Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Conflit géorgien : une crise mélant contradictions du droit international (...)

Conflit géorgien : une crise mélant contradictions du droit international et crise étatique

Le conflit russo-géorgien, sous les feux de l’actualité depuis l’attaque géorgienne en Ossétie du Sud le jour de la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Pékin, présente deux aspects importants. D’une part, le président géorgien et non moins atlantiste, Mikheil Saakachvili, avec la complicité de Washington, participe à la stratégie américaine de marginalisation de la Russie, poursuivie depuis 1991, c’est-à-dire suite à la chute de l’empire soviétique, par l’Otan. D’autre part, par l’extrême violence de ses représailles, la Russie du président Dmitri Medvedev et du Premier ministre Vladimir Poutine entend clore l’ère du laisser-faire et récupérer de sa superbe. Cependant, la nature même de ce conflit résulte de l’histoire de cette région de l’Europe, fortement tourmentée depuis la fin de la guerre froide.

Pour comprendre les enjeux du conflit géorgien, il convient de comprendre les réalités géopolitiques actuelles dans le Caucase. L’éclatement de l’URSS a donné lieu à un travail de reconstruction politique dont le processus est loin d’être achevé. Ce qui est vrai aujourd’hui du Caucase risque de l’être demain de l’Ukraine, peut-être du Belarus, et peut-être même des républiques d’Asie centrale. La crise géorgienne est en fait d’une très grande banalité : c’est celle qui accompagne toute construction inachevée d’un Etat sur un territoire dont le montage de l’Empire socialiste soviétique stalinien ne correspond à aucune réalité sociopolitique réelle et stable.

Il est clair que la nature apparente du conflit actuel repose sur la violation de l’intégrité territoriale des territoires des deux régions sécessionnistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie, dont la volonté de recouvrer la pleine et entière souveraineté constitue le fruit de la volonté de Mikheil Saakachvili depuis son arrivée au pouvoir, en janvier 2004. Cependant, le principe d’intégrité territoriale, cause principale des conflits mondiaux et ce, depuis fort longtemps n’a de fait aucun fondement profond en dehors de sa nature de convention. On sait qu’il n’y a pas de territoire naturel. On sait aussi qu’il est impossible de construire des territoires ethniquement purs. On sait également que la nation ne fait sens que lorsqu’elle reconstruit sur un plan purement politique et citoyen le cadre territorial totalement artificiel et aléatoire dont s’est doté un Etat.

La principale difficulté à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés résulte de l’absence de légitimité des territoires dont les frontières ont été découpées de façon aléatoire du fait de leur nature purement conventionnelle. Ce manque de légitimité territoriale demeure sujet à toutes les contestations venant de toutes les minorités nationales émergentes au cours de l’Histoire, puisant un sentiment patriotique national du fait de la reconstruction d’un lointain passé historique. Dès lors, notre jeu international contemporain d’après-guerre froide est marqué par une tension incessante, et même grandissante, entre une convention dont le monde a besoin pour survivre et se construire, mais qui apparaît de plus en plus fragile et contestée, et des aspirations identitaires et séparatistes, fondées sur le droit à l’autodétermination des peuples, qui ne peuvent que contrarier ces artifices nés de la nécessité de redécoupage territorial suite à la chute de l’empire soviétique.

Il paraît évident que réside ici la principale source des conflits futurs : plus on avancera dans le temps, plus le système international aura besoin de protéger le principe de territorialité. Dorénavant, toute faiblesse des Etats se traduira par une revendication territoriale issue d’une minorité mécontente et frustrée, plus ou moins manipulée de surcroît par un voisin qui aura tôt fait de découvrir le parti qu’il pourra en retirer. Aussi, l’objectif russe est d’éviter que les régions d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie retombent sous le giron géorgien du fait des liens étroits unissant les Etats-Unis et la Géorgie, le président Saakachvili étant plus que jamais désireux que son pays rejoigne l’Otan. Les gouvernements occidentaux seraient bien avisés de se rendre compte que le principe de territorialité peut rapidement être mis à mal par les revendications des minorités nationales et de ne pas fétichiser à la hâte un principe qui ne correspond en fait qu’à une convention précaire.

Ce que l’on appelle la stabilité du Caucase passe ainsi par un processus particulièrement complexe et périlleux de redéfinition territoriale des Etats concernés : on est en réalité très près de la question des Balkans. On est en effet tenté de faire le rapprochement entre le conflit en Géorgie et le conflit kosovar et de trouver même des ressemblances frappantes. Dans les deux situations, le clivage Est-Ouest vient vite se substituer à la régulation internationale qui aurait dû découler du principe de responsabilité de protéger. Avec le Kosovo, l’histoire se termine par l’éloge du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes par les Etats-Unis et leur refus de privilégier le principe d’intégrité territoriale. Avec la Géorgie, la Russie se fait à son tour contre Washington le défenseur de la cause des minorités, et récuse le principe d’intégrité territoriale qu’elle mettait en avant pour s’opposer à l’indépendance du Kosovo. On ne peut pas faire mieux dans la caricature, autant à Washington qu’à Moscou.

Une simple analyse des concepts juridiques nous amène à un constat : l’intégrité territoriale et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sont deux principes fondamentaux de jus cogens (ou normes impératives en droit international) totalement incompatibles auxquels on demande de fonder de manière stable et complémentaire l’ordre international ! Faisant partie intégrante de la Charte des Nations unies, le droit à l’autodétermination des peuples a été reconnu notamment par la Cour internationale de justice, dans son arrêt récent sur le Timor oriental. Elle a de même à nouveau rappelé qu’il s’agit-là d’un des principes essentiels du droit international contemporain » (arrêt du 30 juin 1995, § 29). De son côté, le principe de l’exclusivité des compétences territoriales interdit en principe l’atteinte aux frontières nationales et garantit l’indivisibilité du territoire. Clairement contradictoires, pour éviter le phénomène de pullulement étatique suite à la chute du bloc soviétique, le Secrétaire général des Nations unies, Koffy Hannan, dans son « Agenda pour la Paix » proposé aux Etats membres le 17 juin 1992, a invoqué la nécessité de dissocier le droit des peuples et celui de l’autodétermination hors des cas de domination coloniale, malgré la multiplication des risques d’affrontement qui en résultent.

L’intérêt de tous, non seulement l’Europe et la Russie, mais aussi les autres voisins (Turquie, Iran...), est de parvenir à une stabilisation du processus de construction étatique, dont on peut parier qu’il débouchera sur d’autres évolutions de la configuration territoriale des trois Etats concernés (Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie). Cette extrême fragilité n’a de solution que dans une forme minimale de consensus. Personne du côté des Etats n’a donc intérêt à susciter des logiques de déstabilisation violente. De ce point de vue, l’Union européenne, par l’intermédiaire de l’action de Nicolas Sarkozy, président de la République de l’Etat présidant l’Union, a fait ce qu’il fallait faire : parvenir à endiguer la crise en évitant l’embrasement de la région, sachant que le plus dur est de régler ce problème quant au fond. Il serait faux de penser, comme c’est actuellement trop le cas, que la Russie a des ambitions annexionnistes. L’ogre soviétique n’est plus d’actualité.

Victime de la stratégie de marginalisation opérée depuis le début des années 1990 par les pays membres de l’Otan, elle cherche avant tout à être admise comme interlocuteur privilégié dans tout processus de règlement pacifique des différends, énumérés à l’article 33 de la Charte des Nations unies. Il serait erroné de croire que reconnaître la Russie en tant que puissance régionale nuirait aux intérêts des Balkans, du Caucase et de l’Union européenne, bien au contraire. Le petit, le "faible", la Géorgie, s’était bel et bien lancé dans un processus actif de déstabilisation et de remise en cause d’un statu quo datant de 1992 (accord de Dagomys), confiant dans sa capacité de pression sur son allié protecteur américain. Nous assistons une nouvelle fois à la déstabilisation du fort par le faible et à une sorte de pression du petit sur le grand pour l’engager, même contre son gré, dans un processus de défi à l’ordre établi dont le géant ne voulait probablement pas. En revanche, ce qui demeure clairement discutable est la violence de la réaction belligérante russe, disproportionnée sans doute.

La dernière question que nous sommes en droit de nous poser, afin d’envisager les futures perspectives de la situation géopolitique, est de se demander si le phénomène de pullulement de micro-Etats à travers toute l’Europe représente une véritable menace pour la paix. En vérité, ces "micro-Etats" ne sont pas plus dangereux que de vastes ensembles instables, divisés entre minorités qui risquent de s’affronter à tout moment. L’intégration régionale a même pris son envol dans notre monde contemporain pour corriger cette irréductible tendance à la fragmentation. Il s’agit-là d’un effet pervers de la mondialisation : plus les collectivités sociales sont interdépendantes les unes des autres, plus elles cherchent à affirmer leur particularisme et leur identité. Cette logique de fragmentation a donc un bel avenir devant elle, et c’est bien pour cela que les processus de construction régionale, telle l’Union européenne, sont utiles, et même fonctionnels dans notre monde contemporain. Le plus grand danger pour notre futur tient aujourd’hui au risque croissant de guerre civile à l’intérieur des Etats. Tout se jouera en réalité dans la capacité de l’Europe de savoir réellement intégrer les populations qui en relèvent, et de parvenir peu à peu à une véritable régulation de leurs conflits : la très lente, mais réelle, extinction du conflit irlandais, la dissipation de la question catalane sont là pour montrer que le jeu de l’intégration régionale est de ce point de vue plus performante que la mécanique rigide qui préside à la construction des Etats-nations. D’où, effectivement, le malheur qui frappe le Caucase, zone extérieure à tout processus réel d’intégration régionale, du moins pour l’instant. Le seul rêve d’avenir que l’on puisse habiliter pour ces populations est une intégration future dans le respect des diversités, mais le processus sera évidemment pour le mieux très long.

Cyril de Guardia de Ponté


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • finael finael 15 octobre 2008 14:14

    Il manque à votre analyse un minimum de profondeur (ou de connaissance) historique :


    L’Ukraine, tout au moins sa partie Est, a toujours fait partie de la Russie et Kiev en fut même la première capitale durant près de 5 siècles. Le régime soviétique n’a fait que déterminer des limites de régions. Quant à la partie Ouest elle a, au gré des guerres, été intégrée au "Royaume de Lithuanie-Pologne", à la Prusse, à la Pologne (durant les périodes de son existence) et surtout à la Russie.


    - Le "Bélarus" n’existe pas : ce nom - dissonnant par ailleurs - n’est pas reconnu par les instances internationales. Il s’agit bel et bien de la Biélorussie, ou Russie Blanche, partie intégrante de la Russie depuis des siècles.


    - Le Caucase, et entre autres la Géorgie, n’ont pas été "annexés" par l’URSS mais sont des conquêtes bien antérieures de la Russie (Catherine II, ce nom vous dit-il quelque chose ?). D’ailleurs dans la Géorgie actuelle la Crimée est peuplée au 2/3 de russes.

     Vous semblez négliger le fait que lors de l’éclatement de l’URSS, les pays "Occidentaux" se sont empressés de reconnaitre des "états" qui n’avaient jamais existé auparavant sans la moindre considération pour ce "droit des peuples", mais bel et bien pour dépecer la Russie.
     
     De la même manière, l’envoi des "Chicago Boys" pour dépouiller le peuple russe à coup de privatisations forcées et forcenées au profit des oligarques (dont d’’ex-membres de la "nomenklatura"), et ce en mépris de toute démocratie : La marionnette Eltsine, afin de mettre en oeuvre les "réformes" dictées par les chicago boys et contraires à la loi et la constitution n’hésita pas à faire attaquer, le 4 octobre 1993, le parlement par 5000 hommes, des chars, des avions et des troupes spéciales : résultat 500 morts dans la journée, des milliers de personnes emprisonnées, torturées. Cela s’appelle un coup d’état !

     Mais bien entendu pas un mot dans la presse occidentale ou plus exactement la vision du "triomphe de la démocratie".

     Alors prenez la peine de vous informer non pas auprès des médias possédés par les multinationales, mais en recherchant des sources, en les recoupant. Je sais, c’est long et difficile, mais c’est le prix à payer pour approcher de la réalité !


    • ronchonaire 15 octobre 2008 18:06

      La Crimée est en Ukraine, pas en Géorgie.

      Pour le reste, je vous trouve un peu gonflé. Certes, la plupart des pays devenus indépendants après l’effondrement de l’URSS n’existaient pas avant ; mais qui les a créés sinon les soviétiques eux-mêmes ? En 1990-1991, les occidentaux (et les autres) n’ont fait que reconnaître le découpage orchestré par les soviétiques pendant 80 ans ; qu’auraient-ils pu faire d’autre ? Vous n’imaginez pas sérieusement Bush (père) refuser son indépendance à la Biélorussie sous prétexte qu’elle n’existait pas avant la Révolution et qu’à ce titre elle doit retourner dans le giron de la Russie ?

      Le découpage de ces pays va sans doute à l’encontre de nombreuses réalités, à la fois historiques et culturelles ; mais si vous devez blâmer quelqu’un pour cela, blâmez donc les responsables de ce découpage eux-mêmes. Dans le cas présent, les occidentaux n’y sont pour rien.


    • finael finael 15 octobre 2008 22:32

      Oui désolé pour le lapsus concernant la Crimée.

      Pour le reste l’URSS n’a fait que définir des circonscriptions administratives, comme nos départements ... à l’échelle du pays bien sûr !

      Vous pensez sérieusement qu’il serait pensable que le Cher ou la Creuse puissent devenir des pays ?

       Les région existaient pour la plupart depuis l’époque tsariste, les occidentaux ont tout fait pour dépecer la Russie et faire éclater des vélléités séparatistes qui n’existaient quasiment pas (sauf dans la partie ouest de l’ukraine et une partie des régions islamiques et turcophones du sud).

       Bien entendu que les gens avaient envie de se débarrasser du système soviétique, mais sans les pressions, les manigances, l’argent des puissances occidentales, on n’aurait jamais eu cette situation.

       Il y a moins de différence entre "l’ukrainien" ou le "biélorusse" qu’entre le l’accent du nord et celui du midi de la France.

       Relisez quelque atlas historique, ou simplement des livres d’histoire, allez dans les "pays" en question vous aurez sans doute une autre vision du monde !


    • ronchonaire 16 octobre 2008 09:27

      Je suis allé dans certains d’entre eux et j’ai remarqué que le sentiment anti-russe y était très fort.

      Pour le reste, je ne dis pas le contraire de ce que vous dites. Je dis simplement que les soviétiques ont une grosse part de responsabilité dans la situation actuelle car ce sont eux qui ont manipulé les "frontières" et déplacé les populations à leur guise. Les occidentaux ont seulement cherché à profiter d’une situation créée au préalable par les soviétiques eux-mêmes.


    • Internaute Internaute 16 octobre 2008 09:27

      En toute logique, la Russie devrait rapidement poursuivre sa réunification comme l’a fait l’Allemagne d’Helmut Kohl. Cela semble facile avec la Biélorussie et plus problématique avec l’Ukraine bien que la nouvelle égérie des révolutions oranges ait retourné sa casaque et semble pencher maintenant vers Moscou.


    • wesson wesson 16 octobre 2008 00:23

      Bonsoir l’auteur,
      je rejoint l’avis de finael, votre article témoigne d’une profonde méconnaissance géographique et historique de ce que fut et ce qu’est la Russie. Les "frontières" qui sont maintenant défendues bec et ongle par l’occident ne sont ni plus ni moins que celles qui avaient été décidés par Staline. C’est quand même un comble de vouloir en rester à cela, tout en parlant de la volonté des peuples et se prétendant du coté de la morale !

      au passage, sur "l’extrème violence des représailles", j’aimerai bien savoir ce que vous en penseriez de la modération si vous étiez à tskinvhali en train de vous prendre des missiles sur le nez pendant que vous dormez.

      Comme saakachvili, vous avez raté votre cible !


      • Internaute Internaute 16 octobre 2008 09:20

        Encore un qui ne sait pas que la Biélorussie s’appelle Biélorussie. C’est quoi le Belarus ? un magasin de jouets ?

        L’auteur découvre une évidence historique à savoir qu’un pays n’appartient qu’au peuple qui a la force de le conserver et n’existe que pendant le temps ou se peuple s’auto-gère. Les frontières ne sont que le résultat de rapports de force. Ceci dit, un pays ne tient la route que s’il a une certaine (jamais parfaite on le sait trés bien) unité raciale. Il lui faut aussi une unité culturelle, laquelle s’acquiert plus facilement avec un peu de temps. Ainsi les provinces françaises ont fini par se reconnaître dans la France. C’est pourquoi je ne partage pas les épithètes aléatoires et conventionnels des frontières. Avec le temps les populations s’installent et leurs frontières ne sont plus aléatoires. Les nombreux conflits européens le prouvent.

        Le problème de mixité raciale est le véritable problème auquel sont confrontés les USA et la Russie. A terme ils sont voués à la disparition car peuplés de groupes trop disparates ayant des ambitions nationales trop divergentes. L’évolution des rapports démographiques ne leur est pas favorable. Ils finiront comme l’Afrique du Sud.


        • Annihilator 16 octobre 2008 13:02

          N’existe pas possibilite une etat d’embrasse au just un peuple. Le concept de nation est crée pendant XIX siecle. Le nationalism est un moyen pour réalisation des buts d’etats. Les etats existes avant l’idée pour nation, voila pourqoi toujours aurait des contradictions entre l’etat et le peuple. Voila un clip - http://uk.youtube.com/watch?v=_9snshPFSlU&feature=related 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès