Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Copenhague = de la difficulté d’être terrien

Copenhague = de la difficulté d’être terrien

Sous Copenhague, il y avait la crise du siècle. On n’en a pas parlé. On aurait dû !

L’échec de la conférence de Copenhague sur le climat aurait, selon les journalistes, étonné beaucoup de monde, étant donné les immenses espoirs que l’humanité avait placé en elle. Pour ma part, je suis très étonné de cet étonnement. En effet, dans un article du 18 novembre, j’évoquais déjà la certitude de son échec (La mondialisation à l’américaine a bel et bien échoué – voir son lien en fin d’article) et je n’étais pas le seul à en être convaincu.
 
La citoyenneté terrienne n’existe pas, ou du moins pas encore. À Copenhague, le dernier jour de la conférence, les dirigeants des tribus non fédérées de la planète ont confirmé indirectement, mais très fermement, cette réalité aux habitants de la planète. Évidemment tout le monde le savait bien, mais n’en avait peut-être pas tiré toutes les conséquences.
 
Ce que ces tribus ont pratiqué jusqu’ici sous le nom usurpé de “mondialisation”, pour tromper le vrai monde, n’a jamais existé. On aurait dû plus simplement appeler ces pratiques, “libre échangisme”. De son côté, l’organisme désigné par les initiales OMC, également tribal, qui tente avec difficulté de discipliner ces échanges, on devrait plutôt l’appeler : Office des marchandises colportées. Cet “office” n’est en effet que cela, car il ignore totalement les cultures, les religions, les ethnies, bref, tout ce qui caractérise vraiment le Monde et tout ce qui rend chaque pays et sa population, différent des autres, et surtout : unique. C’est la raison même de son échec. Tout ramener à l’économie comme si elle constituait l’unique raison de vivre de l’humanité signe une intelligence de robot incapable de saisir la profondeur de la vie sociale, et réagissant exclusivement à des commandes numériques écrites machinalement par des automates universitaires. Difficile de croire que ce sont des économistes. Tout diplôme ne renvoie qu’à lui-même !
 
En effet, les seuls aspects de l’union du monde humain qui intéressent ceux qui prétendent savoir gouverner la planète, sont à présent les échanges commerciaux de marchandises et de monnaies, sous le doux nom de Phynance. Les autres sujets ne sont là que pour distraire l‘opinion publique des véritables objectifs des puissants. Nous sommes désormais gouvernés par des automates, qui croient être des humains pensants. Le sort de la planète et de ses habitants leur est totalement indifférent en dépit des discours brillants qu’ils nous administrent, simples dictons, aphorismes et mantras, appris par cœur et répétés à l’envie.
 
On peut assez facilement comparer les tares de leur essai d’unification du monde à celles de la construction de l’Union Européenne, modèle réduit de la planète, avant qu’elle ne se dote en novembre d’un président et d’une représentante aux Affaires Étrangères. Auparavant, cette Union était seulement économique, avec la monnaie unique depuis 2001, et souffrait précisément de l’absence de toute structure politique contraignante. C’est précisément cette absence qui a déterminé le lamentable échec de la conférence de Copenhague. On peut affirmer en toute lucidité que sans une telle structure, il sera impossible de mener une bataille réussie contre le changement climatique en cours.
 
Mais dans les salles animées de la rencontre, un autre grand absent semblait avoir été oublié : La crise mondiale, laquelle, malgré toutes les annonces mensongères de sa fin prochaine, continuait son processus de destruction parmi les hommes et les entreprises. Le sujet n’en semblait plus actuel. Personne n’en parlait. Mais c’était là une fausse quiétude.
 
Elle se trouvait tapie dans l’ombre de chacune des phrases prononcées par les intervenants. Chacun de leurs mots dissimulait le spectre de la croissance en panne, et de la tension vers une nouvelle économie plus forte encore, pour faire vivre des dizaines de millions de chômeurs sur la planète, et cela sans que tous ces discoureurs ne se rendent compte le moins du monde que c’était précisément cette croissance à marche forcée qui avait fabriqué la menace climatique, le sujet du jour. Quelle incohérence et quelle contradiction ! Tous ces pourcentages de réduction de CO2 n’étaient analysés que comme autant de pourcentages de chômeurs en plus pour leur pays. Dans ces conditions comment croire que tous ces beaux messieurs avaient franchi terres et mers pour discuter d’efforts qui ne pourraient que compromettre l’autre grand sujet qu’ils avaient en tête ? Pourquoi ne pas avoir reporté cette conférence à plus tard, une fois tous les chômeurs remis au travail ?
 
Il est donc regrettable que la crise n’ait pas été officiellement à l’affiche, au lieu de l’avoir laissé inavouée dans les replis cervicaux des grands de ce monde. On aurait évité une hypocrisie de plus. On aurait compris. On aurait pardonné l’échec.
 
 Crise et climat, les deux “C”, sont en effet deux aspects indissolublement liés dans leur sort commun. Copenhague est un échec, mais le “G22”, également précédé du même espoir de voir les peuples de la planète se réunir et travailler ensemble pour résoudre une crise systémique qui perdure, débouche aujourd’hui sur le constat que rien n’a changé, faute de décisions réellement mondiales. Premier échec que l’on cherche à cacher, car il marque la persévérance du monde dans l’hypocrisie et l’incompétence, filles d’idéologies persistantes.
 
182 ou 183 chefs d’États réunis pour prendre une décision, quelle pitié ! Dans les assemblées de députés des pays démocratiques, la règle de la majorité, bonne ou mauvaise, permet de prendre des décisions applicables à toute la nation. Comment s’imaginer qu’il pourrait en être autrement dans une assemblée mondiale dont les participants se sentent observés par leurs peuples, auxquels, bientôt, ils demanderont de les réélire, et qui subissent au moment même les affres d’une crise mondiale qui n’en finit pas, malgré les apparences et les discours.
 
On est donc fort loin d’une réelle mondialisation, car elle ne pourrait vraiment commencer qu’à partir d’une unification politique concrète, et l’on peut être sûr que la question climatique ne sera résolue que sous la condition de la création d’une autorité mondiale. C’est peut-être une utopie, et je ne suis pas assez naïf pour ne pas voir toutes les implications et par conséquent toute les difficultés d’un tel projet, mais c‘est seulement à ce prix que l’humanité sera sauvée ou non. Il ne sert donc à rien de le nier pour se donner simplement à nouveau des raisons d’en reculer l’échéance.
 
On comprendra maintenant pourquoi la comparaison avec l’Union Européenne permettait de décoder la poutre dans l’œil de la conférence.
 
Pourtant, de la déception de Copenhague a jailli un nouveau cautère sur nos jambes de bois. On dit maintenant partout que, finalement, l’impasse de Copenhague n’était qu’un début, mais que les bonnes décisions seront prises à la prochaine conférence mondiale, l’année prochaine à un autre Marienbad, laquelle en programmera sans doute elle-même une autre à un autre Marienbad du monde, et ainsi de suite jusqu’au moment où la planète des Hommes partira à la dérive et que la pénultième conférence soit prévue sur un radeau de la Méduse.
 
Tout le monde aux chaloupes … !
 
article sur le même thème :
Cet article répond aux règles de la nouvelle orthographe
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Radix Radix 6 janvier 2010 18:50

    Bonsoir Mercure

    Il y avait plusieurs façons d’arriver à un gouvernement mondial, la première approche était économique en mondialisant les échanges avant d’unifier les économies pour finir avec une monnaie unique mondiale. Cela consacre l’OMC comme super ministère mondial de l’économie.
    La deuxième est d’ordre militaire pour mettre au pas les pays les plus récalcitrants, le 11 septembre a donné le coup d’envoi de celle-ci. Là c’est le Conseil de sécurité comme Ministère des armées.
    Le changement climatique étant l’aiguillon pour les pays que l’on ne pouvait pas envahir pour qu’ils rentrent dans le rang en mettant en place une « taxe carbone » servant d’impôt mondial.
    Les épidémies qui bizarrement se « mondialisent » sous l’égide de l’OMC, super Ministère de la santé.

    Si l’on ajoute à tout cela les « mises à niveau » de l’éducation et de la protection sociale entre les pays anglo-saxons et l’Europe on commence à déceler un vaste plan d’ensemble qui tend vers une gouvernance mondiale.

    A priori un gouvernement mondial ne me semble pas absurde, mais la manière dont la mise en place est programmée me semble devoir aboutir inéluctablement vers une forme de dictature.
    J’aurais préféré que cette proposition soit débattue au grand jour à l’ONU, que les enjeux (car il doit y en avoir) soit étalés et que les pays se regroupent, comme l’Europe l’a fait, sur la base d’un volontariat exprimé.

    Radix


    • Mercure Mercure 7 janvier 2010 00:10

       Bonsoir Radix,

       Je vous suit très bien. Les racines de futurs ministères mondiaux existent en effet. Le probléme est qu’ils sont coiffés par une structure, l’ONU, qui n’est nullement représentative de l’humanité, du moins sur le plan décisionnel. Il manque une « Commission » à l’instar de la Commission de Bruxelles, laquelle, malgré quelques défauts inévitables, a toujours su remplir parfaitement son rôle.
       En venir là supposerait que les ÉU cessent de jouer sans cesse les « utilités », c’est-à-dire qu’ils comprennent enfin qu’ils ne sont absolument pas la lumière qui éclaire le monde.
       Malheureusement, leur sentiment d’être supérieurs à tous les autres humains ne permet pas encore l’émergence d’un gouvernement mondial.
       C’est pourquoi je parle d’utopie, sur le court terme, et pas d’absurdité. La nuance est essentielle.
       Il reste à souhaiter que les ÉU comprennent cela, mais à écouter Obama, il ne semble pas que ce soit pour demain. Jusqu’ici, son trajet ressemble encore fortement à celui de son prédécesseur, quoique en mode soft. Il veut, comme lui, mettre son nez partout, et cela ne lui réussit guère pour le moment.

      Mercure


    • pierre60 pierre60 7 janvier 2010 06:19

      Je m’inscris en faux !

      La mondialisation a l’Américaine a somptueusement réussie.

      Le monde entier veut vivre comme en Californie.

      Les Français s’y sont mis doucement dans les années 60  : frigo, voiture, …

      Il n’est que de re-voir à ce sujet les films de Jacques Tati qui dénoncaient cet Américanisation de notre mode de vie.

      Aujourd’hui, les pays (réellement) en voie de développement s’y s’ont mis joyeusement.

      Je vis au Vietnam, et je peux témoigner que les voitures envahissent les rues de Saigon (bonjour les bouchons), que les clims, les frigos King size, les machines a laver, les écrans plats, etc.,… se vendent comme des petits pains.

      Les gouvernements peuvent dire ce qu’ils veulent, mais le modèle de consommation qui fait rêver leurs peuples est toujours le modèle Américain. Le pays de cocagne !

      En Asie du Sud Est, ce modèle US est devenu egalement (via les chaines cablees) le modèle Coréeen ou Hon Kong ais, mais il s’agit bien du même modele.

       

      Malheureusement, ce mode de vie occidental (version US), la planète ne peut pas le supporter.

      Alors les pays riches disent aux pauvres : soyez raisonnables.

      Et lent : vous ne manquez pas d’air, vous avez pille (et vous continuez) la planète depuis s pauvres réponde200 ans et vous nous demandez d’être écolos.

      Nos leaders écologistes circulent en berline en ville et partent en vacances dans les îles en avion : que peut-on rétorquer ? Rien !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès