Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Cellules souches : les conservateurs religieux américains bloquent la (...)

Cellules souches : les conservateurs religieux américains bloquent la science

Georges W. Bush déclarait en 2001 : « Je crois que toute vie humaine est un cadeau du Créateur. Je m’inquiète d’une société qui déprécie la vie et je crois que, en tant que président, j’ai l’obligation de favoriser et d’encourager le respect de la vie aux États-Unis et à travers le monde ». Contrairement aux États-Unis, le Canada autorise les recherches utilisant des embryons surnuméraires. Ce qui est important pour la science l’est-il autant du point de vue politique et éthique ?

Souffrez-vous de maladies comme le diabète, l’Alzheimer ou le Parkinson ? Je ne sais pas si vous vous en souvenez mais en 2001, Georges W. Bush - pour des raisons morales et religieuses - avait interdit le financement par l’État des recherches fédérales publiques sur de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines. Ces dernières étaient destinées à remplacer des cellules endommagées ou malades et à permettre la reconstitution de tissus ou d’organes. Les scientifiques pensent pouvoir les transformer en n’importe quelles cellules du corps, cardiaques, pancréatiques ou cérébrales, pour remplacer des cellules endommagées ou malades et permettre la reconstitution de tissus ou d’organes. Loin d’être vues comme une avancée scientifique, ces recherches, aux États-Unis, font débat sur un tout autre ordre d’idée. Pour les conservateurs religieux, la vie commence dès la conception. Ils s’opposent en conséquence à toute recherche qui aboutirait à la destruction d’embryons.

Barack Obama avait fait du financement fédéral de la recherche sur les CSE son cheval de bataille lors des dernières élections. En mars 2009, il autorise donc la recherche financée par l’État fédéral sur ces cellules jugées très prometteuses. Il renversait ainsi le décret de son prédécesseur George W. Bush d’interdire le financement de telles recherches dans le secteur public.

Des groupes de contestation – surtout les conservateurs religieux - ont émis dès lors un avis selon lequel la législation Obama violerait un amendement fédéral qui interdit les travaux sur des embryons mis en péril par les expériences. Ce que bien évidemment nie la Maison blanche. Cet amendement appelé « amendement Dickey Wicker » a été voté au Congrès en 1995, et signé par l’ancien président Bill Clinton. Il interdit au département de la santé et des services humains d’utiliser des fonds pour la création des embryons humains (HHS) à des fins de recherche ou dans le cadre de recherches au cours desquelles des embryons humains sont détruits.

Par suite d’une injonction interdisant le financement public des recherches sur les cellules souches embryonnaires, le 23 août dernier, par le magistrat Royce Lamberth, du tribunal fédéral de Washington, l’administration américaine annonçait aussitôt - soit le 31 août - vouloir faire appel de cette décision. L’avis du magistrat, détaillé en 15 pages, est l’aboutissement d’un procès intenté par James L. Sherley du Boston Biomedical Research Institute et Theresa Deisher d’AVM Biotechnology contre le National Institutes of Health (NIH), le principal organisme de financement public de la recherche en biologie et médecine. Les plaignants étaient soutenus par la Christian Medical Association ainsi que par Nightlight Christian Adoptions.

Washington redoutait un « préjudice irréversible aux millions de personnes très gravement malades ou blessées qui pourraient bénéficier de cette recherche, mais aussi à l’État fédéral, à la communauté scientifique et aux contribuables qui ont déjà dépensé des centaines de millions de dollars dans ce domaine de recherche ».

Ce mardi, Royce Lamberth a refusé à nouveau de lever l’interdiction, qu’il avait imposée en août, relative au financement public des recherches sur les cellules-souches. L’administration Obama avait demandé au juge de revenir sur sa décision, afin d’éviter la suppression d’un millier d’emplois. Il a maintenu l’injonction de mener des recherches publiques sur les cellules souches embryonnaires humaines. Selon l’avis de ce tribunal, une telle suspension irait à l’encontre de la volonté du Congrès stipulée dans l’amendement Dickey-Wicker, compris dans le cadre des lois de dépenses fédérales. Cette injonction ne vise pas les recherches financées par des fonds privés ou non fédéraux, lesquelles peuvent continuer. Et les dizaines de projets de recherche qui utilisent des cellules souches embryonnaires humaines financées par des fonds fédéraux pourront, pour l’heure, se poursuivre. Toutefois, une majorité des projets de recherche, représentant environ 54 millions de dollars, devront être arrêtés parce que les financements n’ont pas encore été débloqués.

Le juge Royce Lamberth le précisait bien dans sa décision de maintenir l’injonction : « Si l’une des étapes d’un projet de recherche sur les cellules souches embryonnaires résulte de la destruction d’un embryon, le projet tout entier est écarté du financement fédéral par l’amendement Dickey-Wicker  ». L’honorable juge, nommé par Ronald Reagan, en 1987, va plus loin dans sa décision lorsqu’il prend position sur un débat qui reste scientifique : « Pour faire de la recherche sur des cellules souches embryonnaires, ces cellules doivent être prélevées sur un embryon, le processus aboutissant à ce prélèvement conduit à la destruction de l’embryon, donc la recherche sur les cellules souches embryonnaires dépend de la destruction d’un embryon humain ».

Comme nous pouvons nous en douter, cette décision satisfait pleinement les conservateurs religieux, notamment la Christian Medical Association ainsi que par Nightlight Christian Adoptions, selon lesquels l’administration Obama a tenté de contourner la loi en expliquant que ces fonds ne finançaient la recherche qu’une fois les embryons détruits. Ils s’opposent donc à toute recherche aboutissant à la destruction d’embryons.

La décision du juge Lamberth a entraîné la consternation au sein de la communauté scientifique qui juge incontournables les travaux sur les cellules souches embryonnaires humaines. Le directeur des Instituts nationaux de la santé (NIH), Francis Collins, a déclaré, dans une entrevue au New York Times, que cette décision pouvait affecter sérieusement l’un des domaines de recherche biomédicale les plus prometteurs. Pour le Dr Kurt Civin, directeur du Centre de biologie des cellules souches à l’Université du Maryland (est), cité par l’AFP, il s’agit d’« un sérieux revers et une politisation idiote » de la recherche sur les cellules souches embryonnaires dont le potentiel médical est énorme.

Comme l’indique Genethique, en France, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (Opecst) rendait public un rapport visant à faciliter les recherches sur les cellules souches embryonnaires, en passant du régime dérogatoire à un système d’autorisation sous condition. Si la révision de la loi sur la bioéthique du 6 août 2004 n’est pas adoptée d’ici le mois de février 2011, l’agence de Biomédecine ne pourra plus autoriser aucun autre projet de recherche.


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • reivax 8 septembre 2010 15:29

    Tout d’abord, l’auteur entretient dès le titre la confusion entre cellules souches et cellules souches embryonnaires.
    Ensuite respecter l’éthique peut en effet compliquer la recherche scientifique. Mais si l’on reconnaît la dignité de l’homme, alors faire des expériences sur les êtres humains pose problème.
    Enfin, aujourd’hui, la plupart des scientifiques reconnaissent que les cellules souches adultes s’avèrent finalement aussi prometteuse que les cellules souches, les problèmes de croissance incontrôlée (et donc de cancer) en moins.
    Donc non la science n’est pas bloquée et elle peut progresser avec les cellules souches adultes.
    L’auteur ferait mieux de se battre pour favoriser le développement des banques de sang de cordon ombilical...


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 8 septembre 2010 16:52

      reivax


      J’ai exposé un point de vue qui relève de la stricte actualité. Vous exposez un point de vue qui relève d’une analyse et d’une prise de position. Bien expliquée par ailleurs. Je vous remercie.

      Pierre R.

      • slipenfer 9 septembre 2010 04:54


        Que pensez-vous du docteur grenez (lien Wiki)  ??????

        André Gernez, né le 25 janvier 1923 à Avesnes-les-Aubert,
        est un docteur en médecine, cancérologue, radiologue et physiologiste.
         Il est considéré comme l’un des pères de la théorie des cellules souches.
         En tant que chrétien opposé au scientisme, il plaide pour une nouvelle religion
         transcendantale compatible avec les données de la science, intégrant notamment
        les acquis de l’évolution biologique et visant à la
         réalisation du projet génétique de l’espèce humaine.

         Le Scandale du Siècle voumel 1 (j’ai vu les 2 volumes vraiment trés étonnant)
        LE SCANDALE DU SIÈCLE - VOLUME 2

        Un révolutionnaire de la biologie(oups)trop gros la police désolé

        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 9 septembre 2010 07:08

           slipenfer


          Votre question est intéressante mais je ne suis pas un spécialiste. Il faut toutefois reconnaître au docteur Gernez d’avoir renversé un dogme tenace : l’indivisibilité des cellules (double cycle cellulaire et de la fixité neuronale). Cette théorie nobelisée était particulièrement bien ancrée dans le monde scientifique. Ce n’est évidemment qu’en 2007 que le Sénat français a reconnu au médecin cancérologue les mérites de ses travaux. Il était temps. Dans l’entrevue qu’il accordait au producteur du Scandale du siècle, le médecin décrivait sa rencontre avec le ministre de la santé de l’époque. Irréaliste. 

          Le vieux médecin de 85 ans n’a pas que des admirateurs. Il semblerait qu’il se soit fourvoyé à quelques reprises sur des théories singulières, comme le Sida : « Le SIDA est une maladie digestive ; le risque d’être infecté est essentiellement lié à la pratique de la sodomie. L’Afrique est particulièrement touchée car la sodomie y est souvent utilisé comme méthode contraceptive » (Wikiquote)

          Merci de votre commentaire.

          Pierre R. Chantelois

          • slipenfer 9 septembre 2010 07:50

            Merci a vous aussi
            et longue vie smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Derniers commentaires