Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De New-Orléans à Obama : quand les digues cèdent

De New-Orléans à Obama : quand les digues cèdent

Pendant qu’on se demande à Paris si le président a vraiment pu être assez goujat pour écrire ce message, ne pouvant douter, hélas, que Le Nouvel Observateur l’ait été assez pour en potiner, le monde est en train de changer. Changer là où ça compte : à Washington.

Un jour, quand les futurs Michelet chercheront la date exacte de la fin de l’ère que nous achevons de vivre, ils penseront à la guerre en Irak, à l’effondrement encore à venir des marchés financiers... mais ils pointeront peut-être Katrina comme l’événement déclencheur. Vous vous souvenez de Katrina ?

New-Orleans a toujours vécu dangereusement. Iberville, Bienville, Laffite. Elle est née et a grandi dans une cuvette, 2 ou 3 mètres sous le niveau du Golfe, s’en remettant à des digues pour ne pas être inondée. Les digues ont tenu bon si longtemps, qu’on en est venu à croire que l’on était à l’abri des vents et marées. À l’abri des ouragans. Bien des experts ont dit, à maintes reprises, que New-Orleans était " une catastrophe qui ne demandait qu’à arriver", mais bof ! Est-ce qu’on arrête la fête, simplement parce que les experts ont des états d’âme ? Jazz, Bourbon, Julep, Easy City !

"Katrina" a passé et a fait céder les digues. Des milliers de morts et il est improbable que New-Orleans ne redevienne jamais ce qu’elle était. On peut reconstruire les édifices, mais on ne fera plus confiance à ces digues. On n’oubliera pas que, quand on en avait le plus besoin, elles ont été emportées par les éléments. On ne dort pas tranquille quand c’est une digue qui a déjà cédé qui vous protège. On se voit en dessous, avec toute cette eau par-dessus.

Des milliers de victimes à New-Orleans, mais la première dont il faut marquer le deuil, c’est la crédibilité de l’Amérique. Les États-Unis sont apparus comme un pays sans chef, un bateau à la dérive dont tous les officiers sont en goguette. A rêver jazz, bourbon, julep... ou Irak, Afghanistan, Al Qaeda, ce qui, quand le navire est en péril, est une distraction tout aussi condamnable. La crédibilité de l’Amérique n’est jamais redevenue ce qu’elle était.

On peut blâmer Bush, la FEMA, le gouverneur ou le maire, mais la réalité, c’est que tous ces gens et tous les autres autour d’eux, tous ces gens qui ensemble constituent l’ÉTAT se sont défilés devant Katrina. Sapée par les bêtises et le manque d’éthique de l’administration Bush, cette digue d’autorité et de compétence, qui doit protéger une nation, a simplement cédé. Quand on en avait le plus besoin, elle a été emportée par les événements.

Personne ne s’est préoccupé d’évacuer les Noirs de New-Orleans. On leur a dit de partir, puis l’on s’en est remis à la pensée magique. La pensée magique que QUELQU’UN, QUELQUE PART allait s’en occuper. Pas soi, un autre. Chacun a rempli le bout de rôle de sa description de tâche, puis s’est empressé de prouver aux médias qu’il avait fait sa part, mais personne n’a cherché une solution, personne n’a tenté de FAIRE quelque chose.

Peu de gens sont morts dans la tempête elle-même ; à 19 heures, on annonçait que le pire était passé ! Les digues ? Quelles digues ? Puis l’eau a monté et, pendant des jours, on a eu ce spectacle hallucinant de quelques hélicoptères rescapant quelques personnes sous les caméras de CNN, pendant que les autres crevaient. Alors que n’importe quel Indien de l’Amazone aurait pensé à construire des radeaux de fortune et à quadriller la ville en ramassant tout le monde. La haute technologie ne peut pas remplacer l’intelligence ; elle peut la faire oublier.

Pour le transport des réfugiés, personne n’a pensé à réquisitionner les autobus de la Greyhound. Pas plus que les taxis : ils n’ont jamais entendu parler de la Marne. Pas plus que de lancer un appel aux simples citoyens, lesquels conduisent pourtant bien plus d’un million de grosses voitures dans un rayon d’une heure de route de la catastrophe. L’auraient-ils fait, d’ailleurs, qu’il est bien improbable qu’ils auraient eu la compétence logistique de gérer l’opération. L’ineptie et la désorganisation de ceux qui sont intervenus après Katrina ont été stupéfiantes. L’Amérique a été incapable de gérer une simple distribution de cartes de débit.

Pour l’hébergement, personne n’a pensé à ouvrir les bases militaires, les écoles, les églises, les édifices publics. Personne n’y a pensé ou a-t-on simplement craint que tous ces Noirs et ces pauvres salissent les parquets ? Comme il semble bien que l’aient craint les citoyens de la petite banlieue bien blanche et proprette de Gretna, dont les policiers ont arrêté, les armes à la main, les rescapés noirs de New-Orleans qui voulaient se réfugier chez eux. Charité chrétienne ? Fraternité ? Simple humanité ? À la télévision, oui ; dans ma cour, non. Alors Superdome, Astrodome... le scénario des Rwandais sur les terrains de foot de Goma. On a violé et on a tué - toujours des Noir(e)s, bien sûr - dans les stades américains, pendant qu’une Garde nationale blanche rigolait et tirait des bouteilles d’eau dans la foule comme des bananes dans un zoo.

Alors, ce n’est pas seulement l’État américain qui a craqué. Ce sont tous les lieux communs, les a priori, les idées réconfortantes d’une Amérique compétente, riche, organisée et surtout SOLIDAIRE qui ont été balayés. Balayés à la face du monde entier. L’Amérique croyait avoir exorcisé les vieux démons du racisme, des inégalités de classe et de richesse ; elle croyait avoir convaincu le monde qu’elle l’avait fait. Mais l’Amérique bien pensante a réagi à la crise de New-Orleans avec arrogance, intolérance et une abyssale incompétence. Toutes les digues des formations réactionnelles soigneusement apprises et politiquement correctes ont sauté et l’Amérique a vu qu’elle vivait plusieurs mètres sous le niveau de la plus élémentaire décence.

Ce n’est pas tant l’Irak que Katrina qui a porté le coup de grâce à l’Amérique. Comment un citoyen américain noir, latino, autochtone peut-il aujourd’hui se sentir protégé ? Comment peut-on lui demander sérieusement d’aller se faire trouer la peau pour la patrie en Irak, alors qu’il a vu l’Amérique de l’individualisme et de la religiosité bigote l’ignorer totalement quand il en avait besoin ? Comment un Africain, un Sud-Américain un Arabe peut-il avoir du respect pour l’Amérique ? Même la dernière digue, celle de la crainte révérencielle de la puissance américaine a été battue en brèche.

Alors une idée a germé dans la tête du Noir Obama, une petite bestiole d’idée qui a essaimé dans la tête des autres Américains, noirs ou blancs, mais tous laissés pour compte par un système inique : les choses devraient changer. NOUS POUVONS CHANGER L’AMÉRIQUE.

Et aujourd’hui, contre toute attente, malgré la corruption, la manipulation, la décérébration programmée de l’Amérique, d’autres digues sont à craquer. Celles des préjugés et du cynisme. Ce n’est pas encore gagné, mais il est POSSIBLE qu’un grande vague d’eau propre, détournée d’un fleuve d’espoir qui n’a jamais tari, vienne nettoyer les écuries de l’Amérique. Obama.

Quand on aura accompli ce travail herculéen, quand une administration décente sera revenue au pouvoir, l’Amérique pourra reprendre le leadership des nations démocratiques. C’est sa dernière chance.

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 12 février 2008 10:53

    Bel article, Pierre, c’est en effet la crise de confiance qui mine nos sociétés et en France, il se peut bien que nous prenions le même chemin, comme l’indique un récent billet de Régis Debray dans le Monde


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 15:37

      @ Bernard Dugué : Je pensais aussi que la France était sur la même voie et qu’on allait vers un paysage Modem - Morem (?) dont toute alternative serait exclue. Si le modèle de pensée unique à l’américaine est revu et corrigé, toutefois, je pense que ce sera plutôt en France le modèle bien français d’une petite phase d’autoritarisme pour passer le torchon, suivi d’un retour à une démocratie frondeuse, mais somme toute assez efficace.

       

      Pierre JC Allard


    • tvargentine.com lerma 12 février 2008 10:57

      Franchement la politique américaine ne changera jamais c’est la même politique économique quel que soit le candidat d’un camp comme de l’autre

      Aucun interet de parler d’un sujet qui tourne autour d’un candidat ou de l’autre car vous semblez faire la même erreur d’analyse qu’en France,avec la candidature marketing de Ségolène ROYAL

      OU SONT LES IDEES ??????

       


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 15:43

        @ Lerma : Vous prèchez à un converti concernant le pareil au même de la politique américaine, mais le point que je veux apporter ici est que Obama peut justement être la "rupture" dans ce fonctionnement : le Mulet de l’univers "Fondation" d’Asimov.

         

        Pierre JC Allard


      • Traroth Traroth 12 février 2008 17:09

        "Franchement la politique américaine ne changera jamais c’est la même politique économique quel que soit le candidat d’un camp comme de l’autre (...) vous semblez faire la même erreur d’analyse qu’en France" : Ca y est, vous avez ouvert les yeux sur Sarkozy, c’est fantastique ! Je plussoie sans hésiter.


      • thirqual 12 février 2008 11:05

        Hier j’ai eu la chance d’écouter un prof de l’UC Davis parler des réactions aux catastrophes naturelles. Après nous avoir exposé les suites de septembre 2005 en Louisiane, avec les jours d’attente et l’absence de réponse coordonnée, il nous a exposé ce qui s’est passé le jour du séisme de 1906 à San Francisco. Une heure trente après les secousses et le début de l’incendie, l’armée entrait en ville avec des engins pour faire sauter des batiments (afin d’éviter la propagation du feu), avec des vivres, et pour réguler les déplacements vers les zones les plus sûres.

        Deux jours plus tard, oui deux jours seulement, des convois arrivaient avec du bois et des pierres de taille pour reconstruire. Avant même que l’incendie soit éteint.

        Et avec les débris ? ben en moins de 10 ans, les californiens ont rempli une lagune et construit des batiments pour héberger l’exposition Pan-Pacifique.

        Quelle classe, quel grand pays. Ya un siècle.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 15:49

          @ Thirqual : En effet et ça pourrait revenir. Il y a une vertu redemptrice qui demeure en Amérique qui est la parcellarisation de l’information jointe à une composante rebelle impossible à étouffer. Pays trop grand, trop disparate pour qu’on puisse vraiment l’asservir. On peut le rendre bête - c’est fait - mais pas docile... alors l’esprit peut renaître

           

          Pierre JC Allard

           

           

           

           


        • ZEN ZEN 12 février 2008 11:07

          L’après Obama va représenter le début des vraies difficultés : sortir du bourbier irakien, négocier la révolution énergétique du peak-oil, restaurer les impôts pour les plus fortunés, réduire la dette, sortir des mirages de l’american way of live...Il faudrait revenir à ce slogan de bon sens

          "In Reason we trust"


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:03

            @ Zen : Disons que le "pendant Obama" sera mouvementé. Choisir Obama est un geste irreversible, car si on veut vraiment changer les choses il faudra une bonne dose d’autoritarisme qui ne sera acceptée que sous le menace implicte d’un soutien populaire musclé... alors que si on ne les change pas, la frustration menera à un état d’insurrection permamente. Si on veut remettre le génie dans la bouteille, il faudra arrêter Obama AVANT qu’il ne prenne le pouvoir. Ironiquement, c’est une situation à la Chavez qu’on se prépare à créer aux USA !

            Pierre JC Allard


          • zamzam 12 février 2008 11:36

            @ Pierre JC Allard  :

            EXCELLENTE ANALYSE qui correspond tout à fait à la définition du journalisme par Albert Londres  : " Regarder ce que tout le monde regarde et voir ce que personne ne voit " .

            Félicitations pour la syntaxe , le vocabulaire , le style et le ton . Quel plaisir de vous lire  !

            La forme au service du fond , comme toujours dans vos articles . Profondeur , perspectives , rigueur et lucidité ................. .

            Vous avez un profil de viking . Auriez-vous une " parenté " avec Eric le Rouge qui découvrit le Vineland avant l’ expédition de Chritophe Colomb  ? ...........

            Très cordialement  ! ( Honni soit qui mal y pense )


            • zamzam 12 février 2008 11:38

              Rectificatif  : CHRISTOPHE ..... bien sûr .


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:06

              @ ZamZam : Attention Carla, IL nous surveille... Oui, la famille vient du nord et on passait les vacances en Normandie...

              Merci

              Pierre JC Allard


            • bernard29 candidat 007 12 février 2008 14:38

              article trés réducteur et orienté ( races, noir etc etc ...) .

              Pour ma part, le choix de la photo d’Obama laisse percevoir un inconscient à mon avis sounois et pour tout dire désagréable de l’auteur.

              Obama va casser la baraque et c’est un espoir formidable pour les USA. j’ai été trés Impressionné par le reportage de M6 ( dimanche en fin d’après midi) sur la campagne d’Obama qui lève un enthousiasme incroyable.

              Viva OBAMA. C’est la classe.


              • L'équipe AgoraVox L’équipe AgoraVox 12 février 2008 16:03

                La photo a été choisie par la rédaction par rapport à la référence aux eaux présente dans l’article.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:11

                @ Candidat 007. Mauvaise cible. Je ne fantasme pas sur les les pectoraux de Obama, c’est AV qui choisit les vignettes... et je ne suis pat toujours d’accord avec les modérateurs. Pour Obama et le changement aux USA je suis pour... Me suis-je mal exprimé ?

                 

                 Pierre JC Allard


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:14

                @ La redaction : S’il MARCHAIT sur les eaux, ça serait plus sympa... 


              • bernard29 candidat 007 12 février 2008 17:04

                Excusez moi pour la photo. je croyais que c’était votre choix. Mon appréciation va donc au comité d’Agoravox.

                Sur votre article, j’ai trouvé trés réducteur de laisser croire que l’acte déclencheur de la candidature d’OBAMA découlait de cette affaire de Louisiane ( même si c’est pour expliquer le racisme ambiant des autorités qu’a démontré cette affaire de katrina) .

                Parce que noir il a réagi !!!! ""Alors une idée a germé dans la tête du Noir Obama""

                Puis une confirmation de la thèse du vote communautaire pour OBAMA ; ""Comment un citoyen américain noir, latino, autochtone peut-il aujourd’hui se sentir protégé ? "" 

                Il semble donc que j’ai mal compris votre texte mais ça fait plusieurs articles que je lis sur la candidature d’OBAMA, ; ’("la soif de redemption des américains" sur le site de Libération par exemple,) qui sous couvert d’explications "raciales" essaient de discréditer la candidature OBAMA. 

                 


              • Anto 12 février 2008 17:14

                le communaritarisme americain exclue pourtant que ce type d’argument soit oublié. La discrimination positive fait partie des moeurs aux states et ce n’est pas un jugement de valeurs, mais bien un parametre de la campagne. Il y a fort a parier qu’un Obama blanc se serait fait manger tout cru par hillary Clinton. Vous ne pouvez adapter votre raisonnement franco-francais aux mentalites americaines qui ont une approche de la cohabitation des communautes a l’opposé de la notre.


              • logic 12 février 2008 21:42

                OUI une chance formidable non seulement pour les USA mais aussi pour e reste de la planète ! Qu’il fasse gaffe à sa peau elle ne vaut pas cher face aux milliards que détiennent certains qui vendent père et ^ère pour quelques poignées de dollars !Ils ont flingué JFK donc no problème pour eux qui de surcroit est black


              • logic 12 février 2008 22:06

                ANTO

                Pas tout à fait d’accord Les valeurs de l’humanisme ne sont pas américaines ou européennes mais universelles : le respect d’autrui qu’il soit riche ou pauvre noir ou blanc athée ou croyant dans la mesure où il est lui même respectueux des autres J’ai justement trop peur que notre civilisation soit influencée par l’idéologie américaine basée sur la façade et le pognon faisant voler en eclats les valeurs fondamentales de notre vieille civilisation


              • pissefroid pissefroid 12 février 2008 14:59

                Aussi loin que remontent mes souvenirs je suis un anti étasununien primaire (j’ai le souvenir des US go home peints sur les murs). Ce qui m’amène à penser que rien de bon ne peut venir des états-unis. Leur système politique est tel que le pouvoir est au main de groupes financiers et industriels. Je crois que le pouvoir politique n’a que la liberté accordée par l’oligarchie financière. Je suis donc beaucoup moins optimiste que le rédacteur de cet article.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:25

                  @ Pissefroid : Moi aussi et je partage votre scepticisme. Mais un jour, toutes les bastlles tombent. "Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre... " Et si ce n’est pas le 14, ce sera le 15...  "We shall never surrender" !

                  Pierre JC Allard


                • aquad69 12 février 2008 15:16

                  Bonjour Pierre,

                  ...Comment un Africain, un Sud Américain, un Arabe peut-il avoir du respect pour l’ Amérique ? Mais pas seulement ceux-là : les Européens bien blancs, les Slaves, les Chinois et tout le reste de la planète aussi, ainsi que les Américains eux-même.

                   Et l’on peut transposer ce mépris de la majorité de l’humanité à tout l’Occident moderne, dont l’Amérique n’est que le représentant et le "champion".

                  Maintenant, quand à penser que celà n’est dû qu’au fait que l’Amérique se soit fourvoyée dans un choix politique précis, et qu’elle puisse s’en relever un jour, j’en doute profondément.

                  Je crois au contraire que c’est une évolution logique, naturelle des choses, littéralement fatale, fruit de son histoire et des prétendues "valeurs" sur lesquelles elle est fondée, et que son gouvernement actuel est beaucoup plus un symptôme qu’une cause.

                  Mais celà est tout aussi valable pour les autres pays occidentaux en général, et pour la France en particulier.

                  Merci pour cet article brillant, auquel je souscris absolument.

                  Amicalement Thierry

                   


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:43

                    @ Aqua69 : Oui, l’Amérique, comme toute autre entité politique, est le produit des ses circonstances et les choix qui y ont été fait l’on été à partir d’une gamme restreinte d’alternatives. Aujourd’hui, justement, les circonstances ont changé et l’" évolution logique", de l’Amérique qui EST fatale, la conduit à une révolution. Une rupture avec le système individualiste/capitaliste qui a fait son temps et donc Obama pourrait être le symbole de gouvernance... ou une rupture avec la réalité elle même, par le déni : un repli vers l’irrationalité. Cette deuxième solution n’est pas aussi improbable qu’on pourrait le croire et transpararait déja dans le discours des candidats du Parti Républicain

                    Pierre JC Allard


                  • patrice patrice 13 février 2008 14:20

                    J’ai beaucoup apprécié l’article. Je pense que toutes les sociétés ont besoin d’évoluer. Quand l’évolution est bloquée, telle l’eau retenue par un barrage, il finit par y avoir explosion. Les blocages des sociétés US et françaises finiront nécessairement par sauter. Cependant, le quand ou le comment relèvent plus de la cartomancie (à laquelle je croie plus que modérément) que d’autre chose.

                    Rien n’est jamais écrit d’avance. Puisque vous aimez Asimov (ce qui nous fait un point commun), je vous rappelle que la "psycho-histoire" reposait sur des postulats qui ont étés invalidés.


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 16:54

                    @ Shawford : il faut choisir entre survoler ou approfondir. Sur un media citoyen, dépasser 1 200 mots peut devenir indélicat. J’ai un site où je vais plus loin... mais c’est un projet en marche. Pour en savoir plus sur Obama et son projet , heureusement, vous n’avez que l’embarras du choix : 18 millions de référence ce matin sur Google, il y en en aura plus demain...

                     

                     Pierre JC Allard


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 18:47

                     @ Shawford. Je vous remercie de ce que votre commentaire a de flatteur et je partage votre déception qu’on ne trouve pas plus mon site. Concernant Obama... et tout le reste de ce putain de monde qui tourne trop vite pour qu’on puisse suivre... Sur Nouvelle Société, je parle de SOLUTIONS touchant la politique, l’éducation, la santé, le travail, la justice.. je cherche les origines de nos problèmes, des explications,... j’ajoute quelques observations . Concernant la politique américaine je ne puis jouer que ce rôle d’observateur. Ne pouvant touiller la soupe, je me contente de mettre mon grain de sel. Et j’ai bien hâte de voir quel goût elle aura

                    Pierre JC Allard 


                  • anuck 12 février 2008 15:26

                    @ Bon article mais vous révez tout haut.

                     

                    Que ce soient les Démocrates où les Républicains, c’est blanc-bonnet, bonnet-blanc. Il n^y a qu’un seul parti aux States, c’est le parti des entreprises. Il y en a un qui est un peu plus social que l’autre et l’autre un peu plus libéral dans ses choix. Le seul rêve des américains c’est le $. Et quelle que soit le résultat de l’élection, il y aura toujours la recherche de l’indépendance énergétique et donc la continuité de conflits armés.

                     

                    Vous qui êtes un Québécois et je suppose un "pure laine tricoté ben sérré" vous vivez, vous respirez votre grand voisin, vous les connaissez parfaitement et je m’étonne que vous puissiez penser cela.

                     

                    Dans un sens cela me ferait plaisir que vous ayez raison, mais moi, je ne rève plus.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 17:00

                      @ Anuck : J’ai des douzaines de textes, certains en ligne depuis plus de 10 ans, qui expriment le même scepticisme. Je dis simplement que la conjonction d’une foule de circonstances politiques et économiques crée avec Obama, MAINTENANT, une "moindre improbabilté" que le système déraille. Il n’est pas interdit de rêver.

                       Pierre JC Allard


                    • Le péripate Le péripate 12 février 2008 15:33

                      La critique, pour être efficace, a besoin de l’appui de la pédagogie des catastrophes sans quoi elle a toute chance de rester inaudible.

                      Bonne chance à Obama...


                      • coati coati 12 février 2008 15:51

                        @ l’auteur

                        Cela n’est jamais dit explicitement, mais il transpire dans votre article que parce-que cet homme est noir sa politique, s’il est élu, s’annonce comme celle du changement. Sous-entendu en positif.

                        Premièrement, cet homme est autant noir que blanc puisqu’issu d’une union mixte.

                        Deuxièment, je ne pense pas que la politique américaine se résume à un homme. Elle s’inscrit dans une tradition politique qui dépasse largement le cadre d’un simple mandat présidentiel.

                        Troisièment, oui cet homme est sympathique. Moi aussi un président américain métis, fils de musulman, cela me donne inconsciement de l’espoir, dans un pays qui a longtemps pratiqué une ignoble ségrégation contre les noirs et dont l’actuel establishment prône la guerre des civilisations et ravage l’Irak, qui est, je le rappelle au passage, le berceau de la civilisation occidentale.
                        Inconsciemment, on l’associe à une victime donc à un humaniste en puissance. Mais attention à l’idéalisme. Et puis un homme même armé des meilleurs intentions peut être aussi dangereux qu’un homme mauvais. Il n’y a que la justesse de ses choix qui comptent.

                        N’oublions pas notre 18ème siècle et son esprit critique tout en nuance et en complexité. Bon d’accord ça se prêt mal à l’ecriture d’article. Mais cela évite de trop s’écarter de la vérité.

                        Malrgé ces critiques j’ai apprécié l’article.


                        • coati coati 12 février 2008 16:05

                          Cela dit, venant de lire à l’instant sa bio, je comprends qu’on puisse se laisser aller à l’optimisme quant à son éventuel élection etant donné son ouverture culturelle très marquée  : enfance africaine, éducation musulmane, père noir kenyan musulman, mère blanche chrétienne agnostique.


                        • coati coati 12 février 2008 16:10

                          Je me suis trompé sur un point. Il n’a pas vécu en Afrique mais en Indonésie.


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 17:23

                          @ Coati : Obama n’incarne pas le changement parce qu’il est noir. Il utilise simplement avec habileté sa différence, comme Hillary utile le fait d’être femme, McCain celui d’etre un vétéran et Huckabee son staut de preacher fondamentaliste. L’Amérique est un pays de clientélismes - plus ou moins - discrets. Avec 88% d’intentions de vote, Obama contrôle seulement mieux sa clientle que les autres.

                          Dangereux ? Evidemment ! Il n’en serait pas là s’il n’avait pas fait les bons paris et accepté les nécessaires compromissions. Mais il est là. Il est clair que certains le soutiennent parce qu’Ils croient pouvoir le manipuler... mais on verra après qui a manipulé qui... Et dans la situation actuelle, brasser la cage dans n’importe quel sens est mieux que de ne pas vouloir y toucher.

                           Pierre JC Allard

                           

                           

                           


                        • Michel Maugis Michel Maugis 13 février 2008 03:30

                          McCain celui d’etre un vétéran

                          Non seulement Mc Cain joue au vétéran, mais il veut jouer à la victime qui a été torturé par des méchants cubains au Vietnam.

                          On devine le niveau moral du personnage pour sortir des calomnies qu´il serait incapable de prouver.
                          .
                          Ce qui a poussé Fidel à "s´ingérer" légitimement dans les élections US.
                          On remarquera le ton très mesuré de Fidel et son élégance pour montrer que c´est un mensonge.

                          J´attends les autre parties.

                           

                          REFLEXIONS DE FIDEL CASTRO
                           
                          LE CANDIDAT RÉPUBLICAIN
                           
                          [(Première partie)->http://www.granma.cu/frances/2008/febrero/lun11/reflexiones.html]
                           
                          Ces réflexions s’expliquent d’elles-mêmes.

                          Au cours du déjà fameux super-mardi, un jour de la semaine où de nombreux Etats de l’Union choisissent le candidat à la présidence des Etats-Unis de leur préférence au sein d’un groupe d’aspirants, l’un des candidats éventuels à la substitution de George W. Bush pouvait être John McCain, pour son image préconçue de héros et son alliance avec de puissants candidats comme l’ancien gouverneur de New-York, Rudy Giulani, et d’autres qui lui ont cédé avec plaisir leur appui. « Je sais que je sais tout. »

                          [deuxième partie ->http://www.granma.cu/frances/2008/febrero/mar12/R&Eacute ;FLEXIONS-12feb.html]
                           
                          Fidel Castro Ruz
                           

                           

                          Michel Maugis


                        • Michel Maugis Michel Maugis 13 février 2008 03:35

                          Excusez voici les liens au sujet de Fidel sur Mc Cain

                          Première partie

                          Deuxième partie

                           

                          Michel Maugis

                           


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 février 2008 18:19

                          @ Michel Maugis : Merci de répandre la bonne parole.

                          Pierre JC Allard


                        • Traroth Traroth 12 février 2008 16:27

                          Je partage vos constats sur toute la ligne. Personnellement, je n’ai jamais changé d’avis sur les Etats-Unis, mais j’ai vu énormément de gens rejoindre le mien. Par contre, au niveau prospectif, je ne suis pas certain que les Etats-Unis puissent changer. Ce n’est pas la première fois qu’on essaye. Qu’est-il arrivé au seul président non-wasp, déjà ?


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2008 17:42

                             @ Traroth : Vous pouvez ajouter que Johh-John Kennedy a péri dans une accident d’avion qui a fait hausser bien des sourcils. Sinon, il serait peut-être cette année le candidat démocrate à la Présidence.

                             Pierre JC Allard


                          • Traroth Traroth 12 février 2008 17:54

                            N’ayant aucune information sur cette histoire, je ne me prononcerais pas. Mettons qu’assassiner quelqu’un parce que dans un avenir lointain, il pourrait être candidat à la présidentielle me parait un peu tiré par les cheveux, même s’il est le fils Kennedy et qu’il se promenait sous la table de son père sur une photo célèbre.... Mais rien n’est impossible, je vous l’accorde...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès