Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ces autres candidats qui rêvent de Maison-Blanche

Ces autres candidats qui rêvent de Maison-Blanche

Ces jours-ci, et pour quelques mois encore, le duel John Mc Cain/Barrack Obama occupe une place prépondérante dans le traitement des élections présidentielles américaines à venir. Une confrontation républicains/démocrates des plus classiques qui pourrait laisser croire à un bipartisme total pourtant inexistant dans les faits. S’il est vrai que le futur président se trouve parmi les deux principaux protagonistes, intéressons-nous à ceux qui occupent les petites lignes de nos journaux, les jours de grandes expositions médiatiques.

La guerre des (50) étoiles

180px-Brian_Moore_Untouched.jpgThe Socialist Party USA sera représenté en novembre par Brian Moore âgé de 65 ans. Homme de gauche, diplômé d’un master en administration publique de l’université d’Etat d’Arizona, il rejoint en 1969 le Corps de paix (agence américaine indépendante visant à défendre la paix et l’amitié dans le monde) et participe à différentes campagnes de développement d’infrastructures au sein des quartiers pauvres de Bolivie, du Panama, du Pérou et de Tanzanie, entre autres. A plusieurs reprises, le candidat du Parti socialiste états-unien s’est prononcé en faveur d’une politique plus interventionniste de l’Etat en matière sociale au niveau des soins et du logement notamment. Au cœur de son programme, s’articulent différentes revendications telles que l’abolition du « Patriot Act » perçu comme une atteinte à la vie privée, le retrait des effectifs militaires d’Irak et l’obligation d’un recours au référendum pour les prochaines interventions militaires à l’étranger ainsi que la mise en application du protocole de Kyoto accompagné d’une véritable politique environnementale. Toujours au niveau de la politique internationale, Brian Moore désire voir la fin des ventes d’armes américaines à l’étranger et milite pour la suppression de la dette du tiers-monde qu’il met en balance avec son souhait de voir les Etats-Unis rembourser la sienne auprès de l’ONU. C’est donc un ensemble programmatique fortement marqué à gauche et soulignant le besoin d’interventionnisme que le Parti socialiste américain entend défendre lors des élections de novembre 2008.

 

barr.jpgThe Libertarian Party a choisi Bob Barr, âgé de 60 ans, pour porter la voix libertarienne. Parti peu connu, voire inconnu en France, The Libertarian Party est toutefois le parti « minoritaire » qui revendique le plus grand nombre de votes (200 000) et d’élus (600), ce qui le placerait au-dessus de tous les autres partis dits minoritaires réunis. La philosophie de cette formation est inspirée du courant libertarien qui prône une intervention minimum de l’Etat et une législation réduite à la proportion la plus restreinte possible. C’est ainsi que le candidat Barr se fait chantre du libre-échange et de la défense des libertés individuelles. L’ensemble du programme libertarien repose sur cette quête de liberté et ce à tous les niveaux politiques. De cette façon, ce parti s’oppose à toutes réglementations autour des armes, revendique le droit au mariage homosexuel et aspire à la suppression de l’Etat providence créateur d’impôts et de taxes. Du point de vue économique, The Libertarian Party développe un projet prônant la déréglementation totale de la sphère financière en accord total avec les principes vus plus tôt. Actuellement les intentions de vote placent la formation en troisième position.


templin.jpgThe American Party défendra sa cause à travers Diane Templin, âgée de 59 ans. Cette formation nationaliste et décrite comme populiste entend défendre l’Amérique traditionnelle. C’est donc fort logiquement que la sauvegarde du Second amendement (relatif au port d’arme) et de la lutte contre l’avortement figure au premier rang des revendications. Sur le site internet de The American Party, la candidate présente son vote comme un acte en faveur des valeurs familiales, du départ des Etats-Unis des instances de l’ONU et du retour de la sécurité ou encore de la liberté qui présidaient dans son pays avant le 11-Septembre 2001. Pour l’anecdote, Diane Templin a appelé, au cours des primaires démocrates, l’électorat américain à oser voter pour une femme... mais qui ne soit pas Hillary.

 

mckinney.jpgLe Parti Vert américain a décidé de faire confiance à la jeune Cynthia Mc Kinney, âgée de seulement 53 ans. Cette formation a la particularité d’être l’association non d’individus, mais de l’ensemble des partis régionaux écologiques. C’est sans doute le parti politique le plus identifiable aux codes européens puisque défendant les mêmes idéaux que les partis verts français ou bien allemand. Selon ce courant, le développement d’une société écologique ne peut être obtenue autrement que par l’accroissement de la participation citoyenne qui s’obtiendrait par l’instauration d’un scrutin proportionnel et le développement de la décentralisation qui aurait pour objectif de rapprocher le politique du citoyen. En termes de politique internationale, Cynthia Mc Kinney réclame la division par deux du budget militaire et veut faire de la diplomatie américaine l’arme principale d’existence des Etats-Unis aux yeux du monde.

baldwin.jpgThe Constitution Party se verra associé au visage du pasteur baptiste de 58 ans, Chuck Baldwin. Se revendiquant comme Parti conservateur, cette formation est souvent cataloguée comme étant d’extrême droite. Les principales revendications ont trait avec les aspects sociaux inévitablement rattachés au camp des conservateurs. Au même titre que l’American Party, Chuck Baldwin est un fervent défenseur des pro-life et, de ce fait, grand opposant à l’euthanasie ou encore l’avortement. Les constitutionalistes définissent, en outre, une identité nationale basée sur des valeurs chrétiennes qu’ils entendent préserver en appliquant une politique « d’immigration zéro » qui passerait notamment par l’instauration d’une clôture électrique à la frontière mexicaine. Parti souverainiste, le Constitution Party souhaite voir l’ensemble des troupes militaires américaines se retirer des différents lieux de conflits au nom de la défense des souverainetés nationales à travers le monde. Toujours du point de vue de la politique internationale, les équipes de Chuck Baldwin exige le retrait des États-Unis de l’ensemble des organisations internationales telles que l’ONU, l’OMC ou le FMI. Enfin l’établissement d’une économie protectionniste et une baisse des impôts viennent clore le programme du Parti constitutionnaliste.

nader.jpgRalph Nader est le candidat mineur le plus connu à travers le monde. Suite au choix de Cynthia Mc Kinney comme représentante du parti des verts, cet avocat de 74 ans a décidé de jouer la carte de l’indépendance. Connu pour son engagement auprès du consommateur, cet homme politique bénéficie d’une popularité certaine au sein des terres américaines. C’est sa quatrième candidature au poste de président de la République après celles de 1996, 2000 et 2004. Certains de ses détracteurs le rendent d’ailleurs responsable de la défaite d’Al Gore en 2000 qui serait due aux attaques de l’avocat bien plus incisives envers les démocrates que les républicains, pourtant plus éloignés de ses convictions. Il a pour credo la défense des plus démunis et des minorités au sein du pays et le retrait total des forces américaines d’Irak au niveau international. Une guerre qu’il juge engagée sur des « bases erronées » et responsable de la dégradation des infrastructures nationales. Enfin, Ralph Nader est un fervent militant de la cause écologique et met de ce fait en valeur les politiques agricoles biologiques. L’atypisme du candidat se démontre également sur son scepticisme face aux « thèses officielles » du 11-Septembre qu’il n’a pas hésité à remettre publiquement en question à l’inverse de chacun des autres candidats à la présidence.

Six candidats qui, à moins d’une surprise sans précédent, devront se contenter d’observer les conférences de presses de la Maison-Blanche devant leur poste de télé. Toutefois, il se pourrait de façon bien plus probable que certains d’entre eux jouent un rôle décisif dans l’opposition entre républicains et démocrates.

Elbe


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2008 10:59

    t’as oublié un autre qui veut aussi la place !  smiley
    http://www.californiaconservative.org/images/images2/kkk.jpg


    • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2008 11:01

      et celui là converti à l’islam rêve de l’établissement d’un califat à los angeles , Morice va bientôt enfaire un article ! smiley
      http://c.liberation.fr/actualite/monde/_files/file_301996_454272.jpg


    • Mescalina Mescalina 4 septembre 2008 14:40

      TRES intéressant, voici de l’info alternative comme il devrait y en avoir plus souvent sur ce site. merci !


      • Elbe Elbe 4 septembre 2008 14:48

        Merci de votre encouragement smiley


        • ZEN ZEN 4 septembre 2008 17:08

          Bonjour
          Quand on sait comment est fait le système électoral aux USA (un peu d’histoire est nécessaire), on se rend compte que les petits candidats n’ont aucun chance , tant le système est verrouillé
          Un bon livre aussi pour l’illustrer, celui de John R.Macarthur : Une caste américaine


          • LE CHAT LE CHAT 5 septembre 2008 09:32

            merci Zen , j’en sais maintenant beaucoup plus sur la parodie de démocratie existant aux us .
            Mais ne nous y trompons pas , c’est exactement pareil chez nous , qui pourrait se faire élire sans l’appui d’un parti bien en place et sans les moyens financiers conséquents ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès