Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Chaos mondial : la guerre civile s’étendra-t-elle ?

Chaos mondial : la guerre civile s’étendra-t-elle ?

 Les entreprises électroniques japonaises sont plutôt mal en point, en partie à cause des perturbations consécutives au séisme et au tsunami de mars 2011. En France, les automobiles des constructeurs nationaux ont subi une chute importante des ventes. Mais en Allemagne, tout va bien, les entreprises sont performantes, l’excédent commercial est colossal, mais les travailleurs sont pressés par le système si bien que l’état de burn-out a été décrété par quelques psychosociologues. Il n’est pas question de déprime mais d’épuisement. L’âme est consumée, telle une cheminée dont le bois n’a pas été renouvelé. La Grèce dépérit et nul ne sait jusqu’où ce pays va sombrer. Portugal et Espagne sont aussi gagnées par un appauvrissement généralisé des populations et un marasme social profond.

 Le Nigeria est dans un état critique, entre fronde populaire, séparatisme communautaire, corruption et insurrection, massacres interreligieux. Le Sénégal subit la décision fantaisiste du président sortant qui veut se représenter, ce qui engendre un climat de guerre civile comme on en a connue en Côte d’Ivoire. Au Soudan et en Somalie, la situation est tendue mais cela remonte à loin. Dans quelques pays arabes, la guerre civile s’est développée, plus ou moins intensément. Sont concernés l’Irak, le Yémen, la Syrie, la Libye et l’Egypte. L’Afghanistan ne se porte guère mieux et le Pakistan est le théâtre d’attentats. Dans cette zone sensible réunissant Afrique et Moyen-Orient, les pays plus stables sont ceux où l’armée et la police sont puissantes et aux ordres du régime alors que l’Etat parvient à nourrir correctement ses populations. Rien ne dit que ces pays restent ainsi pendant des décennies. On a vu ce qui s’est passé en Tunisie. La crise est largement présente et bien souvent, elle est accentuée, voire exportée par les Occidentaux. Qui eux-mêmes se considèrent comme étant en crise à la différence près que l’instabilité prise en compte est plutôt d’ordre financier que relevant d’un désordre social. En Occident, on évoquera une crise sociale à bas bruit, sans qu’on dramatise au point d’imaginer une guerre civile. Mais aux Etats-Unis, l’ambiance est tout de même assez tendue, surtout avec des partis extrémistes comme le Tea ou bien des groupuscules pas vraiment sympathiques. En Afrique et au Moyen Orient, la crise se manifeste surtout à l’échelle sociale. Ce qui est logique, la plupart de ces pays souffrant d’un déficit économique aggravé par la corruption. En Chine, la pollution menace et certaines zones sont le siège d’une instabilité sociale.

 Le spectateur qui regarde les écrans, l’auditeur qui écoute les radios, le lecteur qui lit les journaux comme Courrier international, le pilier de bistrot qui cause avec ses potes… tous ont l’impression d’un monde chaotique et devenu très récemment en crise. Il est vrai que l’image offerte par le monde il y a trente ans paraissait moins chaotique. Je dis bien « paraissait », car l’image du monde n’est pas une réalité mais une représentation influencée par les médias. Cette représentation pouvant être alors appréciée de diverses manières. Le spectacle de ces massacres et autre « crimes humanitaire » perpétrés par les polices, milices, armées, partisans, heurte les consciences des gens paisiblement installés devant leur poste dans les pays où règne l’Etat providence. Il en ressort l’idée d’un monde au bord du précipice, de la crise généralisée et du chaos mondial. 

 Un peu d’Histoire. D’abord il y a quelques siècles. Le temps des conquêtes et des Etats codifiant la guerre avec des règles précises et signant la paix avec une succession de traités une fois les conflits achevés. Le philosophe et juriste Schmitt a décrit cette aventure du droit des Etats et des gens, en pointant un basculement au tournant du 20ème siècle, époque où le gouvernement avait un ministre de la guerre. C’est l’amorce de la fin des conquêtes de territoire alors que de plus en plus, les populations civiles sont les victimes des conflits militaires et pas seulement des victimes collatérales. Les civils sont parfois des cibles. Deux notions nouvelles apparaissent dans le droit des gens, crime de guerre et crime contre l’humanité, notions qui n’auraient eu aucun sens au 17ème siècle. Le 20ème siècle a vu se commettre des tas d’atrocités et de crimes commis contre des populations, arméniennes, juives, cambodgiennes, bosniaques, rwandaises, sans compter les crimes d’Etat, commis dans la Chine de Mao mais aussi par le régime stalinien qui décima entre autres des millions de paysans ukrainiens pour des raisons idéologiques et économiques. La première guerre d’Irak est sans doute la dernière du monde moderne, mettant face à face des armées. Au 21ème siècle, la plupart des conflits sont devenus des guerres civiles, déclenchées à l’intérieur des nations, ou menée par des puissances extérieures. Les conflits en Irak, Afghanistan et Libye sont des guerres civiles. L’Otan ne mène pas la guerre contre un Etat, une Nation, un pays, mais contre un régime avec l’appui, si nécessaire et si possible, de partisans hostiles au régime en place. On l’a vu en Libye. Et toujours de bons prétextes, punir le détenteur d’armes de destruction massive qu’il n’a pas puis installer la démocratie en Irak, se mettre au service des femmes afghanes, protéger les civils de Benghazi du méchant Kadhafi.

 Au milieu des années 1990, la guerre civile était dans les Balkans, puis au Rwanda. C’était aussi une période de crise économique, avec une sinistre fin de règne du président Mitterrand en France. Déjà, quatre millions de chômeurs. Juste un détail de l’Histoire. En 2012, l’ambiance est elle aussi sinistre, avec le gouvernement quittant l’hémicycle après une question insidieuse sur une polémique bien inutile lancée sur les civilisations par Claude Guéant et ce pauvre François Bayrou essayant de récupérer la mise sur le JT de la Une en laissant entendre que le propos de Guéant suscite une guerre des civilisations. Sur la Cinq, Dominique Reynié évoquait fort à propos les relents nationalistes affichés en Hongrie mais aussi les provocation de quelques aventuriers de la pensée politique qui comme Thilo Sarrazin, publia un ouvrage assez douteux, à côté, Guéant passe pour un Gaston Lagaffe. L’Allemagne court à sa perte pense Sarrazin, ce bon socialiste du SPD qui voit dans quelques mariages communautaires une menace pour son pays, occultant les méfaits d’un autre bon socialiste, le chancelier Schröder, qui fut le promoteur d’un moins bien vivre pour des millions d’Allemands condamnés par les lois Hartz à accepter des emplois à un euro de l’heure pour bénéficier des aides légales. La guerre civile est aussi déclarée contre les travailleurs et les pauvres. Le monde est sans doute en état de guerre civile. Signe de l’impuissance de la pensée à concevoir et de la volonté à construire.

 Deux questions. La guerre civile s’étendra-t-elle à où elle a pris racine ? Et se répandra-t-elle dans des contrées qui telle l’Europe ont su préserver une paix entre les âmes ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • jlbahanba 9 février 2012 14:43

     c’est hélas la triste vérité..


  • epapel epapel 8 février 2012 12:16

    Il n’y a jamais eu aussi peu de conflits armés qu’à notre époque qui restera un âge d’or de ce point de vue.


    • Pyrathome Pyrathome 8 février 2012 15:05

      Je conseille à tous les constipés d’aller lire les posts du troll epapel....
      Ça dégage les intestins.......suffit juste de tirer la chasse ensuite !


    • robin 8 février 2012 15:19

      Problème de vue Epapel ?

      Faut changer de lunettes....lol !


    • restezgroupir44 restezgroupir44 8 février 2012 15:28

      @ epapel,


      Vous êtes sérieux là ?

    • flesh flesh 8 février 2012 15:56
      @ restezgroupir44

      Le connaissant j’ai peur que oui...

      Il devrait aller dire ça aux irakiens (on parle de plus d’un million de morts - sans compter les blessés, les orphelins, les veuves, les affamés, et leur pays détruit) - et quand je pense qu’on risque bientôt de faire subir le même sort aux syriens - après les libyens - là je me dis oh oui, quel putain d’âge d’or.... 

      C’est votre commentaire le plus pathétique epapel. Un tel déni de réalité confine au psychiatrique.

    • epapel epapel 8 février 2012 20:06

      Bien sûr que je suis sérieux, c’est un fait que le nombre des guerres et de morts dus à la guerre n’a jamais été aussi faible depuis au moins 1 siècle.


    • flesh flesh 8 février 2012 22:06

      okay epapel.... message reçu à 100% maintenant.... mais à ma décharge, c’est quand même ton genre de sortir ce type de connerie au premier degré smiley


    • epapel epapel 8 février 2012 22:44

      Il y a trois stades dans l’acceptation de la vérité :
      1) Le ridicule
      2) Le déni
      3) La reconnaissance

      Je vous laisse le soin de vous situer tous seuls


    • Pyrathome Pyrathome 8 février 2012 15:08
      Chaos mondial : la guerre civile s’étendra-t-elle ?

      Je l’espère, car quand 99.9 % du monde décidera de faire la guerre aux 0,1% restant, les problèmes seront vite réglés.......


      • robin 8 février 2012 15:21

        Mais vous me direz comment fédérer les 99,9 % ?

        Quand je vois les réactions attristées de ma famille sur mon état mental quand je parle de l’état déplorable du monde, j’ai l’impression de parler à des extra-terrestres n’ayant eu comme moyen d’information que le Figaro depuis la 2e guerre mondiale.


      • Pyrathome Pyrathome 8 février 2012 16:04

        Là est tout le problème, mais est-il utile de fédérer 99.9% ?
        Il suffirait même de 10% ou moins pour chasser les vampires....
        Il faut surtout prendre conscience de notre véritable puissance, pas celle des armes, mais celle des mots, des révélations et la volonté d’en finir avec la vermine....
        Le 0.1% ne représente rien, juste une façade, du vent et des tombereaux de mensonges avec une armée de crétins qui gobent tout, que croyez-vous qu’ils feraient face à des millions de têtes redressées et déterminées, ils fuiraient......sauf que contrairement à des Ben Ali, ils n’auraient nulle part où aller, même sur la lune, nous irions les chercher....
        Ne désespérez pas !! l’histoire est en marche, l’oligarchie sait que ce qu’elle a elle-même contribué à élaborer va se retourner contre elle...ils jouent très gros sur ce coup, à nous d’en profiter....
        Le « collapsing général » à venir doit être considéré comme une opportunité d’en finir avec les parasites....


      • Pyrathome Pyrathome 8 février 2012 16:06

        Quand je vois les réactions attristées de ma famille sur mon état mental quand je parle de l’état déplorable du monde, j’ai l’impression de parler à des extra-terrestres n’ayant eu comme moyen d’information que le Figaro depuis la 2e guerre mondiale.

        Quand ils s’apercevront que vous avez raison, ils vous suivront....et ça ne saurait tarder !!


      • lebreton 9 février 2012 00:04

        @robin

        oui on peut se faire du souci quand a la conduite anarchisan,te des gens qui on la qurantaine qui se foute de tout et qui pour une bonne partie ne vote meme pas !


      • Biloo 9 février 2012 11:49

        @robin : comment fédérer les 99% ?

        La démocratie est la chose qui pourra fédérer tous les peuples. Je ne parle pas de gouvernement représentatif comme nous l’avons mais de Démocratie au sens vrai du terme.
        Il faut communiquer dans ce sens et dans toutes les langues autour d’un projet qui ne peut que fédérer tout le monde.

        Il faut éduquer tous les citoyens du monde à la qualité du processus constituant et à l’importance de nommer une assemblée constituante désintéressée. Chaque citoyen du monde doit apprendre qu’une constitution c’est l’outil suprême pour se protéger des abus de pouvoir. Dans une constitution on ne doit pas trouver des droits mais des interdictions. Les choses que le pouvoir ne peut pas faire au peuple et les moyens pour le peuple de rester au pouvoir et de se protéger des tyrans.

        Un processus constituant de qualité ne peut se faire que par des citoyens tirés au sort et rendu par la suite inéligible à toutes les fonctions d’état.

        On peut se bagarrer sur des opinions gauche-droite, écologie, économie etc. Le seul projet fédérateur qu’il soit reste celui ci : on va créer un système qui ne dit rien sur les sujets qui fâchent, mais qui va donner la parole à tous les citoyens, les même pouvoirs et droits à tous, de façon à ce que l’on puisse discuter de tout et se mettre d’accord ensemble sur les choses à faire.


      • le moine du côté obscur 9 février 2012 12:35

        @ Pyrathome 


        Nulle part où aller pas sûr ? Ils pourraient se réfugier sans aucun doute dans des bunkers sous-terrains prévus pour les guerres nucléaires. Je me dis que ces enflures anticipent une catastrophe de grande ampleur et qu’ils n’ont pas créé l’arche de noé végétale au nord par amusement ou par caprice. 
        Comment fédérer les gens. Je n’y crois plus depuis longtemps. Je ne suis pas loin de penser que 10% de la population oeuvre pour le malin, que 5% cherchent plus ou moins à améliorer les choses et que 85% sont des veaux. 

      • gogoRat gogoRat 12 février 2012 12:45

        Les clivages d’une guerre civile instrumentalisée, ne semblent pas, eux, d’origine cahotique !

         Pour s’en faire une idée voir ceci :

      • astus astus 8 février 2012 15:17
        Bernard,
        La crise que nous vivons peut naturellement accentuer ou susciter des guerres civiles mais il est erroné de croire, comme on l’entend souvent, à une crise seulement financière ou économique. La crise que nous vivons est plutôt celle des représentations mentales de notre monde parce que celles-ci ne s’accordent plus avec celles qui ont prévalu, du moins en occident, pendant les 4 ou 5 derniers siècles, de la même manière que les lumières ont rompu avec l’âge classique, ou la renaissance avec le moyen âge. Le temps et l’espace, l’attachement au territoire ou à la nation, l’image de notre corps et de notre planète, nos modes de communications, notre façon de créer ou de produire ont évolué si vite que nous peinons à « digérer » ces transformations pour adapter nos valeurs à ce nouvel environnement. D’où certains replis identitaires, ressentis comme rassurants, même quand ils alimentent des conflits locaux qui peuvent effectivement se transformer en guerre civiles.
        Amicalement. C.   

        • Aldous Aldous 8 février 2012 15:54

          On peut toujours dire ça.


          Mais en général quand il y a conflit, c’est qu’il y a des gens qui veulent en dépouiller d’autres et qui se disent qu’avec les nouveaux moyens qu’ils maîtrisent ça pourrait être une opportunité de le faire.

          Mais bien sur ont peut aussi dire que l’image. Notre corps et d notre planète à changé et qu’on a juste un problème de digestion.


        • robin 8 février 2012 15:24

          Quel célèbre français disait déjà : « le 21e siècle sera spirituel ou ne sera pas » ?

          Le vraie épicentre de la guerre est là et pas ailleurs . Jusqu’à quand la masse des moutons acceptera t’elle que tout passe par les fourches caudines du Veau d’Or ?


          • restezgroupir44 restezgroupir44 8 février 2012 15:35
            Au gré de leur expansion, les banques ont projeté dans tous les domaines de l’activité humaine leur logique, leurs intérêts et leurs pratiques. Comme le dévoile sans ambiguïté la crise actuelle, l’un des enjeux politiques majeurs du néolibéralisme est celui de la propriété : la relation créancier-débiteur exprime un rapport de forces entre propriétaires et non-propriétaires des titres du capital. Des sommes énormes sont transférées des débiteurs (la majorité de la population) aux créditeurs (banques, fonds de pension, entreprises, ménages les plus riches) : à travers le mécanisme d’accumulation des intérêts, le montant total de la dette des pays en développement (PED) est passé de 70 milliards de dollars en 1970 à 3 545 milliards en 2009. Entre-temps, les PED avaient pourtant remboursé l’équivalent de cent dix fois ce qu’ils devaient initialement.

            Les guerres des citoyens contre les gouvernements corrompus est inévitable.

            • Acid World Acid World 8 février 2012 15:45

              Je pense que si l’économie s’obstine à ignorer l’humain, il y aura guerre.

              Et si elle s’obstine à ignorer la réalité des ressources terrestres, il y aura catastrophe écologique.

              Mais les deux sont déjà arrivés, n’est-ce pas ?

              En 1945, Sartre écrivait suite aux deux frappes nucléaires que l’humanité aura à choisir dans un certain temps entre le suicide collectif et l’utilisation raisonnée des technologies. Il faut donc poser son grain de sable dans le mécanisme pour l’arrêter, ce qui n’est pas facile quand on manque de recul sur ce dernier. Pour vos idées, je suis preneur.

              • lebreton 9 février 2012 00:34

                @ acid

                bonsoir

                ce n’est pas l’economie ,en tant que telle qui ruine les peuples ,ces bien nos politciens corrompus ,qui on permis a des banques de faire des opés qui non de sens que de voler ,pas le simple épargnant ,mais des nations voir la grece et d’autres ,pour autant je n’ai pas le sentiment que beaucoup de gens en france et en europe comprennent les montages financiers

                qui nous conduisent dans le mur ou vers une fuite en avant a l’idem de tous les salauds de profiteurs de guerre ,l’indo,algerie ,le viet nam la libye l’irack ,l’afganistan et tous les autres . ce putain de monde made in us  !mrd


              • fabdolette fabdolette 8 février 2012 16:22

                Le 20ème siècle a vu se commettre des tas d’atrocités et de crimes commis contre des populations, arméniennes, juives, cambodgiennes, bosniaques, rwandaises, sans compter les crimes d’Etat, commis dans la Chine de Mao mais aussi par le régime stalinien

                Sans oublier contre les vietnamiens, les indiens d’amérique, les irakiens, les algériens... merci les occidentaux qui « valent » mieux que les autres....


                • ykpaiha ykpaiha 8 février 2012 16:24

                  Pour ceux qui comme Epapel ont les yeux rivés sur leur petit moua, je conseille une petite visite la :
                  http://conflicthistory.com/#/period/1991-2011
                  Il y a plein de petits point rouge biens saignants
                  A comparer bien sur avec les périodes précedentes... au cas ou on n’ai pas compris il suffit de faire bouger le curseur...
                  Bon vomi aux réveurs


                  • ykpaiha ykpaiha 8 février 2012 16:43

                    Pour les mons courageux
                    J’ai édité
                    21eme siecle (bon 12 ans on a encore du taf)
                    20eme
                    19eme
                    18eme
                    17eme

                    Effectivement il y a bien une évolution...


                  • ykpaiha ykpaiha 8 février 2012 16:49

                    Aller je fini sur une note optimiste :
                    J’ai donc comparé 1900 - 1912
                    avec notre début de 21 eme..2000 - 2012
                    Optimisme quand tu nous tiens


                  • soi meme 8 février 2012 17:43

                    Vous décrivez ce qui était amorcer en 1914, juste avant la guerre qui y avait un carcinome social.
                    Comme les hommes n’ont pas voulues entendre le message. nous vivions les fruits aujourd’hui.

                    Les souvenir idéalisé d’y a 30 ans, c’est finie. tous est balayé, ce m’est que le débuts d’un long calvaire la vie sur terre. nous sommes rentrer de pleins pied dans la guerre de tous contre tous.


                    • Aspiral Aspiral 8 février 2012 19:07

                      La paix en Europe se fissure au gré des faits divers et des déclarations politiques qui font polémiques. La guerre civile s’enracine dans la généralisation du complexe de Colomb.


                      • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 8 février 2012 19:24


                        Brouillon.


                        • FYI FYI 8 février 2012 21:02

                          A la place de guerre civile j’utiliserais guerre des classes, celle du 1% contre les 99%.
                          Pour l’instant le 1% règne mais çà ne va pas durer, des comptes leur seront bientôt demandés.


                          • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 9 février 2012 03:22

                            La guerre civile va s’ettendre au pays europeens et ça à déjà commencer avec la Grèce , maintenant la Roumanie, vont suivre le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la pire guerre civile aura lieu aux Etats-UNis qui pourraient connaitre une seconde guerre de secession, sauf si ils trouvent un ennemis genre IRAN, ou Chine. Les banques et les politiques ne font que ça de monter les gens et les communautés les unes contre les autres je pense que seul les régions qui ont un sentiment national/régional fort seront épargnés par le chaos car des gouvernement autonomes régionaux feront sécession des pouvoirs centraux, les gens reviendront à des niveaux de gouvernement locaux n’ayant plus confiance dans les pouvoirs éloignés, l’europe est morte grâce aux banquiers et va péter comme avait péter lex-yougoslavie !


                            • Aldous Aldous 9 février 2012 22:04

                              La Yougoslavie a été aidée de l’extérieur.


                              • PascalR 9 février 2012 10:59

                                Ce qui est certain, c’est que plus le monde s’enfonce dans la surpopulation et les multiples crises qui éclatent de ci de là, plus les tensions vont monter et plus le risque de guerres intestines, civiles et internationales s’accroit.
                                Quand, en France, on aura atteint les 10 millions de chômeurs, et que le nombre de pauvres aura irrémédiablement augmenté, soyez sûr que les premiers à se faire tordre le cou seront les émigrés, d’où qu’ils viennent, alors que l’efficacité serait d’anticiper et de tordre le cou aux vrais responsables.
                                Mais cela s’appelle le révolution, et que personne ne veut s’y risquer.
                                Ceci étant, tout le monde en parle.
                                En France, on a des idées, pas de pétrole, mais quand à passer aux actes, il n’y a plus personne.


                                • Alison 12 février 2012 15:58

                                  La guerre civile ne peut avoir lieu que si la police ou l`armée tombe du coté du peuple.

                                  Pour l`instant elle « mate » les grecs qui sont dans la rue en Grèce, se prostitue a travers le racket financier (automobiliste) au lieu de proteger les biens et les citoyens français. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès