Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Dans les gorges du conflit

Dans les gorges du conflit

En ces jours de dur conflit entre la Géorgie et la Russie, il est une région dont on n’a que fort peu parlé et qui pourtant ne saurait être passée sous silence tant son implication est primordiale en tant que cause de la crise actuelle et comme clé de conclusion de celle-ci : les gorges du Kodori.

Un différend lié à la situation de l’Abkhazie

Impossible de dissocier en effet le sort de ce territoire du sort de l’Abkhazie. Sans retracer tout l’historique de cette partie du Caucase, l’Abkhazie au sortir de sa guerre d’indépendance envers la Géorgie en 1993 ne put toutefois libérer entièrement le territoire : une large partie orientale restant sous contrôle géorgien. Malgré la présence tampon de l’UNOMIG, la situation régionale resta extrêmement tendue, d’autant que la guerre en Tchétchénie amena nombre de rebelles à bénéficier de l’appui discret des autorités géorgiennes au sein de la vallée du Kodori, traversée par la rivière éponyme. Ce qui, on s’en doute, provoqua longtemps l’ire de Moscou qui n’oubliera jamais cette hospitalité très intéressée.

En juillet 2006, la Géorgie appuya plus franchement sa volonté de reprendre le contrôle de la zone du Kodori en profitant de la désobéissance d’Emzar Kvitsiani, un ancien responsable placé par l’ancien président Chevardnadzé et chef de milice, pour l’évincer et le remplacer par une forme armée conséquente à portée de tir des positions Abkhazes. Ces derniers bien sûr virent cela comme un non-respect du statu quo décrété au sortir de la guerre de 1993. Il était en effet précisé dans les accords de mai 1994 puis ceux de mai 1998 que la Géorgie se garderait d’occuper militairement la zone en question. Malgré les objurgations des autorités Abkhazes ainsi que de son alliée la Russie, le secrétaire général de l’Otan d’alors et d’aujourd’hui, Jaap de Hoop Scheffer, estima que la Géorgie était dans son bon droit et ne remettait pas en cause la trêve.

Depuis lors, accrochages et intimidations ne cessèrent de prospérer. Atteignant leur zénith avec l’invasion de l’Ossétie du Sud, il y a quelques jours, puisque l’Abkhazie par la voix de son président, Sergueï Bagapch, annonça vouloir reprendre possession desdites gorges et du reste du territoire encore sous contrôle de son adversaire. Menace mise à exécution puisqu’un assaut vient d’être ordonné ce mardi 12 août en matinée. S’il est encore trop tôt pour s’avancer quant au résultat de cette opération militaire, il ne fait nul doute qu’elle est considérée comme un objectif majeur par tous les acteurs du conflit (la Russie venant d’y convoyer près de 9 000 hommes et 350 blindés selon les chiffres récurrents).

La clé du sort de l’Abkhazie

En cette région de haut relief (les cols pouvant s’élever jusqu’à près de 4 000 mètres), la vallée du Kodori est un secteur géostratégique en ce sens qu’une fois tenu par les forces abkhazo-russes, il donnerait une voie d’accès éminemment favorable pour contrôler le reste du territoire encore occupé par la Géorgie et un poste d’observation de premier ordre. Cette dernière bien entendu sait que perdre ce passage est synonyme d’abandon de sa velléité de souveraineté sur l’Abkhazie.

Les heures qui suivent en diront plus sur celui qui pourra se réclamer maître de toute la vallée… En ce sens, la crise qui aura débuté en Ossétie du Sud n’aura fait que précipiter la volonté de résoudre par les armes une situation gelée depuis près de quinze ans, car, comme le disait le camarade Lénine, « la guerre est un accélérateur de l’Histoire ».


NDLR :
Dès le 8 août, suite à l’intervention militaire géorgienne en Ossétie du Sud, le président de l’Abkhazie, craignant que son pays subisse le même sort, envisageait la guerre.



Le 11 août, l’état de guerre était déclaré sur une partie du territoire, et les réservistes de l’Abkhazie commençaient à être déployés dans les gorges du Kodori.



Crédit photo : agence de presse Reuters

Documents joints à cet article

Dans les gorges du conflit

Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (122 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 12 août 2008 11:24

    aujourd’hui , ça sera gorges chaudes !  smiley


    • Philou017 Philou017 12 août 2008 11:48

      Merci de ces renseignements.
      Je suis en effet persuadé que la Russie fait trainer les choses pour permettre aux Abkhases de reprendre ces régions contestées. Il est à noter que dans les semaines précédentes, les Abkhases affirment avoir abbattu 4 drones au-dessus de leur territoire.
      Des drones qui auraient été fournis par les Israéliens http://www.israelvalley.com/news/2008/08/10/18943/israel-georgie-arret-des-ventes-de-drones-roquettes-et-armes-d-israel-a-la-georgie-les-russes-menacent-israel

      Pas tres étonnant de voir que les rebelles Tchetchenes aient bénéficié de l’aide de la Georgie. D’une maniere générale, les rebelles ont bénéficié d’une aide discrete de certains pays occidentaux, principalement des USA, information souvent passée sous silence.
      De la même maniere, de nombreux Moujahidines avaient été envoyés en Bosnie, où ils se sont livrés aux pires exactions, exactions souvent attribuées aux Serbes, comme l’a montré Jürgen Elsässer et d’autres.
      bellaciao.org/fr/article.php3


      • Djanel 12 août 2008 12:53

        .

        .

        Vu que l’article de Monsieur Harrel est un peu maigre voici donc une dépêche de AFP publiée, il y a 3 heures. C’est du frais. Ce ne sont pas les Russes qui sont les agresseurs ici mais la Géorgie qui a attaqué et a envahi l’Ossétie du sud.

        Un petit rappel de l’histoire est nécessaire.

        L’Ossétie a été divisée en deux en 91 en 92. L’Ossétie du Nord qui est devenue une république de la fédération russe et l’Ossétie du sud qui est restée en Géorgie. L’Ossétie du sud voudrait rejoindre l’Ossétie du Nord pour reconstituer l’Ossétie historique. Il faut donc savoir que les Ossétiens ne sont pas des Géorgiens. Staline qui était géorgien, annexa l’Ossétie à la Géorgie. Le conflit est apparu lors du démantèlement de la fédération russe.

        Les déclarations de Bush sont fallacieuses en accusant les Russes d’avoir envahit la Géorgie, ils ne sont présensts qu’en Ossétie. Bush ose même parler au nom de l’Europe ici « Ces actions menacent les relations avec les Etats-Unis et l’Europe » De quel droit ose t’il parler en notre nom. La Pologne et d’autres pays de l’Est nouvellement adhérents à l’union européenne veulent nous entraîner dans un conflit avec les Russes.

        Il nous faudra donc rester vigilant pour rester en dehors de ce conflit car la Géorgie n’est pas une nation européenne. Nous devrions interdire au président Géorgien d’afficher le drapeau de L’U.E au coté de celui de la Géorgie dans ses apparitions officielles.

        Nous ne ferons certainement pas la guerre pour satisfaire le délire d’un Polonais ou d’un Tchèque ou d’un Ukrainien. La France est une puissance mondiale, elle devrait avoir sa propre vision des évènements mondiales sans qu’il soit nécessaire que les autres nations lui dictent ce qu’elle doit faire ou penser. Sarkozy sera t’il à la hauteur pour détendre la situation ? Peut-être avec la photo nous montrant ses bonnes relations avec Poutine à moins qu’il y ait encore une entourloupe médiatique quand Poutine serre chaleureusement son gamin dans ses bras ?

        Géorgie : le centre de Gori bombardé, forte explosion à Tbilissi

        Il y a 3 heures AFP

        TBILISSI (AFP) — La place centrale de la ville géorgienne de Gori a été bombardée mardi, faisant des victimes, tandis que des bâtiments universitaires sont en feu, a annoncé la télévision publique géorgienne.

        Une forte explosion a été entendue mardi à la mi-journée dans le centre de Tbilissi, la capitale géorgienne, selon un journaliste de l’AFP.

        La Géorgie a accusé lundi soir les troupes russes d’occuper la "majeure partie" de son territoire et l’armée géorgienne se préparait à défendre la capitale, Tbilissi, alors que la Russie a affirmé de son côté ne pas vouloir l’attaquer. "La majeure partie du territoire de la Géorgie est occupée", a déclaré le président de Géorgie, Mikheïl Saakachvili, dans une allocution télévisée.

        La Russie "semble avoir l’intention de renverser le gouvernement", a estimé le secrétaire du Conseil de sécurité géorgien, Alexandre Lomaïa.

        Le président américain George W. Bush a lui aussi laissé entendre mardi que la Russie semblait vouloir renverser le gouvernement géorgien. "Ces actions menacent les relations avec les Etats-Unis et l’Europe", a ajouté M. Bush. "Le gouvernement russe doit changer la politique qu’il semble mener et accepter l’offre de paix (de la Géorgie, ndlr) comme premier pas vers la solution de ce conflit", a-t-il demandé.

        De son côté, l’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, Zalmay Khalilzad, a déclaré qu’il avait reçu de son homologue russe Vitali Tchourkine l’assurance que le renversement du président géorgien n’était "pas le but de la Fédération de Russie".

        Le Premier ministre géorgien Lado Gourguenidze a annoncé à la télévision dans la nuit de lundi à mardi que les troupes russes étaient entrées dans le port de Poti, un terminal pétrolier sur la mer Noire. "A cette heure, l’armée d’invasion de la Fédération de Russie est entrée sur le territoire géorgien (...). L’armée géorgienne se retire pour défendre la capitale", avait proclamé un peu plus tôt le gouvernement géorgien.

        M. Saakachvili a cependant appelé les habitants de Tbilissi à garder leur calme, tout en estimant que la ville était "menacée". Il a en outre juré que la Géorgie ne se rendrait "jamais", dans une interview téléphonique lundi à la chaîne de télévision américaine CNN.

        Dans l’ensemble la situation était paisible dans la capitale géorgienne, même si les habitants de la ville commençaient à faire la queue dans les magasins et les stations services pour stocker des produits de première nécessité et de l’essence, a constaté un journaliste de l’AFP.

        Le ministère de la Défense à Moscou, cité par Interfax, a assuré pour sa part que les forces russes n’avaient aucune intention de se diriger vers Tbilissi. Il a annoncé un peu plus tard que ses troupes s’étaient retirées de la ville géorgienne de Senaki (ouest). Tbilissi a confirmé ce retrait, ajoutant cependant que la base militaire géorgienne s’y trouvant avait été détruite par l’armée russe. La Russie a par ailleurs démenti que ses troupes occupent la ville de Gori, à 90 km de la capitale géorgienne.

        Le gouvernement géorgien est revenu sur ses déclarations précédentes à ce sujet, indiquant que Gori, un noeud stratégique entre l’est et l’ouest du pays, n’était pas occupé par des troupes russes mais que ces dernières s’étaient positionnées dans les alentours.

        Près de 80% des 50.000 habitants de Gori ont cependant fui la ville, d’après un porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

        La situation humanitaire en Ossétie du Sud et en Géorgie est "très grave", selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui se prépare à envoyer 15 tonnes d’aide médicale.

        Selon un reporter norvégien sur place, des troupes russes ont aussi fait une incursion lundi dans la ville géorgienne de Zougdidi, proche de la république séparatiste d’Abkhazie.

        La Russie a aussi déployé 9.000 soldats supplémentaires en Abkhazie, qui s’ajoutent aux 2.500 soldats de maintien de la paix déjà présents dans cette région séparatiste de Géorgie, selon un responsable du commandement russe.

        Pendant ce temps, un ballet diplomatique se poursuivait pour pousser les deux camps à arrêter les hostilités, avec des appels à la trêve et des tentatives de médiation.

        Le Conseil de sécurité s’est à nouveau réuni lundi à huis-clos à New York. La Russie a jugé dans la soirée que le projet de résolution préparé par les diplomates occidentaux à l’ONU demandant un "cessez-le-feu immédiat" en Géorgie n’était pas acceptable en l’état, estimant qu’il était "prématuré" et ne prenait pas en compte certaines de ses exigences.

        Le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays préside l’Union européenne, se rend mardi à Moscou puis à Tbilissi. Son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, attendu dans la nuit à Moscou après une étape à Tbilissi, a déclaré que Mikheïl Saakachvili a "accepté à peu près toutes les propositions" de l’Union européenne, et de l’OSCE pour arrêter le conflit.

        Mais le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov a écarté les propositions de l’UE, estimant qu’il fallait un "engagement écrit signé d’un côté par la Géorgie et de l’autre par l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie (ses deux républiques séparatistes), de ne plus jamais recourir à la force à l’avenir".

        Le représentant permanent de la Russie auprès de l’Otan, Dmitri Rogozine, a obtenu l’organisation mardi d’une réunion extraordinaire Otan/Russie, affirmant que le président géorgien "n’est plus un homme avec qui nous pouvons avoir affaire". Les présidents de cinq pays de l’ancienne sphère soviétique —la Pologne, l’Ukraine et les trois Etats baltes— vont aussi se rendre d’urgence à Tbilissi pour soutenir la Géorgie, selon un conseiller du président polonais Lech Kaczynski.

        Le Premier ministre russe Vladimir Poutine s’en est pris avec virulence aux Etats-Unis, accusant Washington de "gêner" les opérations militaires russes en aidant au rapatriement des soldats géorgiens d’Irak. Il a dénoncé le "cynisme" américain et sa "capacité à présenter l’agresseur en victime de l’agression". M. Poutine a comparé les autorités géorgiennes à l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein.

        Le Pentagone a déclaré lundi avoir été surpris par la rapidité de l’intervention russe en Ossétie du Sud et dit chercher encore à comprendre ce qui s’est passé exactement.


        • Djanel 12 août 2008 21:11

          Mais Léon soyez patient.

          .

          Oui l’article de Monsieur Harrel est un peu beaucoup trop maigre ce qui m’a obligé à surfer pour trouver de l’info afin de satisfaire mon appétit grossier. J’ai donc publié cette dépêche de l’AFP qui nous donne un peu plus d’infos.

          Vous auriez dû lire mon commentaire adressez à Tall avant de me reprocher mon absence dans le cercle au combien refermé sur lui-même des rédacteurs d’articles car mes commentaires valent bien ceux qu’ils peuvent écrire en dépit du bon sens parfois.

          Au fait avez-vous acheter « Les carnets du sous sol » de Dostoïevski ? Si vous voulez être surpris par un comportement humain possible, vous serez servi. Sachez donc que je ressemble beaucoup à ce genre de personnage qui y est dépeint avec quelques horreurs.

          Djanel pour vous servir. smiley


        • Djanel 12 août 2008 21:27

          Voyez-vous Monsieur Léon.

          .

          Il y a quelque chose qui me choque dans la dépêche de L’AFP. Voici donc cette phrase : « La place centrale de la ville géorgienne de Gori a été bombardée mardi, faisant des victimes, tandis que des bâtiments universitaires sont en feu, a annoncé la télévision publique géorgienne. »

          Ne trouvez-vous pas choquant que l’AFP nous informe en citant ce qu’annonce la télévision géorgienne qui a plutôt intérêt à culpabiliser les Russes pour mieux se laver de son agression contre l’Ossétie du sud ?

          Je vous dis ça seulement par accident. Un excès de fièvre comme d’habitude !!!!!


        • antseb 12 août 2008 13:46

          Merci pour ces infos. Et il y a tout à parier que le conflit militaire russo-géorgien s’arrêtera à la demande des russes une fois ces gorges investis par les abkhazes avec l’aide des russes, les attaques ont débutés selon les agences de presse...

           


          • TALL 12 août 2008 14:44

            Que la Russie profite de la bêtise du président georgien pour faire entrer à terme l’Ossétie du sud et l’Abkhasie dans la fédération russe, ce serait assez compréhensible.
            Par contre, que les Russes envisagent une invasion + large et durable de la Georgie me laisse sceptique.

            Car au sud de la Georgie, il y a le fameux pipeline BTC, très important pour l’occident ( il véhicule 1M barils / jour ). Et prendre le contrôle de ce pipeline serait considéré par les anglo-saxons comme un casus belli ( BP en est l’actionnaire principal à 30% ). Or, Poutine n’étant pas un imbécile, ça m’étonnerait qu’il s’aventure dans une confrontation aussi brutale avec l’occident. La Russie n’en a pas les moyens.


            • Djanel 12 août 2008 17:17

              Monsieur Tall

              .

              Soyons aimable entre nous et discutons. Je partage votre jugement sur le Président géorgien qui n’est qu’un imbécile qui ne comprend rien à la géopolitique en se réclamant de l’Europe de l’ouest. Il fait des confusions car la Pologne et les autres pays issus du bloc soviétique ne pourront pas nous imposer leurs vues car le centre des décisions en Europe de l’ouest, appartient encore aux 6 pays membres originels de L’U.E. Toute la construction européenne repose sur la réconciliation franco-allemande à laquelle il faut ajouter l’Italie et le Benelux.

              Les Belges ainsi que les Hollandais ont tout intérêt à consolider l’entente franco-allemande pour ne plus être pris en tenaille comme ce fut le cas durant les deux guerres mondiales car ces deux pays devinrent le champ de bataille durant les conflits (franco-allemand). Je viens de reconstituer l’Europe des six sans l’Angleterre qui va adhérer plus tard grâce à Pompidou et aussi parce de Gaulle ne pouvait plus s’y opposer.

              Or depuis quelque temps les USA ont marginalisé la France après le refus de Chirac de participer à la guerre du golf. Ils ont cru que Sarkozy allait être plus conciliant mais voilà qu’il fait des mamours à Poutine. Embrassade et que je t’embrasse et Poutine en rajoute. Sarkozy sans l’avoir voulu est entré sur-le-champ de bataille et il traîne avec lui toute l’histoire de la France. Il va passer un sale quart d’heure. Son intérêt est d’empêcher une escalade du conflit qui pourrait détruire sa politique européenne d’avoir ratifié le traité européen contre le refus des Français lors du référendum. Attention à l’expansion de l’Europe sur des territoires lointains et qui nous amène des situations de guerre qui ne nous concernent pas. Il y a donc un problème pour Sarkozy qui risque de se faire attaquer sur le traité de Lisbonne. Je rappelle le score du référendum : plus de 56% des électeurs se sont prononcés contre alors que le parti socialiste a fait campagne pour avec l’UMP ce qui veut dire… ha.. que la France n’est pas divisée entre la gauche et la droite mais pour ou contre cette Europe qui a perdu ses concepts d’origines et que nous ne contrôlons plus. Ce sont les néo-conservateurs anglo-saxons qui mène la danse.

              Tu vois Tall. Penses-tu que Sarkozy aura la dimension d’un de Gaule pour envoyer paître les Américains en disant que l’Ossétie doit être réunifié. Où est le problème pour la Géorgie puisque historiquement l’Ossétie et la Géorgie sont deux nations différentes et que chacune peut exister indépendamment l’une de l’autre sans que cela ne les détruise ?

              Aura t’il ce courage.

              Quant au pipe line Tall, les Américains n’ont pas d’intérêt à ce que le conflit éclate car le pipe line pourrait disparaître sous le feu d’un bombardement… et qui verrait dans ces conditions sa note pétrolière augmenter ? Et son approvisionnement compromis ? Nous autres les Européens ?

              Tu vois là, j’ai comme une vague impression que le petit roquet de Président Géorgien devra retourner à sa niche car je ne crois pas que Bush prenne le risque exciter les passions guerrières des européens de l’Ouest qu’il ne contrôle pas, tant que la France sera encore en dehors de l’OTAN.

              N’a pas prévu ça Sarko, et il s’est mis sur le dos l’armée française avec ses jugements intempestifs sur l’accident de Carcassonne.


            • Yannick Harrel Yannick Harrel 12 août 2008 17:50

              Bonjour Léon,

              Oui je suis entièrement d’accord avec vous : il est dommage que l’Abkhazie soit uniquement connue comme zone de conflit alors qu’elle pourrait être des plus attractives touristiquement. Les citoyens soviétiques qui avaient eu l’occasion de s’y rendre avant la dislocation de l’URSS m’ont parlé justement de stations balnéaires et de cures thermales de grande qualité.

              Hélas, lorsque j’ai tenté de m’y rendre en 2004, cela n’était déjà plus possible car la région était sous tension et il était déconseillé aux ressortissants étrangers de s’y rendre pour cause de troubles liés à la fuite de rebelles Tchétchènes réfugiés justement dans ces gorges. Je l’ai souvent regretté car au vu des prises de vue que l’on m’avait montré, je pense que c’était tout à fait le genre de paysage qui m’aurait convenu...

              Disons que ce n’est que partie remise smiley

              Cordialement


            • TALL 12 août 2008 19:28

              Djanel

              Si je peux te donner un vrai bon conseil, et je suis sincère, c’est de ne pas perdre trop ton temps ici à vouloir refaire le monde. Car ni toi, ni moi, ni personne d’autre ne refera quoi que ce soit ici.
              Alors, discuter un peu de temps en temps, oui bien sûr, mais y passer la 1/2 de son temps.. !?

              Maintenant, au sujet de ce que tu dis, puisque tu t’es fendu d’un long post plutôt poli, je te livre mon sentiment qui vaut ce qu’il vaut.
              A propos de Sarko, je pense que c’est un homme intelligent, et que c’est bien dommage qu’il ne soit pas de gauche. Mais je pense donc qu’au bout du compte, avec son intelligence il pourra apporter quelques bonnes choses à la France, du genre qui laisse une trace.
              Quoi ? Je l’ignore encore, c’est trop tôt, on verra dans 4 ans.
              Je ne serais pas surpris qu’il soit réélu d’ailleurs, tandis qu’Agoravox aura sans doute disparu d’ici là.

              Voilà pourquoi je te dis aussi, pense à ta vie réelle d’abord. Et bonne chance ...


            • TALL 12 août 2008 20:09

              Djanel

              Pour en finir, à propos de l’UE, je pense qu’une erreur historique a été commise, c’est de laisser entrer les Anglais beaucoup trop tôt ( erreur que De Gaulle n’aurait jamais commise ).
              Car je pense que pour avoir une UE + solide, + efficace et surtout bien + sociale, il aurait fallu d’abord l’appronfondir sur base du canal historique ( à 12 grand max ) avant de l’élargir éventuellement à l’Angleterre.

              Enfin, en ce qui concerne la Georgie, mon impression semble se confirmer, à savoir que les Russes ne souhaitent pas de confrontation trop directe avec l’occident. Si ça se vérifie, ils n’envahiront donc pas la Georgie et ne toucheront pas au pipeline BTC ( 1 M barils / jour, alors que la production mondiale est de 86 M barils / jour ).


            • Antoine Diederick 12 août 2008 21:08

              a Tal, la Russie n’en a pas les moyens, mais nous non plus et les us non plus...Irak Iran occupent déjà tout l’espace


            • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 août 2008 18:17

              djamel vous lire est difficile , tout cela est tres flou. Vous etes bien peu modeste de pretendre savoir le pourquoi du comment de cette affaire , affirmé avec certitude que la georgie a declenché cette guerre est ridicule, les pays impliqué directement ou indirectement sont des pros de la desinformation. Une chose est sur,la Russie intervient unilateralement dans un conflit entre un pays et une region autonomne de ce meme pays (merci oncle sam pour le precedent )et peu le remarque ou reagisse aussi vivement que lors de l’invasion de l’Irak. Au fait , djamel , si la France reduisais le Maroc a sa mercie en profitant d’un guerre interne avec les Sarahouis... ??? je sais que c’est improbable mais..


              • Djanel 12 août 2008 19:29

                Mon pseudo est DjaNel avec un N comme dans mord moi le Nœud. Ceux qui me cherchent la bagarre prennent soin de l’écrire avec un M comme dans « Meuh.. euh… » comme dirait une vache meuglant.

                Compris !


              • wesson wesson 13 août 2008 00:43

                @MR.K

                "affirmé avec certitude que la georgie a declenché cette guerre est ridicule"

                bon alors, résumons un peu :

                2004 : Saakachvili arrive au pouvoir et d’entrée intime l’ordre à moscou de "ne plus intervenir dans les affaires géorgiennes", tranchant avec la politique de détente avec la Russie de son prédécésseur.
                2005 : La géorgie achète des armes en Ukraine. Certains officiels Ukrainiens rechignent car ils ont déjà compris que cela servira contre les russes, et ils le disent !
                2006 : La géorgie achète des armes en Israel, son budget de la défense est porté à 6% du PIB. Le détail des armes achetées est secret.
                2007 : après une élection notoirement truquée, Saakachvili réprime durement son opposition. Pour calmer l’agitation intérieure, des troubles sont provoqués aux frontières des régions sécéssionistes. Des drones sont envoyés, certains sont abattus.
                Jeudi 7 aout 2008 : Après des accrochages contre les ossètes, Saakachvili propose un cesser le feu unilatéral.
                Le lendemain, il lance une attaque d’envergure, pilonne la capitale sud-ossète qui ne possède pourtant pas d’installation militaire.

                A la lumière de cette chronologie, on peut dire non seulement que c’est bien la Géorgie qui a déclenché cette guerre, et l’as fait en parfaite connaissance de cause et à l’aide d’un plan établi depuis plusieurs années.

                Par contre, pour l’ensemble de la presse Française, c’est évidemment la russie le méchant !

                Vous avez trouvé le mot : Ridicule !





              • wesson wesson 13 août 2008 01:14

                @MR.K (encore)

                j’oubliais :

                Le figaro, ce repaire de pro-Russes bien connu lui aussi semble se complaire dans le "ridicule" attribuant le déclenchement des hostilités à la Géorgie :

                Extrait :
                "D’abord, en voulant mettre militairement au pas la région séparatiste d’Ossétie du Sud, c’est Tbilissi qui a provoqué les hostilités. Ensuite, l’accueil favorable à l’indépendance du Kosovo, sans l’accord du Conseil de sécurité de l’ONU, a mis les États-Unis en porte-à-faux avec le respect du droit international."

                c’est assez clair ?


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 13 août 2008 16:25

                @Djanel , voilà. (excuses)





              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 13 août 2008 16:36

                C’est bien clair pour le declenchement de l’hostilité avec l’Ossetie du sud mais la Russie ne c’est pas contenté de repoussé les georgiens et de maintenir une zone de securité , ils ont reduit le pays a leurs merci.
                Quelles aurait eté les reactions si la france auvait envahit la cote d’ivoire au lieu de se contenter de mettre en place une zone de securité lors de l’operation licorne ??




              • 5A3N5D 15 août 2008 16:44

                @ MR.K,

                Je crois que si vous essayez de faire comprendre aux membres de ce "forum" que l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud ne sont même pas reconnues par la Russie elle-même (ce qui fait que les russes n’ont rien à faire dans ce conflit), je pense que vous aurez bien du mal : nous sommes sur un espace totalement anti-américain. 

                A titre accessoire, il est à noter que Moscou a pris l’initiative de renforcer ses troupes dans ces deux régions le 29 avril dernier (eh, oui, toujours en territoire étranger !) et ce, en dépit des accords passés entre la Russie, la Géorgie et les deux régions autonomes auto-proclamées. 

                Mais, bon, il est vrai que ce sont les américains qui ont tout fomenté. C’est comme ça et il n’y a rien à y redire. Et la Russie a rejoint le clan des pays agresseurs et impérialistes.


              • frédéric lyon 12 août 2008 18:42

                De Tall :

                Car au sud de la Georgie, il y a le fameux pipeline BTC, très important pour l’occident ( il véhicule 1M barils / jour ). Et prendre le contrôle de ce pipeline serait considéré par les anglo-saxons comme un casus belli ( BP en est l’actionnaire principal à 30% ). Or, Poutine n’étant pas un imbécile, ça m’étonnerait qu’il s’aventure dans une confrontation aussi brutale avec l’occident. La Russie n’en a pas les moyens.

                ..............................

                Vous avez parfaitement raison. Les Russes savent qu’ils ne doivent pas toucher à ce pipeline et il n’y ont d’ailleurs pas touché.

                Ce serait un casus belli pour les Européens, or l’heure n’est pas au conflit entre l’Europe et la Russie.


                • sale bête 12 août 2008 19:28

                  BTC important, moi aussi je croyais !

                  la conflit en géorgie a juste fait frémir le prix du pétrole ... il a même baissé !!!

                  cet oléoduc ne sert pas à l’alimentation de l’europe mais d’israel (il est d’ailleurs coupé depuis une semaine)

                  on comprend mieux l’implication d’israel (qui se voit en acteur majeur du transport d’hydrocarbure) dans le conflit quand on lit ca :

                  Israël cherche à devenir un acteur majeur dans le transport du pétrole brut du Caucase vers l’extrême Orient. Son principal atout actuel est l’oléoduc qui relie Ashkelon à Eilat.

                  Le principe est simple : si Israël parvient à finaliser le projet de navette de super-tankers de 250.000 tonneaux entre Ceyhan (ville turque qui reçoit du pétrole d’Azerbaïdjan et de Georgie) et Ashkelon, alors Israël se servirait de son oléoduc et d’autres super-tankers de 280.000 à 310.000 tonneaux pour transporter le pétrole jusqu’à à Eilat, et Eilat pourrait alors servir de point de passage pour livrer l’Inde, le Japon, et la Chine.

                  http://www.israelvalley.com/news/2008/02/26/15976/israel-petrole-gaz-israel-veut-devenir-un-acteur-majeur-du-developpement-regional-dans-les-secteurs-du-petrole-et-gaz



                  il suffit pourtant de regarder une carte pour voir que livrer du pétrole  de la mer caspienne à la chine ou l’inde en passant par israel (3 ou 4000 km de détour) est un délire sans nom !

                  par ailleurs, nul doute que si l’attaque de l’ossétie avait réussi nous aurions eu droit à des panégyriques
                  de la technologie et des formateurs israéliens (comme pour la libération d’ingrid bétancourt) !




                • wesson wesson 13 août 2008 00:49

                  N’oubliez pas que le BTC est aujourd"hui à l’arrêt, non pas à cause de la guerre géorgienne, mais à cause d’une attaque de rebelles turcs - ça date d’avant le début du conflit.

                  Il est donc normal que ce conflit n’ai pas d’influence sur le prix du pétrole, vu qu’il n’a rien changé.

                  De plus comme il a été dit précédemment, les russes ne sont pas idiot au point de s’en prendre directement à cette installation, ce qui pourrait donner une raison valable à l’occident pour intervenir militairement.

                  Par contre si il doit rester quelque chose de cette guerre, c’est que les USA ont laissé tomber la géorgie comme une merde dans cette guerre pourtant télécommandée par eux. ça devrait bien faire réfléchir les autres pays baltes qui se sont placés sous protection américaine.



                • Yannick Harrel Yannick Harrel 13 août 2008 01:04

                  Bonjour Wesson,

                  Vous avez raison sur toute la ligne. A l’heure actuelle certains pays doivent certainement commencer à envisager leur relation avec Moscou d’une autre manière. A savoir : l’Ukraine, la Pologne, la République Tchèque et les Pays Baltes. Le grand frère Américain par ses principaux représentants (Bush, Rice et même McCain) n’est certes pas avare en imprécations, mais ils auront pu constater de visu que cela ne vaut tout de même pas une bonne force armée...

                  De plus, le convoyage d’armes Ukrainiennes en direction de la Géorgie ainsi que la menace par de fermer les ports de Crimée n’a pas dû trop plaire aux résidents du Kremlin...

                  Mais je le répète, je n’aimerais pas être en ce moment à la place de M. Saakachvili. Si l’union sacrée prévalait du fait de la guerre, une fois la paix revenue des comptes vont lui être demandé et certains adversaires politiques ne s’en privent déjà pas (cf Mme Zourabichvili).

                  Cordialement


                • Philou017 Philou017 13 août 2008 02:26

                  @sale bete : " il suffit pourtant de regarder une carte pour voir que livrer du pétrole de la mer caspienne à la chine ou l’inde en passant par israel (3 ou 4000 km de détour) est un délire sans nom !"

                  Je ne pense pas du tout. C’est exactement le contraire. Regardez sur une mappemonde .

                  Le port d’Eilat donne sur le golfe d’akaba. Ca me parait tout à fait correct.
                  D’autant que les super-tankers ne peuvent passer par le canal de Suez.


                • sale bête 13 août 2008 11:53

                  @philou

                  sur la carte on voit surtout que le plus court chemin de la caspienne vers l’Inde est :  Iran - Pakistan
                  et vers la Chine : Iran - Afghanistan

                  ce que refuse les américains ...

                  le blocage de l’Iran  permettant entre autre à Israel de devenir un point de passage potentiel

                  ne vous faites pas d’illusions les plans sont mis en oeuvres sur des décénnies, les grandes lignes :

                  1979 soutient aux talibans

                  1991 début de l’invasion de l’Irak et positionnement dans le golf persique

                  2001 invasion de l’Afghanistan

                  2003 suite de l’invasion de l’Irak

                  = encerclement de l’Iran


                • TALL 13 août 2008 18:12

                  Wesson & Harrel
                  Et si jamais ces pays se laissaient quand même aveuglés par les sirènes démoniaques US, il restera toujours Agoravox. smiley


                • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 12 août 2008 18:46

                  Si yannick harrel n’existait pas, il faudrait l’inventer ;)


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 12 août 2008 19:04

                    Bonjour Alexandre smiley

                    Inutile de vous donner tant de mal dans le génie génomique, je suis là smiley

                    Cordialement


                  • abelard 12 août 2008 19:28

                    D’après une dépêche publiée dans "Le Monde.fr" l’armée géorgiennne a évacué les gorges du Kodori...

                    Donc fin de l’épisode et fessée déculottée pour Saccage Willy.


                    • sale bête 12 août 2008 19:34

                      kodori vendredi, dimanche pleurera !


                    • penpat penpat 12 août 2008 19:38

                      Peu importe si la Géorgie est placée de tel ou tel coté de l’Europe une chose est sûre c’est que comme ce fût le cas pour l’ex Igoslavie,les réactions de la communauté Européenne trâinent en longueur comme si l’on attendait que chacun reprenne son petit térritoire.
                      Du déja vu me direz vous eh oui l’histoire se répete me direz vous,la faute à qui ?


                      • Djanel 12 août 2008 20:45

                        Au perroquet smiley


                      • Philou017 Philou017 12 août 2008 22:16

                        Des nouvelles fraiches :

                        Les forces géorgiennes repoussées d’Abkhazie, selon l’armée abkhaze

                        SUKHUMI, Géorgie — Les forces d’Abkhazie ont repoussé mardi les troupes géorgiennes hors de leur dernier bastion dans la région après quatre jours de frappes aériennes et d’opérations au sol, a affirmé un responsable de la Défense abkhaze.

                        "Les forces armées d’Abkhazie ont atteint la frontière géorgienne dans les gorges de Kodori", a déclaré le général Anatoly Zaitsev, vice-ministre de la Défense d’Abkhazie.

                        Les forces abkhazes ont retiré le drapeau géorgien des bâtiments administratifs de la ville de Chkhalta et l’ont remplacé par un drapeau d’Abkhazie, a-t-il ajouté.

                        Ces informations ne pouvaient être confirmées de manière indépendante dans l’immédiat.

                        Anatoly Zaitsev a assuré que seules les forces abkhazes ont participé à l’opération. Mais un journaliste de l’Associated Press présent dans le village de Chuberi a affirmé avoir vu 135 véhicules militaires russes circuler sur le territoire géorgien en direction des gorges de Kodori, une région du nord de l’Abkhazie que l’armée russe contrôlait jusqu’à mardi.
                        canadianpress.google.com/article/ALeqM5g-wYRZSQVPazOrJUieIVWfZZmMEw

                        Ce qui confirme une opération en cours dans les gorges de Kodori.


                        • TALL 12 août 2008 23:51

                          Prono perso

                          Pour l’essentiel, je crois que cette guerre est déjà finie. Car les Russes ne veulent pas de confrontation directe avec l’Occident, ce qui serait le cas si elle envahissait la Géorgie, prenant ainsi le contrôle du pipeline BTC.
                          Et comme l’Occident ne souhaite pas un conflit d’une telle ampleur non plus, c’est le président géorgien qui devra céder aux exigences de l’Occident ou démissionner.
                          Quelles exigences ?
                          Peut-être un referendum en Ossétie du sud et Abkhasie sous couverture onusiennne ?
                          Ce qui ramènerait sans doute ces 2 peuples dans le giron de la fédération russe, mais de manière légitime aux yeux de la communauté internationale. Tandis que le président géorgien devra se contenter de certaines compensations économiques et politiques.


                          • TALL 14 août 2008 08:47

                            pyralene antitall
                            tu dois avoir une vie passionnante, toi ...


                          • Cascabel Cascabel 14 août 2008 20:12

                            Espérons maintenant que l’OTAN ne pousse pas plus loin le bouchon.

                            PS :
                            Je trouve regrétable la façon de moinsser de certains.


                          • Jacques RICHAUD 12 août 2008 23:52

                            QUI PEUT CROIRE QUE LE SORT DES OSSETES EST LA RAISON DE CE CONFLIT ?

                            Tout ce qui est dit déjà sur les causes de ce conflit est exact et important, mais le tableau reste incomplet… Je rajoute qu’il peut sembler difficile à comprendre que Tel Aviv s’intéresse à la présence de ’l’axe du bien’ dans cette région du Caucase . La presse présente le conflit comme opposant la Géorgie à la Russie, alors que le véritable enjeu n’est pas le voisin ’du nord’ mais la possibilité d’implanter des bases US à proximité du voisin ’du sud’ que représente l’Iran, au delà de la Turquie voisine, ainsi que l’Arménie et l’Azerbaidjan déja ’sous influence’car dépendant des pétrodolars et en rivalité avec la Russie. Nous savons aussi le désaccord diplomatique entre USA/Israel et Russie au sujet du peu lointain voisin iranien. Le président géorgien veut intégrer l’Otan et déja plusieurs milliers de conseillers US préparent l’implantation de leur tête de pont...La flotte US et l’Otan dans la mer noire c’est un cauchemar pour la Russie .

                            En arrière plan du conflit déclenché par la Géorgie, peu de commentateurs français évoquent les tentatives d’ingérence par Israel, avec le consentement US évident, sur cette zone du Caucase d’intérêt stratégique majeur d’un double point de vue : Le contrôle des acheminements pétroliers , mais aussi l’implantation stratégique au nord-ouest de l’Iran en vue d’un conflit ultérieur déjà programmé . Le sort des Ossètes n’est certainement pas le souci premier de ceux qui poursuivent la guerre contre ce qu’ils nomment ‘l’axe du mal’…Trois notes brèves à verser à ce débat pour une compréhension plus complète :


                            - 1 / Plus de 1 000 conseillers militaires Israéliens en Georgie selon Debka File
                            11 août 2008 - Par IsraelValley Desk
                            Selon le journal israélien Debka File, " ces conseillers ont indubitablement participé de façon active aux préparatifs militaires de l’armée géorgienne pour la prise de Tskhinvali, la capitale sud-ossète, vendredi ". Et pour cause : les compagnies pétrolières occidentales, parmi lesquelles des firmes israéliennes, aimeraient bien s’assurer le contrôle du transport du pétrole d’Azerbaïdjan et les gazoducs du Turkménistan, qui traversent la Géorgie.
                            Selon Debka File, citant des sources militaires israéliennes, " d’intenses négociations ont lieu entre Israël, la Turquie, la Géorgie, le Turkménistan et l’Azerbaïdjan pour que les pipelines atteignent la Turquie puis, de là, le terminal pétrolier d’Ashkelon et enfin le port d’Eilat, sur la Mer rouge. A partir de là, les supertankers pourront acheminer le gaz vers l’Extrême-Orient à travers l’Océan indien ".
                            L’année dernière, le Président géorgien a mandaté plusieurs centaines de conseillers militaires travaillant pour des compagnies privées israéliennes de sécurité - un nombre que l’on estime à plus d’un millier - pour entraîner les forces armées géorgiennes. Tbilissi a également acheté à l’Etat hébreu des systèmes de renseignement et de sécurité électronique.
                            Ces dernières semaines, Moscou a demandé de façon répétée à Israël de cesser son aide militaire à la Géorgie…..
                            http://www.desinfos.com/article.php?id_article=10904


                            - 2 / Le ministère israélien des Affaires étrangères pour un gel des ventes d’armes à la Géorgie
                            10 août 2008 - LE MONDE | AFP
                            Le ministère israélien des Affaires étrangères a recommandé un gel des ventes d’armes israéliennes à la Géorgie de crainte de réactions de la Russie si ces exportations se poursuivaient, a rapporté dimanche le quotidien Haaretz. Le journal, citant des responsables, a précisé que les Affaires étrangères redoutaient que Moscou vendent des armes anti-aériennes à l’Iran et la Syrie au cas où Israël continuait ses livraison d’armes à la Géorgie.
                            Lire l’article sur : http://www.lemonde.fr/
                            http://www.desinfos.com/article.php?id_article=10902


                            - 3 / Rice : "Israël décide seul sur le cas Iranien"
                            10 août 2008 - Le Flash info du Jerusalem Post édition française
                            La secrétaire d’Etat américaine a défendu ce week-end le droit d’Israël à décider d’une action militaire autonome contre l’Iran. Ces déclarations s’inscrivent dans un contexte de spéculations et de rumeurs. Selon certaines, Washington met en garde Israël contre une attaque sur l’Iran.
                            Rice multiplie les rencontres diplomatiques et prône le dialogue : "Nous sommes en étroites relations avec les Israéliens et nous discutons en permanence des issues diplomatiques possibles".
                            http://www.desinfos.com/article.php?id_article=10901

                            Jacques Richaud 12 août 2008


                            • frédéric lyon 13 août 2008 09:06

                              Que viennent faire ici les Israëliens ?

                              Vous souffrez d’obsessions "antisionistes", cher ami étranger ?

                              Félicitons-nous de constater ce matin que la crise est en voie de résolution, après une intervention vigoureuse de la Communauté Européenne, sous la Présidence Française convient-il de le rappeler.

                              Et tout ceci sans intervention de la Chine ou des Etats-Unis, les affaires entre Européens doivent être réglées sans intervention extérieure.

                              C’est pourquoi il est utile de rappeler également à tous nos amis du Maghreb, que leur conflit avec Israël ne nous concerne pas et qu’ils sont priés d’aller le traiter ailleurs que chez nous et de ne pas nous emmerder chez nous avec des affaires qui les intéressent peut-être, mais qui ne nous intéressent pas.

                              Il est question de la Géorgie et de la Russie sur ce fil et non de la Palestine, dont les Européens n’ont strictement rien à cirer, même quand on vient coller des bombes dans leurs métros ou leurs autobus..

                              Pigé les amis ?

                              Bien. Sakaatchvili va maintenant boire le calice, et on lui donnera une compensation politique et économique. Pourquoi ne pas accueillir la Géorgie dans l’OTAN ?


                            • rameur rameur 13 août 2008 10:43

                              Bien entendu, Israel ne joue aucun role, Monsieur Lyon.

                              Trouvé sur le site upjf.org et du crif 

                              Le journal en ligne Ynetnews.com s’intéresse, le lundi 11 août, en plein conflit russo-géorgien, aux liens qui unissent la Géorgie et Israël dans le domaine militaire.


                              L’Etat juif a commencé à vendre des armes à la Géorgie il y a sept ans, du fait de l’implication croissante de citoyens géorgiens ayant fait leur aliyah, devenus en Israël des hommes d’affaires influents dans le secteur de l’armement. Le rapide développement de la coopération militaire entre les deux pays tient en partie au fait que le ministre de la Défense géorgien, Davit Kezerashvili, a été éduqué entre la Géorgie et Israël et parle couramment l’hébreu. Ainsi, M. Kezerashvili s’est personnellement investi pour faire accélérer les transactions entre Israël et la Géorgie, laissant largement ouverte sa porte aux industriels israéliens de passage à Tbilissi, la capitale géorgienne. Parmi les Israéliens qui ont tiré profit de cette opportunité, on trouve, par exemple, le général Hirsh, qui a donné à l’armée géorgienne de précieux conseils sur l’établissement d’une unité d’élite géorgienne comparable à la Sayeret Matkal (l’unité d’élite la plus prestigieuse d’Israël), en plus de divers enseignements sur le combat rapproché en zone urbaine. De surcroît, le ministre géorgien de la Réintégration Temur Yakobshvili, de confession juive, qui maîtrise lui aussi parfaitement l’hébreu, a déclaré que l’« Etat d’Israël doit être fier de ses instructeurs, qui ont entraîné les soldats géorgiens (…) Notre espoir est de recevoir de l’aide de la Maison blanche, car la Géorgie ne peut survivre par elle-même ». Et un membre du Parlement de la Géorgie d’ajouter : « Nous avons besoin de l’aide de l’ONU et de nos amis, en tête desquels se trouvent les Etats-Unis et Israël. Aujourd’hui, la Géorgie est en danger, et demain tous les pays démocratiques de la région et du monde entier seront en danger aussi ».


                            • TALL 13 août 2008 11:18

                              Et alors ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès