Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De la triple illusion du G8

De la triple illusion du G8

Le pouvoir a toujours été une ingénieuse machination des acteurs, des conduites et des institutions, dont le mariage assure la pérennité de la fabrique de l’illusion politique. L’ utilité et le rôle du prince tiennent toujours plus ou moins des nécessités de l’utopie , de la logique des fantasmagories, des raisons du rêve. Le G8 n’échappe pas, hélas, à cette filiation aux chimères. Cette institution est la conjonction de trois illusions dont la ruse mystificatrice ne cesse de se moquer de notre entendement. 

C’est d’abord l’illusion quand aux idées. Elle est très vieille la croyance que ce sont les idées qui mènent  le monde. La barque de ce monde chaotique et houleux ne tiendrait pas sans le secours des idées. Combien de fois ne nous a-t-on pas rappelé que seules les idées ont du poids. Alors rien de surprenant à ce que les grands de ce monde se réunissent de temps en temps pour donner un bon coup de balai aux idées qui ne marchent pas trop bien(le crédit immobilier,les hedge fund,les programmes de retraite,les GES, la reconstruction de l’Irak, la relocalisation des détenus de Guantanamo, la couche d’ozone, les prix du pétrole…) et y aller de leurs propositions savantes quant à de nouvelles idées.C’est un dogme profondément enfoui dans les gênes de l’ homo sapiens, que cette totale soumission aux idées. Il y va du nécessaire primat de l’esprit sur la matière que les choses soient ainsi : si ça ne va pas, c’est que les idées n’étaient pas à la hauteur, alors rebrassons-les, échauffons ou réchauffons-les, agitons-les, en tout cas, jusqu’à ce que, comme disait l’autre, du choc des idées puisse jaillir la lumière. Le G8 est devenu le haut lieu par excellence de ce militantisme des idées. C ‘ est l’illusion tenace et implacable qu’il est encore possible de choisir, parmi les multitudes innombrables de peuplades et de civilisations de ces six milliards de têtes, celles dont les idées sont si excellenes, si justes, si admirables, qu’elles devraient gagner d’office le droit de les exporter et parfois même de les imposer au reste des habitants de la planète. Le G8 est fils de cette illusion double que non seulement il y a des idées qui devraient gouverner mais qu’ on peut les connaître, ces idées. Ils ne sont que huit mais ils ont la foi que les idées qui les habitent trouveront asile ou devraient le trouver sur toute la surface de ce sacré globe. Douce et irresistible illusion car il y a longtemps depuis que les idées qui dirigent ce monde ne viennent plus de l’occident.Longtemps depuis que le règne des idées (si jamais une telle chose a jamais été) est pour ainsi dire, morcelé, diffus, fragmentaire. Mais n’allez pas croire que c’est là une illusion gratuite et nulle. Au contraire, Elle participe de la nostalgie générale  d’un temps ou les anciens capitaines des grandes puissances – les Ferdinand,les Henry,les Colbert, les Richelieu, les Machiavel,les Léopold…mandataient des missionaires dans le but d’exporter au reste du monde, connu ou inconnu, l’excellence des lumières occidentales. Le reste de cette foi aveugle dans les idées, on en connait la suite. Depuis que le politique est devenu , dans la foulée des désenchantements modernes, le serviteur de l’économique, depuis que l’état est devenu l’otage des diktats économiques et des volontés des multinationales, bref depuis que les parlements sont devenus le prolongement politique du marchandage de la loi de l’offre et de la demande, le G-8 n’a plus su comment ébaucher les lois de sa nécessité, il n’a pas pu inscrire dans l’outillage mental des citoyens du monde la raison d’être de son mandat. Puisque de toute façon les aléas du pouvoir échappent aux politique, puisque de toute façon, bon gré, mal gré, ce que Microsoft, Rio Tinto, Adidas, et Co veulent, Dieu le veut, alors on ne comprend pas tout à fait pourquoi il était encore nécessaire de tromper l’électorat mondial par une démagogie supplémentaire de la bonne intention, par un nouveau protocole de légitimation condamné d’avance à jouer l’illusion.

Deuxièment, l’illusion quant au monde. L’anachronisme du G8 c’est qu’il repose sur la perpception aujourd’hui révolue d’un monde plein et entier,précis identifiable et homogène.Tout ce protocole de la photo de famille, toute ce rituel des amitiés n’est là que pour rappeler que le monde n’a rien perdu de son ancienne épaisseur, de ses contours rassurants de jadis. A l’heure ou les dieux ont fui le camp, le G8 se voudrait de jouer le nouvel Atlas portant le poids du monde sur son dos, défiant les terrorismes, confondant les messianismes. La petite photo de famille est là pour dire : regardez, rien n’a changé, les dieux ne sont peut être plus là, mais regardez, celui-là c’est toute la douceur millénaire de la France malgré la nervosité de sa constitution,celui-ci l’esprit même du faste italien,même au coeur de la mêlée générale, celui-là encore,reconnaissez-le, vous le savez, c’est la face amoureuse de cette Amérique si longtemps attendue,la faconde toujours ensoleillée par son optimisme contagieux… voyez le monde devant vous, le monde tel que vous l’avez toujours connu. Le G8 est donc devenu,de même que plusieurs institutions semblables, des tentatives illusoires de refonder le monde, de suspendre sa divisibilité, d’arrêter son effritement permanent, bref, de rendre à ce cher monde toute l’épaisseur qui faisait qu’hier encore il tenait malgré tout.Car il y a longtemps, que le monde dans lequel nous vivons ne passe plus ni par l’Élysée ni par Washington, encore moins par Rome ou Ottawa, pour investir ses nouveaux héros. C’était là tout le tragique sanglant du geste d’al-Quaida. C’est encore le sens d’une multitude de groupes, de mouvements, de coalitions et d’alliances de toutes sortes, parfois explicites, mais souvent très diffuses et souterraines, dont la clé de fonctionnement réside dans une algèbre hermétique aux valeurs déclarées des majorités électorales, à mille lieues des sommets internationaux de l’octocratique confrérie. Foucault en inaugurant le concept de micropouvoir n’aurait pas pu mieux cristalliser l’essence des nouveaux rapports au pouvoir. Le G8 est l’héritier d’une conception obsolète du pouvoir. Ou celui-ci émanait toujours d’un centre à partir duquel il se relayait ensuite dans la périphérie par des courroies bien identifiées et fortement investies. Ce monde là a disparu dans les cendres des tours jumelles. Aujourd’hui le pouvoir n’est plus concentré dans une instance privilégiée et précise. Il obéit à un mouvement irrégulier, difficile à circonscrire, loin des linéarités rassurantes, il épouse le contour abrut des migrations mondiales, il s’aventure sur l’abîme des langues oubliées, il côtoie les profondeurs meurtries des vaincus, il respire dans les antichambres chaotiques des associations d’étudiants, il court dans l’ombre discrète des réchappés des génocides, il s’appelle le mouvement altermondialiste, les associations de citoyens, les alliances écologiques, c’est l’initiative d’une célébrité qui ici défend une pétition ,c’est là la voix d’un activiste de la malbouffe qui vient de sortir un documentaire sur les aléas de l’industrie alimentaire, c’est là-bas le cri d’indignation d’une femme encore inconnue sur l’exploitation massive de la forêt amazonienne. Voilà les mutations dernières du pouvoir contre lesquelles la cravate impeccablement nouée d’un Berlusconi , la silhouette tirée à quatre épingles d’un Sarkozy ou le sourire optimiste d’Obama risque de basculer, sinon dans l’insignifiance, du moins,dans l’anachronisme.

Troisièmement, illusion quant aux hommes. Le G8 abuse de notre crédulité en nous demandant de croire que ces huit hommes (ou quelque soit leur nombre,) puissent véritablement faire une différence significative à l’échelle mondiale. Il est là pour nous dire : Voici ceux d’entre les mains desquelles les destinées de la planète demeurent, ce sont eux les heureux dépositaires de l’histoire, regardez-les bien. Et ils y vont de leur petit opéra tragi-comique,se serrant les mains, glissant par ici un mot à un diplomate, par là un sourire pour la postérité. Mais là aussi il y a longtemps que les hommes individuels n’ont plus aucun poids dans le cours de l’histoire.Les grandes entreprises historiques sont perdues pour l’individu et même quand ce dernier croit avoir joué une part significatrice dans un tel dessein il peut être assuré qu’il a été le jouet de puissantes forces obscures qui, pour des raisons connues d’elles seules, ont préféré se terrer dans l’invisibilité.C’est pour cela que l’image la plus juste du G-8 est celle d’un danse qui avance un temps d’un pas pour mieux reculer de trois la seconde d’après. Pas une seule de ses décisions, pas une seule de ses résolutions, qu’il n’a aussitôt fait de violer à répétitions, au grand dam des militants altermondialistes croyant avoir gagné au moins une bataille. Kyoto, Les détenus de Guantanamo, la fièvre du poulet, Gaza, les OGM, les fermiers de l’Europe, Kadhir, tous ses consensus achèvent au néant, tout ce qu’il resoud finit dans l’irrésolu, toutes ses conclusions se veulent par provision. Son échec porte la marque d’une suite répétée d’intentions bonnes qui se volatilisent aussitôt que matérialisées. Son échec est la tragédie des instances internationales ou le conservatisme d’un éléphant peut à lui seul noyer toutes les intuitions novatrices du reste. Le G8 c’est, repris à l’échelle des hauts lieux de la politique, l’un des paradoxes les plus déroutants de la théorie de la complexité, voulant que le tout n’est jamais la seule somme des parties. Souvent il se glisse à l’intérieur de ces dernières des asymétries tenaces, des alliances barbares, des dissonances étouffantes, des opacités infranchissables. Déjà les Castro, les Mao,les De Gaulle appartiennent à un monde qui n’a plus grand chose à voir avec le nôtre même si nous continuons encore de les vénérer.

Peut être bien qu’après tout, le monde s’en sort mieux avec le G8, peut être bien que les illusions sont nécessaires.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Ahlen Ahlen 13 juillet 2009 10:42

    Ce n’est, ni plus ni moins, qu’un exercice d’expression écrite sans contenu vérifiable ou mesurable. Bla bla bla.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 juillet 2009 10:45

      L’illusion de la générosité envers les pays pauvres.

      N’oublions pas non plus la générosité du G8 qui se propose d’accorder 20 Milliards de Dollars (5 par an pendant 4 ans ?) pour lutter contre la faim dans le monde.

      Question : S’agira-t-il de lutte contre l’insécurité nutritionnelle ou de lutte contre l’insécurité alimentaire ?

      Dans le premier cas, il ne sera procédé à aucun investissement productif ; juste de la distribution nutritionnelle (vitale, certes).

      Dans le second cas, il reste à espérer que les investissements réalisés seront effectivement plus productifs que ceux réalisés durant ces quarante dernières années : ces investissements passés ont été engloutis dans des stratégies financièrement déficitaires et suicidaires.

      Bis repetita placent ? ? ?


      • plancherDesVaches 13 juillet 2009 20:54

        Les promesses n’engagent que ceux qui les croient, c’est logique. Autrement, ils ne seraient pas politiques, mais responsables et pensant à leur pays. C’est un autre métier. Sans devenir dictateur, bien entendu. Mais là, bientôt, on aura du mal à éviter les saloperies populistes.
        Quand on voit ce qui se passe en Italie et en France....

        Bon, sinon, les articles de « presse » qui ont parlé de l’élargissement du 8 à 20, et de « chercher une nouvelle gouvernance » montrent bien que ces enculés de vassaux du pouvoir financier commencent à serrer les fesses.
        Il va falloir faire du terrorisme. Comme les salariés qui réclament une prime dérisoire avant de se faire virer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

voxclamentis


Voir ses articles







Palmarès