Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Conflit colombien : la cruelle responsabilité des paramilitaires

Conflit colombien : la cruelle responsabilité des paramilitaires

Le 23 mai, des organisations de la société civile européenne et colombienne ont lancé à Paris un appel à la présidence française de l’Union européenne en faveur de la paix et du respect des droits humains en Colombie. Un de leurs objectifs est de sensibiliser sur la gravité de la situation des droits de l’homme et de l’impunité : exactions commises par les paramilitaires et les récents scandales de la parapolitique qui touchent des proches du président Uribe. Sans oublier les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Un véritable conflit interne.

Le conflit colombien, ce n’est pas uniquement les Farc, Ingrid Betancourt et les compagnons d’infortunes de la Franco-Colombienne. C’est aussi le problème des paramilitaires. A l’origine de nombreuses violations des droits de l’homme et infractions au droit humanitaire international, ils sont censés être démobilisés. Mais les scandales demeurent et des proches du pouvoir présidentiel sont suspectés. Un mois avant la présidence française de l’Union européenne, des organisations de la société civile européenne et colombienne ont ainsi tenu une conférence de presse, le 23 mai à Paris, au Centre d’accueil de la presse étrangère, afin de sensibiliser sur l’inquiétante situation des droits de l’homme en Colombie.

La Colombie, le "mauvais voisin"

A l’origine de cet appel, la Coordination française pour la paix en Colombie (CFPC) - qui réunit entre autres le Secours catholique, le Comité catholique contre la faim (CCFD) ou encore la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) ainsi que le Bureau international des droits humains - Action Colombie (OIDHACO). Au centre de leurs préoccupations, un processus de démobilisation des groupes paramilitaires qui favorise l’impunité, en toute connivence avec l’actuel chef d’Etat colombien, Alvaro Uribe (élu en 2002, réélu en 2006) (A lire aussi, sur le site Risal : "Les relents narco-paramilitaires" du président colombien et sur Bakchich.info, Les manifestations qui l’ont embarrassé), proche de Washington et l’un des derniers hommes de droite au pouvoir en Amérique latine. « Le mauvais voisin ». Le durcissement de sa politique militaire, alors qu’il nie l’existence d’un conflit interne dans son pays, lui attire les foudres des défenseurs des droits de l’homme. Ces derniers s’inquiètent depuis longtemps du cas colombien. Depuis 1985, le nombre de personnes déplacées s’élève à plus de 4 millions, soit le deuxième pays après le Soudan.

Des événements récents témoignent de la précarité des droits humains ainsi que des liens suspects existant entre le pouvoir et les groupes paramilitaires, soi-disant démobilisés depuis le décret 128 de 2003 puis de la loi Justice et Paix censée encadrer la démobilisation. Le 22 avril dernier, le cousin du président colombien, Mario Uribe, a été arrêté en raison de ses liens avec les paramilitaires, suite aux révélations d’anciens chefs de ces groupes armés. Le haut niveau du pouvoir politique est gangrené. Tout comme le Parlement. « Il y a actuellement 61 parlementaires poursuivis en justice et plus de 300 hauts fonctionnaires (maires, gouverneurs...) », précise Luciano Sanin, représentant de la plate-forme colombienne "Coordination Colombie-Europe-Etats-Unis", de passage à Paris pour la conférence.

Encore 10 000 paramilitaires actifs

L’aspect positif du processus de démobilisation est de faire tomber certains des hommes politiques impliqués : les anciens chefs, retirés, parlent. Et ils balancent. Dans cette optique et pour éviter de plus amples scandales, le gouvernement colombien a décidé le 13 mai dernier d’extrader aux Etats-Unis 14 des plus importants chefs paramilitaires « responsables de crimes de lèse-humanité ». Cela signifie que ces membres haut placés des groupes armés, qui commençaient à évoquer "des nombreux massacres", sont retirés du système judiciaire colombien. Ils ne seront jugés, sous la juridiction américaine, "que" pour trafic de drogue et non pour leurs usurpations de terres et assassinats. La justice et la vérité sont mises aux oubliettes au profit d’une impunité qui se généralise. Aux oubliettes également le droit des nombreuses victimes. Car, « les paramilitaires ce sont encore 10 000 hommes actifs, et depuis six ans, 12 000 assassinats politiques, 1 000 exécutions "extra-judiciaires", 445 syndicalistes assassinés. Avec les Farc, le nombre d’otages est porté à 1 500 », dénonce Luciano Sanin.

Luis Eduardo Salcedo, lui aussi du déplacement parisien, a tenu à rappeler que dans le cadre de cet appel, la pression devrait aussi être mise sur les Farc. Acteurs du conflit, ils détiennent plus de 700 otages. Un symptôme de plus des infractions au droit humanitaire. « Le gouvernement doit les rencontrer et discuter directement avec eux. Il faut trouver un accord humanitaire », clame-t-il, révolté et lucide.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • wesson wesson 30 mai 2008 13:13

    Bonjour l’auteur,

    [Mode Lerma ON]

    Allons allons mais non, c’est les FARC les affreux. La preuve, il font rien que de rester dans la forêt depuis 50 ans, et répugnent à se faire trucider pour la noble cause gouvernementale. Les sots !

    Les paramilitaires sont des gentils, la preuve leur lien avec les plus hautes instances de l’état - Uribe. Un présidente qui a selon des sondages presque 80% d’opinion favorable, les organisations amies ne peuvent pas être les horreurs que vous dite.

    Les paramilitaires tuent au moins 10 fois plus de monde que les FARC, mais c’est des pauvres, donc ça compte pas !

    [/Mode Lerma OFF]

    Merci l’auteur pour cet article qui remets un peu les choses en place concernant la terreur et qui la pratique dans cette région. Vous risquez de voir déferler ici toute la cohorte d’anti-Chaviste et pro-US patentés qui vont vous expliquer quel paradis démocratique c’est, la colombie !


    • morice morice 30 mai 2008 13:18

       C’est évident que "l’export des paramilitaires" colombiens est une manœuvre réalisée en plein accord avec les USA. L’amérique du sud qui verse à gauche c’est le monde à l’envers pour eux ; ça fait plus de 50 ans qu"ils considéraient les pays lui appartenant comme colonies américaines. La CIA travaille sec en Colombie comme en Bolivie ou même chez Chavez pour maintenir une emprise US en sapant les initiatives qui la gêneraient. Avec comme source principale d’argent le commerce de la drogue qu’elle organise. 


      • Philou017 Philou017 30 mai 2008 13:18

        Le gouvernement Colombien et les cliques qui l’entourent forment un des etats les plus corrompus d’Amérique Latine. Le fait que le gouvt US soutienne cet état et que de nombreux personnages de l’état et des paramilitaires soient impliqués dans le trafic de drogue est tout sauf un hasard. La Colombie reste d’ailleurs le principal fournisseur de cocaine, malgré la soi-disant "guerre" menée par l’armée Américaine contre les traffiquants.

        En Afghanistan ; la production d’héroine bat tous les records.

        http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/12/01/AR2006120101654.html

        CQFD.

         


        • Mr Mimose Mr Mimose 30 mai 2008 14:48

          Le peuple colombien finira bien par avoir la peau de ce salaud d’Uribe !


          • Mr Mimose Mr Mimose 30 mai 2008 14:50

            Uribe Vélez, un passé parmi les narcotrafiquants

            Un chroniqueur de El Espectador, Fernando Garavito Pardo, a dû s’exiler en mars 2002 suite à des menaces de mort après avoir publié une série d’enquêtes sur les liens présumés avec le narcotrafic et le paramilitarisme du candidat à la présidence de l’époque Álvaro Uribe Vélez.

            http://risal.collectifs.net/spip.php?article2151


          • vivelecentre 31 mai 2008 07:01

            Les responsabilités des uns n’excusent pas celle des autres

            Dans le genre tentative de réhabilitation des Farc, il fallait écouter l’émission de de Merlet , cette semaine, l’après midi sur France inter ! édifiant !

            A croire que les pauvres FARC sont les victimes permanentes des affreuses forces paramilitaires et que ces gentils guérilleros ne sont poussés que par la lutte politique qu’ils ne peuvent pas faire autrement

            Aucun mots sur le trafic de stupéfiant, et si ils ont bien quelques otages dans des conditions très humaine et plus agréable que certaine prison de notre république (sic), c’est uniquement pour se protéger ..

            Etc etc , tout cela sur le "service"public" français , qui , comme chacun sait , est là pour apporter aux français culture et information et non pas militantisme exacerbé et désinformation..


            • wesson wesson 31 mai 2008 12:15

              "Etc etc , tout cela sur le "service"public" français , qui , comme chacun sait , est là pour apporter aux français culture et information et non pas militantisme exacerbé et désinformation.."

               

              J’adore ce reproche récurrent fait à mermet qui assume parfaitement son militantisme de gauche qualifié d’extrême. Mermet, ce n’est qu’une émission de reportages à la radio ou les reporteurs se bougent encore le cul pour aller là ou ça se passe, alors que partout ailleurs, ce n’est que des reportages bricolés sur Internet depuis le bureau, ou des emissions de bavardage dans lesquelles débattent des gens qui sont fondamentalement tous d’accord entre eux.

              Un ilôt de qualité dans un océan de médiocrité consensuelle, de politiquement correct, de propagande éhontée et de fadasserie en tout genre. Mermet fait du journalisme, du vrai, à une époque ou on en apprends plus sur notre président dans "Voici" et "Gala" et "Closer" que partout ailleurs.

               


            • vivelecentre 31 mai 2008 12:29

              Mermet fait du journalisme (peut être ) mais du journalisme militant avec des positions d’un autre âge

              Son doux Marxisme-angélique est soit complètement naïf, soit complètement cynique

              je n’ai rien contre, ce que je n’accepte pas, c’est que cela se fasse avec un financement public, c’est à dire vos ou MEs impôts..

              Quand à son objectivité... c’est par exemple à l’image de celle de gramma....


              • marc 31 mai 2008 21:42

                vivelecentre

                On voit bien ce que recouvre "le centre" . Une droite pure et dure qui refuse toute information , même si elle est unique dans le panorama du PAF, contraire aux intérêts financiers en général et US en particulier. Le centre, c’est la censure. Quelle tromperie sur ce mot " le centre" !!!

                Wesson a parfaitement résumé la situation. Merci à lui et honte à vous.


              • vivelecentre 1er juin 2008 20:23

                merci pour votre réponse équilibrée , témoignage de tolérance, révélant votre sens élevé de la democratie , comportement a l’image de vos glorieuses références, idéologie d’un autre âge...

                ""On voit bien ce que recouvre "le centre" . Une droite pure et dure""

                Vous m’accusez de ce que je ne suis pas, et je n’ai aucune leçon d’humanisme a recevoir de gens qui soutiennent une forme quelconque de totalitarisme

                 ""qui refuse toute information ""

                je ne sais pas d’où vous tenez vos information, je ne vous connais pas, vous ne me connaissez pas ,

                la moitié de ma famille est sud américaine, j’y passe la moitié de mon temps,

                Quand je vois le torrents d’inepties qui sont déversés sur la bonté des regimes de Cuba et du Venezuela par un certain nombre de militants marxistes , collabos de ces regimes , je sais d’ou viens leurs et/ou vos informations ..


                • Basebou Basebou 13 juin 2008 23:06

                  Vivelecentre fait partie de ces gens qui regrettent le bon temps des Pinochet et autre Strossner, ce bon temps où une poignée d’élites sud-américaines s’enrichissait en léchant le cul des yankees et en maintenant dans une pauvreté crasse les 90% de la population... Ce temps est terminé, il est l’heure pour l’Amérique du Sud de s’émanciper des yankees et de botter le cul définitivement aux derniers laquais des yankees

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès