Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bolivie - second référendum ?

Bolivie - second référendum ?

Le 21 février, les Boliviens ont voté contre la modification de l'Article 168 de la Constitution Politique de l'État qui aurait permis au président Evo Morales de se représenter aux élections présidentielles de 2019. Actuellement, la constitution permet au président de n'être réélu qu'une seule fois.

Morales en est à son troisième mandat : le pays anciennement connu comme la République de Bolivie est devenu l'État plurinational de Bolivie à la proclamation de la nouvelle Constitution de l'État en 2009, ce qui a permis à Morales d'être élu une première fois sous le nouveau régime en 2009 et réélu en 2014 (sa candidature avait déjà été contestée à l'époque).

Evo Morales est devenu le premier président indigène du pays en 2006 et bénéficie du soutien d'une grande partie de la population, en particulier dans les zones rurales et de la part des cocaleros (personnes qui cultivent la coca), en étant lui-même un.

Dans le passé, le président Evo Morales ainsi que son vice président Álvaro García Linera ont plusieurs fois affirmé qu'ils ne se représenteraient pas aux élections présidentielles. En septembre 2015, Morales a déclaré qu'il ne ferait pas campagne pour le 'sí', campagne qu'il a pourtant lancée en janvier

Le 23 février 2016, le Tribunal Suprême Électoral a annoncé la victoire du 'non'. Cette victoire n'empêche pas qu'un autre candidat du MAS (Movimiento al Socialismo – Mouvement au Socialisme, parti d'Evo Morales) se présente aux élections présidentielles de 2019. Cependant, parmi les membres du gouvernement, aucun n'est aussi populaire que Morales, raison pour laquelle celui-ci est pratiquement indispensable si le MAS veut se maintenir au pouvoir.

Bien que le MAS ait affirmé plusieurs fois qu'il respecterait la décision du peuple, il y quelques jours, Evo Morales et son parti ont déclaré vouloir organiser un second référendum. Cette décision a été acclamée par plusieurs mouvements sociaux, fervents défenseurs de Morales, et fortement constestée par une grande partie de la population qui considère qu'une nouvelle candidature du Président serait une entrave à la démocratie.

Le coût du premier référendum s'est élevé à plus de 140 millions de pesos bolivianos (environ 18 millions d'euros). Le pays est actuellement confronté à des troubles sociaux suite à la fermeture d'une usine de textile appartenant à l'État et aux revendications faites par des dizaines de personnes handicapées pour que l'État leur accorde une allocation mensuelle. 

JPEG - 1.4 Mo
no
Graffiti pour le ’no’ que les défenseurs du ’sí’ ont taché de peinture et agrémenté des couleurs du drapeau bolivien.

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès