Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Colombie : les négociations avancent !

Colombie : les négociations avancent !

Depuis une année, voire un peu plus, le gouvernement et l’Ejército de Liberación Nacional (ELN) se réunissent périodiquement à Cuba pour discuter. Le thème de la discussion est bien sûr la paix et, ces jours, l’avancée est suffisante pour croire qu’un processus de paix devrait débuter bientôt. L’ELN est la seconde guérilla du pays et représente une force d’environ 4000 hommes. Sa puissance de combat s’est largement réduite depuis plusieurs années et le gouvernement peut négocier dans une position relativement forte.

Mais une des principales raisons, selon les dirigeants de la guérilla, est la possibilité qui existe maintenant en Colombie pour la gauche d’exister. Ces dernières années la gauche a réussi à s’unir autour du parti Polo democratico Independiente (puis alternativo) et surtout, pour la première fois dans l’histoire, elle a pu vivre et être élue. Cette avancée historique permet à l’ELN de considérer que la voie armée n’est plus nécessaire. L’exemple du reste du continent a aussi une importance qu’on ne peut négliger.

Du côté du gouvernement, Uribe avait annoncé en arrivant au pouvoir qu’il voulait d’abord éliminer deux des trois acteurs du conflit pour pouvoir se concentrer uniquement sur les Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC). Les paramilitaires ont déjà été démobilisés, dans des conditions très discutables, mais la grande partie du groupe ne participe plus au combat. Maintenant l’ELN commence des négociations de paix et pour prouver sa bonne volonté son porte-parole a annoncé qu’ils allaient déminer plusieurs zones du département de Nariño. La nouvelle est plutôt bonne car en 2005 on a compté 1000 victimes de mines antipersonnel, la Colombie étant le second pays du monde touché par les mines.

Il est relativement rare de pouvoir parler de bonne nouvelle dans le domaine politique en Colombie et l’assombrir serait un sacrilège, simplement il est juste de se demander quelle est la cohérence du gouvernement en matière de négociation. Uribe a martelé à plusieurs reprises qu’il ne négocierait jamais avec des terroristes, même s’il se réfère aux FARC, sa définition du terroriste est tellement vague qu’il ne serait pas difficile d’y intégrer l’ELN. L’acharnement des FARC comme celui du gouvernement perd tout son sens face à l’exemple de l’ELN.

Cependant on ne peut pas encore crier victoire, le chemin des négociations est long et tortueux, de nombreux points doivent être discutés et le gouvernement peut difficilement être plus dur qu’avec les paramilitaires. Mais il ne peut pas non plus être plus laxiste, la communauté internationale ne le supporterait pas.
L’espoir est là, et si la bonne foi suit, cela devrait être possible !


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès