Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Changement climatique : les pays pauvres sont les premières (...)

Changement climatique : les pays pauvres sont les premières victimes

Le réchauffement climatique dû aux émissions de Co2 de l’activité humaine va affecter en premier lieu les pays en voie de développement et les pays les plus pauvres, alors qu’ils n’ont jusqu’ici que peu "participé" à ce phénomène. Il faut accélerer les transferts de technologies dites "propres" vers ces pays.

La question écologique est devenue au sein des pays riches une préoccupation majeure, qui touche de plus en plus l’opinion publique. Parallèlement, certaines voix se font entendre pour demander que les pays pauvres ne soient pas privés de la possibilité d’emprunter les mêmes voies de développement que nous. Sous couvert de bonnes intentions, cet argument masque la réalité la plus cruelle du réchauffement climatique, mis en lumière par les dernières publications du GIEC (http://www.ipcc.ch/languages/french.htm#21) : ce sont les pays pauvres qui auront le plus en en souffrir…

Le scientifique suédois Svante Arrhenius postulait dès 1896 que la révolution industrielle basée sur l´utilisation massive de charbon produirait un accroissement tel de la production de CO2, que la température du globe terrestre augmenterait très sensiblement.

Variations de la température moyenne globale en surface observées (

courbe noire) et simulées (courbes bleue)


De fait, alors qu´au cours du précédent millénaire la température moyenne avait à peine progressé de 0,2 degrés, les 150 dernières années ont vu la température augmenter de 0,6 degrés ; la décennie des années 1990 fut la plus chaude jamais mesurée, et 1998 a constitué une année record.

Les conséquences de ce réchauffement, admis par la quasi-totalité des scientifiques, et dont on attribue la principale responsabilité à l´utilisation des énergies fossiles, à l´agriculture intensive, à la production chimique, etc., affecteront paradoxalement de manière particulièrement violente les populations des pays en voie de développement (PVD), qui au total n´y ont contribué que de manière marginale.

Au premier chef, la montée du niveau des océans, de l´ordre de 5 mm par an actuellement, va menacer directement l´habitat et les zones de culture des populations vivant au bord de mer (20% de la population mondiale vit à mois de 30 km d´une côte, plus de 30%de la population de PVD, qui de surcroît exploite largement cet espace pour sa subsistance). D´autre part, une hausse de 2 à 2,5 degrés de la température, évaluation médiane de ce qui pourrait se produire durant les 5 prochaines décennies, augmentant au global les précipitations par accélération du cycle de l´eau, génèrera des changements climatiques locaux considérables et très hétérogènes. On considère ainsi que si l´Europe devrait connaître des étés plus secs et des hivers nettement plus pluvieux, l´Inde et le sud-est asiatique verront leurs possibilités de culture se réduire de manière dramatique par défaut de précipitations, de même que les zones désertiques africaines connaitront une extension importante. Enfin, les catastrophes ponctuelles, inondations, sécheresses, etc. affecteront plus particulièrement les régions tropicales, où se concentrent les populations sous-développées.

Il importe de noter que les PVD vont se trouver ainsi les plus exposés à des changements climatiques contre lesquels ils ont, relativement au pays développés, le moins de moyens de se protéger. Plus dépendants d´un environnement qui sera probablement davantage altéré, ils ne possèdent pas les moyens financiers et techniques pour faire face à ce changement, que ce soit dans l´adaptation de leurs modes d´utilisation des ressources (problématiques d´irrigation par exemple) que dans la sécurisation minimale des lieux d´habitat (infrastructures, accès à l´eau, etc.) Dans ces conditions, face à un réchauffement planétaire dont on sait au moins à court terme le caractère inexorable, l´aide au développement et les transferts de technologie voulus dans le cadre ODM, se trouvent engagés dans une véritable course contre la montre.

L’équipe de suivi de l’actualité des Objectifs du Millénaire

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 11 février 2009 17:58

     @ L’auteur

    Quelles que soient les causes du réchauffement climatique, le diagnostic est juste… et malheureusement, tout le monde (riche) va s’en foutre. Jusqu’au moment des grandes migrations, bien entendu. Merci pour cet article.


    • joletaxi 11 février 2009 18:23

       Comme vous êtes timide et mesuré sur l’inventaire des innombrables catastrophes qui ne manqueront pas d’arriver si l’on n’instaure pas au plus vite un " machin" Onusien, "squaté" par une multitude de "chercheurs" et autres spécialistes,pour un budget dont une infime partie permettrait d’éradiquer le paludisme en 3 ans.
      Vous annoncez l’Armaguedon,et ressassez à l’envi des prévisions dont aucune jusqu’à ce jour ne se sont vérifiées.Vous citez un consensus des scientifiques qui part en quenouille.
      Il est indéniable que l’augmentation de la population a conduit à un changement radical de l’occupation des sols dont l’influence sur le climat ,et dans ce cas toutes les études en attestent,est bien réellet.De même,la modification de l’atmosphère par divers polluants a également des effets.Mais le vrai moteur du climat reste le formidable réservoir d’énergie que constituent les océans.Et curieusement,on assiste depuis 2/3 ans à une inversion de tendance,à un refroidissement net,et même à un net ralentissement de la hausse de niveau, et ceci en complète contradiction avec les modèles.On a aucune idée de la mécanique d’inversion des grandes oscillations des courants pacifiques et atlantiques.De même, et contrairement aux modèles, et aux récentes "études" du trop fameux responsable de la courbe de hockey,l’antarctique se refroidit et bat des records d’accumulation de glace.
      Je me garderais bien de me risquer à promouvoir une quelconque théorie, car quoique l’on en dise, il s’agit ni plus ni moins de théories,en l’état invérifiables.Mais lorsque l’on se prépare à nous obliger à un tel transfert de richesses ,sur des bases aussi peu solides et aussi controversées,lorsque, comme Mme Salomon, on nous assène avec le plus grand sérieux, des prévisions,je devrais dire des prophéties pour dans mille ans,je crie à l’escroquerie.
      Le jour où l’on sera capable de me fournir une estimations des t° moyennes des 50 dernières années,fiable, incontestable, on pourra commencer à discuter de la validité d’un modèle.


      • jcm jcm 11 février 2009 19:45
         
         
         
        "...l’antarctique se refroidit et bat des records d’accumulation de glace."

        Ah bon, vraiment ???

        Merci de vous documenter !

        Collapse Of Antarctic Ice Sheet Would Likely Put Washington, D.C. Largely Underwater

        Antarctic warming is robust

        L’Antarctique dans son ensemble se réchauffe

        2000 milliards de tonnes de glace ont disparu depuis 2003

        etc etc...

      • antireac 11 février 2009 19:49

        Ah bon
        Si on vous écoute il faudrait enlevé aux pays pauvres toutes les modérnisations pour qu’ils se sentent mieux et d’abord la conscience qu’eux aussi font partie comme nous d’un monde différent depuis quelque temps déjà.

        Ce n’est pas en s’enfermant dans le misérabilisme qu’on résoudra les problèmes des uns et des autres.

        Avant le réchauffement les pays pauvres étaient pauvres actuellement ils sont encore pauvres et resteront pauvres pour un certain temps, c’est tout (Pauvre est un terme tout à fait relatif d’ailleurs)

        Vous jouez sur la provoc bien l’huilée dans certains milieux idéologiques français pour qui ce qui compte ce n’est la résolution des problèmes mais bien des agressions verbales qui n’ont d’autres but que politiques

        A une époque pas si lointaine dans ce milieux on disait que tout est un acte politique...

        J’en est pris acte et je dénonce de la même manière des pseudo articles( des clones ) qui sont ,parait il ,sensés de nous informer sur certaines réalités du tiers monde.


        • Bois-Guisbert 12 février 2009 00:37

          Jusqu’au moment des grandes migrations, bien entendu.

          J’y crois pas. Ils n’auront pas massivement l’argent du voyage ni des passeurs. S’ils veulent se lancer dans une invasion de grande envergure, ils n’auront pas les moyens de transport.

          Les auraient-ils qu’il ne serait pas exclu qu’à la différence de ce qui se passe dans "Le Camp des Saints", de Jean Raspail, des gouvernant lucides fassent couler leurs embarcations, au moyen de missiles mer-mer et air-mer...

          On peut toujours rêver...


          • pissefroid pissefroid 12 février 2009 09:06

            allez voir
            http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html ;
            il-y-a une autre approche de l’effet de serre.
            L’appauvrissement des pvd n’a rien à voir avec le réchauffement.
            L’appauvrissement des pvd à tout à voir ave le pillage de leurs richesses par les pays développés.
            Le problème est plus économique qu’écologique.


            • Bois-Guisbert 12 février 2009 17:21

              L’appauvrissement des pvd à tout à voir ave le pillage de leurs richesses par les pays développés.

              Mais non. Leur problème, c’est que ces fameuses richesses, ils n’en ont pas l’usage.

              La seule vraie richesse, c’est la capacité de mettre en valeur ce que la nature met à la disposition de l’homme, tout le reste n’est que littérature.

              D’ailleurs, les pays qui vendent leurs hydrocarbures au prix du marché mondial, comme le Nigeria, l’Algérie ou la Libye, ne sont pas moins médiocres que les autres.

              Il te faut donc revoir tes idées reçues.


            • Pierre 12 février 2009 18:55

              @ l’auteur

              C’est très bien de donner une courbe pour impressionner le chaland. Encore faudrait-il qu’elle soit correctement décrite...

              La courbe bleue résulte d’une simulation numérique qui ne tient pas compte de l’effet de serre mais qui est calculée avec l’effet du rayonnement solaire et des éruptions volcaniques.
              Tel que vous le décrivez, ce graphe donne l’impression que c’est pire que prévu... 
              Ce n’est pas le cas, la courbe noire reproduit à peu près celle qui est calculée avec l’effet de serre du CO2 (aux grandes marges d’erreurs près). C’est d’ailleurs un argument utilisé par le GIEC

              La courbe des mesures de température réelles montre une chose intéressante aussi. Le réchauffement de 1910 à 1940 est à peu près le même que celui de 1980 à 2008. Or il n’y avait que très peu de CO2 ajouté avant 1940. L’industrie à base de fossiles ne s’est développée qu’après la guerre.

              Enfin, il n’est pas utile de donner des chiffres manifestement faux même si la cause que vous défendez est juste. Les mers ne montent en aucun cas de 5mm/an.

              Les chiffres officiels jusqu’à récemment (2006-2007) indiquaient, au maximum, 3,2 mm/an. Ces dernières années la hausse s’est ralentie à 2,7 mm/an sans doute parce que les océans se sont refroidis. Le Giec prévoit une fourchette autour de +42 cm en 2100 (AR4 GIEC publié en Janvier 2007)
              Le niveau des mers monte approximativement avec la même vitesse depuis 1850 époque où l’industrie mondiale était encore embryonnaire.

              .. Sinon, je suis tout à fait d’accord avec vous pour aider les PVD  ! Mais pour de bonnes raisons.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès