Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De Sim City à Sin City

De Sim City à Sin City

Le tragique viol d’Alexandre Robert par trois natifs des Emirats (deux anciens détenus dont un porteur du HIV)* ne fait qu’ajouter à un profond malaise : en essayant de se faire chaque jour plus belle, la nouvelle perle du Moyen-Orient parvient régulièrement à faire ressortir les éléments les plus disgrâcieux de son vrai visage.

Un vol de nuit pour Dubai offre d’entrée ces saisissantes images : fendant la nuit noire du désert, d’interminables autoroutes rectilignes, vides de tout trafic et jalonnés de puissants éclairages tous les vingt mètres. Ici, on ne regarde pas vraiment à la dépense pour l’énergie. Ici, des infrastructures ne se jugent pas sur des critères de rentabilité.

Il est minuit, et c’est l’heure de pointe : l’aéroport bondé d’une foule cosmopolite s’avère un "mall" assez quelconque... n’était cette noria de limousines rutilantes s’activant pour recueillir des touristes dont on recherche moins le portefeuille que quelques heures d’attention et la promesse de revenir gonfler les statistiques du tourisme. Car Dubai a l’ambition de devenir un hub et une destination en soi, pas le simple Anchorage des temps modernes ; cette étape forcée et sans grand intérêt des voyageurs au long cours.

Le pari est d’ores et déjà gagné sur les mers : tous les porte-conteneurs de la terre connaissent ce carrefour entre Orient et Occident où le pirate côtoie l’armateur, le raider, le trader et l’infidèle l’intégriste. La partie semble également bien engagée sur le front touristique grâce aux investissements colossaux consentis par la famille régnante et ses bras armés (il en faut pour porter des chéquiers en or). La compagnie Emirates, au départ la danseuse d’un grand voyageur désireux de circuler sur sa propre flotte, s’est imposée comme le fer de lance de l’ouverture au monde ; une formidable machine à drainer l’étranger vers une destination caméléon s’adaptant à tous ses désirs. Plus besoin d’aller faire son shopping à Paris, Londres ou New York, plus besoin de pousser jusqu’au Pacifique pour profiter des cocotiers, plus besoin de gagner Vegas pour se voir proposer toute une palette d’hôtels à thème...

Alors que l’élite redécouvre le vrai sens du mot "luxe" dans des sites authentiques et préservés du tourisme, Dubai réinvente le luxe pour les masses en se lançant dans une course au superlatif : premier hôtel sept étoiles au monde (le Burj Al-Arab, une voile futuriste dressée sur la mer mais une décoration intérieure à vomir), premier hôtel sous les mers (Hydropolis), premiers paradis artificiels (The Palm, The World...), premier désert parc d’attractions (Ski Dubai, circuit de F1, Universal Studios...), et bien sûr première véritable tour de Babel (Burj Dubai et ses presque huit cents mètres).

Si le modèle économique convient parfaitement aux grands noms du luxe qui ont depuis longtemps élargi leur base de clientèle, l’Emirat lui-même n’est pas certain de s’y retrouver à terme. Bien sûr, la stratégie de diversification fait totalement sens compte tenu de l’assèchement de la rente pétrolière (désormais 10% des richesses), et le nouveau hub financier draine suffisamment de capitaux et de voyageurs haut de gamme pour amorcer la pompe... mais la logique de masse repose toujours essentiellement sur du sable**, et les cohortes de nouveaux riches Chinois ou Russes finiront bien par se lasser des robinetteries en or. Par ailleurs, les fantaisies architecturales commencent à sérieusement dégrader l’environnement : personne ne se plaint de l’air conditionné glacé à tous les étages, mais quand une plage s’affaisse de deux mètres en une nuit, ça finit par se voir.

Les recettes à venir ne sont donc pas encore acquises. Et question dépenses, il convient de revoir l’image d’Epinal de l’émir jetant les rouleaux de billets verts par la fenêtre : ce beau rêve se construit par des petites mains importées d’Inde ou du Pakistan, privées de leur passeport à l’arrivée, parquées dans des dortoirs sordides et payées au lance-pierres... des centaines de milliers de bons musulmans dont certains contribuent depuis des décennies au succès national sans espoir d’obtenir la nationalité.

Difficile de croiser un "local" d’ailleurs. A part cette vieille sous sa tente avec ses deux chèvres loin de la ville, à part ce quadra exhibant ses trois épouses dans un grand restaurant (deux trentenaires fusillant du regard la troisième, la quinzaine à tout casser), à part ces fantômes couverts de noir des pieds à la tête rasant les murs dans quelques beaux quartiers. Et même ces clichés ont vécu : la Vegas du Moyen-Orient investit désormais dans la Mecque de la débauche occidentale (Dubai World vient de prendre 20% du MGM Mirage).

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Dubai, et cela rejaillit même dans la presse anglophone locale, pourtant surveillée de près. Si les rubriques petites annonces et chiens écrasés reflètent la vie quotidienne, alors celle des communautés étrangères les plus démunies donne froid dans le dos : les appartements se refilent uniquement d’hommes à hommes, de la même communauté et même de la même région, les victimes de délits se font plus sûrement expulser que leurs auteurs, et précarité comme désespoir invitent régulièrement la violence aux réjouissances. Ne cherchez pas plus loins les prochains foyers du fondamentalisme.

La ville de Dubai existe-t-elle vraiment ? Est-elle un mirage, une partie de Sim City qui a dérapé ? Tout sonne faux, à part peut-être ce vieux port plein de vie où les marins de la région vous accueillent avec un sourire non feint. Leur embarcation bleue a visiblement essuyé quelques coups de tabac, mais elle a plus d’âme que ces colosses de verre poussant comme des champignons alentour.

Les dirigeants de l’Emirat l’ont prouvé : il ne sont pas dépourvus de vision stratégique. Ils seront bientôt condamnés à prendre des décisions structurantes autrement plus complexes que celles qu’ils ont prises jusqu’à présent. Il y sera question d’humains plutôt que de béton, mais au final on parlera bien du ciment de la nation.

* boycottdubai.com, nytimes.com/2007/11/01/world/middleeast/01dubai.html.
** Abu Dhabi jouant une carte sensiblement plus haut de gamme (cf. universités et musées)
Article original : "Dubai - de Sim City à Sin City"


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 2 novembre 2007 08:39

    bravo pour l’excellent titre !


    • manusan 2 novembre 2007 10:17

      bravo @ l’auteur, je suis passé 2 fois aux Emirats (Dubai et Abu-dhabi), c’est exactement ça.

      Ce qui m’avait aussi étonné, ce sont les nombreuses banques, société pétrolière et assurances iraniennes. Difficile de croire que l’Iran est sous embargo sur toutes les transactions commerciales et financières depuis 1995.

      Le plus incroyable, ce sont le montant des investissements, quand on sait que le territoire est une vrai poudrière avec au sud-ouest les saoudiens fondamentalistes et au nord les Iraniens toujours en litige territoriaux depuis 1971. 2,3 bombes et tout fout le camp.


      • stephanemot stephanemot 8 novembre 2007 08:48

        En fait, Dubai exploite au mieux la fenêtre de tir offerte par ses voisins plus ou moins directs. Des pays comme l’Egypte et Israël envisageaient depuis bien plus longtemps de devenir le hub touristique de la région mais sont régulièrement frappés par le terrorisme. A terme (lequel, c’est une autre histoire), le calme finira bien par revenir dans la région.

        Dubai joue la montre mais l’exception EAU ne devrait pas durer bien longtemps. Tant que l’Emirat se contentait de servir de refuge neutre en conservant un profil bas, tout pouvait passer... mais en choisissant un modèle aussi extrême, Dubai expose une surface radar maximale.


      • WOMBAT 2 novembre 2007 10:18

        C’est bien écrit, intelligent et goûteux.


        • Pug 2 novembre 2007 22:50

          Je n’aurai pas dit mieux en si peu de mots. Merci à l’auteur


        • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 2 novembre 2007 11:23

          Rien à redire sur ton article Stephane. Très bien écrit et très détaillé. Dubai est condamnée à court ou lang terme à la déchéance. Quand bien même ses réserves sont supposées importantes, le pétrole ne sera pas éternel. Sa production pétrolière quant à elle serait fortement en baisse : 100.000 bps - barils par jour contre 400.000 en 1991 (source : oleocene.org)


          • JL JL 2 novembre 2007 14:10

            Bel article. Je ne connaissais pas ce « fait divers ».


            • Bill Lumbergh Bill Lumbergh 2 novembre 2007 20:17

              Merci pour cet article. Je n’avais pas non plus entendu parler de ce sordide fait divers.

              En ce qui concerne ton analyse, pour y avoir vécu j’aimerais te demander selon toi en quoi Dubaï diffère des autres destinations touristiques ? Plus artificielle ? Je ne pense pas. Moins sûre ? Honnêtement je ne pense pas non plus. Plus débauchée ? Alors là pas du tout.

              Mais si vous êtes trop effrayé par le côté artificiel, je vous conseille un tour au sultanat d’Oman, frontalier des Émirats : une perle d’authenticité naturelle et d’architecture êlant admirablement modernité et tradition.


              • stephanemot stephanemot 8 novembre 2007 08:36

                Bonjour,

                Le tourisme est une arme a plusieurs tranchants. Dubai qui ne bénéficie pas d’une culture « en dur » très développée et avant de sombrer dans le matérialisme à tout crin, ses traditions reposent beaucoup sur l’immatériel ; une culture sans doute très riche mais encore plus difficile à préserver.

                C’est d’autant plus frustrant de ne pas pouvoir aller à la rencontre des rares natifs. Il y a tant de belles choses à voir et à faire dans la région et Oman vaut sans doute le déplacement.

                Mais comme pour Vegas, Dubai constitue une expérience utile si l’on conserve un minimum de distance. Ne serait-ce que pour comprendre ce qui peut arriver lorsqu’on pousse une logique à fond (et à fonds ?).


                • stephanemot stephanemot 8 novembre 2007 08:38

                  merci manusan.

                  épisode assez révélateur...


                • claude claude 6 novembre 2007 12:28

                  mais que fait « super nico » ??? smiley  smiley

                  pas grand chose, puisque le fils de l’émir de dubai a intégré une de nos prestigieuses écoles militaires (je ne me rappelle plus de laquelle) et qu’il a défilé à ce titres sur les champs élysées le 1’ juillet dernier... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès