Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bilan (provisoire) du conflit Israël/Hezbollah

Bilan (provisoire) du conflit Israël/Hezbollah

En dépit de quelques accrochages et incursions limitées, le cessez-le-feu onusien instauré la semaine dernière, a jusqu’à présent, tenu bon. Cependant, si les armes se sont tues, la tension demeure quant à elle bien palpable tandis que les deux belligérants préparent un possible second round. Aussi est-il temps de mettre à profit cette accalmie pour dresser un bilan, probablement provisoire, des affrontements qui ont fait rage entre l’État hébreu et l’organisation paramilitaire chiite durant ces dernières semaines.

Tout d’abord, sur le plan strictement militaire, et malgré les dires de beaucoup, la victoire, bien que légère, revient clairement à Israël. En effet, tant au niveau matériel qu’humain, les pertes du Hezbollah se révèlent, malgré le black-out médiatique imposé par celui-ci, incommensurablement plus élevées (approximativement de l’ordre de 6 contre un pour le nombre de combattants tués). Ces pertes sont d’autant plus importantes que c’est un arsenal et des fortifications constitués depuis plus de vingt ans qui ont été largement endommagés (309 lanceurs et près d’une quarantaine de tunnels détruits...). Et la nature propice au harcèlement des roquettes tirées par le Hezbollah - aisément dissimulables, transportables et opérationnelles - doit permettre de relativiser la puissance du mouvement terroriste au terme de ce conflit. Par ailleurs, la saignée opérée sur le réservoir humain de l’organisation d’Hassan Nasrallah ne doit pas non plus être sous-estimée. Loin d’être de simples civils ayant pris les armes, les hommes perdus par le Hezbollah constituaient l’élite - très difficilement remplaçable - de ses troupes : des combattants aguerris, très entraînés, équipés au niveau de soldats conventionnels (drones, radars, lunettes de vision nocturne...) et passés maîtres dans l’art de la guerre asymétrique. Bref, des combattants d’un tout autre niveau que les militants armés palestiniens que Tsahal, qui a perdu 116 soldats durant ce conflit, affronte quotidiennement. L’affaiblissement de la milice chiite, bien qu’insuffisant pour inhiber ses capacités de nuisance et d’influence, est donc néanmoins réel : son absence de réaction suite aux dernières opérations israéliennes est un signe qui ne trompe pas. Toutefois, si l’organisation semble pour le moment avoir regagné les ténèbres, c’est indubitablement pour préparer l’éventuel second round qui risque d’être beaucoup plus décisif et qu’elle aura certainement plus de mal à affronter.

Ceci nous amène à discuter des erreurs commises durant le conflit par le leadership politique et militaire israélien, actuellement sur a sellette. Outre la confiance bien trop importante accordée à l’outil aérien - la présence d’un membre de la Heyl Ha’Avir au poste de chef d’état major n’y est pas étrangère -, c’est la sous-estimation des capacités de l’ennemi et du facteur temps qui a constitué sa faute la plus grave. Bien que, malgré les dires de certains, les données fournies par les services de renseignements israéliens aient été relativement précises, c’est l’emploi de ces données par le commandement militaire, divisé durant le conflit, qui a été défaillant. Ainsi, selon le site d’information DEBKANews, les soldats israéliens ont critiqué leur manque de préparation et d’information quant à la nature de la menace, mais aussi le complexe de supériorité des haut responsables de Tsahal. Notons par exemple que le commandant la région militaire Nord, responsable du front libanais, fut relevé de la direction opérationnelle des forces engagées au cours des affrontements. Concernant le facteur temps, la nécessité d’un recours à une opération aéroterrestre plus massive et en profondeur a certainement été reconnue trop tardivement - à quelques jours du cessez-le feu - alors qu’une frange des officiers y était favorable dès le début des hostilités. Cependant, Tsahal a corrigé, un peu tardivement certes, son appréciation de la menace représentée par le Hezbollah et a adapté sa stratégie en conséquence. L’armée israélienne est donc désormais prête à affronter de nouveau le Hezbollah et d’en ressortir bien plus décisivement victorieuse.

Sur le plan médiatique, la victoire revient cette fois clairement au Hezbollah. Le mouvement chiite, passé maître dans la communication en temps de guerre, et aidé en cela par les frappes aériennes israéliennes spectaculaires sur les infrastructures civiles, est en effet parvenu à s’attirer les faveurs de l’opinion publique internationale ou, du moins, occidentale. “Guidant” et “conseillant” les journalistes - ce dont certains n’ont pas manqué de s’offusquer - , imposant le silence sur ses pertes ou organisant des opérations de manipulation - notamment lors des évènements controversés de Cana, sur lesquels l’Associated Press a finalement décidé de lancer une investigation. L’organisation paramilitaire islamiste aura clairement montré ses talents de communication. Et certains scandales de malversation médiatique, comme celui entourant le photographe de Reuter Adnan Hajj, n’auront pas inversé la tendance. En outre, le Hezbollah, pour avoir fait face “avec succès” à la puissance israélienne, dispose désormais d’une aura indéniable au sein du monde arabo-musulman. Par ailleurs, sur le plan intérieur, il est fort à parier qu’en l’absence d’initiative gouvernementale en la matière, les activités sociales et de reconstruction menées par la milice paramilitaire chiite renforceront son influence et son prestige. Prestige au pays du Cèdre qu’il convient toutefois de ne pas surévaluer ; la majorité des Libanais n’ayant que peu d’estime pour cette organisation parasite.

Sur le plan politique, le bilan est pour le moins mitigé. La résolution 1701, sur le papier favorable à Israël, constitue, dans les faits, une avancée très relative. En effet, alors que le désarmement du Hezbollah est affiché comme une condition expresse, le mouvement militaire chiite, qui a regagné le Liban Sud depuis l’arrêt des hostilités, a rappelé qu’il n’obtempèrerait pas. De surcroît, le ministre des Affaires étrangères français, M. Philippe Douste-Blazy, a quant à lui déclaré que l’organisation terroriste ne serait pas désarmée par la force et le gouvernement libanais prosyrien a affirmé qu’il n’userait pas des armes contre le Hezbollah, considéré par le président Lahoud comme faisant “partie intégrante de l’armée libanaise.“ Cette dernière déclaration du chef d’Etat libanais justifie a posteriori la rhétorique israélienne qui juge le gouvernement du pays du Cèdre complice de la milice d’Hassan Nasrallah. Perçue comme un tigre de papier, la force d’interposition de l’ONU, incarnation de facto de la volonté internationale, peine, quant à elle, à trouver des participants en l’absence de règles d’engagement précises et adéquates. Le spectre du Drakkar hante en outre les esprits des dirigeants occidentaux. Toutefois, si cette situation venait à se dégrader, cela légitimerait indiscutablement une éventuelle seconde offensive de l’Etat hébreu contre laquelle la communauté internationale n’aurait que très peu d’arguments à opposer, si l’on écarte l’aspect humanitaire. Cette éventualité est d’autant plus crédible que M. Ehoud Olmert est accusé en Israël de pusillanimité et d’inconséquence par la population, les travaillistes et les partis de droite, les militaires et les réservistes. Enfin, l’implication et l’influence avérées dans ce conflit de l’Iran et la Syrie auront démontré aux gouvernements occidentaux les plus récalcitrants la réalité du danger et de la vivacité de l’axe formé par Téhéran et Damas. Concernant la théocratie iranienne, ce conflit aura constitué un premier test de la détermination internationale, notamment en prévision des possibles sanctions à venir à son encontre en raison de son programme nucléaire, mais peut être au prix d’une cartouche trop rapidement brûlée, en l’objet du Hezbollah.

En conclusion, et pour reprendre les termes du secrétaire général des Nations unies, “la situation est fragile.“ Si la mince victoire militaire d’Israël a été occultée par sa débâcle médiatique, si ses erreurs n’ont été corrigées que tardivement et que la résolution onusienne risque, dans les faits, de se révéler inefficace. Il est au contraire fort probable que le second round, s’il a effectivement lieu, aura une conclusion nettement plus décisive et probablement plus favorable pour l’Etat juif. Et afin d’englober le face à face à venir avec l’Iran dans cette conclusion, cet extrait d’un billet de l’expert militaire suisse Ludovic Monnerat s’impose : “La carte Hezbollah ayant été jouée, maîtrisée, analysée et bientôt totalement contrée, elle perd son intérêt à court et moyen terme dans le jeu iranien. Au contraire, le jeu israélien reste dans l’ombre, ses capacités incertaines, sa volonté imprévisible, surtout en rapport avec un jeu américain qui peut soudain abattre ses propres cartes.”


Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (119 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


    • septquiprend (---.---.201.68) 22 août 2006 23:53

      Non !! une telle référence n’est pas sans parti pris. A éviter....


    • jon (---.---.71.248) 23 août 2006 15:00

    • (---.---.123.107) 22 août 2006 13:40

      Bon article je trouve


      • ip (---.---.194.61) 22 août 2006 13:56

        En oubliant les morts à venir à cause des armes à sous-munitions anti-civils non explosées :


        • Ariel Sharon (---.---.129.245) 22 août 2006 14:08

          Clair et Concis. Je artage a 100% l’analyse...

          Malheureusement notre faiblesse d’aujourd’hui c’est les morts de demain...


          • MJ (---.---.79.89) 22 août 2006 14:59

            J’aimerai bien savoir d’où sortent ces statistiques. D’après ce que j’ai vu il n’y a eu que quelques miliciens libanais tués ou blessés (une centaine de chaque).

            L’arsenal du Hzabollah, quant à lui n’a pas l’air d’avoir faibli du début à la fin de la guerre.


            • Harry (---.---.240.214) 22 août 2006 15:13

              Pourqoui ne pas parler de la résistance héroique du hezbollah ? Face à la puissance démesuré de l’agresseur qui ne cesse de commettre des crimes atroces contre les populations civiles.... Cet article est pitoyable dans son approche et ses conclusions.


              • PHIL (---.---.162.160) 25 août 2006 16:46

                elle a bon dos la resistance heroique : mettre des caches d armes a cotes d ecoles et d hopitaux, tirere des missiles depuis des zones denses en population. je ne savais pas que c etait heroique d utiliser des boucliers humains.


              • nadia (---.---.152.115) 27 août 2006 19:07

                Vous avez une perception pathologique du réel. Vous transformez les victimes en coupables et réciproquement.


              • Rachid (---.---.9.3) 22 août 2006 15:52

                article pros israel, ça se voit clairement....donc pas objectif. Hizboallah ne sont pas des terroristes mais des résistants qui veulent libirer leur pays exavtement comme la résistance française, algérienne...etc. Si israel sort des territoires occupés il y aura la paix...à part ça ça sera la guerre. Israel ne restera pas à jamais puissante...son armé va ceder un jour ou l’autre... alors travaillons plutôt pour la paix...


                • septquiprend (---.---.201.68) 23 août 2006 00:03

                  Tu dis « Hizboallah ne sont pas des terroristes » mais c’est ou que tu as vu qu’Israêl occupait le Liban ?,les fermes de Sheba ?, c’est à la Syrie. Faut arrêter de vous montez la tête avec des inepties pareilles, vous frisez le ridicule.


                • jon (---.---.155.248) 23 août 2006 15:07

                  A "par septquiprend (IP:xxx.x03.201.68) le 23 août 2006 à 00H03 Tu dis « Hizboallah ne sont pas des terroristes » mais c’est ou que tu as vu qu’Israêl occupait le Liban ?,les fermes de Sheba ?, c’est à la Syrie. Faut arrêter de vous montez la tête avec des inepties pareilles, vous frisez le ridicule."

                  je te remets le lien Israël accusé de crimes de guerre par par Amnesty International>

                  Le Hizbollah est Libanais et il est au Liban, si on suit ton raisonnement tous les résistants Français sont des terroristes si on le voit du côté NAZIS c’est sûr tu as raison. Les fermes de Chebaa sont LIBANISES et non Syriennes.


                • marlou (---.---.121.8) 24 août 2006 17:15

                  De quels territoires occupés parlez-vous,Israël a évacué le Liban depuis quelques années je crois ?


                • Christophe (---.---.119.14) 25 août 2006 12:13

                  Ceci explique peut être cela ...

                  « De façon cohérente, du coeur du territoire du Hezbollah, mon message était que le Hezbollah doit cesser de se fondre lâchement (...) parmi les femmes et les enfants », a déclaré M.Egeland.

                  « J’ai entendu qu’ils étaient fiers parce qu’ils avaient perdu très peu de combattants et que ce sont les civils qui subissent le plus gros (des attaques). Je ne pense pas que quiconque devrait être fier d’avoir plus de morts parmi les enfants et les femmes que les hommes armés », a-t-il ajouté."

                  Jan Egeland, chef des affaires humanitaires des Nations unies

                  « Lâcheté » du Hezbollah

                  Le chef des affaires humanitaires des Nations unies [Jan Egeland] a par ailleurs accusé le Hezbollah de « se fondre lâchement » parmi les civils libanais et d’avoir causé la mort de centaines de personnes depuis le début du conflit entre la milice chiite et Israël. Dans le sud du Liban, et surtout le long de la frontière avec Israël, où le Hezbollah dispose d’une infrastructure de bunkers et de tunnels, les membres du Parti de Dieu sont souvent difficiles à discerner de la population civile."

                  source nouvelobs.com


                • Takun (---.---.13.244) 22 août 2006 16:25

                  « c’est la sous-estimation des capacités de l’ennemi et du facteur temps qui a constitué sa faute la plus grave »

                  Ha ha ha ha ha ... *pleure*

                  ... non, la faute la plus grave c’est de considérer la guerre comme un moyen de prendre le dessus sur l’autre. les échanges de soldats sont monnaie courrante, ce n’est qu’un prétexte minable pour annihiler le tourisme au liban, et réduire les stocks d’armes inutilisées des usa.

                  avis aux fabriquants d’armes : éviter de demander aux autres de désarmer... crétins...

                  je vous hais, pourtant je ne ferais pas de résistance/terrorisme (appelez le comme ca vous arrangera devant l’opinion publique) par ce que je ne comprends pas que les hommes s’entretuent. Bref, j’aime notre époque, où les mmorpgs sont redoutés, et les guerres soutenues et étudiées une fois le pays rasé.

                  bravo à toutes les civilisations qui n’ont pas encore passé le cap de l’enfance et des caprices.


                  • noureddine (---.---.208.151) 22 août 2006 16:27

                    ça se voit que vous êtes très mal renseigner.plus de 150 chars de combats détruit 2 navires de guerre .ce n est pas pour de rien qu israel a tant bombardé la chaîne de télévision al manar revoyer un peu votre bilan il est très loin de la réalité.la défaite d israel est incontestable.je pense que vous devez regarder de plus en plus al manar et vous inspirer de la réalité


                    • Sotek 22 août 2006 16:38

                      40 chars endommagés dont 20 par des missiles, c’est le bilan définitif. Quant aux navires, si ceux qui ont été touchés ont besoin de réparation, aucun n’a été détruit. Il serait bon de mettre de côté Al-Manar pour de telles données...

                      Je vous invite à lire cet article : http://www.jpost.com/servlet/Satellite?c=JPArticle&cid=1154525881698&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull


                    • richard (---.---.46.1) 23 août 2006 10:34

                      Réponse de l’auteur : > Bilan (provisoire) du conflit Israël/Hezbollah par Sotek (IP:xxx.x47.16.51) le 22 août 2006 à 16H38 40 chars endommagés dont 20 par des missiles, c’est le bilan définitif. Quant aux navires, si ceux qui ont été touchés ont besoin de réparation, aucun n’a été détruit. Il serait bon de mettre de côté Al-Manar pour de telles données... Je vous invite à lire cet article : http://www.jpost.com/servlet/S...

                      Monsieur l’Auteur de l’article :

                      à cet internaute qui parle d’Al Manar, vous répondez Jerusalem Post....

                      Est-ce mieux selon vous ?


                    • marlou (---.---.121.8) 24 août 2006 17:27

                      C’est vrai que vos sources proviennent du Jerusalem post ? officièlement Israël aurait liquidé 600 guerriers hezbollah et autant de lances missiles mais n’apporte aucune preuve concernant ces chiffres, en fait cette petite victoire militaire n’est pas évidente.


                    • PHIL (---.---.162.160) 25 août 2006 16:56

                      al manar une reference d objectivite ??quelle blague on est dans le meme registre que le ministre irakien de l information du temps de saddam qui criait victoire a son peuple alors que les chars americains etaient a moins d’une heure de lui !!!

                      le hezbolla n a pas ete totalement detruit du fait du manque de preparation de l offensive israelienne, mais on est loin de la victoire militaire...


                    • waloo (---.---.84.94) 22 août 2006 16:27

                      Le Hezbollah attache une grand importance au martyr. Il est même au fondement du shîsme en Islam. Chaque année les chîites célèbrent le martyr de neveu du prophète Houssaïn considéré comme leur deuxième imam. Tous leur douzes imams ont connu le martyr. La célébration du martyr est non seulement une obligation mais aussi une occasion pour renforcer le moral et les convictions. DOnc cela m’étonnerait que le Hezbollah cache le nombre exact de ses martyr. Il en annoncé une centaine depuis le début du conflit. Et les israéliens savent que Nasrallah dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Dans tous ses discours le che du Hezbollah est resté serein et réaliste dressant un tableau froid des rélaités militaires du terrain et insistant sur une analyse rationnelle des paoport de forces, contrairment aux dirigeants israéliens qu’on a vu à chacune de leurs interventions gesticuler sans aucun sang froid, changeant de version et d’objectif d’un jour à l’autre, démentant dans un premier temps les comuniqués du Hezbollah pour les confirmer par la suite comme ça a été le cas sur la frégate israéliene détruite par le Hezbollah ou l’hélicoptère abbatu et le nombre de soldats israéliens morts lors de ces opérations. Les autorités Israéliennes annonçaient chauqe jour la prise de Bent Jbiel ou d’autres localités pour reconnaître par la suite le contraire.

                      Difficile de croire donc les chiffres israéliennes à propos des pertes du Hezbollah mais aussi de leurs propres pertes. D’ailleurs les aveux des soldats réservistes le confirment, Tsahal a subi de lourdes pertes, non seulement parmi ses reservistes mais surtout parmi l’élite de ses forces spéciales comme le Golani.

                      Les mensonges de Tsahal ont joué un rôle non négligeable dans la perte de confiance de ses propres soldats en leurs capacités. Lisez un peu les quotidiens israéliens, écoutez les radios communautaires juives et vous en saurez quelque chose !


                      • Quimporte (---.---.75.108) 22 août 2006 16:28

                        Vous mentionnez les chiffres extravagants des journaux israéliens et vous omettez ce qu’on dit de l’autre côté. C’est honteux... Et on plus on qualifie de « parasite » un mouvement qui s’est créé à partir d’une occupation. Les vrais parasites ce sont la horde de chiens représenteé par israel et tous ceux qui ont défendu l’indéfendable. Militairement, l’armée terroriste israélienne a subi un giffle spectaculaire face à une poignée d’homme armée de simples instruments. Pourtant doté d’un arsenal imposant et meurtrier qui n’épargne personne, l’aviation, les tanks, la marine, la complicité des états unis,... je pense qu’on devrait plutot parler d’un désastre militaire. D’ailleurs eux même s’entretuent dans leurs tables rondes. Allez y et consolez les et dites leur que vous avez gagné. Au lieu de parler des pauvres innocents qui sont morts sans aucune raisons on trompe le monde en parlant de propagande utilisée par le hezbollah, etc. Quelle est cette supériorité militaire israélienne dont vous parlez. Les israéliens devraient continuer à s’occuper des palestiniens comme ils l’ont toujours si bien fait et surtout les enfants. C’est pluis facile ils sont armés de pierres. Mais avec des armes à feu c’est autre chose. On fui les combats ou bien on les engage une fois que l’aviation a néttoyé le terrain. Pourtant sensé être la main de Dieu, je pense qu’il devrai changer de surnom et s’appeler la horde maudite par exemple. Bon c’est trop pour vous et épargnez nous de ces choses qui ne merittent pas d’être lus.


                        • PHIL (---.---.162.160) 25 août 2006 17:06

                          les criminels se sont ceux qui representent une milice armee par desgouvernements exterieurs afin de controler un pays. les vris crimes c est d engager le combat a partir de zones peuplees denseement. la veritable honte c est de tirer sur des soldat en se deguisant en femme et en se melant a la population. la veritable ignominie c est de se cacher parmi le peuple en attendant la riposte et en utilisant les morts comme spot de publicite.


                        • gérard (---.---.223.101) 22 août 2006 16:34

                          ( commentaire sur l’article de l’auteur) Une analyse de qualité qui aide à clarifier le bilan de ce conflit au-delà des passions et des émotions. Un raisonnementlogique,objectif et structuré qui laisse apparemment quelques lecteurs sans autre réaction que des commentaires non construits ni argumentés. Ce genre d’article est de nature à générer un échange entre démocrates constructifs. Merci


                          • (---.---.170.68) 22 août 2006 16:34

                            Bon article, loin des commentaires excessifs des deux camps...


                            • haina (---.---.47.163) 22 août 2006 16:50

                              Bon alors, qui nous ponds un double bilan ? Qu’on ait une fourchette pour bien manger du chiffre... On se fout de qui gagne qui perd, l’avenir reecrira tout ca dans nos beaux livres d’histoire. Nous ce qu’on veut c’est des chiffres sales et morbides, les points donnes par les juges arbitres, avant que la cloche ne sonne le deuxieme round !


                              • M. El Bachir (---.---.124.222) 22 août 2006 17:01

                                A monsieur Sotek,un simple citoyen français désireux de partager son analyse de la situation politique et géopolitique internationale, réponse d’un non moins simple citoyen désireux de partager son analyse politique non pas comme un épicier dans une morgue mais comme un connaisseur des enjeux dans la région.

                                PALESTINE, IRAK, LIBAN... A QUI LE TOUR ?

                                Gaza ou chronologie d’un crime de guerre planifié Cela faisait des mois que l’armée israélienne se préparait à une attaque ayant pour objectif la destruction de l’infrastructure de la société palestinienne et de son gouvernement. La pression a monté en puissance avec l’assassinat le 8 Juin 2006 d’Abu Samhadana, membre du gouvernement du Hamas. Assassinat qui a été suivi le lendemain par le massacre d’une famille sur la plage de Gaza. Les bombardements quotidiens de l’artillerie israélienne et les dizaines de morts palestiniens, dont une majorité de civils et de nombreux enfants, ont poussé des militants palestiniens à rompre la trêve le 24 juin. Un comité de résistance palestinien a capturé un soldat israélien dont la libération était conditionnée à celles des femmes et des enfants palestiniens emprisonnés en Israël. Le 26 juin, les mouvements politiques palestiniens, dont le Fatah et le Hamas, signent un accord d’entente nationale stipulant la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza dans les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, et l’arrêt de toute lutte armée en dehors des territoires occupés. Cet accord fut totalement ignoré par l’Etat d Israël et par les puissances occidentales. Accord pourtant exigé, jusqu’à lors par Israël et les puissances occidentales, du gouvernement du Hamas au prix d’un boycott économique et financier draconien. La capture du soldat fut donc le prétexte au démantèlement des infrastructures de Gaza, notamment par la destruction de l’unique centrale électrique, qui avec la pénurie de gasoil rend maintenant impossible le pompage de l’eau, et l’arrestation suivie de la détention d’une soixantaine de personnalités palestiniennes dont plusieurs ministres du gouvernement. Affamer et assoiffer une population, quitte à s’émouvoir par la suite de l’éminence d’une crise humanitaire ! Il est important de rappeler que le Plan d’évacuation des colonies de la bande de Gaza ne signifiait pas pour autant l’arrêt du contrôle militaire par Israël. De l’extérieur, Israël a empêché l’indépendance économique de la Bande, et n’a jamais appliqué les clauses des accords sur les passages aux frontières de novembre 2005. Il a simplement remplacé l’occupation coûteuse de Gaza par une occupation plus économique. De fait Israël s’exonère de sa responsabilité d’occupant à garantir la survie du million et demi de résidents dans la Bande de Gaza, telle qu’elle est prévue par la charte de la Convention de Genève de 1951. Israël n’a pas besoin de ce morceau de terre le plus densément peuplé au monde et dépourvu de ressources naturelles. Mais stratégiquement, Israël ne peut pas laisser « libre Gaza » s’il veut garder la Cisjordanie. Un tiers des palestiniens sous occupation vit dans la Bande de Gaza. Libre, la lutte de libération palestinienne aurait un accès au monde arabe, un danger pour Israël, qui pour annexer la Cisjordanie a besoin du contrôle militaire et économique de Gaza. La volonté de soumission du peuple palestinien devient de plus en plus explicite en transformant la bande de Gaza en une véritable prison à ciel ouvert totalement isolée du monde. « L’opération en cours à Gaza est faite de crimes de guerre et de violations systématiques et généralisées de toutes les règles du droit international », rappelle la Suisse, comme pour venir briser le silence des Puissances Occidentales. Silence qui n’est en fait qu’une approbation de cette stratégie de destruction de la société palestinienne.

                                Liban ou le silence occidental sur un crime de guerre Les mêmes prétextes produisent les mêmes crimes. Depuis qu’Israël, en 2000, s’est retiré du Liban, le Hezbollah se limitait à des affrontements dans la zone de Shebaa, que l’Etat hébreu continue à occuper. Aussi, l’opération militaire menée par l’organisation libanaise de résistance nationale Hezbollah, le 12 juillet, peut être vue comme le premier acte militaire de solidarité avec les palestiniens dans le monde arabe. La capture de deux prisonniers de guerre indique que leur intention était de diminuer la pression pesant sur les palestiniens de Gaza. La réponse israélienne au Liban comme à Gaza est la même : destruction méthodique des infrastructures civiles avec instauration d’un blocus militaire aérien, terrestre et maritime. Vider le Sud du Liban de sa population semble être l’objectif de l’armée israélienne ce qui signifie à terme une offensive terrestre pour le réoccuper. En inscrivant le Hamas et le Hezbollah dans la liste des organisations terroristes, les Etats-Unis et les Puissances Européennes ont donné à l’Etat hébreu la justification idéologique pour instaurer la terreur dans la population palestinienne et libanaise. Quant à la résolution 1559 du Conseil de Sécurité, d inspiration française, exigeant le désarmement de la « milice chiite libanaise », elle lui donne un cadre juridique international et permet aux puissances occidentales de se taire et de laisser faire. En ce sens, les propos du Premier Ministre français sont exemplaires car ils signifient en clair, que la France est solidaire du Liban sans pour autant condamner la politique israélienne, preuve s’il en est, que la France a définitivement clos le chapitre « Politique Arabe ». Désormais, l’alignement de l’ U.E et de la France, en particulier, sur la stratégie israélo- américaine ne fait plus aucun doute. En revanche, ce qui risque de faire dérailler cet imposant effort militaire et diplomatique israélien, ce sont les informations de crises humanitaires à Gaza et au Liban. Ce à quoi s’emploient les diplomaties européennes en demandant ’’ une trêve humanitaire" comme s’il s’agissait d’une « guerre humanitaire ». Une « trêve », le temps de nourrir et de soigner les palestiniens et les libanais pour qu’il soit possible de continuer à les tuer, pendant que les occidentaux dorment tranquilles.

                                Les buts de guerre Union Européenne, Etats-Unis et Israël ont désormais une convergence de vue sur les dossiers Iran, Syrie, Irak et Palestine. Une convergence qui a pour nom « le Grand Moyen Orient » conçu au Pentagone, au lendemain de l’agression et de la destruction de l’Irak. Il consiste en une nouvelle configuration géopolitique du Moyen Orient. En effet, le découpage régional, hérité du colonialisme franco-britannique, n’est plus adapté aux intérêts stratégiques occidentaux, en particulier des Etats-Unis et d’Israël. Dans cette stratégie, l’ U.E est en passe de devenir le « bras économique et humanitaire » de l’impérialisme militaire israélo-américain ".. Dans le cas présent, les buts stratégiques peuvent se résumer ainsi : « Qui maîtrise l’énergie dans le monde, maîtrise le monde lui-même ». « Qui contrôle l’eau au Moyen Orient, domine la région. »

                                Stratégie d’une colonisation La construction des murs en Cisjordanie et autour de Gaza vise à isoler les localités palestiniennes les unes des autres tout en les rendant dépendantes économiquement de l’état d’Israël. L’annexion d’une grande partie de la terre fertile de la Cisjordanie permet, en même temps, de contrôler le bassin du Jourdain. En effet, il possède des eaux de surface et des eaux souterraines et prend ses sources sur les pentes du Jabal el Cheikh au Sud Liban (Mont Hermon) : trois sources principales : celle du Dan, israélien depuis 1948, celle du Banias (rivière syrienne mais occupée par Israël), celles du Hasbani et du Ouasani qui s’écoulent du Liban vers Israël. Quant aux fermes de Chebaa au Sud-est du Liban et adjacentes au Golan, elles surplombent ce réservoir d’eau. Enfin, avec le Litani qui traversent le Sud, le Liban est, de fait, le château d’eau régional. Les opérations militaires israéliennes « Litani » en 1978 et « Paix en Galilée » en 1982 avaient pour objectif, entre autres, de contrôler cette richesse. Mais cet intérêt pour le Sud Liban n’est pas nouveau. En effet, en 1919, le Président de l’organisation Sioniste Mondiale, Chaim Weizman, adressa au Premier Ministre Britannique Lloyd Georges, une lettre où il considérait « essentiel que la frontière Nord de la Palestine englobe la vallée du Litani sur une distance de près de 25 miles (environ 40 Km) en amont du coude ainsi que les flancs ouest et sud du Mont Hermon. » Les antagonismes entre les colonialismes français et britannique de l époque en décidèrent autrement. Il est évident aujourd’hui que ces antagonismes font partie d’un temps révolu. Ainsi, depuis l’octroi du « Foyer National Juif » en 1917, hectare après hectare, impunité après impunité, fait accompli après fait accompli, les frontières de l’ Etat d’ Israël continuent à s’éloigner, judicieusement, de celles de 1948. Dans cette stratégie implacable, l’ État d’ Israël est en train de faire admettre à la communauté internationale que les droits légitimes du peuple palestinien font partie des « dommages collatéraux. » dans la construction du Grand Israël. Au nom de la doctrine américaine de « Guerre permanente et préventive contre le terrorisme », l’armée israélienne, la plus puissante du Moyen Orient a choisi l’option de la terreur. En Palestine comme au Liban, cette guerre a pour but de faire comprendre aux populations civiles que toute résistance contre l’ Etat d’ Israël est vouée à l’échec tout en espérant provoquer une guerre civile ou inter communautaire. Pour conclure, il n’est pas inutile de souligner, d’une part, que les peuples palestinien et libanais ont choisi librement et démocratiquement leurs gouvernements (ainsi le peuple israélien n’est pas le seul peuple de la région à vivre dans une démocratie) et d’autre part, que le Liban revient, depuis quelques années, sur le devant de la scène moyen- orientale comme la vitrine démocratique et prospère du monde arabe. Liban qui tente de renouer peu à peu avec la place financière forte et la destination touristique qu’il a eu dans un passé enviable. C’est un pays qui, s’il réussissait sa mue, pouvait faire, à terme, de l’ombre à Israël. Comment comprendre autrement, la destruction systématique des infrastructures civiles que ce pays connaît aujourd’hui ? C est ce qui a fait dire au Président Jacques Chirac, le 14 juillet 2006, « Je me demande si ce n’est pas le Liban qui est visé. » Après deux semaines de terreur, il n’y a qu’à se rendre à l’évidence ! Ces remarques induisent une question : Les puissances occidentales, Israël et les classes dirigeantes arabes ont- elles intérêt à ce que les peuples arabes prennent de la graine du peuple palestinien et libanais ? Enfin, face à la puissance relative et à l’influence grandissante de l’Iran en Irak et au Liban, les classes dirigeantes arabes ne voient pas d’un mauvais oeil l’objectif israélien de démantèlement de la résistance libanaise. Une vision à courte vue et la question : « A qui le tour ? » n’est pas dénuée de sens en regard du Programme de l’Organisation Sioniste Mondiale élaboré à Biltmore en mai 1942 ( Etats-Unis) « De la Vallée du Jourdain à l’Euphrate ». 21 juillet 2006 Mohamed El Bachir


                                • Yves (---.---.67.151) 23 août 2006 23:12

                                  Bravo pour votre commentaire ... qui rappelle des données historiques et géographiques irréfutables .

                                  - Cependant , je ne pense pas que l’U.E. et la FRANCE se soient alignées sur l’axe américano-Israélien ... , je pense plutôt que l’Europe est bordélique et n’est pas encore capable d’être un contre-poids à la politique hégémonique des U.S.A. ... mais je pense que ça viendra petit à petit ... et que les U.S.A. commencent à s’isoler ... « grâce » aux excès de l’Administration BUSH ... !!!


                                • baltuzar (---.---.139.144) 22 août 2006 17:08

                                  Il n’y a pas à dire, Israel sera toujours le champion incontesté dans l’art de faire passer des vessies pour des lanternes...


                                  • a (---.---.43.121) 22 août 2006 17:39

                                    pfff ! d’ou il tire ces chiffres celui-là ? N’importe quoi...heureuseent que le ridicule ne tue pas.


                                    • stéphanie (---.---.123.118) 22 août 2006 19:35

                                      Je ne peux que paraphraser certains, d’où sortez vous ces chiffres si « décalés de la réalité ». En effet, le ridicule ne tue pas, mais ce n’est tout de même pas une raison !!!!!!!!!!!


                                      • akad (---.---.103.45) 22 août 2006 20:55

                                        Je ne sais pas d’où vous tenez vos statistiques, mais les pertes du Hezbollah étaient la moitié par rapport à ceux des soldats israéliens. Tout en sachant le grand avantage matériel des israéliens et même humain puisque les israéliens avaient engagé 30000 soldats au sud Liban contre 1000 combattants du Hezbollah répartis sur tout le Liban.

                                        Sur le plan militaire la défaite israélienne est flagrante et scandaleuse.

                                        Quand à la résolution 1701, sur le terrain elle est totalement favorable au Hezbollah, d’ailleurs Israel a déjà commencé à la violer, la France fit marche arrière pour son engagement et les USA préparent déjà une autre résolution pour remplacer la 1701 qui n’arrange pas leurs affaires.

                                        Quelques soient les modalités de la nouvelle résolution, les ennemis du Liban n’arriveront pas à leur fin, pour la simple raison que le Hezbollah a gagné réellement la guerre, et on ne peut rien imposer au vainqueur.


                                        • cloclo (---.---.72.33) 22 août 2006 23:46

                                          Je ne sais pas d’où vous tenez vos statistiques, mais du 1 pour 2, ça c’est du n’importe quoi.

                                          « Sur le plan militaire la défaite israélienne est flagrante et scandaleuse ». Que vient faire « scandaleuse » là dedans ?

                                          Tu as l’air de confondre ’armée libanaise’ et hezbollah.


                                        • akad (---.---.125.162) 23 août 2006 18:16

                                          @ cloclo

                                          Je confonds le Hezbollah au Liban dans la limite où ils sont confondus par les libanais.

                                          Le Hezbollah est la résistance qui a défendu bravement le Liban contre la barbarie israélienne et ses alliés, et tous les libanais en sont fiers : du simple citoyen au président Emile Lahoud en passant par le PM Fouad Siniora.

                                          Par contre vous, vous confondez entre les intérêts libanais et ceux de la France, USA et d’Israel au Liban.

                                          La France vient de proposer une force internationale entre le Liban et la Syrie pour empêcher le passage des armes aux mains du Hezbollah. Cette proposition ne verra jamais le jour car les libanais préfèrent le Hezbollah qui les défend à la France qui profite économiquement du Liban et qui reste les bras croisés chaque fois que le Liban est agressé par les israéliens.

                                          Les libanais n’ont pas du tout besoin de la France, par contre ils ont trop besoin du Hezbollah en ces moments.


                                        • cloclo (---.---.72.33) 22 août 2006 23:38

                                          Tout a fait d’accord avec toi. Dans tous les cas de figure, le hezbollah a perdu :
                                          - soit il est désarmé
                                          - soit il intègre l’armée libanaise et il perd son autonomie et son ’impunité’
                                          - soit il continue le combat s’il en a les moyens, sera laché par ses ’alliés’ et finira de se faire écraser


                                          • akad (---.---.125.162) 23 août 2006 18:26

                                            @ cloclo

                                            L’autre jour, Peretz annonça un probable deuxième round contre le Liban. Personnellement au début j’étais inquiet, mais plus maintenant. Il y a deux jours le ministre de la justice libanais, émanant du Hezbollah, avait déclaré dans une interview, qu’il n’y a aucune chance pour que les israéliens puissent recommencer. L’armée sait très bien qu’elle a été battue. Hier le président Emile Lahoud dit la même chose. De même pour le PM libanais Fouad Siniora aujourd’hui.

                                            C’est l’incapacité militaire israélienne de battre le Hezbollah qui a obligé les USA à accepter l’arrêt des hostilités, et c’est ce non désarmement non attendu par la France qui l’a poussé à faire marche arrière sur son engagement. Maintenant la France veut aligner des forces internationales entre le Liban et la Syrie, car elle considère que la guerre contre le Hezbollah c’est sa guerre à elle aussi. Surtout que le Hezbollah avait menacé de remettre l’ambassade de la France à sa place.

                                            Je pense que tous ceux qui oseront s’opposer au Hezbollah soit militairement soit politiquement seront ridiculisés.


                                          • citadelle (---.---.142.240) 23 août 2006 00:04

                                            ça bouillonne de tolérance sur ce fil !

                                            Quest-ce que vous proposeriez pour la paix au proche -orient, la guerre où la paix ? C’est une simple question portant !

                                            Croyez vous vraiment que êtes de gens de paix ? Après soixante années de conflits au proche-orient ?

                                            Comment se fait-il qu’aucun pays n’a défendu le Liban ? Comment se fait-il qu’après soixante ans les palestiniens attendent toujours leur Etat sous des bombes ?

                                            En quelle année sommes nous ?

                                            Comment se fait-il que des arabes se fasse maltraité par des juifs ?

                                            Il serait vraiment temps de faire la paix des sages dans la région qui si elle bascule s’entrainera dans une guerre qui serait terriblement brutal, incalculable.


                                            • septquiprend (---.---.201.68) 23 août 2006 00:26

                                              à akad (IP:xxx.x06.103.45)

                                              et à tous les autres qui ont tendance à prendre les vessies pour de lenternes.

                                              C’est vrai que le hezb ne comptabilise pas ses morts, encore moins la chaîne TV Algésira, qui est aux bottes de hezb, faut préciser que le conflit du Liban, (côté libanais) a été son fond de commerce pendant 1 mois, par compte tout le monde sait bien comptabiliser les civils, les enfants, sans oublier les vieillards. Faut voir les choses comme elles sont et non pas comme tu les souhaites.


                                              • akad (---.---.125.162) 23 août 2006 18:31

                                                @ septquiprend

                                                Il y a eu énormément de civils morts au Liban, c’est pour cela que Humain Rights Watch a accusé aujourd’hui Israel de crimes de guerre, et c’est pour cela que le gouvernement libanais doit poursuivre son intention de poursuivre Israel pour son terrorisme et crimes de guerre.

                                                Effectivement je n’ai pas tenu compte des victimes civiles, comme je ne savais pas que vous prenez le massacre de civils désarmés pour un exploit militaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Xanadu


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès