Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Côte d’Ivoire : La nouvelle armée indexée après avoir à nouveau tiré (...)

Côte d’Ivoire : La nouvelle armée indexée après avoir à nouveau tiré sur des civils

Vavoua, dimanche 18 Décembre 2011, Les FRCI, la nouvelle armée de côte d'ivoire, ouvrent le feu sur des manifestants venus protester contre le passage à tabac mortel d'un jeune de la ville. Le bilan final est lourd. Six morts, tous du coté des civils. L'exaction de trop ? Les réactions qui ont suivi, aussi bien de la part du gouvernement ivoirien que de celle de l'ONUCI, montrent que l'affaire est considérée avec un intérêt particulier. L'appartenance ethnique des tués (nordistes comme M Ouattara) a t'elle favorisé cette soudaine réaction ? L’Onuci a réaffirmé son impartialité et participé au « transfèrement » des sept éléments des Frci qui ont tué. Son représentant, Hamadoun Touré a dénoncé, ce jeudi, lors de son point de presse hebdomadaire, les exactions des FRCI sur les populations civiles rappelant au passage les événements de songon ,village situé à une dizaine de kilomètres de Yopougon, dans la banlieue d'Abidjan et ceux de Guépahouo dans la sous-préfecture d’Oumé. Pour le gouvernement ivoirien, le procureur militaire avait quant à lui décidé des poursuites judiciaires contre les militaires auteurs d'exactions. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à son cabinet, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi a déclaré « inadmissible que les Frci méprisent le droit et les règles régissant leur corps pour s’adonner aux actes frisant la moquerie et le non respect de la hiérarchie ».

On peut toutefois être surpris que le gouvernement ivoirien ait attendu aussi longtemps pour décider de mesures concrètes alors que l'activité des FRCI est connu depuis l'accession de M Ouattara au pouvoir par la force. M Gbagbo a été déclaré responsable des exactions de son armée contre les populations civiles. Lorsque les soldats d'Allassane Ouattara tirent sur une foule de manifestants à vavoua, le responsable est bien entendu le chef suprême des armées. La non réaction de la "communauté internationale" qui avait justifié l'usage de la force contre M Gbagbo lorsque des manifestants pro-ouattara avaient étés tués est tout aussi surprenante. 

Force est de constater que les forces armées républicaines de côte d'ivoire (FRCI) n'ont pour l'instant de républicain que le nom.

En avril dernier, Salvator Sagues, d'Amnesty international résumait la situation dans un entretien accordé a RFI : "Vous savez comment Amnesty a critiqué constamment pendant dix ans ce qu’a fait Laurent Gbagbo. Mais ce qui se passe actuellement est inimaginable ! Il y a des gens sans aucun contrôle qui sont en train de commettre des choses barbares et il faut absolument que cela se sache. Je suis assez étonné de la teneur de la presse en France qui dit que Alassane Ouattara se donne deux mois pour remettre de l’ordre. On a l’impression que les choses vont de mieux en mieux. Ce n’est absolument pas vrai. Nous n’avons aucune sympathie pour l’ancien régime mais ce qui est en train de se passer est inadmissible." Huit mois après cet interview les faits donnent raison a Amnesty international. HRW avait aussi dénoncé le même etat de fait : dans son rapport du 2 juin 2011 : " Les meurtres, les actes de torture et les traitements inhumains commis par les forces armées de Ouattara ont continué alors qu'un chercheur de Human Rights Watch se trouvait à Abidjan, prenant clairement pour cible les groupes ethniques au cours d'actes de représailles et d'intimidation généralisés".

Les événements de Vavoua sont ils les événements de trop ? Il est permis d'en douter. Le manque de formation, l'indiscipline généralisée et l"impunité dont ils ont bénéficié jusqu'à maintenant ont été les terreaux sur lesquels les parades et exactions des FRCI ont prospéré. La côte d'ivoire ne peut être dans ce contexte considérée comme sûre. C'est dans ce contexte de peur généralisée que se sont déroulées les dernières élections législatives. Le très faible taux de participation entre 10 et 35% n'est pas uniquement lié au boycott du plus important parti de l'opposition mais aussi à la terreur que les populations civiles éprouvent dans certaines régions face a des hommes en armes, indisciplinés, à la gâchette facile et au jugement sommaire.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • le moine du côté obscur 26 décembre 2011 10:32

    Et oui ce n’est pas une armée quand à savoir si elle le sera un jour... Gbagbo avait ses milices notamment estudiantines, il semble que Ouattara (ou son premier ministre Soro ou les deux) a aussi ses milices. Ces soldats mal formés, indisciplinés, mal habillés et qui sèment souvent le désordre. Ce qui est grave c’est qu’on ne sait pas qui est qui et qui fait quoi. Pour avoir un habit de militaire ça ne vous coûte que 6500 Francs CFA (environ un centime d’euros) au marché noire... Avoir des kalachnikov est aussi très aisé surtout avec toutes les armes en circulation. Ce qui représente un danger pour le pouvoir de Ouattara lui-même. Car si quelqu’un prépare un coup de force seuls peut-être ses alliés occidentaux et africains, l’ONU et quelques soldats dont le positionnement semble clair pourront le défendre autrement... Des rumeurs persistantes de coups d’état circulent d’ailleurs en ce moment dans Abidjan et certains ivoiriens sont sur le qui-vive ! Il faut dire que beaucoup d’ex soldats pro-Gbagbo ne portent pas le nouveau pouvoir dans leur coeur ! Il faut dire que beaucoup de jeunes qui ont mené le combat de Ouattara sont déçus et sans doute seraient sensibles à des propositions intéressantes des pro-Gbagbo ou autres ennemis de Ouattara qui sont nombreux. Une armée « mexicaine », des soldats mécontents, beaucoup d’inconnus avec des armes, une situation sécuritaire floue tout ça est explosif. 

    Vous dites dans votre article que les FRCI ont tué des gens proches (au plan ethnique) de Ouattara et cela est vrai. Mais il y a un agacement chez pas mal de gens proches (au plan ethnique) de Ouattara, certains en arrivant à regretter Gbagbo. Je l’ai dit dans certains textes, Gbagbo a commis la bêtise de laisser ses lieutenants tenir des propos désobligeants envers les nordistes. Alors quand des exactions avaient lieu contre les nordistes ou autres supposés pro-Ouattara, ils étaient attribués à tort ou à raison aux pro-Gbagbo (mais soyons clairs les pro-Gbagbo ont commis des atrocités aussi). Actuellement les FRCI agacent jusque dans le camp de Ouattara puisqu’ils semblent pour beaucoup d’entre eux incontrôlés (mais est-ce vrai ?) ou incontrôlables (idem). Cet agacement pourrait être aussi une menace à terme pour Ouattara. L’avenir proche nous permettra sans aucun doute d’y voir plus clair. 

    • rpicault 27 décembre 2011 00:53

      Aujourdhui Lundi 26 Décembre des affrontements entre populations et FRCI sont signalées à sikensi dans le sud du pays après qu’un jeune ait été abattu à bout portant par un soldat :

      http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=5542

      C’est un « remake » du scénario de vavoua.

      D’autre part, vos impressions semblent être celles qui se généralisent non seulement en côte d’ivoire mais un peu partout en Afrique.

      http://www.rfi.fr/afrique/20111226-henriette-ekwe-union-africaine-semble-subir-peu-veut-occident

      Beaucoup n’aimaient pas Gbagbo mais sont choqués par les évènements du présent
      http://www.npa2009.org/content/c%C3%B4te-divoire-transfert-de-gbagbo-au-cpi


    • le moine du côté obscur 27 décembre 2011 05:40

      En effet mon cousin m’a parlé de ce qui s’est passé à Sikensi hier soir. Disons que ça va devenir compliqué pour Ouattara dont les « décisions » ne sont pas suivis d’effets. Avec une telle « armée », je ne sais pas ce qu’il compte obtenir. Il avait ordonné de mettre en caserne les soldats qui traînaient ça et là. Et si effectivement on en voit moins à Abidjan à l’intérieur du pays ce ne serait pas le cas. Parce que ces « soldats » sont partout et on n’en connait pas le nombre exact. Il a même créé une police militaire chargée de mettre de l’ordre dans l’armée ce qui risque d’entraîner des frictions ! Les populations sont en tout cas agacées et les FRCI feraient mieux de se méfier. 

      Concernant les élections législatives, il est vrai que le jour où elles ont eu lieu il n’y avait pas foule. J’ai fait un tour dans les bureaux de vote de mon ancien quartier vers 15 heures et c’était le calme plat et les gens dans les bureaux de vote avaient l’air de s’ennuyer ferme. Il est vrai que le taux de participation officiel est assez élevé et au vu de ce que j’ai et de ce que mes proches m’ont rapporté il doit être en réalité beaucoup plus bas. Et le fait que la commission électorale « indépendante » a donné les résultats au contre-goutte a fait naître pas mal de suspicion. D’ailleurs plusieurs candidats estiment avoir été floués et ont porté plainte devant le conseil constitutionnel. 38 des candidats « élus » ont été sommés d’apporter les preuves que leur élection est valide. ça promet.... 

    • Abou Antoun Abou Antoun 26 décembre 2011 11:17

      Simple remarque de pure forme.
      Le mot ’indexer’ a jusqu’à présent un (et même plusieurs) sens en langue française.
      Aucun de ces sens ne signifie ’mettre à l’index’ ou encore ’montrer du doigt’.


      • rpicault 27 décembre 2011 00:30

        Exact !
         Il faut donc lire : « Côte d’ivoire : La nouvelle armée mise à l’index, après avoir à nouveau tiré sur des civils. »
        D’ailleurs, c’est un peu dommage qu’il ne soit pas possible de faire des mises à jour 
         des articles après publication.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rpicault


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès