• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Cameroun : Monseigneur Bala, une décoration à titre posthume pourquoi faire (...)

Cameroun : Monseigneur Bala, une décoration à titre posthume pourquoi faire ?

Après la découverte macabre de la dépouille de Monseigneur Benoît Bala, le 2 juin 2017 dans le fleuve Sanaga, c’est la première fois où, pendant deux mois, l’on n’aura parlé de rien ou de presque rien.

C’est un poids supplémentaire sur les épaules du prélat, cette décoration à titre posthume décernée par le Président Biya, lors de ses obsèques le 3 Août 2017,ne prenant pas en compte les résolutions du parquet, est lourde de sens. Car, l’évêque est selon la justice de son pays considéré comme un suicidé. Le décorer, est-ce une provocation ostentatoire du pouvoir en place, ou une simple bourde d'amateurs ?

 L’Ordre de la Valeur au Cameroun est une distinction décernée aux braves, aux morts pour la Patrie ; aux valeureux fils de la Nation…Je ne sais pas si donner la mort, même à soi-même est un honneur en soi, et mérite la reconnaissance des pouvoirs publics ?

Dans cette affaire sensible portée à la connaissance du public, l’Etat n’a pas été disposé à relever le défi d’un débat public, c’est-à-dire en prenant le peuple souverain à témoin, pour montrer l’indépendance de l’institution judiciaire. Dans le cas de l’autopsie, pourquoi ne pas avoir associé la conférence épiscopale pendant toutes les actions menées ? Pourquoi l'Etat n'a pas mis sur pied une commission ad hoc pour dissiper tous les doutes ?

Il s'avère que le Garde des Sceaux a opté de piétiner allègrement les préoccupations du clergé. Il a donc saisi Interpol, en toute opacité pour faire jaillir sa part de vérité. C’est la première fois, dans l’histoire de notre pays, où l’on a osé appeler des experts étrangers pour faire l’autopsie d’un mort, faisant fi de notre indépendance médicale et sanitaire.

Une République, ce sont ses lois. La force de loi, c’est de permettre à toutes les parties en conflits d’opposer un débat contradictoire, où chaque partie doit faire preuve de sa bonne foi. La bonne foi, c’est-à-dire la légitimité du poursuivi et du poursuivant, le sérieux de l’enquête à charge et à décharge, le respect de présomption d'innocence. Dans le cas d'espèce, au lieu de prôner la transparence, le gouvernement a planté les germes de la suspicion. Au lieu de rassurer, le pouvoir en place a multiplié l'arrogance. Mais à quelles fins ?

Reste que, on se sera plus intéressé aux perturbateurs endocriniens ou à la mise en scène du meurtre, qu’aux responsables et commanditaires du crime. L’Etat se préoccupait plus des batailles de leadership au sein de l’épiscopat, que d’éclairer l’opinion sur le déroulement des auditions. 

C’est ce flou, qui a suscité une protestation solennelle de la conférence épiscopale, contre ce qu’elle considère de dévoiement judiciaire. La conférence épiscopale croit avoir fini par remonter le fil conducteur de cette surprenante mort. C’est ainsi que les évêques sont arrivés, sur la foi de diverses sources et de plusieurs documents concordants, à la conclusion selon laquelle, Monseigneur Benoît Bala a été assassiné.

Mis en cause, qui plus est gravement, tant les faits sont lourds d’implications légales et morales, l'Etat camerounais a choisi l'outrance. Et pourtant, comme n’importe quel justiciable, il était en droit de nous prouver sa bonne foi, en procédant à l’autopsie collégiale du prélat défunt. Rappelons-le, le gouvernement n'est pas au-dessus des lois, il a des comptes à rendre. C'était l'occasion de l’affirmation solennelle du droit fondamental des citoyens. Un des principes de ce droit, est que la justice est rendue au nom du peuple. En somme, la démocratie est véritable, si la justice peut être rendue au détriment des puissants et des puissances établies.

 Donc, si on apprécie le geste à sa juste mesure, il se trouve donc que Monseigneur Bala soit tombé au champ d’honneur,puisque le Président considère le prélat comme un héros national, au point de lui décerner , le valeureux titre de Chevalier de l'Ordre Nation de la Valeur. Il est donc temps, de lui restituer son honneur bafoué par la justice de son pays qui qualifie son decès de suicide. J’ose croire que, dans la suite des gouvernants, le bon sens saura diriger leurs consciences. 

© Aimé Mathurin Moussy


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Alain Dussort Alain Dussort 12 août 13:54

    On ne trouve pas les raisons de son assassinat ici ou dans La Croix ou RFI. 

    Pour les évêques camerounais, c’est une « certitude morale » : « le corps qu’ils ont vu et reconnu au bord de la Sanaga et à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé, et qui était la dépouille de Mgr Jean-Marie Benoît Bala, portait des marques de violence », indiquant que l’évêque aurait été assassiné.
     Sur la note retrouvée dans la voiture de Jean-Marie Benoît Bala, quatre mots écrits à la main sur un papier à en-tête du diocèse. : « Je suis dans l’eau ».
    A-t-il reçu une confession importante, le confesseur s’étant ensuite rétracté avec cet assassinat ?
    Est-ce une provocation pour déstabiliser l’église camerounaise et préparer une « islamisation » plus importante ?
    Une partie des lecteurs d’Agoravox sont des consommateurs de mauvaises nouvelles, je pense qu’il convient de les éclairer sur les raisons, car cela reste une ouverture pour essayer de changer « les choses » et non pas uniquement consommer de la sinistrose (c’est mauvais pour la foi et le foix) ....


    • Alain Dussort Alain Dussort 12 août 13:55

      correctif

      foi, foie, la ville de Foix, Il était une fois

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès