Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Berlusconi en route pour l’impunité définitive

Berlusconi en route pour l’impunité définitive

Sarkoni ou Berluskozy : qui est le pire ?

Excellent article de Libération, sous la plume du correspondant à Rome du quotidien, Eric Jozsef, auteur de Main basse sur l’Italie, la résistible ascension de Silvio Berlusconi. La nouvelle loi sur mesure, que s’apprête à faire passer la droite italienne pour mettre définitivement à l’abri des juges son capo, est resituée dans le contexte d’une stratégie constante depuis l’entrée en politique du très peu recommandable chef de gouvernement transalpin : " Officiellement, la majorité de droite présente la mesure comme un moyen d’accélérer la lourde machine judiciaire et assure que « les procès courts seront utiles pour tous les citoyens ». Très souvent, il faut près de dix ans pour qu’une affaire arrive à son terme en Italie. Mais dans l’entourage du président du Conseil, on ne cache pas non plus que l’objectif est de mettre à l’abri Silvio Berlusconi, qui a été réélu pour la troisième fois en 2008 malgré ses casseroles judiciaires".
 
C’est là qu’on voit que la droite italienne est encore pire que la nôtre, en tout cas en ce qui concerne la décomplexion. A Paris, on ferait sa chochotte en disant que "pas du tout, ça n’a rien à voir" avec le cas du chef de l’Etat, on s’offusquerait d’une nouvelle polémique... A Rome, on est en tout cas moins hypocrite.

En même temps, difficile de faire autrement tant cette quête permanente de l’impunité est flagrante, à l’analyse de l’historique qu’Eric Jozsef retrace avec brio : "A peine retourné aux affaires il y a un an et demi, le gouvernement du Cavaliere avait présenté un texte sur le modèle français, octroyant une immunité aux quatre plus hautes autorités du pays, donc au président du Conseil, durant l’exercice de leur mandat. Mais le texte a été retoqué par la Cour constitutionnelle, laquelle a estimé que le projet violait « l’égalité » des citoyens devant la loi. Immédiatement, le procès qui voit le magnat de la communication soupçonné d’avoir corrompu l’avocat britannique David Mills, et qui avait été suspendu en attendant le verdict de la Cour constitutionnelle, a repris. David Mills a déjà été condamné en appel à quatre ans et demi de réclusion. Il a été reconnu coupable d’avoir touché 600 000 dollars de la Fininvest, le groupe de Berlusconi, pour fournir un faux témoignage en faveur du Cavaliere dans un autre procès. « S’il y a un corrompu, il y a un corrupteur », ont écrit en substance les juges dans leur sentence de condamnation de l’avocat. Avec l’adoption de la nouvelle loi, les poursuites seraient immédiatement abandonnées. Le chef du gouvernement est également en procès pour « falsification de bilan » et constitution de caisses noires dans le cadre de l’acquisition de droits télé. Avec le nouveau texte, soumis à l’examen du Sénat, il éviterait là aussi toute sanction éventuelle. Pour Silvio Berlusconi, il s’agit du dix-huitième texte judiciaire ad personam présenté par sa majorité depuis son entrée en politique en 1994. Jusqu’à présent, entre acquittement, relaxes et affaires classées à la suite de lois sur mesure, le patron de la droite italienne a toujours réussi à échapper à la justice."

dmVoilà donc qu’il est établi - il a été condamné pour cela - que l’avocat David Mills a touché 600 000 dollars en récompense d’un faux-témoignage en faveur de Berlusconi. Donc que ce dernier est objectivement coupable de corruption. Mais une nouvelle loi sortie du chapeau lui promet d’échapper à la légitime condamnation, ainsi qu’elle lui évite de répondre devant la justice des comportements délictueux qui lui sont reprochés dans d’autres affaires, pour faire bon poids. Et l’entourage du président du Conseil ne cache même pas que, oui, cette loi est faite pour le mettre à l’abri. Immoral, cynique ? On croyait la Sarkozie championne du monde, mais son homologue transalpine la surpasse de cent coudées ! Remarquez, ce que les UMPistes français concèdent en décomplexion, ils le regagnent en hypocrisie : chez nous, pour être sûr de mettre à l’abri tous les amis du Pouvoir d’un quelconque risque judiciaire, on s’apprête à supprimer le juge d’instruction, sans admettre que placer la justice sous les ordres du parquet, donc directement du ministre, pose un quelconque problème en termes d’indépendance et de séparation des pouvoirs. Toujours nier l’évidence, mentir, constamment. Tout en hurlant à "la dictature", au nom justement de la séparation des pouvoirs, simplement parce les socialistes réclament une enquête parlementaire sur les 3,8 millions d’euros de sondages commandés par l’Elysée dans l’opacité la plus totale ! C’est Jean-François Copé, président du groupe de l’UMP à l’Assemblée nationale, qui s’est fendu de cette déclaration hallucinante de mauvaise foi et d’outrance. Finalement, en terminant ce billet, nous ne sommes plus si sûr que la droite berlusconienne soit vraiment pire que les sarkozystes.

PS  : salut fraternel aux amis d’Italie que nous étions allés rencontrer à Bologne. Qui, de Sarkozy ou Berlusconi, est le pire ? Le débat avait alors fait rage !

A lire aussi notre dossier d’avril 2006, Berlusconi et l’extrême droite.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • jps jps 16 novembre 2009 11:50

    ce qui me navre c’est que 25% de français(heureusement qu’ils sont minoritaires) souhaitent qu’on laisse tranquille Chirac avec son affaire des emplois fictifs. N’est ce pas pour ces 25% vouloir de facto instaurer une impunité définitive ?

    lorsqu’on constate que Pasqua est comdamné à 3 ans de prison dont un an ferme et que le juge d’applicationdes peines le laisse libre. N’est-ce pas une impunité définitive ?


    • Marc.M Marc.M 16 novembre 2009 12:22

      Les attaques de la présidence française, de son gouvernement et de ses cabinets noirs contre une justice universelle et équitable est moins frontale qu’en Italie mais mène au même but : L’immunité et l’impunité des puissants.

      En supprimant le juge d’instruction, en réduisant les budgets - et donc les moyens techniques et humains, Sarkozy et ses complices, la mafia du Fouquet et les Pieds Nickelés du CAC40, sabotent la Justice de l’intérieur comme autant de termites dans le pilier porteur de l’édifice.

      Le t-sarko Nicolas 1er (de Nagy-Bocsa, s’il vous plait !) rétablira alors la vénalité des charges pour vendre la Justice aux plus offrants. Ceux-ci étant – bien sûr par le grand des hasards – ses riches amis, les Lagardère, Bouygues, Arnaud, Bolléré, Pinaud et consort, opportunément épaulés par les rescrits des nobles courtisans de l’UMP.


      • ZEN ZEN 16 novembre 2009 12:35

        Berlu m’inquiète depuis des annnées
        Mais ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’une majorité d’Italiens ne s’inquiètent guère...

        Comment expliquer la fascination d’une quasi majorité d’Italiens à l’égard de ce personnage sulfureux, sorti d’un film de Fellini,au pouvoir médiatique jamais égalé, à la fortune immense d ’origine douteuse, aux moeurs décadentes, au cynisme absolu ?...

        -Sa cote de popularité n’a baissé que de 4 points et reste forte : 49% des Italiens ont une opinion favorable du Cavaliere.
        Un aveu et une dénégation :

        « Une majorité d’Italiens aimeraient au fond d’eux être comme moi, et se reconnaissent en moi et dans la façon dont je me comporte », a déclaré le président du Conseil italien dans un entretien téléphonique accordé à une chaîne de télévision dont il est propriétaire.« Ils savent également que Silvio Berlusconi n’est pas un voleur et n’utilise pas ses pouvoirs à des fins personnelles »

        ___________"Berlusconi a su exacerber des qualités et des attributs des Italiens un peu méconnus. Par exemple, l’esprit de la réussite individuelle, des succès économiques et sociaux, qui ne sont pas forcément bling-bling ! J’ajoute que la gauche critique très vivement Berlusconi. Le fait d’avoir focalisé toute l’opposition sur l’anti-berlusconisme a peut-être ralenti ou effacé l’élaboration d’un vrai programme alternatif au gouvernement. Je vous rappelle enfin que les Italiens ont voté par deux fois en faveur de M. Prodi et de l’alliance de centre-gauche. Et ce sont les déchirures de la gauche qui ont donné le pays à Berlusconi sur un plateau d’argent.« 

        ____ »En Italie,l’opposition n’existe plus, mais il y a un phénomène bien pire : il n’y a plus d’opinion publique. La mainmise de Berlusconi sur la télévision a ravagé la façon de penser des Italiens"(Nanni Moretti)
        Marco Revelli : « L’Italie n’a plus rien de démocratique »
        ______________________________
        -Berlusconi dans le paysage politique italien :


        • Gourmet 16 novembre 2009 13:10

          Il faudrait plutôt comparer Berlu à Chichi non ? Chichi qui a échappé 13 fois à la Justice tout de même.
          db


          • TSS 16 novembre 2009 13:34

            l’exemple italien prefigure ce qui nous attend ! l’Italie n’ a que quelque temps d’avance !!

            les escrocs qui nous gouvernent se demènent pour rattraper Berlusconi... !!


            • xray 16 novembre 2009 16:23


              Ils en ont bien de la chance, ces Italiens, que les partis politiques français de gauche exploitent leurs malheurs ! 
              Cela va leur changer la vie, ça c’est sûr ! 

              Le bourbier européen 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 



              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 17 novembre 2009 11:09

                Berlusconi serait donc un innocent pourchassé par des magistrats gauchistes pour raisons politiques ? Vous êtes sérieux ?


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 17 novembre 2009 12:43

                Vous êtes gonflé dans le genre mauvaise foi : ce que la justice lui reproche est bien réel !


              • italiasempre 17 novembre 2009 22:46

                Bonsoir 

                Que veut dire bien voyons ? 
                Par ses malversations financières, ses tours de passe-passe, son implication avec le milieux mafieux et enfin par son manque absolu d’éthique et de morale -sans parler d’idées- ce type est la honte de la droite. Ce type est la HONTE DE LA DROITE, vous comprenez ? 
                Indro Montanelli disait : Berlusconi è il bugiardo più sincero che ci sia, è il primo a credere alle proprie menzogne, chiagne e fotte -pardon- e quando t’aspetti a che dica una scempiaggine, lui la dice...
                 


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 18 novembre 2009 04:08

                Notre ami est dans le déni total, c’est un troll, mais il ne trompe personne.


              • italiasempre 18 novembre 2009 12:16

                La qualités de mes références ?

                C’est vrai que vous êtes marrant.


              • italiasempre 18 novembre 2009 23:50

                Oui j’ai une autre question.

                Etes-vous réellement idiot ou il s’agit d’une posture ?

                Santoro, Travaglio, « Annozero », « Il fatto quotidiano »... 
                Ce sont mes références, là ?

                Allez Marc, continuez à défendre l’amoral Berlusconi, buvez jusqu’à la lie le calice que vous tend votre cavaliere mais évitez les ignominies sur montanelli parce que c’est juste pitoyable, tenez-le vous pour dit. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès