Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Côte-d’Ivoire : La communauté internationale élève Gbagbo au rang de (...)

Côte-d’Ivoire : La communauté internationale élève Gbagbo au rang de martyr

DROITS DE POUVOIR

En lisant les dernières dépêches, j’ai découvert que la CEDEAO a reconnu Ouattara vainqueur et a exclu la Côte-d’Ivoire. Cette décision loin de m’effrayer, m’a plutôt conforter dans l’idée que je me faisais de ces morgues, appelées communautés d’intérêts économiques et politiques.
Laurent Gbagbo ne fait pas partie des grands hommes politiques africains, parrainés par des écuries européennes : partis politiques et diverses obédiences occultes , c’est peu de le dire.
Si l’argent est le nerf de la guerre, les avoirs de ses concurrents et leurs carnets d’adresses, militent plus en leur faveur, que leurs auras ou leurs projets de société.

Bedié 76 ans, fut ministre, président de l’Assemblée nationale du défunt président Houphouet Boigny et par la suite président de la République ivoirienne ; Alassanne Ouattara 72 ans, représentant de la Haute Volta, actuel Burkina, au sein des institutions financières internationales, et par la suite, premier ministre du même Houphouet. Ce sont en effet, les hommes des réseaux français en Afrique. La preuve, lors du deuil d’Houphouet, un mini sommet France-Afrique, avait été initié lors de ses obsèques , pour redistribuer les rôles aux politiques africains présents. Ceci démontre bien que, pour la droite française, la Côte-d’ivoire , c’est sa « chose ».Ces deux hommes politiques, qui étaient partie prenante à ce sommet, au sens propre du terme, ne sont pas du vin nouveau. C’est du vieux vin, qui veut se recycler dans de nouvelles outres. Par ailleurs,ils sont comptables du passif de la Côte-d’Ivoire. Si ce n’est au même titre que Gbagbo, voire même, plus que lui.

Lors de ces joutes politiciennes, Gbagbo est présenté, comme l’empêcheur de tourner en rond, le poucet dans la forêt des éléphants. Cela est d’autant évident que, les avoirs de Gbagbo ressemblent à une aumône dans le concert de cette présidentielle. Son aura est réduite en peau de chagrin, parce qu’il n’est ni ancien collègue de Strauss Kahn au FMI, ni ancien ministre sous la droite coloniale, encore moins un idolâtre des Américains. La droite est aux affaires, et lui, est un homme de gauche. Donc, il a 98 fois moins de chance que ses adversaires mondialisés, et copains des puissants de la terre. Dans cette ligue du pouvoir, Gbagbo, c’est le villageois qui court pied nu, et fait des exploits à la Jesse Owen, et les autres courent avec des chaussures Nike et autres enseignes prestigieuses, mais patinent.

LA FELONIE ET LE MENSONGE

Comment Gbagbo ne va-t-il captiver une certaine classe de progressistes africains ? Il suscite l’adhésion populaire, car, il est le représentant des laissés-pour-compte. Il est à l’image de cette vieille garde nationaliste africaine qui fut jadis incarnée par les Lumumba, N’krumah,Amilcar Cabral, jetée en pâture et assassinée par les faucons du colonialisme. En somme, Gbagbo est le Ghandhi des temps modernes.

On peut aussi comprendre que, Ouattara et Bedié étant riches et puissants, ont tous les médias capitalistes et mondialisés à leur portée et peuvent à force de publicité même barbare, jouir d’un espace de propagande aux effets dévastateurs. Car, on ne saurait comprendre que , devant les caméras du monde entier, on voit des miliciens armés acquis aux Ouattara, parader et être interviewés au nez et à la barbe de l’Onu . Il paraît curieux que, au lieu de privilégier les voies du droit, l’opinion internationale valide une élection, sans s’en référer aux institutions en place. Si ce n’est le hold-up, le mépris, ou l’assimilation, comment qualifier cette attitude ?

Si ce n’est un complot international, comment cette opinion internationale, qui condamne Gbagbo, valide-t-elle l’élection d’un Moubarak, Compaoré, Faure Eyadéma, avec la mise au ban de tous leurs opposants respectifs ?

Pourquoi Ouattara, si légaliste et pacifiste n’a-t-il pas épuiser les voies de recours juridiques dont jouissent les institutions de son pays et par la suite se tourner vers la communauté internationale ?

J’ai entendu , et pas de la bouche des moindres, dire que la CEI a déclaré Ouattara vainqueur. Est-ce la CEI qui valide les élections ? C’est comme si en France on enlevait au Conseil Constitutionnel son pouvoir de valider ou invalider les comptes de campagnes...

Par la suite, les procès verbaux ont-ils été validés par tous membres-ce qui a entraîné les disputes des différents devant les cameras, c’est cette image que Ouattara brandit- ? C’est comme si dans l’Europe des 27, un État s’oppose à décision commune ; comme par exemple l’adhésion de la Turquie. Automatiquement, l’adhésion de la Turquie sera invalidée. C’est ce qui s’est passé au niveau de la CEI, selon ses propres règlements. Par conséquent ce litige, opposant les différents membres, seule la juridiction compétente, en l’occurrence le Conseil Constitutionnel avait les compétences de trancher.

La CEI proclame-t-elle les résultats définitifs ou c’est du ressort du Conseil Constitutionnel ?

Si Ouattara dit que ces institutions sont partiales, devant lesquelles auraient-il voulu être investi ? S’il dit que c’est Gbagbo qui a nommé tous ces hauts responsables. D’accord, nous le lui concédons ! Si nous suivons sa logique et celle de la communauté internationale, il aurait nommé d’autres dignes représentants au Conseil Constitutionnel. Une question me taraude l’esprit avant son investiture ou après ? En suivant le raisonnement de ces érudits du droit et de la gouvernance, je reste sur ma faim...

Dans mes pérégrinations à la recherche du savoir, on m’a appris qu’un démocrate s’incline devant une décision de justice, quitte à se pourvoir en appel. Comment celui qui voudrait être le gardien de la loi suprême,peut-il être obsédé par la filouterie ? D’une chose l’une, soit Ouattara vu son âge avancé est gâteux, soit c’est un fieffé démagogue !

Enfin quand des illuminés comme Sarkozy, condamnent Gbagbo d’avoir nommé ses amis au Conseil constitutionnel. Pourrait-il contester que les institutions des colonies françaises, sont un copié-collé de celles de la France ? Dans la Vème République qui nomme les membres Conseil Constitutionnel ? De De Gaulle à Chirac quelles ont été les tendances du Conseil Constitutionnel ?N’est-ce pas que les nominations dans cette institution, ont toujours été le reflet de la tendance du président en exercice ? Tous les présidents n’ont-ils pas placer leurs proches ?

Le malheur de ces faucons du colonialisme, c’est que beaucoup d’Africains, ont fait des études,ont voyagé et sont cultivés, les recettes préfabriquées ne passent plus au XXIème siècle.

Aimé Mathurin Moussy


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • asterix asterix 8 décembre 2010 12:18

    Renversant votre article !
    Si je comprends bien les choses, Gbagbo qui a tout fait pour empêcher un processus électoral depuis au moins six ans et ne s’y est plié que contraint et forcé ...avant de le perdre en voix et avoir effacé d’un coup de plumeau ( de casse-tête ? ) les résultats des régions qui lui étaient défavorables est un grand démocrate, un vrai socialiste.
    On fait avec ce qu’on peut...


    • nyrina 8 décembre 2010 12:59

      D’accord avec Astérix. A lire cet article, Gbagbo serait un gentil président proche du peuple, martyrisé par la méchante communauté africaine et internationale qui cherche à lui voler son élection.


      Allez répéter cela au peuple ivoirien dont la majorité n’a jamais été aussi pauvre que depuis l’accession au pouvoir de Gbagbo pendant que lui-même et ses sbires s’enrichissent sans scrupules.

      Je rappelle également que grâce à des reports intempestifs des élections, il a obtenu un mandat supplémentaire sans devoir en passer par les urnes.

      S’agissant des fraudes imputées au camp d’Alassane Ouattara, elles auraient eu lieu dans des provinces du Nord acquises à ce candidat. Cherchez l’erreur...

      De fait, il est curieux, alors qu’Alassane Ouattara avait déjà obtenu des scores conséquents au premier tour dans les zones qui posent problème aujourd’hui à Gbagbo qu’il n’y ait eu aucune contestation de la part de son camp à l’époque.
       Peut-être parce-qu’il ne doutait pas une seconde de sa réélection au second tour (il a d’ailleurs longtemps cru que ces élections ne seraient qu’une formalité et qu’il serait élu dès le premier tour).

      En tout état de cause, même si ces fraudes étaient avérées, plutôt que de s’autoproclamer président de la république, Gbagbo aurait été bien fondé à demander un nouveau vote dans les provinces litigieuses.

      Mais il sait que cela ne ferait que confirmer la victoire du camp d’en face. Il ne lui reste donc plus qu’à s’accrocher au pouvoir envers et contre tout et à se poser en victime d’un complot international monté de toutes pièces.

      Voilà pourquoi votre article n’est pas crédible et pourquoi la Côte d’Ivoire n’est pas près de sortir de cette nouvelle crise.

      • kako 8 décembre 2010 20:48

        Je suis d’accord sur un point : Gbagbo aurait été mieux inspiré de demander nouveau vote dans ces provinces, voire même une nouvelle élection. Mais contrairement à ce que vous dites il ne s’est pas auto proclamé président. C’est le conseil contitutionnel, qui est la seule instance légale pour valider l’élection qui l’a fait. On pourra toujours discuter sur les liens réels ou supposés qu’il entretient avec le dit conseil ; mais ce n’est guère différent en France.
        Quand vous dites que le peuple ivoirien n’a jamais été aussi pauvre que depuis l’arrivée de Gbagbo, c’est surement vrai (encore que ...), mais c’est juste un constat, sans citer la cause. Car, vous oubliez un peu vite que Gbagbo, homme de gauche (singularité que l’occident ne veut surtout pas en Afrique), est arrivé au pouvoir alors que Chirac était Président de la République en France. Et si vous avez un peu suivi la politique à cette période, Chirac et Villepin, lui vouent une inimitié féroce. Qui pensez vous a armé la rébellion du nord ? Qui a tenté de renverser Gbagbo, lors de la fameuse tentative de coup d’état, pour mettre des hommes de paille à sa place ? Qui a voulu l’humilier en lui imposant un traité de paix inique, où on le livrait poings et pieds liés à ses ennemis ? Qui enfin, a tenté de l’assassiner en le mitraillant à l’intérieur de l’enceinte du palais présidentiel, depuis un hélicoptère de l’armée française ?
        Gbagbo n’est pas un gentil, mais qu’on ne vienne pas me dire que Ouattara et Bédié sont des colombes !
        La plupart des gens qui interviennent ici, ne savent pas grand chose de la Cote d’Ivoire et de ses réalités, si ce n’est ce que leur raconte les médias, je n’ose dire partisants.


      • Georges Yang 8 décembre 2010 13:44

        On se dirige vers une solution a la kenyanne Kibaki le kikuyu est president et partage le pouvoir avec le Lou Odinga qui avait gagne les elections


        • COVADONGA722 COVADONGA722 8 décembre 2010 13:55

          beaucoups d’ Africains ont fait des etudes , absomument mais le malheur est
          que ces Africains éduqués preferent largement vivre dans cet occident qu ils conchient journelement , le malheur est, monsieur que ces africains eduqués au lieu de retrousser leurs manches se sont débiné et laisse le si courageux si seul petit peuple africain totalement abandonné face au prevaricateurs que des gens comme vous soutiennent !toute ma compassion vas aux africains vivant l enfer quotidien auquel les condamnent les potentat locaux aux ordres des multinationales
          potentats possedant hotels particuliers par dizaines ici et laissant le peuple africain crever , mon mépris le plus total vas au avocats journalistes architectes medecins africains passant leur temps à pleurnicher le colonialisme et leur négritude ventre plein et cul au chaud ici en occident
          je ne vous salue pas !


          • kako 8 décembre 2010 20:22

            Je ne peux laisser passer ce post qui sue le paternalisme et le néocolionalisme à plein nez.
            Le véritable malheur de ces africains éduqués c’est justement de ne pas pouvoir accéder aux affaires dans leur pays d’origine, à moins d’être un larbin des anciens maîtres coloniaux. Car c’est çà la réalité ; tous ceux qui ont essayé sont aujourd’hui six pieds sous terre, avec la bénédiction de la France et bien souvent avec son aide. Je vous recommande le film qui sera diffusé demain 9 décembre sur France 2 et qui est titré « Françafrique ». Vous comprendrez, je l’espère que le malheur de l’Afrique ne tient pas qu’aux africains, mais en grande partie aux anciens pays colonisateurs qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher que ce continent ne se développe. Malgré les grands discours...
            Les africains n’ont que faire de votre compassion, alors que vous soutenez leurs tortionnaires, c’est à dire les dirigeants de ce qu’il est convenu d’appeler « la communauté internationale ». Celle qui ne pense qu’à une chose : tirer le maximum de profit de ce continent, et qui se moque bien de savoir si les potentats qu’ils ont mis en place, tuent, violent ou affament leur population.
            Ouattara, c’est l’allié de l’occident ; pro-américain, ami personnel de Sarkozy, ami d’Israël grace à son épouse qui est juive, ancien et fidèle serviteur zélé des anciens colonisateurs, que voulez-vous que pareil homme fasse pour faire avancer son pays sans déplaire à ses donneurs d’ordre ?
            Malheureusement pour vous, Gbagbo ne fait pas parti de ces potentats possédant villas, propriétés et chateaux en France. Regardez plutot du coté de Bédié et Ouattara.
            Les Africains donneraient tout pour rentrer au pays et y travailler si justement les conditions le leur permettaient ; car en France et en Europe, malgré toutes vos industries et votre technologie il vous manque l’essentiel : le coeur. En plus on se gèle les miches dans ce pays.


          • nyrina 8 décembre 2010 20:32

            A Kako : ainsi Gbagbo ne se serait pas enrichi ? Allez donc faire un tour du côté des beaux quartiers parisiens et vous ouvrirez peut-être enfin les yeux. A moins qu’en fait pour vous aussi, la soupe soit bonne au point d’en oublier de faire preuve d’un minimum de décence.


            Et puis si vous avez si froid, mais qu’attendez-vous pour rentrer chez vous ? Et je le précise, je suis aussi noire que vous (si vous l’êtes) mais les arguments à la noix et agressifs des partisans de Gbagbo me donnent de l’urticaire.

          • kako 8 décembre 2010 21:06

            @ Niryna,
            C’est çà le miracle de la technologie ; je suis à des milliers de kilomètres de la France et croyez moi bien au chaud.
            Je ne dis pas que Gbagbo ne s’est pas enrichi ; mais essayer de faire croire qu’il possède propriétés et chateaux en France, c’est tout simplement facile et à la limite malhonnête. C’est vrai que la plupart des dictateurs africains (catégorie dans laquelle je ne classe pas Gbagbo) possèdent de multiples biens immobiliers en France ; il est donc facile de jeter la suspicion, voire le discrédit sur l’homme en disant que lui aussi il en possède. Vous seriez bien embarrassé, j’en suis sûr, si je vous demandais de me les citer.
            Peut-être pensez-vous que je suis un partisan acharné de Gbagbo ; il n’en est rien. Je ne suis même pas Ivoirien. Je ne peux simplement pas supporter toute cette agitation à propos de cette « élection », alors que tous les médias et la fameuse « communauté internationale » se sont tue lors des élections de dictateurs autrement plus dangereux pour leur population ; je pense entre autres à Bongo, Sassou N’Guesso etc...


          • diego149 diego149 8 décembre 2010 15:07

            5éme article du « journaliste indépendant » sur la Cote d’Ivoire. C’est à dire un article par jour en 5 jours sur le même sujet, répétant toujours les mêmes choses.
            L’auteur pense t il que les lecteurs d’Agora Vox sont des abrutis complets, qui n’avaient pas compris la première fois qu’il servait la soupe à Gbagbo !!!!!!  smiley


            • Dominitille 8 décembre 2010 15:12

              Dans la famille Gbagbo, on a désormais Laurent le martyr et Simone la sainte ?


              • Obambé GAKOSSO 8 décembre 2010 15:42

                Bonjour,

                Excellent article.
                Je me suis permis de mettre un lien sur mon blog. Arguments juridiques très pertinents que je partage.

                Fraternellement, Obambé GAKOSSO


                • nyrina 8 décembre 2010 16:13

                  Arguments juridiques très pertinents ??? On pourrait en rire si la situation n’était pas aussi dramatique.


                  Et Gbagbo qui le jour de son « investiture » se comparait à Napoléon « qui a lui-même pris la couronne pour la poser sur sa tête avant que quelqu’un d’autre ne la lui prenne ».

                  Au delà du fait que cela est très révélateur des intentions de ce monsieur, en réalité la seule comparaison qui vaille le concernant, c’est à Ubu Roi, sous le règne du grand n’importe quoi.

                  Et il ose par ailleurs évoquer la première élection de Bush pour se dédouaner. Sauf que la Cour Suprême américaine avait eu besoin d’un mois de décompte. 

                  Or, on notera qu’il n’a fallu que quelques heures au très exceptionnel Conseil Constitutionnel ivoirien que le monde entier nous envie, pour revérifier des milliers de bulletins de vote.

                  Triste à dire mais je souhaite à Gbagbo, pour tout le mal qu’il fait à la Côte d’Ivoire, une fin à la Guéi Robert .


                  • King Al Batar King Al Batar 8 décembre 2010 18:16

                    MOi j’aimerais savoir,

                    A part la soupe que nous balance la télé, comme quoi Gbagbo a erdu les élections, et que c’est l’autre qui a gagné. Ce que tous les gens qui le comapre à Napoléon savent de ce type, et sur quelle base s’appuient ils pour le considérer.

                    Alors c’est vrai que l’auteur ecrit un article par jour sur le sujet. Et qu’il est clairement partisant. MAis dans la mesure ou nous n’avons q’un seul son de cloche dans les mérdias Francais t qu’il est en faveur de l’ennemi de Gbagbo, comment savoir qui est le bon et qui est le méchant...

                    Il y a une seule chose que je sais, et je le dis en tant que Francais qui culpabilise vis à vis de la manière dont s’est passé la décolonisation, et la grande escroquerie de la France Afrique (France à Fric), c’est que dès lors qu’il s’agisse d’Afrique, nos présidents siccéssif, ainsi que la communauté international pense d’avantage à leurs interets qu’à ceux des Africains !

                    Donc je me méfie de chaque information d’ou qu’elle vienne, et essaye d’avoir les deux son de cloche, si possible, pour savoir celle qui sonne le mieux.

                    Evotons donc de juger, dévaluer, critiquer ce journaliste sur ses idées car je suis sur qu’il s’ai t nettement mieux de quoi il parle que les posteurs qui le critique !


                  • kako 8 décembre 2010 21:17

                    Apparemment nous sommes une minorité à penser comme celà. Si on soutient pas à mort Ouattara, c’est qu’on est pro Gbagbo.
                    On nous sert du réchauffé des journaux ou des télés, tous acquis à la cause de Ouattara, qui je le répète est loin d’être une colombe.


                  • sophiedelasauce 8 décembre 2010 22:39

                    Nyrina,
                    J’ai l’impression en lisant tous ces posts que le niveau est très bas, surtout du c^oté des intervenants...
                    je crois qu’au lieu de verser dans des considérations partisanes, daignons argumenter sur le plan rationnel.
                    Ce que l’auteur pose comme problème est un principe juridique et constitutionnel ; si vous avez des arguments gfaites les valoir. C’est là où Gbagbo vous a pris de vitesse.
                    Au lieu d’objecter un argument juridique, vous versez dans le verbiage , en brandisant la communauté internationale comme référence. La communauté internationale, n’est pas une référence et une garantie de faire valoir...
                    Je suis Française et enseignante de droit ; j’aimerais échanger....
                    L’argumentaire développé par l’auteur est plus que cohérent...
                    Merci


                  • nyrina 8 décembre 2010 23:33

                    Madame de la Sauce,


                    Française et enseignante de droit qui ponctue son propos de « Gbagbo vous a pris de vitesse » ?Il est difficile, chère Madame, de tromper son monde en essayant de faire passer pour une élection démocratique ce qui est et reste un passage en force.

                    Je le répète, si Gbagbo au lieu de s’attacher à prendre de vitesse A Ouattara, comme vous le soulignez, respectait les règles de droit que vous inculquez semble-t-il à des étudiants, il saurait probablement qu’en cas de contestation de votes qu’on considère frauduleux, on réclame leur annulation ainsi qu’un nouveau vote.

                    Il n’y a que dans nos républiques bananières qu’on décide dans un tel cas de figure de s’autoproclamer président en faisant fi du vote d’une partie de la population parce qu’elle est a priori acquise au camp d’en face. 

                    Le Conseil constitutionnel en participant à cette mascarade y a perdu sa crédibilité, à l’image de l’auteur de cet article 

                    S’agissant de vous, c’est une posture un peu facile de prétendre, comme vous le faites, que le niveau des intervenants est bas parce que la majorité d’entre eux ne s’associe pas à votre point de vue.

                    On ne s’en sortira jamais en Afrique si on persiste à accepter de la part de nos dirigeants ces méthodes d’un autre temps.

                    J’aurais bien aimé débattre avec vous mais notre perception de la situation et du sort de la Côte d’Ivoire est si diamétralement opposée que ce serait à l’évidence une perte de temps réciproque. 

                    Je suis viscéralement attachée à mon pays et je ressens beaucoup de tristesse et d’amertume face à ce qu’il est devenu alors qu’il faisait tant d’envieux et notre fierté il y a quelques années.

                    Méditez cela Madame

                  • Magnon 8 décembre 2010 17:10

                    2 principes légaux pour une démocratie :

                    • 1 homme, 1 voix !
                    • Le pouvoir ne dépend que du peuple, toute personne élue, si elle est désavouée doit le remettre au successeur désigné par le peuple.
                    Laurent Gbagbo ne semble pas considéré la Cote d’Ivoire comme un pays démocratique, mais comme sa propriété privée. A ce titre, avec des moyens de fait, il défend sa propriété, son fief, son royaume, son bénéfice...
                    L’auteur trouve cela très bien, mais ce n’est pas démocratique.
                    Il se comporte en homme de cour, en plumitif courtisan.

                    • nyrina 8 décembre 2010 19:12

                      A King Al Batar, rectification : ce ne sont pas les gens mais Gbagbo lui-même qui se compare à Napoléon.


                      Pour avoir les deux sons de cloche, il suffit d’écouter la RTI qui fait de la propagande pro Gbagbo à l’image de l’auteur de cet article (même du temps d’Houphouet, on n’avait pas atteint ce niveau ) et d’écouter la presse étrangère.

                      J’espère que ceux qui condamnent l’attitude de Gbagbo tiendront bon parce que si on lui permet de s’imposer comme il tente de le faire , ce sera le même scénario aux prochaines élections, s’il n’empêche pas leur tenue. 

                      Dire qu’il reprochait à Houphouet de confisquer le pouvoir...Tout cela pour faire pire que ce qu’il critiquait

                      • le moine du côté obscur 8 décembre 2010 20:17

                        Je suis ivoirien et personnellement je vous le dis, je suis neutre politiquement. Quant aux avis de certains ivoiriens je vous invite à lire cet article que j’ai écrit ici : http://www.alterinfo.net/Points-de-vue-sur-l-election-presidentielle-en-Cote-d-Ivoire_a52353.html. J’ai essayé de compiler les points de vue des pro-Gbagbo et des pro-Ouattara. J’ai discuté avec des partisans des deux camps et des personnes neutres comme moi. En vérité beaucoup d’ivoiriens sont agacés par ce qu’ils appellent le BOG (Bédié-Ouattara-Gbagbo), un trio infernal qui est engagé dans une course au pouvoir depuis près de 20 ans. Alors bien sûr Gbagbo dit qu’il a été victime d’une tentative de coup d’état en 2002 qui s’est transformée en rébellion armée qui occupe le nord du pays. J’ai personnellement perdu deux oncles dans cette « guerre ». Les pro-Gbagbos disent que la rébellion est parrainée par Ouattara quand ce dernier demande à Gbagbo de prouver ses dires. Au sud on fait tout pour dire que Ouattara est étranger donc qu’il ne peut briguer la magistrature suprême et que de plus il est le parrain de la rébellion donc que c’est un criminel. Ce qui devrait troubler le camp Gbagbo c’est comment malgré cette propagande (Gbagbo contrôle entièrement la télé d’état) Ouattara ait pu faire un tel score aux élections présidentielles ! Car même si on élimine les voies du nord, les deux sont quasiment au coude à coude ce qui est surprenant ! A vrai dire Gbagbo a clamé à qui voulait l’entendre qu’il avait la « Côte d’Ivoire » utile au sud. Peut-on dire le contraire puisqu’il a le pétrole, une bonne partie du cacao, une grande partie des infrastructures etc... Alors comment se fait-il qu’ayant la Côte d’ivoire utile Gbagbo et ses proches l’aient si mal géré ? Si bien qu’un des proches de Gbagbo a fait un portrait au vitriol de ses « camarades » du parti de Gbagbo (voir ici : http://saoti.over-blog.com/article-11646208.html). En fait Gbagbo utilise la guerre pour justifier sa gestion calamiteuse, si tel est le cas pourquoi un de ses proches comme Mamadou Koulibaly est aussi dur avec ses « camarades » ? Gbagbo a un alibi en « béton », le fait que la Côte d’Ivoire est divisé en deux ! Actuellement Gbagbo joue la montre avec ruse et cynisme. Il peut compter sur un grand nombre de fanatiques qui semble-t-il sont prêts à mourir pour lui (ce qui m’agace d’ailleurs chez certains pro-Gbagbos est qu’ils le perçoivent comme un « messie » voire un christ). Et il compte aussi sur le fait que Ouattara est soutenu par l’occident pour renforcer sa thèse qui dit que Ouattara est le candidat de l’étranger et donc l’outil du néocolonialisme. Il compte sur une poussé nationaliste pour éliminer Ouattara, jeu dangereux s’il en est ! Les ivoiriens en majorité qui n’aspirent qu’à un retour à l’état normal vont se lasser de cette enième crise et peut-être envoyer paître ces deux politiciens.


                        • King Al Batar King Al Batar 8 décembre 2010 21:20

                          Bonsoir à l’auteur de ce post et merci pour ses explications !


                        • kako 8 décembre 2010 21:32

                          @ le moine...
                          Qu’est ce que celà serait si vous étiez partisan ... Juste une question pour satifaire ma curiosité : Mamadou Koulibaly, ce n’est pas celui là qui possède un patrimoine immobilier impressionnant ? N’est ce pas celui-ci qui était cadre supérieur dans une grande banque ivoirienne et qui a été un temps « en fuite » ? A moins que ce soit un autre ; pourtant ...


                        • Radix Radix 8 décembre 2010 21:35

                          Bonsoir au moine qui ne voit rien

                          Le Laurent Machin truc il est au pouvoir depuis quand ? Et il aurait du organiser des élections depuis quand ?

                          Il s’accroche pas la bernique ?

                          Radix


                        • le moine du côté obscur 8 décembre 2010 22:36

                          A King Al Batar

                          De rien

                          A kako

                          Mamadou Koulibaly est le président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire (enfin ce qu’il en reste). Pour en savoir plus sur lui voir ici : http://www.abidjan.net/qui/profil.asp?id=70 et http://fr.wikipedia.org/wiki/Mamadou_Koulibaly. En tout cas il est connu pour son franc-parler, il n’épargne en général personne et ses interventions sont assez appréciés. Quant à ce que vous dites je ne sais pas, je vais me renseigner voir.

                          A Radix

                          Laurent Gbagbo est président depuis l’an 2000 élu dans des « conditions calamiteuses » comme il le dit lui-même. En Côte d’Ivoire normalement c’est un quinquennat donc il aurait du organiser des élections mais une tentative de coup d’état en septembre 2002 s’est transformée en rébellion qui s’est emparée du nord du pays. C’est expliqué ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_politico-militaire_en_C%C3%B4te_d%27Ivoire#Le_conflit_millitaire_.28septembre_2002.E2.80.932007.29
                          Ou ici : www.grip.org/pub/rapports/rg03-2_ivoire.pdf 


                          • sophiedelasauce 9 décembre 2010 01:02

                            Nyrina,
                            je repète, Gbagbo vous apris de vitesse, car gouverner c’est anticiper. Tout le crédit de Ouattara, c’est son soutien des forces extérieures, parce que sur le plan interne il n’a pas fait valoir ses droits et son pouvoir...
                            Par ailleurs, il n’appartenait pas à Gbagbo, d’annuler les élections, c’était du ressort du conseil constitutionnel.
                            L’auteur de l’article a posé des questions répondez d’abord à ces questions, par la suite je débattrai sur le fond avec vous.
                            Déclarez Gbagbo est tricheur et voleur, n’est pas argument plausible, car endroit tant que les faits ne sont pas avérés, il jouit de la présomption d’innocence. Et la seule institution qui a valeur d’apprécier un délit, est une autorité judiciaire.
                            Tout ce que vous débitez, relève de l’émotion chose que je peux comprendre, mais juridiquement, vous ne vous fondez sur rien.
                            Si je vous entends bien, vous auriez souhaité que ce soient les Nations Unies qui nomment les membres duconseil constitutionnel ? Est-ce possible dans un Etat souverain ?
                            Cher Monsieur dans le cas d’espèce, il s’agit de souveraineté et c’est là où la communauté des peuples n’est pas d’accord avec la démarche des« grands » de ce monde.
                            Parole de Française, je vous donne 21 jours , si Ouattara ne prend pas le pouvoir, chose qui est imposible , en l’Etat actuel des choses, qu’il s’attende avec ses alliés au boomerang de la communauté internationale.
                            Amicalement


                            • le moine du côté obscur 9 décembre 2010 07:45

                              A l’auteur (qui ne répondra malheureusement pas)

                              Primo Ouattara n’a pas 72 ans il en a 68, il faudrait peut-être vérifier vos sources avant d’affirmer. Secundo que vous soyez entièrement acquis à la cause de Gbagbo c’est votre droit, tout comme c’est votre droit d’être anti-occidental convaincu.
                              Certains pensent que cette élection est une mascarade et que Gbagbo savait pertinemment ce qu’il allait faire avant que le scrutin n’ait lieu. La question est aussi de savoir qui a financé ce scrutin ? C’est une bonne question d’autant plus que certains se plaignent de l’ingérence de la communauté internationale dans ce qui ne serait qu’une affaire ivoiro-ivoirienne. Je me rappelle aussi qu’avant les élections il y avait eu un débat sur africa 24 dans lequel monsieur Maurice Douhot du Pndci avait demandé si les conditions étaient réunies pour que les élections se tiennent. Il y avait sur le plateau un membre du pdci, un membre du FPI et un colonel du CCI (Centre de commandement intégré qui était sensé être l’embryon de la nouvelle armée ivoirienne avec notamment des membres des forces de défense et de sécurité (l’armée républicaine) et des membres des forces nouvelles (ex-rebelles)) nommé Karim Ouattara. Maurice Douhot a donc demandé s’il était raisonnable de tenir les élections à ce moment précis. Le membre du FPI (parti de Laurent Gbagbo même s’il se dit à présent candidat de l’autoproclamée majorité présidentielle) a dit que les ex-rebelles avaient été encasernés et leurs armes stockés (tu parles) et que donc on pouvait aller aux élections. Nous supposons que si ce membre du FPI a dit cela vu l’opposition et la haine qu’éprouve le FPI pour Ouattara, les ex-rebelles etc... C’était sensé rassurer la population. Or lors de ce débat le colonel Karim Ouattara (ex-rebelle) a dit que quelque soit le président élu, il faudrait qu’il règle la question des ex-rebelles et de leur devenir... (on sentait déjà poindre les problèmes) Alors nous avons un membre du FPI qui nous dit que les conditions sont réunies pour aller aux élections. Nous n’avons pas vu le FPI vraiment protester avec les résultats du premier tour et nous les voyons brailler à présent par la voix notamment de leur arrogant président de parti l’infâme Affi Nguessan. De qui se moque-t-on ? Alors sans aucun doute ces élections étaient une mascarade mais qui risque de mal se terminer. Gbagbo pourra dire en effet qu’il avait la pression de la communauté internationale pour faire ces élections. Déjà qu’il accuse à mots à peine voilés la rébellion d’être issue d’un complot international. Mais quelque chose devait être fait car le statu-quo est impossible. Ce qui nous énervait c’était les promesses fallacieuses faites aux ivoiriens quant à ce qui allait se passer après les élections (on leur disait que tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, seuls les naïfs l’ont cru comme d’habitude) ! Et moi et mes amis avions anticipé cette « crise ». Je crois que Gbagbo est tombé dans son propre piège et l’absence de soutien dont il jouit au plan international est assez intrigant. Car dans la propagande du FPI on disait que Gbagbo avait des réseaux puissants ! La question est : où sont-ils ? Les réseaux de Ouattara étaient connus depuis belle lurette ! Est-ce étonnant pour un ancien vice-gouverneur du FMI et ami de personnes comme Sarkozy ? Comment Gbagbo en dix ans de présidence n’a-t-il pas pu développer des réseaux puissants pouvant l’aider à résister à la tempête qui s’annonce ? C’est la question que beaucoup d’ivoiriens se posent ! Alors certes d’après un de mes amis militaires, il sera difficile de déloger Gbagbo car celui-ci aurait une armée puissante. Mon ami m’a dit que si on voulait le déloger il fallait le faire en 2002 ou en 2004 et que maintenant c’était impossible. Nous nous demandons comment ça va finir !
                              Mais parlons aussi de Ouattara, le fait que les ex-rebelles le soutiennent ouvertement gênent un certain nombre d’ivoiriens. Et vu que le porte-parole de la rébellion (Guillaume Soro) est avec lui, ça jase fort chez les « sudistes ». Si certains partisans de Gbagbo avouent à demi-mot que Ouattara a bien remporté les élections, ils disent que sa victoire est invalide suite aux exactions commises dans le nord durant le scrutin. Moi je leur dis que je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois et je ne trouve aucun des deux camps honnêtes et dignes de confiance donc... L’armée républicaine est selon certaines sources divisée même si les chefs ont fait serment d’allégeance à Laurent Gbagbo. Nous aurions vraiment souhaiter que cette crise se règle de façon civilisée, mais étions-nous, nous aussi naïfs ? Peut-être bien ! Enfin comme le disent certains on verra si Gbagbo est aussi courageux que le disent ses partisans fanatiques. Car « le courage de Gbagbo » et « la lâcheté de Ouattara » est le crédo des partisans pro-Gbagbo. Ouattara lui jouit d’une popularité certaine chez les nordistes et ce depuis qu’habilement il s’est fait passé pour un martyr disant par exemple qu’on ne voulait pas qu’il se présente parce qu’il était musulman et du nord ! Si Ouattara est imposé par la force cela sera un facteur d’instabilité futur ! Mais la situation actuelle est intenable, alors...


                              • le moine du côté obscur 9 décembre 2010 08:10

                                A sophiedelasauce

                                Gbagbo peut-il tenir avec quasiment tous les pays étrangers contre lui ? Et une bonne partie du peuple ? N’oublions pas que le nord est entièrement sous contrôle et d’après les échos que j’ai ça ne sent pas bon... Dans tous les cas s’il y a un clash, les victimes seront des innocents comme d’habitude. Quand Gbagbo s’est avéré incapable de défendre l’intégrité territoriale (alors que cette grande gueule avait dit posséder une armée capable de repousser tout ennemi) avec la rébellion, il avait déjà mis un genoux à terre et démontré une grande partie de ses faiblesses. Quand on s’est réjoui d’un coup d’état en 1999, on ne doit pas avoir le culot de parler d’injustice quand on en subit un. Quand on ouvre la boîte de Pandore voilà ce qui arrive. Le fait que beaucoup comme Jack Lang aient lâché Gbagbo est la preuve de l’incapacité de ce dernier a attiré vers lui des personnes honnêtes ou du moins qui peuvent efficacement l’aider. Son entourage plus qu’exécrable est pour nous la preuve qu’il est fort pour attirer les mouches à merde. Cela renforce l’idée de certains que c’était un amateur qui se croyait au pays des bisounours et qui avait une vision bien naïve du paysage politique mondial. On verra bien maintenant s’il est aussi génial et courageux que le disent ses partisans. La Côte d’Ivoire encore un état souverain ? Dans les états souverains il n’y a pas de forces impartiales comme l’ONUCI et consort... Soyez un peu humble au moins...


                                • Analis 9 décembre 2010 14:46

                                  Ouattara bénéficie-t’il d’un capital de sympathie plus fort que son rival auprès des dirigeants étrangers, en raison notamment se de son caractère libéral ? Probablement. Mais cela ne donne aucune légitimité au geste de Gbagbo.

                                  Les institutions de la Côte d’Ivoire sont-elles un copié-collé de celles de la France ? Oui, avec son Conseil Constitutionnel (et non sa Cour Constitutionnelle, nuance). Mais cela n’a pas toujours été le cas. La création de ce Conseil, en même temps qu’un Conseil d’Etat et une Cour de Cassation, sont des faits récents, servilement copiés de leurs néfastes modèles français, en démantellement de la cour suprême qui existait jusque là. Evolution destinée à compliquer l’accès à la justice, validée par Gbagbo, que l’on a connu aussi au Sénégal.

                                  Encore le Conseil Constitutionnel français, par delà ses sérieux défauts, fonctionne-t’il assez bien la plupart du temps. Je n’ai en tout cas aucun problème à le voir remis en place par des institutions internationales ou étrangères quand il s’égare, comme tout autre tribunal français. Donc, s’il truquait les résultats d’une élection, j’applaudirai si une CEI vienne le remettre à sa place.

                                  Gbagbo, président persécuté, seul contre tous depuis 8 ans ? On retrouve là les fantasmes paranoïaques de complot international, destinés à resserrer l’unité autour du chef. Tout le monde en veut à Gbagbo, tout le monde en veut à la Côte-d’Ivoire. Ce n’est jamais Gbagbo qui a tort, quoi qu’il fasse. Ce sont les « autres » qui toujours présentent sous un jour mauvais ses bonnes actions, car ils sont animés par une haine fanatique et irrationnelle envers Gbagbo et la Côte-d’Ivoire (notons d’ailleurs comment les suiveurs de Gbagbo se considèrent comme les seuls représentants de la Côte-d’Ivoire).

                                  La vérité est bien différente : Gbagbo a été élue à l’isue d’une élection mouvementée, dont Ouattara avait été écarté. Il a accédé au pouvoir déjà entre autres grâce aux pressions étrangères, alors que Bédié ne voulait pas reconnaître le verdict des urnes. Il a ensuite mené une politique ethnocentriste et inspirée par l’ivoirité. En conséquence de quoi, les nordistes et les occidentaux se sont rebellés, et l’auraient renversé sans l’intervention française. Bien ingrat, l’homme n’en a tiré aucune leçon, a continué dans les mêmes errements, a tout fait pour fausser le jeu électoral en faisant le maximum pour maintenir l’exclusion de nombreux électeurs dans le Nord, a systématiquement torpillé l’action des premiers ministres, et a même, comble de tout, accusé les français d’être responsables de la situation de partition du pays. Il est exact que Chirac lui a été hostile durant plusieurs années, et a exercé un intense lobbying contre lui au niveau international ; mais c’était quand même après l’avoir sauvé grâce à l’opération Licorne.

                                  Mieux, Gbagbo s’est permis de faire un « mandat » supplémentaire, aussi long que le premier, sans être investi par les urnes. Cela grâce à la communauté internationale, qui a accepté de l’adouber à titre provisoire - ce qui pour Gbagbo voulait dire perpétuel, grave source de désaccord avec les instances internationales. [ironique] On ne peut que comprendre le courroux de Gbagbo. Il a été obligé de retourner devant les urnes par la tyrannique ligue internationale. [mode ironique off] Doublement ingrat, donc Gbagbo, d’accuser d’avoir un parti-pris contre lui les mêmes pays grâce auxquels il est resté au pouvoir plus longtemps que ce la constitution lui autorisait.

                                  Triplement ingrat, même. Après le départ de Chirac, il n’avait plus les français contre lui. Sarkozy avait signifié que les différents personnels étaient enterrés, qu’il allait aider Gbagbo à faire repartir les choses du bon pied dans son pays. Et maintenant, bien sûr, Sarkozy n’est qu’un diable de plus decidé à couler la Côte-d’Ivoire. En réalité, Gbagbo n’est qu’un profiteur, un produit ordinaire de la Françafrique. On lui a laissé plein de chances, il n’a jamais voulu les saisir, dégoûtant plus d’un négociateur africain. Bédié, l’inventeur de l’ivoirité, et Ouattara ne sont pas des saints. Mais Gbagbo est définitivement une nuisance pour son pays. Après les Touré, Conté, Eyadéma, Mugabé, Arap Moi etc... qui tous ont contribué à amener l’Afrique où elle était.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès