Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Chili : Historique mouvement étudiant 2011

Chili : Historique mouvement étudiant 2011

Teresa Longo* est chercheur universitaire en éducation comparée de l'Université Jules-Vernes. En 2001, elle publiait avec d'autres chercheurs, une étude sur l'éducation du Chili. L'ouvrage paru s'intitule : "La Réforme éducative sous Pinochet : histoire d'une expérimentation néo-libérale." Dix ans après la parution du livre, nous lui avons tendu le micro afin qu'elle nous livre sa perception à propos de la situation étudiante qui a secoué ce pays du Cône Sud en 2011.

30 Juillet 2011 : Mobilisation étudiante à Santiago du Chili1) Depuis avril 2011, les étudiants chiliens sont dans les rues pour remettre en cause le système éducatif et privatif de leur pays. En 2001, vous écriviez un livre à ce sujet. Pensiez-vous que dix ans après l'édition de votre ouvrage, la jeunesse chilienne se révolterait contre une éducation libérale mise en place sous une dictature ?

Teresa Longo : " Je l'espérais ! Les chiliens ont été profondément blessés par le régime et je pensais qu'il aurait fallu un temps plus long pour assister à une réaction comme celle de nos jours. Le néolibéralisme et la dictature ont touché les chiliens dans tous les moments de leur vie. La privatisation des services de santé et d'éducation, la destruction du peu de "Welfare State" qu'Eduardo Frei et Salvador Allende avaient construit, la déréglementation des relations de travail ont été faites par un dictateur. Les enseignants et les étudiants ont été particulièrement touchés et soumis à un climat de peur et de chantage. Ceux qui critiquaient perdaient leur travail et étaient incarcérés. Une fois Pinochet parti, le climat de peur persistait et il était l'obstacle à un processus de démocratisation."

2) Camila Vallejo (ex-présidente de la FECH-Fédération des étudiants de l'Université du Chili) explique que le mouvement étudiant 2011 est le fruit d'une maturation. En quoi ses propos rejoignent-ils l'histoire éducative du Chili ?

T.L : " Les étudiants l'ont dit, ils n'ont plus le sens de culpabilité et de peur qu'avaient leurs parents, et cela leur permet d'exercer jusqu'au bout leur pouvoir de citoyens dans un système démocratique. Ils acceptent la démocratie comme système qui ne peut vivre par la critique et les luttes pour une justice sociale. Pinochet et les Chicago Boys (NDLR : Economistes chiliens formés aux USA) accusaient les socialistes et Allende d'avoir apporté au pays la misère, le désordre et la violence. Une bonne partie de la gauche chilienne avait intériorisé ce discours qui la faisait coresponsable de tant de morts et de violence. Dans le domaine de l'éducation, l'idéologie des Chicago Boys a survécu à la chute de Pinochet. Les principes de marché, de l'efficacité de la modernité assurent la transition et la paix en laissant perpétuer les injustices d'un système éducatif basé sur le marché. Après Pinochet, nous avons deux périodes d'intervention sur l'éducation : Entre 1990-95 : en présence de la Banque Mondiale, se mettent en place des programmes d'ajustement pour sortir l'éducation publique et subventionné de son état de misère. On augmente le budget national pour l'éducation et l'on destine la dépense aux élèves les plus pauvres de l'école obligatoire pour l'achat des livres, pour le verre de lait du matin. Les conservateurs imposent le maintien des frais d'inscriptions dans le privé subventionné et dans l'Université. Ces dernières étaient aussi élevées que le montant du salaire d'un enseignant du secteur public !

 Les inégalités d'accès et de résultats à l'école restent importantes et les premières données statistiques nationales montrent la faible qualité de l'école publique et de l'école subventionnée par rapport au privé. Ces problèmes seront posés dans la seconde phase d'intervention qui commence en 2000, après la victoire de Ricardo Lagos à la présidence du Chili. Plutôt que d'ajustements, dans cette période, on discute des changements profonds de la Constitution de 1980 et des réformes. Le débat éducatif est très intéressant pour nos pays européens. On discute sur l'idée de droit à l'éducation et le droit arrive à ne pas faire changer la Constitution de 1980 qui attribue aux familles la priorité dans le domaine de l'éducation : "Los padres tienen el derecho preferente y el deber de educar sus hijos. Correspondéra al Estado otorgar especial proteccion al ejercicio de este derecho." (Cap. III. Art. 10) La liberté des choix des familles dans le domaine de l'éducation reste un principe de la Constitution, mais la Concertation (NDLR : Alliances des partis de gauche qui seront au pouvoir après 1990) attribue à l'Etat un rôle de promotion et reconnaît la gratuite dans le domaine de l'éducation de base. L'instruction supérieure reste en dehors de ces principes et l'Etat ne peut qu' "encourager" son développement. Les Universités restent comme l'ont voulue en 1981 les Chicago Boys, des entreprises qui offrent des produits, et pour cela , elles demandent des frais qui varient selon la qualité de l'offre. Aujourd'hui, la liberté de choix de l'étudiant dépend des possibilités de sa famille de payer. Le mouvement étudiant chilien 2011 a vécu cette contradiction et revendique une éducation supérieure plus cohérente avec les principes de justice de la démocratie."

3) Les deux principaux slogans des étudiants sont : " Elle va tomber l'éducation de Pinochet !", et "Une éducation publique gratuite, digne et de qualité." Ils reflètent les deux pensées de deux personnages centraux de l'Histoire du Chili : Pinochet et Allende. A quel niveau, leurs points de vue éducatifs divergents, auraient-ils pu permettre à la jeunesse du Chili un meilleur avenir éducatif ?

T.L : "Les politiques éducatives de Pinochet ont permis aux fils de grandes familles d'avoir une instruction de bonne qualité, mais ces jeunes ont vécu dans des milieux séparés. Ils n'ont pas connu les autres jeunes du pays, comment peuvent-ils participer à la vie démocratique ?

Allende prônait pour l'école, de la mixité sociale. Cela a généré la révolte des familles conservatrices qui ne voulaient pas payer les impôts pour les autres, et surtout ne voulaient pas faire grandir leurs enfants à côté des enfants du peuple. La réforme d'Allende n'a pas eu le temps d'être mise en place, mais elle aurait permis cette rencontre sociale qui n'a jamais existé au Chili."

4) Quelle conclusion donneriez-vous, depuis la parution de votre livre en 2001, et le conflit étudiant chilien de 2011 ?

T.L : "Quand j'ai écris le livre, ainsi que d'autres chercheurs, je voulais montrer aux pays européens les risques des politiques éducatives néolibérales. Nous avons été accusés d'idéologisme en nous opposant l' "objectivité" de l'école de l'efficacité. Ce mouvement étudiant sait répondre au néolibéralisme par une nouvelle manière de vivre que j'aimerais mieux connaître ! Un autre Chili qui peut nous apprendre beaucoup et cette fois par une belle expérience !"

Madame Longo, muchas gracias.

* Teresa Longo est retraitée depuis juillet

 

Bon à savoir :

 

***A l'heure d'écrire ces lignes, un troisième ministre de l'éducation chilien est nommé : Harald Beyer. http://www.lanacion.cl/ministro-beyer-las-puertas-estan-abiertas-para-los-estudiantes/noticias/2011-12-29/204604.html

.......................

"La Réforme éducative de Pinochet : Histoire d'une expérimentation néo-libérale" T.Longo (2001) http://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2001-1-page-104.htm

Camila Vallejo (Vice-présidente FECH 2012) vient de sortir un livre sur la situation étudiante du Chili : "Nous pouvons changer le monde"

http://www.actualitte.com/actualite/patrimoine-education/education-international/camilla-vallejo-la-che-au-feminin-sort-ses-memoires-30848.htm

Réflexions sur le Mouvement Etudiant Chilien 2011 : livre OTRO CHILE ES POSIBLE

http://www.lemondediplomatique.cl/

 Fernando Ramirez III- journaliste/photographe chilien 

http://www.flickr.com/photos/fernandoramirez/5887968863/in/photostream



Sur le même thème

Chili : Camila Vallejo refuse une minute de silence
Chili : Les étudiants testent Michelle Bachelet
Milton Friedman... Chicago boys... Néolibéralisme fascisant...
Frida, Violeta, deux artistes, deux pays, un même combat, un même destin
Premières difficultés de mise en oeuvre des réformes au Chili ?


Réactions à cet article

  • Par Kefton (---.---.---.186) 6 janvier 2012 16:23

     En fait parler de l’éducation de Pinochet est un bon moyen de déresponsabiliser la gauche chilienne qui a gouverné le pays pendant 20 ans. Si le pourcentage d’étudiant qui étudient dans les établissements publics a fortement baissé au cours des 20 dernières années c’est clairement la faute des gouvernements en place c’est à dire la concertation.


    Sinon le Chili n’est pas un pays libéral, par exemple la loi qui limite à 15% le nombres de travailleurs étrangers dans une entreprise est totalement anti-libérale. 
  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.143) 6 janvier 2012 20:40
    Anémone C. HUBERT

    Info : Madame Longo est la seule auteur du livre

    @Kefton : il n’est pas question de déraisponsabiliser qui que ce soit. les fautes viennent des deux cotés. la concertation avait pour ordre de ne pas toucher à l’éducation et à la constitution.
    Le gouvernement Bachelet- de gauche, a aussi subit sa révolution étudiante, celle des secondaires en 2006, appelée « la révolution des pingouins. » les leaders étudiants chiliens fustigent les deux formations politiques, pas spécialement l’une plus que l’autre.

  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.143) 6 janvier 2012 21:37
    Anémone C. HUBERT

    EDUCATION : nouveau scandal

    Le Conseil de l’éducation chilien a prévu de changer des livres scolaires, le mot « dictature » en « régime militaire ». le pouvoir en place estime qu’il faut tourner la page...
    Sur son compte twitter, Camila Vallejo s’est exprimée en ces termes :

    « El cambio de Dictadura a Régimen Militar es un atentado a la memoria histórica y a la formación crítica. »

    De son côté, le Monde Diplomatique Chilien a écrit à ce sujet dans une publication faite il y a quelques minutes.

    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2012-01-06-Au-Chili-la-dictature-de-Pinochet

    NB : (1) La majorité des ministres du président Pinera sont des anciens collaborateurs de Pinochet.
     (2) Un de membres de la famille du dictateur fait partie ....du Conseil de l’éducation qui révise le mot.

    Envie de réagir ?

    #fuedictadura Ya van más de 7.000 firmantes ! ¿y tú, aún sin firmar ?
    http://www.sentidoscomunes.cl/diario/2012/01/dictadura-las-cosas-por-su-nombre-carta-abierta-al-ministro-de-educacion/ 

  • Par Kefton (---.---.---.186) 7 janvier 2012 00:11

     Disons que la concertacion aurait pu augmenter le financement des universités publiques pour ne pas permettre à tant d’universités privées de prospérer. De plus, la concertacion est responsable de la non application de la loi interdisant aux universités privées d’être à but lucratif (loi datant de 1981). Bien sûr les torts sont partagés, mais selon moi le carnage a véritablement commencé avec la concertacion, en effet en 1990 la majorité des étudiants chiliens étudiait encore dans les Universités publiques. 


     Malgré tout ça je continue à penser que le Chili a le meilleur système éducatif d’Amérique du Sud, car même si les étudiants chiliens doivent terriblement s’endetter, les pauvres chiliens sont ceux en Amérique du Sud qui accèdent le plus à l’Université (même par rapport aux argentins), et les universités chiliennes ont dans l’ensemble un bon niveau, même si beaucoup d’universités privées sont à éviter. Cet avis n’engage que moi. 

      Un lien qui devrait t’intéresser si tu comprends l’espagnol : http://feuc.cl/wp-content/uploads/2011/10/201110061137010.Presentacion05deoct11MINEDUC.p df
  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.113) 7 janvier 2012 10:53
    Anémone C. HUBERT

    Bonjour Kefton,

    Merci pour votre message et votre lien. Très très intéressant à lire.
    Mais, la majorité de ces décisions ont été prise sans concertation avec les dirigeants étudiants...
    Ensuite, le Chili dispose peut-être d’un haut niveau d’éducation supérieure et universitaire, mais qui laisse de côté beaucoup d’élèves ou les embourbe après dans des dettes immenses.
    Je vous passe ce lien, vers une réflexion sur l’éducation en général :
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/01/MARSH/47199

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires