Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Chili : Etape cruciale pour les étudiants

Chili : Etape cruciale pour les étudiants

A Valparaiso s'est jouée une étape importante pour la résolution du conflit étudiant chilien. Ce jeudi 10 novembre 2011, les leaders étudiants ont pu s'exprimer devant les membres du Sénat. Au départ, ce ne devait pas être le cas. En fin de journée, le gouvernement de Sebastian Pinera déclare avoir comme projet de loi la création d'un Conseil Supérieur de l'Education pour 2012.

Ils étaient 30 000 étudiants à s'être donné rendez-vous dans les rues de Valparaiso du Chili où est situé le Sénat. Pendant la grande mobilisation, les principaux leaders étudiants- Camila Vallejo et Giorgio Jackson se sont entretenus avec les membres de la Commission de la Chambre du Sénat. Ils ont réitérer ce qu'ils considéraient comme injustes dans l'éducation établie sous la dictature de Pinochet. Le fait que les étudiants aient pu s'exprimer de la sorte constitue une première étape cruciale : "Nous sommes optimistes. Nous sommes conscients aussi des limites du Parlement dans les discussions de loi au sujet du budget de l'éducation." a déclaré à l'issu de la réunion, Camila Vallejo, présidente des étudiants chiliens.

Fin octobre, le gouvernement de Sebastian Pinera planchait sur un projet de loi visant à modifier le budget de l'éducation. Il n'y avait pas eu de discussions à ce sujet avec les principaux intéressés, les étudiants. Ces derniers reprochent la hausse du coût des études au Chili, ce qui accentue les disparités sociales. Ils veulent dans un premier temps que le gouvernement augmente de plus de 5% le PIB des mines de cuivres pour l'éducation qui est aussi le chiffre utilisé pour les dépenses de l'armée. "Le chemin sera long, a prévenu Camila Vallejo, pour que les étudiants puissent avoir une éducation gratuite, digne et de qualité." L'éducation établie sous Pinochet est constituée selon un modèle ultra-libéral. Les familles modestes doivent emprunter des sommes colossales pour permettre à leur enfant d'accéder à des études de bonnes qualités. Un étudiant peut devoir rembourser jusqu'à 15 ans les frais engagés pour ses études après l'obtention de son diplôme. Une situation inacceptable qui a poussé fin avril 2011, des milliers d'étudiants dans les rues du Chili afin de réclamer un autre type d'éducation. Il a quelques semaines, les étudiants ont voté la poursuite des mobilisations en faveur de l'éducation. Ils sont près de 70 000 à mettre entre parenthèse leurs études pour obtenir leurs revendications. Les leaders étudiants ont éffectué un voyage en Europe pour obtenir le soutien des institutions européennes. Des fédérations étudiantes d'autres pays les ont rejoints dans leur combat pour le droit à une éducation plus accessible à tous. Les leaders étudiants chiliens ont également exprimé leur indignation devant la Cour de Droit de l'Homme d'Amérique Latine face aux répressions policières dont ils ont fait l'objet durant les manifestations pacifistes organisées.

En ce moment se déroule le premier round des élections étudiantes au Chili. Giorgio Jackson, président de la FEUC (fédération des Etudiants des Universités Catholiques Chiliens) a remis en jeu son poste. Noam Tilman, candidat de la liste qui soutenait Jackson en 2009, semble bien parti pour gagner les élections étudiantes au sein de la FEUC. Quant à Camila Vallejo, il n'est pas exclu qu'elle brigue un second mandat à la présidence des étudiants chiliens lors des élections étudiantes qui auront lieue fin novembre au sein de la CONFECH (Confédération des Etudiants Chiliens). L'avenir du mouvement étudiant chilien 2011 se joue désormais à l'intérieur et à l'extérieur. Puisque les leaders étudiants sont en contact avec les partis de la coalition de gauche pour trouver une issue à la crise de l'éducation au niveau budgétaire . De son côté, le président de droite Sebastian Pinera a déclaré que le gouvernement chilien allait voter un projet de loi sur la création d'un Conseil Supérieur de l'Education à l'horizon 2012 : "Il s'agit de ne pas rater une possibilité historique" a-t-il déclaré à la presse. Six mois après la première manifestation qui a eue lieu le 28 avril 2011, il rejoint les propos de Camila Vallejo concernant le conflit étudiant chilien. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)



Réagissez à l'article

8 réactions à cet article


  • Jean 12 novembre 2011 21:47

    « Mais notre gouvernement actuel ne veut pas répondre à notre demande »

    Pour agir, sur le terme : leur traduire en espagnol, leur transmettre à ces jeunes...


        • Jean 13 novembre 2011 18:30

          Bonjour,

          Malheureusement je ne comprends pas l’ espagnol ; pour ce qui est de la France j’ ai contacté l’ association (lien), et je tente aussi un contact avec Mr Chouard.

          Je leur suggère de réfléchir à la création d’ un parti politique sans étiquette. Le Général de Gaulle (qui n’ aimait ni les politiques pros ni les partis, malicieusement ?...) ...nous a donné les clés.

          Un président élu par les abstentionnistes habituels séduits, les déçus (c’ est le plus grand « parti » de France) serait, selon les lois de la Ve république, chef de la police et des armées ; en outre il dissout les assemblées ; alors tout est possible !

          Une constitution préalablement rédigée peut être imposée, l’ oligarchie bousculée, et le peuple reprend ses droits régaliens (en copiant ce qu’ il y a de mieux en Suisse et autres pays démocratiques ou partiellement)

          L’ idée peut germer dans l’ esprit des gens, le temps fait le reste..., (mais il y a bien un moment où l’ action devient nécessaire).

          Bien à vous.


          • Jean 13 novembre 2011 18:44

            Le pouvoir personnel ou d’ une oligarchie aux ordres des lobbies (surtout financières) est devenu intolérable ; vous êtes étudiante, si vous voulez bien diffusez au maximum (moi je ne suis plus très loin de la retraite mais je voudrais une autre vie pour les plus jeunes, je suis ulcéré par la corruption)

            Je verrais mieux également les jeunes participer à la vie de la cité et de l’ Etat plutôt que de brûler des bagnoles.

            Là où les démocraties existent ça fonctionne ; l’ Islande s’ est prise en main, et l’ ile est toujours à la surface aux dernières nouvelles.


            • lsga lsga 14 novembre 2011 08:49

              Tant qu’ils ne remplaceront pas la constitution de Pinochet, tout cela ne servira à rien.


              Pour instaurer une constituante, il leur faudra une gauche un peu moderne que leur Social-Démocratie modérée...

              • Jean 14 novembre 2011 12:36

                Bah... la démocratie ça concerne tout le monde, surtout pas les partis justement ; et c’ est pas impossible.

                On est tellement habitué aux partis, aux pouvoirs personnels depuis toujours, et le clivage gauche/droite, qu’ on croit ne pas pouvoir s’ en débarrasser.

                Faut juste y penser... c’ est à notre portée. Les partis, dictateurs, ne peuvent rien contre la masse énorme d’ un peuple, quand celui-ci est décidé et organisé (c’ est le plus dur mais loin d’ être impossible)


              • Anémone C. HUBERT Anémone C. HUBERT 15 novembre 2011 07:14

                ELECTION ETUDIANTE CHILI :

                Camila Vallejo, actuelle présidente de la FECH (Fédération des Etudiants Chiliens) va se représenter pour un second mandat. Information confirmée par les médias chiliens dans la nuit du 14 novembre.

                http://www.emol.com/noticias/nacional/2011/11/14/512747/camila-vallejo-finalmente-decidio-repostularse-a-la-presidencia-de-la-fech.html

                Ajouter une réaction

                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès