Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Crimes de guerre ou génocide en RD Congo ?

Crimes de guerre ou génocide en RD Congo ?

Le lundi 10 février de cette année, Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale, a accusé l'ancien chef de guerre Bosco Ntaganda, ainsi que sa milice composée de l’Union des patriotes congolais (UPC) et des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), de crimes « ethniques » dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Par conséquent, elle doit convaincre les juges de la solidité de son dossier en vue de l’ouverture d’un procès. La persécution des civils sur « des bases ethniques » n’était pas le fait du hasard dans la mesure où elle visait délibérément la population non-Hema de l’Ituri dans l’optique de faire main basse sur l’Ituri, une région riche en ressources naturelles.

D’aucuns n’ignorent que Bosco Ntaganda doit répondre de crimes contre l'Humanité et de crimes de guerre commis en 2002 et en 2003 en Ituri par les FPLC, dont il était le chef militaire. L’accusation de la procureure Fatou Bensouda à l’encontre du « Terminator des Grands Lacs » nécessite que l’on s’interroge sérieusement sur les raisons qui poussent à privilégier, dans ce cas précis, les crimes « ethniques » au détriment des crimes contre l’Humanité.

Une nouvelle infraction en droit pénal international ?

Crimes « ethniques » ? Est-ce une nouvelle infraction en droit pénal international ? Qu'est-ce qui les différencie de crimes contre l’Humanité ou crimes de génocide ? Ainsi s’est interrogé judicieusement, sur l’espace social Facebook, le journaliste Joël Asher Lévy. En effet, pourquoi ne doit-on parler de crimes contre l’Humanité, ou crime de génocide, que lorsqu’il s'agit de certaines populations et utiliser le terme exclusif de « crimes ethniques » quand il est question des populations congolaises ? On a l’impression que l’on essaie de minimiser les crimes commis dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo pour renvoyer l’ascenseur à quelqu’un qui a tout simplement été mandaté de faire le sale boulot au profit des Etats régionaux, lesquels sont des représentants officieux des puissances économiques extracontinentales. Ainsi est-il inhumain de vouloir utiliser le droit international pour confiner en crimes ethniques les actes qui relèvent normalement des crimes contre l’Humanité. Rien n’est plus injuste que lorsque la loi génère des injustices, ne cessait de clamer Cicéron.

Le crime contre l’Humanité

Tout le monde sait qu’un crime contre l’Humanité désigne une « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d’un individu ou d’un groupe d’individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ». S’il n’existe pas pour les crimes contre l’Humanité de définition généralement admise, en dépit de la complexité quant aux crimes punis sur les plans international et national, on doit néanmoins respecter le principe juridique selon lequel les faits précèdent la loi. Rappelons que le génocide des Tutsis a été officiellement reconnu, et à juste titre, du fait qu’il fut commis dans le cadre d’une guerre civile ayant opposé le gouvernement rwandais, constitué de Hutus, au Front patriotique rwandais (FPR), considéré par les autorités nationales d’être essentiellement « tutsi ». D’ailleurs, l’accusation de la procureure Fatou Bensouda à l’encontre de Bosco Ntaganda repose sur le fait que les actes visant les non-Hema étaient délibérés.

Une tentative d’émigration forcée ou d’extermination

Il est évident que les différentes crises civiles et armées qui déstabilisent l’Est de la République Démocratique du Congo n’est pas du tout étranger aux aspects fonciers. Le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi essaient de s’approprier, par tous les moyens, les régions congolaises riches en ressources naturelles alors que les puissances économiques extracontinentales s’intéressent aux matières premières. Le processus de balkanisation ne peut être atteint que si lesdites contrées sont majoritairement peuplées de populations en provenance des pays aux velléités expansionnistes. Ainsi faudra-il provoquer soit l’émigration forcée des populations autochtones, soit parvenir à leur extermination. Le fait que les populations congolaises sont tuées du simple fait d’être nées congolaises relève, qu’on le veule ou non, du génocide. Cette logique est à la base, aussi bien dans la région du Kivu que dans la province orientale, des violences sexuelles contre les femmes et les enfants, des violations systématiques des droits fondamentaux de la personne humaine, de la volonté de priver les Congolais d’origine détenant une citoyenneté étrangère de leur nationalité congolaise…

La partialité et la complicité des institutions internationales

Le fait de reconnaître officiellement le génocide congolais risque de mettre en branle toute une mécanique susceptible de clarifier les complicités locales, nationales, régionales, continentales et internationales relatives au génocide commis dans l’Est de la République Démocratique du Congo. A contrario, le fait de vouloir protéger les auteurs des crimes contre l’Humanité, de s’activer dans des institutions internationales pour réduire les actes génocidaires en banals « crimes ethniques » ne fait que confirmer la partialité de la Cour pénale internationale et la complicité des Nations Unies au détriment de la République Démocratique du Congo en particulier, et des peuples bantouphones en général. En tout cas, le fait d’avoir été une victime ne doit pas donner le droit de devenir à son tour un bourreau. Cela ne doit en aucun cas octroyer le permis de violer, de piller, d’humilier et de tuer impunément.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 13:59

    Je ne connais pas le sujet......
    du sang encore et encore....et on va bien sur continuer dans la direction qui provoque cela, le business, la finance, issues de la compétition qui élimine donc tue, issue d’un choix délibéré mais inconscient en même temps de certains humains, issu de nos cerveaux ,mais l’origine comme toujours n’a aucun écho dans un seul neurone..

    pour ceux qui sont au courant , y a t’il quelque chose que l’occident veut voler dans ce pays.. ??
     smiley

    merci enfin si on peut dire cela..


    • claude-michel claude-michel 13 février 2014 14:33

      Crimes de guerre ou génocide en RD Congo ?

      L’Afrique dans sa totalité est depuis des millénaires..un génocide permanent... !

      La RDC n’y apporte qu’une pierre a l’édifice si l’on peut dire..


      • Massada Massada 13 février 2014 14:44

        Le bilan, à ce jour, des guerres intermittentes qui ravagent la partie Est de la RDC se chiffre en millions de morts. Plus de six millions déjà, selon diverses sources. Des Congolais tués dans l’indifférence totale de la communauté internationale.


        « Le génocide est le refus du droit à l’existence de groupes humains entiers de même que l’homicide est le refus du droit à l’existence à un individu : un tel refus bouleverse la conscience humaine, inflige de grandes pertes à l’humanité qui se trouve ainsi privée des apports culturels ou autres de ces groupes, et est contraire à la loi morale ainsi qu’à l’esprit et aux fins des Nations unies. La répression du crime de génocide est une affaire d’intérêt international ».

        Les crimes qui se commettent dans l’Est de la RDC relèvent bel et bien du domaine de génocide. Méconnaître cette réalité, c’est faire preuve de compromission et de
         trahison envers le peuple congolais.

        La communauté internationale doit prendre ses responsabilités. Sa crédibilité en dépend. La reconnaissance de ce génocide doit entraîner, en vertu de l’article VII de la Convention des Nations unies sur la prévention et la répression du crime de génocide de 1948, une obligation pour les organes compétents de l’ONU de prendre des mesures appropriées en vue de la prévention et de la répression des actes de génocide commis depuis 1996 sur le sol congolais.


        • howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 15:21

          il y avait ici un post qui parlait d’un minerais rare dans cette région, qui serait bien sur la vraie raison derrière, minerais rare pour l’électronique occidental etait il dit...

          il a disparu........... la censure avance sur avox.....


          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 13 février 2014 16:40

            Il est vrai que, pris au premier degré, il était particulièrement raciste... Faut pas jouer avec le premier degré. 

            Pour les matières premières au Kivu, voir la carte sur le lien ci-dessous. On y trouve une abondance de coltan, colombo-tantalite. Le tantale est utilisé dans les composants d’appareils de communication.

            La zone minière se superpose à la zone de conflits. Comme partout dans le monde. Mais c’est la faute aux religions monothéïste si les cartes de conflits se superposent à celles des matières premières. Ou aux Chinois. Ou aux Patagons. Non, pas aux Patagons. Alors aux martiens. Enfin, cépadnotfôte.

            http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/congoressources

            Lien au dessous de l’article vers une carte grand-format.

            Un article marrant de hoaxbuster qui dit que ce rien de cela n’est vrai mais que c’est vrai quand-même mais qu’il ne faut pas croire à tout ça même si ça a été un peu vrai : http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/coltan-du-congo.&nbsp ;


          • howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 18:00

            Mais c’est la faute aux religions monothéiste si les cartes de conflits se superposent à celles des matières premières. Ou aux Chinois. Ou aux Patagons. Non, pas aux Patagons. Alors aux martiens. Enfin, cépadnotfôte.

            merci et smiley

            enfin sur le fond c’est smiley


            • lsga lsga 16 février 2014 16:23

              et dire que tous ces gens sont armés gratuitement par l’Empire Français....


              • jidejeandominique jidejeandominique 12 août 2014 11:10

                Puisque vous placez votre article dans une perspective juridique, je vous invite vivement à suivre des cours de droit ou à vous documenter sur le droit de la guerre. Il existe d’excellents ouvrages.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès