• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Classements mondiaux et nouveaux indicateurs de bien-être : où se situe la (...)

Classements mondiaux et nouveaux indicateurs de bien-être : où se situe la France ?

Il est de ces chiffres flatteurs dont économistes et politiques aiment souvent à se targuer, avec d’ailleurs la complicité bienveillante d’une certaine presse toute acquise à leur cause, c’est par exemple cette place très enviée de 6ème puissance mondiale, en indice de PIB, permettant à la France de jouir d’une position -disons-le- assez favorable dans le concert des nations, à travers notamment sa présence dans les rassemblements réguliers dits des « pays riches », G8, ou même G20, quand ceux-ci veulent bien faire la fête…

A son statut privilégié de membre permanent historique du conseil de sécurité de l’ONU, sa présence dans le club non moins fermé des puissances nucléaires et son rôle de co-leader avec l’Allemagne de l’Union Européenne, nous pourrions ajouter une très belle première place de pays le plus visité au monde. Lorsqu’en plus l’on possède un président des plus beaux et des plus jeunes que peut assurément compter la planète, que pourrions-nous demander de plus ?

Peut-être une mise en perspective, et un approfondissement au sein duquel l’on découvrira que cette reluisante réalité peut-être envisagée d’une manière fort différente…

 

PIB en PPA et PIB/Hab, quelques précisions techniques

D'abord si on en croit le FMI et son classement de PIB en Parité de Pouvoir d' Achat, nous redescendrions déjà de 3 places pour nous révéler 9 ème et redonner leur juste place aux Inde, Brésil et Russie qui nous devanceraient donc dans le classement.

L’on pourrait s'amuser ensuite, pour effacer un certain effet trompe-l’œil, à diviser notre cher indice de PIB par notre nombre d’habitants afin de découvrir que finalement, nous nous retrouverions à une 34ème place peut-être plus méritée, qui demeure malgré tout honorable, même si il y a peut-être moins lieu de pavoiser.

Si l’on ajoute qu’aujourd’hui la mode du PIB, si en vogue pendant des décennies, semble quelque peu s’essouffler, notamment depuis qu’un certain d’Easterlin, avec son paradoxe, ait constaté que passé un seuil de développement, il n’y avait plus de lien entre richesse et perception de bien-être par les habitants -dommage, quelques uns auraient peut-être aimé nous y faire croire encore longtemps- l'on aura tôt fait d'utiliser de nouveaux paramètres, pour nous les hommes, qui aimons bien se mesurer les uns aux autres…

Alors les économistes se sont penchés sur la question : Qu’est-ce qui pouvait donc bien clocher ? Il ne suffirait donc pas d’être plus riche et développé que les autres pour être heureux ?

De là l’apparition de curieux indices, plus ou moins loufoques, prenant en compte d’autres critères pour affiner notre degré d’« évolution ».

 

BNB

Un des premiers fut le BNB, bonheur national brut, à ne pas confondre avec la Banque Nationale de Belgique, initié par le Bouthan dans les années 70, qui souhaitait montrer qu’il existait d’autres types de richesse que l’argent, qui n’est d’ailleurs pas souvent très propre et pas non plus très éthique, pour ceux qui ne le sauraient pas encore...

Ainsi,

croissance et développement économiques ;

conservation et promotion de la culture ;

sauvegarde de l'environnement et utilisation durable des ressources ;

bonne gouvernance responsable,

furent les premiers critères retenus et qui attirèrent par la suite l’attention des "chercheurs" internationaux.

 

BIB

Des canadiens créèrent ainsi en 1980 le Bonheur Intérieur Brut, une variante, qui semble moins utilisée aujourd'hui mais qui aurait montré que les français auraient atteints un pic de bonheur en 2001... On fait toujours des découvertes intéressantes en archéologie de nos jours...

 

IDH & Better Life Index

Le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) créera, lui aussi, dans les années 90, son IDH (indice de développement humain), ajoutant simplement au PIB de modestes variables de niveau et d’espérance de vie, et qui nous gratifiera aujourd’hui d’une honorable 21ème place... peut-être pas très éloignée du Better Life Index de l'OCDE(Organisation de coopération et développement économique), club restreint des amateurs de démocratie et d'économie de marché, qui nous offrira une bonne 17 ème place, mais sur seulement 35 pays concernés...

 

World Happiness Report

L’ONU, établira alors par la suite un nouveau classement mondial en fonction non seulement du PIB par habitant, mais aussi des soutiens sociaux, de l'espérance de vie, de la liberté sociale, de la générosité et de l'absence de corruption dans la population. Ce qui l’on s’en doute permettra de rebattre quelque peu les cartes. Ainsi le Rapport annuel sur le Bonheur 2017 fera descendre notre beau pays à une 31ème place, loin derrière nos voisins nordiques- on ne sait pas pourquoi- mais toujours très à l’aise avec les classements mondiaux.

 

Social Progress Index

L’union européenne, elle, pour allouer ses fonds au développement, aurait décidé il y a peu de se référer à un Social Progress Index qui inclut pas moins de 52 critères, de l'alimentation à la santé, de l'éducation aux taux de suicide, obésité, pollution ou environnement, jusqu'aux droits politiques. Pourrait-on penser que cela fait presque trop, mais avec une bonne 19ème place juste derrière les Etats Unis il semble que nous ne nous en sortions pas trop mal, même si nos amis Danois semblent toujours aussi distants, un jour peut-être, faudra-t-il aller leur parler…

 

Happy Planet Index

Des uluberlus se sont ensuite quant à eux penchés un peu plus sérieusement sur la question "environnementale", et ont élaboré un classement qui prend en compte l’espérance de vie, la perception du bien-être, l’empreinte écologique et les inégalités. Il est vrai que ce sujet de l'écologie avait été considéré au mieux comme une variable d'ajustement parmi d’autres dans certains indices mais au vu des problématiques de réchauffement climatique ou d’extinction des espèces actuelles qui nous tombent dessus, il se pourrait que ce classement, somme toute assez audacieux, notamment par rapport à la notion de « bien-être » perceptible, nous interpelle de plus en plus.

Ainsi le Happy Planet Index, comme il se fait nommer joyeusement, fait-il curieusement nettement reculer les pays les plus riches, même la Norvège et le Danemark si bons élèves d'ordinaire se voient contraints de quitter le haut du pavé (10ème et 32ème position) pour céder la place à un inattendu tiercé gagnant qui en fera tressauter probablement plus d’un, composé du Costa Rica, du Mexique, et de la Colombie, ces deux derniers états étant peu réputés pour leur faible taux de criminalité mais qui néanmoins voient leur population faire preuve d’un bel optimisme puisque la perception de bien-être de leurs habitants demeure très élevée, associée à une empreinte écologique modérée. De quoi nous poser des questions.... Vive l’Amérique centrale !

La France, dans ce classement, se voit chuter à une 44ème place, en raison de son empreinte écologique, considérée comme très mauvaise, et que ne rattraperont pas nos autres bonnes statistiques, telles notre espérance de vie honorable ou notre souci traditionnel à l’égard des inégalités qui fera grogner d'ailleurs tous ceux qui nous reprocheraient d'être les champions en matière d'imposition.

A noter une incroyable contre-performance du Luxembourg (139ème place sur 140), qui malgré de très bonnes dispositions générales se voit être plombé par une empreinte écologique désastreuse, comme quoi il ne fait pas toujours bon vivre de nos jours dans un paradis fiscal…

Global Footprint Network

Si l’on se référait à la seule question environnementale pour réévaluer l’ordre mondial, il faudrait probablement inverser peu ou prou le classement du PIB/hab. Selon le Global Footprint Network, les Français ne chuteraient pas au niveau dramatique des pays du Golfe, du Luxembourg ou des Etats-Unis certes, grâce notamment à leur industrie nucléaire(il faut dire, non prise en compte dans l’empreinte écologique), qui leur permet d’économiser un peu de carbone, mais elle ferait assurément partie du dernier quart du classement, avec une empreinte deux fois et demi trop grande, ce qui est somme toute loin d’être un exemple, pour un pays qui a récemment initié en grande pompe les Accords de Paris sur le climat.

 

Taux de Chômage

Pour nous remonter le moral, nous ne pourrons malheureusement pas compter sur notre taux de chômage qui préoccupe tant d'électeurs et de politiques (probablement à juste titre) mais qui là aussi nous place parmi les mauvais élèves de la planète. Sur 109 pays étudiés, nous nous retrouverions à une 68ème place. Pas de quoi sauter là non plus au plafond et donner des leçons de bonne gouvernance économique aux pays en mal de "développement". 

 

Endettement

D'autant plus que notre peu enviable position de 19ème pays le plus endetté au monde (100% sur PIB), même si encore loin derrière le Japon et ses 235%, le Zimbabwe (205%) ou la Grèce (181%), devenue elle peu fréquentable, ne nous redorera pas non plus le blason.

 

Corruption & Transparence financière

Alors reviendrons-nous peut-être aux fondamentaux. Liberté, égalité, fraternité, après tout, c’est vrai que l’on a du mal à s’en défaire, puisque selon l’Index de Perception de la Corruption de Transparency International nous ferions meilleure figure, avec une « honnête » 23ème place (score 69%). Avec nos problèmes de reculade sur les questions de casier judiciaire vierge dans la loi de moralisation de la vie politique nous aurons malgré tout peut-être un peu de mal à remonter un peu. Et les petites danoises et leur 90% d’intégrité nous resteront tristement inaccessibles...

Nous ne pourrons malheureusement pas rehausser notre jeu par d’autres biais, si l’on en croit le Financial Secrecy Index (FSI), qui entre l’Île de Man et La Russie, nous classerait au 31ème rang des pays les plus opaques dans le monde. Dommage pour notre ami Nicolas Hulot qui se voulait pionnier en matière de "Finance Verte". Il est à penser que le maintien récent par les députés du "Verrou de Bercy" ne plaidera pas non plus en notre faveur. Liberté, égalité, probité vous avez dit ?

 

Indice de démocratie

Ce n'est donc peut-être pas pour rien que l'Indice de Démocratie anglais nous qualifiera de démocratie "imparfaite", au 24ème rang mondial seulement. Oui, peut mieux faire. Peut-être l'occasion encore une fois, d'aller passer ses vacances en Scandinavie et pourquoi pas en apprendre un peu sur le thème de la paix dans le monde ?

 

Global Peace Index

Augmentons alors notre champ de vision, et respirons un grand bol d’air frais. La France, pays promoteur de la paix dans le monde ? Là non plus (on s’en doutera un peu), selon l’Index Global de Paix 2017, avec notre laborieuse 51ème place, Islande ou Nouvelle Zélande, pays en pointe, nous semblerons des destinations par trop lointaines et exotiques. Avec plus d’une vingtaine d’indicateurs, focalisés sur les questions de violence, de guerre et de sécurité, cet index, qui se veut assez exhaustif sur la question, nous fera pêcher (malgré souvent de bonnes notes) surtout au niveau de notre politique extérieure, jugée très belliciste, si l’on en croit notre 5ème rang en terme de participation à des conflits dans le monde, de nos ventes d’armes qui nous amènent au 8ème rang des pays exportateurs, de notre possession d’armes lourdes et nucléaires qui là aussi nous handicape fortement, et sur la question du terrorisme, qui nous classe à un niveau orange, jugé très moyen.

Les défenseurs de la nucléocratie et d’un certain "équilibre par la terreur", auront par ailleurs peut-être un peu de mal à s'appuyer sur un hypothétique pacifisme des pays possesseurs de la bombe atomique, tout du moins si l’on se réfère à la géopolitique et aux pratiques intérieures historiques des USA, de la Russie ou de la Chine pour ne citer que les plus importants. (Viet Nam, guerres en Irak et Afghanistan, Tchétchénie pour la russie, Tibet pour la Chine, Guantanamo et autres camps américains, goulags russes et laogaïs chinois...). On rappellera que l'épisode de la crise des missiles de Cuba durant le guerre froide avait failli tous nous précipiter dans une guerre nucléaire...

Chacun pourra donc se faire son opinion, au regard de tous ces indicateurs, même si normatifs, limités et imparfaits, sur les véritables performances de la France dans le concert des nations. Il nous feront aussi nous interroger toujours plus sur la notion de "développement", et sur les bases sur lesquelles nous organisons nos institutions ainsi que la gouvernance de l'ONU et autres intergouvernementalités, que beaucoup souhaiteraient rendre plus transparentes, efficientes et démocratiques, et moins basées sur la trop facile loi du plus fort ou du "j'y suis j'y reste". La France, qui se voudrait lumière, et qui dispose d'une voix toujours respectée, semblerait par ailleurs s'égarer de par certains aspects dans des ombres qu'il serait dangereux de ne pas mettre à jour. Que signifie-t-il encore, au delà des beaux discours, de faire partie des plus grandes "puissances", si celles-ci ne concourent pas sans ambiguité à la promotion de la paix et à la durabilité du monde ?

Réserves de devises et d'or, diminuées de leur dette extérieure totale (publique et privée), d'après les données de 2010 du CIA Factbook. (source wikipédia)


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 2 août 09:55

    C’est qui la France ? je vais consulter Wikipédia pour voir .....


    • Alren Alren 7 août 19:10

      @zygzornifle
      C’est qui la France ?

      La France est une chose bien complexe comme tous les pays d’ailleurs.

      Et les statistiques comme le PIB qui comptabilisent en production les réparations consécutives à un accident par exemple m’ont toujours paru sans grande valeur.
      Pas plus que le QI ne mesure la complexité de ce qu’on appelle l’intelligence.

      Et les Anglo-saxons depuis leur défaite lors de la guerre de Cent ans ont toujours cultivé une sourde hostilité à notre pays même si elle fut masquée lors des deux guerres mondiales quand combattre l’Allemagne fut devenu une priorité.
      Il n’y a pas que pour le PIB que ce dénigrement existe, c’est aussi le cas pour le classement PISA des universités.

      En tout cas, ayant connu la vie au Québec et en trouvant sympathiques la plupart des personnes que j’y ai rencontrées, je ne pourrais pas y vivre définitivement. Il me manque la laïcité française et la critique du capitalisme qui paraît là-bas aller de soi.

      Je ne connais pas le Bonheur Intérieur Brut des Indiens ou des Russes mais quelque chose me dit qu’il ne doit pas souvent être supérieur au mien.


    • Daniel Roux Daniel Roux 2 août 15:44

      Un article qui a dû demander beaucoup de travail à son auteur en recherche statistique.

      Chapeau !

      Peut-être une statistique sur la question suivante :

      Dans quel pays aimeriez-vous vivre ?

      Une remarque sur le chômage : Les statistiques sur ce sujet important, sont peu fiables, tellement elles sont saucissonnées et fondée sur des bases douteuses.

      J’ai effectué une recherche rapide à propos d’un autre article. Si l’on se réfère aux taux d’emplois des actifs, la France est 24ème, loin devant la 68ème place que vous lui attribuez.

      https://data.oecd.org/fr/emp/taux-d-emploi-par-groupe-d-age.htm#indicator-chart

      Retenir la tranche 24-54 ans est préférable à celle plus large des 15-64 ans, utilisé généralement mais inadapté à la France. Elle permet d’éviter les biais statistiques dû aux différence de pratiques sociales entre les pays.

      En France, la scolarité est obligatoire jusqu’à 16 ans et la retraite se prend en moyenne à 62 ans.


      • Elixir Elixir 2 août 16:13

        @Daniel Roux

        Pour le chômage c’est une bonne remarque, je suis allé voir sur votre lien mais il s’agit du classement de l’OCDE qui ne prend en compte qu’une 30aine de pays riches.
        Pour la question des tranches d’âge effectivement c’est une variable dont on peut discuter.

        Je sais que tous ces indicateurs sont plus ou moins parfaits et précis, je l’ai d’ailleurs indiqué dans ma conclusion. 
        Personnellement j’aime beaucoup la France, je trouve que c’est un très beau pays, notamment du point de vue géographique et de la protection sociale, mais je pense qu’il y a beaucoup de choses sur lesquelles on peut s’améliorer et j’en ai un peu marre des discours suffisants et arrogants selon lesquels on serait à la pointe de la civilisation...

        A la question « Dans quel pays aimeriez-vous vivre ? » 
        ce serait intéressant de voir la réponse des gens. étant donné leur taux de chauvinisme peut-être que beaucoup répondraient leur propre pays.

        Perso il y a beaucoup d’endroits au monde dans lesquels je voudrais vivre. Surtout là où on respecte la nature et les hommes. Et apparemment çà existe.

      • Bracam Bracam 2 août 19:10

        @Daniel Roux
        Un article documenté, qui m’intéresse d’autant plus sans doute que je penche dans le sens de la critique que fait Elixir de la satisfaction indue que nous éprouvons ici sur nos qualités quasi extrinsèques en matière de démocratie, de bien-être, de justice etc. Que d’autres individus fonctionnent avec la même orgueilleuse satisfaction ailleurs sur la planète ne réduit en rien l’analyse que nous devons faire de nos insuffisances arrogantes. 


        Il y aurait, à mon avis, un indice de la souffrance individuelle et en particulier au travail dont j’aimerais bien lire les chiffres, qui tiendraient compte si possible d’un minimum de degré d’humanité exigible de toute société. Une notion sans doute indéfinissable, trop variable peut-être en fonction de l’époque et du contexte de guerres, chômage, corruption qui sont de nature, en très peu de temps, de ramener des gens civilisés à une banale économie de survie dans laquelle les « états d’âme » n’ont plus aucune place. On considère d’ailleurs qu’en ce moment en Europe (et probablement ailleurs quelle qu’en soit la forme), la tendance au sauve qui peut et au tout pour ma gueule font des ravages. Soit, il paraît que dans le même temps se développent des réseaux associatifs, participatifs, des économies locales solidaires et écologiques. Fort bien.

        Mais voilà, je voulais dire également que soit, on devrait admettre, en ce qui concerne la tranche d’âge concernée par le chômage, qu’elle ne débute plus à 15 ans mais plutôt vers 23 ans, période qui semble reconnue comme étant celle de l’entrée dans la vie active. Je note à cet égard qu’il doit exister une part non négligeable de personnes formées mais disqualifiées en tant que travailleurs car exploitées durant plusieurs années à titre de stagiaires et autres modes pseudo formatifs peu ou non rémunérés. On doit également s’intéresser à l’existence des travailleurs pauvres, à la montée des « jobs à un euro », à la violence faite au travail.

        En conséquence, ceci tenant à cela bien évidemment, il devient impossible de cotiser raisonnablement pour sa lointaine retraite dès sa majorité (pour prendre une référence imaginable). Les exigences concernant la durée de cotisation sont elles appelées à augmenter, on ne sait jusqu’où, quand bien même le volume de travail à se partager semble de nature à se réduire drastiquement. Et si pour bâtir désormais les bases d’une retraite qui ne soit pas en dessous du seuil de pauvreté il devient obligatoire de constituer un capital prétendument de nature à dispenser une rente à l’horizon situé à plus de quarante années, autant dire que la colonisation de Mars ressemble, par comparaison, au défi de la réalisation d’un giratoire urbain.

        Concluons donc par la constatation que si l’âge statistique d’entrée dans la vie active peut ou doit être déplacé vers 23 ans, celui de la retraite effectivement possible d’un point de vue matériel est reporté d’autant ou de plus, donc certainement au-delà de 62 ans. Pour en revenir à l’indice de souffrance que j’évoquais, on doit également se demander à quel degré d’épuisement en arrivent ceux qui, selon cette « moyenne » statistique de retraite à 62 ans, parviennent ainsi à cette échéance, et quelle vie leur est alors réservée. C’est une chose de prendre sa retraite, mais une autre de la plus haute importance que de pouvoir jouir des années de fin de vie, dans un contexte actuel où, dans nos pays dits civilisés, la durée de vie en bonne santé semble reculer. Et bien évidemment, nous savons, je veux le croire, que passé 45 ans, conserver son travail devient un exercice très complexe, et retrouver un emploi pire encore.

      • Daniel Roux Daniel Roux 2 août 19:32

        @ Elixir et Bracam

        Personne ne représente tout le monde, d’où l’intérêt de sondages.

        Je posais cette question, car la Norvège et d’autres pays nordiques sont régulièrement bien classés à l’international, mais perso, quelques soient leurs qualités et les défauts de la France, je n’irais pas y vivre. Brrrr...

        Irrémédiable réfractaire à la langue anglaise, j’ai renoncé également à la Nouvelle Zélande.

        L’Italie m’attirait, la cuisine, la langue facile à apprendre, le climat mais des tremblements de terre et une classe politique et une mafia pires que les nôtres.

        Les paradis fiscaux sous les tropiques sont alléchants mais il y a trop de requins dans leurs eaux.

        Je suis donc resté en France.

        Concernant la retraite à 62 ans, c’est pareil, les paramètres sont multiples et chaque cas est différent. Certains sont usés à 45 ans s’ils ont travaillé sur des postes épuisants, dans des conditions défavorables, en 3x8 ou constamment harcelés, d’autres sont en pleine forme et vont nous faire de magnifiques centenaires.

        S’il y avait une justice, et notamment sociale, cela se saurait.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 août 20:34

        @Elixir
        Bonjour, merci pour ce travail de recherche ! Vous ne semblez pas être au clair sur le lien entre impôts et protection sociale ... Oui, les Français payent beaucoup d’impôts et reçoivent en retour un 2e salaire sous forme de gratuité + des aides sociales de toutes sortes.


        Ils se fichent bien de savoir si les autres pays font autrement, ce système de solidarité nationale leur convient. Au grand dam du MEDEF, de Bruxelles et de Macron qui vont mettre de l’ordre dans « ce socialisme participatif » d’un autre temps. Cf Pénicaud, notre spécialiste des stocks options !

        La France a un modèle social qui redistribue 50% de la richesse nationale.
        A travers les impôts. C’est la principale différence entre la Révolution française et américaine. Les Américains ont fait leur révolution pour ne pas payer d’impôts à sa Gracieuse Majesté, la Couronne britannique. Ils ne veulent toujours pas en payer, c’est « chacun pour sa pomme ».

        Les Français ont fait la Révolution pour que tout le monde paye des impôts, « selon ses moyens », y compris la noblesse et le clergé. Car l’ Etat français a 800 ans, et que c’est lui qui a créé les services publics, qu’il faut donc financer.

        Le problème ne vient donc pas des impôts, il y a consensus sur la question, mais qui ne paye pas les impôts qu’il devrait à la solidarité nationale, et creuse le vilain déficit du budget national ... ?? Au hasard, ceux qui bénéficient de niches fiscales, de paradis fiscaux, de cadeaux fiscaux qui devraient créer des emplois, et n’en créent aucun, toussa, toussa ...

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 août 07:24

        @Fifi Brind_acier

        « un modèle social qui redistribue 50% de la recherche nationale »

        Il suffit d’avoir participé à la vie des collectivités pour savoir que cette redistribution n’est pas plus équitable que l’accumulation de ces richesses par 1% de la population. Toutes les remarques de l’auteur de l’article pourraient s’appliquer à cette redistribution qui sert de plus en plus à financer des circuits et réseaux de retour à l’envoyeur et de moins en moins à assurer le fonctionnement des services publics (les aides publiques devenant de plus en plus une aumône : la « charité » chère aux chrétiens encore majoritaires).

        Critiquer des statistiques conçues pour démontrer une réalité qui arrange le concepteur en utilisant d’autres statistiques sorties d’un chapeau n’est ni une marque d’honnêteté intellectuelle ni un argument de démonstration.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 18:12

        @Jeussey de Sourcesûre
        Je ne parle pas des Collectivités locales. Je parle des grands services publics : les études gratuites, la Sécurité sociale, les retraites par répartition, les allocations familiales, les équipements sportifs publics, les logements sociaux, les bourses d’études, la politique familiale etc
        Vous vous en rendrez compte quand tout cela sera payant.


        Les études sont payantes dans plusieurs pays, comme les USA, où certains retraités n’ont pas fini de rembourser leurs prêts étudiants, ou l’ Obamacare qui est une arnaque au profit des Mutuelles privées.

      • mmbbb 6 août 11:33

        @Elixir je vais vous repondre j aimerai vivre dans un pays de l europe du nord. Les habitants de ce pays manquent de civilite « Personnellement j’aime beaucoup la France, je trouve que c’est un très beau pays, notamment du point de vue géographique » Mais les Francais ne prennent pas soin de leur pays , ce pays est devenu sale


      • Jeekes Jeekes 2 août 16:54

        un président des plus beaux et des plus jeunes que peut assurément compter la planète,
         
        Amoureux ?
         
        que pourrions-nous demander de plus ?
         
        Une p’tite pipe ?
         


        • HELIOS HELIOS 2 août 17:04

          moi, j’aimerai vivre dans un pays respectueux de lui-même !


          Un pays, par exemple, ou le systeme politique respecte sa propre constitution, c’est dire qu’un député elu soit le député de TOUS les français et non pas le député de ses electeurs conformémént a l’esprit de l’article 27 qui interdit le « mandat impératif » obligeant le député a agir pour une fraction de français, fut-elle majoritaire. (regardez ce qui se passe quand on parle de violence)

          J’aimerai que ce qui ne dépend pas de la loi, c’est a dire du reglement -ecrit et pratiqué par des fonctionnaires- soit soumis a une forme de contrôle citoyen pour qu’on ne retrouve pas demain dans une dictature parlementaire avec des contraintes incontestables tout aussi mortifère qu’une vraie dictature. (regardez la probable soustraction de 5 euros aux plus pauvres et probablement plus par effet de seuil, alors que l’ISF supprime de son assiete tout ce qui est patrimoine financier)

          J’aimerai aussi et surtout que les autoritées, elues ou nommées aient exclusivement a se soumettre à la seule autorité qui les controle : le peuple français,... comme cela est indiqué aussi dans les articles 2, 3 et 4  (regardez, par exemple, le changement du controle technique qui va nous etre imposé par l’europe pour nos voitures)

          enfin, au dela de tout amalgame, la France est la France, c’est a dire qu’elle n’est pas une extension d’on ne sait quel pays, quel peuple ou quel systeme et que rien ne lui impose toute forme de soumission dont ce qu’on appelle le « vivre ensemble » qui n’est qu’une acceptation insupportable de immixtion de civilisation, cultures, personnes et/ou organisations sociales qui lui sont incompatibles et imposées par notre propre tolerance. (l’exemple le plus flagrant est la suppression du cochon dans de nombreuses ecoles et surtout, la réecriture de l’histoire pour « respecter » lisez ici « se soumettre » a d’autres systemes sociaux ou bien a notre action historique)

          J’aime la France, j’aime mon pays, mais j’ai du mal a le reconnaitre au quotidien. 
          OK, je vieilli, mais ce n’est pas une raison suffisante. Ceux qui abandonnent leurs valeurs au bord de la route n’iront pas bien loin, ils seront absorbés irremediablement.... et alors, me direz vous ? 2000 ans d’histoire c’est périmé ?

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 août 20:39

            @HELIOS
            Vous ne risquez pas d’avoir un contrôle citoyen sur les lois en restant dans l’ UE !

             C’est la Commission européenne + les lobbies qui rédigent 80% des lois qui s’appliquent en France.


          • mmbbb 6 août 11:38

            @HELIOS « Vivre ensemble » un concept a la con de notre elite pour nous faire avaler le projet de l immigration Je pense que les francais sont des veaux , hypocrite ont l art de manier des beaux concepts mais ne veulent pas appliquer a eux memes ce qu ils promeuvent si genereusement. . Je n aime guere « mon pays » qui de plus en plus devient une auberge espagnole .


          • nono le simplet nono le simplet 2 août 17:18

            bel article !

            par contre, à la question : quel est le pays où l’on râle le plus ? je pense que la France serait dans les premiers voire la première smiley

            • Croa Croa 2 août 23:19

              À nono le simplet
              En France on râle beaucoup en effet mais on ne se révolte pas vraiment. Au fond ce critère ne signifie rien.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 06:32

              @Croa
              Les syndicats veillent au grain ! Ils sont financés par Bruxelles pour maintenir la paix sociale. Ils ont signé, en échange de financements, un machin qui s’appelle « Un contrat social pour l’ Europe » . Ils vous baladeront en septembre dans les rues, pour faire baisser la pression de la cocotte minute, et pi c’est tout !


              S’ils étaient vraiment engagés dans la défense des travailleurs :
              1- Ils expliqueraient les GOPé et l’origine européenne de la politique de Macron.

              2- Ils auraient fait comme le Syndicat des Transports britanniques, qui a appelé au Brexit.

              3- Ils auraient appelé au Frexit et à voter pour Asselineau !


            • arthes arthes 3 août 09:01

              @nono le simplet

              Bien vu, disons meme qu en ce domaine :« on est les champions, on est les champions, on est on est on est les champions » !!!

              Bon, il nous reste ce trait de caractere typiquement francais, cool, et faut pas en etre complexes, c est peut etre ce qui nous sauve de l abrutissement total , un sorte de sursaut salvateur, dicte par une« rage de vivre » qui sourd encore un petit peu.


            • Fergus Fergus 3 août 11:20

              Bonjour, Croa

              « En France on râle beaucoup en effet mais on ne se révolte pas vraiment. Au fond ce critère ne signifie rien. »

              100 % d’accord avec vous sur ce point. Et cela, les pouvoirs exécutifs successifs l’ont bien compris, et c’est pourquoi ils en usent et en abusent depuis 10 ans, en sachant qu’ils ne seront confrontés qu’à l’écume du mécontentement (je ne parle même pas de colère tant elle est circonscrite à une minorité de citoyens).


            • foufouille foufouille 2 août 17:43

              bon article assez drôle.
              "

              Social Progress Index

              L’union européenne, elle, pour allouer ses fonds au développement, aurait décidé il y a peu de se référer à un Social Progress Index qui inclut pas moins de 52 critères, de l’alimentation à la santé, de l’éducation aux taux de suicide, obésité, pollution ou environnement, jusqu’aux droits politiques. Pourrait-on penser que cela fait presque trop, mais avec une bonne 19ème place juste derrière les Etats Unis il semble que nous ne nous en sortions pas trop mal, même si nos amis Danois semblent toujours aussi distants, un jour peut-être, faudra-t-il aller leur parler…"

              celui ci est un peu bizarre car la zunie a 20% de bénéficiaires de food stamps.

              certainement un classement libéral.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 août 20:05

                La France est championne dans le tourisme. Normal, les bons soins de l’ Union européenne ont détruit son industrie et son agriculture, il ne reste que le tourisme... Et encore, parce que les maîtres du monde n’ont pas encore trouvé le moyen de déplacer à Las Vegas, les paysages, le château de Chambord, la Provence et les calanques...


                Dans le classement des Nations Unies, 3 des 4 pays les plus heureux du monde, sont européens, mais hors de l’ Union européenne : l’ Islande, la Norvège et la Suisse.

                • HELIOS HELIOS 3 août 01:01

                  @Fifi Brind_acier

                  cela s’appelle « le contraste », surement !

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 06:35

                  @VendeeMilitaire
                  Je n’ai jamais dit que le tourisme était la solution. Si vous voulez sauver les emplois industriels et l’agriculture familiale française, alors il faut sortir de l’ UE & de l’euro.


                • Fergus Fergus 3 août 11:30

                  Bonjour, Fifi Brind_acier

                  « Normal, les bons soins de l’ Union européenne ont détruit son industrie »

                  Vos conclusions sont totalement fallacieuses :

                  - D’une part, la France n’est pas championne du tourisme, mais du transit de touristes à destination d’autres pays (près d’un tiers des personnes comptabilisées ne passe qu’une nuit sur le sol français).

                  - D’autre part, l’Italie - très bien classée en matière de séjours touristiques - est également la 2e puissance industrielle européenne.

                  Quant à vos incessantes références à l’Islande, la Norvège et la Suisse, vous oubliez car cela n’arrange évidemment pas votre argumentation que ce sont - au moins pour les 2 dernières) les nations les plus riches du continent, et cela depuis belle lurette !


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 18:26

                  @Fergus
                  L’Italie a appliqué l’équivalent des lois Hartz, ( Loi Travail- flexibilité etc ) , les salariés italiens sont vachement contents ! « Italie - Pauvreté absolue, un nouveau record ! »


                  Du coup, ils sont devenus très anti européens !
                  « Italie - UE- euro pour qui sonne le glas ? »

                • sls0 sls0 2 août 20:07

                  Je réside dans un pays à moins de 10 000$ par habitant, le système social est naissant.

                  Je fais 200m dehors de chez moi et j’ai 10 à 30 sourires.
                  Un jour que je discutais avec une jeune femme sur le rapport de l’argent et le bonheur je l’ai enmené place de Paris à Luxembourg, plein de terrasse c’est agréable comme endroit.
                  Je lui ai demander de chronométrer pour le premier sourire.
                  37 minutes, la dame était franchement bronzée, pas très locale. Il y a des endroits où la phrase l’argent ne fait pas le bonheur est justifiée.
                  Ils ont confiance en l’avenir chez moi, les besoins sont plus simples c’est tout.
                  Nota : J’ai vécu 10 ans à 3 km du Luxembourg, j’étais sûr de mon coup pour l’histoire du sourire.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 06:38

                    @sls0
                    Les Français ne sont sûrement pas les plus souriants dans la rue, mais ils aiment faire la fête et recevoir la famille et les copains, ils sont beaucoup plus souriants en privé qu’en public.


                  • gaijin gaijin 3 août 11:08

                    @sls0
                    oui ++ le test du sourire est un bon indicateur
                    comme est un bon indicateur la consommation de psychotropes ( qu’ils soient légaux ou pas ........)


                  • Pyrathome Pyrathome 3 août 13:48

                    @gaijin
                     
                     le test du sourire est un bon indicateur 

                    comme est un bon indicateur la consommation de psychotropes ( qu’ils soient légaux ou pas ........)

                    Bonjour,
                    Lol ! Vous remarquerez que ceux qui sont légaux sont les plus « zombifiants »....alcool, antidépresseurs..etc
                    Imposons la cigarette qui fait rire alors ?? 
                    Allez donc à la Jamaïque chez les rastas, ils rigolent tous là bas et ils n’ont pas un rond !!.... smiley smiley


                  • mmbbb 7 août 10:11

                    @sls0 et oui Coluche le disait «  l argent ne rend pas les pauvres heureux » . En France si vous n avez pas d ’argent vous êtes mal c’est aussi simple .Vous êtes soit a la rue ou soit vous vivez dans des quartiers périphériques avec la faune . Déjà Rabelais disait " sans argent douleur sans pareille ) . Quoi qu il en soit je decline tout don lorsque les ONG a Lyon ( harcelement ) CARE OMS etc etc me contacte Quant a votre exemple vous prenez le Luxembourg ce n est peut etre pas le lieu le plus pertinent .


                  • alinea alinea 2 août 23:22

                    y a-t-il eu des études parallèles sur les peuples, car enfin, un pays, c’est aussi un peuple.
                    Une échelle de un à dix qui mesurerait la docilité, la soumission, l’obéissance, la discipline mais la créativité, l’imagination,etc.
                    Et la connerie ? celle par exemple de ne pas savoir voir ceux qu’on élit ? la capacité à se laisser berner ?
                    Y a-t-il eu une étude sur la propagande, quantité, qualité, plutôt flatterie, plutôt foutage de gueule ?
                    la quantité de mensonges proférés par la presse ? Les hommes politiques ? Celle des promesses faites avant élections ?
                    Enfin toutes choses qu’il serait infiniment intéressant de connaître pour savoir quelle genre de qualité de connerie il faut avoir pour être le plus heureux ?


                    • ZenZoe ZenZoe 3 août 14:22

                      Plus que les chiffres, le bien-être je crois est une question de « ressenti ».
                      J’ai vécu ailleurs qu’en France, et certains pays ne sont pas mieux lotis que la France, moins bien même, mais les gens y sont plus heureux.
                      A quoi ça tient je ne sais pas, les liens familiaux ou sociaux peut-être, le sentiment d’être à sa place, toutes ces choses qu’on ne peut pas mesurer.


                      • BA 4 août 07:35

                        Où iront les réfugiés climatiques ?

                        Où iront les réfugiés climatiques de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, de toute l’Asie du Sud ?

                        Le XXIe siècle sera le siècle des très grandes migrations.

                        Lisez cet article :

                        L’Asie du Sud pourrait devenir inhabitable d’ici à 2100, selon une étude.

                        Les auteurs ont constaté que sans réduction des émissions de dioxyde de carbone, les températures médianes de chaleur humide approcheront en été les 35 °C.

                        Le réchauffement climatique menace plus que jamais la planète. Ainsi, les températures extrêmes risquent de rendre l’Asie du Sud – où vit un cinquième de l’humanité – inhabitable d’ici à la fin du siècle si rien n’est fait pour réduire les gaz à effet de serre, selon une étude publiée mercredi 2 août.

                        « L’augmentation des températures et de l’humidité en été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l’organisme humain à survivre sans protection », ont déterminé ces chercheurs, dont les travaux paraissent dans la revue Science Advances.

                        « Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d’ici seulement quelques décennies dans des régions d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l’Indus et du Gange, d’importantes régions de production agricole », préviennent également ces scientifiques.

                        Plus de 35 °C

                        Si de nombreuses études concernant l’Asie du Sud ont déjà établi un lien entre le changement climatique et son impact sur la santé humaine, c’est la première fois, selon ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l’université Loyola Marymount à Los Angeles, qu’une prévision concerne la « chaleur humide » étouffante et ses effets sur la capacité de l’organisme humain à s’y adapter.

                        De récentes études montrent d’ailleurs que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d’une combinaison de température et du niveau d’humidité.

                        Les auteurs ont, ainsi, constaté que sans réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2), les températures médianes de chaleur humide approcheront en été les 35 °C dans la plus grande partie de l’Asie du Sud d’ici à la fin du siècle, soit un seuil au-delà duquel l’organisme humain peut avoir les plus grandes difficultés de survie. Dans quelques endroits la chaleur pourrait même excéder les 35 °C.

                        « Nous espérons qu’il sera possible d’éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du Sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique », tente de relativiser Elfatih Eltahir, professeur d’ingénierie environnementale au MIT, l’un des principaux auteurs de l’étude, selon qui « ce n’est pas un scénario inévitable ».

                        En 2015, la cinquième vague de chaleur la plus mortelle de l’histoire avait frappé une grande partie de l’Inde et du Pakistan et provoqué la mort d’environ 3 500 personnes.

                        http://www.lemonde.fr/climat/article/2017/08/02/une-chaleur-humide-extreme-pourrait-rendre-l-asie-du-sud-inhabitable-d-ici-a-2100-selon-une-etude_5168016_1652612.html


                        • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 08:24

                          @BA. Li Monde ? Pipeau ! Pipeau ! Pipeau !


                        • Alainet Alainet 4 août 08:51

                          - Je viens juste de survoler cet excellent article documenté sans l’approfondir.. mais ce qu’il manque dans ces indices c’est le classement IMD 2017 de l’Institut de Lausanne sur la croissance dans le monde (pour être + complet ) et là ; ça bouleverse certaines idées reçues :
                          http://www.presseportal.ch/fr/pm/100006390/100803145
                          - La France 5e (?) puissance mondiale se traîne entre les 20 à 30 places du classement ( je n’ai pas encore vérifié )... mais la Suisse occupe la 2e place ( certains accuseront l’Institut de Lausanne d’autosatisfaction.. mais ce ne doit pas être loin de la réalité quand même ). Ne dites pas que l’UE n’y est pour rien ?!
                          https://www.rts.ch/info/economie/8666813-la-competitivite-de-la-suisse-reste-tres-elevee-selon-le-classement-de-l-imd.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès