Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Cinquante mille manifestants ça change le monde !

Cinquante mille manifestants ça change le monde !

Samedi 14 avril 2012, près de cinquante mille manifestants déterminés prenaient d’assaut les rues de Montréal ensoleillé. Le mouvement de grève étudiant ne faiblit pas, ses supporteurs et alliés ne décolèrent pas : Mouvement populaire contre la tarification des services publics, nombreux syndicats d’enseignants, associations de parents et de retraités de la génération des contestataires de naguère.

LE PRINTEMPS ÉTUDIANT

Samedi 14 avril 2012, près de cinquante mille manifestants déterminés prenaient d’assaut les rues de Montréal ensoleillé. Le mouvement de grève étudiant ne faiblit pas, ses supporteurs et alliés ne décolèrent pas : Mouvement populaire contre la tarification des services publics, nombreux syndicats d’enseignants, associations de parents et de retraités de la génération des contestataires de naguère – ceux qui ont fait reculer les différents gouvernements précédents – sont venus appuyer la vague de résistance présente, déterminée, que l’on ne peut qu’admirer. Les jeunes d’aujourd’hui affrontent courageusement l’appareil étatique répressif ligué contre eux dans une belle unanimité dévoyée (1).

Samedi matin, 14 avril, les journaux plastronnaient, complaisant pour leur ministre de l’Éducation menaçante : «  On ne cèdera pas à l’intimidation ! On ne négociera pas sous la pression !  ». Qui intimide qui, qui menace qui, madame la Ministre ? 

Depuis le début du mouvement de résistance étudiante, ce gouvernement accroit la menace de la police lourdement casquée, masquée, armée (matraques, bombes sonores, gaz lacrymogène, poivre de cayenne, révolver Teaser, cravaches, chevaux et chiens enragés). Les arrestations et les contraventions pleuvent contre les garçons et les filles (la semaine dernière, des manifestants ont reçu des contraventions de 500.00$), pendant que les universités multiplient les injonctions d’intimidation contre les grévistes. Au même moment le gouvernement force les institutions à dispenser les cours malgré la grève votée à forte majorité, et la Ministre de l’Éducation, ses recteurs et directeurs poltrons, grassement rémunérés, brandissent la menace d’annulation des sessions. Voilà que ce même gouvernement a l’outrecuidance de se poser en défenseur du droit et de la justice contre « l’intimidation » perpétrée par de méchantes adolescentes et des étudiantes infirmières déterminées mais nullement armées, ni intimidées !

Quelques insignifiants ont même lancé le mouvement de contestation contre l’expression « grève étudiante » allègrement adoubé par les hyènes hurlantes des médias bien-pensants, propriétés de trois grands monopoles milliardaires largement subventionnés : Gesca-Desmarais, Quebecor-Péladeau et Astral-Bell Média –. 

LE PIÈGE GROSSIER

La Ministre de l’ignorance désolante a tardé à afficher son poisson d’avril. Quinze jours de retard pour la fée du Complexe « G » avant de sortir un lapin de sa casquette d’estafette. Dimanche dernier, la voici qui propose une rencontre de pourparlers à une et une seule association étudiante (Fédération étudiante universitaire du Québec). Pourparlers fumeux, ridicules, inutiles, à propos d’une commission d’enquête à possiblement instituer sur la mauvaise gestion et les prévarications de ses recteurs d’universités apeurés, ses alliés surpayés.

La manœuvre est grossière, elle vise à isoler cette association (FEUQ) des deux autres organisations et du mouvement étudiant tout entier. Facile d’imaginer qu’une fois les « discussions préliminaires » et oiseuses entamées la Ministre exigera – de ceux qui sont à « discutailler » de l’éventuel mise sur pied d’une commission d’enquête avortée sur la mauvaise gestion des universités – qu’ils rentrent en classe pour témoigner de leur bonne volonté et saluer l’avancée de ces billevesées. Une fois le mouvement de grève brisé, les pourparlers « bonbons » se termineront en queue de poisson comme ils auront commencé. La prévarication et la mauvaise gestion ne se « négocient » pas dans les bureaux feutrés du Complexe « G ». Le scandale de la gestion universitaire est l’affaire du Ministère de la Justice et de la police, pas celle des étudiants témoins impuissants de ces malversations (2).

Du même souffle la Ministre a sorti un second lapin de son chaudron : pour avoir le droit de palabrer les leaders de l’association la CLASSÉ doivent préalablement se désolidariser de leurs partisans, les dénoncer et s’en dissocier, s’isolant eux-mêmes du mouvement militant (3). Évidemment, les leaders étudiants lucides et compétents ont retourné la Ministre à son chaudron et à ses potions : la résistance étudiante n’est pas à vendre ; ce n’est pas celui qui défend son droit à l’éducation – que nous leur avons légué – qui viole la loi populaire ; c’est à celle qui s’en prend au droit à l’enseignement universitaire pour les fils et les filles d’ouvriers de se justifier.  

TROIS ASSOCIATIONS, UNE SEULE REVENDICATION

Jusqu’à présent les trois associations étudiantes ont su manœuvrer avec circonspection et dextérité au milieu de cette échauffourée parsemée de coups fourrés assénés par ce gouvernement apeuré. Elles sont trois associations, unies, autour d’une seule revendication : LE GEL DES DROITS DE SCOLARITÉ POUR LE DROIT À L’UNIVERSITÉ, Tant qu’elles se retrouveront autour de ce slogan qui fait la quasi-unanimité parmi leurs commettants, elles demeureront unifiées. Tôt ou tard Charest devra céder devant cette revendication qui a de nouveau manifesté sa popularité samedi dans les rues de Montréal survoltée. 

Refuser la hausse des droits de scolarité, c’est s’opposer au rejet de la crise économique sur le dos des fils et des filles d’ouvriers, des employés de l’État et des enfants du peuple surtaxé, mais c’est surtout s’opposer à les voir expulsé de l’université, le véritable objectif que poursuit la troïka Charest-Bachand-Beauchamp, ainsi que les valets des multinationales qui réclament plus d’ouvriers mal payés au Nord du 49e parallèle, sur les terres des autochtones annexées pour le bradage de leurs ressources dilapidées. 

CHAREST LE PÈLERIN MALANDRIN

Complètement indifférent au sort de milliers d’étudiants, Charest le laquais poursuit son pèlerinage à Brasilia pour quémander l’aumône des impérialistes brésiliens qui se font prier pour piller les mines du Nord canadien. Ces brésiliens ont déjà tant à piller sur les terres expropriées aux indiens amazoniens que le bradage proposé des terres et des mines amérindiennes peut bien attendre, pensent les capitalistes brésiliens presque repus de tous ces biens à spolier, d’autant que la crise économique tarde à se résorber.

LA VÉRITABLE INTIMIDATION

Que dire de l’intimidation des entreprises multinationales – Aveos, Electrolux, Quebecor, Rio Tinto Alcan, SNC-Lavalin, Air Canada, entreprises pharmaceutiques, et du Gouvernement fédéral – qui intimident les travailleurs avec leurs avis de lock-out et leurs mises à pied par milliers de travailleurs et travailleuses qui n’ont que leur force de travail à offrir, pour vivre et survivre et pour payer leurs traites et leur loyer, ainsi que pour payer les droits de scolarité de leurs enfants déjà lourdement endettés, taxés et imposés (80 pour-cent des étudiants universitaires sont des employés exploités mal payés) –. 

La résistance étudiante persistante et sa colère montante, en réponse aux répressions et aux intimidations de l’appareil d’État et de ses amis des médias, agissent comme autant de révélateurs de l’obsolescence de ce gouvernement et de la déconnexion hallucinante de ces polichinelles enfermés dans leurs tours à bureaux altiers qui ne savent que s’agenouiller aux pieds des puissants qui les ont placés à ces postes de complicité pour les récompenser de leur duplicité.

Dans ces moments de lutte populaire les masques tombent devant le devoir de service sans réserve des porte-faix politiques de la classe capitaliste. Cette résistance étudiante devant l’injustice affiche avec évidence la servilité des « élus » envers les compagnies aux énormes profits. Elles montrent du doigt le rôle de la police, de la justice et des légistes qui, dans le système capitaliste, persistent à réprimer les fils d’ouvriers et leurs alliés et à concocter de nouvelles lois pour mieux imposer les dictats de la minorité possédante sur la majorité paupérisée.

Le mouvement étudiant et le combat exemplaire qu’il mène depuis dix semaines contre la hausse des frais de scolarité ET CONTRE L’EXPULSION DES UNIVERSITÉS constituent une expérience de lutte politique dont chacun doit s’enrichir pour l’avenir. Espérons que ce combat se poursuive avec la même unité et la même fermeté qu’auparavant, démontrant que c’est par la lutte dans la rue, la voie de la démocratie populaire directe, et non par celui du parlement discrédité, que le combat pour transformer ce monde décadent peut être engagé et remporté.

Ouvriers, travailleurs, professeurs, appuyons la résistance étudiante.

Saluons les étudiants du secondaire qui ont joint le mouvement étudiant.

Non à l’intimidation de l’appareil d’État. Soutenons leur mobilisation.

______________________________

(1) http://www.vigile.net/Pour-le-gel-des-droits-de

(2) http://www.ledevoir.com/societe/education/347526/greve-des-etudiants-un-petit-pas-de-line-beauchamp?utm_source=infolettre-&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

(3) http://www.bloquonslahausse.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Tall 18 avril 2012 11:13

    Intéressant ça .... Mai 68 a commencé de la même manière.

    Encore faut-il que le monde salarial dans son ensemble suive le mouvement.
    Et pour ça il faut se montrer déterminé ... au point de lever des barricades dans les rues.

    Car sans la détermination, pas de salut.

    • Scual 18 avril 2012 12:46

      Et pendant ce temps là en France les ultra-libéraux montrent l’exemple du Canada comme un eldorado où tout le monde est heureux grâce au libéralisme triomphant.

      Non pas vraiment, et même avec la manne des ressources minières et énergétique le libéralisme n’a pas rendu les gens heureux ou satisfaits.


      • spartacus spartacus 18 avril 2012 16:19
        Encore un énième post sans idées mis sur ordre du PCF sur Agoravox. Propagande..propagande....

        Vous avez bien fait de précisez ces chiffres, maintenant on va vérifier avec quel argent ils ont étés obtenus !

        Les manifs de Mélenchon sont organisée par la CGT, la FEN et le FSU. Les syndicats du monde protégé des régimes spéciaux.

        La mobilisation  a utilisé les « mises à disposition » de personnel des administrations et des grandes entreprises publiques. (*)

        La logistique a été payée par les subventions accordées sur les fonds de la formation, de la Sécurité sociale, de l’assurance-chômage, des handicapés, des assurances vieillesse complémentaires, du 1 % logement, subventions de l’Etat et des collectivités locales, et des participations des CE RATP, EDF, SNCF.(*)

        Dans les meetings pas d’ouvriers mais que des bénéficiaires de régimes spéciaux. Comme l’ensemble de ceux qui mettent des post sur Agoravox, profs syndiqués, adhérants CGT, fonctionnaires planqués.

        La démarche d’un syndicat qui présente un candidat à l’élection présidentielle et détourne de ses statuts et du social qu’il est censé représenter, est un vrai scandale ! 

        Si vous êtes à la SNCF, EDF, RATP, demandez un audit extérieur avec enquète des comptes et des factures des CE sur mars, avril, mai, juin, juillet et aout 2012. 
        Sénateurs députés, vérifiez les plaques des bus et retrouvez les donneurs d’ordre des déplacements, les factures des tracts, des locations en tout genre. Ensuite portez plainte et faites sanctionner les détournement de bien social des syndicats coupable d’avoir mélangé politique et syndicalisme.

        A 80 000€ la manif....il y a bien un tiers qui paye. C’est un trop gros « mensonge » et on vous prend pour des cons !


        (*) Les seules entreprises publiques rémunèrent « 30.000 à 40.000 » salariés mis à disposition des syndicats, la fonction publique en fournissant de son côté 14.000....

        (*) Pour leurs seules activités sociales et culturelles les syndicats d’EDFdépensent 186 millions d’euros par an, et ceux de la SNCF 93 millions, que les commandes des comités d’entreprise soient régulièrement passées, sans appel à la concurrence, à des fournisseurs « amis ».  Les comptes des comités d’entreprises ne sont pas certifiés par des commissaires aux comptes...

        (*) Les archives comptables du Comité d’entreprise de la SNCF ont été détruites par un incendie, juste avant le passage du rapporteur Perruchot...Va t-il y en avoir un autre ?

        • Robert Bibeau Robert Bibeau 18 avril 2012 16:46

          A celui qui souligne que l’on présente le CANADA comme un eldorado de bonheur grâce à ss richeses naturelles - son pétrole = sous forme de sable bitumineux etc, vous avez totalement raison... Le CANADA n’est un eldorado de bonheur que pour la classe capitaliste monopoliste richissime qui brade les ressources et le travail ouvrier aux impérialistes américains, chinois - indiens et brésiliens - pendant ce temps mises à pieds et crise des finances se succ ;edent pour le peuple - qui continuent à s’endetter ce qui masque pour un temps son état désespéré.

           

          Comme en Arabie saoudite tant qu’ils n’auront pas terminée de spolier les ressources nous pourrons surfer sur l’illusion de la propérité... mais du pétrole ce n’est pas renouvelable et les forets ils les rasent à la racine, et les mers ils les ont vidés, et les mines ils les sacagent alors bientôt l’immenses illusions prendra fin ou FAIM = pour le peuple canadien

           

           


          • Scual 18 avril 2012 17:35

            ... et les américains sont tellement pire, qu’ils en seraient presque à dire du Canada que c’est un pays communiste.

            C’est sur que ça doit pas non plus être simple d’avoir un voisin si encombrant.


          • spartacus spartacus 18 avril 2012 19:11
            Enfin voici la liste de tous les pays au monde ou il y a eu un PC au pouvoir....
            Chine, Cuba, Corée du Nord, Laos, Viêt-Nam, Albanie, Bulgarie, Cambodge, Hongrie, 
            Mongolie, Pologne, Roumanie, Allemagne de l’Est, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Union Soviétique...

            Ça fait rêver n’est ce pas ?

            la liste des pays ou le chômage est moindre :
            Singapour 2%, 

            Corée du Sud 3%, 

            Norvège 4%, 

            Suisse 4%, 

            Danemark 4%, 

            Hong Kong 4%, 

            Autriche 5%, 

            Japon 5%, 

            Australie 5%, 

            Taïwan 5%, 

            Pays Bas 6%, 

            Luxembourg 6%.


            Remarquons qu’il n’y a que des pays « libéraux ».....Ca donne à réfléchir ?


          • Scual 19 avril 2012 06:29

            Ne pas savoir tirer de leçons de l’histoire et ne rien comprendre au présent... oui ça fait réfléchir.

            En attendant il n’y a quasiment plus un seul PC au monde qui soit vraiment complètement collectiviste ou vissé au tout Etat qui a échoué... vous ne le saviez pas ?

            Les pays que vous citez sont de leur coté très intéressants. On y trouve le plus déprimé, le plus haut taux de suicide, une catastrophe nucléaire d’ampleur inégalée, des inégalités incroyables, des catastrophe démographiques, des taux de pauvreté malgré le travail supérieur à bien des pays... que vous avez citez dans la liste des pays qui ne font pas rêver.

            Au passage vous croyez que la Corée du sud fait rêver ? Taiwan ça vous fait rêver vous ? Hong-Kong c’est le rêve ? Moi j’appelle ça des cauchemars.

            Il faut que vous ouvriez les yeux le communisme aveugle totalitaire a échoué... et aujourd’hui on vit un échec d’au moins la même ampleur du capitalisme aveugle totalitaire. Ceux qui ont ouvert les yeux et ont évolué pour trouver une voie du milieu acceptable et capable de fonctionner, c’est les anciens communistes et socialiste... pas les escrocs qui se font appeler sociaux-démocrates à la Papandréou, mais la vraie gauche.

            Pour finir voici une petite liste, moi aussi je sais faire :

            Le Congo, le Tchad, le Nigeria, le Sierra Léone, le Libéria, le Ghana, les Philippines, le Gabon, le Mexique, Haiti, le Soudan, l’Arabie Saoudite, l’Irak, Le Pakistan, la Colombie, le Yemen, la Namibie, le Chili de Pinochet, l’Allemagne Nazie, les dictatures de Franco, des Colonels, de Salazar, l’Afrique du Sud de l’Apartheid... ça fait rêver le capitalisme pas vrai ?


          • Lou Lou 19 avril 2012 10:43
            Le coût d’un F-35 financerait la hausse des frais de scolarité au Québec pendant des années à venir
            par Michel Chossudovsky

            Au Canada, le gouvernement conservateur s’était engagé initialement à payer un total de 9 milliards de dollars pour le programme incluant 65 chasseurs F-35. Ce montant de 9 milliards constituait un camouflage politique. Le coût réel du programme, connu et documenté, était bien plus élevé. Dans son rapport présenté à la Chambre des communes (2 avril), le vérificateur général Michael Ferguson a confirmé que le coût du programme canadien du F-35 « pourrait atteindre 30 milliards sur une période de trente ans », à savoir, 462 millions de dollars par avion :
             
            Non à l’ économie guerrière de la classe politique canadienne, non aux militaires menteurs sur le budget défense, Non à l’ OTAN et ses médias mensonges !!!!!

            Carlin l’ humoriste politique américain parle d’ éducation ( sous titré en français )
            http://www.youtube.com/watch?v=ob3Xmu1hMMo&feature=related

             
             


            • spartacus spartacus 19 avril 2012 16:36

              Pour ma part j’ai une PME à Hong Kong, les gens sont souriants, croient en l’avenir et ont un pouvoir d’achat plutôt élevé.

              Pour la Corée je me déplace parfois à Séoul, c’est le Nord qui procure un climat anxiogène.

              Ces pays ont l’avantage d’offrir à leurs résidents un marché du travail ouvert et important.
              Pour l’Europe de l’est, ils ne reviendrons jamais au communisme, ils ont compris. 
              Vous sous trompez l’europe de l’est sui réussit est libérale, comme la Pologne.

              La liste que vous citez n’’est pas une liste de pays libéraux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès