Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > « Bosnia Rising » documentaire de Carlo Nero et sa mère Vanessa (...)

« Bosnia Rising » documentaire de Carlo Nero et sa mère Vanessa Redgrave

Film au service de la lutte ouvrière

La première mondiale du documentaire "Bosnia Rising"/Bosnie se lève/ de Carlo Nero et produit par sa mère Vanessa Redgrave, a eu lieu ces jours-ci à Sarajevo.

Le film de 30 minutes raconte la grève et la lutte des ouvriers pour la survie, de jadis la plus grande et plus puissante usine régionale, "Dita" de Tuzla. La caméra de talentieux cinéaste rémarquablement suit des travailleurs, qui s'efforcent de sauvegarder leurs emplois et renouveler la production. L' usine fondé en 1977 fut un des plus importants fournisseurs de produits nettoyants et porteur du développement économique de la ville, qui a su sauvegarder son profil multinational.

La célèbre actrice britannique qui a aidé plusieurs collègues, artistes bosniens et ceux qui ont fui le totalitarisme et des nationalismes, de toutes régions yougoslaves, a passé six mois en compagnie des grévistes, malgré ses 77 ans. Vanessa Regrave et son fils Carlo qu'elle a eu avec son deuxième mari, le comédien italien Franco Nero ont rassemblé des témoignages uniques et très considérable documentation sur la réalité des femmes et des hommes, qui n'ont pas reçu leur salaire depuis un an.

Changer la politique économique et sociale

"Nous espérons d'avoir aidé la polémique et accentué l'urgence du changement politique, économique et social dans ce pays. Sans modification économique l'état risque gros. Il ne faut pas oublier que la Bosnie trace depuis longtemps, son chemin vers l'Europe unifiée dont la plus part de citoyens ne savent pas grand chose sur ses habitants et son riche patrimoine, exclusivement européens.

De grandes puissances ont imposé la politique d'austerité à ce pays qui ne s'est jamais remis des atrocités de la guerre fratricide. Aujourd'hui leur conflit a un autre visage, à un dégré différent qui empêche l'avancement des populations. Ces mesures drastiques augmentent la crise économique et entretiennent l'injustice faite aux citoyens"- a souligné Vanessa Redgrave.

Des milliers de Sarajeviens ont assité à la projection, organisé au Centre d'Art en présence d'ouvriers de "Dita", accompagnés par les professeurs Kadrija Hodzic et Jasmina Husanovic, le philospophe Srecko Horvat, l'économiste Fred Harrison, la modératrice Emina Busuladzic et Sejla Sehanovic, représentante de grévistes.

 

Djenana Mujadzic


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jelena XCII 8 novembre 2014 14:05

    >> la Bosnie trace depuis longtemps, son chemin vers l’Europe unifiée
     
    Pas vraiment... Suite aux manifs, l’Allemagne était sur le point de faire intervenir « l’armée de la CE » à Sarajevo... Bosnie = main d’oeuvre bon marché pour Bruxelles.


    • filo... 9 novembre 2014 00:29

      Que d’illusions, que d’illusion que la vie un jour sera meilleure qu’en ex-Yougoslavie.
      Vingt ans après je doute plus que jamais...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès