Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bouteflika, apprenti dictateur ?

Bouteflika, apprenti dictateur ?

Renforcement des pouvoirs présidentiels… Mais à quoi donc la révision de la Constitution algérienne peut-elle bien servir ?

Ce que Nicolas Sarkozy vient d’instituer, ce que Vladimir Poutine a réussi à contourner, ce que Hugo Chavez n’a pas su supprimer et ce à quoi George W. Bush et Bill Clinton n’auraient jamais touché, Bouteflika vient de l’abroger.

Quoi ? La limitation constitutionnelle à deux mandats présidentiels.


Un verrou saute à Alger

Soutenu par l’armée, Abdelaziz Bouteflika, 71 ans et demi, a été élu président de la République algérienne le 15 avril 1999, dans un scrutin où ses adversaires se sont désistés, et a été réélu le 8 avril 2004 au premier tour avec 85 %.

Selon les termes de l’article 74 de la Constitution algérienne de 1996, le président ne peut accomplir plus de deux quinquennats.

Mais c’était sans penser qu’une Constitution, ça se révise.

C’est chose faite depuis ce 12 novembre 2008.

Réunis ensemble au Palais des nations, au Club des pins, à l’ouest d’Alger, l’Assemblée populaire nationale et le Conseil de la nation (Sénat algérien) ont adopté la réforme constitutionnelle visant à supprimer cette limitation à deux mandats présidentiels avec une très forte majorité à main levée sans discussion : 500 pour, 21 contre (dont les 19 parlementaires du RCD, Rassemblement pour la culture et la démocratie) et 8 abstentions sur les 389 députés et les 144 sénateurs.

La séance a été retransmise en direct par la télévision nationale.

Pour le président Bouteflika, c’est un beau succès : « Notre but est de renforcer notre système politique. » Mais pour l’un des opposants, Saïd Saadi (RCD), c’est un « coup d’État déguisé » et il a considéré cette journée comme « une journée noire dans l’Histoire ».

Pour toute la classe politique algérienne, cette révision de la Constitution est un pas évident vers une troisième candidature de Bouteflika à l’élection présidentielle prévue début avril 2009. Ses partisans l’encouragent vivement dans cette voie et ses opposants n’ont aucun doute sur le sujet.

Quelques rumeurs s’étaient répandues sur son état de santé lors de sa longue hospitalisation à Paris (26 novembre au 17 décembre 2005 puis 20 avril 2006), mais Bouteflika a pu assumer l’exercice normal de ses fonctions par la suite.


Bouteflika, un enfant de l’indépendance et un diplomate des Non-alignés

Abdelaziz Bouteflika est un homme politique algérien à la carrière assez particulière.

Il s’est enrôlé dans la lutte pour l’indépendance dès l’âge de 19 ans et devint rapidement (à 23 ans) secrétaire particulier de Boumédiène.

À l’indépendance de l’Algérie, il fut nommé, à l’âge de 25 ans et demi, ministre de la Jeunesse, des Sports et du Tourisme par Ben Bella. Il fut élu député et intégra la direction du FLN dont il devint président d’honneur en 2005.

À 27 ans, il fut ministre des Affaires étrangères, poste qu’il occupa pendant quinze années, jusqu’en 1979, date à laquelle le président Chadli Bendjedid le promut ministre d’État tout en l’écartant du pouvoir dans le cadre de la politique de "déboumédiènisation" du régime (Boumédiène venait de mourir en 1978) et, soupçonné de malversations, il fut contraint à six ans d’exil (jusqu’en 1987).

Il refusa les propositions de devenir ministre en 1992 et en 1994 dans le régime transitoire, puis chef de l’État en 1994 dans une période très mouvementée.

Devenu finalement président (soutenu par le pouvoir en place), Bouteflika organisa très rapidement un référendum le 16 septembre 1999 où 98 % ratifièrent le processus de concorde civile qu’il a initié.

Un autre référendum, le 29 septembre 2005, a été organisé pour la paix et la réconciliation nationale visant non seulement à l’amnistie des groupes terroristes, mais aussi des officiers de l’armée susceptibles d’avoir commis des actes criminels (97 % de oui avec 80 % de participation sauf en Kabylie très remontée contre l’arabisation de l’Algérie).

Malgré toutes les critiques qui le visent sur le verrouillage de la presse et la surveillance des éditeurs, Bouteflika a réussi en moins de dix ans à mettre fin à quinze ans de troubles et de désordres criminels généralisés.


Vers une présidence à vie ?

La fin de la limitation à deux mandats présidentiels ne signifie évidemment pas l’institution d’une présidence à vie comme certains pourraient le croire. Dans beaucoup de pays, et encore en France jusqu’en juillet 2008, aucune limitation de durée n’existe et ils sont pourtant démocratiques.

Même si les deux septennats de François Mitterrand se révélèrent politiquement très longs, aucun président n’a réussi à se faire élire une troisième fois pour diverses raisons (usure du pouvoir, âge, etc.) et d’ailleurs, seuls François Mitterrand et Jacques Chirac ont réussi à terminer leur second mandat de toute l’histoire de la République.

Dans sa langue de bois, le journal gouvernemental El Moudjahid explique que « les Algériens, en fait, ont demandé à Abdelaziz Bouteflika de faire encore un sacrifice pour l’Algérie ».

Bouteflika évoque même la souveraineté nationale pour justifier cette réforme : « Permettre au peuple d’exercer son droit légitime à choisir ses gouvernants et à leur renouveler sa confiance en toute souveraineté. (…) Nul n’a le droit de limiter la liberté du peuple dans l’expression de sa volonté, car la relation entre le gouvernant élu et le citoyen électeur est une relation de confiance profonde, réciproque, basée sur le choix populaire, libre et convaincu. »

Mais l’ancien général Rachid Benyéllés n’est pas de cet avis : « À l’instar de beaucoup d’autres potentats, ailleurs dans le monde, il a toujours voulu être président à vie. (…) Aujourd’hui, la loi fondamentale est amendée pour une présidence à vie. »

Le "Premier ministre" algérien, Ahmed Ouyahia, rend légitime ce vote constitutionnel par des comparaisons peu pertinentes : « La Constitution ne limite pas le mandat des maires et des parlementaires, alors pourquoi devrions-nous limiter celui du président ? » et estime que son pays « a le droit de renforcer sa stabilité et de tirer profit du processus d’édification de l’État et de reconstruction nationale quand le peuple le souhaite, libre, souverainement et démocratiquement ». Selon lui, « la non-limitation des mandats n’est pas un recul démocratique ».

Le politologue algérien Abed Charef estime que le choix du vote parlementaire (au lieu du référendum) sabote la légitimité de la réforme car il « confirme, aux yeux des citoyens, que la loi n’est pas faite pour tous : les puissants font la loi, la changent, quand elle ne les arrange pas ; les plus faibles subissent la loi ».

Si la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels a échoué au Venezuela en été 2007, elle a été décidée par de nombreux chefs d’État africains, notamment Idriss Déby (Tchad), Paul Biya (Cameroun), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Omar Bongo (Gabon), Zine Ben Ali (Tunisie), Yoweri Museveni (Ouganda) et Lansana Conte (Guinée).

Et Hosni Moubarak, président égyptien depuis 1981 et récemment réélu, n’est pas non plus en reste.


Fin du bicéphalisme institutionnel à la française

Dans cette réforme, annoncée seulement le 29 octobre 2008, sont aussi insérées trois autres mesures favorisant une meilleure représentativité des femmes dans les instances élues, préservant les symboles de la révolution et l’écriture de l’histoire et visant à accroître les prérogatives présidentielles.

Notamment en supprimant l’ambiguïté constitutionnelle (présente également dans la Constitution de la Ve République française) d’un chef du gouvernement à l’origine chargé d’élaborer son programme et qui, désormais, sera responsable devant le président de la République.

Désormais, le Premier ministre (nouvelle appellation officielle du chef du gouvernement) est chargé de mettre en œuvre le programme du président, « chef suprême de toutes les forces armées de la République, responsable de la Défense nationale » et sera assisté de plusieurs Vice-Premiers ministres.

Le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, qui donnera à Bouteflika sa démission dès la promulgation de la révision constitutionnelle, explique cette "présidentialisation" du régime par le fait qu’on « ne peut pas imaginer que le programme du président de la République, élu au suffrage universel direct, puisse être mis en parallèle avec un programme d’action gouvernementale ».

Mais l’opposition, représentée par le FFS (Front des forces socialistes) de Hocine Aït Ahmed et le RCD, pense au contraire que cette réforme va déstabiliser le régime. Saïd Sadi remarque le 11 novembre 2008 que « les amendements proposés remettent en cause les équilibres formels des pouvoirs pour consacrer la personnalisation du régime ».


Bonne ou mauvaise foi ?

Il aurait sans doute été plus honnête et astucieux de ne pas faire appliquer ce nouvel article 74 au président actuel (élu pour un second mandat non renouvelable en 2004), mais seulement à son successeur.

Sans doute Bouteflika rêve-t-il d’être un de Gaulle algérien… rétablissant la sécurité et instaurant des institutions fortes. Il n’a en fait que bénéficié de la vacuité de la classe politique pendant la période de troubles islamistes, et il veut préserver constitutionnellement son avantage.

Mais qui peut donner raisonnablement des leçons de démocratie à l’Algérie ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 novembre 2008)


Pour aller plus loin :

Dépêches de presse (12 novembre 2008).

Les limitations à deux mandats présidentiels.

Vidéos sur la réforme constitutionnelle du 12 novembre 2008.





Documents joints à cet article

Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ? Bouteflika, apprenti dictateur ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 14 novembre 2008 11:38

    heureusement que les dictateurs ne sont pas immortels , contre les lois de la nature , ils ne peuvent que subir !


    • gaiaol 14 novembre 2008 13:55

       je ne veux pas croire en votre naiveté sylvain...

      qui aujourd’hui ne sait pas que ce sont les rapports de forces qui déterminent les connexions entre états. que les pays africains ne sont souverains qu’artificiellement. que la politique d’alger ou de nouatchook ne se fait pas en algérie, ni au mali mais à washington et d’autres capitales non moins célèbres. les régimes arabes ou africains (qui ne sont pas sans responsabilités de leur situation, noin de là) sont tout de mêem indigents face aux puissances dont l’unique ambition est de controler l’abondance des matières premières. et quelle est la meilleure manière de controler ces richesses sinon la protection à ceux qu’ils aident à se maintenir au pouvoir pour un statut quo, seul garant de la stabilité nécessaire à leur politique. on l’a vu au tchad, au gabon, au zaire puis congo, au caire, en arabie saoudite et j’en passe


    • CITOYEN 14 novembre 2008 12:31

      Arabisation et islamisation portent en eux les fruits amers de cette politique aux dépends de la liberté !

      Saïd Saadi (RCD), c’est un « coup d’État déguisé »

      Un autre référendum, le 29 septembre 2005, a été organisé pour la paix et la réconciliation nationale visant non seulement à l’amnistie des groupes terroristes, mais aussi des officiers de l’armée susceptibles d’avoir commis des actes criminels (97 % de oui avec 80 % de participation sauf en Kabylie très remontée contre l’arabisation de l’Algérie).


      • Satantango Satantango 14 novembre 2008 14:23

        Rien à dire sur l’Algérie si ce n’est que cela se résume à une guerre de Maffias depuis et durant la guerre d’indépendance assez bien illustrèe par "l’affaire Abdelmoumen Khalifa" (dont le père était le trésorier du FLN qui gèrait les fonds secrets...) et dont l’avocat est le frère de Bouteflika himself !

        Voici ce que Khalifa déclarait à propos de son Président :

        « Il faut changer la direction du pays. Je parle du Président de la République. J’estime en effet que la Présidence de la République est entre de très mauvaises mains. Cet homme a créé un Etat de non-droit en cinq ans. Ce sont des forces du mal qui se sont abattues sur le pays et qui ont généré un Etat voyou. Situation catastrophique, gestion anarchique des affaires de l’Etat, décisions anachroniques ont amené le pays dans une situation d’illégalité absolue, et c’est ce que les Occidentaux appellent un Etat voyou () Le Président actuel met directement en péril l’avenir de la nation. C’est pour cela que j’ai décidé de ne pas me taire. Je m’interdis de voir mon pays malmené de la sorte tout en restant passif. » Abdelmoumen Khalifa estime que le Président de la République est « incapable de gérer l’Algérie ». (11/11/2003)

        Plusieurs génération d’Algériens sacrifiées pour les caprices et les bons plaisirs de leurs dirigeants. Et c’est pas fini ! 



      • fonzibrain fonzibrain 14 novembre 2008 12:35

        bientot,très bientot,il fera meilleure vivre dans des pays comme ca,et puis le réel problème de ces pays c’est qu’ils ne savent "communiquer",attendez le méga atentat radiologique et vous verrez comment ca sera chez nous


        • gaiaol 14 novembre 2008 14:17

          citoyen
          Un autre référendum, le 29 septembre 2005, a été organisé
          pour la paix et la réconciliation nationale visant non seulement à l’amnistie des groupes terroristes, mais aussi des officiers de l’armée susceptibles d’avoir commis des actes criminels (97 % de oui avec 80 % de participation sauf en Kabylie très remontée contre l’arabisation de l’Algérie).


          le choix de la réconciliation nationale était risqué pour boutef. mais c’était le seul possible. il fallait tourner une page (qui ne n’est pas encore tout à fait il faut le reconnaitre). il ne faut pas être algérien pour comprendre qu’il fallait absolument mettre un terme à la décennie noire. le citoyen donneur de leçon
          pourrait s’en inspirer et aider israel à s’en inspirer par exemple... d’ailleurs il m’en souvient qu’à cette époque-là, le(s) citoyen(s) donneur(s) de leçon depuis paris défendaient pas mal l’islamisme radical en lui donnant protection et pignon sur rue. l’’algerie était bien seule face à la terreur


          • Hieronymus Hieronymus 14 novembre 2008 15:58

            Conclusion : c’est parce qu’il est le moins pire (Bouteflika) qu’il serait souhaitable qu’il reste ?
            le type (vieux crocodile) du FLN a surement plus d’un tour ds son sac pour avoir reussi a survivre a ts les regimes depuis l’independance ds un pays aussi violent que l’Algerie..
            il est certes bcp plus sympathique d’aspect que ne l’etait Boumediene (effroyable criminel)

            Honnetement j’ai jamais mis les pieds en Algerie, ma connaissance du pays se limite aux recits d’anciens cooperants ou d’etudiants algeriens que j’ai eu l’occasion de croiser ds les ’pays de l’Est’
            la conclusion que j’en tire c’est que ce pays (l’Algerie) n’existe pas : pas d’histoire politique (car tjs domine par des puissances etrangeres) aucune cohesion nationale, aucune culture propre, il n’y a pas de peuple algerien ! que des antagonismes et des dechirements, a preuve ts les massacres perpetres par les islamistes lors de la decennie precedente .. qu’est ce que c’est que ce pays ou l’on peut egorger 200 personnes a qq centaines de metres d’un poste de police sans etre inquiete ?
            Et cette volonte completement conne d’arabisation du pays !
            alors que seule la population Kabyle permet qq espoir de developpement :-
            l’Algerie, une suite d’echecs, une economie basee uniquement sur la rente petroliere ..

            ds ces conditions la presidence de Bouteflika est encore un moindre mal (par rapport au FIS)
            c’est comme en Egypte ou a tout prendre mieux vaut Moubarak president a vie que les freres musulmans (qui encouragent les massacres des coptes)


            • gaiaol 14 novembre 2008 17:05

              la conclusion que j’en tire c’est que ce pays (l’Algerie) n’existe pas :

              et vous êtes fier de votre conclusion ?

              la négation est de sortie. alors comme ça les algériens n’ont pas d’histoire ? que cherchez vous en disant cela ? ça me rapelle ceux qui nient les palestiniens... y’a toujours des idéologies politiques derrière la négation de l’autre


              il es ttout aussi étonnant qu’il y ait des gens pour nier l’identité algérienne pour ne retenir que le berbère, le kabyle ou l’arabe. comme s’il fallait absolument mettre les individus dans des cases. c’est la continuité d’une guerre débutée il y a longtemps déjà : diviser pour mieux régner.

              ignorez vous que les idendités peuvent se superposer sans s’annihiler ? et que les arabes venus islamiser l’algérie n’étaient qu’un nombre limité ? 80 % du peuple algérien est berbère. eh oui les arabes d’algérie, du maroc ou de tunisie sont des berbères arabisés et islamisés. tout comme nombre de juifs orientaux sont des berbères judaisés. et soudain vos théories ne valent que dalle. mais je comprends qu’ il soit tellement plus juteux de ne retenir de l’algérien que... son arabité pour mieux l’amalgamer au musulman et donc au terroriste...


            • Hieronymus Hieronymus 14 novembre 2008 17:21

              @ gaiaol
              Y pas a etre fier ou pas ..
              cette confidence, que l’Algerie n’existe pas en tant que nation historique m’a plusieurs fois ete faite par des Algeriens eux- memes, cela n’empeche pas que chaque Algerien en soi puisse etre tres estimable ..
              prenons l’histoire, le sol algerien detient certainement le record du nombre d’invasions-occupations ’etrangeres’, j’en oublie surement ;
              les Pheniciens-carthaginois, les Romains, les Vandales, les Arabes, les Turcs, les Francais ..
              a chaque fois le pouvoir politique etait detenu par une puissance etrangere, jamais d’autonomie ..


            • gaiaol 14 novembre 2008 18:13

              je me pose la question de savoir si c’est le retour de la politique des nuls à laquelle tu es en train de t’essayer ?

              la résistance à toutes les invasions parcourt l’histoire algérienne...c’est l’histoire de cette résistance qui a enraciné le sentiment idenditaire algérien. meem s’il est vrai que les gouvernements successifs n’ont eu de cesse d’amputer la mémoire algérienne. c’est bien pour cela que la plupart des algériens ne se reconnaissent pas dans les politiques. car le passé dit-on "est moyen de discours de libération intellectuelle, une condition pour la libération politique."

              google es tton ami hyero...



            • Antoine Diederick 14 novembre 2008 18:16

              @ Jérôme,

              c’est un peu dur et définitif ce que vous écrivez, que l’Algérie est un pays qui n’existe pas....peut-être même superficiel.

              Comme belge j’ai déjà entendu la même chose, or, vous savez bien que ce n’est pas le cas....les peuples et les régions ont une histoire et l’Algérie a été modelée autant pas les peuples qui l’habitent, que par l’histoire et par la France aussi....

              Cette considération pourrait de la même manière me faire dire :"La France n’existe pas, elle est un agrégat artificiel de peuples et de régions différentes". Or , ce n’est pas le cas.....vous savez comme que cela est bien plus complexe.


            • gaiaol 14 novembre 2008 18:30

              c’est tout de meem un tour de force de sa part que de glorifier autant la simplification...


            • Silence 14 novembre 2008 18:36

              " ds ces conditions la presidence de Bouteflika est encore un moindre mal (par rapport au FIS)
              c’est comme en Egypte ou a tout prendre mieux vaut Moubarak president a vie que les freres musulmans (qui encouragent les massacres des coptes)"

              C’est un faux argument... La vérité est que les mouvements islamistes du type FIS ou frères musulmans ne se développent que sous des régimes dictatoriaux et corrompus. Lorsque ces régimes suppriment toute forme d’opposition démocratique et musèlent la liberté d’expression, ils laissent le champ libre aux religieux radicaux, qui peuvent alors canaliser toute la colère et la frustration du peuple. 
              Jusqu’au jour où ça pète, et alors on se retrouve avec un Etat terroriste sur les bras...


            • gaiaol 14 novembre 2008 18:51

              La vérité est que les mouvements islamistes du type FIS ou frères musulmans ne se développent que sous des régimes dictatoriaux et corrompus.


              vrai. mais sans oublier que ces mouvements islamistes sont partout soutenus et encouragés pour contrarier les alternatives laiques des "nationalistes arabes"
              et ce ne sont pas les choix des peuples


            • Medkorp Medkorp 17 novembre 2008 13:26

              Bonjour,

              Vous avez raison, vous ne connaissez absolument pas ce pays, ni ses habitants, (vous le dites vous meme) et pourtant vous pensez que votre vision est juste ?

              Vous etes à l’ouest mon ami...car vous pensez :

              1. Que Bouteflika est un moindre mal : Voilà une belle pensée de quelqu’un qui n’a jamais connu une dictacture, qui de loin, chez lui bien au chaud peut se permettre de dire comment devrait vivre les autres, en attendant qu’il trouve mieux à proposer aux algériens...Car voyez vous, ils ne sont pas raisonnable et ne connaissent rien aux réalités d’aujourd’hui...
                 
              2. L’histoire de l’Algérie : Et bien aucune histoire ? La France n’avait pas d’histoire avant les Romains ? N’y a t’il pas eu des rebellions du peuple contre chaque colonisateur ? Serait ce pour la forme, pour un pays qui n’existait pas à leur yeux ? Dites vous la meme chose des USA ?

                Soyez un peu sérieux, du moment qu’un peuple habite les terres il y a une histoire, chez nous elle se transmettait de voix orale ainsi que les traditions. Allez faire un tour sur le net avant de dire de tel betises !
                 
              3. Les massacres fait par les islamistes : Dans chaque pays, dans son histoire ils y a eu des antagonistes (resistant et pro allemand en france il n’y a pas si longtemps, le KKK aux USA, et tans d’autres pays ou la division est venue à un moment !)..

                De plus, nombres de ces attentats ont été fait par les militaire eux memes, qui préfèrent couper le courant en arrivant en ville et puis une fois leur méfait commis partir en remettant le courant...
                 
              4. L’arabisation du pays : Rien de plus normal, après la colonisation de plus de 150 ans, on se retourne vers ses racines, et que vous le vouliez ou non, elles sont Islamique depuis plus d’un millénaire ! De plus afin de gagner en unité du pays il est de bon ton que tout le monde parle la meme langue et non pas uniquement le breton, l’auvergnat, etc !

            • Medkorp Medkorp 17 novembre 2008 13:27

              Bonjour,

              Vous avez raison, vous ne connaissez absolument pas ce pays, ni ses habitants, (vous le dites vous meme) et pourtant vous pensez que votre vision est juste ?

              Vous etes à l’ouest mon ami...car vous pensez :

              1. Que Bouteflika est un moindre mal : Voilà une belle pensée de quelqu’un qui n’a jamais connu une dictacture, qui de loin, chez lui bien au chaud peut se permettre de dire comment devrait vivre les autres, en attendant qu’il trouve mieux à proposer aux algériens...Car voyez vous, ils ne sont pas raisonnable et ne connaissent rien aux réalités d’aujourd’hui...
                 
              2. L’histoire de l’Algérie : Et bien aucune histoire ? La France n’avait pas d’histoire avant les Romains ? N’y a t’il pas eu des rebellions du peuple contre chaque colonisateur ? Serait ce pour la forme, pour un pays qui n’existait pas à leur yeux ? Dites vous la meme chose des USA ?

                Soyez un peu sérieux, du moment qu’un peuple habite les terres il y a une histoire, chez nous elle se transmettait de voix orale ainsi que les traditions. Allez faire un tour sur le net avant de dire de tel betises !
                 
              3. Les massacres fait par les islamistes : Dans chaque pays, dans son histoire ils y a eu des antagonistes (resistant et pro allemand en france il n’y a pas si longtemps, le KKK aux USA, et tans d’autres pays ou la division est venue à un moment !)..

                De plus, nombres de ces attentats ont été fait par les militaire eux memes, qui préfèrent couper le courant en arrivant en ville et puis une fois leur méfait commis partir en remettant le courant...
                 
              4. L’arabisation du pays : Rien de plus normal, après la colonisation de plus de 150 ans, on se retourne vers ses racines, et que vous le vouliez ou non, elles sont Islamique depuis plus d’un millénaire ! De plus afin de gagner en unité du pays il est de bon ton que tout le monde parle la meme langue et non pas uniquement le breton, l’auvergnat, etc !

            • Mohammed MADJOUR Mohammed 14 novembre 2008 16:04

              Bouteflika, apprenti dictateur ?

              Pourquoi cette question ? y’a t-il une quelconque réaction de la part d’une fausse opposition engraissée et soumise, de la part de la populace ignorante et silencieuse ?

              Ceux que vous croyez qu’ils sont dans l’opposition ont géré et gèrent encore les collectivités locales selon la loi FLN et n’osent même pas s’opposer aux hors la loi qui colonisent chaque jour les espaces publics ! Le FLN cache l’ancien Cadastre National depuis 1962 pour permettre à ses protégés de se servir du patrimoine national pour lequel dit-on un million et demi d’Algérien sont morts : Paradoxe non ? Si tôt dénonccé sitôt escamoté, le probléme des faux maquisards prédateurs des richesses nationales qui devraient servir au développement du pays pour lequel se sont sacrifiés un million et demi de morts : Paradoxe non ?

              Non : CECI EST UN MEPRIS A L’ENCONTRE DU GENRE HUMAIN ET UN COMPORTEMENT DE FIN DU MONDE !

              Mais un dictateur est celui qui impose sa loi au lieu de respecter et au lieu de faire respecter les lois sociales !

              Ici l’individualisme a aboli l’Etat ; le désordre, la pagaille et l’anarchie se développent au rythmle d’une médiocrité galoppante !

              Peu importe que Bouteflika se représente ou non pour un nième mandat et même pour occuper le siège jusqu’à sa mort, les choses étant tellement graves que rien ne semble maintenant avoir une quelconque importance ! Ce pays n’existe plus !


              MOHAMMED.


              • CITOYEN 14 novembre 2008 18:14

                nombreux sont les pays qui, une fois indépendants, ont progressé...le Liban, par exemple...avant la montée en puissance de l’islamisation...aujourd’hui le Liban est à l’agonie...comme gaza d’ailleurs ...

                les BERBERES svent cela !!!


                • gaiaol 14 novembre 2008 18:19

                  aujourd’hui le Liban est à l’agonie...comme gaza d’ailleurs

                  les chars et les avions israeliens sont passés par là... ils sont pires qu’attila...







                • Mohammed MADJOUR Mohammed 14 novembre 2008 18:28

                  @CITOYEN (IP:xxx.x67.115.10) le 14 novembre 2008 à 16H14

                   

                  "Si vous souhaitez que la France revienne pour vous montrer les côtés positifs de sa présence...par la modernisation, l’émancipation...le progrés...
                   !

                  C’est entendu CITROUILLE ! Si Marianne ne revient pas vers Mohammed, Mohammed ira rejoindre Marianne !

                  MOHAMMED.

                  • Mohammed MADJOUR Mohammed 14 novembre 2008 18:39

                    @CITOYEN (IP:xxx.x67.115.10) le 14 novembre 2008 à 18H14

                     

                    "nombreux sont les pays qui, une fois indépendants, ont progressé...le Liban, par exemple...avant la montée en puissance de l’islamisation...aujourd’hui le Liban est à l’agonie...comme gaza d’ailleurs ...

                    les BERBERES svent cela !!!
                    "

                    Oui CITROUILLE, il ne faut pas être BARBARE pour savoir que le déclin de la Mère Patrie Française est essentiellement dû à la naissance mais surtout à la vigueur de "l’Islam de France" !

                    D’ailleurs Minus le sait très bien pour avoir été et est toujours le président des CULtes !

                    MOHAMMED.


                     

                  • CITOYEN 14 novembre 2008 18:42

                    Alors vive l’UPM...dans le domaine politique aussi...nos frères BERBERES doivent être respectés, aprés tout, ils sont chez eux...eux !!! 


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed 14 novembre 2008 18:52

                      @CITOYEN (IP:xxx.x67.115.10) le 14 novembre 2008 à 18H42

                      "Alors vive l’UPM...dans le domaine politique aussi...nos frères BERBERES doivent être respectés, aprés tout, ils sont chez eux...eux !!! "


                      Oui CITROUILLE, vous êtes le fils légitime de CLOVIS le BARBARE, et tous ceux qui ont comme ancêtres les GAULOIS vous sont naturellement proches et dans tous les domaines !

                      Alors UPM, UMP, PAPON, PEPE LE SORCIER ... Qui a dit que la France n’était pas juste ?


                      MOHAMMED.


                      • CITOYEN 14 novembre 2008 19:04

                        pardonne à CLOVIS...il n’était pas prophéte...LUI !!!
                        et puis nous avons fait du chemin...les lumiéres, révolution, droits de l’homme...pour en arriver à une république qui devrait s’exporter un peu plus...en esprit ! 


                        • gaiaol 14 novembre 2008 19:13

                          ode au français citoyen d’un jour, qui évacues si délicatement la deuxième guerre mondiale et la collaboration, l’esclavage et le colonialisme


                        • fouadraiden fouadraiden 14 novembre 2008 20:01


                          t’es algérienne Gaiol ?


                          • Ricos77 Ricos77 14 novembre 2008 20:57

                             Non, pas apprenti. Confirmé. Confirmé semeur de haine aussi. 


                            • bozz bozz 14 novembre 2008 22:24

                              pfff..........


                              • omar omar 14 novembre 2008 23:36

                                Bouteflika est un bon président pour un pays qui n’existe pas (d’après les commentaires ci-haut), disons plutôt que c’est une création de la France ex-nihilo. En tout cas ce fut un très bon ministre des affaires étrangères. Comme suggéré dans certains commentaires, quelle importance que ce soit ce monsieur ou un autre qui soit président, pour les "barbares" comme certains les nomment, cela ne changera pas grand chose. A moins qu’il ne veuille précipiter l’instauration du califat (c’est iznogoud qui va pas être content).

                                En dehors de la double mise en quarantaine de leur région (les troupes moustachues et les troupes barbues s’y affrontent allègrement comme si c’était le théatre d’opération idéal tandis que les investissements économiques sont bloqués par tous les moyens possibles et imaginables), les barbares restent le bastion et l’avant garde de l’Algérie (c’est peut-être pour ça qu’ils ne veulent pas nous lacher la grappe).

                                Quand à l’arabisation c’est le meilleur moyen de soutenir la culture Amazigh puisque cela suscite de fortes réactions.

                                Sinon j’ai lu une traduction d’un petit livre qui fait fureur en Russie, c’est "La mosquée de Notre de Dame de Paris", comme quoi votre tour arrive bientôt et à ce moment là on pourra en reparler en connaissance de cause et ce sera l’occasion de redéfinir le sens du mot barbare.


                                • Michel Maugis Michel Maugis 15 novembre 2008 02:50

                                  @ L´auteur,

                                  Peut être que vous allez ne donner une réponse à cette question.

                                  En quoi la NON limitation de nombre de mandats présidentiels serait une atteinte à la démocratie ?

                                  pour moi, limiter le nombre de mandats c´est déjà reconnaitre que la démocratie ne fonctionne pas bien.

                                  C´est surtout dénier au peuple sa propre décision en la matière.

                                  Michel Maugis


                                  • mcm 15 novembre 2008 09:21

                                    Extraits de la lettre ouverte de André Savelli  :

                                    En brandissant l’injure du génocide de l’identité algérienne par la France, vous saviez que cette identité n’a jamais existé avant 1830. Ferrat Abbas et les premiers nationalistes avouaient l’avoir cherchée, en vain. Vous demandez maintenant repentance pour barbarie : vous inversez les rôles.

                                    De la Libye au Maroc, point d’Algérie ; c’était le Maghreb. Les populations d’origine phénicienne, berbère et romaine étaient, avant le 8e siècle, en grande partie chrétiennes. Ces régions agricoles étaient prospères.

                                    Faut-il oublier que les Arabes, nomades venant du Moyen Orient ont envahi le Maghreb et converti de force, par l’épée, toutes ces populations à l’islam ?

                                    Après quelques siècles de domination arabo-islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico romano-berbère si riche. Que des ruines.

                                    Faut-il oublier que les Turcs ont envahi le Maghreb pendant 3 siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en semi-esclavage, les laissant se battre entre elles, prélevant la dîme, sans rien construire.

                                    Faut-il oublier que ces Turcs ont développé la piraterie maritime, en utilisant leurs esclaves. Ces pirates barbaresques arraisonnaient tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants.

                                    Faut-il oublier que l’esclavage existait en Afrique depuis des lustres, et existe toujours. Les familles aisées musulmanes avaient toutes leurs esclaves africains.

                                    Faut-il oublier qu’en 1830, les Français sont venus à Alger détruire les repaires barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée, libérer les esclaves et affranchir du joug turc les tribus arabes et berbères opprimées.

                                    Faut-il oublier qu’en 1830, il y avait près de 5.000 Turcs, 100.000 Koulouglis, 350.000 Arabes et 400.000 Berbères dans cette région, où n’avait jamais existé de pays organisé depuis les Romains. Chaque tribu faisait sa loi et combattait les autres, ce que l’Empire Ottoman favorisait, divisant pour régner.

                                    Faut-il oublier qu’en 1830 les populations étaient sous développées, soumises aux épidémies et au paludisme.

                                    Faut-il oublier qu’à l’inverse du massacre arménien par les Turcs et du massacre romano-berbère par les Arabes, la France a soigné toutes les populations du Maghreb les amenant de moins d’un million en 1830 en Algérie, à 10 millions en 1962.

                                    Faut-il oublier que la France a respecté la langue arabe, l’imposant même au détriment du berbère et des autres dialectes, a respecté la religion, ce que n’avaient pas fait les Arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour n’être point tués.

                                    Faut-il oublier qu’en 1962 la France a laissé en Algérie, malgré des injustices, une population à la démographie galopante, en bonne santé, une agriculture riche, des usines, des barrages, des mines, du pétrole, du gaz, des ports, des aéroports, un réseau routier et ferré, des écoles, un Institut Pasteur, des hôpitaux, une université, la poste… Il n’existait rien avant 1830. Cette mise en place d’une infrastructure durable, et le désarmement des tribus, a été capital pour l’Etat naissant de l’Algérie .

                                    Faut-il oublier que les colons français ont asséché les marécages de la Mitidja, y laissant de nombreux morts, pour en faire la plaine la plus fertile d’Algérie, un grenier à fruits et légumes, transformée, depuis leur départ, en zone de friche industrielle.

                                    Faut-il oublier qu’en 1962, un million d’européens ont dû quitter l’Algérie, abandonnant leurs biens pour ne pas être assassinés ou, au mieux, devenir des habitants de seconde zone, méprisés et brimés, comme dans beaucoup de pays islamisés.

                                    Faut-il oublier qu’en 1962, 75.000 Harkis furent sauvagement assassinés et des milliers d’européens tués ou disparus ? Qu’il y eut plus de 200.000 tués dans le peuple algérien qui refusait un parti unique , beaucoup plus que pendant la guerre d’Algérie.

                                    La France vous a laissé un pays riche, qu’elle a su forger, grâce au travail de toutes les populations. La France a aussi créé son nom qui a remplacé celui de Barbarie. Personne ne vous demande de faire acte de repentance pour l’avoir laissé péricliter. Comment expliquer que tant de vos sujets, tous les jours, quittent l’Algérie pour la France ?


                                    • omar omar 15 novembre 2008 13:38

                                      Je suis contraint de reconnaître l’oeuvre de la France en Afrique du Nord, mais les Africains du Nord n’ont jamais réclamé d’être arabisé pour rentrer dans le cadre de l’utopie Napoléonnienne. Aussi l’oeuvre de dépersonnalisation et d’arabisation des patronymes et des toponymes, faite par ces fameux bureaux arabes n’a pas rendu service aux Algériens. Pas plus que la confiscation de leur terre aux berbères pour punition de leur maints soulèvement.

                                      Autre chose, toute la litanie des soit-disant bonnes choses que la France à fait en Algérie ne sont pas fausses en soi, il faut juste ne pas omettre de préciser qu’elle l’a fait pour elle et ses colonies de peuplement. Mes parents, mes grands-parents et mes arrières grands-parents ne sont jamais allés à l’école même s’ils sont nés sur la terre d’apullée et de St-Augustin, quel paradoxe.

                                      Aujourd’hui encore, malgré les gesticulations simiesques et la phraséologie empruntée des gouvernants d’Afrique du Nord (par exemple "hizb frança" et la main de l’étranger) tout un chacun sait pertinemment que l’Influence de la France en Afrique du Nord reste prépondérante, ne serait-ce que pour des raisons économiques évidentes en plus de la présence d’une diaspora Nord-Africaine très fortement implantée dans les divers pays de l’Europe. 

                                      Il semblerait tout de même qu’un petit changement de style puisse être remarqué depuis que Nicolas Sarkozy est aux commandes, la politique arabe de la France n’est plus ce qu’elle était.


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed 15 novembre 2008 18:50

                                      @mcm (IP:xxx.x8.187.196) le 15 novembre 2008 à 09H21

                                      A la lumière de ce que vous dites, je suis d’accord pour me mettre à table avec les meilleurs historiens de France, avec les meilleurs Experts de France et avec tout ce que cette France a de matière grise pour mettre définitivement fin à "La question algérienne" !

                                      Je suis d’accord pour refaire le texte des "Accord d’Evian" conformément à l’enchainement de tous "Les Evènements" du dédut jusqu’à la fin de présence physique de la France en A frique du Nord !

                                      COUPONS LE CORDON OMBILICAL AVEC LA MERE PATRIE FRANCAISE ET QUE CHACUN SE DEMERDE TOUT SEUL, VOULEZ-VOUS ?


                                      Mohammed MADJOUR
                                      Plus grand Expert de la Planète Terre et plus scientifique de la Planète Terre mais si la France ne veut pas !


                                      • Sahtellil Sahtellil 16 novembre 2008 03:58

                                        Salut Mohammed,

                                        Je sais que votre couvre-chef , si vous en avez un, doit flotter là où il est, mais je vous ressers un dernier pour la route si ça peut vous décider à RENTRER FAIRE DODO !

                                        BMD


                                      • abersabil abersabil 15 novembre 2008 21:45

                                        @ mcm,

                                        Dire que la France était venue en Algérie en civilisatrice est une idiotie sans pareille, le soldat suivi du prêtre comme tableau typique de la charité chrétienne, panser les blessures de celui qu’on vient de massacrer ne peut tenir la route longtemps ; chaque chose a son temps, il en est ainsi du mensonge, il ne peut perdurer ; quant à Ferhat abbas, bien que pharmacien de profession (un chanceux parmi ses compatriotes en cette époque, ou peut être il y a une raison cachée s’il est arrivé à ce niveau de formation) était un ignorant de l’histoire de son pays ; pour ce qui est de l’illettrisme des autochtones, il n’y a qu’a compulser certains récits de généraux français eux même dès leur arrivée sur le sol algérien. Les nostalgiques racistes peuvent se prévaloir de la supériorité technologique ; entre un fusil  et un mousqueton de baroud il n’y a pas photo, d’où les crimes de génocide que la France reconnaît à l’Arménie, tout en le refusant à l’endroit des algériens. Pour finir, vouloir jouer sur le dualité entre Arabes et Berbères n’est plus porteurs, car l’Islam les a cimenté.

                                        Pour ce qui est du président Bouteflika, il aurait du sortir par la grande porte tout en gardant son aura de grand militant de la cause algérienne, il n’y a jamais deux sans trois, et reconnaître solennellement ses échecs pour les deux mandats, c’est en soi un entêtement incompréhensible, d’autant plus que la manière de quémander son troisième fut sur un mode  d’aumône inversée.

                                         

                                         


                                        • fouadraiden fouadraiden 16 novembre 2008 04:35


                                          c’est du blabla le bilan sur la guerre d’Algérie. la réalité vraie c’est qu’en Europe , et en France particulièrement , des maghrébins remplissent les geôles.voilà pour les faites encore en 2008.

                                           j’imagine donc que c’est la réponse à leur échec en Algérie

                                           "certes vous ns avez sachés, mais regardez ce que ns faisons des arabes qui ont "choisi" de vivre en 
                                          métropole"


                                           ils envoient les arabes ds leurs prisons et rappellent à qui veut l’entendre que la colonisation fut un bienfait.

                                           tu peux changer ce rapport de force !


                                        • fouadraiden fouadraiden 16 novembre 2008 04:37

                                          ...voilà pr les faits..........


                                        • Satantango Satantango 17 novembre 2008 12:42

                                          @fouadraiden

                                          T’es qu’un pauvre trou d’cul !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès