Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment l’Occident a contribué à créer l’« État Islamique (...)

Comment l’Occident a contribué à créer l’« État Islamique »

En armant le Front al-Nosra dès 2012, les services secrets occidentaux et leurs alliés proche-orientaux ont directement et massivement soutenu le futur « État Islamique », comme je tente de le démontrer dans ma dernière analyse sur le conflit syrien. Initialement publiée sur mon site personnel, elle inclut de brèves mais percutantes interventions du spécialiste de la Syrie Fabrice Balanche et du député PS Gérard Bapt. Je les remercie d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, et je vous encourage à diffuser largement cet article si vous estimez qu’il est digne d’intérêt.

Le site du magazine Foreign Policy vient de publier une enquête particulièrement instructive sur la rencontre qui a conduit à la séparation entre le Front al-Nosra – la branche syrienne d’al-Qaïda dirigée par Abou Mohammed al-Joulani –, et le réseau qui était alors connu sous le nom d’État Islamique en Irak (EII). Dans cet article, Foreign Policy nous détaille cette rencontre cruciale entre d’importants commandants jihadistes, dont Abou Bakr al-Baghdadi, qui était alors le leader de l’EII, et Abou Omar al-Shishani, le chef militaire de Daech qui a été tué par une frappe de l’U.S. Air Force en juillet 2016. Initialement, al-Shishani avait été formé par des instructeurs du Pentagone lorsqu’il combattait au sein des Forces spéciales géorgiennes en 2006, n’étant pas encore radicalisé. Décrit comme un « élève star » à cette époque, il avait combattu l’armée russe en 2008 lors du conflit en Ossétie du Sud. En 2013, avec les miliciens du mouvement jihadiste qu’il avait fondé, le Jaish al-Muhajireen wal-Ansar, il a joué un rôle déterminant dans la prise de la base aérienne de Menagh, au nord d’Alep – une « victoire hautement stratégique (…) ayant permis d’ouvrir un corridor pour l’opposition dans le Nord de la Syrie ». Il recevait alors ses ordres du colonel Okaidi, un commandant de l’Armée Syrienne Libre (ASL) soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne qui, de son propre aveu, entretenait des relations « fraternelles » avec les extrémistes du Front al-Nosra et de l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL). Cette même année 2013, Abou Omar al-Shishani prêta allégeance à l’EIIL, s’imposant rapidement comme le « ministre de la guerre » de Daech. Comme nous le verrons, al-Shishani est loin d’être le seul combattant de cette organisation à avoir bénéficié d’un soutien occidental direct, du moins jusqu’en 2013.

Organisée en avril de cette même année, cette rencontre entre chefs jihadistes a lancé le processus de création de l’« État Islamique », qui fut décrété au mois de juin 2014 par son leader, Abou Bakr al-Baghdadi. Au plan symbolique, elle a conduit au changement de nom de l’EII, qui s’est alors rebaptisé l’EIIL (État Islamique en Irak et au Levant). Interrogé par Foreign Policy, un participant à cette rencontre – surnommé « Abou Ahmad » pour des raisons de sécurité –, décrit le fonctionnement interne de ces milices terroristes. Essentiellement, cet article nous indique que cette rencontre a abouti non pas à une scission entre ces deux organisations, mais à une véritable absorption des combattants, des cadres et des moyens militaires et logistiques du Front al-Nosra par l’EIIL d’al-Baghdadi au printemps 2013. Nous analyserons donc dans quelle mesure les opérations clandestines de la CIA et de ses alliés, dont les services français, ont alimenté dès 2012 la montée en puissance de l’EII au sein d’al-Nosra, donc de ce qui allait devenir l’EIIL en avril 2013, puis l’« État Islamique » en juin 2014.

Printemps 2013 : l’EII absorbe la majorité des moyens humains et militaires d’al-Nosra

Pour le lecteur averti, l’information la plus importante de cet article de Foreign Policy se trouve dans sa conclusion. En effet, lors de la séparation d’avril 2013 entre l’EII et le Front al-Nosra, une « large majorité de commandants et de combattants d’al-Nosra en Syrie ne suivirent pas » leur leader Mohammed al-Joulani – le fondateur d’al-Nosra issu de l’EII, qui durant l’été 2011 avait été envoyé en Syrie par Abou Bakr al-Baghdadi pour y mener le jihad. Au contraire, ces combattants prêtèrent massivement allégeance à al-Baghdadi, se séparant du Front al-Nosra et constituant ce qui allait officiellement devenir l’« État Islamique » en juin 2014. Selon Foreign Policy, « le changement de l’EII vers l’EIIL signifiait que tous les groupes ou factions qui avaient rejoint l’EIIL perdraient leur nom. Pour le Front al-Nosra et son leader, Abou Mohammed al-Joulani, ce développement était un potentiel désastre ; il pouvait signifier la fin de leur influence dans le champ de bataille jihadiste le plus important au monde. Al-Joulani ordonna donc aux combattants d’al-Nosra de ne pas rejoindre l’EIIL, et d’attendre que [le numéro un d’al-Qaïda Ayman] al-Zawahiri se prononce sur qui devait diriger le jihad sur le théâtre de guerre syrien. Une large majorité de commandants et de combattants d’al-Nosra en Syrie ne suivirent pas [al-Joulani]. Lorsqu’Abou Ahmad visita Alep quelques semaines plus tard seulement, environ 90 % des combattants d’al-Nosra dans cette ville avaient déjà rejoint l’EIIL. Les nouveaux soldats de Baghdadi ordonnèrent aux quelques derniers loyalistes d’al-Nosra de quitter l’hôpital d’al-Oyoun, qui avait été jusqu’à présent la principale base d’al-Nosra dans cette ville. “Vous devez partir ; nous constituons al-dawla [l’État] et nous regroupons la vaste majorité des combattants” dirent-ils aux hommes d’al-Nosra, selon Abou Ahmad. “Donc ces quartiers généraux nous appartiennent.” Partout dans le Nord de la Syrie, l’EIIL s’empara des QG d’al-Nosra, des caches de munitions et des dépôts d’armes. Étonnamment, la branche d’al-Qaïda en Syrie devait soudain combattre pour sa survie. Une nouvelle époque démarrait – celle de l’État Islamique. »

Interrogé sur ces informations de Foreign Policy, l’expert de la Syrie Fabrice Balanche confirme leur exactitude, tout en précisant que « ces faits étaient connus à l’époque, mais plutôt du côté des spécialistes ». Selon lui, « entre avril 2013 et janvier 2014, la majorité du Front al-Nosra s’est rangée du côté de l’EIIL. Al-Joulani s’est donc retrouvé en minorité. Le rapport devait être d’un quart de combattants restant loyaux à al-Nosra, contre trois quarts se ralliant à l’EIIL. La majorité des combattants du groupe jihadiste étaient des étrangers, dont beaucoup d’Irakiens. Ils ont donc préféré al-Baghdadi. » D’après ce chercheur, qui travaille actuellement au Washington Institute, «  al-Nosra en Syrie regroupait environ 20 000 combattants avant la scission d’avril 2013. Par conséquent, près de 15 000 auraient rejoint l’EIIL et 5 000 seraient restés combattre sous la bannière d’al-Nosra – même si ces chiffres sont approximatifs. Par la suite, al-Nosra s’est renforcé en s’alliant avec d’autres groupes syriens contre l’EIIL. Dans cette histoire complexe, il faut retenir que la guerre entre al-Nosra et l’EIIL fut particulièrement sanglante durant l’hiver 2013-2014. Elle a laissé des traces, ce qui empêche les deux groupes de joindre leurs efforts. » Également interrogé sur cette scission, le député socialiste Gérard Bapt précise que « l’EIIL a ensuite été soutenu par les services spéciaux du prince Bandar pour contrer l’influence des Frères Musulmans qui s’exprimait à travers le Front al-Nosra, une milice appuyée principalement par le Qatar et la Turquie. Les Saoudiens n’imaginaient probablement pas les conséquences d’un tel soutien, avec la proclamation désastreuse de l’État Islamique entre l’Irak et la Syrie en juin 2014. »

Les services secrets saoudiens et la CIA : du jihad afghan au takfir syrien

Rappelons alors qu’en juillet 2012, le prince Bandar était nommé à la tête des services spéciaux saoudiens, ce qui avait été analysé par la plupart des experts comme un signe de durcissement de la politique syrienne de l’Arabie saoudite. Surnommé « Bandar Bush » du fait de sa proximité avec la dynastie présidentielle du même nom, il était ambassadeur à Washington à l’époque des attaques du 11-Septembre. Depuis plusieurs années, cet homme intimement lié à la CIA est accusé par l’ancien sénateur de Floride d’avoir indirectement soutenu certains des pirates de l’air désignés coupables de ces attentats. Après qu’il fut écarté de son poste de chef des services spéciaux en avril 2014, le Guardian souligna que « Bandar avait dirigé les efforts saoudiens visant à mieux coordonner les livraisons d’armes aux rebelles combattant el-Assad en Syrie. Néanmoins, il a été critiqué pour avoir soutenu des groupes islamistes extrémistes, risquant ainsi le même “retour de bâton” que celui des combattants saoudiens d’Oussama ben Laden rentrant au pays après le jihad contre les Soviétiques en Afghanistan dans les années 1980 – une guerre sainte qui avait été autorisée officiellement. » Or, comme à l’époque du jihad afghan, la CIA et les services secrets saoudiens ont étroitement collaboré en Syrie, la grande proximité du prince Bandar avec l’Agence facilitant cette politique clandestine.

En réalité, les relations entre la CIA et les services saoudiens sont littéralement fusionnelles. Début 2016, le New York Times révéla que l’Arabie saoudite avait été « de loin » le principal financeur de la guerre secrète anti-Assad de la CIA, baptisée « opération Timber Sycamore ». Afin de renverser le gouvernement syrien, l’Agence a mobilisé « environ un milliard de dollars » chaque année depuis 2013, dans le cadre de ce que le Washington Post a décrit comme un « plus vaste effort de plusieurs milliards de dollars impliquant l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie », c’est-à-dire les trois États notoirement connus pour soutenir les factions extrémistes en Syrie. En d’autres termes, la CIA a facilité et coordonné dès janvier 2012 les opérations syriennes des services secrets de ces pays, essentiellement financées par les pétrodollars saoudiens. Comme des experts et des journalistesaméricains l’on expliqué à l’automne 2015, cette guerre secrète aurait pu aboutir au renversement de Bachar el-Assad, essentiellement du fait des pertes infligées à l’armée syrienne par les missiles TOW made in USA. En 2013, sous couvert d’équiper sa garde nationale et son armée de terre, l’Arabie saoudite avait acheté plus de 15 000 missiles TOW à la multinationale américaine Raytheon – soit un investissement de 1,1 milliard de dollars. En réalité, plusieurs milliers de missiles ont été distribués aux rebelles anti-Assad par différents services depuis les « MOC » (Military Operations Centers), des bases secrètes supervisées par la CIA en Turquie et en Jordanie.

Toujours selon le New York Times, « les efforts saoudiens [en Syrie] furent dirigés par le flamboyant prince Bandar ben Sultan, (…) qui demanda aux espions du royaume d’acheter des milliers [de mitrailleuses] AK-47 et des millions de munitions en Europe de l’Est pour les rebelles. La CIA a facilité certains [sic] de ces achats d’armements pour les Saoudiens, dont un vaste deal avec la Croatie en 2012. Durant l’été de cette même année, ces opérations semblaient être hors de contrôle à la frontière entre la Turquie et la Syrie, les nations du Golfe transmettant de l’argent et des armes à des factions rebelles – y compris à des groupes dont les hauts responsables américains craignaient qu’ils soient liés à des organisations extrémistes comme al-Qaïda.  » En réalité, malgré ces craintes, la CIA coordonnait clandestinement depuis le mois de janvier 2012 au moins deux réseaux d’approvisionnement en armes financés par les pétromonarchies du Golfe et la Turquie : une série de livraisons aériennes depuis les Balkans, qui a récemment fait l’objet d’une enquête approfondie du BIRN et de l’OCCRP confirmant le rôle central de la CIA dans ce trafic d’armes illégal ; et une autre voie d’approvisionnement maritime depuis la Libye, selon les révélations jamais démenties du journaliste d’investigation Seymour Hersh. Concernant le trafic en provenance des Balkans, seuls cinq médias francophones ayant rapporté cette enquête sont recensés par Google Actualités. Et parmi eux, seuls Mediapart.fr et Bruxelles2.eu ont souligné la coresponsabilité des États-Unis dans ces opérations, contrairement à Liberation.frDirectMatin.fr, et LOpinion.fr – qui se sont contentés d’articles laconiques pour traiter ce sujet.

En juillet 2013, d’après le parlementaire britannique Lord Ashdown, ces opérations clandestines de la CIA et de ses partenaires avaient armé « presque exclusivement » les jihadistes du Front al-Nosra, qui incluait jusqu’au printemps 2013 l’EII d’al-Baghdadi. Bon connaisseur des Balkans, cet ancien Haut Représentant des Nations-Unies en Bosnie-Herzégovine confirmait ainsi les révélations du New York Times, qui nous avait informés en mars 2013 que les services spéciaux turcs, qataris, jordaniens, émiratis et saoudiens avaient introduit au moins 3 500 tonnes d’armements en Syrie depuis janvier 2012 avec l’aide discrète de la CIA – ce qui a considérablement renforcé la coalition Front al-Nosra/EII avant la séparation d’avril 2013. Et comme nous l’avons démontré, la majorité des combattants d’al-Nosra ont alors été absorbés par l’EII, qui s’est rebaptisé EIIL et qui s’est accaparé les principales ressources humaines, logistiques et militaires d’al-Nosra. Il est donc indéniable que ces politiques clandestines ont grandement encouragé le développement de ce qui allait devenir Daech en juin 2014, du moins sur le théâtre de guerre syrien. En Occident, le fait que si peu d’observateurs l’aient souligné semble être symptomatique d’une réticence collective à accepter que les réseaux d’al-Qaïda en Syrie furent massivement armés et soutenus par nos propres services spéciaux, et ce dans le but de renverser Bachar el-Assad. L’irrésistible montée en puissance de Daech est donc bel et bien une conséquence directe de cette stratégie, comme l’avait prédit le Renseignement militaire du Pentagone dès 2012. 

La coresponsabilité des alliés occidentaux et israéliens de la CIA dans le chaos islamiste en Syrie

Bien qu’ils aient joué un rôle majeur dans ce désastre, la CIA et ses alliés turcs et pétromonarchiques n’en sont pas les seuls fautifs. Selon les magistrats de la Haute Cour criminelle britannique, les services spéciaux de Sa Majesté ont soutenu la coalition Front al-Nosra/EII, potentiellement pour le compte de la CIA afin que cette dernière puisse échapper à la supervision du Congrès. Depuis 2014, il est de notoriété publique qu’Israël soigne des combattants d’al-Nosra et, comme le grand reporter Robert Parry l’a souligné, Tsahal « a également mené des frappes aériennes en Syrie qui ont soutenu les avancées d’al-Nosra, ce qui a notamment impliqué l’élimination de conseillers du Hezbollah et de l’Iran qui aidaient le gouvernement syrien  ». En décembre 2012, le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius avait repris à son compte les arguments des alliés pétromonarchiques de la France, qui pensaient que le Front al-Nosra faisait du « bon boulot sur le terrain » alors que le Département d’État plaçait cette milice sur la liste onusienne des organisations terroristes – en contradiction avec la politique clandestine de la CIA et de ses partenaires. Cette déclaration stupéfiante, qui fut relayée par le journal Le Monde, n’avait pas été reprise dans la presse. Elle avait été prononcée par Laurent Fabius alors que l’EII faisait partie intégrante de ce réseau terroriste ce qui, manifestement, n’a été relevé par aucun observateur.

En mars 2016, le magazine Marianne a révélé que la direction de la prospective du Quai d’Orsay avait, dès octobre 2012, alerté le ministre des Affaires étrangères et l’Élysée sur le fait que l’Arabie saoudite et le Qatar finançaient les groupes jihadistes en Syrie. Dans une note qui fut ignorée par leur hiérarchie, ces experts soulignaient que le « piège [venait] du Golfe », et que « nous [risquions] d’y tomber ». Finalement, à partir de 2014, plusieurs députés de l’opposition ont affirmé que la France avait soutenu le Front al-Nosra. Interrogé sur cette question, le député Gérard Bapt confirme un « soutien clandestin de l’État français en faveur des différentes mouvances islamistes en Syrie, au regard de la porosité et de la proximité entre ces groupes alliés sur le terrain. Or, l’aide française aux rebelles en Syrie, et plus généralement le soutien occidental en leur faveur, se sont poursuivis y compris après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, pourtant revendiqués par al-Qaïda. » 

Nous pouvons conclure de ces différentes révélations que les services secrets occidentaux et leurs partenaires régionaux ont, au moins jusqu’en 2013, massivement armé et soutenu la milice takfiriste qui allait devenir Daech l’année suivante, puisque l’EII et al-Nosra constituaient une seule et unique entité avant leur séparation d’avril 2013. Par conséquent, le Pentagone et ses alliés, qui incluent les forces aériennes françaises, sont en train de bombarder une organisation terroriste dont la CIA et ses partenaires ont grandement favorisé la montée en puissance en Syrie à partir de janvier 2012. Hélas, cette schizophrénie stratégique subsiste : depuis deux ans, nos armées sont engagées dans des opérations contre Daech à l’efficacité d’ailleurs contestable, alors que la CIA et ses alliés continuent de soutenir al-Qaïda pour renverser le gouvernement el-Assad. Or, selon un prestigieux think tank britannique cité par le Guardian en décembre dernier, « plus de la moitié des combattants rebelles en Syrie qui sont opposés au Président Bachar el-Assad sont favorables aux vues de l’État Islamique ». Dans ce même article, il est précisé que « si Daech est vaincu [en Irak et en Syrie], au moins 65 000 combattants appartenant à d’autres groupes salafistes-jihadistes sont prêts à prendre sa place ».

Ainsi, comme l’avait préconisé Michel Colomès en octobre 2015, il serait peut-être temps d’arrêter de « jouer les “bons” contre les “méchants” islamistes », une politique qui revient selon lui à « payer la corde qui nous pendra ». Et comme l’avait dénoncé la représentante au Congrès Tulsi Gabbard le 19 novembre 2015 – soit moins d’une semaine après les attentats de Paris –, « renverser le gouvernement syrien d’el-Assad est le but de Daech, d’al-Qaïda et d’autres groupes islamistes extrémistes. Nous ne devrions pas nous allier avec ces fanatiques en les aidant à remplir leur objectif, car cela est contraire aux intérêts sécuritaires des États-Unis et de la civilisation. » Quinze ans après le 11-Septembre, et dans un contexte de multiplication des attentats en Occident, ces arguments ne peuvent que remettre en cause l’impunité que la raison d’État légitime, et qui encourage des politiques échappant totalement aux contre-pouvoirs démocratiques.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

163 réactions à cet article    


  • aimable 29 août 10:55

    les us ne voient pas plus loin ( que le fric ) que le bout de leur nez , donc ils ignorent la raison
    en même temps ils embarquent avec eux leur obligés via l’ O T A N
    nous pourrions appeler ce pays l’ empire du désastre mondial


    • charlie charlie 29 août 11:58

      @aimable

      C’est plutôt l’inverse, l’Islamisme qui a contribué à constituer et armer les services secrets occidentaux, non ?

      Sinon pourquoi cet omniprésent racisme consistant à croire que les islamistes sont incapables de se constituer par eux-mêmes ? trop cons, trop faibles….. ? 

      Faut toujours que ce soit l’Occident qui soit le plus intelligent, le plus malin, le plus fort ! pénible…… 


    • aimable 29 août 12:10

      @charlie
      les islamistes comme tout le monde le sait fabriquent des armes dans leurs usines d’armement
      d’ ou sortent des armes très très sophistiquées pour inonder les occidentaux


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 12:34

      @charlie
      Vous savez que les Américains ne veulent plus de guerres depuis l’ Irak ?
      Alors, leurs dirigeants et leurs vassaux ont fabriqué des usines à mercenaires... , ça coûte très moins cher que les militaires, et « ça fait du bon boulot contre Assad », qu’il a dit Fabius ...


      D’ailleurs, aucun des 50 leaders de Daesh n’est islamiste, étonnant, non ?
      Alors, ils sont quoi ? Américains ? Israéliens ? Saoudiens ? Qataris ? Pakistanais ?? Allez savoir....
      En tout cas, ils ne manquent pas d’armement, ils ont plus de chars que l’armée française !

    • kader kader 29 août 16:09

      @aimable
      tres bel article clair et net.. un grand absent quand même dans cet article .. Israel...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 17:53

      @kader
      Israël fait partie de facto de l’ OTAN...
      (...) 2013 -L’accord commun fait référence à un partenariat entre l’OTAN et Israël « dans la lutte contre le terrorisme et la recherche de la paix… au Proche-Orient et dans le Monde ». Ce qui laisse entendre une participation d’Israël sur la scène de la lutte active, aux côtés de l’OTAN – ce qui en fait un membre de facto de l’Alliance atlantique.

      En d’autres termes, Israël serait directement impliqué dans une opération militaire, dès lors que l’OTAN et les Etats- Unis décideraient d’en lancer une, que ce soit contre la Syrie, le Liban ou l’Iran. Israël a offert son aide à l’OTAN dans ses opérations de lutte contre le terrorisme dirigées contre le Hezbollah et l’Iran.« (...)

      Quand on parle de »lutte contre le terrorisme« , et de »la paix", c’est de la novlangue, bien sûr...


    • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 29 août 20:16

      @Fifi Brind_acier

      De source directe, un mercenaire gagne au moins 3 fois plus que son homologue GI.

      La différence : le GI est payé par des fonds publics et rêve d’obtenir la greencard alors que le contractor est payé par des fonds privés aux montages complexes...

      Le mercenaire choisit ses armes. Le GI a une arme de dotation imposée.

      L’un est fiché et suivi de très près par les services secrets voire interdit sur certains territoires, pas l’autre...

      Pour le reste je suis assez d’accord.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 20:52

      @Aurevoiràjamais
      Je ne parle pas des mercenaires employés par l’armée française pour faire le sale boulot, je parle des Islamistes, j’ai lu qu’ils touchaient quelques centaines d’euros par mois, mais ils pillent et rançonnent, ça compense ...


    • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 30 août 19:07

      @Fifi Brind_acier

      Pour que près de 2000 français et autant de Belges aillent faire ce sale boulot dans une région dont ils ignorent tout, j’ai un gros doute sur le chiffre de quelques centaines d’euros !!?

      Pour info mes contacts bossaient pour, à l’époque, blackwater (+ de 80 000 employés), rien à voir avec la France qui est très réticente (à juste titre) avec ce genre de société.

      Ils pillent, ils rançonnent effectivement mais la Turquie et ses amis ont fait de même avec le pétrole acheté aux barbares ainsi qu’ avec l’outillage industriel d’Alep.

      C’est une sale guerre, et une guerre mondiale.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 août 10:17

      @Aurevoiràjamais
      Je ne parle pas de Blackwater et autres mercenaires officiels ou officieux...
      Les islamistes partent pour fuir des problèmes personnels, et/ou parce qu’on leur promet tout ce qu’ils n’ont pas dans leurs pays d’origine : la reconnaissance, l’aventure, les femmes, l’argent, combattre l’Occident, toussa, toussa...


      Les Saoudiens, qui ont organisé les recrutements depuis des dizaines d’années, utilisent les mêmes méthodes que les sectes, ils savent détecter les candidats incultes, crédules, fragiles et potentiellement violents... Une bonne dose de Captagon, et voilà !

    • microf 29 août 11:07

      « Burkinique la France », il ya déja plus de 325 commentaires, « Comment l´Occident á contribué á créer l´État Islamique », jusqu´á présent, il n´ya qu´un seul commentaire.


      • Alren Alren 29 août 11:33

        @microf

        Peu de commentaires parce que les précisions de cet article-résumé sont imparables !

        Il démontre aussi, hélas, que ni la France, ni la GB ni les USA ne sont des démocraties !

        Alors que que seule la démocratie authentique est garantie de paix.


      • leypanou 29 août 11:49

        @microf
        Parler de sujets bidons donne à certains d’avoir l’impression de sortir des réflexions intelligentes. Et ce n’est pas une question de diplômes.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 12:01

        @microf
        Parce que toute la classe politique française est mouillée dans cette affaire, depuis Mitterrand et l’ Afghanistan, et même avant l’ Afghanistan !....
        Tous ceux qui votent pour eux sont d’une discrétion de violette, car nos dirigeants devraient tous être inculpés et condamnés pour crimes de Guerre.

        Jean Loup Izambert parle des attentats :
        "Ces attaques ne sont qu’un petit échantillon du drame que vivent chaque jour les citoyens syriens, irakiens, palestiniens et des pays du Maghreb comme l’ont surtout vécu les Algériens dans les années noires de 1990. Elles sont le fait de groupes de la même mouvance idéologique que ceux que les dirigeants occidentaux, tout particulièrement étasuniens, anglais et français, protègent depuis la fin des années quatre-vingt.

        Ces groupes sont tous, d’une manière ou d’une autre, en rapport avec les services occidentaux des mêmes pays, principalement étasuniens.

         Dès 1945, les services étasuniens ont utilisé les Frères musulmans contre les pays socialistes.

        Puis, à la fin des années quatre-vingt, les Anglais et les Français ont collaboré avec la CIA, les services pakistanais et saoudiens pour renverser la jeune République laïque afghane.

        En 1982, le président François Mitterrand a fait sélectionner et exfiltrer d’Afghanistan des chefs de groupes criminels par la DGSE afin que ceux-ci soient entraînés en France dans les camps militaires de Cercottes, Caylus et de la Braconne.

        Depuis, les amitiés franco-terroristes n’ont cessé de se développer et de se matérialiser dans plusieurs conflits régionaux (Yougoslavie, Liban, Algérie, Tunisie, Palestine).
        En 2011, le président Sarkozy a armé et apporté, avec l’Otan, un soutien militaire à des groupes criminels pour renverser le gouvernement libyen.

        A sa suite, le président Hollande a armé et soutenu politiquement des groupes criminels contre la République syrienne. Les services occidentaux, dont la DGSE française, les conseillent pour déstabiliser les pays arabes laïcs, les entraînent à la guérilla, les arment, les approvisionnent en matériel militaire.

        Ces actions de guerre s’ajoutent aux sanctions – unilatérales et illégales en regard du droit international – économiques, diplomatiques et aux pressions de toutes sortes, principalement financières pour mettre les Etats à genoux.

        Il s’agit d’une politique coloniale qui vise à déstabiliser ces Etats pour permettre aux transnationales capitalistes de s’emparer de leurs richesses. Ces attentats ne sont donc qu’un petit retour de flamme du jeu de ces puissances coloniales avec le terrorisme. Il n’y a donc pas de raison pour que celles-ci restent à l’abri des crimes qu’elles font commettre en Syrie par ces groupes qu’elles organisent, financent, arment et entraînent.


      • charlie charlie 29 août 12:03

        @leypanou

        Mais cet article ou l’autre, c’est la même histoire, du « nique la france » élargie au « nique l’Occident », mais c’est toujours le même angle d’analyse, les gentils et les méchants, les forts et les faibles, les intelligents et les cons, les responsables et les irresponsables, les bourreaux et les victimes….

        Je répète : pénible, et je rajoute : sans intérêt, perte de temps.


      • MAIBORODA MAIBORODA 29 août 12:11

        @microf


        Les diversions médiatiques attirent davantage les nigauds et les benêts que les réalités de l’ombre.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 12:26

        @charlie
        Vous avez raison, comprendre les causes n’a aucun intérêt .. .
        Tout ce qui vous intéresse, c’est de taper sur les conséquences.
        En voilà une méthode intelligente et efficace ....


        Sinon, on pourrait vous proposer des solutions politiques radicales pour combattre l’ Islamisme : la sortie définitive de l’ UE, s’allier avec la Russie, et faire disparaître l’ OTAN, par exemple ?

      • charlie charlie 29 août 12:36

        @Fifi Brind_acier

        oui, les causes on s’en fout, c’est le boulot des historiens et pas des auto-proclamés géopoliticiens, souvent ignares et borgnes, et se bouffant le nez sur des données partiales et tronquées, et toujours orientées vers leurs intérêts de politicaillerie.

        Oui, leur avis est sans intérêt. Même les scientifiques manient avec prudence la notion de causalité et tendent à l’éliminer de leurs problématiques comme non-scientifiques, alors vous pensez ! les « experts » d’internet ou de la grande presse……


      • leypanou 29 août 12:42

        @charlie
        J’ai visité plusieurs pays et je suis convaincu que vivre en France est mieux que vivre n’importe où ailleurs.

        Si on commence par vouloir réglementer comment on s’habille, qu’est ce qu’on peut manger, la compassion, etc, etc, la France ne sera plus la France telle qu’elle a été avant (je plains les Iraniens ou les Saoudiens par exemple).

        Faisons respecter toutes les lois de la république et respectons les déjà, les lois qui ne sont plus appropriées, changeons les. Mais je ne vais pas perdre du temps à convaincre un demeuré qui veut faire ausculter sa femme par une femme médecin sous prétexte qu’il est musulman : il n’a qu’à aller voir une femme médecin ailleurs.

        Toutes les revendications communautaires peuvent être réglées ainsi : il suffit de mettre les limites appropriées.


      • leypanou 29 août 12:45

        @leypanou
        ce que j’ai écrit là est hors sujet par rapport à l’article.


      • Djam Djam 29 août 13:05

        @Alren
        Tout à fait d’accord avec votre réponse Alren... sauf sur un point, si vous me permettez....
        Celui où vous écrivez « que seule la démocratie authentique est garantie de paix ». Je l’ai cru pendant des années aussi et je défendais bec et ongles ce régime politique comme étant « le moins pire ». Et puis j’ai lu, beaucoup lu, beaucoup écouté, beaucoup relu, et puis j’ai cherché à comprendre la différence entre l’économie et l’économisme, j’ai étudié les commentateurs historiques de cette fameuse démocratie, la grecque puis celle des « modernes », vous savez la « représentative »... et j’ai compris in fine que c’était exactement LE régime dont à effectivement besoin le capitalisme totalitaire pour se pérenniser...
        Depuis, je ne suis plus démocrate, du moins pas pour cette saloperie de « démocratie représentative »...


      • Iren-Nao 29 août 13:28

        @leypanou
        Peut etre mais helas tres vrai
        Iren-Nao


      • redux (---.---.196.50) 29 août 16:41

        @leypanou

        Les iraniens aiment leur pays parce qu’il est iranophile , respectueur de leur idendité, le régime des mollahs n est que de passage .
        les saoudiens aiment leur pays parce qu’il respecte la voie tracée par leurs ancetres .
        les francais aiment de moins en moins un pays qu’ils reconaissent de moins en moins . les francais aimaient la France parce qu’il y avait une sociabilité commune, le pinard,la bouffe,les coquetteries feminines, les references communes et la glorieuse histoire partagée par tous.
        ca n est pas une loi reglemente le port du burkini qui va détruire leur identité ! les francais ont connu bien pire que des petites lois contraingnant certaines religions ( revoyez ce que napoleon a imposé aux juifs) , ils veulent garder ce vivre ensemble que les politiques détruisent pour imposer leur multiculturalisme destructeur, car le multiculturalisme c est la guerre de tous contre tous , retenez bien ca pour les prochaines decennies.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 17:56

        @charlie
        En clair, vous n’avez aucun solution politique à proposer.


      • JBL1960 JBL1960 29 août 18:29

        @Fifi Brind_acier Excellent commentaire pertinent et juste. Puis-je me permettre pour compléter votre propos de vous soumettre mon tout dernier billet, ici = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/29/donald-ne-trump-personne/ qui retranscrit, d’une part, l’article de Glen Ford via mondialisation-ca qui affirme « Oui, Obama et Clinton ont crée Daesh - Dommage que Trump soit incapable d’expliquer comment » et qui précise en conclusion ; Plus effrayant que Clinton ou Trump est l’absence d’aversion viscérale des États-uniens pour le génocide (des peuples non blancs). A moins d’être vert ou d’une nuance de rouge, le génocide n’est même pas un enjeu électoral.
        Ce qui me permet de réintroduire la traduction du contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » notamment les pages 13 et 14 qui détermine pourquoi la civilisation américaine s’est construit sur ce présupposé raciste, eugéniste et continue aujourd’hui à nier et le génocide et les Natifs. Comme on peut le voir avec la Nation Sioux Standing Rock contre l’oléoduc dont nous informe Steven Newcomb d’ITCM hier, et que Mohawk Nation News reprend dans un article aujourd’hui, nous appelant à nous tenir, tous, « Debout comme une pierre ». Contre le viol de leurs terres ancestrales au nom du sacro-saint pétrole, comme d’hab, là aussi, j’ai envie de dire, sauf que pour le coup, on sent vraiment que quelque chose se passe. Et il me plaît à croire que nos relayages incessant finalement portent leurs fruits !


      • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 29 août 20:19

        @microf

        Les français dorment encore, le réveil risque d’être brutal !!!


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 20:54

        @JBL1960
        Je lirai votre texte demain matin, bonne soirée !


      • Crab2 29 août 11:25

        Revenons à la réalité dans notre pays :

        Toute personne motivée pour défendre les " Droits de la Femme et de la Citoyenne " se verra accusée de racisme ou d’islamophobie
        Paroles paroles  : depuis Mitterrand « nos » gouvernants français issus gauches, des centres et des droites par électoralisme ou lâcheté ont tout fait progressivement de compromis en compromis pour introduire la religion dans la politique en cédant aux pires pressions des hiérarchies monothéistes ;
        avec une préférence marquée de « nos » gouvernants socialistes pour...
        Suites  :

        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/08/enfourlardees-et-enburkinidees.html

        ou sur

        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/08/29/enfourlardees-et-enburkinidees-5841099.html




        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 12:17

          @Crab2
          Ils ont introduit et soutenu le salafisme en France, c’est pas pareil !
          Ils ont magouillé avec les Islamistes et les Frères Musulmans pour le compte de l’ OTAN depuis les années 80. Et maintenant qu’il y a des salafistes dans tous les coins, des attentats, qu’ils ont bien développé le communautarisme pour mettre le boxon dans les banlieues, ils essayent de faire croire que salafisme et Islam, c’est pareil !
          Et que tout est de la faute de l’ Islam, et surtout pas de la leur.


          Qui a répandu les communautarisme dans les banlieues françaises ?
          Les USA et le PS !
          C’est Patrick Calvar , directeur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, qui l’explique :
          Extrait, mais lisez le texte en entier, ça vaut le détour !

          "Ces mosquées reçoivent un financement des tyrannies féodales islamiques, Maroc compris, ainsi que de la Turquie. L’Eglise catholique, très silencieuse pour ses fidèles au Proche Orient, a un jeu extrêmement ambigu en France : soutien à la politique d’immigration massive, dons de terrains ou de bâtiments, bourses, emplois (Tarik Ramadan - Frère Musulman- est professeur au sein de l’université catholique Notre Dame des USA), attaques contre la laïcité républicaine par diverses actions.

          Cette politique a reçu un grand soutien des USA : le vice-président Joe Biden a parcouru ces quartiers, avec l’aide du gouvernement et des autorités locales PS, pour expliquer notamment aux musulmans que la République française écrasait leurs droits religieux, et leur donna des bourses pour étudier aux USA et fonder des entreprises.

          De même le rapport de l’ambassadeur Rikvin préconisait une politique de soutien à toutes les revendications communautaristes, sous prétexte de protection de la liberté religieuse attaquée par le « laïcisme à la française ».

          Ainsi le prosélytisme a pu à la fois bénéficier d’un financement important et d’une impunité totale. Madame Christine Lagarde, directrice du FMI, soutient la création d’une « banque islamique » en France, « face cachée de l’islamisation », selon le livre de Yassine Essid." (...)


        • JBL1960 JBL1960 29 août 11:34

          Excellente analyse, et sans doute, que cela « semble » moins passionner les foules que le « Burkinique la France » mais nous sommes cependant de plus en plus nombreux à relayer l’évidence = Ce ne sera que lorsque nous les occidentaux (affranchis de l’idéologie coloniale), reconnaîtrons les criminels de guerre parmi les nôtres et que nous arrêterons de nier la vérité qu le sang commencer à sécher.
          Comme Vincent Emanuele vétéran de guerres US avoue « qu’il a aidé à créer l’EIIL » ici = https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/27/je-suis-paumee-2/ (Traduction R71 source informationclearinghouse) et lorsque Trump en gros dit que Oblabla y est pour qque chose, tout le monde a des hauts le cœur, surtout notre Zident. Bon, y s’exonère totalement le Trump ce qui n’est pas supportable. De toute façon y nous promettent le chaos ou le chaos = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/11/le-chaos-ou-le-chaos/ Aussi, choisissons-nous !


          • cathy cathy 29 août 11:46

            L’Occident c’est vaste. Israël est aussi inclus dans cette partie du monde.

            Mais apparemment les occidentaux ne sont pas, mais pas du tout favorable à la globalisation du monde. Il y a un pouvoir au dessus des apparences. Et il adore le sang et les conflits pour mieux régner. 

            • JBL1960 JBL1960 29 août 18:38

              @cathy Il y a peu, Alterinfo posait la question « Daech ne serait-il pas une nouvelle forme d’inquisition de l’empire du Vatican ? » et pour y répondre relayait les confessions d’un évêque jésuite Alberto Rivera et très franchement, on y apprend plein de choses !
              Tenez si cela vous intéresse =
              https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/19/confessions-intimes/
              https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/21/confessions-intimes-suite-et-fin/
              C’est long, mais c’est très documenté.


            • MAIBORODA MAIBORODA 29 août 12:15

              Je me ferai un plaisir de retranscrire cette excellente analyse dans « u zinu », article « Nouvelles du front syrien » et articles connexes.


              • Milla (---.---.1.10) 29 août 14:25

                Daesh et Al-Qaida sont des mercenaires financés par les occidentaux et par Israël. Comme par hasard, ces soi-disant islamistes ne touchent pas à Israël et ne font que détruire les pays arabes en massacrant uniquement des musulmans. C’est bon pour Israël, n’est-ce pas ?


                • babadjinew babadjinew 29 août 14:27

                  Dommage qu’une grande majorité préfère la position de l’autruche qui la tête dans le sable des burkini « dangereux » voit ! 


                  Un grand merci pour la précision de cet article qui la une de tous les grands médias devrait faire !

                  Rassurant aussi de constater que nous ne sommes pas tous endormis....

                   

                  • Milla (---.---.1.10) 29 août 14:28

                    Bien sûr, si vous prenez vos infos sur les sites crypto-sionistes soi-disant « anti-système » de la fausse dissidence, comme ER, quenellle+, Meyssan, Salim Laibi, RT ,Sputnik , Agence info libre etc ..et d’autres, c’est sûr que vous en conclurez que Daesh et Al-Qaida sont liés à l’Islam


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 18:11

                      @Milla
                      Excusez-moi de soustraire Meyssan et son site à votre liste !
                      L’auteur de l’article, Maxime Chaix, y publie des analyses, en particulier les traductions des articles de Peter Dale Scott, dont je vous recommande la lecture. Et pas seulement lui, des tas d’autres journalistes sont publiés sur le site de Meyssan.

                      Le site « Réseau Voltaire » fait partie des sites d’information d’ Internet, comme « Mondialisation.ca », « Arrêt sur info.ch », « Comité Valmy » ou « Le Grand soir » etc


                      Mais je comprends pourquoi les antifas le mélangent à des sites moins recommandables, ou d’extrême-droite..., chaque fois que quelqu’un explique le dessous des cartes, il faut le salir en l’assimilant à l’extrême-droite.
                      Travail de collabo que vous faites très bien, et qui, j’espère pour vous, est bien rémunéré. 

                    • Milla (---.---.1.10) 29 août 18:37

                      @Fifi Brind_acier

                      Laissez moi tranquille avec votre imposteur sioniste Thierry Meyssan !


                    • alterleon 29 août 20:33

                      @Fifi Brind_acier
                      Bravo, toi aussi tu les reconnais ces agents atlantico-sioniste ou antifa.

                      Ils essayent d’embrouiller tous le monde, mais en fait ils n’ont pas changé depuis l’occupation, toujours à dénoncer les résistants comme terroriste et soutenir les fascistes.

                      Mais ils commencent à s’inquiéter, car si en Israël, la collaboration des sionistes avec les nazis n’est plus un secret, cela arrive de plus en plus en France

                      Voila le lien du livre d’un survivant de la rafle du Veld’hiv, qui dénonce la collaboration du Crif avec la gestapo, et ce n’était pas parce qu’ils n’avaient pas le choix qu’ils dénonçaient les juifs résistants, non, il y avait des ordres venant des mouvements sionistes et une collaboration totale, Hitler à protégé le Betar, des gens comme Kastner ont aidé les nazis à envoyer des juifs dans des camps (Kastner est un agent sioniste qui a été reconnu en Israël comme l’agent juif qui travaillait avec la gestapo pour convaincre les juifs d’aller dans les camps de concentration, il a été arrêté et a avoué que c’était les ordres qu’avaient reçu tous les agents sionistes, puis il s’est fait buter avant qu’il puisse en dire trop)., il y a eu aussi le contrat de transfert, le sabotage du plan de sauvetage des juifs et pleins d’autre fait que je ne vais pas mettre dans ce commentaire, c’est juste pour rappeler à l’agent désinformateur qu’il ne faut pas mélanger les rôles, nous sommes la résistance, il est dans la collaboration !

                      http://mai68.org/spip/IMG/pdf/Maurice-Rajsfus_1980_Des-juifs-dans-la-collaboration.pdf


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 21:08

                      @alterleon
                      Pour ceux d’Israël, je ne sais pas.
                      Mais l’UPR est attaquée régulièrement par les antifas d’INDYMEDIA, une officine financée par les fondations Soros, Ford, Rockefeller et divers Départements du Gouvernement américain...


                      Thierry Meyssan a été obligé de s’exiler en Syrie, il explique pourquoi et comment, son texte est tout à fait intéressant et montre bien les dérives sécuritaires :
                      « Si j’avais plié, je n’aurais pas eu à partir »

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès