Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De Chávez à el-Bechir, en passant par Kadhafi

De Chávez à el-Bechir, en passant par Kadhafi

Une rue portait déjà son nom au Liban. Voici maintenant qu’un stade s’appelle Hugo Chávez. Cela se passe en Libye, à Benghazi, où Mohamed Kadhafi, le fils du président Mouammar Kadhafi, a inauguré le 5 mars dernier le stade Hugo Chávez.

Le nom du président vénézuélien a été donné à ce nouveau stade « en reconnaissance de son programme révolutionnaire au Venezuela et de son rôle dans l’avènement de l’espace sud-américain », indique l’agence de presse libyenne Jana.

D’une capacité de 11.000 spectateurs, le stade fera partie des sites qui accueilleront les rencontres de la Coupe d’Afrique des nations de football 2014, qui se déroulera en Libye.

Le principal intéressé n’est pas vraiment satisfait : « On m’a dit qu’en Libye Kadhafi a donné mon nom à un stade à Benghazi. Kadhafi est Kadhafi, mais cela ne vaut pas la peine de faire un tel geste », a commenté le président vénézuélien. « Je refuse que l’on mette mon nom sur quoi que ce soit », a-t-il ajouté.

Popularité


Il n’empêche : la popularité du président vénézuélien dans le monde musulman ne se dément pas. Et pour cause : après avoir expulsé l’ambassadeur d’Israël en représailles aux crimes commis à Gaza, Hugo Chávez récidive.

Le gouvernement vénézuélien vient en effet de mettre en cause le mandat d’arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, estimant qu’il s’agissait d’une ingérence dans les affaires intérieures susceptible de conduire à une recrudescence de la violence. « Le Venezuela conteste cette ingérence dans les affaires légitimes et intérieures (relevant de) la souveraineté du peuple soudanais », a indiqué le secrétaire d’État vénézuélien aux Affaires étrangères chargé de l’Afrique, Reinaldo Bolivar, dans un communiqué.

Le gouvernement vénézuélien se joint ainsi à l’appel de « l’Union africaine, de la Ligue des États arabes et de nombreux pays de la communauté internationale afin d’éviter que les organismes juridiques » tels que la CPI « ne soient politisés à des fins de déstabilisation en Afrique et au Soudan en particulier », continue le communiqué.

Dérive inquiétante

Qu’on ne s’y trompe pas : une telle position, assez incompréhensible dans nos belles démocraties, se justifie aux yeux de beaucoup de non-Occidentaux. Si l’on examine les choses d’un peu plus près, on remarque en effet, que le « nouveau droit international », représenté notamment par la Cour pénale internationale, se colle de plus en plus aux valeurs défendues par l’Occident, au nom, notamment, d’une prétendue universalité des droits de l’homme. C’est le cas à propos de la Chine, de l’Irak, de l’Afghanistan, de divers pays d’Afrique et d’ailleurs : les sempiternels droits de l’homme sont de plus en plus instrumentalisés à des fins politiques, ouvrant la voie à l’ingérence -on parle même de « droit d’ingérence ».

Très beau tout cela, mais ne s’agit-il pas d’une dérive inquiétante à de nombreux égards ? D’autant plus inquiétante que la cause des droits de l’homme obtient sans peine le soutien massif de millions de citoyens bien intentionnés (et dupes, pour la plupart) dans les démocraties occidentales.

Réfléchissons-y, si vous le voulez bien, de ce point de vue : une fois de plus, le droit international se place au service des puissants de ce monde. Il n’est pas neutre. Et son instrument privilégié, les droits de l’homme, ne l’est pas non plus, n’en déplaise à certains.

Documents joints à cet article

De Chávez à el-Bechir, en passant par Kadhafi De Chávez à el-Bechir, en passant par Kadhafi De Chávez à el-Bechir, en passant par Kadhafi

Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • jltisserand 9 mars 2009 11:12

    Ben voyons ! Vous oubliez que là-bas, il y a du pétrole .... et plus même. Ca mérite une petite ingérence.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 mars 2009 11:50

      Très intéressant, ce président américain qui s’impose courageusement sur la scène internationale en opposition contre son homologue du nord. Vous faites bien de relayer ce courant minoritaire car comme disait Coluche : C’est la somme des minorités qui fait la vraie majorité.


      • Christoff_M Christoff_M 9 mars 2009 12:19

        il sent le vent tourner Chavez, il a du pétrole et des idées et il sait se rendre populaire...

        on ne risque pas d’avoir un srade avec le nom d’un président de l’Europe de l’Ouest en ce moment !!

        je crois que l’altercation entre le roi espagnol et Chavez lui a fait marquer beaucoup de points...

        réactions de la vieille Europe aristo courroucée sentant que les cartes changent de mains et que le temps béni du self service est fini.


      • JahRaph JahRaph 9 mars 2009 12:54

        Merci à l’auteur, vous posez les bonnes questions. La CPI, si elle n’est pas appuyée par un ONU juste et démocratique, n’est qu’un instrument néo-colonialiste. Qui juge qui ? Au nom de quoi ?

        Pour ceux que le sujet intéresse, je recommande très chaudement le dernier livre de Jean Ziegler : "La Haine de l’Occident" (Albin Michel), très instructif.....


        • cedamed 9 mars 2009 13:00

          « Vous ne verrez jamais des pilotes de l’Otan devant un tribunal de l’ONU. L’Otan est l’accusateur, le procureur, le juge et l’exécuteur car c’est l’Otan qui paie les factures. L’Otan ne se soumet pas au droit international. Il est le droit international. » Lester Munson, parlementaire US (1999)

          C´est clair et net . Ce que dit Chavez c´est courageux ,ca lui a valu un nom sur un stade


          • Ahlen Ahlen 9 mars 2009 14:49

            Chavez a commencé : "C’est moi Spartacus" ; la suite ne saurait tarder. Puis ? Les ingrédients sont tous là pour un charivari imprévisible : La crise économique, Israël, l’Iran, la Corée du nord qui vient de taper sur la table (?) sans compter l’Iraq (loin d’être réglé), l’Afghanistan (le printemps est déjà là) et encore la Russie et puis ... et puis ?


            • karlos karlos 9 mars 2009 15:37

              mettre le portrait de Chavez entre al bashir et kadafi,c’est d’un trèmauvais gout ! smiley 


              • faxtronic faxtronic 9 mars 2009 17:33

                exact, c est de l amalgame.


              • Jean-Luc Crucifix Jean-Luc Crucifix 9 mars 2009 19:35

                En tant qu’auteur de l’article, j’ai envoyé à Agoravox plusieurs photos libres de droit susceptibles d’illustrer l’article. Le choix, l’utilisation et la disposition de ces photos sont de la responsabilité de la rédaction d’Agoravox.

                Par ailleurs, l’article n’émet aucun jugement de valeur ni sur Chavez, ni sur Kadhafi, ni sur el-Bechir. Ce n’était pas son sujet. Mais partant de deux points d’actualité, dont l’un est purement anecdotique (le stade Hugo Chavez), il voulait mettre en évidence certaine dérive du droit et de la justice internationale.


              • abdelkader17 9 mars 2009 19:05

                Les mecanismes de contrôle de la pensée sont bien plus pernicieux dans les sociétés démocratiques que dans les dictaures,le droit d’ingérence visant désormais à légitimer des pratiques néo impérialistes est clairement devenu de l’impérialisme humanitaire.
                Nous assitons à une instrumentalisation de la justice internationale à des fins politiques, politique de dominations pour une vision et un partage du monde binaire, les bons l’occident et ses bons dictateurs(Suharto, Pinochet, Khadafi depuis son retournement de veste, Omar Bongo, Ben Ali,Moubarak....° et les mauvais , l’axe du ma,l c’est à dire tous ceux qui refusent le diktat occidental et sont coupable de non alignement sur washington et son supplétif Israelien.
                Chavez et une bonne partie des états sud américains ont ejéctés les états unis de ce qui était il y a encore peu sa chasse gardée, dans la droite ligne de la révolution cubaine, l’axe du mal se renforce, une excellente nouvelle à l’heure de la faillite géostratégique américaine et d’une débacle économique sans précédent.


                • phiconvers phiconvers 9 mars 2009 21:56

                  Article léger, subliminalement (je n’ai pas dit subtilement...) partisan, et au total plutôt inutile.
                  Que Béchir puisse un jour aller en taule, qui s’en plaindra ? Vous ? Bien sûr, il serait infiniment plus souhaitable que ce soit son peuple qui l’y balance.
                  Quant au satrabe libyen, comment osez-vous le défendre. C’est un invraisemblable mix d’autoritarisme, de compromissions, de corruption et de roublardise. 


                  • abdelkader17 9 mars 2009 22:59

                    Qui a rehabiliter le satrabe Lybien si ce ne sont les dirigeants occidentaux, preuve que leur discours sur les droits de l’homme c’est du bidon, ne comptent que les intérêts économiques, c’est la seule loi qui soit universelle.


                    • Matéo34 Matéo34 9 mars 2009 23:54

                      @ l’auteur.

                      Bonsoir,

                      Merci pour cet article "miroir" où l’on doit faire un efffort pour comprendre le point vue qui conduit à donner le nom de Chavez à un stade en Lybie.
                      Je suis pas un grand "fan" de Kadafi et de l’autre. Je ne vois pas leur réhabilitation comme le suggère certains.

                      Ceci dit, j’ai un point de desaccord : les droits de l’homme (j’entends par là ceux contenus dans la DUDH de 1948 par exemple) sont neutres étant le fruit d’un compris entre deux traditions juridiques. Là où je vous rejoins, c’est la mise en oeuvre et les raisons de la mise en oeuvre qui sont le fruit d’un rapport de force.

                      Bonne continuation.

                      Matéo 34


                      • jacques jacques 10 mars 2009 09:39

                        Je n’aime pas trop ces critiques larvées contre Kadhafi qui est quelqu’un de très bien ,il a même campé à Paris,heureusement que des justes comme Suharto sont reconnu après leur mort.Donc El bechir est bien coupable d’être aussi pourri que nos dirigeants...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès