Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Côte d’Ivoire : vive le Conseil Gbagbotutionnel !

Côte d’Ivoire : vive le Conseil Gbagbotutionnel !

Le Conseil constitutionnel ivoirien, au temps pour moi, le Conseil Gbagbotutionnel du Plateau, serait donc le nec plus ultra, le must, la quintessence même de la démocratie ivoirienne. De quoi parlons-nous au juste ? Est-ce qu’il s’agit de l’énergumène qui s’accroche au pouvoir comme une huître à son rocher, et qui en dix ans, n’a rien fait pour son peuple sinon semer la haine entre Ivoiriens en faisant semblant d’apporter la paix ? Le Conseil constitutionnel ivoirien a fait fort, c’est le moins qu’on puisse dire.

La forme olympique de ses membres est à saluer. Eux, au moins, ne sont pas grabataires, avec une moyenne d’âge de 60 ans. Quelle santé ! Figurez-vous que ses 7 membres -en excluant Henri Konan Bédié qui n’a pas assisté à ce travail titanesque des 6 membres restants-, ont même surpassé Hercule. Ces génies de la forêt ont, en moins de 24h, parcouru, lu et vérifié, avec maestria, la quasi totalité des Procès verbaux, soit 20 000, que l’ONUCI (Opérations des Nations Unies en Côte d’Ivoire) et la CEI (Commission électorale indépendante) ont mis 4 jours à éplucher, avant de proclamer les résultats du grand manitou d’Abidjan, Laurent Gbagbo, qui n’a plus rien à envier à Mobutu et ses pairs de triste mémoire.
 
Le plan savamment préparé par le clan Gbagbo avait poussé Pascal Affi Nguessan, son directeur de campagne, à lancer des cris d’orfraie dès la sortie des urnes, accusant de tricherie ses adversaires dans ....4 préfectures. Mais, après s’être limité aux 4, le Conseil Gbagbotutionnel se rendit compte qu’Alassane Ouattara faisait toujours la course en tête. Par une voltige dont ils ont le secret, prenant les Ivoiriens comme une tribu paléonégritique (celle des “ hommes nus ”) ont alors rajouté 3 autres préfectures, avec brio. Le tour était joué : Ainsi, le président sortant s’en sortait avec un maigre 51% des suffrages. Comment quelqu’un aussi mal élu peut parler alors d’ingérence ?
 
Mais, il y a pire. Personne ne s’est posé la question de savoir ce que cachait réellement le Conseil Gbagbotutionnel. Ses membres avaient-ils pris connaissance de l’article 64 du code électoral de Cote d’Ivoire  ?C’est hallucinant de découvrir tout ça.
 
Art 64. - Dans le cas où le Conseil constitutionnel constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d’ensemble, il prononce l’annulation de l’élection.
La date du nouveau scrutin est fixée par décret en Conseil des ministres sur proposition de la Commission chargée des élections.
Le scrutin a lieu au plus tard quarante cinq jours à compter de la date de la décision du Conseil constitutionnel.
 
Visiblement donc, le Conseil qui ferait force de loi a outrepassé ladite loi, en l’espèce, en validant cette élection entachée d’irrégularités. Il fallait couronner Ubu roi, bien sûr, celui-là qui fait et défait les membres du Conseil. Une petite visite dans cette institution gbagboïste et vous découvrez facilement le pot aux roses. Tous ses membres sont issus du parti du président autoproclamé, le Front populaire ivoirien (FPI). Cette situation facilite donc le maintien au pouvoir de Gbagbo à l’issue de l’élection présidentielle de 2010. Cherchez l’erreur.
 
Par le mode de désignation de ses membres, le Conseil gbagbotutionnel est et sera toujours acquis au chef qui nomme trois de ses membres. Ensuite, le président de l’Assemblée Nationale, Mamadou Koulibaly, membre du FPI lui aussi, en nomme trois autres. Quant aux anciens présidents, ils sont de facto membres, à vie. C’est le cas d’Henri Konan Bédié.
 
Alors, jouer à la victime, faire croire aux uns et aux autres que l’étranger veut déstabiliser la Côte d’Ivoire, c’est se moquer du monde. C’est vrai que, d’un côté, les sorties hasardeuses d’un Sarkozy ne créent pas les conditions sine qua non pour régler ce problème. Aux dernières nouvelles, il se peut qu’un contingent de l’armée angolaise est arrivé à Abidjan pour protéger Laurent Gbagbo. De quoi a-t-il peur ? Selon encore les mêmes sources, ces militaires seraient venus simplement pour l’exfiltrer vers l’Angola. Info ou intox ?
 
Vive le Conseil Gbagbotutionnel !
 
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 9 décembre 2010 12:23

    Je croyais avoir compris ce qui se passait en Cote d’Ivoire, et puis ... je me demande qui manipule qui ??? Pas si simple .

    Pour ce qui est du Conseil Constitutionnel, dire qu’il a été nommé par Gbagbo n’est pas un argument, car ... c’est toujours et partout ainsi. A commencer par chez nous. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’ait p,as orienté ses conclusions.
    Ce qui m’ennuie, c’est que cet « homme providentiel », A.Ouattara, encensé par la France, le FMI et ... presque tout le monde a tout de même beaucoup de « casseroles ». C’est également que la vérité n’est pas « noire ou blanche », elle est très souvent nuancée. Rappelons nous les « révolutions orange » en Ukraine et ailleurs, qui ont d’abord suscité l’enthousiasme, avant que l’on s’aperçoive qu’elles étaient manipulées par la CIA. Tiens, tiens ...Gbagbo utiliserait également cette couleur orange(? ??).

    Je me demande donc si les choses sont bien ce qu’elles paraissent être ?


    • King Al Batar King Al Batar 9 décembre 2010 12:55

      Bonjour Alpo

      S’il y a bien une chose que j’ai compris de l’Afrique francophone d’après la décolonisation, la « France à Fric », c’est qu’en général le candidat ou le dirigeant qui est largement soutenu par le président de la république Francaise, quelqu’il soit, ne roulera pas pour les interets de les citoyens, mais pour les notres. Rappelons que nos présidents ont soutenu Mobutu, Eyadima, Deby, Paul Biya. Mitterand a également soutenu Sassou Nguesso. Bref...

      Je ne sais pas, je n’arrive pas avoir d’information réelle sur chacun des candidats, qui puisse me permettre d’avoir un avis tranché.

      Ce que je sais juste c’est qu’il faut toujours se mefier du candidats que nous soutenons, en général c’est souvent le pir bourreau pour son peuple.


    • King Al Batar King Al Batar 9 décembre 2010 13:06

      Erratum : « roulera pas pour l’interet de ses citoyens » et non pas « les » citoyens...


    • kako 9 décembre 2010 22:24

      Je ne peux que m’incliner devant la justesse de tels propos.


    • asterix asterix 9 décembre 2010 13:23

      Vous n’avez pas honte de sortir autant de vérités après le chef d’oeuvre de votre confrère gabonais paru hier dans les colonnes d’Agoravox.
      Dire la vérité, c’est grave. Très grave ! Jamais vous ne ferez partie du Conseil Constitutionnel ...et même en France ! précise Sarko qui écoute toujours derrière la porte 


      • le moine du côté obscur 9 décembre 2010 13:51

        A Alpo47

        Évidemment la situation assez compliquée en Côte d’Ivoire c’est pour cela que je suis de ceux qui pensent qu’on a le choix entre la peste et le choléra. Ouattara est sans aucun doute l’homme de la finance internationale et je pense que c’est le principal danger qu’il représente.
        Concernant la Côte d’Ivoire une question se pose celle de la démocratie. Parce qu’en effet quand on prend l’élection de Bush en 2000 c’est probablement un hold-up électoral. Le peuple avait le choix tout comme en Côte d’Ivoire. Il y avait 14 candidats et il a fallu encore une fois que les ivoiriens votent pour le trio Bédié-Gbagbo-Ouattara, Bédié ayant été éliminé au premier tour. Et au second tour c’était le duo infernal Gbagbo-Ouattara. Moi et certains potes pour s’amuser on dit qu’il y a le front TSO (Tout Sauf Ouattara) et le front TSG (Tout Sauf Gbagbo), deux fronts aussi déterminés l’un que l’autre. Le plus grand tort que fait la communauté internationale à Ouattara est le soutien inconditionnel qu’elle lui porte car cela accrédite la thèse de Gbagbo selon laquelle Ouattara entre autres est le candidat de l’étranger. Toute la rhétorique de Gbagbo repose dessus. Il dit qu’il est le seul vrai patriote quand les autres sont des agents de l’étranger. C’est pour ce Gbagbo s’appuie sur la constitution ivoirienne et sur le conseil constitutionnel qui quoiqu’on en pense ou en dise est une institution ivoirienne. Gbagbo veut dire qu’il tire sa légitimité de lois 100% ivoiriennes et d’institutions 100% ivoiriennes, il est donc l’ivoirien 100% authentique comme il le dit. Il sait qu’un grand nombre de nos compatriotes sont sensible à une telle rhétorique. Il sait transposer le débat sur un plan émotionnel. Or ceux qui ont voté en grande partie pour Ouattara sans être forcément de ses partisans l’ont fait en se basant sur des idées rationnelles.


        • Gaillus le Jeune Gaillus II 9 décembre 2010 14:45

          J’avais apprécié votre précedent article sur le sujet , un peu moins celui ci ;
          Vous avez peut être reçu les ordres adéquat depuis la rue de solférino ?

          Je suis heureux de voir que les commentateurs de cet article prennent du recul et essaye d’ appréhender avec honneteté cette situation ivoirienne ô combien compliquée.
           
          Personellement , je ne suis ni pro-gbagbo , ni pro ouattara.
          Gbagbo a ses casseroles certes, mais le traitement médiatique actuel devrait être étudié par les connaisseurs. Ouattara est soutenu à fond par la communauté internationale, ce grâce à ses réseaux qu’il a intelligement et patiemment construits grâce à une carrière magistrale.

          On ne peut pas en dire autant de gbagbo qui a perdu son temps à danser dans les maquis avec des minables comme Lang ou Cambadelis. Il l’aura voulu.

          Toutefois , n’ oubliez jamais cela. Je ne suis pas pro-gbagbo : mais pour le moment la communauté internationale soutient Ouattara, un homme qui a financé en partie la rebellion qui a pris le contrôle du nord de la cote d’ivoire à partir de 2002.
          C’est l’un des anciens chefs de la rebellion aujourd’hui ecarté qui l’a avoué devant plusieurs centaines de gens.

          N’oubliez pas non plus que la communauté internationale soutient donc un premier ministre du nom de Guillaume Soro, grand chef de la rebellion dont ses troupes sont responsables de crimes atroces envers des ivoiriens entre 2002 et 2005 au moins.
          Gbagbo a pris ce type dans son gouvernement, le voici aujourdh’ui qui lui plante le couteau dans le dos, je ne pleurerais surement pas pour lui.


          • kako 9 décembre 2010 22:47

            De quoi a t-il peur ? Vous vous moquez Allain Jules ; Mais des barbouzes françaises pardi ! Vous oubliez la tentative d’assassinat dont il fut victime après les fameux accords de Marcoussis ! Pour mémoire je vous rappelle que le Palais présidentiel a été mitraillé depuis un hélicoptère de l’armée française et qu’il y a eu plusieurs morts.
            Je le répète, je ne suis pas pro-Gbagbo et encore moins Ouattara ; je constate simplement à l’instar de Alpo, que cette histoire sent la manip à plein nez. La « communauté internationale » s’érigeant même en autorité supra nationale pour adouber Ouattara.
            Ceci dit, si votre référence à ce fameux article 64 de la constitution semble pertinente, je suis plus réservé sur le reste de vos propos.


            • voxagora voxagora 10 décembre 2010 11:14

              .

              S’il y a des barbouzes (ha ha ha), et qu’elles sont françaises (hi hi hi),
              le responsable c’est le payeur.

            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 9 décembre 2010 22:49

              Pire que l’UMP ce Conseil Gbagbotutionnel.


              • D€FR€ D€FR€ 10 décembre 2010 10:32

                http://www.youtube.com/watch?v=60OxFyQ2JC0

                Pour vous faire une idée un peu plus claire de la situation en Côte d’Ivoire, écoutez les paroles d’un Ivoirien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès