Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bonne nouvelle, l’Arctique meurt !

Bonne nouvelle, l’Arctique meurt !

La fonte de la banquise arctique, qui se tient dans l’indifférence de la classe dirigeante internationale, s’explique par de nouveaux atouts que présente l’Arctique, à la joie des grandes puissances économiques...

Alors que le réchauffement de la planète menace, à terme, de modifier profondément nos sociétés, c’est la région Arctique qui est la plus touchée par le phénomène. Les chiffres parlent d’eux même, la banquise fond à une allure vertigineuse en Arctique, menaçant une biodiversité particulièrement fragile en raison du faible nombre de maillons dans la chaîne alimentaire arctique. En 30 ans, la banquise a effectivement régressé de 4 millions de km2, sachant que sa superficie s’élevait à 8 millions de km2 en 1979. Cette fonte s’avère d’autant plus problématique que la banquise possède un effet miroir, renvoyant 90% des rayons du soleil qu’elle reçoit, tandis que l’océan absorbe ces radiations. La fonte de la banquise aboutit par conséquent à un réfléchissement moins efficace des rayons du soleil, l’océan absorbe ainsi une chaleur inhabituelle, réchauffant les eaux de l’océan et par conséquent, la banquise, condamnée à pénétrer dans un cercle vicieux, dont l’issue reste imperceptible. Si la tendance observée ces dernières années suit la même évolution, la banquise Arctique pourrait disparaître en été à l’horizon 2040-2060.

L’ours polaire, symbole d’un écosystème bouleversé
Les ours polaires feront partie de l’Histoire et nos petits-enfants ne les verront plus que dans les livres affirme un responsable WWF. Cette phrase mesure tout l’ampleur du danger auquel doivent faire face les ours polaires, menacés à terme, d’extinction, en raison de la fonte de leur habitat, la banquise arctique. Cette fonte pousse effectivement certains ours à passer l’été sur la terre ferme, où ils manquent cruellement de nourriture et s’aventurent dans des zones urbaines où ils sèment la panique. A terme, si la superficie de la banquise poursuit sa chute, l’ours polaire rencontrera en hiver des problèmes similaires à ceux qui se limitent actuellement à la seule saison chaude.

Récemment, les 5 états (Russie,Etats-Unis, Canada, Danemark, Norvège) recensant des ours polaires sur leurs territoires se sont réunis pour la première fois en 30 ans, sans que cette rencontre n’aboutisse sur quelque mesure concrète. La classe dirigeante internationale n’en reste pas moins consciente du problème : contre 22.000 ours blancs aujourd’hui, seuls 9000 fouleront le sol arctique en 2050.

Par ailleurs, la chaîne alimentaire du monde Arctique s’avère particulièrement étriquée, rendant extrêmement préjudiciable toute extinction. Certaines espèces ont d’ores et déjà subi le bouleversement de l’écosystème, qui a amorcé la venue d’espèces venues du sud assure le professeur Louis Fortier, avant d’ajouter que la pénétration des saumons du Pacifique en Arctique est de plus en plus fréquente. Dans la baie d’Hudson, la morue est peu à peu remplacée par le capelan de l’Atlantique. Déconcertées par cette tendance, des espèces plus visibles telles que le phoque ou l’ours polaire doivent procéder à une évolution de leurs modes de vie.

Les inuits contraints de remettre en question leur mode de vie
chasse-aux-phoques_940x705.jpgSi le monde animal subit de plein fouet la fonte de la banquise arctique, les quelques quatre millions d’individus y vivant, en majorité inuits, vont eux aussi être victimes du réchauffement climatique. Tout d’abord, la chasse du phoque, pratique à laquelle s’adonnent nombre d’Inuits, risque d’être fortement compromise par la déperdition du nombre de phoques (qui suit la courbe des ours polaires) : les autorités internationales prendront inévitablement la décision de réévaluer à la baisse les quotas de chasse jusqu’à une interdiction définitive.

Or, la chasse du phoque apporte nombre de ressources aux Inuits, qui utilisent non seulement leur viande mais aussi leur fourrure ainsi que leur graisse, à la base de l’huile qu’ils produisent. Par ailleurs, certaines espèces marines, dont le nombre décroît au fil des mois, se verront probablement attribuées le statut d’espèce en voie de disparition et il sera impossible pour les Inuits de poursuivre leur activité de pêche. Or, la chasse et la pêche représentent 80% de l’activité économique inuit !

Ces perspectives inquiétantes vont contraindre les populations inuit à une mutation radicale de leur mode de vie, la fonte des glaces ouvrant cependant nombre de nouvelles possibilités : premièrement, les pêcheurs ne renonceront pas à leur activité étant donné que de nouvelles espèces maritimes font et feront leur apparition, tandis que la fonte des pôles va permettre de développer profondément le secteur énergétique (voir paragraphe ci-dessus) et par conséquent offrir de nombreux emplois aux générations futures. Le potentiel énergétique arctique pourrait par ailleurs servir de prétexte à la création d’un état inuit, solution consensuelle au "conflit" (voir dernier paragraphe) qui va certainement opposer les grandes puissances du bassin arctique...

Un nouvel eldorado énergétique
Face à ce constat saisissant, la relative inaction des autorités internationales peut être interprétée comme un certain contentement face à la fonte de la banquise, qui va permettre d’accéder aux nombreuses ressources énergétiques contenues par le pôle. On estime à 25% des réserves mondiales non découvertes la quantité de pétrole contenue en Arctique, soit quatre années de consommation mondiale actuelle affirme l’ingénieur Yves Mathieu.

Les deux zones les plus "riches" sont celles à proximité de l’Alaska (Etats-Unis) et de la Russie. On estime effectivement que l’ensemble des ressources pétrolières d’Alaska amortiraient quatre ans de consommation aux Etats-Unis. La Russie, elle, concentre énormément de réserves gazières en Arctique, et cherche d’ores et déjà de nouvelles réserves au delà de ses eaux territoriales. Quant au Canada, il se montre intéressé pour prendre possession des importantes réserves potentielles de diamant.

Une voie maritime au coeur du commerce mondial de demain ?
QACTU_IMG_ZOOM.jpgAu delà des réserves énergétiques que contient l’Arctique, cette zone pourrait bien devenir le poumon des échanges internationaux de demain, la fonte de la banquise permettant effectivement aux navires de circuler par le grand Nord. Entre l’Europe et l’Asie, le canal de Suez ne sera désormais plus une étape obligatoire, tandis que pour effectuer le chemin inverse, Panama va perdre de son utilité. Pour les cargos, la fonte de la banquise va permettre d’économiser 40 à 60% de temps de voyage, auquel s’ajoute les coûts en hydrocarbure et en droits de passage à Panama et à Suez.

Une guerre froide géostratégique
Cette formidable opportunité énergétique et stratégique a d’ores et déjà aiguisé l’appétit de 5 puissances frontalières avec l’Arctique que sont le Canada, les Etats-Unis, la Russie, la Norvège et le Danemark. La réglementation internationale a effectivement institué que les états côtiers peuvent réclamer la création d’une ZEE (Zone Economique Exclusive), qui leur assure le libre droit d’exploitation d’une zone marine n’excédant pas les 370,4 km au delà de leurs côtes continentales. Les états peuvent cependant demander à l’ONU une extension de leur ZEE, en se basant sur des arguments concrets. Seul 36% du monde marin est sous administration d’un état, le reste étant compris dans les eaux internationales, ou nul ne peut exercer d’autorité.

L’extension de la ZEE a d’ores et déjà été réclamée par la Russie, qui s’est basée sur des études géologiques tendant à prouver que la dorsale de Lomonosov est en réalité rattachée au plateau continental russe. Moscou a fait de la question Arctique une priorité, l’administration russe avait d’ailleurs réalisé un coup médiatique de grande échelle au mois d’août 2007, en plaçant un drapeau russe par sous-marin sur le point le plus profond de l’océan arctique, une première dans l’histoire. Dans sa volonté de prendre possession de la région, les Russes ont basé en Arctique une flotte militaire, la plus conséquente de la région.

La détermination russe n’en reste pas moins contestée par les autres nations revendiquant une extension de leur ZEE en Arctique, le ministre des Affaires étrangères canadien avait d’ailleurs affirmé que nous ne sommes pas au XVe siècle. Vous (les russes) ne pouvez pas parcourir le monde, planter des drapeaux et dire nous revendiquons ce territoire. Le Canada n’en reste pas moins impliqué dans la bataille pour l’Arctique puisqu’il revendique les zones maritimes de l’Archipel arctique canadien, considérées comme des eaux internationales. La Norvège, quant à elle, a déposé voilà trois ans une requête visant à étendre sa ZEE sur trois points. Par ailleurs, le Danemark, via le Groenland, a tout comme la Russie revendiqué la dorsale de Lomonosov comme extension de son territoire. Cependant, les Groenlandais se dirigent lentement vers l’indépendance, prenant conscience du potentiel économique que leur confère la fonte de la banquise.

Face à cette guerre froide de l’Arctique, l’ONU aura-t-elle les moyens de trancher en toute transparence ? A priori non tant les belligérants ne semblent pas prêts de lâcher l’affaire. Seule issue de secours, la création d’un état inuit, éventualité peu évoquée par la classe dirigeante internationale car si naturelle. Reste que les populations doivent prendre conscience du potentiel qui est le leur...
 

A retrouver sur mon blog, lenouvelhebdo.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • chria chria 27 avril 2009 10:26

    Je ne comprends pas bien : les inuits vont en fait profiter de la prétendue fonte des glaces. Les ours s’adapteront parce que ce sont aussi et avant tout des animaux marins et que cet animal omnivore est loin d’être une impasse de l’évolution comme le panda. Où est le problème ? Les choses changent et je ne vois pas en quoi le statu quo est synonyme de bonheur.
    Sinon toute cette histoire n’est basée que sur les scénarios du Giec dont on sait tous qu’ils sont à la ramasse. Le catastrophisme joue sur l’émotion et non sur la raison.


    • bobbygre bobbygre 27 avril 2009 12:40

      Hum, les ours polaires ont trés peu de chances de s’adapter étant donné le temps qu’il leur reste pour « évoluer » (un processus qui prend un peu plus que 20 ou 30 ans).
      D’autre part, pas besoin de consulter les experts du giec pour comprendre que la banquise est partie pour fondre entiérement. Déjà la moitié a disparu et le reste prend le meme chemin. Aucune mesure récente n’est de taille à inverser le processus.
      Merci pour l’article qui nous rappelle que si cela se passe dans une telle indifference c’est parce que les gouvernants sont déjà en train de compter l’argent que ça va leur faire gagner sans aucune autre considération.


    • chria chria 27 avril 2009 14:46

      Vous pensez que la calotte va entièrement fondre d’ici 20 ou 30 ans ? Hum hum... Si ce que vous dites se réalise, je pense qu’on aura bien d’autres problèmes que la survie de quelques ours...
      Même si la fonte a été exceptionnelle en 2007, la calotte a repris du poil de la bête et à la vue des prévisions climato des 10 prochaines années (froid...), on peut s’attendre à que finalement, rien ne change. (voir les commentaires très instructifs sur le dernier article paru dans Agvox).
      Quant aux gouvernements, ils se doivent d’être pragmatiques, ils veulent des certitudes, et malheureusement la recherche actuelle est bien incapable de leur en fournir. Par contre, c’est vrai, quand il s’agit de créer de nouveaux marchés, hop, comme par magie on transforme l’économie sous couvert de catastrophisme. Chacun voit midi à sa porte et c’est bien là le problème.


    • vienzy 28 avril 2009 08:32

      C’était mieux avant

      Base idéologique de toute ...


    • Le péripate Le péripate 27 avril 2009 10:30

      Faut-il rappeler que Groenland signifie « verte terre », que ce nom a été donné par une civilisation viking établi au Groenland lors de l’optimum climatique de l’an mille, optimum qu’il est difficile de relier à une quelconque activité anthropique ? Pas plus que le « petit âge glaciaire » de Louis XIV dont nous sortons à peine. Le réchauffisme est un négationnisme de l’histoire du climat.

      Mais il est certain que si la banquise venait à s’ouvrir, des opportunités s’offriraient, dont on voit mal pourquoi les Inuits n’en profiteraient pas. Sauf pour les grincheux pour qui « s’était toujours mieux avant ».


      • Shaytan666 Shaytan666 27 avril 2009 12:30

        Et Icelande signifie « pays de glace » alors que de nos jours il n’y en a pratiquement plus.


      • chria chria 27 avril 2009 15:03

        "Lorsque les colons sont arrivés en Islande dans le 9ème siècle de notre ère, le climat était plus chaud qu’aujourd’hui. Il a ensuite refroidi progressivement jusqu’au début du 19e siècle, lorsque le climat a recommencé à se réchauffer.« IcelandReview
        ou encore : »que l’extension maximale des glaciers islandais (petit age de glace) a eu lieu vers 1890-1920 ; que depuis 1930 les glaciers montrent une forte réactivité aux variations du climat : retrait important entre 1930 et 1940, refroidissement après 1940 et reprise de l’avance de nombreux glaciers autour de 1970. Réchauffement depuis 1985 et reprise du retrait, tous les glaciers à « langue » se retirent, les calottes perdent de l’épaisseur à cause de la fonte estivale. La perte globale de superficie est évaluée à 0.2% par an, soit 20 à 30 km par an. A ce rythme, la plupart des glaciers islandais auront fondu dans 500 ans. Ces variations depuis 1930 semblent principalement dues à des variations de température, car il n’y a pas eu de variation à long terme des précipitations durant cette période (il fournit les liens vers les relevés de précipitations). Ainsi, le Vatnajökull est passé de 8538 km² en 1958 à 8160 km² en 2000 [il est désormais moins étendu que la Corse]." http://www3.hi.is/ oi/icelandic_glaciers.htm

        Le rapport CO2/réchauffement/fonte des glaciers nous amène ensuite à ce genre de réflexion : la fonte des glaciers c’est la preuve que l’homme modifie le climat.
         ???????


      • antyreac 27 avril 2009 21:38

        La France est les pays des francs .

        Aujourd’hui il n’y a pratiquement plus de francs


      • Louisiane 27 avril 2009 10:39

        En gros, pour résumer l’article, ça arrange tout le monde ou presque que la banquise fonde. C’est dire si les problèmes écologiques qui se présentent à nous sont loins de trouver solution.
        Tant qu’il y a de l’argent à gagner, on mangera notre planète jusqu’au bout s’il le faut.
        Bertrand Méheust le dit dans son livre « la politique de l’oxymore » (très pessimiste !) : toute société tend à résister au changement qui s’impose à elle et cette résistance induit une inertie qui fait que même si l’on prend conscience d’un problème, celui-ci perdure jusqu’à un point de non retour.
        C’est exactement ce qui se produit aujourd’hui. L’utilisation des énergies fossiles posent des problèmes environnementaux, mais on n’est jamais aussi content que lorsqu’on en découvre de nouveaux gisements.
        Faudra-t-il que notre planète se déteriore de manière irréversible ?
        Apparemment oui, puisque ce qui importe, au delà de l’humain, de la vie même, c’est le cours des actions.
        Très bien ! Visiblement nos élites ont fait un choix qui implique l’ensemble de l’humanité parce que pour eux, le système fonctionne à plein et c’est ce qui compte avant tout.
        Bravo ! Quelle constance dans la bétise crasse. Ca s’appelle crime contre l’humanité mais ce n’est pas réservé à nos grands champions de la pollution, qui eux, peuvent s’endormir tranquilles sur leur matelas de billets.


        • 65beve 27 avril 2009 11:29

          Mauvaise nouvelle
          Rocard nommé ambassadeur chez les pingoins


        • Alex Joubert 27 avril 2009 18:14

          Bon résumé, même si je ne le cautionne pas bien entendu


        • floyd floyd 27 avril 2009 12:02

          Au moyen-âge nous avons connu une période plus chaude, appelée ’L’optimum médiéval’. Cette période à concernée toute la planète. Pour preuves, des dizaines d’études, sur tous les continents, le montrent :

          Les ours polaires ont bien survécu à cette période, alors pourquoi il ne le ferait pas maintenant ?
          En fait, ils survivent très bien, puisqu’on estime que la population est passé de 5000 en 1960 à plus de 25000 !
          Alors svp, arrêtons la propagande catastrophiste !

          • floyd floyd 27 avril 2009 12:36

            L’argument des alarmistes, c’est de dire que nous n’avons jamais connu un changement aussi rapide. Hors le passé nous montrent que nous avons connu des changements climatiques sur plusieurs décennies bien plus importants.


            Voici un extrait du livre de André Legendre, ’Lhomme est-il responsable du réchauffement climatique ?’ :

            Chapitre 5 - Les températures du passé
            « Homo sapiens a donc subi à deux reprises des écarts de la température moyenne d’une amplitude supérieure à 10 C. Certains penseront que ce constat n’est qu’une caricature et qu’Homo sapiens n’a en réalité connu de telles variations de température qu’au long de nombreuses générations successives. Ils auraient tort. L’enregistrement GRIP (Greenland Ice Core Project) réalisé au sommet de la calotte groenlandaise confirme ces évolutions très rapides. C’est ainsi que la transition entre le Dryas récent (il y a environ 12 000 ans), période de froid intense s’étendant sur plus de mille ans, et le climat actuel s’est traduite par un réchauffement de 7 C en 50 ans. La dernière période glaciaire a, d’autre part, été marqué par des événement rapides dits de Dansgaard-Oescher (21 en 60 000 ans), découverts il y a une dizaine d’années dans le forage de Dye 3 (Groenland Sud). Ils se traduisent par un réchauffement important (de l’ordre de 5 à 10 C), qui survient en quelques décennies. Réchauffement suivi d’un refroidissement progressif en 1000 à 2000 ans. Cette pseudo périodicité de 1000 à 2000 ans semble d’ailleurs se poursuivre jusqu’ala période actuelle. L’existence et les caractéristiques de ces événements révélés par le forage Dye 3 sont confirmés par les enregistrements du forage GRIP (Sommet de la calotte groenlandaise), prouvant ainsi qu’ils ne représentent pas des phénonèmes locaux mais constituent bien des évènements communs à tout l’inlandsis groenlandais. Une vingtaine d’interstades de ce type, d’une durée comprise en 500 et 200 ans, ont été répertoriés durant l’épisode froid. La structure de ces interstades se compare à celle d’évènements rapides, récemment mis en évidence dans des sédiments marins de l’Atlantique Nord. Ces derniers sont associés à une série de dépôts au fond des mars, au large de la Norvège, dits de Heinrinch, dont la présence est attribué à la décharge massive d’icebergs provenant des grandes calottes de l’hémisphère Nord. Ces événements de Heinrich, dont la périodicité semble être de 5 à 10 0000 ans, sont liés à des périodes plus froides de 3 à 6 C qui auraient duré de 1500 à 2000 années.
            Au cours du dernier interglaciaire (Eémien), homo à connu un climat légérement plus chaud en moyenne que le climat actuel, mais qui présente une variabilité de l’enregistrement isotopique tout à fait inanttendure. Durant cette période Homo subit des épisodes chauds (jusqu’a 4 C de plus que le climate d’aujourd’hui, avec un niveau des mers pouvant être supérieur de 6 mètres à l’actuel), interrompus par des excursions froides des conditions intermédiaires entre le climat actuel et une époque glaciaire. Ces transitions sont très rapides (quelques dizaines d’années) et suivant le cas, les conditions froides (changement de températures associés de l’ordre de plus degrés centigrades) persistent entre 70 ans et 5000 ans.
            Ainsi jusqu’au début de l’interglaciaire durant lequel nous vivons actuellement, Homo sapiens à vu se succéder de très nombreux »changements abrupts« du climat, comportant une variation de plus degrés centigrades en quelques dizaines d’années. »

            Alors arrêtons de faire croire que le climat à été stable dans le passé et que c’est la fin du monde parce que depuis la sortie du petit âge glaciaire, les températures ont augmenté en moyenne de 0,6 C !!

            • chria chria 27 avril 2009 14:51

              Personne ne peut nier que l’homme ne modifie pas le climat puisque personne n’a la preuve ni de ça ni de l’inverse. D’ailleurs aujourd’hui, les solutions évoquées pour lutter contre un problème dont on ne connaît pas grand chose vont plus vite que les recherches elles-même sur les causes de ce même problème. Tout ça démontre bien comment marche nos sociétés, de la récup, c’est tout, et pas de raisonnement.


              • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 27 avril 2009 15:15

                L’extension de la ZEE a d’ores et déjà été réclamée par la Russie, qui s’est basée sur des études géologiques tendant à prouver que la dorsale de Lomonosov est en réalité rattachée au plateau continental russe.

                Nan, mais y’en a pas besoin. N’importe qui peut prendre une carte physique et constater que la crête de Lomonossov avec deux s en français, est une espèce de péninsule sous marine qui part de l’eurasie. ça se voit.

                Typhon


                • manusan 27 avril 2009 16:59

                  « Les inuits contraints de remettre en question leur mode de vie »

                  Ils vont devoir arrêter de picoler ?


                  • joletaxi 27 avril 2009 18:06


                    « It will without doubt have come to your Lordship’s knowledge that a considerable change of climate, inexplicable at present to us, must have taken place in the Circumpolar Regions, by which the severity of the cold that has for centuries past enclosed the seas in the high northern latitudes in an impenetrable barrier of ice has been during the last two years, greatly abated.

                    (This) affords ample proof that new sources of warmth have been opened and give us leave to hope that the Arctic Seas may at this time be more accessible than they have been for centuries past, and that discoveries may now be made in them not only interesting to the advancement of science but also to the future intercourse of mankind and the commerce of distant nations. » 
                    President of the Royal Society, London, to the Admiralty, 20th November, 1817 [13]

                    Ces sempiternelles annonces désastreuses basées sur des modèles d’ordinateur qui ,au fil des ans, se révèlent de plus en plus discutables,deviennent désastreuses pour l’image des scientifiques qui se commettent dans cette hystérie,à tel point que la population,par lassitude,et parce qu’il fait de plus en plus froid,commencent à reléguer ce problème, si tant est qu’il existe, au plus bas dans l’échelle de ses préoccupations.

                    http://www.john-daly.com/polar/arctic.htm

                    Voici une étude qui remet les choses à leurs juste place.Tout le reste n’est que manipulation plus ou moins désintéressée de certains tenants du RCA,du genre AlGoor, et ses petits copains,qui prêchent la bonne parole, tout en se comportant exactement à l’inverse,et qui n’ont rien à envier à Madoff.


                    • Yohan Yohan 27 avril 2009 19:08

                      Un coup de froid du soleil, et il n’y paraîtra plus.
                      Plus sérieusement, quand on annonce (il y a peu ici même) un cycle d’activité du soleil qui pourrait bien refroidir notre terre plus vite que nous ne saurions la réchauffer, on peut aussi bien relativiser et imaginer qu’un jour on se réjouira (qui sait ?) de savoir comment produire de l’effet de serre.


                      • Kaoteknik Kaoteknik 27 avril 2009 19:16

                        Comment s’inquiéter véritablement d’un réchauffement climatique dès lors qu’il y a eu des précédents dans l’histoire de la planète ? Ne serait-ce simplement pas cyclique ? Certes l’Homme contribue à accélérer le processus, mais doit-on s’en émouvoir pour autant ?

                        Pour ma part je ne le pense pas. J’explique ceci par une cruelle réalité : l’espèce humaine finira par disparaître, d’une manière ou d’une autre. Ce n’est pas une fatalité, tout au plus le jeu de la nature qui donne et reprend sans cesse.

                        Les croyants assimileront cela à une quelconque colère divine, les autres à un malheur sans nom. Peu importe, le résultat sera le même pour tous. Nous retournerons à l’état de matière informe et inerte, comme c’est déjà le cas dans des milliards d’endroits aux confins de l’univers.

                        De là à imaginer que l’Homme parviendra à s’extraire de la Terre et à coloniser d’autres planètes, jusqu’à preuve du contraire il s’agit encore de science fiction.

                        Alors le réchauffement climatique, la fonte des glaces polaires... Qui vivra verra (ou pas)...


                        • ardeche07 27 avril 2009 22:03

                          Quand on écris un article la moindre des choses c’est de dire la véritée.
                          La banquise du pole nord se porte bien, elle ne c’est pas portée aussi bien depuis au moins 7 ans : http://www.ijis.iarc.uaf.edu/seaice/extent/AMSRE_Sea_Ice_Extent.png

                          on est pratiquement revenu à la moyenne :
                          http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/N_timeseries.png

                          Sinon, pour info la banquise du pole sud est largement excedentaire, et si on calcule la banquise totale de la terre on est au dessus de normales, il serait peut-etre temps de dire la vérité au gens...


                          • dada 27 avril 2009 23:10

                            Le réchauffement climatique, causé par le soleil, non par l’homme (ce qui n’est pas une excuse pour continuer notre mode de vie destructeur).
                            http://www.blogdei.com/index.php/2007/03/30/1440-version-sous-titree-en-francais-du-documentaire-de-channel-4-denoncant-la-fraude-sur-les-causes-du-rechauffement-climatique


                            • JONAS JONAS 27 avril 2009 23:13

                              Mais oui mes Amis  ! Tout baigne  ! La tour de Gustave Eiffel sera bientôt un phare en pleine mer, le nom du maire de la capitale est prédestiné…Delanöé  ! De l’Arche bien sûr.

                              Les benêts que vous êtes, ignorent que des montagnes d’eau les entourent, rien que des collines de plus de 200 mètres de haut, sur des milliers de kilomètres…  ! Et cela dans touts les mers et océans.

                              Alors, un tsunami global se nomme une débâcle et elle vous pend au nez, comme la queue au cul des singes.

                              Bonne nuit….


                              • Kaoteknik Kaoteknik 27 avril 2009 23:53

                                Il va sans dire que l’expansion industrielle (d’origine humaine) est pour une bonne part responsable du réchauffement climatique (d’autres causes, d’origines naturelles, venant se greffer au problème, ne sont pas à écarter). Le nier et chercher par tous les moyens des excuses pour exonérer l’Homme de ses torts n’est finalement que le reflet de son caractère profond : individualiste, avide et égoïste.

                                L’histoire écrite n’a que quelques siècles (à peine deux ou trois millénaires pour les plus anciennes civilisations), ce qui représente bien peu de chose en regard de l’histoire terrestre. Loin de moi l’idée de remettre en cause des théories scientifiques établies, mais l’histoire de l’humanité est bien jeune, et la Terre beaucoup plus ancienne.

                                Ce que nous vivons et ce que nous voyons n’est peut-être que l’âge d’or intellectuel, lequel ne surmontera pas malgré tout les changements à venir... Et je ne parle pas seulement des changements climatiques, mais aussi des bouleversements susceptibles de frapper notre si belle planète (extinction du Soleil, pluie de météorites, ou que sais-je encore ; autant de phénomènes qu’il nous sera impossible de maîtriser et qui entraîneront plus sûrement notre perte qu’un « simple » réchauffement climatique).

                                Les scénarios catastrophe ne manquent pas, mais personne ne semble s’en inquiéter, comme s’il importait plus de croire que l’Homme est responsable de tous les maux de la Terre, comme si la Terre n’avait jamais existé avant l’Homme et n’avait jamais connu des cataclysmes effroyables. Les dinosaures après tout ont du se dire qu’ils ne méritaient pas de vivre et ont préféré nous laisser la place !

                                Qu’on ne se méprenne pas, je ne cautionne en aucune façon les agissements des Puissants de ce monde, lesquels n’agissent qu’en vertu de leur « humanité » (Individualisme, avidité et égoïsme, je le rappelle), mais je ne peux pas non plus leur donner complètement tord... Si tant est qu’ils aient compris que l’Homme n’est rien face à la nature. Car s’ils agissent sans cette conscience je ne pourrais que les imaginer comme étant moins que des hommes.

                                La vraie conscience est de savoir que nous ne sommes pas éternels, et par conséquent que nos agissements tendent à améliorer le quotidien du plus grand nombre. Mais nous sommes loin du compte !


                                • Le péripate Le péripate 28 avril 2009 09:13

                                  Un graphe sur l’évolution de la banquise ces trois dernières années.


                                  • Georges Yang 28 avril 2009 10:01

                                    Enfin un article qui ne pourlèche pas les pieds des éécologistes !

                                    L’homme et l’animal sont adaptatifs depuis la nuit des temps, ce que vous écrivez est lucide. S’il y a effectivement réchauffement, et bien il faudra savoir en profiter.


                                    • JONAS JONAS 28 avril 2009 11:11

                                      @ Georges Yang et Consorts…  :

                                      Ils sont nombreux les petits et minables «  Louis XIV  ; qui a déclaré après moi le déluge  !  ».

                                      J’ai bien peur qu’ils n’aient pas le temps de se réjouir longtemps, car  : «  Le Jour d’Après  », c’est pour demain….  !

                                      Je sais  ! Je sais  ! «  On a qu’une seule vie, il faut en profiter  !  » Puis  : «  On n’y peut rien  !  ».

                                      Vous attendez et revendiqués le bonheur  ! De par votre égoïsme et votre mépris pour vos enfants, vous ne le mériterez jamais  !


                                      • hirsute 28 avril 2009 18:11

                                        Je suis un écologiste convaincu et un lecteur régulier de ce site, pourtant j’estime qu’il est temps d’arrêter toute cette désinformation autour d’une prétendue disparition de la banquise. D’où sortent ces chiffres (-4millions de km2 en 30 ans).  Les surfaces des banquises Nord et Sud sont mesurées quotidiennement par des satellites de la Nasa et ces données sont accessibles à tout le monde sur le site de la Nasa http://nsidc.org/data/seaice_index/daily.html

                                        On peut constater qu’au Sud (Antarctique) non seulement la banquise ne diminue pas mais qu’elle fait environ 700.000km2 de plus que la moyenne des années 1979-2000. L’année 2008 à même été une année d’extension record et 2009 en prend le chemin.

                                        Au Nord on a observé un minimum en Septembre 2007, mais 2008 et vraisemblablement 2009 montrent un retour à la normale (bien que ce terme sur une période d’observation de 30 ans ne signifie pas grand-chose). A fin Avril 2009 la banquise Arctique atteint la moyenne des années 1979-2000.

                                        Si on fait le bilan des banquises nord et sud aujourd’hui, 28 avril 2009, on observe donc un excédent d’environ +500.000km2 par rapport aux moyennes de 10 à 30ans qui je le rappelle correspondait à une période de refroidissement. A l’époque (1975) les scientifiques craignaient un nouvel âge glaciaire. Contrairement aux idées reçues on observe un refroidissement depuis plus de 5 ans, mais comme souvent par effet d’inertie ou par goût du sensationnel, l’opinion publique et de nombreux médias sont en déphasage avec la réalité.


                                        • Le péripate Le péripate 28 avril 2009 18:16

                                          Vous êtes une espèce rare, et j’espère que vous n’êtes pas en voie de disparition. Bravo pour cette honnêteté.


                                        • JONAS JONAS 28 avril 2009 19:20

                                          Vous pouvez le dire Le Péripate  ! «  Une espèce rare pour son ignorance hirsute…  !  ».

                                          Non seulement la banquise rétrécie, mais, elle perd surtout en épaisseur  !


                                        • hirsute 28 avril 2009 19:43

                                          Quelles sont vos sources JONAS ?
                                          Je ne suis ni climatologue ni météorologue par contre je suis un scientifique (connu et reconnu), ingénieur et docteur d’état en physique quantique et physique des composants et j’ai la prétention malgré mon ignorance de savoir interpreter des données objectives sans votre concours.


                                        • Jean Lasson 28 avril 2009 21:31

                                          @ hirsute,

                                          Ne vous préoccupez pas de ce que dit Jonas. C’est un ancien pompier, il voit le feu partout smiley

                                          Concernant les médias et la prétendue fonte des glaces aux pôles, voir ce lien à propos de la presqu’île de glace Wilkins dans l’Antarctique. Amusante désinformation, n’est-ce-pas ?


                                        • JONAS JONAS 28 avril 2009 22:30

                                          @ Hirsute  :

                                          J’ai eu l’occasion au cours de ma carrière de pompier, de rencontrer des Chefs de départements dans des CNRS et de nombreux chercheurs.

                                          Certains sont restés mes amis, l’un deux ingénieurs en physique nucléaire travaille actuellement sur Iter, un autre à la retraite aujourd’hui, était Directeur d’une centrale nucléaire, etc. Ceci pour vous dire que vos titres ne m’impressionnent pas du tout.

                                          Vous êtes certainement un admirateur de Monsieur Charasse qui déni lui aussi le réchauffement climatique.

                                          Je ne suis plus qu’un retraité autodidacte, mais, ce que je peux affirmer c’est qu’aucun de mes ami(e)s ne perd leurs temps sur la toile, sauf parfois pour communiquer entre eux.

                                          Les raisons de leurs absences sur le Net, ne sont pas une forme de mépris, mais seulement qu’ils parlent un jargon professionnel qu’aucun d’entre vous ne saurez traduire.

                                          Si vous étiez ce que vous prétendez, vous seriez plus modeste quand à l’interprétation des données, car dans ces domaines, elles sont encore plus complexes qu’en physique nucléaire, sauf pour Iter qui est un réacteur expérimental sur la fusion comme vous ne sauriez l’ignorer. La prospective repose sur des inconnues et s’il y a un domaine que les équations ne peuvent résoudre, c’est bien celle des climats, faute de modèles ou de recul.

                                          Alors, vous alléguez Monsieur  !

                                          Puisque vous disposez de connaissances assez solides pour affirmer le contraire de ce que toutes une communauté de scientifiques reconnaît, surfez sur les Blogs scientifiques, vous allez amuser beaucoup d’étudiants en la matière …  !

                                          Ce qui nous menace, c’est une débâcle globale, car mers et océans sont bombés sur des milliers de kilomètres et au-delà de 200 mètres au-dessus des rivages.

                                          Savez-vous que si la terre était parfaitement ronde, sans abysses et sans chaînes montagneuses, le niveau constant des eaux en tous les points du globe serait de 2 500 mètres au-dessus des fonds marins.

                                          Si l’on réduisait la terre à l’échelle d’une bille, elle serait la bille la plus parfaite que l’homme ne pourra jamais fabriquer sur terre.

                                          Si Einstein était hirsute à cause de sa chevelure ébouriffée, j’ai bien peur que vous ne soyez pas son héritier.

                                          Bien à vous.


                                        • Pierrot Pierrot 3 mai 2009 18:21

                                          L’extension de la couche de glace de l’antartique dépend de la pluviométrie.

                                          Si à Vostok, la température s’élève considérablement de -60°C à -55°C la glace ne fondera pas car elle fond vers 0°C sous la pression normale.

                                          Il faut parfois rappeler des connaissances oubliées depuis le collège, voire le primaire !


                                        • chria chria 29 avril 2009 10:06

                                          Depuis quelques temps sur Agvox lorsqu’un sujet sur le changement climatique apparaît, on observe que les pro-RCA se sont fait remplacés par les millénaristes et autres prêcheurs de l’apocalypse. De plus quand ceux-ci se prennent pour des scientifiques (ou bien les porte-paroles de scientifiques inconnus méga-intelligents qui ont tout compris et qui se moquent du peuple et des autres scientifiques qui doutent), on se retrouve avec des attaques ad hominem fondées sur des délires, telles que le fameux « consensus » qui n’existe évidemment pas et pour une raison qui est évoqué par Jonas : "La prospective repose sur des inconnues et s’il y a un domaine que les équations ne peuvent résoudre, c’est bien celle des climats, faute de modèles ou de recul."
                                          On est plus à un paradoxe près...


                                          • hirsute 29 avril 2009 10:29

                                            Vous me semblez être un drôle d’énergumène affecté cependant par une certaine confusion mentale. Alors que je vous pose une question simple, à savoir quelles sont les sources qui vous permettent d’affirmer péremptoirement que la banquise continue à disparaitre contrairement à ce que montrent les mesures satellitaires américaines et japonaises, vous me répondez par une série d’affirmations plus ou moins exactes n’ayant que peu à voir avec le sujet.

                                            Les mers et océans sont bombés : vous auriez du préciser sont légèrement plus bombés que la courbure terrestre. Cela n’a rien de mystérieux et résulte des diverses forces s’exerçant sur cette masse liquide. Rassurez-vous, tant que la terre tournera vous ne craignez pas grand-chose !

                                            Savez vous que si la terre était lisse elle serait recouverte de 2500m d’eau : Et alors ! La terre n’est pas lisse et il n’y a pas à ma connaissance de plan pour combler les fosses abyssales avec nos montagnes (vaste programme). Savez-vous que si votre baignoire était plate vous inonderiez votre salle de bain ?

                                            Si l’on réduisait la terre à l’échelle d’une bille, elle serait la bille la plus parfaite que l’homme ne pourra jamais fabriquer sur terre : Faux ! Vous pouvez par exemple facilement vous procurer des billes de verre borosilicate jusqu’à 40mm de diamètre avec une sphéricité meilleure que 10µm, ce qui ramené au diamètre de la terre ( 12700km) correspond à environ 3km. C’est déjà bien meilleur que les chaines montagneuses culminant à plus de 8km mais surtout par rapport au 43km de différence entre les diamètres équatoriaux et polaires.

                                            Vous nous expliquez que vos savants amis ne s’expriment jamais sur la toile parce que aucun d’entre nous ne seraient en mesure de comprendre leur jargon : j’ai connu aussi des collègues enseignants-chercheurs s’exprimant dans un langage volontairement abscons soit pour impressionner le profane mais surtout pour masquer un manque de maîtrise du sujet. En ce qui me concerne, j’essaie auprès de mes étudiants d’être le plus didactique possible en utilisant un langage compréhensible par le plus grand nombre surtout lorsqu’il s’agit d’étudier des phénomènes complexes.

                                            Quant a ma non filiation avec Einstein, vous avez certainement raison car je suis chauve comme un œuf. Mon pseudonyme reflétant un certain sens de l’autodérision.


                                             


                                            • hirsute 29 avril 2009 11:03

                                              Précision : ma réponse ci-dessus s’adresse a Jonas.
                                              J’ai découvert à la relecture que l’auteur de l’article est un jeune de 14ans et bien que je ne sois pas entièrement d’accord avec le contenu je trouve formidable que des jeunes de cet âge s’investissent ainsi.
                                              Alors félicitations Alex.


                                            • JONAS JONAS 29 avril 2009 14:07

                                              @ Hirsute  :

                                              Elle est grosse votre bille  ! Réduisez-la à 1 cm de diamètre, celle que j’imaginais, celle des écoliers et vous êtes incapables de la réaliser physiquement.

                                              J’observe que vous ne mettez pas en doute la possibilité d’une débâcle globale.

                                              L’année dernière la terre a ralenti de 1 seconde sur ses révolutions annuelles, si vous prenez en considération sa vitesse de rotation et la perte des forces gravitationnelles, nous allons assister à un phénomène exponentiel, dilation des eaux, baisse des pressions atmosphérique, précipitations plus nombreuses et ralentissement plus important, pour être clair.

                                              N’étant pas un matheux, je ne me lancerais pas dans des calculs ou équations que je serais incapable de réaliser, je me contente d’écouter mes amis.

                                              Vous dites  : «  Vous nous expliquez que vos savants amis ne s’expriment jamais sur la toile parce que aucun d’entre nous ne seraient en mesure de comprendre leur jargon  »

                                              Je n’en crois pas un mot, ils s’expriment de cette manière pour des raisons de rapidité de réflexion. Il est vrai que je me sens parfois snobé, mais à force d’écouter, j’ai fini par comprendre un certain nombre d’entres elles.

                                              Pour conclure ce raisonnement qui peut paraître simpliste et pour cause, j’ai volontairement omis une multitude de paramètres corollaires, pour une simple et bonne raison, ne pas lasser les lecteurs et offenser ce jeune Auteur courageux, mais, malheureusement un peu trop téméraire dans ses affirmations (comme vous).

                                              Ce sujet est comparable à celui qui oppose les créationnistes aux darwiniens, autant dire, trop vaste pour ce fil.

                                              Je vous laisse donc à vos convictions que je respecte, tout en conservant mes propres convictions (et celles de mes amis), en espérant qu’elles soient fausses, j’ai des enfants.

                                              Bien à vous


                                            • hirsute 29 avril 2009 15:38

                                              Refaites ces calculs de géométrie élémentaire et vous verrez que même avec un diamètre de 1cm ces billes de verre de grande diffusion www.labomat.eu/document/docFR/01DF_BillesSiLi_A.pdf ont une sphéricité 4 fois meilleure que celle de la terre et l’on sait faire beaucoup mieux. Mais, n’est-on pas hors-sujet ?

                                              Sans vouloir vous offenser Jonas,  je crois qu’avec de tels arguments vous pourriez prétendre au titre de bille parfaite (excusez-moi je n’ai pas pu résister). Si de plus vous prêchez le créationniste alors toute discussion sérieuse entre nous me semble difficile.

                                              Bonne chance et longue vie à vous et votre progéniture, les pieds au sec.


                                            • JONAS JONAS 29 avril 2009 23:37

                                              Hirsute  :

                                              J’aime les personnes qui ont de l’humour…  !

                                              Moi non plus je ne résiste pas…  : «  L’expérience est un peigne pour les chauves  !  ».

                                              Je ne suis pas un partisan du créationnisme, mais, je considère Darwin comme un excellent observateur de la flore et de la flore, sans plus.

                                              Il était surtout à la poursuite d’un titre Lord…  !

                                              Il n’y a pas dévolution linéaire…Il y a des évolutions et des involutions et surtout des adaptations environnementales, sinon nous serions éternels…  !

                                              Notre civilisation qui va disparaître, va nous en faire la démonstration grandeur nature.

                                              Une de mes constatations, personne ne l’a dit avant moi  :

                                              «  Les alphabets sont à l’homme, ce qu’est l’ADN au corps  » «  Le verbe est, ce qu’est l’ARN aux cellules  ».

                                              Pour conclure  : «  Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme  ». Lavoisier.

                                              (Cette déclaration est d’après des recherches, une adaptation d’une autre, qui remonte à plus de 500-428 av. J.-C. et d’un philosophe  : Anaxagore de Clazomènes, Ionie près d’Izmir, aujourd’hui en Turquie).

                                              (Je ne suis pas le Pic de la Mirandole). Merci  !

                                              Bien à vous.


                                            • hirsute 30 avril 2009 10:47

                                              Jonas, j’apprécie aussi votre autodérision et effectivement, comme vous le soulignez, votre coté Pic de la Mirandole  n’est pas dénué de fondements. Voici ce qu’en pensait Voltaire (merci wikipédia) :

                                              « Il est encore plus extraordinaire que ce prince, ayant étudié tant de langues, ait pu à vingt-quatre ans soutenir à Rome des thèses sur tous les objets des sciences, sans en excepter une seule. On trouve à la tête de ses ouvrages quatorze cents conclusions générales sur lesquelles il offrit de disputer. Un peu d’éléments de géométrie et de la sphère étaient dans cette étude immense la seule chose qui méritait ses peines. Tout le reste ne sert qu’à faire voir l’esprit du temps. C’est la Somme de saint Thomas ; c’est le précis des ouvrages d’Albert, surnommé le Grand ; c’est un mélange de théologie avec le péripatétisme. On y voit qu’un ange est infini secundum quid : les animaux et les plantes naissent d’une corruption animée par la vertu productive. Tout est dans ce goût. C’est ce qu’on apprenait dans toutes les universités. Des milliers d’écoliers se remplissaient la tête de ces chimères, et fréquentaient jusqu’à quarante ans les écoles où on les enseignait. On ne savait pas mieux dans le reste de la terre. Ceux qui gouvernaient le monde étaient bien excusables alors de mépriser les sciences, et Pic de La Mirandole bien malheureux d’avoir consumé sa vie et abrégé ses jours dans ces graves démences.(..)  L’histoire du prince de La Mirandole n’est que celle d’un écolier plein de génie, parcourant une vaste carrière d’erreurs, et guidé en aveugle par des maîtres aveugles. »

                                              Prenez soin de vous Jonas et lors de la débâcle imminente soyez prudent, évitez les orques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès