Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment TF1 a raté l’ouverture du Mur de Berlin, le 9 novembre (...)

Comment TF1 a raté l’ouverture du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989

9 novembre 89 : Le soir où le mur n’est pas tombé, comment un couac de communication a fait l’Histoire. Et comment TF1 a raté par la suite la couverture de l'ouverture du mur...

Par Pierre Thivolet, ancien correspondant de TF1 en Allemagne

Jusque là tout allait bien. En tout cas presque bien pour le régime communiste de Berlin-Est. Bien sûr, les dernières semaines avaient été compliquées : Des dizaines de milliers de « citoyens » avaient fui la D.D.R - D. D. R : R.D.A , République Démocratique Allemande : Les officiels du gouvernement communiste avaient une manière bien particulière de prononcer ce nom. D’ailleurs, un peu comme l’allemand des nazis, le régime communiste avait créé une sorte de novalangue, où des expressions convenues étaient répétées jusqu’a être vidées de sens : La Patrie socialiste, L’Etat des ouvriers et des paysans, le mur de protection antifasciste, la police populaire, l’armée du Peuple… Plus personne n’y croyait vraiment, mais tout le monde faisait semblant. Et puis il y avait un carré d’irréductibles. Autour d’Erich Honecker, une vieille garde composée le plus souvent d’anciens combattants antinazis exilés à Moscou, autour de laquelle avaient grandi des fonctionnaires ayant fait toute leur carrière dans le Parti.

Cruel dilemme pour les communistes est-allemands. D’un côté, ils ne pouvaient imaginer une vie sans Moscou, et de l’autre, Moscou, c’était Gorbatchev, et Gorbatchev s’était prononcé pour la transparence et l’ouverture. Ouverture à Berlin-Est ? Késako ? Comme Gorbatchev avait publiquement désavoué Honecker, on s’était débarrassé d’Honecker. Sans avoir le scénario de l’après. Un peu par défaut, il avait été remplacé par Egon Krenz, dont le seul titre de gloire était d’avoir été dirigeant des »Pionniers » et des Jeunesses socialistes. Personne ne sachant exactement ce qu’il fallait faire ou pas, le comité central était donc en réunion permanente. Et la presse étrangère avait pu obtenir des visas afin de couvrir cette actualité officielle.

Ce matin-là, donc, un jeudi, il n’y avait rien de particulier. Le pays n’était pas plus en crise qu’un mois auparavant. On nous avait annoncé une conférence de presse en fin d’après-midi, à l’IPZ, le centre de Presse internationale. Nous y sommes tous allés, nous n’étions pas très nombreux, en somnolant d’avance. Le nouveau porte-parole du Comité central avait beau avoir été rédacteur en chef de « Neues Deutschland », le journal du Parti, le qualifier de journaliste serait très exagéré. Et d’ailleurs c’est parce qu’il a fait une grosse boulette que ce soir-là, il a involontairement fait l’Histoire.

Günther Schabovsky nous lit donc des communiqués officiels, et sans intérêt. Nous étions tous sur le point de nous en aller. Quand - et là, l’histoire est maintenant bien connue - un confrère italien lui posa la fameuse question : « Et qu’en est-il du projet d’autoriser les citoyens est-allemands à voyager librement ? ». Schabovsky bafouille une réponse hésitante : « Autorisation » « libre circulation » « peut-être ce soir » « minuit ? »

Je me souviens d’une petite bousculade autour de lui, alors qu’il se dirigeait déjà vers la sortie. Je me souviens de notre perplexité : « Qu’a-t-il voulu dire ? ». Nous nous sommes appelés entre collègues : Philippe Rochot de France 2, Luc de Barochez à l’époque pour l’AFP, Henri de Bresson, du Monde ; Je crois bien que c’est tout, en ce qui concerne les confrères français. Je n’avais jamais revu, relu ou réécouté ce que nous avons tous dit dans les JT de 20 h, ce soir là, sur nos différents médias. Ce qui est frappant, c’est que nous, sur place, avons tous raconté la même chose. Nous avons été factuels, donnant la nouvelle, mais sans annoncer la chute du mur. Alors que nos rédactions à Paris annonçaient déjà que c’était chose faite. Heureusement que les choses n’ont pas mal tournées.

Or, elles auraient pu se transformer en bain de sang. A 20 heures, il ne se passait absolument rien à Berlin-Est. A l’Ouest, les chaînes allemandes, s’installaient pour des « directs » depuis les différents points de passage du mur, parce qu’elles pensaient qu’elles pourraient filmer les premiers passages autorisés, sans doute vers minuit.

Les rues de Berlin-Est étaient donc désertes. J’ai quand même averti l’équipe de tournage – il paraît que j’ai laissé un mot pour tous : « tenez-vous prêts ». Nous sommes allés faire un tour devant le premier point de passage au nord de la Porte de Brandebourg, à « Invalidenstrasse ». L’Ouest n’était qu’à une centaine de mètres derrière le no man’s land et le double mur. On ne le voyait pas. Mais on aperçevait des lumières, celles de spots des télévisions de l’Ouest. Les garde-frontières étaient nerveux et téléphonaient dans leurs guérites. Il n’y avait pas grand monde dans la rue devant le poste-frontière. Ceux qui étaient là, avaient pris leurs passeports. Au cas-où. Et puis les gens ont commencé à arriver. C’était après les journaux du soir de la télévision ouest-allemande, interdite à l’Est, mais regardée par tous. 21h45 : Heute Journal sur ZDF ; Puis 22h30 Tagesthemen sur ARD : « Si l’Ouest le dit, c’est que c’est vrai, on y va ».

En quelques minutes, les dizaines de personnes se sont transformées en raz-de-marée. Les gardes submergés ont ouvert les barrières. Au début, ils ont bien tenté de contrôler. Ainsi, parce que le passage d’ »Invaliden Strasse », était réservé aux allemands de l’Est, ils nous ont renvoyés vers « Check-point Charlie » réservé aux occidentaux. En passant devant la Porte de Brandebourg, on voyait déjà des manifestants, qui étaient montés sur le mur. Mais à partir de l’Ouest, car à l’Est, l’armée avait pris position, et la peur était encore trop grande. Dix minutes plus tard lorsque nous sommes arrivés à check-point Charlie, c’était comme un RER aux heures de pointe.

Et puis :

Plus aucun contrôle, les barrières sont levées, les soldats se retirent, c’est comme une digue qui lâche.

Les cloches de Berlin-Ouest se sont mises à carillonner. Tous les bars et les magasins ont rouvert à l’Ouest. Tout le monde s’embrassait, on offrait des roses aux garde-frontières. Mais à aucun moment, le mur n’a été détruit ou démonté ce soir-là. Attaqué à coups de pioche, côté Ouest, oui, mais c’était symbolique. Côté Est, il s’agissait d’ailleurs surtout d’aller faire une virée à l’Ouest, de « test the west », et de retourner chez soi, avant que les enfants ne se réveillent, en leur apportant peut-être quelques bananes…

Tout était joué ?

Non ! Il a aussi fallu qu’à distance, Gorbatchev fasse savoir que les troupes sociétiques ne bougeraient pas, et qu’il n’était pas question de réprimer ce mouvement par la force. Car ce que l’on sait aujourd’hui et ce que le dernier chef de gouvernement communiste Hans Modrow m’a expliqué plus tard en interview : Ce soir-là, à Berlin-Est, il y avait des durs qui voulaient tirer dans le tas. Le bataillon d’élite « Friedrich Engel » avait été mobilisé, les soldats armés étaient montés dans des camions dont le moteur était allumé prêt à démarrer. Il s’en est donc fallu de peu que le 9 novembre ne se transforme en bain de sang ; Tous les medias n’ont pas réagi de la même manière. Ainsi, si tous se sont précipités à Berlin, dans la nuit ou au petit matin, tous n’ont pas pris la mesure de l’événement.

Très vite en effet, toutes les communications ont été saturées entre l’Ouest et l’Est. Et impossible de passer à l’Est quand on venait de l’Ouest sans visa. Si à Antenne 2, Christine Ockrent, comprenant les enjeux, avait décidé d’envoyer des moyens de communication, une station satellite pour assurer les transmissions, à TF1, malheureusement, on s’était plus intéressé au casting des « people » et des stars à envoyer sur place qu’à l’intendance. La maquilleuse plutôt que le satellite. Résultat : Pendant près de 3 jours, les seuls sujets que TF1 pouvait diffuser étaient ceux transmis depuis la régie de la télévision est-allemande à Adlershof à 30 Minutes du centre de Berlin. Pour nous y rendre, comme Berlin-Est n’était plus qu’un gigantesque embouteillage, nous avions loué une moto, et nous remontions les avenues à contre-sens sur les trottoirs pour arriver à l’heure à la diffusion. Quand je dis nous, il faudrait préciser que nous avions loué une moto est-allemande et son propriétaire, un jeune instituteur ravi de l’aubaine, qui fonçait dans le froid en zigzagant entre les « Trabant », moi je préférais fermer les yeux ! Une fois sur place, course vers la diffusion, envoi du sujet, échange avec la régie à Paris, et trajet retour, pour continuer à « tourner » non stop pendant une semaine ! Les seuls contacts possibles avec Paris se faisaient à ces moments-là depuis la régie de la télé est-allemande. Jusqu’à ce samedi 11 novembre, où TF1 avait annoncé une émission spéciale « Mur de Berlin » à 13 h15, qui dû être remplacée, faute de liaison satellite, par une émission de secours : un documentaire sur les « Noces du sultan de Brunei » ! Au même moment, sur Antenne 2 Christine Ockrent préparait ses premiers directs.

Je me souviens de notre échange depuis la télé est-allemande avec les techniciens de la régie à Paris, le soir du « ratage » :

« Et comment ça va à Paris ? »

« Ca barde »

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Mougeotte vient d’arriver en salle de rédaction, il est fou furieux »

« Ah ! bon, mais qu’est ce qui se passe ? »

« Ouh là, c’est Lelay qui vient d’arriver. Il hurle. Il veut tous les virer ».

J’explique alors aux techniciens de la régie que l’on peut essayer d’organiser des directs avec les moyens techniques de la télévision est-allemande.

« Quitte pas, on appelle Lelay ».

Patrick Lelay arrive au téléphone. Il m’écoute en silence. Puis me dit : « Vous avez carte blanche ».

Je lui précise que ça risque de couter cher, et en dollars ou en deutschemarks.

« Vous avez carte blanche, quel qu’en soit le prix ».

Dans la nuit, nous avons appelé nos contacts à la télévision est-allemande. Des valises ont dû circuler ; 24 heures plus tard, je faisais le premier direct depuis le mur, côté est, dans le journal de 13 heures de Jean-Pierre Pernaut. Le mur de Berlin a signifié aussi cela : L’entrée des medias dans un nouvel âge, celui des « directs ».

Ce n’est qu’après le 9 novembre, que le mur a commencé à être ouvert, démantelé, que le mur est tombé. Cela a pris plusieurs mois, presque un an, et ce furent de belles journées, de beaux moments, une sorte de Printemps allemand, qui commença en plein novembre, le jour d’après.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Bruce Baron Bruce Baron 9 novembre 2014 21:41

    Intéressant.


    • Ruut Ruut 9 novembre 2014 22:10

      En gros un journaliste a fait tombé le mur.


      • Simple citoyenne Simple citoyenne 10 novembre 2014 09:05

        Bonjour à vous ! Merci pour ce partage d’un moment exceptionnel que vous avez vécu au plus près !


        • alberto alberto 10 novembre 2014 12:51

          Voilà un récit des coulisses de presse qui lève le voile sur les péripéties du journaliste de terrain !

          Mais apparemment, depuis ce choc, J.P. Pernaut prolonge sa catharsis...

          Bon, question mur, reste celui de Luxembourg : plus coriace que Berlin ?

          Merci l’auteur.


          • rocla+ rocla+ 10 novembre 2014 13:01

            S ’ il est tombé c ’est qu’ il était mûr .


            Le mur . 



            • Jelena XCII 10 novembre 2014 13:42

              Il suffit de voir qui commande l’Europe aujourd’hui, pour comprendre que ce n’était pas le rôle de la France de fêter la réunification de l’Allemagne.


              • lsga lsga 10 novembre 2014 13:45

                Les USA et la Russie ont diviser l’Europe en deux en 1945 de manière à empêcher l’émergence d’un concurrent.

                 
                Mais bon, ça doit être trop compliqué pour vous de le comprendre...

              • Jelena XCII 10 novembre 2014 14:19

                Bienvenu sur Isgaledébile.fr

                Poster un commentaire et dans la minute qui suit, Isga le gaga postera un commentaire débile en dessous.


              • lsga lsga 10 novembre 2014 14:27

                Dire que la Russie et les USA ont divisé l’Europe en deux pour casser leur plus grand concurrent potentiel c’est débile ? 

                 


              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 11 novembre 2014 13:56
                Non, ça c’est évident. Ce qui est débile et prétentieux, c’est d’ajouter :

                « Mais bon, ça doit être trop compliqué pour vous de le comprendre »

              • lsga lsga 11 novembre 2014 14:24

                Qaspard, visiblement, ce « vous » ne te concernait pas. 

                 
                En effet, pour n’importe qui ayant au moins deux neurones en état de marche, il est évident que les USA et la Russie s’entendent depuis 70 ans pour empêcher l’émergence d’un Impérialisme Européen concurrent aux leurs.

              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 11 novembre 2014 16:36

                Certes, mais pouvait-il concerner Jéléna ? 


              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 11 novembre 2014 16:37

                Pardon, « Jelena »


              • lsga lsga 11 novembre 2014 16:37

                Bin pose lui la question... A-t-elle compris que les USA et la Russie s’entendent depuis 70 ans pour empêcher l’émergence d’un Impérialisme Européen concurrent aux leurs....


              • 65beve 10 novembre 2014 16:02

                TF1 n’était pas au courant que Sarkozy cognait dans le mur comme un malade ?


                • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 2014 07:55

                  Mais il ont eu le Fauxcialiste Hollande pendant 90 mn......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pierre Thivolet


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès