Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Belgique : Des universités paralysées

Belgique : Des universités paralysées

Depuis une semaine, la principale université du sud de la Belgique, l'Université Catholique de Louvain (UCL) a été en arrêt de cours durant une heure par les étudiants. A l'appel de la Fédération des Etudiants Francophones de Belgique (FEF), ils ont manifesté leurs inquiétudes face au projet de réforme de l'éducation supérieure voulue par le Ministre de l'Education, Jean-Claude Marcourt.

Ce 19 décembre, c'est autour du siège montois de l'Université Catholique de Louvain, d'arrêter ses cours durant une heure en signe de protestation. Plus de cent étudiants ont manifesté leurs inquiétudes par rapport au projet de réforme de l'enseignement supérieur belge. Pour les étudiants montois, il est injuste que leur université soit dévalorisée. Les deux projets du Ministre Francophone de l'Education Supérieure visent à revaloriser la qualité de l'éducation et son accessibilité. Il a paufiné un avant-projet de décret sans concertation avec les étudiants. La FEF, principale organisation étudiante avec plus de 150 000 membres a lancé diverses actions de sensibilisation et d'information sur divers campus du sud du pays.

L'action ayant eue lieu sur le campus de Mons fut la première organisée conjointement avec la Haute Louvain en Hainaut (Helha). Dans le projet du Ministre Jean-Claude Marcourt, les hautes-écoles seraient dévalorisées par rapport aux universités, ce que rejettent les étudiants dont 70% sortent diplômés de ce type d'institution. Pour les étudiants de l'Université Catolique de Louvain, siège de Mons, il est inconcevable que leur université doive se plier à des décisions venant d'une autre université si le décret passait en 2013. Via cette action d'information et de sensibilisation, ils ont souhaité manifester leurs inquiétudes face à la mise en place d'un pôle régional pour l'éducation supérieure.

Le Président de la FEF, David Mendez, présent sur place, a réaffirmé sa déception de ne pas avoir été concerté par le Ministre pour ce projet de décret. Le fait que le Ministre ait choisi d'agir en pleine période de campus provoque l'indignation des étudiants francophones de Belgique, plutôt concentrés à la session d'examen de janvier, comme le souligne Géraud Strens, Président des Etudiants de la Haute-Ecole Louvain en Hainaut (HELHA) de Mons. Le porte-parole de la FEF prévient quant à lui que "cela ne nous empêchera pas d'être très attentifs et de sensibiliser au maximum les étudiants francophones. Nous attendons les résultats des travaux inter-cabinets sur le décret auxquel nous sommes déjà prêts à réagir". Certains n'excluent pas une grande manifestation fin janvier si le Ministre belge persiste. Outre le campus montois, les étudiants ont protesté dans la capitale Bruxelles, à Louvain-La-Neuve, Liège et d'autres villes. Pour l'action menée par le Conseil Etudiant de l'Université Catholique de Louvain de Mons, les étudiants avaient reçu plusieurs soutiens de la part de leaders étudiants étrangers, dont Camila Vallejo du Chili.

 

sources :

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1551539/2012/12/19/Decret-Marcourt-la-FEF-regrette-de-ne-pas-etre-consultee.dhtml

http://www.rtl.be/info/votreregion/hainaut/966926/mons-les-etudiants-de-l-ucl-protesteront-mercredi-contre-le-projet-de-decret-marcourt-



Sur le même thème

Belgique : John Joos, le candidat qui défie la région du Premier Ministre
Chili : Les étudiants testent Michelle Bachelet
La Belgique en route vers la solution finale
La 5e République et les lois d'opinion
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs


Réactions à cet article

  • Par ARMINIUS (---.---.---.34) 20 décembre 2012 17:06
    ARMINIUS

    Anémone,
    Je pense que vous êtes belge et que pour une meilleure compréhension de vos lecteurs Français il serait bon de préciser que l’université de Louvain a été scindée en deux : l’une Flamande à Leuwen ( Louvain en français) l’autre Wallonne à Louvain-la-Neuve...
    J’ai appris que la partition Flamand/Wallon s’appliquait aussi aux fédérations de sport, à l’encontre de la devise Belge qui est, si mes souvenirs sont bons, « l’Union fait la Force »...quel dommage !
    Merci de nous tenir au courant et bon courage pour vos combats légitimes...

  • Par grubinstein (---.---.---.230) 21 décembre 2012 10:35

    Outre le fait qu’aucune université belge n’est actuellement paralysée par quoique ce soit (entre un blocage et des AG de quelques dizaines d’étudiants, il y a de grosses différences), l’article contient de très nombreuses imprécisions.

    1) Il n’y a pas deux mais un projet de réforme de l’enseignement supérieur. Le ministre de l’enseignement supérieur Marcourt (socialiste) ne vise absolument pas « à revaloriser la qualité de l’éducation et son accessibilité » mais, en gros, à réorganiser la carte de l’enseignement supérieur en pôles territoriaux, à créer une académie fédérant l’ensemble des acteurs et à réformer l’organisation de l’année académique dans la logique de la déclaration de Bologne. Plus de détails ici : http://bit.ly/Veouzm

    2) En Belgique, une minorité d’établissements sont de gestion publique, les principales universités belges sont libres (voire catholique pour celle de Louvain, la plus grosse). Le « mouvement » qui anime actuellement quelques campus est en fait téléguidé par les responsables d’universités libres, qui critiquent le projet en ce qu’il restreint l’autonomie de leurs entreprises en les forçant à collaborer plutôt qu’à se faire concurrence. C’est à cet égard l’exact inverse du mouvement qui a animé les universités françaises en 2007 contre la LRU (loi Sarkozy - Pécresse pour l’autonomie des universités). Les organisations étudiantes ne font qu’exploiter la grogne de la frange réactionnaire du monde académique et politique (voir ici la réaction du MR - droite libérale : http://bit.ly/UOveDM et des mandarins de l’enseignement privé : http://bit.ly/12tpd7k ) pour animer un mouvement sans vraie revendication (voir ici les motions votées ces derniers jours, d’une très grande pauvreté sur le fond : http://on.fb.me/VTYp9z).

    3) Contrairement à ce qui est dit, une très large consultation de tous les acteurs de l’enseignement supérieur a eu lieu en amont de la réforme, en 2010. La FEF a boycotté cette concertation, pour des raisons incompréhensibles, et a donc raté l’occasion de faire entendre sa voix dans le dossier. Voir ici : http://bit.ly/ZnyaA7

    Bref, on est très loin des mouvements étudiants qui ont animé le Québec, l’Angleterre ou le Chili ces dernières années, et on se demande si les leaders étudiants internationaux accorderaient leur soutien à cette mascarade s’ils en connaissaient réellement les tenants et les aboutissants...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires