Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Chine : les statistiques ne font pas la science, ni la monnaie, la (...)

Chine : les statistiques ne font pas la science, ni la monnaie, la richesse

ChineLe PIB de la Chine croît à un rythme annuel de 9,7% depuis 27 ans, alors qu’on prévoit une croissance de 9% cette année. Il n’y a pratiquement pas eu de hausse des prix du panier de consommation depuis 1999, à l’exception de 2004 où cette hausse a été établie à un peu moins de 4%. La Banque centrale chinoise prévoit une hausse de 2% des prix dudit panier et une hausse de 16% de sa quantité de monnaie en circulation en 2006. Cette politique monétaire est en vigueur depuis plusieurs années (voir Shanghai Daily, XINHUA online, FRB Dallas, CHINA Daily et FRB St. Louis).

Peut-on conclure, à la vue de ces statistiques, que la Chine est sur la bonne voie ? Son PIB et son IPC ne sont-ils pas enviables ? À ne porter attention qu’à ces indices on pourrait le croire, mais la hausse de la quantité de monnaie en circulation exige une plus grande vigilance. Bien que l’augmentation de la quantité de monnaie en circulation, d’une année à l’autre, dans les pays riches, ne soit pas sans importance, l’augmentation de la quantité de monnaie chinoise, le yuan, pèse davantage. Pourtant, un pays en « émergence » n’a pas besoin de plus de monnaie qu’un autre, bien que plusieurs économistes le croient.

La plupart d’entre eux croient que la mise en circulation de monnaie devrait croître au même rythme que le PIB. Or, comme la plupart des pays du monde, la Chine augmente sa quantité de monnaie à un rythme beaucoup plus élevé que la croissance de son PIB « réel », c’est-à-dire le PIB moins l’inflation des prix répertoriés. En d’autres mots, la croissance du PIB ne correspond pas à la croissance monétaire. La pratique diffère de la théorie. Ce n’est pas que ces économistes ne soient pas entendus par les banques centrales, c’est qu’ils sont plutôt confus. Considérer les conséquences de l’inflation monétaire uniquement dans la hausse des prix des biens et des services de consommation est une grave erreur.

La monnaie de crédit est accompagnée de dette. Que la dette gouvernementale soit remboursée via les impôts et les taxes, financée par les investisseurs ou encore réduite par l’inflation, la population en paie la note, car ses choix sont réduits. Les prix de l’immobilier et des matières premières ont bondi en Chine depuis quelque temps, notamment sur la côte Pacifique, mais cela ne s’est pas traduit dans l’indice des prix à la consommation.

Les banques chinoises, contrôlées par l’État, prêtent l’argent aveuglément (voir David Barboza). Il y a tellement de prêts jugés irrécupérables que cela remet en question leur viabilité. Cependant, elles ne risquent pas de tomber, car l’État a toujours le loisir de taxer ses contribuables pour renflouer. Mais à quel prix ? Créer de la monnaie à volonté ne contribue pas à créer de la richesse. Au contraire, cela sert plutôt à la dilapider. Il y a de plus en plus de gratte-ciel en Chine, mais cela peut être trompeur. Dans les années 1920, plusieurs gratte-ciel ont vu le jour à New York. On connaît la suite.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Agnès (---.---.224.201) 28 avril 2006 12:50

    Je n’y connais rien en monnaie, par contre, il y eu en Chine des hausses des prix sur les produits alimentaires (en 2002 ?) de 20%. J’imagine que dans ces considérations, le taux d’usure/renouvellement est pris en compte, il doit être nettement plus élevé qu’en occident. En Chine pas de carnets de chèque, peu de cartes bancaires, la plupart des réglements se font en liquide (même pour des achats de voitures, d’appartements !). Est-ce que cela joue un rôle sur l’émission de monnaie ?


    • (---.---.64.74) 28 avril 2006 17:27

      En février, les actions Eurotunnel avaient gagnées 100% ! .... passant de 0,25 € à 0,50 €

      Lundi, l’action Total n’à pris que 0,71% ... passant de 227,20 € à 228,40 €.

      Comme quoi, les statistiques, c’est relatif au référentiel.


      • Renaud D. (---.---.76.114) 28 avril 2006 20:04

        L’économie chinoise fonctionne sur une sorte de chemin de traverse entre l’économie dirigée et une économie de libre-échange qui rend caduque bien des ratios que nous avons tendance à considérer comme incontournables.

        La finalité de l’économie occidentale réside dans la rémunération des capitaux. Manquant de capitaux pour s’insérer dans la globalisation financière, l’économie chinoise s’est entièrement dévolue à l’acquisition de devises étrangères au moyen des excédents de sa balance commerciale. Pour faire rentrer des devises, la Chine se devait d’orienter sa production de biens vers la conquête des marchés occidentaux. Sur un plan systémique, la différence des finalités démontre la différence des systèmes.

        Comment interfacer ses systèmes ? Deng Xiaoping a eu cette idée de génie que nous connaissons : un pays, deux systèmes. D’un côté un marché intérieur, progressivement libéralisé, mais toujours étanche vis-à-vis du commerce mondial. De l’autre, des zones franches complètement orientées vers le commerce extérieur disposant d’une main-d’œuvre de production dont le niveau de vie se réfère au marché intérieur. Un gouvernement central fort, hérité de la période marxiste, pilote les deux système dans le cadre d’une planification dirigiste et maintient l’ordre par des pratiques dignes d’un état totalitaire.

        Les entreprises chinoises présentent un ensemble hétéroclite d’entreprises, depuis le petit atelier dont la faible productivité est compensée par une main d’œuvre pléthorique jusqu’aux industries les plus performantes. Tous peuvent contribuer aux exportations. Les uns comme les autres vendent avec des marges dérisoires. Les faibles marges, liées à une main d’œuvre sous-payée garantissent des prix impossibles à concurrencer et favorisent la pénétration des marchés étrangers. La fragilité capitalistique qui en découle n’est pas un inconvénient si l’état crée de l’argent et l’injecte dans ces entreprises au fur et à mesure de leurs besoins.

        L’émission de monnaie que constituent les prêts aux entreprises peut alors constituer un outil de conquête des marchés. Dans cette hypothèse, ce qui paraîtrait comme un non-sens économique aux yeux d’investisseurs occidentaux constitue une arme de pénétration extrêmement efficace. Il semble en effet que la Chine peut se permettre de faire marcher la planche à billet afin d’injecter des capitaux dans des entreprises n’offrant aucune garantie de remboursement pour autant que ces entreprises contribuent directement ou indirectement aux excédents la balance commerciale. En cela, ces entreprises, même fragiles, répondent à la finalité du système. Sur la totalité de ces investissements, une part permettra l’émergence d’entreprises compétitives solidement installée sur ses marchés extérieurs. Ces opérations ne sont pas si éloignées des opérations de capital-risque que nous connaissons.

        Les conséquences inflationnistes de cette pratique sont très limitées. Si l’entreprise coule, l’argent injecté disparaît de la circulation ! Si l’entreprise réussit, les rentrées de devises qu’elle génère viendraient soutenir la monnaie. Cependant, la volonté des dirigeants chinois de maintenir artificiellement une parité yuan-dollar à un taux très faible rend illisibles les conséquences inflationnistes de l’usage de la planche à billet.

        L’augmentation récente de l’alimentation qu’évoque Agnès peut répondre à la nécessité d’accroître les revenus des paysans dont les prix de vente sont fixés par le gouvernement. L’incidence de l’augmentation des prix des loyers dans les zones franches sur les salaires ouvriers sera amortie par la part importante de la production hors zone franche. Sans compter que l’augmentation du coût des dortoirs où sont logés les ouvriers des zones franches qui pourrait en résulter reste bien marginale sur les coûts de revient. L’inflation des prix dans les zones franches ne présente pas de risque à moyen terme.

        La forte sous-évaluation du Yuan offre également une grande souplesse dans le contrôle de l’inflation. Tout au plus, nous serons amenés à réviser l’estimation de la décote artificielle de la monnaie chinoise. Les Etats-Unis estiment cette décote à 40%. Quelle que soit la précision de ce chiffre, son ordre de grandeur permet aux dirigeants chinois de continuer à créer de la monnaie sans crainte de sueurs froides le jour où ils devront adopter un taux de change réaliste. On ne peut éviter de penser qu’ils se conservent la possibilité de répondre à une demande d’augmentation des salaires par une émission de monnaie. L’art de la chinoiserie ne consiste-t-il pas à reprendre d’une main ce que l’on accorde de l’autre ?

        La quantité de monnaie circulant en Chine ne peut néanmoins s’affranchir de toutes conséquences économiques. La forte réévaluation du PNB effectuée récemment pourrait rendre compte d’une plus grande quantité de Yuan en circulation...

        Le double système chinois ne manque pas de paradoxes.


        • Gary Gaignon Gary Gaignon 30 avril 2006 18:51

          Messieurs,

          Entre crypto-économistes j’imagine que vous parlez le même genre de jargon qui vous maintient dans l’illusion de posséder une connaissance de la chose économique qui soit supérieure au vulgaire.

          Or dans toute discipline - les sciences humaines et sociales ne peuvent guère prétendre être quelque chose de plus au plan épistémologique -, ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

          Autrement dit, un discours qui se tient, c’est un discours que toute personne intelligente et cultivée peut comprendre tout naturellement.

          De toute façon, la vision libertarienne de la société que Le Québécois Libre véhicule, est si idéologique, si langue de bois d’extrême-droite, qu’elle est invalide par définition et par nature. C’est évident ici, c’est du charabia stupide et mensonger.

          Les libertariens, pourtant des ultramarginaux au Québec où il n’existe pratiquement que des partis de droite plus ou moins centristes (exception faite il y a peu du parti Québec solidaire), sont au libéralisme classique ce que les staliniens étaient aux socio-démocrates de centre-gauche.

          Les libertariens sont des ânes républicains plus bushiens que Bush lui-même. Il est semble-t-il devenu à la mode un peu partout, de flirter avec les extrêmismes. Il est vrai que la liberté d’auto-information est à ce prix.

          Mieux on connaît la vision du monde des libertariens, celle de la mondialisation sauvage que nous subissons présentement, plus l’on devient sourd à leurs chants de sirènes, mais à condition d’avoir pris la précaution, tel Ulysse, de s’attacher au mat avant de traverser ces eaux-là !

          L’ennuyeux, c’est que ça n’empêchera pas des esprits pourtant très supérieurs de tomber sour leurs charmes vénéneux. Songez à un Sartre qui fut assez aveugle ou naîf en son temps pour porter le flambeau du stalinisme alors que de simples faits de tous les jours auraient dû lui ouvrir les yeux ! Il aurait pu au moins entendre un Camus sur cette question !


          • folteir (---.---.206.160) 1er mai 2006 21:16

            j’ai du mal à vous suivre, je manque probablement de connaissance et de vocabulaire auriez vous la gentillesse de m’expliquer votre réaction elle me semble inréréssante mais je suis perdu merci de m’éclairer.


          • Prouve-le (---.---.250.142) 17 janvier 2007 12:34

            Pour ceux qui ont rien compris :

            ne vous emballez pas sur cette article, la création de monnaie en Chine c’est du bluff !

            - Le PIB Chinois Reel est le double que le PIB officiel ( le Yuan est sous évalué )
            - La croissance REEL en chine est TRES minorée, car la Chine veut rassurer sur sa Trésorerie court terme.

            Conclusion, Des incohérences majeures apparaissent, notamment celle de la Création monétaire, qui en REALITE n’est pas excessive, mais révélatrice !

            Salut :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès