Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Crise syrienne, bravo Nicolas !

Crise syrienne, bravo Nicolas !

L’ancien Président, Nicolas Sarkozy, n’aura finalement pas tenu sa promesse selon laquelle, en cas de défaite, on n’entendrait « plus parler de lui ». Il n’est toutefois pas à blâmer puisqu’il a dû sortir de son silence face à une tragédie qui perdure et devant laquelle la communauté internationale brille par son impuissance. On assiste chaque jour à un décompte macabre des victimes alors qu’il est tout à fait à la portée des puissances occidentales de mettre fin aux exactions en Syrie. 

Nicolas Sarkozy s’est donc entretenu avec le Président du Conseil national syrien M. Abdel Basset Sayda, et n’a pas pu s’empêcher d’interpeller son successeur à l’Elysée. La bêtise du jeu politique fait que ses adversaires n’ont pas trouvé mieux que de le renvoyer à la réception qu’il avait offerte au dictateur syrien Bachar Al-Assad, à l’Elysée, en juillet 2008. Et si cette réplique strictement « politicienne » est la seule réponse de la majorité actuelle, comme on peut s’en rendre compte, il y a de quoi désespérer. Car, pendant ce temps, sur le terrain, le bilan humain s’alourdit. D’heure en heure.

La particularité du conflit syrien, que Nicolas Sarkozy a justement fait remarquer, est qu’il s’assimile, sur le plan militaire, au conflit libyen. C’est un dictateur lourdement armé qui déroule une implacable machine à tuer contre des résistants dotés de maigres moyens. Et comme en Libye, le déroulé du conflit est en accordéon avec des flux et des reflux. Les villes sont libérées par l’opposition pour être reprises par les troupes gouvernementales qui les perdent quelques temps plus tard et entreprennent de les reprendre. Ce va et vient militaire est le scénario le plus terrifiant pour des populations puisqu’il donne lieu, systématiquement, à l’obligation de ralliement imposée par la force en présence, suivie d’une répression féroce dès que la ville change de main. 

Le drame pour le peuple syrien est qu’à l’état actuel du rapport des forces sur le terrain et de la paralysie sur le plan diplomatique, le conflit est en passe de sombrer dans l’enlisement, ce qui serait une catastrophe dans une région réputée pour être une poudrière. L’inaction de la communauté internationale est d’autant moins excusable que chaque jour que dure un conflit augmente le risque d’enlisement et qu’une fois un certain cap franchi, le peuple syrien ne sera plus la seule victime d’une crise qui aura débordé les frontières de la Syrie et contaminé toute la région.

La Turquie, dont la lutte contre les rebelles kurdes affecte l’ensemble de la communauté nationale, s’inquiète déjà de l’activisme des groupuscules kurdes opérant de part et d’autre de la frontière commune. Cela peut aller très vite. Sans parler d’Israël et du Liban qui n’ont pas intérêt à voir sombrer le grand bloc syrien dans le chaos et l’anarchie. Quelque chose doit donc être fait, et c’est ce qu’a tenu à rappeler l’ancien locataire de l’Elysée. Non seulement pour le peuple syrien, mais surtout pour préserver le fragile équilibre dans une région extrêmement sensible.

Concrètement, il faut entreprendre de faire partir Bachar Al-Assad. Personne n’imagine sérieusement l’avenir de la Syrie avec son dictateur actuel au pouvoir. C’est un règne condamné comme en témoigne la longue liste des défections des hauts-gradés de l’armée et du régime. Son agonie est un sacrifice inutile dont on devrait aider le peuple syrien à se passer. Il faut pousser ce régime au départ, y compris par la force.

L’OTAN pourrait servir de cadre approprié pour élaborer la stratégie de la pression soutenue. En effet, compte tenu de l’enlisement orchestré par la Russie et la Chine au sein de l’ONU, on est à peu près certain qu’il n’y aura pas de résolution de l’ONU accordant le feu vert aux puissances qui le peuvent d’intervenir pour abréger la souffrance du peuple syrien.

Comme dans le Balkan, la sécurité d’un membre de l’OTAN, la Turquie, est directement menacée et devrait constituer un motif légitime pour une intervention qui ne nécessitera probablement pas des opérations militaires directes. Le seul déploiement des forces de l’OTAN dans les parages pourrait suffire à persuader le dictateur syrien que la partie est terminée.

Il y aura sûrement un précédent après une telle opération (contre le régime syrien), comme il y a eu un précédent suite à l’interprétation extensive de la résolution 1973 sur la Lybie par les puissances occidentales. Il sera relativisé par la nécessité qui s’imposait de prévenir le risque d’embrasement dans une région ultrasensible et la satisfaction morale d’avoir achevé un règne dictatorial.

Bien évidemment, il ne faut pas être naïf et prêter le flanc à la critique selon laquelle des dizaines d’autres dictateurs sévissent dans le monde, nombreux étant d’ailleurs soutenus par les mêmes puissances invitées à intervenir en Syrie, comme précédemment en Libye. Il est naturellement souhaitable que les grandes démocraties se conduisent avec la même fermeté contre les dirigeants qui oppriment leurs peuples. Mais tout est question de contexte et d’opportunité. Un peu dans la logique du fonctionnement de l’action policière. Des milliers de chauffards grouillent sur les routes et on ne peut pas tous les arrêter. Mais lorsqu’il y en a un qui se fait prendre, la sanction doit être suffisamment forte pour que les autres prennent conscience. Ainsi, chaque dictateur a son crépuscule, et lorsque se présente l’occasion de s’en débarrasser, il ne devrait pas y avoir d’état d’âme.

En tout cas, coup de chapeau à Nicolas Sarkozy, qu’on l’apprécie ou qu’on ne l’apprécie pas. Il devrait être massivement soutenu dans sa démarche visant à accentuer la pression sur les grandes puissances pour que leur mollesse cesse de faire le lit des tyrans déchaînés contre leurs peuples et d’ouvrir un boulevard royal au risque annoncé d’un embrasement régional.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (152 votes)




Réagissez à l'article

217 réactions à cet article    


  •  Un monde Sankara octave31 9 août 2012 11:40

    M.Hollande est-il un dictateur ? Pourquoi N.Sarkozy s’en prend t-il à lui ?
    N.Sarkozy, après avoir reçu M.Kadafi en grandes pompes, après avoir essayer de lui vendre une centrale atomique, empêché, entre autres, par Aréva, a reconnu Le CNT sous l’impulsion de BHL, haut diplomate.
     
    Cependant, il n’est ensuite intervenu militairement que une fois la résolution 1973 obtenue.
    Et il demande à la France d’intervenir sans mandat de l’ONU ?
    Il a trahi ensuite l’ONU et l’esprit de cette résolution pour obtenir l’exécution de M.Kadafi. Saura t-on pourquoi un jour ?
    Cette trahison de la résolution 1973, et la trahison des promesses faites alors à la Chine, et à la Russie empêche aujourd’hui une décision du conseil de sécurité pour protéger la population civile en Syrie.
    N.Sarkozy avait l’occasion d’inscrire, dans la jurisprudence internationale, la protection de la population civile dans les conflits internes à un pays (guerre civile).
    Son impétuosité et son bougisme ont sacrifié aujourd’hui la population Syrienne.


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 août 2012 12:40

      clap clap clap !


    • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 14:49

       « C’est un dictateur lourdement armé qui déroule une implacable machine à tuer contre des résistants dotés de maigres moyens. »

        Tous l’article étant dans la même veine, je crois qu’il n’est pas besoin d’en rajouter sur ce que je pense de certains « militants des Droits de l’Homme » (et de mon c.. sur la commode).


    • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 15:11

       Ah, j’oubliais ! Monsieur Musavili, ne vous occupez pas de citoyens du bout du monde qui ne vous ont rien demandé (surtout si c’est pour aboutir au même résultat qu’en Libye aujourd’hui) et mettez plutôt votre « droit-de-l’hommisme » au service de vos concitoyens qui souffrent (http://www.liberation.fr/societe/2012/08/02/l-accueil-des-sdf-plus-defaillant-l-ete-que-l-hiver_837257)


    • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 15:16

       ...Mais ça demanderait un engagement un peu plus réel et humain que de distiller sa « moraline » de son PC...


    • MUSAVULI MUSAVULI 9 août 2012 17:35

      Anaxandre, la page de « libé » que vous m’avez proposée n’existe pas. Pour le reste, les droits de l’Homme débordent les cadres nationaux.


    • Adrien Adrien 9 août 2012 18:23

      absolument octave, le mandat de l’ONU, il en fait quoi le Sarko ?

      « ’il est tout à fait à la portée des puissances occidentales de mettre fin aux exactions en Syrie »

      Non, justement. 

      Y en a pas marre de faire des guerres perdues d’avance (sauf pour les industriels de l’armement) et de remplacer des dictatures par d’autres dictatures, des intégristes d’un camp par les intégristes de l’autre camp ? d’écraser tout ce beau monde avec ses gros sabots d’inculte qui ne comprend rien et Dieu y reconnaîtra les siens ?

      Ben justement, Dieu ne reconnaît pas les siens et envoie toutes les ouailles de ses diverses religions se fichent sur la tronche. Dieu est un rigolo, ça l’amuse de jouer avec ses petits soldats en plomb.

      Alors moi j’ai pas envie de jouer, et surtout pas leurs guerres de religion. Ne pas y mettre le petit doigt. 

      « Coup de chapeau à Sarkozy » ?? sûrement pas, c’est un pauvre irresponsable qui cherche à exister......... la Lybie, c’est bon là. Il ne va pas nous refaire le coup. C’est fini Sarko, FI-NI.  smiley



    • Rounga Roungalashinga 10 août 2012 08:40

      les droits de l’Homme débordent les cadres nationaux.

      Qui le décide ? Vous vous rendez compte de la stupidité de cette affirmation ?


    • MUSAVULI MUSAVULI 10 août 2012 11:25
      Roungalashinga, 
      L’expression d’une opinion qui ne vous convient pas ne vaut pas nécessairement l’affirmation d’une stupidité. Vous demandez « qui décide » des droits de l’Homme. Justement, personne ne décide des droits de l’Homme parce que ces droits sont inhérents à la personne humaine. Le droit à la vie, le droit d’avoir son opinion, la liberté de désigner ses dirigeants (droits civils et politiques),... sont avec d’autres des droits dans lesquels chaque être humain se reconnaît, quel que soit son pays ou ses origines. Personne ne vous donne le droit de vivre : vous vivez tout simplement. Personne ne vous donne le droit d’avoir les opinions que vous avez. Donc, les droits de l’homme, on ne les donne pas. Un régime politique ou des traditions d’un peuple ou d’un autre peuvent, en revanche, entraver la pleine jouissance par un individu de ces droits. Ça donne lieu à des luttes comme mai-68, à des révoltes populaires, voire, dans des cas extrêmes, à des guerres (Seconde Guerre Mondiale contre le Nazisme qui fut une forme de négation institutionnalisée du droit à la vie, conf. Shoah).

    • Rounga Roungalashinga 13 août 2012 11:09

      Mon cher Musavuli,
      si j’ai traité votre affirmation de stupide, ce n’est pas parce qu’elle exprime une opinion contraire à la mienne, mais qu’elle est prononcée sans réflexion de fond.
      Les droits de l’Homme (lesquels, d’ailleurs ?) ne sont pas universels, contrairement à ce que vous croyez. C’est très récemment dans l’histoire humaine que les hommes se sont considérés comme dotés naturellement de droits. Cette « découverte » a en réalité été un escamotage des questions de la nature humaine et de la grâce divine, et de leurs implications politiques et éthiques. Dans une période enflammée par les guerres de religion, les affrontements entre les différentes définitions de la vertu faisaient tellement de ravages que les philosophes, Montesquieu le premier, ont eu l’idée de structurer la société autour de deux axes neutres, qui seraient le Marché et le Droit. C’est cela qui pose les bases du libéralisme. Étant désormais donné que la politique ne se définissait plus par rapport à la nature humaine et à la vertu, il a fallu postuler que l’homme était pourvu naturellement de droits.
      Ici se trouve la différence fondamentale entre la modernité et la tradition, et on comprend mieux pourquoi il n’aurait aucun sens de voir un citoyen romain ou un papou clamer qu’ils ont des droits. Ces notions, de leur point de vue, n’ont simplement aucun sens pour eux.

      On pourrait également parler de la critique marxiste des droits de l’Homme, qui met en évidence que ce ne sont en réalité que les droits de l’homme bourgeois et européen.

      Mais après cette mise au point philosophico-historique, je voudrais également justifier ma réaction par rapport au fait que dans votre intervention, prise dans le contexte de l’article, vous opérez un glissement entre les droits de l’Homme que vous estimez universels et le droit des autres pays à intervenir en Syrie, le fameux « droit d’ingérence » (qui se transforme dans la bouche de certains en « devoir »). Or ce droit n’existe pas. On comprend très facilement pourquoi des États intervenant dans un pays étranger ne vont pas faire le bien de ses habitants, mais en tirer profit en mettant à la tête de cet état un gouvernant compatible avec leurs intérêts. Qu’ils soient chapeautés par une organisation internationale n’y change rien, étant donné les présupposés idéologiques de cette organisation.


    • Rounga Roungalashinga 13 août 2012 13:31

      Je rajoute une petite précision, au cas où l’on m’objecte que le droit romain existait et que le citoyen romain pouvait très bien s’y référer. Mon propos n’était pas là. Pour être plus exact, j’aurais dû dire qu’il aurait été absurde pour un romain que sa vie même et sa liberté procèdent d’un droit quelconque. C’est dans ce sens qu’il fallait le comprendre.


    • le moine du côté obscur 9 août 2012 11:52

      Mais oui les gentils rebelles et le peuple contre le méchant dictateur Assad, plus caricatural tu meures. Mais bien sûr Assad massacre son peuple à tour de bras et refuse obstinément de partir. Bientôt on dira aussi qu’Assad a tué des millions de ses compatriotes et patati et patata, toujours la même rengaine simpliste et puérile. Qu’Assad soit un dictateur cela est évident, qu’il soit le monstre décrit nous avons du mal à le croire. De plus par qui est-il accusé ? Par les plus grands criminels de guerre que la terre connaît en ce moment. Les considérations géopolitiques n’ont selon vous rien à voir dans cette affaire. J’avais du mal à vous prendre au sérieux, maintenant je comprends pourquoi. Que l’on trouve des millions de syriens qui n’aiment pas Assad mais bien sûr comme on peut trouver des millions de personnes en France qui n’aiment voir qui haïssent Hollande. Imaginons que l’on en arme des milliers avec les armes les plus pointues et on verra ce qui se passera ! On verra si l’armée ne sera pas obligée d’intervenir avec de nombreux dommages collatéraux. Et puis renseignez-vous un peu sur les réalisations de Kadhafi avant de venir déblatérer la propagande occidentalo-atlantiste. Des versions peu crédibles et bonnes pour les idiots utiles ! Les mêmes qui ont cautionné la boucherie iraquienne. 

      Et j’espère que vous porterez volontaire pour aller « libérer » le peuple syrien ! Et pendant que vous y êtes allez faire du tourisme dans la Libye libérée et emmenez avec vous BHL et pourquoi pas Sarkozy. Et dites leur de faire le tour du pays sans protection rapprochée de préférence ils apprécieront un pays libre et « mieux qu’avant ». 

      • MUSAVULI MUSAVULI 9 août 2012 16:45

        Donc, on reste là et on compte les morts. On ne fait rien et on blâme ceux qui essaient de faire quelque chose. Vous me proposez d’aller faire un tour en Libye. Je vous propose d’aller faire un tour en Syrie.


      • Rounga Roungalashinga 10 août 2012 08:39

        On ne fait rien et on blâme ceux qui essaient de faire quelque chose.

        Non, on blâme ceux qui, comme Nicolas Sarkozy que vous félicitez ici, ne feront qu’empirer les choses.


      • MUSAVULI MUSAVULI 10 août 2012 10:56
        Roungalashinga, 
        Nicolas Sarkozy, qui cristallise une incroyable vague de rejet de « sa personne », ne risque pas de faire empirer les choses. Il n’exerce plus la fonction de Chef d’Etat. Il a juste interpellé.

      • Rounga Roungalashinga 10 août 2012 11:17

        Je me suis mal exprimé. C’est l’action que préconise Sarkozy qui ne fera qu’empirer les choses.


      • Adrien Adrien 10 août 2012 11:27

        Nusavuli : la question n’est m^me pas de savoir si Sarkozy a raison ou tort, il n’a pas AUCUN mandat de la France pour agir sur le plan international. il ne sait plus rien des actions qui sont du seul ressort du Président de la république, chef de l’Etat, chef des armées, chef de la politique internationale. Sarkozy n’est plus RIEN Il devrait être le premier à le savoir en tant qu’ancien président de la république ! son action est irresponsable et indigne de sa position. smiley


      • le moine du côté obscur 12 août 2012 03:11

        Qu’irais-je foutre en Syrie ? Je ne suis pas syrien à ce que je sache. Je vous dis d’aller faire du tourisme en Libye puisque vous semblez content de l’intervention atlantosatanique en Libye. Si cette intervention est une réussite allez-y faire un tour dans ce pays et amenez-y Sarkozy et BHL et promenez-vous sans protection rapprochée.
        Quant à la Syrie c’est un problème interne à la Syrie et c’est aux syriens de régler leur problème politique et de décider de leur avenir. Quand vous et vos amis atlantistes arrêterez de jouer aux apprentis sorciers je crois le monde se portera mieux. Mais autant parler à un mur vous êtes aussi bornés que les crétins qui ont cru que les dirigeants étasuniens sont préoccupés par la démocratie et les droits de l’homme. Une telle naïveté ou une telle bêtise me donne la nausée et encore je suis poli ! Marre des enfoirés qui croient tout savoir et se donnent le droit de donner des leçons de morale et de se mêler des affaires internes des peuples. Des lâches et des pleutres comme vous qui refusez d’aller apprécier sur place les effets des interventions des atlantistes. Mais tôt ou tard la merde que vos amis atlantosatanistes sèment dans le monde vous reviendra en pleine figure.


      • Rounga Roungalashinga 9 août 2012 12:01

        Concrètement, il faut entreprendre de faire partir Bachar Al-Assad. Personne n’imagine sérieusement l’avenir de la Syrie avec son dictateur actuel au pouvoir. C’est un règne condamné comme en témoigne la longue liste des défections des hauts-gradés de l’armée et du régime. Son agonie est un sacrifice inutile dont on devrait aider le peuple syrien à se passer. Il faut pousser ce régime au départ, y compris par la force.

        De quel droit vous permettez-vous de faire ce jugement ? Êtes-vous syrien pour ainsi décider de ce qu’il convient le mieux pour ce pays ? Quelle légitimité accordez-vous aux forces armées non syriennes pour intervenir dans le conflit qui se passe en ce moment et influer sur la politique intérieure du pays ?


        • dawei dawei 9 août 2012 14:06

          "a longue liste des défections des hauts-gradés de l’armée et du régime"

          on peut les appeler aux mieux des rénégats , au pire des taupes qui se sont faites gaulées. Mais certainement pas des héros et/ou des preuves de l’affaiblissement du regime.


        • Alpo47 Alpo47 9 août 2012 12:05

          A défaut de bilan positif et de capacité d’analyse constructive, N.Sarkozy cherche maintenant à exister ... au travers de sa capacité de nuisance.
          Je pense que ses opposant gagneront à lui montrer l’état actuel de la Libye ... son vrai bilan.


          • pour combien de millions d’euros a t il vendu d’armes a KHADAFI ET ASSAD
             
            et il a le toupet de rameNer sa fraise ce MAFIEUX DE L EST ENFLURE

            SA COMMISSION UN RIAD DE 700 M2 A MARRACKECH...


          • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 9 août 2012 12:12

            Bilan de l’opération de bombardement « humanitaire » en Lybie de sieur sarkosi, bhl et consort :

            - de 50 à 100 000 morts, dont certainement un bb très important de civils sous les bombes de l’otan (syrte a été rasée pour faire avancer les mercenaires « rebelles ».
            - un pays morcellé en tribus rivales surrarmées (but de guerre)
            - le retour de la charia proclamé comme horizon politique
            - des noirs considérés come des sous homme et souvent lynché (pro kadhafiste)
            - les ressources pétrolière bradées aux compagnies occidentales (vrai but de guerre) et qui ne profitent plus qu’à quelques lybiens corrompus (classique...)
            - fin du projets de fonds lybien pour l’afrique destiné à virer l’emprise du fmi vis à vis des pays africains surrendétes (autre but de guerre)
            - fin du projet de dinar or, destiner à créer un zone monétaire commune entre pays africain pour mettre fin au règne du dollar en afique (autre but de guerre)
            - pillage des avoirs de la banque libyenne = 100 tonne d’or, tjs bloqués dans les banques anglaises et us (autre but de guerre)
            - destabilisation de l’afrique sub sahariene par dissémination des armes, mercenaires alquaeda et autres payés pour virer kadhafi qui se retrouvent « au chomage » et foutent le bordel dans tous le sahel
            - centaines de milliers de noirs africains qui venaient travailler en libye et raportaient des devises à leur pays qui se retrouvent sans ressources = retour au pays et destabilisation, immigration en europe...
            - une presse française véritable instrument de propagande et de désinformation qui n’a plus aucune crédibilité pour tout ceux qui ont un minimum d’esprit critique (relai de faux massacres, fausse rumeurs sur les mercenaires noirs de kadhafi bourrés de viagra, faux charniers, invention de bombardement aérien de kadhafi, intox des 6000 ou 12000 morts de la répression en février 2011 selon le cnt qui ont justifiés l’intervention (en fait 150 morts selon enquete d’amnestie international sans pouvoir distincguer civil et rebelle armés), fausses images de reportage tournés au qatar...

            Peut être que quelqu’un peut compléter la liste...

            Evidement Sarko voudrait faire la même chose en Syrie ou la désinformation est encore + forte que sur la libye et les vrais enjeux tout aussi cachés (iran, pétrole et gaz, sevrer la chine, niquer la russie ,sauver les élites occidentale de la crise...)

            le pire, c’est que Hollande suit malheureusement la même ligne atlantiste...


            SARKO EST LA PIRE BRELE QUE LA FRANCE AIT EU DEPUIS SA CREATION EN 987.

            Mr Musavuli, soit vous etes sincère, donc très naif, soit vous êtes partial...


            • Matthhou 9 août 2012 13:10

              @Tartoquestsches, merci pour tous ces éléments sur les vrais raison de l’attaque en Lybie. J’en connaissais certains mais pas autant.

              Auriez-vous des liens pour conforter vos propos ?
              Je suis surtout intéressé par le projet Dinar Or. Ca fait écho au projet de pétro-euros de Saddam Hussein en Iraq.


            • Traroth Traroth 9 août 2012 15:28

              @TARTOQUETSCHES : En Syrie, ça prend exactement le même chemin. Des journalistes français sont tués par les islamistes qui accusent ensuite le gouvernement, les islamistes massacrent à tout va à Houla puis accusent le gouvernement, ils abattent froidement des prisonniers loyalistes.

              Beaucoup de ces rebelles ont des accents londoniens quand ils parlent anglais. Ca fait clairement peu de temps qu’ils sont revenus en Syrie !

              Bref, on voit les mêmes symptômes qu’en Libye.


            • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 9 août 2012 16:18

              Traroth,

              Oui c’est bien les même méthodes qui ont si bien réussit en Lybie qui sont appliquées avec encore plus de force en Syrie, la cible étant plus « corriace » puisque soutenu par Russie et Chine.

              Nos « journalistes » sont soit des nazes, soit des pleutres soit des fions.
              Il semble que la presse allemande soit un peu plus objective = cf,l’article du « frankfurt allemagne zeintung » du 13/06 qui impute à l’ASL le massacre d’Houla = PAS UN CONNARD DE JOURNALISTE FRANCAIS N’A DAIGNE REPRENDRE L’ARTICLE !!! 


            • MUSAVULI MUSAVULI 9 août 2012 16:55

              Tout cela est terrible,  TARTOQUETSCHESmais il y a pire : l’enlisement. Un conflit qui s’enlise engendre des tragédies encore pire. S’il est possible d’abréger un conflit dans lequel aucun des belligérants n’est assez fort pour l’emporter sur l’autre, alors, je souscris.


            • Traroth Traroth 9 août 2012 21:16

              @MUSAVULI : Si on n’armait pas les islamistes, le risque d’enlisement serait immédiatement réduit !

              Personnellement, l’idée que l’occident est en train de sponsoriser la création d’un califat du Mali à l’Afghanistan me déplait !


            • MUSAVULI MUSAVULI 10 août 2012 10:20

              Traroth, ou bien les Occidentaux sont infiniment idiots en jouant avec le feu, comme en témoigne l’expérience Ben Laden (autrefois soutenu par la CIA) ou bien l’affaire du grand califat que vous prédisez est une exagération.


            • Traroth Traroth 10 août 2012 13:53

              Les islamistes sunnites sont d’ors et déjà installés au Mali, en Tunisie, en Libye, en Egypte, dans la bande de Gaza, au Yemen, Au Qatar, en Arabie Saoudite. Je vous laisse vérifier dans quels pays ça fait moins de 2 ans, pour bien comprendre l’évolution RAPIDE de la situation. On n’a jamais réussi à les neutraliser en Afghanistan ni en Irak. En Syrie, ça chauffe et on les soutiendra jusqu’à la chute du régime. En Iran, il y a des chances pour que les occidentaux fassent les mêmes erreurs pour déboulonner le régime chiite actuel. Le Pakistan joue depuis longtemps un jeu trouble et possède l’arme nucléaire...
              Si vous regardez sur une carte, vous n’avez pas l’impression de voir comme une continuité territoriale se dessiner, là ??? Une énorme population, un vaste territoire, l’argent du pétrole, des armes modernes livrés aux Qatari pour les remercier des « services rendus », moi je dis que c’est un mélange explosif !


            • MUSAVULI MUSAVULI 10 août 2012 18:02

              Je ne suis pas un spécialiste de l’islam, mais il semble que la branche de l’islam la plus répandue dans le monde, c’est l’islam sunnite. Les chiites ne sont qu’en Iran et dans quelques « enclaves ». Qu’il puisse y avoir des sunnites dans un pays musulman, même d’Afrique, ça me parait aussi banal que la présence d’un missionnaire catholique en France ou au Congo. En revanche, si un orthodoxe surgit des « forêts » du Congo, ça serait un scoop !

            • Traroth Traroth 14 août 2012 14:48

              Non, je déteste les mal-comprenants. La question n’est pas de savoir s’il y a des sunnites en Tunisie ou en Libye. Ça n’a rien de nouveau. La différence, c’est que désormais ILS SONT AU POUVOIR ! C’est bien clair, maintenant ???


            • etiennegabriel 9 août 2012 12:17

              La tyrannie d’Assad, comme celle de Khadafi, a toujours été encouragée par Monsieur Sarközy de Nagi Bocsa. Ceci était patent lorsqu’en 2008 Monsieur Sarközy de Nagi Bocsa invitait Monsieur Assad à présider, à ses côtés, les cérémonies du 14 Juillet.

              Depuis que les Français lui ont refusé le renouvellement de son mandat, Monsieur Sarkösi de Nagi Bocsa imagine avoir besoin de faire parler de lui, c’est pourquoi nous avons eu droit à un communiqué nous informant que deux personnages dénués de tout pouvoir s’étaient congratulés.

              Ont-ils eu conscience de l’inanité de leur entretien ?

               


              • John Eastwood 2 John Eastwood 2 9 août 2012 12:25

                Juriste, comptable et militant des droits de l’homme.... mais encore a l’ecole ?

                Un conseil, arretez de lire LE POINT, et achetez un billet d’avion si vous avez besoin de voyager.


                • Furax Furax 9 août 2012 12:39

                  Délirant l’actualité, aujourd’hui.
                  Sarkozy, Fabius et NKM (!), s’invectivant :
                  « Je suis le larbin préféré de la CIA et plus servile soutien d’Israêl !
                  -Mais pas du tout, c’est moi !
                  Pitoyable et ridicule :

                  Origine des »révolutionnaires" :
                  http://www.alterinfo.net/notes/Plusieurs-milliers-de-mercenaires-recrutes-par-la-CIA-terrorisent-la-Syrie_b4575903.html

                  Et une lettre au Président Normal (hélas !) ;
                  http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2726

                  Enfin, tout le monde sait maintenant qu’ Al Qaîda est une création US.


                  • Talion Talion 9 août 2012 12:55

                    100% de personnes l’ayant lu sont en désaccord avec cet article !... Ah ! Ah ! Ah !... Applaudissons ce triomphe !!!  smiley

                    Et bien alors MUSAVULI ?!... La propagande ne marche plus on dirait !...

                    Ah, décidément s’adresser à un public qui peut réagir et exprimer son opinion c’est moins simple que de prêcher la bonne parole auprès des bobos ou des gros bourges suivistes et décérébrés abonnés au Figaro !...  smiley


                    • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 9 août 2012 13:35

                      Hollande : trop loin de la Syrie ?

                       

                      Un président en exercice qui tente de se détendre quelques jours avant l’arrivée des « merdes en escadrille », pour reprendre l’expression de son grand ami politique ; un ancien président qui ne tient pas en place et met son maousse grain de sel dans la bouillabaisse syrienne : rare d’avoir un dossier de politique étrangère comme sujet de discorde à ce niveau. Un signe que tout n’est pas si normal et que la voie de l’autruche Coué est une grave erreur. Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/08/tout-est-normal-monsieur-le-president.html pour tenter de se détendre.


                    • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 14:56

                      @ Talion

                       Surtout que même nos « Grands Médias » commencent à laisser percer un peu de vérité, vu qu’au bout de plus d’un an de manipulations contredites par les infos indépendantes du net, les « ficelles » était devenues un peu grosses...


                    • MUSAVULI MUSAVULI 9 août 2012 17:05

                      Je comprends ce désaccord, mais peu d’agoranautes ont prêté attention à l’aspect du conflit qui m’a motivé à rédiger l’article : le risque d’enlisement. S’il y a une région au monde où les conflits doivent durer le moins longtemps possible, c’est bien celle-là. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès