui n’ont parfois pas d’eau potable. On peut donc se demander si des jeux vidéo sont vraiment ce dont ces enfants ont besoin. Ces critiques ont d’ailleurs fait surface lors d’un reportage réalisé par l’équipe de CBS - 60 Minutes qui place M. Negroponte dans une situation parfois difficile. Reste à savoir maintenant si le meneur qui ne profite pas de cette opération, selon ses dires, arrivera à faire taire ses détracteurs avec des résultats positifs.


                                          • nicolas traineau 25 mai 2007 12:02

                                            c’est le monde à l’envers. quand on sait qu’il faut d’abord de l’électricité pour faire fonctionner le matos et que dans la plupart de ces pays , il n’y en a pas.(ou seulemnt pendant quelques heures par jour grace aux pauvres groupes électrogènes qui tombent en panne tous les 15 du mois)


                                            • Vincent 25 mai 2007 14:50

                                              Il faut se renseigner un peu : l’OLPC est autonome, ses batteries se rechargent avec une dynamo intégrée !! 1 minute de recharge = 10 minutes d’utilisation !!


                                            • nicklaus 25 mai 2007 15:53

                                              Ce procédé, très utile dans des pays où l’électricité se fait rare et chère, procure à l’OLPC une autonomie de 40 minutes en pleine charge s’il est actionné pendant une dizaine de minutes par un adulte. Comme pour tous les produits avec batterie, ce qui est annoncé n’est jamais atteind en réalité. (je posséde des lecteurs mp3 dont l’autonomie annoncé est de 20h mais dont l’autonomie réelle n’a jamais excédé la dizaine d’heure

                                              l’avenir nous le dira...

                                              http://www.laptopspirit.fr/1222/batterie-experimentale-et-generateur-pour-l%E2%80%99olpc/


                                            • Vincent 25 mai 2007 19:26

                                              Oui mais quelque soit l’autonomie de la batterie, ça ne change rien au fait que ces ordis ont été conçus pour fonctionner là où il n’y a pas la moindre trace de centrale électrique, même au milieu de nulle part.

                                              Et même si finalement 1 min de recharge donne 4 min d’utilisation, ça reste utilisable des heures d’affilée une fois combiné avec le système de pédale...


                                            • David Fayon David Fayon 25 mai 2007 12:29

                                              L’ordinateur à ’100 dollars’ répond à un besoin et a de l’avenir.

                                              Le parallèle est tentant avec l’automobile. Renault a prouvé avec la Logan que l’on pouvait produire une voiture ’low cost’ répondant aux besoins des pays émergents (et même des pays riches pour les conducteurs ne souhaitant pas une automobile sophistiquée) tout en dégageant de la marge.

                                              Il pourrait en être de même pour l’ordinateur ’low cost’ pour lequel il existe un marché gigantesque. Les questions sont de connaître :
                                              - la variable économique (lieu de production et coût associé, coût d’acheminement, coût des composants éprouvés et effet-volume sur la résultante prix, etc.),
                                              - quid de l’accès à l’électricité dans les pays émergents dont l’ordinateur est tributaire ainsi que de la robustesse à la température par exemple,
                                              - quid du SAV et de la maintenance en cas de panne,
                                              - quid de la formation,
                                              - quid de la politique des PVD pour relayer et appuyer un tel projet séduisant car réducteur de la fracture numérique.


                                              • Jean Zin Jean Zin 25 mai 2007 15:25

                                                Les indiens préparent un ordinateur à 10 dollars à base de composants de téléphones mobiles !!

                                                http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-912275@51-886638,0.html]

                                                « Les enfants indiens pourraient bientôt être équipés de l’ordinateur (PC) le moins cher du monde. Le ministère local du développement et des ressources humaines se donne deux ans pour assembler un PC à 10 dollars. »Nous avons déjà conçu un ordinateur à 47 dollars. S’il est produit à au moins un million d’unités, nous pensons pouvoir atteindre notre objectif", explique un haut fonctionnaire.

                                                S’il est fabriqué, l’ordinateur à 10 dollars pourrait compromettre les chances de réussite du programme « Un ordinateur portable par enfant », initié par Nicholas Negroponte, fondateur du Media Lab au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston".


                                                • dark-jus 25 mai 2007 20:52

                                                  et oui ! c’est juste une manière de tiré du profit du pauvre smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès