Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > ClimateGate 4 : nouveaux éléments, nouvelles fraudes mises à jour, nausée (...)

ClimateGate 4 : nouveaux éléments, nouvelles fraudes mises à jour, nausée chez certains scientifiques

Quelques brefs télégrammes dans la foulée des révélations du ClimateGate, dont vous pouvez suivre les épisodes précédents : ClimateGate 1 (révélation de l’affaire) | ClimateGate 2 (analyse plus complète des mels) | ClimateGate 3 (réaction des médias et lignes de défense des scientifiques incriminés par les mails)
 
-------------

Scoop : le réchauffement en Nouvelle Zélande est bel et bien multiplié par 15 à cause de l’action humaine !

Le professeur Vincent Gray fut relecteur du GIEC, avant d’en claquer la porte. J’ai déjà présenté ici en février 2008 sa critique du GIEC ("Le GIEC, un organisme corrompu ?"), dont je copie-colle un tout petit extrait :

Over the years, as I have learned more about the data and procedures of the IPCC I have found increasing opposition by them to providing explanations, until I have been forced to the conclusion that for significant parts of the work of the IPCC, the data collection and scientific methods employed are unsound. Resistance to all efforts to try and discuss or rectify these problems has convinced me that normal scientific procedures are not only rejected by the IPCC, but that this practice is endemic, and was part of the organisation from the very beginning. I therefore consider that the IPCC is fundamentally corrupt. The only “reform” I could envisage, would be its abolition
 
 
Vincent Gray exigeait de la part de l’association météorologique de Nouvelle Zélande (NIWA) les données brutes qui permettaient à cet organisme de déterminer que la température avait augmenté de 0,92°C par siècle depuis 1900 dans le petit archipel de l’hémisphère sud, selon la courbe ci dessous :


De la même façon que d’autres organismes liés au GIEC refusaient de donner leurs données à des McIntyre ou Courtillot, M. Gray s’est vu refuser l’accès aux données brutes. Il n’est pas inutile de préciser que le patron du NIWA, David Wratt, est cité comme Vice Chairman de l’équipe de rédaction du rapport AR4 du GIEC de 2007.

Mais voilà, le vent tourne, et dans le contexte actuel, sur fond de climategate, le NIWA a dû livrer ses données brutes. Celles-ci révèlent que l’augmentation moyenne des températures au XXème siècle mesurée par les stations de référence a en fait été de... 0,06°C/ siècle. Plus de détails en Français chez Papy Jako. Cf. Courbe ci dessous :


 
L’affaire est présentée, entre autres, par "The Examiner" et bien sûr Anthony Watts. Le professeur Wratt a bien tenté d’expliquer ces différences par la nécessité d’ajuster les données anciennes, pour une seule des 7 stations de mesures, à cause de la mise en service d’un aéroport, ce qui parait assez pauvre comme argument pour expliquer de telles différences dans la forme des courbes. Mais son explication ne convainc pas les membres de la NZ Climate Science Coalition qui remettent en cause la réponse de Wratt dans cet article publié par le magazine "investigate" sur leur blog.

Naturellement, il n’est pas exclu que certains ajustements aient pu être rendus absolument nécessaires pour tenir compte des évolutions des moyens de mesure. Mais entre 0,06°C et 0,92°C/ siècle, il y a tout de même une sacrée différence, et la différence d’allure générale des courbes ne laisse pas entrevoir qu’un simple besoin d’ajustement...

Entre données brutes et données réinterprétées : l’intervention humaine a multiplié le réchauffement climatique par 15 en Nouvelle Zélande !

A noter que M. Wratt, pourtant employé d’un organisme financé par le contribuable, a mis à disposition ses données brutes, après une longue bataille d’obstruction, mais n’a toujours pas livré ses méthodes d’ajustement et ses programmes... Mais naturellement, il y aura des bonnes âmes pour nous expliquer que cela ne prouve absolument rien.

Enfin, juste quelques présomptions....

En Australie aussi !

Le professeur Australien Warwick Hughes, qui est un de ceux qui ont exigé la fourniture des données brutes du CRU au nom du Freedom Of Information Act britannique, a analysé les données retenues par Phil Jones et ses compères pour l’Australie. Or, le CRU semble avoir systématiquement tout simplement rejeté les données des stations qui ne lui convenaient pas, c’est à dire ne montraient pas un réchauffement.

Hughes ne trouve aucune raison "scientifiquement acceptable" d’une telle exclusion.

Naturellement, on ne peut pas déduire de la seule Australie et de la Nouvelle Zélande que toutes les données de températures du monde entier ont fait l’objet de tels traitements de faveur par les climatologues affiliés au GIEC.

Mais considérer que les courbes de températures livrées par le CRU ont la moindre crédibilité après cela devient tout de même un acte de foi totalement déconnecté de la moindre considération rationnelle.

Des scientifiques réagissent : la perversion autoritaire du GIEC

Mike Hulme, qui est climatologue dans la même université que Phil Jones, "10ème auteur le plus cité dans les publications sur le climat", ne se montre pas tendre pour le GIEC, dans ce constat publié par le correspondant "environnement" du New York Times, pourtant un soutien du GIEC de longue date, Andrew Revkin. Voici le principal extrait du constat de M. Hulme :

[Upcoming UN climate conference in Copenhagen] “is about raw politics, not about the politics of science. [...] It is possible that climate science has become too partisan, too centralized. The tribalism that some of the leaked emails display is something more usually associated with social organization within primitive cultures ; it is not attractive when we find it at work inside science. It is also possible that the institutional innovation that has been the I.P.C.C. has run its course. Yes, there will be an AR5 but for what purpose ? The I.P.C.C. itself, through its structural tendency to politicize climate change science, has perhaps helped to foster a more authoritarian and exclusive form of knowledge production – just at a time when a globalizing and wired cosmopolitan culture is demanding of science something much more open and inclusive.


Phrases clé :"Le GIEC a peut être fait son temps" - "Le GIEC lui même, du fait de sa tendance structurelle à politiser la science du changement climatique, a peut-être aidé à favoriser une forme plus exclusive et autoritaire de la production du savoir"

Eduardo Zorita, qui est un relecteur du GIEC, et se juge lui même comme un "petit soldat" des travaux de cette institution, estime que Michael Mann, Phil Jones et Stefan Rahmstorf doivent être exclus des travaux du GIEC, et ce, bien qu’il soit "conscient que sa prise de position lui vaudra sûrement d’être moins facilement publié à l’avenir". Extrait (passages en gras choisis par moi), l’original est sur sa page de biographie au centre de recherche allemand qui l’emploie :

"The scientific assessments in which they may take part are not credible anymore

(...)

I may confirm what has been written in other places : research in some areas of climate science has been and is full of machination, conspiracies, and collusion, as any reader can interpret from the CRU-files. They depict a realistic, I would say even harmless, picture of what the real research in the area of the climate of the past millennium has been in the last years. The scientific debate has been in many instances hijacked to advance other agendas.

These words do not mean that I think anthropogenic climate change is a hoax. On the contrary, it is a question which we have to be very well aware of. But I am also aware that in this thick atmosphere -and I am not speaking of greenhouse gases now- editors, reviewers and authors of alternative studies, analysis, interpretations,even based on the same data we have at our disposal, have been bullied and subtly blackmailed. In this atmosphere, Ph D students are often tempted to tweak their data so as to fit the ’politically correct picture’. Some, or many issues, about climate change are still not well known. Policy makers should be aware of the attempts to hide these uncertainties under a unified picture. I had the ’pleasure’ to experience all this in my area of research.

(...)"

Inutile de traduire je pense (blackmailed : soumis au chantage).

Michael Mann sur la sellette

Il n’y a pas que des scientifiques individuels qui commencent à regarder Michael Mann de travers. Son employeur, l’université de Pennsylvanie, va réexaminer ses travaux au vu des révélations des mels du ClimateGate. Autant pour ceux qui nous affirment que ces e-mails sont "normaux" dans le milieu de la science... Pour Penn State U., cela ne coule pas de source.

Les fichiers aussi commencent à parler

Si l’analyse des mels a été finalement assez rapidement menée, celle des programmes et des autres fichiers contenus dans l’archive FOIA2009.zip commence également à révéler des pépites. 

Le site Skyfal a fait une fois de plus un travail de compilation remarquable des principales trouvailles, lesquelles portent sur le code ou sur les commentaires insérés par les porgrammeurs à l’intérieur de leurs programmes de traitements des données. Si les protagonistes du ClimateGate se sont défendus en affirmant que "les mels étaient retirés de leur contexte", et vous savez déjà ce qu’il faut penser de cette ligne de défense, il est difficile de trouver plus "contextuel" que du commentaire de code informatique.

Quelques exemples copiés collés chez Skyfal - vous pouvez aller chez eux pour un recensement plus complet.

FOIA/documents/osborn-tree6/mann/oldprog/maps12.pro
FOIA/documents/osborn-tree6/mann/oldprog/maps15.pro
FOIA/documents/osborn-tree6/mann/oldprog/maps24.pro
 ; Plots 24 yearly maps of calibrated (PCR-infilled or not) MXD reconstructions
 ; of growing season temperatures. Uses "corrected" MXD - but shouldn’t usually
 ; plot past 1960 because these will be artificially adjusted to look closer to
 ; the real temperatures.
(ne pas afficher après 1960, les données seront artificiellement ajustés pour ressembler aux vraies températures)

(...)

FOIA/documents/osborn-tree6/mann/mxdgrid2ascii.pro
printf,1,’Osborn et al. (2004) gridded reconstruction of warm-season’
printf,1,’(April-September) temperature anomalies (from the 1961-1990 mean).’
printf,1,’Reconstruction is based on tree-ring density records.’
printf,1
printf,1,’NOTE : recent decline in tree-ring density has been ARTIFICIALLY
printf,1,’REMOVED to facilitate calibration. THEREFORE, post-1960 values’
printf,1,’will be much closer to observed temperatures then they should be,’
printf,1,’which will incorrectly imply the reconstruction is more skilful’
printf,1,’than it actually is. See Osborn et al. (2004).’
(la récente baisse a été ARTIFICIELLEMENT ENLEVEE pour faciler le calibrage. PAR CONSEQUENT, les valeurs post 1960 seront bien plus proches que la vraie température qu’elles ne devraient, ce qui impliquerait de manière fausse que les reconstructions sont plus fiables qu’elles le sont en réalité)

 

Données "corrigées"

L’étude des codes de certains programmes est également instructive. L’exemple suivant, qui est lié aux commentaires ci-dessus, et également cité par Skyfal, est analysé plus en détail en langue anglaise par le magazine conservateur "The American Thinker" : 

For instance, in the subfolder "osborn-tree6\mann\oldprog," there’s a program (Calibrate_mxd.pro) that calibrates the MXD data against available local instrumental summer (growing season) temperatures between 1911-1990, then merges that data into a new file. That file is then digested and further modified by another program (Pl_calibmxd1.pro), which creates calibration statistics for the MXD against the stored temperature and "estimates" (infills) figures where such temperature readings were not available. The file created by that program is modified once again by Pl_Decline.pro, which "corrects it" – as described by the author — by "identifying" and "artificially" removing "the decline." 
 
But oddly enough, the series doesn’t begin its "decline adjustment" in 1960 — the supposed year of the enigmatic "divergence." In fact, all data between 1930 and 1994 are subject to "correction."

And such games are by no means unique to the folder attributed to Michael Mann.
 
A Clear and Present Rearranger 

In two other programs, briffa_Sep98_d.pro and briffa_Sep98_e.pro, the "correction" is bolder by far. The programmer (Keith Briffa ?) entitled the "adjustment" routine “Apply a VERY ARTIFICAL correction for decline !!” And he or she wasn’t kidding. Now IDL is not a native language of mine, but its syntax is similar enough to others I’m familiar with, so please bear with me while I get a tad techie on you.
 
Here’s the "fudge factor" (notice the brash SOB actually called it that in his REM statement) :
yrloc=[1400,findgen(19)*5.+1904]

valadj=[0.,0.,0.,0.,0.,-0.1,-0.25,-0.3,0.,-0.1,0.3,0.8,1.2,1.7,2.5,2.6,2.6,2.6,2.6,2.6]*0.75  ; fudge factor

These two lines of code establish a twenty-element array (yrloc) comprising the year 1400 (base year, but not sure why needed here) and nineteen years between 1904 and 1994 in half-decade increments. Then the corresponding "fudge factor" (from the valadj matrix) is applied to each interval. As you can see, not only are temperatures biased to the upside later in the century (though certainly prior to 1960), but a few mid-century intervals are being biased slightly lower. That, coupled with the post-1930 restatement we encountered earlier, would imply that in addition to an embarrassing false decline experienced with their MXD after 1960 (or earlier), CRU’s "divergence problem" also includes a minor false incline after 1930.
 
And the former apparently wasn’t a particularly well-guarded secret, although the actual adjustment period remained buried beneath the surface.
 
Plotting programs such as data4alps.pro print this reminder to the user prior to rendering the chart :
IMPORTANT NOTE : The data after 1960 should not be used. The tree-ring density records tend to show a decline after 1960 relative to the summer temperature in many high-latitude locations. In this data set this "decline" has been artificially removed in an ad-hoc way, and this means that data after 1960 no longer represent tree-ring density variations, but have been modified to look more like the observed temperatures.
Others, such as mxdgrid2ascii.pro, issue this warning :
NOTE : recent decline in tree-ring density has been ARTIFICIALLY REMOVED to facilitate calibration. THEREFORE, post-1960 values will be much closer to observed temperatures then (sic) they should be which will incorrectly imply the reconstruction is more skilful than it actually is. See Osborn et al. (2004).

Care to offer another explanation, Dr. Jones ?

En clair, nous avons là un algorithme de minoration des données anciennes et majoration des données récentes de températures entre 1930 et 1994, ce qui, je suppose, doit pouvoir être traduit, en langage de Phil Jones, par "une astuce pour cacher le déclin" - A trick to hide the decline. Le blog "Heliogenic" a réalisé une compilation graphique des corrections apportées (seul souci, l’unité verticale du graphique n’est pas précisiée).

Les commentaires des programmeurs à l’intérieur de leurs logiciels montrent qu’à l’évidence ces corrections sont totalement artificielles et n’obéissent à aucune nécessité scientifique. La fraude est manifeste.

Le CRU : données brutes "perdues"

Pendant ce temps, il se confirme (source : the sunday times) que le CRU ne pourra pas livrer ses données brutes, parce que, dit il, il les a... Perdues. Ceci dit, au vu des échanges de mels entre Jones et ses compères, appelant plusieurs fois à "détruire" des données plutôt qu’à les remettre pour des investigations dans le cadre du FOIA, on peut douter du caractère fortuit de cette perte.

Le CRU, toujours cité par le Sunday Times, a déclaré sur son site Web : 

“We do not hold the original raw data but only the value-added (quality controlled and homogenised) data.” 

A la lecture du paragraphe qui précède, le terme "value added" prend soudain une toute autre dimension ! Quant au contrôle qualité du CRU, ce qu’il faut en penser...

Académie des sciences

La presse française bouge très lentement sur ces questions, au contraire de celle d’outre Atlantique, ou plus encore d’Outre Manche, ou même la BBC évoque, de façon feutrée il est vrai, un audit interne diligenté par l’université d’East Anglia, et des pétitions qui se créent pour forcer une enquête de plus haut niveau sur ce qu’il faut bien appeler un scandale.

Plus modestement, l’Express souligne timidement que le rôle du CO2 anthropogénique dans les changements climatiques ne fait pas l’unanimité au sein de l’académie des sciences, en se gardant bien de fournir tout élément d’appréciation de l’ampleur des divergences, et en se contentant de citer Le Mouel et Courtillot parmi les sceptiques, pour induire dans l’esprit du lecteurs qu’il n’y a vraiment qu’une poignée d’indécrottables pour nier le sacro-saint réchauffement.

Il ne manquerait plus que l’on s’aperçoive qu’il y a une vraie divergence au sein de la communauté scientifique, tout de même...

Dans la presse, ailleurs

UK : Le telegraph : "Le pire scandale scientifique de notre génération"
USA : Wall Street Journal : "Trafiquer le consensus climatique
Canada : National Post : L’affaire Courtillot vs Jones. Ça change de libé !
UK : Financial Times : "climat de soupçon"
UK : London Daily Mail : "La nature a ses propres ’astuces’ pour réguler le CO2"
UK : Telegraph : Y a-t-il eu des pressions sur un journaliste de la BBC pour taire le scandale ?
UK : Times : "Le grand scandale du changement climatique"


Google.com et le Climate gate

Pour l’anecdote, dimanche 29 novembre, 12h41 :

Climategate : 10 700 000 résultats de recherche
Global Warming : 10 200 000 résultats de recherche

Comprendre le ClimateaGate : qui est qui, qui a fait quoi ?

Une vidéo (en Anglais, youtube) présente les principaux protagonistes du Climate Gate :


Un poil long à mon avis, mais utile pour ceux qui sont un peu perdus...

Sentiment général après une grosse semaine de ClimateGate

Ce que nous savons, avec certitude :

> Des scientifiques, occupant une position clé au sein de l’équipe de rédaction des différents rapports du GIEC, et dont les conclusions ont servi de base à bien d’autre travaux d’experts qui les ont reprises de bonne foi, se sont livré à des manipulations de données visant à accroître artificiellement la représentation du réchauffement climatique au XXème siècle et à minimiser les réchauffements antérieurs

> Les données brutes "perdues", à moins qu’elles n’aient été détruites, comme le suggèrent certains mails de l’équipe Jones, seront très difficiles et très longues à reconstituer. L’ampleur de la Fraude sera donc difficile à estimer.

> Les pressions sur les "dissidents" étaient réelles et pouvaient aller jusqu’à de graves représailles au plan professionnel. Des scientifiques ont dû s’auto-censurer pour ne pas encourir les foudres des têtes pensantes du GIEC.

> En supposant que les relevés de concentration de CO2 au volcan de Mauna Laua soient exacts (même si j’en viens à douter de tout, je n’imagine pas que TOUTES les mesures soient absolument pourries, tout de même...), nous avons donc une température qui a certainement moins varié que ce que nous en dit le GIEC au XXème siècle, et qui est restée dans son "fuseau de fluctuations normales" des deux millénaires passés.

> Par conséquent, le lien de causalité, et surtout de sensibilité, entre évolutions des concentrations de CO2 et températures terrestre apparait plus que jamais remis en question.
LA SCIENCE SUR LAQUELLE SE SONT FONDEES DES DIZAINES DE DECISIONS ECONOMIQUEMENT TRES CONTRAIGNANTES DANS DE NOMBREUX PAYS EST A REMETTRE TOTALEMENT EN QUESTION !

Copenhague

A ce jour, AUCUN DES DIRIGEANTS AYANT ANNONCE SA PRESENCE A COPENHAGUE n’a fait mention du scandale. Et tous continuent d’annoncer des concessions en vue d’annoncer des accords de réduction du CO2. Lequel, répétons le, n’est pas un polluant, chimiquement parlant (c’est le gaz dont les plantes se nourrisent pour la photosynthèse) et ne pose sans doute aucun problème décelable en terme de températures atmosphériques.

Or, au vu d’un tel scandale, la seule option viable devrait être d’annoncer un gel de tous les processus politiques découlant des travaux du GIEC, voire la dissolution du GIEC lui même et la remise de la recherche climatique dans des processus purement universitaires déconnectés des pressions gouvernementales.


That’s all folks - Mais Ob’Lib’ reviendra très prochainement sur le sujet !


Url originale de cet article : http://www.objectifliberte.fr/...

Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 14:32

    Ce n’est pas « Michèle », c’est « Dominique » Voynet.

    Sinon, je suis d’accord. C’est la proximité de Copenhague qui rend la presse si frileuse !

    Du moins, j’espère !


  • airspeed 30 novembre 2009 14:49


    Voynet et les bobos du moment :
    http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=24415

    Zemmour a beaucoup de courage.

    Malheureusement , la machine a taxes est en marche .


  • clostra 30 novembre 2009 13:10

    Evidemment il vaut mieux ne pas vivre de ses recherches !
    La démarche scientifique s’appuie sur le doute (qui n’a rien à voir avec le soupçon, sinon, de quoi parlerait-on dans les laboratoires ? Il faut de la matière à la pensée qui s’exerce. Même du « falsifié », on peut trouver des vérités pour plus tard. Les scientifiques musclent leur esprit. Il arrive parfois que de la verrerie vole....).

    D’abord, on ne sait pas, Vincent Bernard, si c’est l’invraisemblance qui a guidé vos pas ou des « puces à l’oreille ».

    C’était en 1987, qu’est paru un ouvrage aux éditions du Seuil, collection Points dont le titre toujours disponible est « La souris truquée »
    résumé : « Si la fraude a cessé d’être un sujet tabou pour alimenter la presse à sensation, c’est en partie grâce à La Souris truquée.
    En montrant que même les plus célèbres savants, de Ptolémée à Newton, ont succombé à la tentation falsificatrice, W. Broad et N. Wade ont initié une série de travaux indispensables pour comprendre la science actuelle. A cause de sa structure hiérarchique favorisant les élites, et de ses méthodes forgées pour la recherche désintéressée de la vérité, la science est très vulnérable aux trucages, plagiats et autres abus de pouvoir.
    Nier qu’elle soit, comme toute autre activité sociale, le champ des ambitions, des rivalités ou des illusions rend incompréhensible l’incroyable histoire de ce biologiste qui, pour simuler l’effet d’une greffe, peignit en noir la peau de ses souris. Cette enquête sur la face cachée de la science donne de l’activité scientifique une image plus juste et plus humaine - trop humaine pour ne pas contribuer efficacement à rapprocher de la science le grand public. »

    Rien de bien nouveau sous le soleil.
    Sauf que peut-être, après avoir vu le reportage sur les Nasca, on découvre qu’ils furent témoins d’une catastrophe climatique. Et puis dans la foulée, l’éruption pyroclastique du Krakatoa fit 36 000 morts en 1883, abaissant la température à la surface de la terre de plusieurs degrés, encore sensibles au début du siècle suivant à cause d’un nuage de soufre. Ce qui s’est d’ailleurs passé récemment en Argentine, abaissant la température tout autour de la terre d’un degré pendant 1 année au moins.


    • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 21:38

      @clostra
      Faites l’expérience :

      - Tout le monde sait ce qu’est « Krakatoa »

      - Presque personne ne sait ce qu’est « Tambora »

      Pourtant, l’éruption du Tambora, en 1815, a été un événement volcanique majeur, d’un ordre de grandeur supérieur à celle du Krakatoa.

      Cent fois plus puissante qu’Hiroshima, Tambora tua directement « au moins » 61 000 personnes.

      Pourquoi Krakatoa est-il plus connu ?... C’est simple, on venait d’installer la première ligne de télégraphe. L’éruption du Krakatoa fut connue quelques heures plus tard à Londres.

      Média ... quand tu nous tiens !


    • clostra 1er décembre 2009 11:22

      Mon propos était d’illustrer l’ordre de grandeur des phénomènes « naturels » et de leurs conséquences. De constater qu’un immense nuage de soufre capable d’abaisser de plusieurs degré la température au sol, disparaît en moins de 20 ans (pour les plus impressionnants).
      Les éruptions pyroclastiques en sont un bon exemple.


    • PapyJako PapyJako 1er décembre 2009 21:16

      @clostra
      Il faut que je précise que mon propos n’avait pas pour but de nier le votre ...


    • clostra 2 décembre 2009 09:45

      Oui, c’est vrai ! Média ou « circulation de l’information », du coup nous prenons en pleine figure toutes les « fins du monde » de la terre.
      L’angoisse vient du fait que nous n’y pouvons rien.
      On le voit, le Krakatoa et le cousin germain dont vous parlez repartent vers un nouveau cycle...Les populations devront s’exiler à temps cette fois.


      • clostra 1er décembre 2009 11:30

        Merci infiniment pour ce lien vers un exposé passionnant et instructif.
        Je retiens en particulier (mais c’est bien sûr !) que H2O évaporé (atmosphérique, les nuages quoi !) sont les plus puissants gaz à effet de serre et qu’ils ne sont jamais (trop compliqué !) entrés dans les calculs du réchauffement climatique.
        Surtout, allez visionner cette conférence !
        et constatez, également, que ce physicien spécialiste des phénomènes liés au magnétisme, conclut quelque chose comme « si nos calculs sont exacts », laissant la porte ouverte sur l’improbable actuel.


      • dom y loulou dom 7 décembre 2009 00:30

        « l’improbable actuel » ... exact

        et on ne peut donc pas baser un gouvernement mondial sur l’improbable.

        Ni une taxe de 1000 euros annuels pour chaque habitant de la terre tout en exonérant les multinationales pollueuses de cette même taxe, précisément ceux qui nous empêchent d’utiliser des énergies propres !!! Et on ose penser que ce traité veut réellement changer la donne de la pollution !!! 

        L’illégal gouvernement mondial se donne donc le droit de piétiner les constitutions ET les personnes physiques à Copenhagen, 

        Illégal parce que personne ne l’a élu ce gouvernemet fantôche ni le monde entier voté pour sieur Obama comme empereur planétaire, donc de quel gouvernement mondial nous parle-t-on ? Le conseil de sécurité de l’ONU ? Qui d’après vous ? Qui veut la taxe carbonne croyez-ous ? Des entités abstraites et gentilles tapies derrière la bonne bouille d’Al Gore ? Les verts croient-ils donc encore que eux, par miracle, sont maintenant écoutés quand sinon plus personne ne l’est ?

        Et il faudrait être pour un traité qui ne déclare pas de qui provient l’exigence d’une taxe sur chaque être vivant et prétendre ET CROIRE que cela va aider la situation eAl Gore selèce amplement les babines pour un éhonté ensoge qui couvre toutes le VRAIES pollutions ?!?!?!

        Mais cette taxe va enfoncer la plupart des citoyens sur ce monde  !!! Chaque pet sera taxé, chaque chien et chaque vache, chaque chat et canari vous comprenez ? Comme en Californie sous Schwarzenitler t les ruits de cette collection immense de txes aller vers où ? Directement dans es poche d la fondation Al ore ? .. Mais quel sale film on joue là ?.



        Autres infos, c’était du direct de Pittsburgh, dernier G20, ce qui ressemble donc le plus à ce qui est réellement promi à Copenhagen, 

        http://www.youtube.com/watch?v=t3yOJjCPPcM



        Mais la capitale du Danemark est un choix parmi les choix n’est-ce pas, la marque de Dan, les juges... se disent-ils... de l’humanité bien sûr... charmant.

        Danemark. Le pays qui accueillit leurs aïeux cananéens en exil maritime, cette brave tribu de Dan qui a ruiné la civilisation scandinave, millénnaire probablement, en laissant la mémoire que tous les scandinaves étaient des VI kings qui mirent l’europe a feu et à sang...

        les 6 kings Hiksos exilés de la nouvellement appelée Palestine par les romains colonisateurs victorieux juste après la crucifixion de Isu le Christ.

        Et ils voudraient interdire l’histoire dans les écoles, on comprend mieux pourquoi !!
         
        scandinavie pourtant pacifique et commerçante des ameriques jusq’à l’asie à cette époque.

        regardez à partir de 2.10, passionant

        http://www.youtube.com/watch?v=q2dY2SSr7tg&feature=related






      • dom y loulou dom 7 décembre 2009 00:34

         excusez-moi, mon clavier déconne vraiment trop, errata donc

        ...

        Mais cette taxe va enfoncer la plupart des citoyens sur ce monde !!! Chaque pet sera taxé, chaque chien et chaque vache, chaque chat et canari vous comprenez ? Comme en Californie sous Schwarzenitler et les fruits de cette collection immense de taxes aller vers où ? Directement dans les poches de la fondation Al Gore ? .. Mais quel sale film on joue là ?

        ...


      • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 14:30

        Merci à Vincent Benard pour cet exposé très complet, clair et qui donne les tous derniers développements.

        Je l’avais écrit dans mon article du 28 novembre, qui reprenait pour l’essentiel celui que j’avais publié sur LePost deux jours avant, cet épisode solde une fois pour toute le débat

        « L’homme est-il responsable du réchauffement ? »

        Personne ne pourra plus contester la réponse :

        « OUI, le réchauffement est fait de main d’homme !... »


        • Lapa Lapa 30 novembre 2009 16:18

          Léon j’ai du mal à croire que vous considériez vraiment la manipulation des résultats, la pression sur les revues peer reviewied, la non communication des données et la mainmise politique (voire notamment la différence entre le rapport pour les décideurs du GIEC et le rapport complet du GIEC qui est bien plus pondéré dans ses propos) sur des objectifs de recherche comme anodins habituels ou normaux.
          Associé à une formidable machine mediatique, Il s’agit clairement de propagande pour conditionner des comportements nan ?

          Votre obsession à lutter (et c’est à votre honneur) contre tous les complotistes en herbe d’AV vous ferait perdre une partie de la raison sur ce sujet.

          Je suis de formation et de métier scientifique. Ce genre de procédé, je connais ; c’est quand on veut faire dire aux résultats ce qu’on veut : bref qu’ils collent à notre théorie. C’est déjà limite quand ça a peu d’impact pour le boulot ou en TP à l’école. Mais là il s’agit de décisions politiques lourdes avec des bénéifciaires et des perdants. La déontologie n’a jamais étouffé la verité.


        • Lapa Lapa 30 novembre 2009 18:01

          concernant le piratage, vu comment cela a été opéré et le classement très scientifique des dossiers il est très certainement possible qu’il soit l’oeuvre d’une personne interne au CRU. En tout cas d’une personne connaissant parfaitement l’organisation et le fonctionnement des services, les questions essentielles et le rôle de chacun. C’est un hypothèse crédible, d’autant que le FOIA est suggéré (freedom of information act).

          concernant le pedigree de l’auteur, j’essaye de ne pas le prendre en compte dans un jugement a priori. Certes, comme le dit si bien (et si souvent) P.Villach, alias Zorro, « nul ne donne une information susceptible de lui nuire » (en italique dans le texte). Il est évident que ce genre d’information alimente le moteur de ce type d’institut et qu’ils en ont tout intérêt à s’en faire l’écho. pour leurs propres intérêts.

          Mais finalement cette histoire de maîtrise ou non (car le problème réel est là : peut on maîtriser le climat ?) climatique, n’est-elle pas qu’une vaste opération de lutte d’intérêts parfois contradictoires, parfois concordants ? Beaucoup de personne ont intérêt à valider le réchauffement climatique antropique ; à commencer par ceux qui ont investi dans la bourse carbone (coucou Al Gore), ceux qui essayent de limiter le développement d’une partie de la population, ceux qui espèrent tirer bénéfice des technologies « vertes » et du flux continu d’argent dans le secteur, sans oublier ceux qui n’ont que des volontés electoralistes. Beaucoup d’intérêts sont en jeu. Les pétroliers par exemple ont tout intérêt à faire financer la mutation technologique de l’après pétrole pour capter le marché et continuer leur développement. D’ailleurs le renversement de la politique US n’est pas seulement due à la volonté de la population ou au simple cerveau d’obamha mais aussi à la prise en compte des lobbies industriels et financiers de la manne que peut apporter le marché carbone et le conditonnement de millions de consommateurs ; bref au fait que ce que vous appelez décroissance peut être juteux pour certains.

          personnellement je vous conseille la dernière vidéo, non d’Allègre, mais de Courtillot qui est vraiment impressionnant dans l’intelligence de son propos et son attitude très scientifique sur le sujet. Loin de l’émotion et du scandale facile, il est rare qu’une telle personnalité soit intéressante pour nos medias. Et pourtant...

          Merci en tout cas d’avoir répondu (et au fait votre vaccin ? tout va bien ? smiley )


        • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 18:43

          @Lapa

          « ... compte tenu de la source de cet article, c’est-à dire Vincent Benard, chef de la secte Hayek ... »

          Que diriez vous si Vincent Benard se hasardait à dire que c’est le soleil qui éclaire la Terre ?

          Il se trouve par ailleurs qu’ aucune des sources citées par l’auteur ne provient de la « secte Hayek ». Vincent Benard reprend des infos qui parcourent le monde, et pas seulement celui du buzz Internet.

          Il n’y a qu’en France qu’on ne prend pas cela au sérieux dans la grande presse.

          A quelques petits détails près, je savais moi-même déjà tout ce que rapporte Vincent Benard, et je ne fais pas partie de la « secte Hayek », dont j’ignorais l’existence il n’y a guère.

          Je trouve la synthèse de l’auteur complète et très bien faite..

          Vous poursuivez

          «  ... au bout du compte, seule importe la double information : y-a-t-il réchauffement climatique ? Comporte-t-il une part importante d’origine anthropique ?... »

          Il semblerait que vous n’ayez en fait pas lu l’article. En effet, vous y auriez trouvé, au moins, la réponse à la deuxième partie : oui, le réchauffement est anthropique, puisqu’il est du à la main de l’homme. 

          Cela ne va pas retomber comme un soufflé. Le nom « ClimateGate » est extrêmement bien choisi. Des enquêtes internes sont déjà en cours dans les Universités où sévissent les faussaires et les demandent de démission fleurissent.

          Je vous prend le pari que le Sénat des USA lancera une commission d’enquête et n’imagine pas une seule seconde que la justice ne finisse par se saisir de l’affaire. Elle prendra son temps, bien sûr.

          A suivre attentivement !


        • sissa 30 novembre 2009 20:54

          Ce qu’il y a de plus fascinant, c’est qu’il n’y a rien dans ces mails. Le seul où on pourrait éventuellement supputer une manipulation de données, c’est celui où on parle d’astuce pour masquer le déclin, mais une explication simple et crédible a été fournie.
          A part cela, une grosse partie tourne autour de la publication d’articles sceptiques dans une revue « climate research » que les sceptiques ont infiltré afin de pouvoir passer au travers du processus de peer rewieved.
          Enfin, il y a les mails où ils parlent des tentatives faites par certains sceptiques de les accuser de fraude(et cela continue apparemment)...

          Le plus frappant, c’est qu’il n’y a aucune allusion à une hausse artificielle des températures, ni au trucage de données, ni à une supposée conspiration....


        • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 22:11

          @sissa

          A partir du moment où on accepte les règles et comportements :

          1) « peer reviewed » = confirmé par les autres membres du gang..
          2) Sélectionner les observations conformes à notre foi, jeter les autres.
          3) En cas de nécessité, torturer un peu les données pour qu’elles avouent.
          4) Empêcher, par des moyens mafieux, la publication des résultats impies.
          5) Détruire les preuves de nos méfaits.

          Alors, OK, tout est nickel !....


        • Nometon Nometon 1er décembre 2009 10:44

          Sophisme habituel de Léon qui tente de décrédibiliser un argument en ne regardant que la source qui l’a émise. Pour lui, le contexte prime toujours sur le texte.

          Connaître le contexte d’un document ou d’une prise de position est fondamental. Mais rejeter une argumentation du fait du seul contexte, c’est... proprement stupide. Léon démontre une fois de plus son mode de pensée : ne peut s’exprimer justement, à ses yeux, que celui qui dispose des bonnes étiquettes.
          Comme c’est justement ce que l’on reproche au GIEC : avoir fait passé le contexte (une idéologie) avant le texte (les données brutes et les conjectures de leur interprétation), il n’y a rien d’étonnant que Léon ressente spontanément une proximité « intellectuelle » avec les méthodes de ces falsificateurs.

          @ l’auteur : merci pour votre travail.


        • Lapa Lapa 1er décembre 2009 15:01

          @papy : je pense que vous vous trompez de personne en me citant smiley

          @Léon : le lobby nucléaire et du traitement de l’eau n’a rien à envier à celui du pétrole. Le lobby du marché carbone non plus je pense... Encore une fois sur cette histoire, ce qui me gène par dessus tout c’est l’utilisation seulement d’une partie des données du GIEC (qui peuvent déjà à l’origine être sujettes à cauton ou au moins incertitudes mais ce n’est pas encore le plus gros problème) par des chargés de communication qui impactent les décideurs politiques et fournissent les medias d’info tronquées, allant dans le sens qu’ils désirent (le plus alarmiste toujours) : couplé à la formidable caisse de résonnance médiatique et à l’incrustation en fin de boucle d’opportunistes hélicologiques on obtient un effet proche de la propagande et du rabâchage continuel. Le plus grave est à mon sens l’incompétence des politiques mais aussi des media qui ne vont jamais au delà de l’info parcelaire (quand elle n’est pas fausse) qui leur est donnée par ces chargés de communication.

          bonne journée !


        • PapyJako PapyJako 1er décembre 2009 21:21

          @Léon

          « ... Tempête dans un verre d’eau.... » dites vous ?

          De force combien, la tempête ?...

          ... pour que le CRU mette sur la touche son tout puissant Directeur Phil Jones ... "en attendant les conclusions de l’enquête interne.

          Ca y est ? vous avez compris ?


        • freelol freelol 3 décembre 2009 10:01

          C’était juste pour dire qu’on pouvait être plus que sceptique sur le RCA sans être libéral à votre sens. Bien que je sois favorable à la liberté.


        • oLouv 4 décembre 2009 00:07

          @Leon vous ne vous posez pas les bonnes questions. Regardez au-delà de la mascarade qui se joue en façade. Ceux qui investissent massivement dans le « cleantech » sont les mêmes qui exploitent les sables bitumeux aujourd’hui en toute impunité... Ne croyez pas que ces entreprises soient inquiète par une taxe carbone, car dans tous les cas, c’est le consommateur qui paiera le surplus...

          L’une des plus fortes hausse d’impôts sur les ménages est entrain d’être votée au niveau mondial, sur des ménages déjà fragilisés et pour la plupart esclaves (impôts, crédits, etc.). Réfléchissez un instant... A qui va profiter cette manne providentielle ? Certainement pas à l’éducation de nos générations futures, à leur manipulation... Peut être.


        • spearit 6 décembre 2009 13:08

          « Réfléchissez un instant... »

          Vous vous adressez à Léon là ???


        • dom y loulou dom 7 décembre 2009 01:27

          les paticules fines de plomb et autres joyeuseries passent aussi dans les trous de pipeaux...

          mais elles n’existent pas vértablement pour le traité de Copenhagen ...

          seul existe et nous menace l’effroyable CO2 !! 

          Juste le trou d’Ozone et la disparition des abeilles elles ne sont même pas mentionnées ni la problématique des OGM de Monsanto ni la polluton des nappes phréatiques ni la disparition des espèces animales.. l’ours blanc tient la vedette et on nous explique qu’il se noie...

          on pourrait diffcilement trouver plus grotesque excuse quand l’ours blanc est le meilleur nageur des mammifères terrestres !! 

          on peut bien minimiser des e-mail qui PROUVENTque la théorie du CO2 a été traffiquée !! Mais QUI voudrait d’un gouvernement mondial capable d’émettre de telles sornettes et d’évidences truquées ??

          C’est tout ce qui est contesté maintenant, pas les très graves pollutions qui agressent la planète partout et qui sont couvertes par le CO2, tout à coup unique responsable de tous les maux de la terre.


          C’est ça qui en fait un CLIMATEGATE jusqu’en nouvelle zeelande et CELA SUFFIT AMPLEMENT pour contester la signature de tous le présidents du monde qui établissent ainsi un gouvernement mondial à-travers un traité aboissant les constitutions.


          voici des lieux communs :

          « Il nous faut des spécialistes de la politique » 

          unilatéraux, valets de corporation et complètement uniformisés ??

          « on doit chacun faire notre part et ne pas blâmer les autres »

          « les autres » étant ici des multinationales multimilliardaires mettant le monde dans tous ses pétrains et qui eigent une taxe assassine dont pas une multinationale ne sera affectée et dire ouiouiamen oh oui nos saiuverons le monde en payant des taxes et nous serons bienheureux et saints car nous aurons sauvé les ours blancs de l’eau glacée ? 

          Les Bilderberg font assez tout pour nous échauffer les esprits vous ne trouvez pas ? 

          qu’est-ce qu’ils s’en tapent du réchauffement quand il faut d’après eux continuer une guerre d’envergure au moyen-orient ?

          ça vous parait anodin tout ça léon ?


        • dom y loulou dom 7 décembre 2009 01:47

          « celui où on parle d’astuce pour masquer le déclin, mais une explication simple et crédible a été fournie. »

          a oui ? laquelle ? où ?


        • clostra 30 novembre 2009 15:52

          Mais quand on fait le tour de la question et du discours actuel, la frontière est mince entre « changement climatique » et « réchauffement climatique » et l’amalgame fréquent entre « pollution atmosphérique », ce qui est vrai dans les grandes villes (Paris bénéficie toujours d’un degré supplémentaire par rapport à la « campagne » alentour, l’été c’est une fournaise avec ses murs et zinc des toits chauffés à blanc ! le nuage grisâtre est visible lorsqu’on arrive sur Paris) preuve que, malgré tout, on ne fait pas gober n’importe quoi à la population.
          C’est pas mal qu’on se sente responsable de tout ça qui traîne de par le monde sur terre, sous terre et sur mer et sous mer...
          Maintenant que l’on produise de l’énergie propre et renouvelable, c’est du bon sens.
          Que l’Iran veuille ses centrales nucléaires pour continuer à vendre son pétrole (ou pour ne pas polluer) afin de résoudre sa pauvreté, peut-être élever le niveau d’instruction, seule façon de passer d’un régime à un autre...C’est bien non ? alors, l’arrivée impromptue de ces dévoilements à propos du réchauffement climatique, c’est peut-être même un complot ! pour dire à l’Iran : vous pouvez utiliser votre pétrole sans crainte et vous passer de vos centrales !


          • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 22:31

            La pollution de l’air de Paris, comme d’ailleurs de celui de toutes les grandes villes « occidentales », diminue d’année en année. C’est « Air Parif » qui le dit.

            Voir la série de posts que j’ai écrit sur ce sujet, polluant par polluant, sur la base des données publiées par Air Parif (plus écolo ... tu meurs) :

             - Le Benzène
            - Le Dioxyde d’Azote
            - Le Dioxyde de Carbone et le Dioxyde de Soufre
            - Les fumées noires
            - Les Hydrocarbures aromatiques monocycliques
            - Les Hydrocarbures aromatiques polycycliques
            - Les métaux
            - Le Monoxyde d’Azote

            Il est faux de prétendre le contraire, et de plus pas très mobilisateur pour la poursuite des efforts qui ont été consentis, et qui doivent être poursuivis.


          • clostra 1er décembre 2009 11:08

            Oui, je vous suis tout à fait. Désolée que mon commentaire ait pu induire en erreur sur les progrès concernant la qualité de l’air à Paris.
            Cependant, lors des grosses chaleurs, sans un souffle, et une pollution avérée (dans l’orange) chacun perçoit sa gêne. La fournaise est due aux matériaux chauffés à blanc (murs, toitures etc).
            C’est vrai il n’y a plus d’industries polluantes dans la capitale. Et cette odeur caractéristique aux abords des gares (synonyme de la joie du départ en vacances de nos enfances) a totalement disparu avec les derniers trains à vapeur...
            Des études sont faites pour améliorer encore les constructions avec des végétaux capables de transformer ces pollutions à leur profit.


          • dom y loulou dom 7 décembre 2009 01:38

            ohlala clostra...un complot de l’Iran maintenant, mais c’est bien sûr !!!

            Pourquoi n’y avais-je pas pensé, c’est évident  !!
             
            amis anti-complotistes et anti-soucoupistes bonjour ! smiley)


          • dom y loulou dom 7 décembre 2009 01:55

            « avec les derniers trains à vapeur... »


            clostra, vous émettez de quelle époque ? :)


          • FritzTheCat FritzTheCat 30 novembre 2009 17:12

            Intéressant !!

            Au delà de la fraude absolument énorme et le peu de retentissement dans les médias français de cette affaire, les autres constats sont :
            - D’une part la dérive dogmatique du monde scientifique.
            - Et d’autre part une certaine collusion (malsaine) entre intérêts financiers, politiques et décideurs économiques.


            • Ropi 1er décembre 2009 09:42

              « - Et d’autre part une certaine collusion (malsaine) entre intérêts financiers, politiques et décideurs économiques. »

              Vous avez raison, oui.
              Mais on retrouve hélas les même collusions entre l’industrie et l’académie des sciences.
              Ce qui ne grandi pas le propos d’aucunes des deux parties.


            • croacroa 30 novembre 2009 17:15

              quelle foulée de révélations : vos manipulations grotesques ???
              bien entendu tous les « savants » victimes de nausées travaillent pour le lendernau liberal-refroidiste !!!


              • croacroa 30 novembre 2009 17:16

                amis soucoupistes c est l overdose la ! votre delire atteint au mystique !!!


                • clostra 30 novembre 2009 18:23

                  Si chacun de nous ne prend pas conscience des risques grandissant de dérive à trop rapprocher la recherche privée de la recherche publique, à favoriser à grand fracas les universités coca-cola, c’est à en perdre son latin !
                  Ce qui est vraiment de la politique ! alors qui encore va pouvoir s’emparer de cette affaire pour initier, proposer une autre politique de recherche ?
                  Pour l’industrie pharmaceutique : c’est le même (mauvais) tabac !


                  • sissa 30 novembre 2009 20:41

                    C’est bien ce qui est en route, si ce genre de désinformation et de diffamation prend, on aura droit à une recherche sur le climat payé par les compagnies pétrolières.
                    C’est d’ailleurs ce que souhaite notre rédacteur, en bon disciple de Hayek.


                  • PapyJako PapyJako 30 novembre 2009 22:35

                    @sissa
                    Et pouquoi donc faudrait-il consacrer des milliards à une « recherche sur le climat », au détriment - car les ressources sont finies - de tous les sujets qui pourraient, eux, déboucher sur des applications utiles ?


                  • Ropi 1er décembre 2009 09:44

                    Comment définissez-vous la notion d’utilité ?


                  • sissa 1er décembre 2009 13:38

                    Pourquoi renoncer à la connaissance ?


                  • dom y loulou dom 7 décembre 2009 02:04

                    décroches rocla, que feras-tu quand ton objet de fixation très momentanée ne sera plus ?

                    on t’a dit mille fois qu’il n’y a pas de modèle partculier, personne n’en a besoin, les aom sont libres et personne n’est l’exemple d’un autre ni oblige les autres à quoi que ce soit sauf dans tes fantasmes. Troublant, inattendu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès