Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Centrafrique : La France, gendarme malgré elle ?

Centrafrique : La France, gendarme malgré elle ?

Après le Mali, c’est donc en République Centrafricaine que l’armée française est au point d’intervenir pour tenter de mettre fin à une situation chaotique, qui risque d’échapper à tout contrôle. Les nouvelles autorités du pays, au pouvoir depuis mars dernier, après avoir renversé le régime de François Bozizé, ont perdu tout contrôle sur leurs troupes. Le Président, Michel Djotodia, a même été tenté de « pactiser avec le diable » en évoquant des contacts avec le seigneur de guerre ougandais Joseph Kony. C’est que la situation est vraiment désespérée dans ce pays où des affrontements entre populations chrétiennes et musulmanes font craindre le spectre d’un génocide, selon Laurent Fabius.

Il faut bien reconnaître que la France est prise au piège. Elle disposait déjà d’un contingent fort de 400 hommes chargés d’assurer la sécurité de l’aéroport de Bangui. Elle n’a pas voulu s’impliquer dans les combats pour empêcher la chute du Président Bozizé qui pourtant avait appelé Paris à l’aide. L’homme régnait sur le pays depuis dix ans, avec un bilan catastrophique, ce qui rendait tout soutien français inapproprié. Mais une fois les nouveaux maîtres aux commandes du pays, la France se retrouve dans l’impossibilité de se retirer et d’abandonner un pays en proie aux massacres interconfessionnels.

Nul ne sait ce qu’il adviendra de l’intervention française, mais il faut bien admettre que n’importe quelle grande puissance, confrontée à une situation comme celle-là, serait bien obligée de rester sur place. Paris a toutefois pris ses précautions en sollicitant un vote du Conseil de sécurité de l’ONU et en organisant un sommet sur la sécurité à l’intention d’une quarantaine de chefs d’Etat africains.

Se pose alors la question de savoir si la France est vraiment bien inspirée en multipliant des interventions militaires en Afrique, au-delà des cas du Mali et de la Centrafrique. La polémique sur la « Françafrique » peut enfler à tout moment. François Hollande avait prévenu durant la campagne que la France n’avait plus vocation à jouer au gendarme de l’Afrique. Un an et demi plus tard, la promesse devient difficile à tenir.

On ne pouvait pas laisser les djihadistes s’emparer du pouvoir à Bamako. On ne peut pas non plus se retirer d’un pays à feu et à sang, la Centrafrique.

Reste qu’à force d’être sollicité, François Hollande pourrait prendre goût à l’« aventure » et initier des interventions motivées, non pas par l’urgence de la situation, mais bien par des intérêts stratégiques.

En effet, au moment où de nouvelles puissances (Etats-Unis, Chine, Brésil, Inde,…Afrique du Sud) tentent de prendre solidement pied dans une Afrique en pleine croissance, pourquoi la France serait-elle en reste ? Elle a une bonne expertise du terrain, elle est sollicitée et surtout, en tant que puissance militaire, elle a besoin de renouer des alliances stratégiques avec des pays comme la Centrafrique dont le positionnement géographique n’est pas sans intérêt.

Elle prévoyait de se retirer, elle n’arrête pas d’être sollicitée. Elle va y prendre goût et, à nouveau, jouer au gendarme. Malgré elle.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 27 novembre 2013 13:55

    Les interventions de la France (dans le monde) nous coûte plusieurs milliards d’euros.. !

    L’état est obligé d’emprunter pour que nos dirigeants aillent faire leurs guerres.. ?
    Mais la dette est pour nous.. !
    Ne vous y trompez pas l’état actuel de la France est la résultance de l’incompétence des divers gouvernements depuis Pompidou..C’est eux les fautifs...pas nous...Il est donc anormal que la responsabilité de rembourser la dette nous incombe.. ?
    Il n’existe donc en France aucun tribunal pour les condamner.. ?
    Il faut dire qu’en ce moment nous avons a la tête de la justice une indépendantiste anti Française...ceci explique peut être cela.. ?
    Mais courage des Français descendent dans la rue pour manifester contre leur bêtise avec des syndicalistes véreux a la tête du cortège..Ils vont réclamer plus de justice...(c’est rigolo dans le fond)... !

    • titi 27 novembre 2013 14:56

      « Ne vous y trompez pas l’état actuel de la France est la résultance de l’incompétence des divers gouvernements depuis Pompidou..C’est eux les fautifs...pas nous... »

      Pas tout à fait d’accord.

      Les gouvernements brossent l’électeur dans le sens du poil.

      D’ailleurs notre président actuel a été élu en peignant le tableau de la situation telle que les électeurs l’idéalisait, pas telle qu’elle était.
      D’où sont incapacité à tenir de promesse intenables.
      Qui est responsables ? Lui pour avoir fait des promesses qu’ils savaient internables ? Les électeurs qui ont refusé de voir la réalité ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 28 novembre 2013 00:29

      Et si la France, plutôt que de se lancer dans des opérations à l’étranger fort couteuses, s’occupait de ses citoyens qui vivent de plus en plus mal ?

      Il ne faut plus croire à des chimères, la France n’est plus un grand état, et ce n’est pas forcément un mal.
      Prenons l’exemple de l’Autriche, ce fut une très grande nation, aussi puissante, si ce n’est plus, que la France. L’Autriche de l’époque intervenait un peu partout dans le monde.
      Maintenant, les Autrichiens ont compris qu’ils sont un petit pays. Ils ne s’occupent plus des affaires des autres et c’est tout bénéfice pour le peuple autrichiens qui vit infiniment mieux que les Français.

      Il faut regarder les choses en face et penser en priorité à ceux qui habitent la France avant de se lancer dans des aventures extérieures. Il est vrai que ces aventures, si elles nuisent à passablement de Français, profitent à une très petite minorité de possédants.


    • MUSAVULI MUSAVULI 28 novembre 2013 01:20

      Il me semble que l’exemple de l’Autriche se prête plutôt mal au cas de la France. L’Autriche n’a pas de passé colonial en Afrique. Par ailleurs, le monde étant divisé en zones d’influence (Etats-Unis, Royaume-Uni, Russie, Chine, France), il est difficile pour les dirigeants politiques français d’être les seuls à envisager un désengagement. 


    • amiaplacidus amiaplacidus 28 novembre 2013 05:33

      Musavuli, votre remarque concernant l’Autriche est pertinente. Mais je me permets de maintenir mon point de vue, les pays qui ne s’occupent pas des affaires des autres ont, en général, une bien meilleure situation économique que ceux qui prétendent faire la loi un peu partout dans le monde.

      Au surplus, s’agissant de la colonisation, il semble que le châtiment est consubstantiel à celle-ci.
      Les pays (ex)-colonisateurs ont en général une mauvaise, voire désastreuse, situation économique, par exemple la France, la GB (sans le pétrole de la mer du nord, la GB serait un pays en voie de sous-développement rapide), la Belgique, le Portugal, l’Espagne qui ne s’est jamais remise de la colonisation de l’Amérique du sud et de l’or qui y a été volé, etc.
      C’est en fait assez logique : ces pays disposaient de richesses volées aux autres, y avaient un marché protégé*, ils n’ont pas appris à compter sur eux-même, il était plus simple de « faire suer le burnous ».

      Au contraire, les pays non colonisateurs ont appris à travailler, à se battre contre la concurrence économique, à ne pas profiter du travail des autres. Ils sont en bonne santé économique. C’est le cas de la Suède, Norvège, Finlande, Suisse, etc.
      .
      .
      .

      * À cet égard, savez-vous que le Vietnam colonisé, qui a des milliers de côtes marines devait importer le sel de France ? Ce n’est qu’un exemple parmi des centaines d’autres.


    • claude-michel claude-michel 28 novembre 2013 13:24

      (Les gouvernements brossent l’électeur dans le sens du poil)...A ma connaissance les décideurs sont les politiques...pas le peuple.. ?


    • appoline appoline 28 novembre 2013 13:32

      Il serait grandement temps que les dirigeants, je ne dis pas volontairement la France, comprennent que nous n’avons pas de leçons à donner aux autres, surtout en matière de gestion. Nos problèmes sont suffisamment graves pour que nous n’allions pas nous disperser ailleurs. Si en Afrique, ils veulent se foutre sur la gueule, c’est leur problème, pas le nôtre. Quant à l’avis de Fabius, juif errant, empoisonneur, le français n’en a que faire, il sert ses propres intérêts et se fout de l’argent que cela coûte à notre pays. Ce type est une honte à lui tout seul, il ferait bien de gérer sa propre famille, là aussi il y a des questions à se poser. Encore une grave erreur d’Hollande d’avoir nommé cet imposteur à un poste si important.


    • titi 28 novembre 2013 23:37

      @amiaplacidus 

      L’Autriche n’a pas la passé de la France.
      Elle fut une puissance européenne, pas mondiale.
      Et si elle n’intervient plus partout dans le monde c’est avant tout suite aux successions de défaites démarrées à Austerlitz et terminée en 1918.

      Le débat sur les interventions à l’extérieur est tout à fait recevable.
      Cependant c’est l’arbre qui cache la forêt.
      La France dépense 33% de son PIB dans les dépenses sociales.

      Nous sommes le pays qui dépense le plus. Et pourtant... les hôpitaux vont mal, pas de place dans les crèches. Et on ne parle pas de l’éducation.

      Il y a du ménage à faire...


    • devphil30 devphil30 27 novembre 2013 14:31

      Centre afrique toujours la même ingérence Française dans des affaires internes



      « La plainte de soldats devant la Cour de justice de la République comporte d’autres éléments troublants, rapportés par l’enquête de la justice française. On apprend ainsi que les aéronefs ivoiriens (Soukhoï et Mi 24) n’ont pas été détruits sur instruction de Jacques Chirac, mais ont commencé à être démolis à la hache 43 minutes après l’attaque meurtrière, sur un coup de colère, bien compréhensible, de militaires apprenant la mort de leurs camarades. Le bombardement de Bouaké est donc loin d’avoir livré tous ses secrets. »

      Encore une manipulation de l’opinion publique pour servir des intérêts 

      Philippe 


      • lionel 27 novembre 2013 15:18

        Musavili bonjour,


        « On ne pouvait pas laisser les djihadistes s’emparer du pouvoir à Bamako. »

        Pensez vous vraiment que les narco-Jihadistes aient eu quelque volonté d’aller à Bamako ? cela est-il crédible ? Il ne s’est agit que d’un prétexte pour une intervention prévue de longue date.
        De même, certain réseau « français » ont soutenus le MNLA, qu’elle est la part des réseaux mafieux françafricains dans l’exacerbation de la crise Centrafricaine. Allez je remet mon nez dans les dossiers de Survie afin de comprendre quelque chose à cette histoire. Ensuite, j’irais fouiller voir si les Zétazunis ou Israël, n’ont pas leurs mains dans ces horreurs... Comme d’hab’ 

        • bourrico6 27 novembre 2013 15:24

          Vous avez des sources crédibles ?

          Ou ce sont juste des élucubrations grotesques ?

          C’était tellement prévu de longue date qu’il a tout fallut faire dans l’urgence, qu’on a même envoyé les gazelles se faire déchirer le temps que le reste arrive.

          En tout cas, pour faire avaler vos salades, il va falloir que vous mettiez le paquet vu le nombre d’article, de récits, de témoignage, etc, etc qu’il va vous falloir démonter.


        • MUSAVULI MUSAVULI 27 novembre 2013 17:31

          Lionel,

          Je ne suis pas certain que l’Association Survie vous fournira une information crédible sur la Centrafrique. Cette association est dans la contestation « obsessionnelle » de la politique extérieure de l’Etat français après le génocide rwandais de 1994. Elle ne voit le rôle extérieur de la France que par les yeux du dictateur rwandais Paul Kagamé.

          Se fier à une source d’information comme celle-là est, me semble-t-il, assez imprudent. Mais vous pourrez toujours recouper les informations recueillies.

           


        • lionel 28 novembre 2013 12:58

          Dans la zone, on ne dit pas « bourricot », on dit Farka... Mon pauvre amis, mais tout est amplement documenté et tous ceux et toutes celles qui connaissent la région, comprennent ses langues ou peuvent avoir accès à leur compréhension le savent.


          Farka, vous voulez un débat ?

        • lionel 28 novembre 2013 13:03

          Bonjour Musavili,


          J’ai quitté « Survie » après que Vershave (que le Plus Haut le bénisse) ait été traité de conspirationniste pour avoir écrit « Noir Chirac ». Je ne peux nier ce que vous dites au sujet du Rwanda mais objectivement, majoraitairement, les dossier de l’association sont factuels, scientifiquement élaborés. Ayant vécu au Mali durant la crise, je ne peux que confirmer que leur dossier sur le sujet est excellent, factuel, documenté par des Maliens et des personnes qui connaissent et aiment ce pays. De même pour le Burkina Faso et le Togo que je connais bien. 

          Prenez soin de vous et continuez à documenter ce site de ce qui se passe en Afrique.

          Lionel

        • lionel 28 novembre 2013 13:38

          Farka, 


          Expliquez nous comment quelques milliers (combien ?) de narco-Jihadistes et de Tamachek d’Ançar Din(certes encadrés par des mercenaires aguerris auraient pu prendre l’intégralité du Mali tout en restant maître du Nord. Ceci sachant que les milices de « Ganda Koy » et « Ganda Iso » s’entrainaient et dispose d’un réseau sur leurs terres. De combien d’engins blindés disposaient les narco-Jihadistes et les Tamacheks d’Ançar Din ? Quel soutient aérien ? Bamako a trois millions d’habitants... avant Bamako il y a d’autres villes, dont Ségou... C’est absurde.

        • MUSAVULI MUSAVULI 28 novembre 2013 20:29

          Lionel,

          J’apprécie beaucoup votre capacité à nuancer les prises de positions initiales. Sur le Rwanda, beaucoup de gens commencent à se poser des questions sur leurs certitudes de départ. Ce qui m’amène à aborder les autres sujets comme le Mali avec la prudence que vous semblez recommander. Nous avons tous besoin de ce recul nécessaire face aux informations officielles.

        • bourrico6 29 novembre 2013 10:06

          Mouais, donc à part tenter de te foutre de ma gueule, tu n’as rien.

          Bref, merci de confirmer que ce sont des élucubrations.


        • bourrico6 27 novembre 2013 15:21

          Bah, on tient l’aéroport, on va tenter de sécuriser la capitale, et ça risque fort de s’arrêter la.

          Déjà parce qu’avec un milliers d’homme, faut pas espérer faire grand chose, et ensuite parce qu’il n’y à aucun objectif clair, aucun ennemi clairement identifié.

          On y va, mais sécuriser une zone signifie rester pour la tenir, sinon ça recommence de plus belle.
          Ce n’est la solution à rien du tout, l’A-Stan est un exemple, tout comme le Mali ou il était clair qu’on allait pas partir de sitôt, même si certains ne l’ont pas saisi à l’époque.

          Il est amusant de noter que le niveau opérationnel de l’Armée Française est au plus haut niveau, qu’on lui en demande beaucoup, et que dans le même temps, on lui en donne de moins en moins.
          Qu’ils en profitent, ça ne va pas durer, entre les réductions d’effectifs, les retards et annulations de matériels, etc, etc, on ne retrouvera pas ce niveau avant un moment, et peut être même jamais.


          • le moine du côté obscur 28 novembre 2013 11:59

            Sans doute que pas mal de ces soldats vont devenir des mercenaires pour les armées privées... La France n’aura plus les moyens de ses ambitions et ce sera pathétique. Il reste à savoir comment les forces patriotiques françaises (mais en existe-t-il de suffisamment puissantes) vont réagir.


          • Docteur No Docteur No 27 novembre 2013 16:59

            ce que je trouve merveilleux, c’est quand ce sont les Etats Unis qui interviennent à tord et à travers, on parle d’impérialisme, voire même de complot américano-sioniste pour dominer le monde et s’emparer des hydrocarbures du Moyen Orient, et quand c’est la France qui intervient en Afrique on parle de « gendarme malgré elle », ou qu’elle ne peut pas se retirer car sinon le pays va sombrer dans le chaos, qu’on envoie des bons gaulois se faire tuer (je pense à Soral en disant ça), et quand ce sont les soldats américains, c’est une honte, basée sur un mensonge et une tromperie de Powell à l’ONU, que les G.I’s sont des brutes. Bref, toujours cet anti américanisme primaire, ancré si solidement en France, mais qui se pare de vertu en se proclamant résistant à l’ « Empire ».


            • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 27 novembre 2013 18:54

              Bonjour,


              Je crois que certains en France, et en particulier au niveau de l’Etat, n’ont pas encore percuté que le temps des Colonies, c’est fini.
              N’oublions que la Colonisation s’est faite au nom des bons principes (apporter la civilisation, l’éducation, la paix, etc..) et que ça s’est terminé comme chacun sait.
              L’Enfer est TOUJOURS pavé d’excellentes intentions.
              Ces derniéres années la France est intervenu au Mali, en Libye, au Niger, en Côte d’Ivoire....Et le Gogol qui régne à l’Elisée serait en outre intervenu en Syrie s’il l’avait pu...
              Achetons notre gaz , notre pétrole , notre uranium ailleurs que dans ces pays pourris. Exploitons ici le gaz de shiste, les agrocarburants, investissons dans l’éolien, le solaire...Que ce pays se bouge un peu au lieu de demeurer dans cette mentalité de petit boutiquier moralisateur international...
              Quant aux risques effectifs de génocide, je rappelle que l’intervention de notre pays au Rwanda lui est revenu dans la gueule en boomerang....Que l’OUA assure son boulot !
              la France n’a rien à faire en Afrique à titre militaire. Imaginons si le Mali était intervenu en 1995 entre les Croates, les Serbes, et les Kosovars.....

              • MUSAVULI MUSAVULI 27 novembre 2013 21:06

                Lazlo,
                Je partage une partie de votre réticence à voir la France intervenir dans plusieurs pays africains. Je crois qu’il faut toutefois se montrer réaliste. Toutes les interventions de la France ne sont pas contestables. Il y en a qui sauvent des populations réellement. Sur le Rwanda, je crois que l’histoire n’est pas encore totalement écrite. La France s’était retrouvée en guerre contre les Britanniques et les Américains. Ces « amis » anglo-saxons voulaient s’emparer du Rwanda pour s’en servir comme base arrière en vue de mener des opérations dans l’Est du Congo où se trouvent de riches gisements miniers. Paris n’avait pas compris que Washington et Londres étaient déterminés à « chasser » les Gaulois et les Belges de cette région des Grands-Lacs africains. C’est la lecture qu’il faut avoir de l’affaire du Rwanda. Depuis, les Français ont retenu la leçon. Avant d’intervenir, ils consultent les Américains et les Britanniques pour être certain de ne pas tomber dans un nouveau piège. En cas de moindre doute, Paris n’envoie aucun soldat sur le terrain. Enfin, la France a quand-même d’importants intérêts économiques dans ces régions. Si elle se désengage complètement, les Chinois n’hésiteront pas à débarquer, y compris avec leurs soldats pour s’installer durablement de l’autre côté de la Méditerranée. Est-ce vraiment une perspective souhaitable ?


              • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 27 novembre 2013 21:44

                Bonjour Musavali,


                Nous avons en effet des interêts économiques en Afrique, mais j’estime qu’ils n’ont pas à être défendus par les armes. Nous ne sommes ni propriétaires ni locataires de l’Afrique. Aux Africains de régler leurs problémes. Il n’est pas question ici de morale mais de légitimité.
                Si les Chinois colonisent aujourd’hui l’Afrique , c’est aux Africains de réagir, pas à nous.
                Chaque peuple a la responsabilité de son destin.
                Si nous avons un rôle, il se trouve au niveau de l’ONU (même si je pense que cette institution tende à devenir illégitime et néfaste). Et même dans ce cas je pense que nous ne devons jamais nous engager dans des 
                opérations militaires hors de notre périmétre européen.



                • le moine du côté obscur 28 novembre 2013 12:06

                  Je pense aussi en tant qu’africain subsaharien que c’est aux africains de savoir défendre leurs intérêts. Mais soyons réalistes, pas mal des présidents sont des « commis » de l’occident dont pas mal de la France. Ces gens n’ont aucune vision, aucune grandeur. Et quand un fait preuve d’un peu d’indépendance il est attaqué par ses pairs ou avec la complicité de ses pairs. L’Afrique manque cruellement de vrais leaders et c’est un problème grave. Quant à la France elle n’est plus qu’un outil des groupes apatrides et sans morale aucune qui essaient de contrôler le monde. La France n’a sans doute plus une politique claire de défense de ses intérêts. Pourquoi ne peut-on pas trouver un mode d’échanges qui profite aux africains et aux français ? Mais certains dans l’ombre veulent tout quitte à détruire l’Afrique ! Mais la France aussi est en train de sombrer au profit des mêmes. Une bande de prédateurs idéologues et capables des pires infamies.


                • Denzo75018 28 novembre 2013 09:21

                  Hollande espère remonter dans les sondages en engageant nos troupes dans des conflits interne d’Afrique ! N’est-il pas en train de réinventer une nouvelle forme de néocolonialisme sur nos anciennes colonies !? Pourtant, MOI, Président .......Et bien encore une promesse droit dans les yeux piétinée ....


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 novembre 2013 09:25

                    Pour comprendre ce qui se passe, il faut savoir quelles orientations les USA donnent à l’ OTAN, et ce qu’ils attendent des pays européens.

                    C’est l’objet de cette table ronde sur l’état de la Défense française

                    La France de De Gaulle n’est plus celle d’aujourd’hui, entièrement soumise au Pentagone et à ses objectifs.


                    • paul 28 novembre 2013 11:09

                      Très intéressante table ronde citée précédemment . Dommage que JJ.Patry débute son intervention sur la géopolitique en Afrique en disant que l’Afrique « l’indiffère » (à 55’) .
                      Les intérêts économiques et géostratégiques commandent des interventions militaires qui ne stabilisent que provisoirement des situations politiques instables (cf.le Mali) .
                      Rien n’est fait dans le propre intérêt des africains, dont les vagues de migrants fuient la misère , pendant que des multinationales exploitent leur continent .


                      • Arnaud69 Arnaud69 5 décembre 2013 20:51

                        Flamby envoie nos hommes en Centre-Afrique.

                        Tout comme pour l’Afghanistan et le Mali il nous dira ensuite qu’il n’a pas les moyens financiers et logistiques de rapatrier le matériel, donc les hommes.

                        Pas les moyens pour la justice en France mais il a drôlement les moyens pour la « justice » loin de la France,

                        Aller aider humanitairement d’accord nous avons des milliers d’ONG faites pour cela, mais aller prendre parti MILITAIREMENT pour l’un ou pour l’autre pas d’accord.

                        Hollande s’en va combattre les Djihadistes en Centrafrique, là où il était très copain avec eux en Syrie .... Allez comprendre, SES INTÉRÊTS PERSONNELS en Centrafrique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès