Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment les Etats-Unis se sentent socialistes

Comment les Etats-Unis se sentent socialistes

Dimanche 21 septembre, est paru dans Time Magazine un article intitulé “Comment nous sommes devenus les Etats-Unis de France”. Plein d’humour et d’autodérision, je ne résiste pas à en traduire de larges extraits. Rassurez-vous ! Les Américains n’ont nulle envie de devenir “socialistes” à la française, ni ne croient vraiment que le plan Paulson en soit la première étape. Ils jouent à se faire peur, mais c’est cela qui est intéressant : ils montrent ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas, comment ils sont et comment ils voient les autres. Appréciez donc Bill Saporito et son humour grinçant :

“Nous avons nationalisé le système financier, prenant le contrôle des banquiers de Wall Street auxquels nous ne faisons plus confiance. Nous sommes sur le point de nationaliser les sociétés automobiles de Detroit via des prêts massifs parce qu’elles sont source de fierté américaine, et que trop d’emplois - et de votes - sont en jeu. Notre système de Sécurité sociale va se briser prochainement car trop de retraités seront assistés par trop peu de travailleurs. Combien de temps aurons-nous un service de santé national ? Mettez tout cela ensemble et l’Amérique qui émerge est une version animée du pays le plus méprisé par les rednecks patriotes bouffeurs de steaks : la France. Avec seulement une bouffe moins bonne.mitterrand-force-tranquille.1222857246.JPG

Admettez-le, “mes amis”, le viril individualisme et le capitalisme égorgeur qui ont fait de l’Amérique le pays des opportunités sans limites a été rétréci au lavage par une demi-douzaine de vendeurs à découvert à Greenwich (Connecticut) et a été posté à destination de Washington DC, pour être revigoré à la cuillère par le président de la Fed, Ben Bernanke, et le secrétaire au Trésor, Henry Paulson. Nous différons maintenant très peu de ces Etat-providence semi-socialistes d’Europe de l’Ouest dont nous adorons nous moquer.”

mitterrand-commandeur-plantu.1222857264.jpg(…)”Vous vous doutez que les Grenouilles ont accru leur dédain pour nous, si c’est encore possible. Et pourquoi ne le feraient-ils pas ? L’Américain moyen travaille sur deux emplois et demi, a deux semaines de vacances et toute la sécurité de l’emploi d’un trapéziste à un seul bras. L’administration Bush a prêché une “société de propriétaires” à l’Amérique : possédez votre propre maison, votre propre fonds de retraite ; vous n’avez pas besoin du gouvernement pour faire votre chemin. Aussi, les Américains ont emprunté pour l’immobilier jusqu’au trognon et acheté des maisons surpayées qu’ils ne peuvent plus financer, et ont signé pour des fonds de retraite (401 K) où mettre leur argent - où ça exactement ? Sur le marché actions ! Où les riches républicains les ont plumés.mitterrand-profil-2.1222857257.jpg

“Maintenant notre Administration du ’laisser-faire’ (Hé, une expression française !), répugnant à toute régulation a rendu le célèbre président socialiste français François Mitterrand aussi bénin qu’Adam Smith en comparaison. Tout ce que Mitterrand a fait c’est de nationaliser les grandes banques françaises et les compagnies d’assurance en 1982 ; il n’a pas eu à négocier avec des banquiers qui ne voulaient pas prêter d’argent, ainsi que le fait Paulson. Quand l’Etat dirige les banques, elles sont purement des vaches à traire au service de “la patrie”. La France n’a pas non plus la crise du crédit immobilier que nous avons.(…) Bien sûr, la France a ses “banlieues” où il semble que les gens parqués dans d’immenses blocs d’appartements ne soient pas assez Français (ce qui signifie qu’ils sont immigrants et Algériens). Mais la masse des propriétaires immobiliers français n’est curieusement pas en possession de subprimes refilés par leurs concitoyens, et ils n’ont pas des dettes par-dessus la tête.

“Nous avons toujours rejeté les Français au motif qu’ils se goinfrent de protection d’Etat. Ils travaillent, quoi, 27 heures dans une bonne semaine, ont 19 jours fériés par an, sont en grève deux jours en plus et apprécient un verre de vin chaque jour au repas - sauf pour les 25 % de la population qui travaillent pour l’Etat avec un arrangement encore plus doux. Ils partent à la retraite avant que leurs enfants ne finissent leurs études supérieures et n’ont pas à payer 45 000 $ par an de frais d’université, parce que l’université est gratuite. Pour ça, ils payent des impôts de 103 %, et leur Code du travail est si restrictif qu’ils n’ont pas créé un seul emploi net depuis Napoléon. Il n’y a pas de solution pour que l’Etat français puisse continuer de payer ce style de vie indéfiniment, sauf qu’il y arrive d’une façon ou d’une autre.

(…) “Je n’ai jamais pensé que les actions et les obligations pourries vendues par Goldman Sachs et Morgan Stanley étaient uniques, mais Washington pense clairement que si. John Mac de Morgan appelle le patron de la SEC (autorité des marchés financiers), Chris Cox, pour gémir sur les vendeurs à découvert ; et bingo, le gouvernement obéit. L’élite sert l’élite. N’est-ce pas français ?

“Donc, oui, pendant que nous voulons encore travailler jusqu’à la mort pour avoir le privilège de payer nos très chères cartes de crédit, nous ne pouvons plus regarder avec mépris le pays aux 246 fromages. Kraft Foods a remplacé AIG dans l’indice Dow Jones, la compagnie d’assurance ayant été ajoutée à son portefeuille de nationalisations par Paulson. Macaroni et fromage ont supplanté des swap de défauts de crédit comme levier du capitalisme. Et une chose encore : les Français snobs adorent McDonalds qui fait des recettes fantastiques en France. Ils savent reconnaître une bonne frite ’de la liberté’ quand ils en goûtent une.”

(Les mots mis “entre guillemets” sont en français dans le texte original)

Lisez en anglais l’article de Time.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • chria chria 2 octobre 2008 11:49

    "Il n’y a pas de solution pour que l’Etat français puisse continuer de payer ce style de vie indéfiniment, sauf qu’il y arrive d’une façon ou d’une autre."
    J’adore...


    • stephanemot stephanemot 3 octobre 2008 00:41

       Les news mag genre le Time sont un peu en retard sur l’actu (periodicite oblige).

      on a eu droit auparavant a une floppee de dessins savoureux (genre Dubya en Che), mais le plus hillarant etait ce Republicain, tres serieux au moment de denoncer le bailout a la tribune de la House of Representatives, comparant le plan de sauvetage a la Revolution d’Octobre dans le style : a l’epoque ils avaient choisi le pain contre la liberte, je choisis la liberte.

      comme quoi la chute du Time sur les "freedom fries" n’etait pas si loin du compte


    • Forest Ent Forest Ent 2 octobre 2008 12:02

      On vit une époque formidable. smiley


      • Céphale Céphale 2 octobre 2008 19:11

        @Forest Ent

        On lit partout que la Chine a une grosse quantité de bons du trésor américains. La question que je me pose est : que peuvent-ils en faire ? Ceci me fait penser à l’affaire des Emprunts Russes en 1914. Les épargnants français étaient désespérés parce que les Soviets refusaient d’honorer les dettes de leurs prédécesseurs. Les Emprunts Russes étaient devenus du papier sans valeur. La Chine ne va-t-elle pas se retrouver dans la même situation face aux USA que la France face à la Russie en 1914 ?

        Qu’en pensez-vous ?


      • La Taverne des Poètes 2 octobre 2008 12:06

        Après l’Oncle Sam, "Tonton Sam" ?
        Que de clichés sur la France !


        • wesson wesson 2 octobre 2008 12:39

          Bonjour l’auteur, merci pour cet article appétissant !

          Les américains qui se mettent à envier la France ...

          c’est vous dire si ils sont dans la merde !


          • wesson wesson 2 octobre 2008 12:46

            autre extrait du même article :

            "rien n’est plus sacré en France que ses argriculteurs. Ils obtiennent tout ce qu’ils demandent, et ils demandent beaucoup. Et si il y a un problème sur les prix de vente, sur le prix de la nourriture animale ou sur la concurrence avec les autres pays, les agriculteurs français bloquent le pays entier, déversant leur stock sur les champs élysés et empilant le blé sur les autoroutes."



          • Kalki Kalki 2 octobre 2008 12:58

            Oui et l’état américain soutient la plupart de son agriculture (nouriture, fibre textile...) pour concurrencer certain pays en devellopement

            c’est a dire rester compétitif.

            Vive le libéralisme.


          • Kalki Kalki 2 octobre 2008 13:18

            Le modèle américain à la base est plus proche du système français qu’ils veulent le croire.

            Système également Aristocrate ( au sens élitiste), semi représentatif, et oligarchique.

            Savez vous que la langue officiel aux USA aurait put etre le Francais.
            Les 13 premiers etats américains délibérèrent :
            Résultat : 7 pour l’anglais, et 6 pour le Francais.

            Mais bien entendu ce désir de liberté envers l’ancian monde , ce désaccord envers la courrone (l’empire United Kingdom) c’est estompé, et les américains qui recherchaient d’autre valeurs dans la France se tournèrent petit a petit vers les Valeurs AngloSaxone.


          • Kalki Kalki 2 octobre 2008 12:55

            C’est un discour de haut niveau dite donc ...

            L’amérique recherche des repères, elle qui était le repère de nos paires.

            Un mars et ca repart.

            Quel ouverture d’esprit , quel recul envers la réalité, quel générosité envers le monde et les humains, quel CULTURE !

            Vive les premiers des empires du monde ! ( En partant du début ou de la fin ?)


            • Benoit FA 2 octobre 2008 15:57

              Le repère de nos paires ou le repaire de nos pères ??
              J’en perds mon latin...


            • Annie 2 octobre 2008 13:05

              Vous avez oublié d’ajouter que les Américains ont aussi à financer une guerre qui leur coûte la peau des fesses dont ils ne sont pas prêts de sortir et que ces "lâches" de Français auxquels au moins des centaines de blogs ont été consacré en 2003 pour avoir refusé de rejoindre la coalition s’en sortent plutôt bien à cet égard.


              • Zalka Zalka 2 octobre 2008 13:06

                Très amusant ! Merci pour la traduction.

                 


                • Emile Red Emile Red 2 octobre 2008 14:48

                  "les sociétés automobiles de Detroit via des prêts massifs parce qu’elles sont source de fierté américaine"

                  C’est pour dire où il place leur fierté.... sous le cul...


                  • 2 octobre 2008 18:20

                    La fierte francaise n’est elle pas la voiture ???????????????


                  • Emile Red Emile Red 3 octobre 2008 08:23

                    Non !

                    C’est ou le vin ou le jemenfoutisme mais pas la bagnole...


                  • Farlowella Farlowella 2 octobre 2008 14:54

                    Excellent !
                    merci pour cet article...
                    Toujours interessant de changer de perspective..


                    • LE CHAT LE CHAT 2 octobre 2008 16:30

                      Excellent, cet article ! ceux qui nous crachaient dessus en 93 commencent à cogiter ! que du bohneur ! smiley


                      • LE CHAT LE CHAT 2 octobre 2008 16:31

                        je voulais dire en 2003


                      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 2 octobre 2008 17:32

                        Très bon. J’ai bien ri.
                        Le meilleur c’est "L’élite sert l’élite. N’est-ce pas français ? "
                        C’est tellement vrai.
                        Merci.


                        • 2 octobre 2008 18:17

                          Excellent article de l’auteur et la taverne des poetes n’aime pas les cliches sur la France mais adore les cliches sur les USA .
                          Et pour les elections je ne comprends pas que les Francais ne puissent pas voter pour elire le president des USA .Je trouve cela injuste .


                          • nephilim 2 octobre 2008 18:27

                            j’adore................merci pour la traduction :)


                            • herbe herbe 2 octobre 2008 22:01

                              Excellent !

                              Il est arrivé plus d’une fois en France que l’élite serve autre chose que l’élite.

                              Un exemple au hasard :
                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Schoelcher

                              J’ose espérer que le concept importé du microcrédit est une concrétisation des meilleures intentions de Jacques Attali avec :
                              http://fr.wikipedia.org/wiki/PlaNet_Finance



                              • Jean 2 octobre 2008 22:43

                                 cet article est bien représentatif de ce que l’amérique de cette conne de Sarah Palin et de ces gros boeufs d’américain qui s’apprete à voter pour ce gros con de Mc Cain pense de notre pays.. c’est vraiment les meilleurs et ils vont sauver le pauvre monde ..connards


                                • vivelecentre 2 octobre 2008 23:50

                                  Toi , t’es aussi con que ceux que tu crois dénoncer...

                                  Avec un mépris pareil du et lié à une rare inculture, cela ne risque pas de s’arranger ...,


                                • Jean-paul 3 octobre 2008 04:50

                                  @ Jean
                                  conne de Palin
                                  gros boeuf d’americains
                                  gros con de Mc cain
                                  Connards

                                  decidement jean un seul mot pour te designer
                                  CONNARD !!


                                • mikaboom 2 octobre 2008 23:34

                                   En fait, la différence fondamentale entre la France et les Etats-unis c’est que d’un coté ceux qui se goinfrent peuvent être partis de rien, de 0 et que de l’autres ils ont tous fait X et/ou l’ENA.

                                  C’est une différence fondamentale car d’un coté vous avez un pays liberal ET capitaliste et de l’autre un pays socialiste ET capitaliste. 

                                  Pour ma part, je prefere le premier systeme.



                                  • Jean-paul 3 octobre 2008 04:46

                                    D’accord avec Mikaboom


                                  • Kalki Kalki 3 octobre 2008 07:17

                                    Libéralisme ? Lequel ?

                                    Economique
                                    Politique
                                    Sociétal ?


                                  • mikaboom 2 octobre 2008 23:43

                                     ha et avant de se palucher sur les problemes des states, vous feriez mieux de comparer les derniers taux de croissance de la France et des US.

                                    Vous verriez de quel coté est la ressource, le dynamisme et l’inventivité.



                                    • bivipi 2 octobre 2008 23:45

                                      Rien de tel qu’un article comme celui-là pour que les Américanophobes de ce site baissent leur garde et se pament devant tant de louanges. Certes ces louanges viennent d’un Libéral américain (c’est à dire gauchiste en français). Encore que son deuxième degré repasse au premier degré quant il s’agit des banlieues. Il y a en effet une limite pour l’auteur de l’article de Time Magazine à dénigrer son pays sur le point d’élire le citoyen Obama président des USA, citoyen qui aurait bien du mal à figurer en position éligible de nombres de communes de France. 


                                      • TimeLord Wetz25 3 octobre 2008 01:21

                                        Merci pour la traduction !!
                                        Oui, article assez interéssant...les ricains qui regardent vers nous avec une pointe d’envie, semble-t-il. Mais s’ils ne s’étaient pas engagés...si leur gouvernement, plutôt ne les avaient pas engagés dans deux guerres successives, peut-être n’en seraient-ils pas là !


                                        • Le péripate Le péripate 3 octobre 2008 08:59

                                           Très amusant. Comme est aussi amusante la parfaite imperméabilité au second degré de quelques posteurs.


                                          • Bulgroz 5 octobre 2008 12:04

                                            Grâce à la perspicacité des dirigeants socialiste comme Royal, Hollande, Bayrou, Moscovici, Vals, Hamon, Dray. Aubry, Delanoé, Pupunat, Peillon, Bianco, Emmanueli, Bartelone, Montebourg, Lienemann, Fabius, Poperen, Cambadelis (1) et après 68 heures d’intenses débats, la responsabilité ou plutôt le responsable de la grave crise financière a pu être identifié avec une diabolique précision : c’est Nicolas Sarkozy qui a foutu le monde de l’économie irréelle dans la merde.

                                            Une délégation conduite par Mélanchon et Ségolène Royal (tunique bleue et sandalettes de cuir) a été missionnée pour aller expliquer, preuves à l’appui, à Bush, Obama, MacCain, Paulson et Bernanke qu’il est inutile d’aller plus loin dans la recherche des causes de cette dramatique dégringolade. La délégation PS aura aussi pour mission de certifier que la France seule se chargera de punir l’irresponsable Sarkozy qui sera châtié comme il le mérite.

                                            1) Les traitres Michel Charasse, Michel Charzat, René Dosière, Pierre Aylagas, Jean Codognè, Bernard Kouchner, Jean-Paul Bachy, René Revol, Jean-Yves Gouttebel, Jean-Claude Beauchaud, Georges Frêche, Alain Baudin, Claude Allègre, Gilles Seguin, Eric Loiselet, Roland Daverdon, André Guyot, Éric Besson, Jean Marie Bockel, Jean-Pierre Jouyet, pris par une grippe intestinale ne participaient pas à cet important cercle de réflexion et de cocogitatation qui sera la base d’un nouvel ordre moral où l’amour de soi sera enfin une réalité prise en compte par les banques centrales.


                                            • Jean 5 octobre 2008 21:44

                                              NB : je suis américain...


                                              • vivelecentre 6 octobre 2008 22:46

                                                ça m’etonnerait...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles







Palmarès