Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Corée du Sud et du Nord : histoire d’un pétard mouillé (...)

Corée du Sud et du Nord : histoire d’un pétard mouillé ?

Et si en fin de compte, tout ça, ce n’était qu’un simple pétard mouillé ? Comme à chaque fois d’ailleurs. Menaces, menaces, menaces, … et puis plus rien… Depuis quelques jours, la Corée du Nord ne fait plus vraiment la Une des grands quotidiens et des journaux télévisés.

Surtout que la réunion tripartite entre la Corée du Sud, le Japon et la Chine a reçu un petit coup derrière la nuque avec le départ du gouvernement japonais du premier ministre Yukio Hatoyama en fin de semaine dernière, remplacé par son ministre des finances Naoto Kan. Bref, beaucoup de discussions censées être stratégiques entre les trois pays pour peut-être rien.
 
Si le président Lee Myung-Bak multiplie les discours sur le thème de la sécurité, cherchant avant tout à être rallié par la communauté internationale sur le cas du naufrage du navire Cheonan, il n’en reste pas moins vrai qu’il aimerait également que la situation ne s’envenime pas trop entre les deux nations. Après tout, si elles sont ennemies au quotidien, la Corée du Sud et la Corée du Nord sont avant tout une même famille. Le président sud-coréen a même indiqué lors d’un déplacement à Singapour que « la possibilité de connaître une guerre de grande envergure entre les deux pays était totalement inexistante, et ceux malgré les affronts du Nord ».
 
Un message apaisant la situation géopolitique actuelle. Un message surtout pour rassurer les investisseurs Sud-est asiatiques de ne pas quitter la péninsule coréenne. Ce fut également l’occasion pour le président de rencontrer le ministre de la défense américaine Robert Gates qui n’a pas hésité à renouveler son soutien à la position de la Corée du Sud. De nouveaux exercices conjoints anti-sous-marins devraient avoir lieu très prochainement avec l’armée américaine. Selon les observateurs, Lee et Gates n’ont pas discuté d’un éventuel report du transfert définitif des forces armées américaines prévus pour 2012. Pour les conservateurs, c’est un mauvais point.
 
De l’autre côté du 38e parallèle s’ouvre aujourd’hui la réunion du parlement nord-coréen, deux mois après une session sur le thème du plan budgétaire et de la révision constitutionnelle. Pour les spécialistes, cette session devrait porter sur le transfert de personnes de haut-niveau à la tête de la dictature ou à la nouvelle donne concernant la coopération économique entre la Corée du Nord et la République populaire de Chine. De nombreux séniors de plus de 80 ans devraient être écartés du pouvoir pour laisser place à une nouvelle génération, idéal pour faciliter la prise de pouvoir de Kim Jong-Un, fils de Kim Jong-Il.
 
Bienvenue en Corée du Sud
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Cogno2 7 juin 2010 13:39

    Et si en fin de compte, tout ça, ce n’était qu’un simple pétard mouillé ? Comme à chaque fois d’ailleurs. Menaces, menaces, menaces, … et puis plus rien…

    C’est vrai ça merde alors, des promesses, toujours des promesses, elle est ou la guerre tant attendue !


    • Pegasus Pegasus 7 juin 2010 14:17

      Comme quoi, pas d’implication Américaine autre qu’une couverture diplomatique ( dont l’on a fait comprendre au président Sud-Coréen qu’elle ne constituait pas un chèque en blanc quand on a vu qu’il essayait d’entrainer les USA vers un durcissement dont ils ne veulent pas dans le seul but de marquer des points sur la scène intérieure Sud-Coréenne ), pas de recul du transfert du commandement US en Corée, pas de dépenses supplémentaires d’armement, pas de guerre...

      Ajoutez à cela les experts Chinois et Russes invités par la Corée du Sud elle-même pour vérifier les conclusions de son équipe d’enquête.

      Heureusement que les lecteurs d’Agoravox était là pour raconter n’importe quoi sur le terrible complot US qui a tout (enfin rien) à voir avec un évènement de plus de 40 ans dont ils ignorent la presque totalité des faits et qui est tellement fort qu’il ne se passe rien de ce qu’ils avaient prévu.

      Le président Sud-Coréen, grand allié de Washington qui se retrouve affaibli sur le plan intérieur de par sa quasi léthargie et absence de substance dans le jours ayant suivi le drame, la Chine qui s’en fout, les US qui font le minimum syndical, le Japon qui a balancé deux-trois communiqué pour qu’on ne l’oublie pas, la Corée du Nord qui a réussi à recycler ses vieilles cassettes de propagande datant de la guerre froide...
      En bref, beaucoup de bruit pour rien, juste un drame supplémentaire dans près de 60 ans de paix armée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Arosmik

Arosmik
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès