Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment les islamistes ont profité des révolutions arabes pour (...)

Comment les islamistes ont profité des révolutions arabes pour s’installer au pouvoir

Le Printemps arabe a vu l’arrivée au pouvoir en Tunisie, en Libye et plus récemment en Egypte des partis islamistes auparavant mis au ban de la vie politique. Le parti tunisien Ennahda ainsi que les Frères musulmans égyptiens, tous deux auparavant interdits par les régimes dictatoriaux de Ben Ali et de Moubarak, sont aujourd’hui les grands vainqueurs des élections législatives de leurs pays respectifs. Le cas libyen est un peu différent. En effet, le régime du colonel Khaddafi ne tolérait aucun parti, et le Conseil National de Transition libyen a dû être crée de toutes pièces suite à la révolution libyenne.

On connait aussi maintenant le rôle nettement intrusif des forces alliées de l’OTAN, auxquelles on peut ajouter le Qatar, l’ensemble chapeauté par le Pentagone, dans la chute des anciens régimes de ces pays.

Comment expliquer alors l’arrivée au pouvoir des partis islamistes alors que les « révolutions » dans ces pays ont été guidées par Washington et ses alliés ? Tout simplement parce que les régimes islamistes n’ont jamais réellement été les ennemis de Washington.

Comment pourraient-ils l’être au vu des relations qu’ils entretiennent avec leurs alliés du Golfe, qui sont des régimes non seulement islamistes mais ultra-rigoristes, notamment l’Arabie Saoudite. En réalité les valeurs de laïcité, de respect des droits de l’homme, de respect de la femme etc., n’importent plus lorsque des intérêts stratégiques ou commerciaux sont en jeu. Si tant est qu’ils aient un jour importé pour Washington…

La lutte contre le terrorisme qui sévit depuis les attentats du 11 septembre 2001 n’en est pas une, pas plus qu’elle n’est une lutte contre l’islamisme radical. Il s’agit tout simplement d’une opération de communication visant à permettre la mise en exécution d’un plan stratégique de géopolitique annoncé depuis le 15 septembre 2001 (juste après les attentats de New York et de Washington), lors d’une réunion à Camp David, durant laquelle l’administration Bush de l’époque avait planifié les attaques successives de l’Afghanistan et de l’Irak d’abord, ensuite la Libye et la Syrie, le Soudan et la Somalie, pour finir par l’Iran 1.

La lutte contre le terrorisme repose sur un symbole du terrorisme islamiste : Al Qaeda. Il est indispensable de clarifier le rôle de cette organisation terroriste : elle n’a jamais été l’ennemi de l’Occident, bien au contraire ! Al Qaeda, à l’origine le Maktab Al-Khadamat, était à l’origine une organisation de moudjahidines destinée à lutter contre l’invasion en 1979 de l’Afghanistan par l’URSS. Elle était financée et armée par Washington - qui décrivait ses membres comme des « combattants de la liberté » - dans le but d’enrayer la machine soviétique. Elle est ensuite devenue officiellement l’ennemi de l’Occident et organise une série d’attentats (New York et Washington en 2001, Madrid en 2004…) qui permettent à Washington de mettre en place son plan anti-terroriste qui consiste principalement en l’adoption, à l’intérieur du territoire des Etats-Unis, de véritables mesures de restriction des libertés relevant de l’Etat d’urgence, et, à l’extérieur du territoire, de la série de guerres qu’on a évoqué précédemment. Al Qaeda est aujourd’hui « redevenu » l’allié des Etats-Unis, comme le montre son rôle déterminant dans le renversement du régime libyen et dans le soulèvement contre Damas de l’Armée Syrienne Libre (ASL), organisation regroupant la plupart des membres d’Al Qaeda ayant auparavant combattu à Tripoli. C’est le cas notamment d’Abdelhakim Belhaj, leader historique d’Al-Qaïda en Libye installé au poste de gouverneur militaire à Tripoli par l’OTAN suite au renversement du régime du colonel Khaddafi, et aujourd’hui chef de l’Armée Syrienne Libre 2. C’est aussi le cas de Mehdi El-Harati, ancien membre d’Al-Qaida qui a démissionné de ses fonctions de n°2 du Conseil militaire de Tripoli pour aller encadrer l’Armée Syrienne Libre 3.

Al Qaeda n’a donc en réalité jamais été l’ennemi de l’Occident, et encore moins celui des Etats-Unis. C’est au contraire une organisation récupérée pour servir les intérêts de Washington.

A partir de là, on peut donc aisément comprendre que ce qui intéresse le Etats-Unis et ses alliés, c’est des régimes soumis à l’impérialisme, et ce peu importe les valeurs ou la religion de ces états.

Les partis islamistes arrivés au pouvoir dans les pays arabes offrent autant de garanties sinon plus que les anciens régimes, cependant il fallait bien que Ben Ali, Moubarak et consorts tombent sous la révolte pour lancer la chaine de dominos qui fera tomber la Syrie et l’Iran. C’est d’ailleurs dans cette optique que le Qatar, allié indéfectible des Etats-Unis, a financé l’accession au pouvoir des Frères musulmans en Egypte, et a récupéré le savant religieux musulman opérant sur la chaine qatarie Al Jazeera, le cheikh Yussef Al-Qaradawi, comme le symbole de la révolution égyptienne, et a organisé son retour triomphal sur la place Tahrir le 18 février 2011, 30 ans après son éviction d’Egypte. La Libye, qui faisait bien partie de la liste des objectifs du Pentagone, est, elle, déjà tombée…

Lahcen SENHAJI.

http://www.youtube.com/watch?v=YNOWeUH1PDk&feature=player_embedded

2 http://www.voltairenet.org/L-Armee-syrienne-libre-est

3 http://www.voltairenet.org/Comment-les-hommes-d-Al-Qaida-sont


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Constant danslayreur 30 mars 2012 12:59

    "Comment expliquer alors l’arrivée au pouvoir des partis islamistes alors que les « révolutions » dans ces pays ont été guidées par Washington et ses alliés ? Tout simplement parce que les régimes islamistes n’ont jamais réellement été les ennemis de Washington.« 

    - Le chinimli imli, le chinimli inimli s’y tient dans la main... s’y tient dans la main ?

    - Admettons Monsieur, à quoi »pensez« -vous ?

    - Moi ? A rien, c’était pour faire avancer le chinimli imli, le chinimli inimli.

     »Comment expliquer alors l’arrivée au pouvoir des partis islamistes"

    Laissez-moi vous proposer une autre réponse : Par les urnes banane ! Autrement dit, une majorité écrasante des peuples qui a ... voté pour eux, femmes et femmes sans hidjab souvent incluses, tout un symbole.

    Et pourquoi donc feraient-ils ça les cons de peuples ?
    Ché pas, peut être qu’ils en ont ras le bol des corrompus et des requins en tous genres par exemple...
     


    • Vipère Vipère 30 mars 2012 13:36

      Bonjour Lahcen Senhaji

      Un éclairage très intéressant qui laisse entrevoir un islam politisé servant les intérêts des peuples arabes ?

      « Les partis islamistes arrivés au pouvoir dans les pays arabes offrent autant de garanties que les anciens régimes, sinon plus »

      Mais ces garanties sont conditonnées à une adhésion à l’islam sans réserve ! du donnant/donnant ...


      • snowleopard snowleopard 30 mars 2012 20:58

        seul les peuples on tout à perdre, l’occident eux se frottent les mains, leur choc des civilisation aura bien lieu, il faut des méchants religieux pour que ça se fasse, c’est chose faite.
        C’est bien pour cela qu’ils ont poussé à la révolution mais ne feront rien pour la monté des religieux au pouvoir.

        Ah si j’étais riche, j’irais dans un pays très au nord et bien froid, je me couperais du monde et physiquement comme psychologiquement je m’en porterais que mieux. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès