Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment sortir de la crise en Côte d’Ivoire ?

Comment sortir de la crise en Côte d’Ivoire ?

Le recours à la force internationale pour installer un homme au pouvoir, fut-il « élu » ou dont l’élection est discutée, relève de l’irresponsabilité internationale.

 Il n’y a point de solution qui vaille si elle ne fait pas  honneur à la revendication d’indépendance sous-jacente au refus du diktat de la communauté internationale en Côte d’Ivoire (ce qui constitue la victoire attendue et voulue par la jeunesse afro-ivoirienne).  

Il n’y a point d’avenir pour cette même jeunesse si l’Afrique viole le pacte utile et nécessaire avec le processus électoral comme seul moyen de contrôle, de transmission et d’exercice du pouvoir pour une gouvernance au nom des peuples.

Ban Ki Moon serait-il en train de travestir l’ONU en Côte d’Ivoire ?

 Selon une information rapportée par Europe 1 ce 10 avril 2011, « le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon aurait demandé aux casques bleus déployés à Abidjan de recourir à « tous les moyens nécessaires » pour réduire au silence les armes lourdes des partisans du président sortant Laurent Gbagbo » ; sans aucune référence, par ailleurs, aux armes utilisées par les partisans d’Alassane Ouattara.

 C’est une nouvelle prise de position partisane qui ne contribue pas à la paix en Côte d’Ivoire. Cette déclaration est pour le moins dangereuse, et la mesure envisagée serait catastrophique dans le contexte actuel où le rétablissement de la paix doit primer sur les enjeux de pouvoir des uns ou des autres.

 Pour une Côte d’Ivoire en crise, Ban Ki Moon affiche là une attitude belliqueuse, guerrière, étrange pour un représentant des nations unies censé aider à ramener la paix, et qui va à l’encontre de la pacification de la situation que vivent les ivoiriens.

 Demander aux casques bleus de recourir à la force contre les troupes fidèles à Laurent Gbagbo, dans un contexte de conflit post-électoral en pays africain, est pour le moins étrange comme doctrine des Nations Unies dans le monde ; alors même que de nombreux potentats se tiennent encore au pouvoir à l’issue d’élections douteuses organisées ou supervisées avec la bienveillance des Etats se disant représentatifs de la communauté internationale.

 Il y a là flagrance d’une politique internationale douteuse, à géométrie variable.

 La position affichée par le Secrétaire général des Nations Unies est d’autant plus étrange que la Syrie et le Yemen, pour ne citer que ces deux pays, répriment des populations en quête de liberté et de changement sans que la communauté internationale (que Ban Ki Moon représente) ne prenne de mesures équivalentes à celles en œuvre en Lybie ou Côte d’Ivoire.

 Face à cette communauté internationale déclarée, l’opinion des peuples d’Afrique ne se fait aucune illusion sur la sincérité de ceux là qui, du haut de leurs tribunes, font des déclarations guerrières, annoncent des verdicts partisans, orientés vers la satisfaction d’intérêts douteux, totalement éloignés des intérêts propres au peuple ivoirien. Et cela renforce la position ou la « posture » de Laurent Gbagbo qui a pris le parti du nationalisme ivoirien.

 Dans ce contexte, le recours à la force internationale pour installer un homme au pouvoir, fut-il « élu » ou dont l’élection est discutée, relève de l’irresponsabilité internationale dans un contexte ivoirien où la jeunesse - symbole du renouveau de l’Afrique, visible à travers les réseaux sociaux, en Afrique et dans bon nombre de pays du monde - demande que l’on fasse preuve de réalisme pour résoudre ce conflit en faisant honneur d’une part à la revendication d’indépendance sous-jacente au refus du diktat de la communauté internationale en Côte d’Ivoire, et en instituant et préservant d’autre part la transparence et le respect des règles d’accession au pouvoir pour une gouvernance au nom des peuples.

 Tant que ces deux préoccupations ne figureront pas dans la solution envisagée en Côte d’Ivoire, il faudra considérer que l’on a échoué. Ceci est valable aussi pour bien pour la communauté internationale, qu’à l’endroit de ceux qui luttent pour le pouvoir en Côte d’Ivoire.

 Realchange


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Wesley Carles 11 avril 2011 12:11

    Urgent : Plusieurs légionnaires français ont investi lundi dès 8 heures (GMT) la résidence du Chef de l’Etat Laurent Gbagbo où ils combattent directement contre les militaires de l’armée ivoirienne, a indiqué à Directscoop une source proche du président ivoirien. Alertez le monde, faites passer le message...
    C’est la première fois que les militaires français entrent en action sur le terrain et combattent contre les militaires ivoiriens. « Les rebelles ont échoué. Les soldats français veulent donc prendre le relais.
    Au-delà d’une ingérence et d’une violation de souveraineté, c’est un coup d’Etat doublé d’une tentative d’assassinat contre le président Gbagbo »


    • epapel epapel 11 avril 2011 19:14

      Gbagbo est vivant et en bonne santé, drôle pour une tentative d’assassinat.


    • kako 12 avril 2011 01:13

      @ epapel
      Certes, Wesley est allé vite en besogne ; mais il est vrai qu’on ne pouvait guère faire autrement. La question est cependant ailleurs ; elle est celle de la responsabilité de la France dans ce conflit. Vous savez très bien que la force Licorne a déjà tenté d’assassiner Gbagbo en 2004. Les images du mitraillage ont fait le tour du monde.
      Mais je n’ai toujours pas compris, con comme je suis, la légitimité de l’intervention française contre le président de Cote d’Ivoire.
      Si la France est autant soucieuse du bien être des populations, qu’elle commence par la sienne ; ensuite que fait-elle de tous les dictateurs qu’elle a mis en place et qu’elle soutient ? Je ne les cite pas vous les connaissez toutes.


    • GB 11 avril 2011 12:34

      Les institutions internationales ne sont que des fromages pour les dirigeants politiques ou leurs copains. Quand Bush a voulu attaquer l’Irak sans raison, l’Onu s’est retirée. Quand elle a soutenu Ouattara, elle n’a entrepris aucune action pour contrer Gbagbo qui refusait d’admettre sa défaite et est devenu belliqueux. Si l’Onu était capable d’arrêter Gbagbo elle pouvait soutenir Outtara, sinon elle devait laisser Gbagbo au pouvoir pour éviter une guerre civile qui va laiser des traces durant des années.

      L’Onu est plus une source de problèmes pour les peuples qu’une institution utile à l’hulanité. Elle est seulement au service des magouilles politiques


      • epapel epapel 11 avril 2011 19:13

        C’est fait : Gbagbo a été arrêté.


      • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2011 12:56

        Maintenant que « la communauté internationale » a donné à Ouattara le droit de prendre le pouvoir par la force , c’est pas de main la veille que les massacres vont cesser .
        Et pour le futur , la réconciliation sans laquelle rien ne sera possible ne sera pas une mince affaire , n’a t on rien retenu de l’histoire , on ne peut gagner de guerre sans préparer la paix !


        • epapel epapel 11 avril 2011 19:12

          Madame soleil a parlé.


        • Wesley Carles 11 avril 2011 13:07

          URGENT : !!!! URGENT !!!! 80 CHARS FRANCAIS CHEZ GBAGBO POUR UN CARNAGE !


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 avril 2011 17:35

            Ils l’ont enfermé avec sa femme dans une chambre d’hôtel. Les images sont déjà diffusées sur les chaînes info. Il a une toute petite mine.


          • Wesley Carles 11 avril 2011 14:06

             

            URGENT URGENT :: Plusieurs centaines de soldats français lourdement armés ont investi le secteur de COCODY. Ballet d’hélicos au-dessus de la Résidence. Offensives terrestres et aériennes combinées. Les bombardements de la Résidence viennent de reprendre....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès