Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ce chaos libyen qui disqualifie le droit d’ingérence

Ce chaos libyen qui disqualifie le droit d’ingérence

Il y a trois ans, avec le soutien de la grande majorité de l’opinion publique, plusieurs pays étaient intervenus dans la guerre civile libyenne. Les récents évènements démontrent plus que jamais que l’ingérence, fût-elle drapée d’humanisme, est sans doute une erreur.

Purgatoire en enfer
 
Qu’il est loin le temps où Nicolas Sarkozy pouvait s’afficher fièrement comme le sauveur du peuple libyen. Cela fait trois ans que le pays ne parvient pas à se stabiliser. Comme le rapporte le Monde : « la violence en Libye, qui dure depuis des mois, a pris une nouvelle dimension. Plus de cent morts en deux semaines d’affrontement, des combats qui s’intensifient près de Tripoli et à Benghazi, une menace de voir exploser un gigantesque dépôt de carburant aux portes de la capitale, sur fond de coupures d’eau, d’électricité et d’internet, alors que se confirme l’absence d’autorité centrale et que les étrangers quittent le pays aussi vite qu’ils le peuvent ».
 
L’intervention de 2011, qui a permis la chute de Kadhafi, n’a laissé qu’un immense chaos, un pays sans Etat, où les bandes tribales s’affrontent pour le contrôle du territoire, faisant d’innombrables victimes. Le plus effarant est que la situation continue à se dégrader trois ans après, dans une descente aux enfers représentée aujourd’hui par le sort incertain de la capitale, mais aussi de la ville phare de la révolution d’il y a trois ans, Benghazi. Les évènements de 2011 ont précipité le pays dans une guerre civile tribale dont on se demande bien quelle pourrait être l’issue aujourd’hui et qui impose de se demander si la situation n’était pas finalement moins mauvaise avant 2011, même si l’on reconnaît tous les aspects révoltants du régime de Kadhafi.
 
La fin de l’ingérence ?

Devant le fiasco complet des suites de l’intervention de 2011, cela amène forcément à se demander si toute ingérence n’est pas par nature à proscrire. En effet, il faut rappeler ici qu’il s’agit sans doute de l’intervention qui s’est faite dans les meilleures conditions, puisqu’elle consistait à venir en appui à une opposition organisée qui voulait renverser un dictateur (et dont l’échec aurait provoqué des représailles), que l’ONU avait appuyé l’intervention (au contraire de l’Irak) de même que la ligue arabe. C’est ainsi que Dominique de Villepin, Nicolas Dupont-Aignan ou Hubert Védrine avaient soutenu (sous conditions, pas totalement respectées) l’intervention. Le fait que des personnes attachées à la souveraineté nationale le fassent semblait être un bon présage.

Mais le premier problème fut le fait de passer par l’OTAN, une organisation issue de la guerre froide, qui n’a plus la moindre légitimité aujourd’hui et qui aurait dû disparaître, ce qui était déjà un mauvais signe. Il est bien évident qu’une intervention sous influence étasunienne représente une provocation qui ne pouvait pas permettre un rassemblement du peuple libyen derrière la nouvelle autorité, qui devait son pouvoir en bonne partie à Washington. C’est aussi du pain béni pour les islamistes les plus radicaux pour qui il s’agit sans doute de la meilleure publicité. Fort heureusement, le précédent libyen a sans doute joué un rôle dans le refus d’une intervention en Syrie qui aurait probablement laissé un même chaos, pas forcément moins horrible que l’actuel.
 
Ce qui se passe en Libye représente une leçon dont nous devons nous souvenir. D’autant plus pour moi, qui avais, de peu certes et après hésitations, soutenu l’intervention. Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est que l’ingérence semble accentuer le mal au lieu de le guérir.

Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 29 juillet 2014 13:19

    (Il y a trois ans, avec le soutien de la grande majorité de l’opinion publique, plusieurs pays étaient intervenus dans la guerre civile libyenne)...heu..pas vraiment..Un certain Sarkozy (et son pendant anglais) décidèrent de bombarder ce pays mettant le reste du monde devant le fait accompli..La nuance est d’importance il me semble pour la souligner... ?


    • mac 29 juillet 2014 13:50

      Je rajoute que la notion de « soutien de la grande majorité de l’opinion publique » est souvent une chimère. Le consentement ça se fabrique à l’aide de médias en grande partie aux mains de marchands de canons, de lobby financiers et des gouvernements qui les soutiennent.




    • Doume65 29 juillet 2014 15:54

      « heu..pas vraiment..Un certain Sarkozy (et son pendant anglais) décidèrent de bombarder ce pays mettant le reste du monde devant le fait accompli »

      En effet. Et j’ajouterai que ce que l’auteur appelle « la majorité de l’opinion publique » a aussi pour nom « BHL ».


    • Plus robert que Redford 29 juillet 2014 18:24

      On ne peut mieux résumer l’état des choses...


    • mac 29 juillet 2014 13:28

      Il y a un précédent à la Libye à savoir l’Irak qui ne peut que nous rappeler que la démocratie ne s’importe pas de l’extérieur et qui aurait dû conduire, il me semble, tous les gens censés à s’opposer à l’intervention en Libye.

      Remplacer des dictature abjectes sur bien des points mais qui avaient relativement organisé leur pays par le chaos islamiste le ramenant à l’âge de pierre ne peut être considéré comme un succès.
      D’ailleurs la plupart des dirigeants occidentaux et les multinationales qu’ils soutiennent n’ont probablement que faire de la démocratie dans ces pays.





      • devphil30 devphil30 29 juillet 2014 14:09

        Mettre un pays dans le chaos pour protéger le dollar Américain et des turpitudes électorales Françaises , voila à quoi servent les armées occidentales .....


        Philippe 

        • legrind legrind 29 juillet 2014 14:51

          Je me souviens d’un « Mots Croisés » sur France 2 où tous les représentants des partis politiques présents étaient pour les « bombardements humanitaires » de la Libye, tous sauf Marine le Pen, qui se faisait d’ailleurs insulter en cette occasion, une fois de plus, par JL Mélenchon.


          • bourrico6 29 juillet 2014 16:24

            tous sauf Marine le Pen, qui se faisait d’ailleurs insulter en cette occasion, une fois de plus, par JL Mélenchon.

            ôoooo choupinette  smiley


          • Alex Alex 29 juillet 2014 15:49

            Il existe une règle empirique assez simple :
            Si Bernard-Henri est favorable à une intervention, elle est nuisible.


            • gotjy gotjy 29 juillet 2014 18:04

              BHL qui est-il ?Pour qui se prend-il,Au nom de qui peut-il donner un avis ?De quelle investiture jouit-il ?Trop de questions sans réponses pour un pseudo « philosophe »de mes deux, imbu de sa personne et qui plastronne devant des Merdias complices de bas étages.


            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 30 juillet 2014 14:39

              Sauf si un jour il lui prenait l’idée de se faire lobotomiser (si ce n’est pas déjà fait).


            • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 30 juillet 2014 08:06
              LIBYE : Témoignage d’un couple d’Américains ayant vécu l’invasion OTANQaïda :

              - Les femmes avaient été émancipées dans les années 1970 par Kadhafi.

              - L’enseignement était gratuit et si vous vouliez aller à l’étranger intégrer une autre université, cela était payé en totalité par une allocation. Lorsqu’un couple libyen se mariait il recevait une dotation de 46,000$ du gouvernement pour commencer sa vie. Sa première maison, un 230 mètres carré, lui coûtait 10% de son salaire pendant 20 ans avant de lui appartenir pour de bon. Le prix de l’essence était de 44 cents le gallon (approximativement 4 litres), tous les services publics étaient gratuits. Si vous aviez faim et n’aviez pas d’argent, il y avait d’énormes réserves de nourriture où vous pouviez obtenir du riz, du lait, du fromage, de la farine et de l’argent pour acheter de la viande.

              - Le salaire moyen en Libye était le plus élevé d’Afrique, supérieur à celui de la Chine ou de l’Inde, à 15,800$ par an. Si vous aviez fait des études et ne parveniez pas à trouver un travail, vous receviez ce revenu jusqu’à ce que vous ayez obtenu un emploi.


              - Le peuple libyen étaient heureux, il n’y avait pas de taxe, seules les entreprises s’acquittaient d’une taxe mais elle était minime. Le gouvernement partageait la richesse de la Libye avec son peuple, il n’avait pas besoin de taxer les gens pour financer l’État.

              http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/07/libye-temoignage-dun-couple-damericains.html


              • abelard 30 juillet 2014 09:28


                Mon cher Hannibal,
                Seriez vous devenu fou ?
                Parler ainsi de Kadhafi prouve que vous êtes un ignare. Allez zoup, bonnet d’âne et mains sur la tête, vous n’avez rien retenu de vos leçons.
                Monsieur Botul, votre maître d’école, vient de toute façon de vous dénoncer au CRIJF (il faut remettre le J originel) car vous êtes un antisémite.

                Il ne manquerait plus que vous rappeliez que « En 2007, la Libye est le pays le plus développé d’Afrique si on se réfère au classement IDH (Indice de développement humain) ».
                ... Et aussi que Kadhafi a été un soutien constant pour Nelson Mandela au contraire d’Israël qui lui a toujours encouragé le régime d’apartheid. D’où l’absence du premier ministre israélien aux funérailles du grand Nelson...

                ...Mais il fallait dissimuler l’origine de l’argent de la campagne de Sarko. Kadhafi menaçait de parler...
                Il a suffit de braquer les télés sur Botul.

                D’où l’origine du fameux dicton :

                « Quand ils agitent le père Botul,
                On peut être sûr qu’ils nous enc... »


              • abelard 30 juillet 2014 10:51

                @ L’auteur,

                Bien sûr il n’est jamais trop tard et reconnaitre ses erreurs est un gage d’honnêteté.
                Mais s’être laissé piéger par la propagande de l’époque Sarko est une preuve de naïveté.

                Pour avoir une idée de ce qu’étaient au fond les « interventions humanitaires », le fameux « droit d’ingérence » il suffisait de regarder ce qu’est devenu le Kosovo.
                Vous souvenez vous ?
                C’était un « droit d’ingérence » exemplaire !
                ... Le Kosovo d’aujourd’hui n’est pas une démocratie, c’est un Etat mafieux entièrement corrompu...

                L’affaire de Lybie est pour moi extrèmement grave. Nous avons, soit par crédulité (ce qui est votre cas), soit par inaction (ce qui est le mien) ramené un pays modèle de développement à l’état de territoire soumis à une guerre de tribus digne du Moyen-âge.
                La responsabilité de la France est effroyable.

                En tant que citoyen, je demande à ce que les responsables de cette catastrophe soient traduits devant la Cours de justice internationale.

                En premier chef, les deux marionnettes médiatiques qui paradaient en se félicitant de leurs crimes, les dénommés Sarkozy et BHL-dit-Botul.


                • Allexandre 30 juillet 2014 11:21

                  Outre Sarkozy et le psychopate BHL, il ne faut pas oublier les vraie raisons de ce massacre. Le pétrole, oui, mais surtout, les menaces que Kadhafi faisaient peser sur les US en voulant créer son Dinar or et la Banque africaine. Chaque fois que les grandes puissances occidentales usent de l’ingérence, c’est pour apporter le chaos et la destruction. Un jour viendra où nous payerons tout cela très cher. L’impunité a ses limites. Et si BHL est intervenu, c’est qu’Israel pouvait en retirer un avantage. US et Israel sont dans le même bateau.


                  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 30 juillet 2014 14:55

                    Bonjour,
                    Notre bon Werner étant alité, je le remplace au pied levé.
                    Kadhafi était un monstre sanguinaire, il fallait l’éliminer.
                    Saddam Hussein ne vous avait pas suffi ? Si nous n’avions pas été là, ce dictateur aurait arrosé votre pays des fromages d’un tapis d’armes de destruction massive, c’était son intention, j’ai des preuves indiscutables que le général Powell vient de me préparer. C’est grâce à nous si ce pays est maintenant une grande démocratie apaisée.


                  • abelard 30 juillet 2014 17:21

                    @ Pepe,

                    Bravo, belle tentative de remplacer au pied levé l’un des phares de l’humanité !
                    Mais Werner n’aurait pas manqué de dénoncer la plus démoniaque invention de Kadhafi.
                    Allié au comte de Champignac, il avait découvert le champignon qui fait pourrir notre fromage sur pied !
                    Une France sans Camembert, sans Roquefort, sans Chavignol !

                    Ouf ! Merci Sarko/Botul !


                  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 30 juillet 2014 17:23

                    Aïe,
                    alors on est passés si près de l’extinction ?


                  • abelard 30 juillet 2014 17:41

                    ... A deux doigts, comme le chantait Melle Arielle Dombasle.
                    Seul le Gruyère se montrait résistant, mais le Gruyère suisse...

                    Heureusement, c’est nous qui maintenant sommes en mesure d’infecter leurs ondes hertziennes avec « Le jour et la nuit » oeuvre indépassable de Botul qui a tous les talents.

                    Ça les a rendu fous, voyez, ils s’entretuent.
                    Ne croyez pas les manipulateurs des médias : les Lybiens ne crient pas des versets du Coran, mais, d’une façon bien compréhensible : « Plus jamais d’Alain Delon avec sa visière sur la tête ! »


                  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 30 juillet 2014 18:56

                    Arielle Dombasle, n’est-ce pas cette chaudasse pour films de c... à petit budget (elle met sûrement son immense talent à leur service pour soutenir les petits producteurs). Et diva par-dessus le marché : on dit d’elle que quand elle chante, « il pleut, elle mouille, c’est la fête à la grenouille ». J’ai cru comprendre qu’elle est maquée avec un immense philosophe, Spinoza ou Aristote je ne me souviens plus très bien. Tu sais, c’est celui qui a dit « quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde la lune » et toutes sortes d’aphorismes choses aussi profonds. Et c’est aussi un héros, un philosophe combattant qui n’hésite pas à répondre aux journalistes au milieu du sifflement des balles (photos en fin d’article).
                    Qu’il vive longtemps, parce que le ridicule ne tue plus !


                  • Furax Furax 30 juillet 2014 12:35

                    Sarkozy et Cameron méritent d’être jugés pour crime de vu l’ensemble de leur oeuvre en Libye.
                    BHL n’est qu’un bouffon. Qu’on ne parle plus jamais de lui et qu’on le condamne à passer tout le reste de sa vie minable chez son coiffeur (peine : mise en plis permanente !)


                    • Furax Furax 30 juillet 2014 12:36

                      S’cusez smiley
                      Sarkozy et Cameron méritent d’être jugés pour crime contre l’humanité vu l’ensemble de leur oeuvre en Libye.
                      BHL n’est qu’un bouffon. Qu’on ne parle plus jamais de lui et qu’on le condamne à passer tout le reste de sa vie minable chez son coiffeur (peine : mise en plis permanente !)


                      • Furax Furax 30 juillet 2014 12:54

                        Et puis, il ne faut pas oublier toute la clique des « eurosodomites » qui a applaudi à tout rompre à cette magnifique avancée de la « démocratie » : les socialistes (c’est Martine Aubty qui menait la chorale !), les« verts » de gris fans de toutes les guerres US, les « centristes mous » adorateurs de Van Rompuy, l’homme qui donne des leçons de démocratie à Poutine smiley


                        • abelard 30 juillet 2014 17:30

                          @ Furax,

                          Vous avez raison, j’ai oublié nombre de criminels...
                          C’est vrai que le cas Botul me fascine.
                          Ce zozo grimpe sur tous les tréteaux qu’on lui tend (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne l’invite pas à dîner, il serait foutu de monter sur la table pour haranguer les convives...).

                          En tant qu’Intellectuel il prône la « responsabilité des intellectuels et le droit de s’élever contre les injustices » !
                          Le problème est que la responsabilité, ça marche dans les deux sens. S’il se donne le droit de provoquer à la guerre, il serait normal qu’il en assume les conséquences...

                          Botul, en prison !


                        • agent ananas agent ananas 30 juillet 2014 23:05

                          « guerre civile libyenne », « révolution »...
                          Manifestement l’auteur nous regurgite encore la propagande assénée durant l’agression contre la Jamahirya.
                          Le journaliste Julien Teil a démontré que la guerre en Libye était fomentée par la NED/CIA/OTAN. C’est à peu près le même recette contre la Syrie. C’est tellement prévisible que cela en devient ennyeux.
                          Bonne chance à Bashar et au peuple syrien de ne pas connaitre le même sort du Guide et de la Libye.


                          • le moine du côté obscur 3 août 2014 15:31

                            Les aspects révoltants du règne de Kadhafi, ah oui lesquels ? Cette arrogance de certains occidentaux (je ne compte pas les dirigeants parce qu’eux ce sont des hommes d’affaire qui défendent leurs intérêts) à croire qu’ils peuvent aller améliorer des pays alors que leurs propres pays sont en état de dégradation avancée est sidérante. Pour ma part je pense qu’il ne fallait pas être un devin pour savoir comment ça allait finir. On a tué en Libye l’image du chef voire celui du père, en massacrant Kadhafi et en humiliant sa dépouille ! Alors pense-t-on que l’autorité puisse encore marcher avec des esprits ainsi violés ? Et puis pour croire les mensonges effarants des dirigeants occidentaux il faut être né de la dernière pluie. Pour croire des menteurs patentés, il faut être soi-même un menteur ou prendre plaisir au mensonge. Depuis que le 11 septembre 2001 on a essayé de me faire croire que 1+1 = 1, je n’ai plus aucune considération pour les médias mainstream et la classe politique occidentale. Et je n’oublie l’odieuse fiole de pisse du criminel de guerre Collin Powell (qui rappelons-le au moment du bombardement de l’Irak en 1991 a dit qu’il voulait et je le cite « terroriser le monde » ! Un vrai terroriste), je n’ai que du mépris pour la classe politique occidentale. Partout où cette race de parasites met ses mains, ce n’est que souffrance, violence, destruction et lente agonie ! A chacun d’ouvrir les yeux ou de crever !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès