Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > BNP-Paribas : « proche d’un racket d’extorsion » pour The (...)

BNP-Paribas : « proche d’un racket d’extorsion » pour The Economist !

Ce n’était pas un allié auquel je m’attendais, mais la lecture du compte-rendu de l’accord entre BNP Paribas et la justice étasunienne par The Economist, l’hebdomadaire des élites globalisées, pourtant très favorable par principe aux Etats-Unis, apporte de l’eau à mon moulin.

Un abus de pouvoir caractérisé
 
Quelle agréable surprise que la lecture des deux papiers de The Economist consacrés à l’accord passé par BNP Paribas avec la justice étasunienne dans son édition daté du 5 juillet. Le journal donne une importance particulière à cette affaire puisqu’il y consacre un papier dans sa première section, consacrée aux principaux évènements de la semaine « Pas une façon de traiter un criminel  », qui donne le ton, suivi d’un autre article dans la section finance, intitulé « La punition capitale  ». Cette prise de position me surprend en partie car The Economist a tendance à soutenir l’impéralisme étasunien et a plusieurs fois indiqué que Washington pouvait chercher à imposer ses vues à la planète, du moment qu’elles servent sa conception du monde. Du coup, le journal n’est guère sensible à l’argument d’extraterritorialité.
 
Mais il questionne la mesure de la justice étasunienne : « la banque française méritait une sanction, mais le système légal des Etats-Unis est proche d’un racket d’extorsion  ». The Economist insiste sur le fait que BNP Paribas a aidé un régime monstrueux. Il soutient qu’il « est également vrai que les transactions en cause n’avaient rien à voir avec les Etats-Unis, mais parce qu’elles étaient en dollars, elles devaient être arbitrées à New York, ce qui a permis aux hommes de lois étasuniens de mettre un pied dans la porte  ». Il poursuit « même si BNP Paribas mérite pleinement sa sanction, le système légal qui l’a produit est plus proche d’un racket d’extorsion que de la justice (…) Tout processus qui peut faire paraitre les affaires de la BNP avec le Soudan autrement qu’une honte, doit définitivement être très défectueux  ».
 
Entre gris clair et gris foncé

Dans cette affaire, il semble que BNP Paribas s’est rendue coupable d’actes qui pouvaient être sanctionnés mais aussi que la justice étasunienne n’échappe pas à tout reproche, comme même The Economist l’admet. Même si on peut penser que son opinion anti-Etat et pro-entreprises peut l’influencer, cela montre que la vérité est dans les nuances de gris, ce qui me rend suspectes les opinions en noir et blanc, comme celle de l’anonyme qui défend mordicus la sanction sans vouloir admettre la moindre contestation. Pour l’instant, le déroulement du débat me pousse à conserver une opinion que je pourrais qualifier de gris foncé car les deux points qui me posent problème n’ont pas été pleinement remis en cause.

La question de l’extraterritorialité n’a pas été tranchée. En effet, on parle du fait que comme il s’agissait de transactions en dollar, alors, elles devaient passer par une chambre de compensation aux Etats-Unis, ce qui les ferait tomber sous le coup du droit étasunien. On évoque une chambre de compensation et non une chambre de transactions. Il ne me semble pas que toutes les transactions en dollars doivent passer par les Etats-Unis. Une chambre de compensation sert en général à rééquilibrer les soldes des organismes financiers, et seulement le solde. Et qui dit que ces transactions avaient un impact négatif sur le solde en dollar de la filiale suisse de BNP Paribas ? Enfin il ne me semble pas que si une banque chinoise échange avec Dubaï en euros, alors elle doive respecter le droit européen…

Merci à The Economist d’apporter de l’eau à mon moulin dans cette histoire abracadabrantesque. Si BNP Paribas est sans doute critiquable (sinon, ils n’auraient sans douté pas accepté de payer), les demandes et la façon de procéder de la justice étasunienne n’en reste pas moins extravagantes et ne lui sont permises que par le fait qu’ils sont la première puissance économique de la planète et qu’ils en abusent.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Vipère Vipère 19 juillet 2014 10:17

    Bonjour

    Article totalement partial et nationaliste. C’est un plaidoyer contre les méchants américains qui font cracher la BNP au bassinet, après avoir découvert qu’elle violait les Loi du sol yankee.

    C’est bien typiquement dans la mentalité franchouillarde que de se ranger du côté des des escrocs. Des escrocs à col blanc, sûr. Personne ne ne songerait à défendre de petites frappes, tandis que de puissants banquiers, à fort pouvoir de banquer, cela à plus de panache. 

    Bref,t à l’échelle du pays, cette gangrène de l’immoralité et de la corruption des esprits est présente partout dans la société, procédant de cette même logique, qui est que les puissants peuvent contourner les lois, et les les politiciens véreux ne se privent pas de cette faiblesse du peuple, pour se faire réélire malgré les affaires sulfureuses qu’ils traînent dans leur sillage.

    Assez ! de mon indulgence, la BNP ne bénéficiera pas.

    • Vipère Vipère 19 juillet 2014 10:35



      Lellouche (UMP) s’indigne de la menace d’amende contre BNP Paribas

      Par AFP, publié le 30/05/2014 à 11:51, mis à jour à 17:17

      Paris - L’ancien ministre du commerce extérieur Pierre Lellouche (UMP) s’est indigné vendredi de la menace d’amende américaine contre la banque française BNP, estimant que le gouvernement français doit réagir.

      ////////////////////////////////////////////////////////////////////// ////////////////////////////////////////////////


      DEBOUT LA REPUBLIQUE, soutient l’UMP et s’indigne à ses côtés, que la BNP ait à payer les conséquences de son avidité de gains, d’ici à faire appel aux contribuables, par l’intermédiaire du Gouvernement pour payer l’amende....


      Oseront-ils ? attendons de voir la suite !



    • Lambda posteur 20 juillet 2014 00:06

      Nous vivons à présent dans un monde hyper contrasté. Il n’y a plus de nuance. Tout les avis sont polarisés à l’extrême. Quand quelqu’un défend une banque française contre une décision de justice américaine, c’est qu’il est évidemment un franchouillard doublé d’un américanophobe.
      Triste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès