Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bilan sur les tentatives de démantèlement de l’ex empire soviétique (...)

Bilan sur les tentatives de démantèlement de l’ex empire soviétique par les Etats-Unis

Lorsque le monde assiste, en novembre 2003 en Géorgie à la « Révolution des roses », puis en décembre 2004 en Ukraine à la « Révolution orange », l’Europe et les Etats-Unis s’empressent de féliciter ces avancées démocratiques comme autant de faits normaux d’une période dite de « transition post-soviétique ». La Russie, elle, perçoit ces événements comme une humiliation. Si les accusations de corruption, fraudes et non respect de la liberté d’expression ainsi que la contestation des premiers résultats des urnes par l’opposition semblent fondées, il n’en demeure pas moins qu’il serait naïf d’y voir un mouvement dont la dynamique serait purement démocratique et nationale. En effet, le changement de pouvoir à Tbilissi et à Kiev cristallise une forme de bras de fer que se livrent les Etats-Unis et la Russie pour dans un cas étendre et dans l’autre défendre leur sphère d’influence sur le continent eurasien, véritable heartland des relations internationales.

Quelles ont été les implications russes et américaines dans ces « révolutions colorées » ? En quoi est-ce illustratif du fait que la lutte de puissances, à défaut d’être aussi visible qu’auparavant, est loin d’être un principe suranné ? Nous nous efforcerons dans une première partie de montrer que ces mouvements révolutionnaires sont autant d’instruments employés par les Etats-Unis pour contester à la Russie sa position de leader régional puis, dans un second temps, nous analyserons la stratégie adoptée par la Russie pour faire face à ce qui est considéré à Moscou comme une intrusion dans son « étranger proche ». 

La théorie des « dominos démocratiques » appliquée à l’Asie centrale.

Novembre 2003 en Géorgie, décembre 2004 en Ukraine, février 2005 au Kirghizstan, novembre 2005 en Azerbaïdjan, décembre 2006 en Biélorussie, la chronologie et la succession des révolutions et mouvements de contestation en Asie centrale, qu’ils fussent un succès ou un échec, n’est pas sans rappeler le principe de « contamination démocratique », connu également sous le nom de « dominos démocratiques », cher aux néoconservateurs aux Etats-Unis. Cette stratégie, visant notamment à accroitre la sphère d’influence des Etats-Unis en s’assurant de l’émergence et de l’obédience de nouvelles démocraties, peut être résumée en trois étapes. Une « préparation du terrain », un soutien au pouvoir issu de la révolution, puis une diffusion du concept aux autres pays ciblés.

L’exemple de la Géorgie est particulièrement éloquent. La révolution des roses en novembre 2003 bénéficie de l’appui tactique de l’organisation étudiante de Belgrade Optor (Résistance). L’originalité de l’action d’Optor réside dans son emploi de professionnels de la presse et de la communication et de l’application de procédés de guerre de l’information ayant prouvé leur efficacité notamment en 2000, en participant à la chute du régime de Slobodan Milosevic, là ou les bombardements de l’OTAN avaient échoué. Celle-ci intervient en Géorgie en bénéficiant de l’aide logistique et financière d’Open Society, l’ONG du milliardaire George Soros. De la même manière l’intervention d’Optor, un an plus tard en Ukraine sera cette fois-ci financée par l’ONG américaine Freedom House, dirigée par James Woosley, ex-numéro un de la CIA. Une fois le terrain préparé et le résultat obtenu, reste encore à fournir de solides appuis aux nouvelles démocraties. C’est ce à quoi s’attelle l’administration américaine tant sous l’ère Bush que lors de l’ère Obama. George W. Bush, en visite d’Etat à Tbilissi, affirme en effet en 2005 que la Géorgie représente un « modèle de démocratie ». Soutien moral mais également militaire puisque malgré l’intervention russe en Géorgie et contrairement aux intentions qu’on leur avait prêtées, les Etats-Unis ne semblent pas renoncer à proposer à Tbilissi les moyens d’intégrer l’OTAN. Philippe Crowley, porte-parole du département d’Etat américain rappelle lors de sa visite à Tbilissi le 23 juillet 2009 que les Etats-Unis sont toujours prêts à équiper et entraîner l’armée Géorgienne pour qu’elle puisse atteindre les critères d’interopérabilité de l’OTAN. Leur soutien à la Géorgie, malgré l’avertissement russe de la campagne militaire de l’été 2008, est confirmé.

Ces avancées de la démocratie, ou pourrait-on dire de l’influence des Etats-Unis en Géorgie, Ukraine puis Kirghizstan en mars 2005, au sein même du glacis protecteur que s’échine de maintenir la Russie depuis des siècles, ont suscité de Moscou une réaction protéiforme. Preuve s’il en fallait que normalisation des relations internationales ne rime pas avec neutralisation des rapports de force entre puissances, loin s’en faut. 

Le glacis protecteur de la puissance russe mis à mal : D’une stratégie défensive, à une politique « pro-active ».

Si les révolutions des roses et orange ont laissé Moscou sans voix dans un premier temps, le président Vladimir Poutine n’ayant pu que saluer démocratiquement les nouveaux élus, il n’en demeure pas moins qu’une réaction défensive s’en est suivie. La première d’entre elle a été pour la Russie de parvenir à contenir la « contagion » là où elle pouvait encore l’être. Dénonçant cette « cinquième colonne » financée par l’étranger, Vladimir Poutine a mis en alerte les gouvernements d’Azerbaïdjan et de Biélorussie, qui parviennent respectivement en novembre 2005 puis décembre 2006 à briser les mouvements de contestation nés des scrutins. En parallèle est créé au sein de l’administration présidentielle un département plus spécialement chargé « de la prévention des révolutions orange dans l’espace postsoviétique » (Kommersant, n°50, 22 mars 2005), dont l’effet le plus visible fut la mise en place d’une nouvelle législation visant à empêcher le travail des ONG soupçonnées de « collusion avec l’Occident ».

Dans un second temps s’est imposée pour Moscou la nécessité de reprendre l’initiative après avoir subi les effets de la politique américaine dans la région. L’intervention militaire russe en Ossétie-du-sud, le 8 août 2008 répond à des motivations géopolitiques, frontalières et symboliques bien antérieures à la révolution géorgienne de 2003. Cependant, on ne peut nier que l’effet majeur de cette opération militaire était in fine de redonner à la Russie l’initiative dans le Caucase. C’est chose faite. Si cette opération n’a pas porté un coup d’arrêt définitif à la politique d’influence des Etats-Unis dans la région, il n’en demeure pas moins que, grisé par son succès, Moscou ne cesse de multiplier les effets d’annonce, haussant le ton face à l’Ukraine (En août 2009, Dimitri Medvedev, affirme à Kiev que seule une alternance politique en Ukraine permettra de renouer le dialogue), et se plaçant dans une position de force relative face à son nouvel interlocuteur américain, le président Obama. La rétraction des Etats-Unis dans le dossier du bouclier antimissile, ainsi que la fermeture des bases américaines en Ouzbékistan ou au Kirghizstan, semble montrer un essoufflement de la dynamique américaine au moment même ou la Russie, dans les faits et dans l’imaginaire collectif de ses pays limitrophes, apporte la preuve que le Caucase, plus que jamais, dépend de son giron. Ainsi, cinq ans après la révolution ukrainienne, l’opinion publique semble s’être littéralement retournée. Un sondage publié par la Fondation de l’Opinion Publique dans le cadre d’une simulation d’élections présidentielles accrédite seulement 2% intentions de vote à l’actuel président Viktor Iouchtchenko, contre 27% pour son ancien opposant pro-russe et anti-américain Yanukovich. Tout comme en Russie au cours des années 1990, le rêve américain, la « soft-power » semble avoir fait long feu, l’alternance politique et la « démocratie » n’ayant pas répondu aux attentes des ukrainiens en termes de bien-être et de niveau de vie.

Malgré quelques effets d’annonce du vice-président américain Joe Biden, affirmant à Tbilissi que « les sphères d’influence sont un concept suranné », cette zone demeure d’un intérêt stratégique certain pour les Etats-Unis, par sa proximité avec le théâtre d’opération Afghan, par sa situation de carrefour énergétique pour l’Europe et par sa capacité à être transformée en éventuelle tête de pont de la démocratie, véritable coup de taille dans le flanc de la puissance russe. Selon le géopoliticien Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller du président des Etats-Unis de 1977 à 1981, il est indispensable que les Etats-Unis « contrent toute tentative de restauration impériale au centre de l’Eurasie ». Cependant, la stratégie des Etats-Unis est vague, et les résultats obtenus sont fragiles. Le silence américain lors de l’opération militaire russe en Géorgie, le repli sur le dossier du bouclier anti-missile et la faible marge de manœuvre des Etats-Unis sur la problématique énergétique vient mettre en exergue les hésitations de la puissance américaine sur la question de sa perception de la Russie. Est-ce un ennemi vaincu ? Est-ce un partenaire en puissance ? La définition de la stratégie de puissance des Etats-Unis dans le heartland déprendra en grande partie de la réponse qu’apportera à cette question la nouvelle administration Obama. 

Gwendal Delcros 
 

Notes

Heartland  : Expression de Halford J. Mackinder, géopoliticien anglais, désignant le cœur du continent eurasiatique comme la zone pivot des relations internationales. « (…) Qui gouverne le heartland domine l’île monde, qui gouverne l’île monde domine le monde ».

« Etranger proche » : Thème adopté par la Russie dès 1992 pour désigner les républiques anciennement soviétiques.

Optor s’inspire notamment des théories de lutte non violente de l’américain Gene Sharp pour qui : « La lutte non violente n’est pas destinée à résoudre les conflits, mais à les gagner. Nous sommes très proches de la rhétorique militaire, mais les armes utilisées ne font pas couler le sang. Et elles sont très efficaces ». From dictatorship to democracy : A conceptual framework for liberation, The Albert Einsein Institution, 2003, 88p.

Cinquième colonne : expression employée par Vladimir Poutine, Adresse au pays (Douma), 26 mai 2004. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • finael finael 11 mai 2010 14:41

    Il serait temps de remarquer qu’il ne s’agit pas de « l’empire soviétique », mais bel et bien de l’empire Russe, bien antérieur.

    Et le prétexte de la lutte contre le communisme ayant disparu (d’autant plus que l’on ne cesse de vanter la collaboration avec un autre régime se disant communiste : la Chine), il devient clair qu’il s’agit ni plus ni moins d’un conflit larvé avec la Russie.

    Je ne crois pas que l’on puisse nier que les Etats-Unis soient la première puissance économique et militaire, mais si « l’Europe de l’Ouest » et ses excroissances perpétuent l’OTAN, créé pour « endiguer » le communisme, c’est aussi un acte de soumission aux USA. Que la Russie refuse cette soumission ne peut qu’être sain.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 mai 2010 15:03

      " Novembre 2003 en Géorgie, décembre 2004 en Ukraine, février 2005 au Kirghizstan, novembre 2005 en Azerbaïdjan, décembre 2006 en Biélorussie, « contamination démocratique », connu également sous le nom de « dominos démocratiques  », Manque plus que le Chinistan, mais ça ?


      • Le Hobbit Reporter Le Hobbit Reporter 11 mai 2010 16:08

        La Russie a peut être moins de machiavélisme et de force de politique que tu le sous-entend dans cet article, ne serait-ce que parce qu’on a choisi un ex du KGB, le colonel Vladimir Poutine, faute de mieux. Que le temps qu’une vrai conscience politique, autre qu’un impérialisme primaire ou qu’un populisme mafieux émerge dans ce pays, les racines du fédéralisme et de la démocratie auront grossis en Europe. Et ce ne sont pas les services secrets occidentaux qui sont passés maître dans cette invention terrible qui a failli faire basculer l’Europe au milieu du 20ème siècle : les « méthodes actives » des services soviétiques. La Chine a hérité de ces méthodes et l’applique aujourd’hui à ses frontières. La désinformation et la déstabilisation ne s’usent que si l’on s’en sert. Et je doute que ces petits jeux soient aujourd’hui rentables pour la seule raison de faire la guerre qui subsiste aujourd’hui : la maîtrise des ressources naturelles et la pérennité de ce qui fait le nid des marchés financiers : les paradis fiscaux.


        • zelectron zelectron 11 mai 2010 16:11

          Ce n’est pas une surprise de la part des USA : discours grandiloquent d’un coté et actions subreptices de l’autre, le cœur sur la main d’un coté et le revolver sur la tempe de son vis à vis de l’autre...
          Ce que les USA ont réussit ? c’est de rendre les russes méfiants quant à tout l’occident et créer de toute pièce une résurgence inquiètante d’un nationalisme communiste revanchard.


          • vero87 11 mai 2010 20:37

            Je crois qu’il ne faut plus raisonner en termes d’empire russe, encore moins soviétique...
            les cartes sont vite redistribuées en ce moment, si vite qu’on en est encore à réfléchir au dernier coup alors que les joueurs ont déjà déplacé toutes leurs pièces.
             Voici ce que j’écrivais hier dans le forum consacré à l’article sur les commémorations de la place Rouge :

            "Ce qui est surtout fulgurant, c’est la vitesse avec laquelle la Russie vient de s’arrimer ou d’être arrimée à l’Europe et à l’Occident : Otan sur la Place rouge, la présence de Merkel et du président chinois, le rapprochement spectaculaire avec la Pologne, l’accord époustouflant trouvé avec l’Ukraine, la vitesse avec laquelle on oublie le conflit géorgien, la vente de navires de guerre... etc etc mais surtout les deux gazoducs (Nord et Sud), l’Europe montrant ainsi qu’elle n’a plus peur d’une dépendance énergétique avec la Russie, malgré tous les discours...les 2 gazoducs aboutissant d’ailleurs vers les 2 poumons (ou cœurs) industriels de l’Europe (Allemagne et Italie du Nord !)
             Quand on sait aussi que la Russie a été neutralisée dans une perspective de guerre avec l’Iran, on peut se poser des questions sur ce qui va suivre : à savoir qu’un basculement technologique peut très bien amener l’Occident à se passer du pétrole arabe.. "

            Je crois que l’Europe et l’occident ont enfin compris que l’Empire Russe c’est aussi l’Europe non pas jusqu’à l’Oural mais jusqu’à Vladivostok !
            et plutôt que de démanteler cet empire, il était bien plus préférable de l’intégrer !

             


            • zelectron zelectron 11 mai 2010 21:00

              @vero87
              Le petit problème c’est que les russes veulent jouer d’égal à égal...ce en quoi ils n’ont pas tord de leur point de vue, mais dans la corbeille de la mariée l’occident et plus particulièrement l’ Europe croit qu’elle est la plus belle des filles...
              C’est vrai qu’elle est jolie, mais avec un maquillage qui cache ses rides, avec une toilette qui la met en valeur pour faire oublier qu’elle a aussi ses défauts, une maison qui fait envie et dont les lézardes sont habilement camouflées par un décor de théâtre et une voiture, une voiture, comment dire...
              La Russie, oui, la Russie c’est un monde plus brut, plus rude mais aussi à certains égards d’un raffinement de bon aloi, mais ce n’est pas parce qu’elle dispose de ressources minières et énergétiques importantes que cela lui donne tous les droits.


                • fonzibrain fonzibrain 12 mai 2010 23:44

                  hello à tous


                  à l’auteur, les relation américano russes ne sont qu’un jeu depuis le début, ils ne sont pas réellement ennemis, ils ont des problème c’est évident, mais globalement les élites non élues des deux nations ont les même visé.

                  je te conseille d’couter pierre de villemarest et des lire ces bouquins


                  les soviétiques rencontrant les élites de l’ouest pour jeter les bases du monde de demain (c’est à dire d’aujourd’hui, et ça a pas mal marché jusqu’à présent)

                  lis également Sutton, c’est incroyable, c’est simplement en regardant les bordereaux d’envois vers l’union soviétique, il s’est rendu compte de l’importance des volume et de la qualité des exportation, (ordinateur, machine outils, nottament forage, militaire, etc) je sais que ça peut paraitre dingue, mais ça a l’air d’etre vrai.


                  je te conseille également d’couter les conférence de pierre hillard ainsi que ses livres, qui sont vraiment super, très didactique, très sourcé, il n’y a rien à dire, c’est un froid constat.


                  et aussi, le génialissime françois asselineau et ses conférences.

                  bref,, sinon titi a raison, leur population s’effondre totalement, c’est incroyable entre 700 000 et 1 millions de personnes en moins.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès