Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Côte d’Ivoire : élections présidentielles dans l’indifférence (...)

Côte d’Ivoire : élections présidentielles dans l’indifférence !

A quelques jours de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire (qui auront lieu le 25 octobre 2015), on remarque une grande indifférence des « électeurs » quant à cet évènement majeur de la vie politique de notre jeune nation. Certains disent qu’après la crise postélectorale de 2011 (1), on ne les y reprendra plus à voter pour des psychopathes qui n’acceptent pas leur défaite et sont prêts à faire la guerre pour le pouvoir. D’autres disent que l’élection est déjà pliée et ne voient donc pas l’intérêt de participer à cette « farce » ! Et à dire vrai cette élection ressemble par certains aspects à une farce. 

Le candidat-président contrôle en effet tout. Sous couvert de visites d’état, il a profité pour battre campagne pendant plusieurs années (2). Visites d’état durant lesquelles lui et sa femme ont offert de « nombreux cadeaux » aux habitants des contrées visitées. Faisant croire à des naïfs que c’est le « super président » et sa « généreuse épouse » qui offrent ses cadeaux avec leurs propres deniers. Quant à faire comprendre à ses naïfs que c’est avec leur propre fric qu’on leur offre ses « cadeaux »… Mais cependant le manque clair d’engouement pour ces élections montre un certain dégoût des électeurs pour cette classe politique de rapaces. Même parmi les partisans du président, certains sont déçus des promesses non tenues par « le brave » (son surnom). Et le président et sa cour de lèche-bottes exaspèrent plus qu’autre chose surtout qu’ils sont d’une arrogance peu commune. Alors certes son gouvernement a fait construire des routes et a fait quelques réalisations, mais n’est-ce pas le rôle d’un gouvernement ? Alors on chante ses louanges à tout bout de champ comme s’ils avaient accompli les « 12 travaux d’Hercule » et ça agace. Lui et ses partisans fanatiques sont convaincus de son succès et ne comprennent pas pour certains d’entre eux que des personnes veuillent lui contester sa « suprématie ».

Je me promène souvent sur les réseaux sociaux et ce que j’y lis me dégoûte au plus haut point. Entre ceux qui lui vouent une haine pathologique entre autres pour des raisons tribales (le sieur est du nord, « musulman » et peut-être même étranger) ou parce qu’il a fait emprisonner « leur champion » Gbagbo à La Haye (3) et ceux qui lui sont fanatiquement dévoués pour des raisons tribales notamment car considérant que c’est leur tour de « régner », ça sent mauvais. J’attends de voir les gens s’élever et réfléchir sereinement au futur, mais je vois des gamins mal dégrossis et qui tiennent des propos de cours de récré. Certains vont boycotter ces élections donc en vertu de la haine qu’ils lui portent. D’autres iront voter en vertu de l’amour parfois irrationnel qu’ils lui portent ou des intérêts qu’ils ont avec ce monsieur. Mais beaucoup aussi n’en ont absolument rien à faire de ces élections comme nombre de mes amis.

Ces amis sont dégoûtés de la politique. Ils ont voulu voter en 2010 parce qu’ils pensaient que ces élections allaient résoudre la crise politique qui secoue le pays depuis près de 20 ans (4). Mais suite à ces élections il y a eu la guerre et des milliers de morts. Après cette guerre le plus fort a imposé son règne et a étouffé méticuleusement toute opposition. Il contrôle les médias, les ressources financières, les armes et n’a donc pas de véritable adversaire à part l’abstention qui s’annonce grande. Il a de plus démontré qu’il jouait sur la fibre tribale en parlant de rattrapage ethnique (5). Donc mes amis restent convaincus que les élections ne changeront rien et se disent qu’au mieux ce sera calme au pire il pourrait y avoir des affrontements. Certains par précaution ont d’ailleurs acheté des vivres pour pouvoir vivre retranchés chez eux pendant deux mois. D’autres ont pris leurs vacances et sont allés voir ailleurs s’ils y sont notamment dans les pays limitrophes. En tout cas ils n’attendent rien de bon de ces élections.

Personnellement je ne crois pas en la démocratie donc je n’en ai rien à cirer des élections. Peut-être irais-je faire tour par curiosité et pour voir l’ambiance. Que ce soit chez les ennemis ou les partisans du président, je n’entends rien qui me donnerait envie de les écouter et même de les considérer comme des personnes intelligentes et sensées. Beaucoup d’ivoiriens veulent juste la paix et se seraient bien passé des élections qu’ils considèrent comme des périodes de tensions mauvaises en plus pour les affaires. De nombreuses personnes que je connais espèrent donc avoir une élection à un tour pour passer à autre chose et resteront tranquillement chez elles à la maison ce jour de vote. Ceci est sans doute la plus grande réussite de la classe politique ivoirienne, dégoûter de nombreux ivoiriens de la politique et des élections dites démocratiques.

Le moine des ténèbres

 

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_ivoirienne_de_2010-2011 et http://www.michelcollon.info/Cote-d-Ivoire-la-democratie.html
  2. http://news.abidjan.net/h/553497.html
  3. http://www.michelcollon.info/Les-Ivoiriens-experimentent-des.html
  4. https://www.monde-diplomatique.fr/2011/01/CAGNOLARI/20018
  5. http://lecombat.info/news/127-vos-contributions/2457-le-l-rattrapage-ethnique-r-de-ouattara—une-ethnocratie-comme-fondation-dun-regime-fasciste

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 22 octobre 2015 10:37

    « Ceci est sans doute la plus grande réussite de la classe politique ivoirienne, dégoûter de nombreux ivoiriens de la politique et des élections dites démocratiques ».


    Alors, il doit s’agir d’une pandémie, parceque le mal ronge toute la planète...

    • le moine du côté obscur 22 octobre 2015 12:55

      @M de Sourcessure

      Je me dis que c’est sans doute la volonté des politicards, que les gens ne votent pas sauf leurs partisans fanatisés. Ainsi ils gardent leur pouvoir à « moindre frais ». Si les gens sont convaincus que les élections ne changent rien c’est du tout bon pour la classe dominante au pouvoir. Il reste à savoir si dégoûtés et frustrés, les peuples ne vont pas passer à « autre chose » pour imposer leurs volontés. A voir... 
      En Côte D’Ivoire, pays où je vis, il me semble probable que le taux de participation sera assez bas. J’ai fait un tour dans les bureaux où les ivoiriens doivent retirer leurs cartes d’électeurs et il n’y a pas foule. Cette opération est finie normalement hier, moi j’y suis allé lundi la dernière fois et je n’ai pas vu foule. Déjà il est clair que les partisans de l’ex président ne voteront pas. Quant aux partisans du président actuel beaucoup n’iront sans doute pas voter. Mais il y a des rumeurs et cela effraie pas mal de personnes qui pensent qu’il y aura des troubles. On verra bien ! 

    • lsga lsga 22 octobre 2015 18:22

      Quelque soit le résultat du vote, si le président Ivoirien s’avise de relocaliser les industries « françaises » en côte d’ivoire (transformation du pétrole ivoirien, des métaux ivoirien, du chocolat ivoirien), la France et les français s’empresseront d’envoyer leur armée pour effectuer un coup d’État.
       
      Si les ivoiriens veulent être libres, ils doivent d’abord venir en France renverser l’impérialisme français. Il n’y a absolument aucune autre alternative. Alors envoyés autant d’émigrés que vous pouvez, mais armez les.


      • leypanou 23 octobre 2015 10:07

        Ouattara ayant été bien « façonné » au FMI, et la Côte d’Ivoire utilisant toujours le franc CFA avec ce que cela implique, tout marche à merveille comme avant : le Vieux a un héritier digne de lui.


        • le moine du côté obscur 23 octobre 2015 13:38

          @leypanou

          Quand vous parlez du vieux vous voulez parler d’Houphouët Boigny. Le « vieux » était quelqu’un de complexe et qui a eu une politique complexe mais effroyablement pragmatique. Seulement il n’a pas prévu sa succession vu qu’il n’aimait pas les gens qui pouvaient lui faire de l’ombre. Le « vieux » savait pertinemment qu’il ne pouvait affronter de manière frontale les occidentaux donc il a opté pour une politique rusée même si par bien des aspects cyniques. Il a donc fait certaines choses en Côte d’Ivoire qui par rapport à beaucoup d’autres pays d’Afrique subsaharienne est plus avancée notamment au plan des infrastructures. D’ailleurs aujourd’hui beaucoup de personnes qui le vomissaient à l’époque en Côte d’Ivoire, chantent ses louanges. Le « vieux » était un habile politicien avec tout ce que ça comporte de cynisme, de cruauté et de ruse. Mais ceux qui le connaissent bien savent que c’était un rebelle dans le fond mais un rebelle pragmatique qui a compris que l’idéalisme à la Sékou Touré (ancien président de Guinée Conakry) ne mène à rien de concret. Le « vieux » avait jeté des bases pour permettre à la Côte d’Ivoire d’avoir des cadres « dignes de ce nom » (notamment avec une impressionnante école l’INPHB (https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_national_polytechnique_Félix_Houphouët-Boigny) qui forme notamment d’excellents informaticiens, et j’en sais quelque chose parce que j’ai deux frères ingénieurs informaticiens), mais il n’a pas été suivi par certains de ses collègues qui n’avaient ni sa ruse ni son pragmatique et encore moins son intelligence. De plus certains français et autres au bout d’un moment voulait se débarrasser du « système Houphouët » depuis les années 80. Ils (les socialistes) ont donc pousser Laurent Gbagbo « l’opposant historique » et ont tenté une révolution colorée au début des années 90 mais ça n’a pas marché. Ils ont finalement réussi leur coup en 1999 avec un coup d’état qui a dézingué l’héritier d’Houphouët, Henry Konan Bédié. Un homme assez faible finalement et qui n’était que l’ombre de son mentor. 



          Quand Laurent Gbagbo a pris le pouvoir en Octobre 2000 les français ont cru pouvoir le manipuler mais ça n’a pas marché car l’homme est un filou. Ils ont donc hésité un moment et ont joué un jeu ambigu jusqu’en 2004 où ils ont failli faire sauter Gbagbo. Mais l’homme qu’ils avaient choisi pour le remplacer à savoir le général Doué Matthias (un ami de longue date de Gbagbo et à l’époque chef d’état major leur a fait faux bond). De plus il semblait qu’à l’époque étasuniens et leur « siamois » israélien jouaient un jeu ambigu en Côte d’Ivoire pour dégager la France de la Côte d’Ivoire (www.youtube.com/watch ?v=xYklwu4vPrE). Les étasuniens de toute façon sont très intéréssés par l’Afrique d’où la création de l’Africom. 


          Le président actuel Alassane Ouattara était vomis par Chirac (entre autres à cause de sa proximité avec Sarkozy) lequel vomissait aussi Gbagbo. Donc on est resté dans une sorte d’ambiguité et de fausse paix jusqu’en 2010 ou 2011 où Sarkozy et les étasuniens ont dégagé Gbagbo pour mettre Ouattara. Mais il ne faut pas croire que tous les français étaient hostiles à Gbagbo ! Mais Sarkozy entre autres voulaient qu’il parte et il est parti. Maintenant il se murmure que Ouattara est plus l’homme des étasuniens (il est ami avec les Clinton, avec Lawrence Summers, Suzan Rice et par exemple son ministre du buget Abdourahmane Cissé  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Abdourahmane_Cissé) est un ancien de Goldman Sacchs) que des réseaux françafricains. Donc nous le voyant plus comme un homme des étasuniens, ceux-ci s’intéressant depuis longtemps au golfe de Guinée pour ses ressources en pétrole de bonne qualité et à la Côte d’Ivoire parce que c’est une plateforme idéale pour « gérer » l’Afrique de l’ouest. 

        • le moine du côté obscur 26 octobre 2015 10:18

          Les élections se sont passées plutôt calmement même si le taux de participation serait moyen. Difficile d’avoir une idée claire puisque certains partisans de l’actuel président disent que les chiffres sont bons quand ses adversaires disent que le taux d’abstention est très fort. Nous verrons clair sans doute dans la journée. Pour ma part je n’ai même pas eu la « force » d’aller voir dans les bureaux de vote tellement je n’en ai rien à cirer de ces élections. Ce que je veux c’est que mes compatriotes se parlent entre eux, se disent les vérités et se pardonnent. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès