Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Canada : droite politique et droite religieuse, deux trajectoires

Canada : droite politique et droite religieuse, deux trajectoires

Après une douzaine d’années d’efforts d’unification, de 1993 à aujourd’hui, la droite politique est sur le point de prendre le pouvoir au Canada. Après une dizaine d’années, de 1991 à 2001, le nombre d’adhérents des confessions protestantes a diminué de 8%, mais celui de certaines confessions évangéliques est en croissance, surtout en Alberta, un bastion de la droite politique.

Selon une analyse du recensement de 2001, publiée par Statistique Canada, à l’adresse URL http://www12.statcan.ca/francais/census01/..., l’Église missionnaire évangélique, avec 66 705 membres en 2001, est la confession protestante canadienne (déclarée par 60 000 personnes et plus) ayant connu la plus forte augmentation en pourcentage entre 1991 et 2001, avec 48%. L’Église adventiste, avec 62 875 membres en 2001, arrive en deuxième place dans ce classement, avec 20,1%. L’Alliance chrétienne et missionnaire, avec 66 280 membres en 2001, arrive en troisième, avec 11,9%. L’Église baptiste, avec 729 470 membres en 2001, arrive en quatrième, avec 10%. L’Église de Jésus-Christ des derniers jours (mormone), avec 104 750 membres en 2001, arrive en cinquième, avec 3,9%. Ces Eglises sont les seules à avoir connu une croissance de leurs effectifs au cours des dix dernières années. En fin de liste, on retrouve trois Eglises avec des taux de décroissance tout aussi impressionants. La dernière de la liste, l’Église presbytérienne, avec 409 830 membres en 2001, a perdu 35,6% de ses membres au cours de cette période. L’avant-dernière de la liste, l’Armée du Salut, avec 87 785 membres en 2001, a perdu 21,9% de ses membres pendant ce temps. L’antepénultième est l’Église pentecôtiste, avec 369 475 membres en 2001, qui a perdu 15,3% de ses membres pendant ce temps. Si on fait un total des effectifs des cinq confessions qui ont augmenté, on obtient une croissance de 12% sur 10 ans, qui leur donne un total de plus de 1 million d’adhérents en 2001, contre une décroissance de 10% sur 10 ans, qui donne un total environ 6,8 millions d’adhérents en 2001 pour les autres. Globalement, la décroissance est d’environ 8% sur 10 ans, ce qui donne un grand total d’environ 7,8 millions d’adhérents. On peut se demander si la droite religieuse est en croissance. Pour répondre à cette question, il faudrait segmenter les confessions selon ce critère, ce que je ne me hasarderai pas à faire.

Selon Frédéric Boily et Natalie Boisvert, du département Études canadiennes de la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta : “Le mouvement évangélique se distingue par un prosélytisme résolument expansionniste et par l’interprétation littérale de la Bible. Tête de file de ce mouvement, l’Église pentecôtiste se vante d’être la dénomination religieuse ayant connu la plus forte croissance au XXe siècle. Forte de plus de 400 millions de fidèles, elle représente la dénomination protestante la plus populeuse, seule l’Église catholique compte plus d’adhérents. Selon le recensement de 2001, les Pentecôtistes représentaient environ 1,5% de la population albertaine. Cependant, si l’on y ajoute les tenants des autres Eglises évangéliques, la proportion se situe à près de 10% de la population. Ajoutons que de nouvelles sectes évangéliques ne cessent de se former, et que ces dernières affichent la plus forte croissance de toutes des factions religieuses en Alberta. Stockwell Day, trésorier provincial en Alberta, ancien chef de l’Alliance canadienne et maintenant député du Parti conservateur, était lui-même prêcheur pentecôtiste, avant de se lancer en politique.” (tiré de État et religion à l’école publique : un cas de l’Ouest canadien, une communication dans le cadre du colloque “Migration, religion and secularism- a comparative approach (Europe and North America)” tenu les 17 et 18 juin 2005 à Paris, disponible à l’adresse URL http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/Migrations/Boily%20&%20Boisvert.pdf).

Il y a donc un lien à établir entre le mouvement évangélique et le Parti conservateur du Canada (PCC), en Alberta du moins. Selon un article de Vincent Marissal dans le journal La Presse du vendredi 20 janvier, le chef actuel du PCC, Stephen Harper, est membre de l’Alliance chrétienne et missionnaire, une dénomination évangélique dont l’adresse URL est : http://www.cmacan.org/

Stephen Harper a été, de 1998 à 2002, président de l’organisme “National citizen coalition” (NCC), un groupe de pression conservateur qui a contesté sous sa gouverne jusqu’à la Cour suprême du Canada une loi imposant des limites aux dépenses des groupes de pression en période électorale. Cet organisme s’est par ailleurs opposé, sans succès, à des amendements à la loi électorale du Canada (http://lois.justice.gc.ca/fr/E-2.01/index.html), visant à forcer la divulgation des noms des donateurs ayant versé des contributions à une caisse électorale supérieures à 250 dollars (200 dollars dans les six mois précédant la délivrance des brefs et pendant la période électorale, dans la loi actuellement en vigueur, à l’alinéa 359(4) b).

En 1988, Stephen Harper s’est présenté comme candidat pour le “Reform party of Canada” (RpC), pour la circonscription de Calgary, la capitale de l’Alberta, et a été défait comme tous les autres candidats de ce parti. En 1993, le National citizen coalition a soutenu avec succès la candidature de Stephen Harper comme député du RPC pour la circonscription de Calgary West. Aux élections de 1993, le RFC a remporté 52 sièges sur 295 à la Chambre des communes du Canada, dont 22 sur 26 en Alberta et aucun au Québec, contre 2 sièges au total, dont 1 sur 75 au Québec et aucun en Alberta, pour le Parti progressiste conservateur du Canada (PCCC). Aux élections de 1997, le RPC a remporté 60 sièges sur 301 à la Chambre des communes du Canada, dont 24 sur 26 en Alberta, contre 20 sièges au total, dont aucun en Alberta et 5 sur 75 au Québec, pour le PCCC. Stephen Harper ne s’est pas présenté à cette élection, ayant laissé le RPC pour se joindre au National citizen coalition en 1997 comme vice-président. Voici l’adresse URL de l’agenda actuel pour le Canada, disponible en anglais seulement, du National citizen coalition : http://morefreedom.org/doc_bin/agenda_canada.pdf

De 1997 à 2003, un mouvement pour unir les partis de droite, pour défaire le Parti libéral du Canada (PLC) aux élections fédérales canadiennes, a pris forme sous le nom d’United Alternative.

Stephen Harper était un membre fondateur du RFC, parti qui s’est fusionné avec l’Alliance canadienne de Stockwell Day en 2000 pour former le “Canadian reform conservative alliance” (CRCA). Aux élections de 2000, le CRCA a remporté 66 sièges sur 301 à la Chambre des communes du Canada, dont 23 sur 26 en Alberta et aucun au Québec, contre 12 sièges au total, dont 1 en Alberta et 1 sur 75 au Québec, pour le PCCC. En 2002, Stephen Harper a pris la direction du CRCA. Ce parti s’est ensuite fusionné en décembre 2003 avec le Parti progressiste conservateur du Canada pour former le Parti conservateur du Canada (PCC). Stephen Harper a pris la direction de ce parti en mars 2004. Aux élections de 2004, le PCC a remporté 99 sièges sur 308 à la Chambre des communes du Canada, dont 26 sur 28 en Alberta et aucun au Québec.

Aux prochaines élections du 23 janvier 2006, les derniers sondages disponibles au moment de la rédaction de cet article donnent de 35 à 37% des intentions de vote au PCC, contre de 27 à 29% des intentions de vote pour le Parti libéral du Canada, le gouvernement minoritaire sortant :

http://en.wikipedia.org/wiki/Opinion_polling_in_the_Canadian_federal_election%2C_2006

Le plan de match du mouvement United Alternative semble près d’être réalisé, avec la perspective d’un gouvernement conservateur, et même la possibilité d’un gouvernement conservateur majoritaire. Ainsi, l’union des forces politiques de droite leur aura servi à prendre le pouvoir au Canada.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès