Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Couac russe de communication et regrets d’une amitié éphémère

Couac russe de communication et regrets d’une amitié éphémère

Le premier ministre et ancien président russe, Dimitri Medvedev, s’est illustré à deux reprises ces derniers jours dans deux contextes forts différents : il a d’une part recadré de manière hype un haut fonctionnaire qui avait évoqué un possible blocage de Twitter, et d’autre part exprimé ses regrets pour la dégradation des relations avec les Etats-Unis.

Couac russe

Les russes ne sont pas à l’abri d’un couac de communication, de quoi peut-être rassurer François Hollande à propos des errements médiatiques de ses ministres. C’est de l’agence de contrôle des médias russes, Roskomnadzor, qu’est partie la déclaration malencontreuse. Cette dernière intervient dans le prolongement de la loi controversée sur le blogging passée à la Douma fin avril.

La loi en question stipule que les blogs populaires, c’est-à-dire dont l’audience dépasse les 3 000 visiteurs journaliers, auront à respecter les mêmes règles que les médias traditionnels. Ils doivent s’identifier publiquement avec leurs vrais noms et prénoms, et ne pas poster des informations terroristes ou extrémistes, du contenu pornographique ou violent, dévoiler des secrets d’Etat ou commerciaux, diffuser des données personnelles de citoyens, ou encore utiliser un langage obscène.

Cette liste d’interdictions entrave-t-elle complètement la liberté d’expression ? La réponse ne me paraît pas si évidente, je pense qu’il faut attendre et voir dans le temps ce qu’il en est réellement, car l’interprétation joue beaucoup. A ce propos, le directeur adjoint de Roskomnadzor, Maksim Ksendzov, a déclaré suite à sa propre interprétation du texte que Twitter pourrait faire l’objet d’un blocage si le site refusait de coopérer avec les autorités russes.

Soyez sûrs que cette information, si elle n’avait été démentie, aurait fait la Une des médias occidentaux, mais ce qui suit ne risque pas d’être repris dans les médias de masse en France, et encore moins aux Etats-Unis. Le ministre russe des Communications et des Médias de Masse a déclaré : « sur la base des conclusions de la commission ayant réalisé l’enquête officielle à l’encontre du directeur adjoint de Roskomnadzor, Maksim Ksendzov, il a été décidé d’appliquer des sanctions disciplinaires ».

Dimitri Medvedev s’en est pris au haut fonctionnaire d’une manière beaucoup plus moderne (RT affirme qu’il est fan de technologies et de gadgets) en postant un message sur sa page Facebook : « en tant qu’utilisateur actif des réseaux sociaux, j’estime que la loi russe doit être observée par tous – les réseaux ainsi que leurs utilisateurs. Mais certains fonctionnaires responsables du développement de ce secteur doivent parfois faire fonctionner leur cerveau et ne pas donner d’interviews qui annoncent le blocage de réseaux sociaux ». Et vlan !

La guerre froide inévitable ?

Sur le terrain des sanctions économiques occidentales envers la Russie, Dimitri Medvedev a déclaré à Bloomberg que la Russie se tenait prête à prendre des mesures de représailles. Sans entrer dans les détails, il a déclaré que les sanctions étaient à double tranchant. Il estime possible une aggravation de la situation : « nous avançons lentement mais sûrement vers une seconde guerre froide dont personne ne veut ».

Il a accusé Barack Obama, son partenaire d’un jour, d’avoir remis à zéro les relations et d’avoir manqué de « tact politique ». « Je regrette grandement que ce que nous avions accompli, les résultats que nous avons obtenus, soit réduit à zéro ».

S’exprimant à nouveau au sujet des sanctions, il a rappelé que ces mesures étaient la marque de fabrique de l’Union Soviétique sous Brejnev et qu’elles ont représenté une impasse. « C’est l’idéologisation de l’économie. C’est exactement ce que nous avions pendant une certaine période de l’Union Soviétique quand cette dernière a interdit le commerce avec certains pays qui ne convenaient pas à notre pays. C’est exactement ce que l’administration étasunienne fait actuellement ».

Joaquim Defghi

Blog : actudupouvoir.fr

Twitter : @JDefghi

Sources :


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 24 mai 2014 09:23
    Couac russe de communication.. ?...heu le couac c’est votre article de propagande du gouvernement..Nous savons depuis longtemps que Hollande et sa clique sont des collabos des USA/UE...ça ne prend plus vos conneries.. !

    • Joaquim Defghi 24 mai 2014 09:48

      propagande de quel gouvernement s’il vous plaît ?


    • claude-michel claude-michel 24 mai 2014 10:35

      Par Joaquim Defghi....Des bras cassés UMP/S qui nous giuvernent depuis des lustres et qui coule le pays...Le choix est facile à faire et limité..même avec les micros partis qui s’accoquinent avec cette mafia.. !


    • Joaquim Defghi 24 mai 2014 11:59

      Dans ce cas, je ne comprends pas votre commentaire puisque je dénonce les médias de masse occidentaux dans l’article et tente d’apporter un débat plus équilibré. 


    • claude-michel claude-michel 24 mai 2014 12:54

      (d’apporter un débat plus équilibré).. ?
      Dans une société déséquilibré..que vous utilisez pour raconter des sornettes...Pas crédible (cela ne concerne que moi)..Si vous vous voulez faire croire au père noël...libre à vous et a ceux qui vous soutiennent...Vous connaissez pertinemment comment fonctionne notre société..vous êtes dans le système et voulez faire croire le contraire..ça j’aime pas.. !


    • Doume65 24 mai 2014 12:29

      «  C’est exactement ce que nous avions pendant une certaine période de l’Union Soviétique quand cette dernière a interdit le commerce avec certains pays qui ne convenaient pas à notre pays. C’est exactement ce que l’administration étasunienne fait actuellement ».

      Ce passage ringardise complétement les USA qui non seulement appliquent cette politique actuellement mais l’appliquent depuis plus de cinquante ans envers Cuba. Elle montre à quel point ils sont enfermés dans une idéologie figée et incapables d’évoluer.


      • asterix asterix 25 mai 2014 05:54

        Z’êtes un as, vous ! Votre commentaire, dont je partage le point de vue qui plus est, aurait exactement la même valeur idéologique si vous inversiez Cuba et les USA !


        • Dantès 25 mai 2014 06:48

          Cette fuite en avant se terminera de façon catastrophique. Libre à nous d’en être ou de ne pas en être. Afin de librement pratiquer la realpolitik si nécessaire à la survie de notre nation, il est impératif de quitter le bloc anglo-américain sous toutes ses formes (Otan, FMI, UE) avant de se faire avancer comme un vulgaire pion face aux derniers récalcitrants, qui savent pertinemment ce qu’ils ont à pedre en se soumettant à l’empire. Reprenons notre grande et belle politique étrangère nationale souveraine.

          Où est la France de jadis, si fière et orgueilleuse face aux gesticulations incessantes de la perfide albion ? Cette France qui ne s’agenouillait que face au Transcendant et qui est maintenant aux abois des matérialistes les plus superficiels et obtus qui ne soient. Nous aurons bien mérité ce qui nous attend si nous ne changeons pas de cap !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès