Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Déclin US et guerre mondiale

Déclin US et guerre mondiale

Les USA traversent la crise systémique qui frappe l’Occident. L’enrichissement des plus riches provoque l’appauvrissement des plus pauvres, car tel est le contexte de cette crise : le capitalisme est hors contrôle, il impose lui-même, en tant que système, ses propres lois qui le contraignent à s’autoalimenter au détriment des couches sociales paupérisées par le chômage et la compression des salaires. Le capitalisme, s’il devait perdurer, accroîtrait cette tendance. Ce qui est tout bonnement impossible.

Aussi, comme en Europe, assiste-t-on à une hyper droitisation de la classe politique et d’une frange de la population. Hyper droitisation qui consiste en une fascisation de l’appareil d’Etat, tout entier au service de ce que l’on appelle le complexe militaro-industriel.

Si l’on ne prend pas en compte l’Histoire même des Etats-Unis, on ne peut pas comprendre son évolution jusqu’ à aujourd’hui. Les USA se sont bâtis sur un génocide et sur l’esclavage. Ce génocide et cet esclavage, assortis d’un racisme virulent, sont le fait, d’abord du peuple, ensuite de l’Etat. Peuple et Etat étant co-responsables de l’un et de l’autre. Et même, co-coupables.

Les USA, comme toute nation, se sont écrits un roman national et se sont inscrits dans un système d’autoreprésentation qui part de la conquête de tout un territoire aux dimensions d’un sous-continent. Si la naissance du pays se fait au nom de l’indépendance et de la liberté, celles-ci ne concernent que la communauté des colons blancs, en excluant les populations amérindiennes et noires. Comme Israël se définit comme la Terre promise au peuple élu, l’Amérique est la Terre promise au sens protestant du Nouveau Testament. Le peuple élu est au départ le peuple des colons protestants ayant fuit les persécutions religieuses en Europe.

Les USA se vivent comme un vaste territoire à prendre, à cultiver, à fructifier. Point d’ascendance, point de titre de propriété. Tout individu peut s’enrichir en devenant propriétaire. Les populations, venant de sociétés lourdement hiérarchisées socialement, constatent, entre elles, une égalité sociale qui amplifie le sentiment démocratique.

Toutes ces données, proprement inédites dans l’Histoire des sociétés humaines, fournissent tout un appareillage mental d’autoreprésentation nationale et de mythification de cette représentation. Forte de l’idée que cette nouvelle nation a vocation religieuse à éclairer le monde, sa propension à l’impérialisme mondial lui est comme une évidence. Cette société apparemment sans classe, sans Histoire ni mémoire, sans pesanteur des vieilles sociétés, bénéficie d’une liberté d’action dans ses frontières, quant à son développement, et hors de ses frontières, pour ce même développement, essentiellement économique.

De fait, les USA, dès leur création, entrent dans le capitalisme et l’industrialisation. Et très rapidement, l’idée capitaliste de l’accaparement des richesses s’impose. Fondée sur la réalité de l’espace vital à combler, sur l’élimination physique de peuples préinstallés, sur l’importation massive d’esclaves, cette nation, convaincue de son rôle messianique, verse dans l’impérialisme le plus brutal.

Le néoconservatisme précède et succède au nazisme. Loin d’avoir eu à théoriser le génocide et la supériorité de la race, la nation américaine s’est fondée dans la pratique du génocide et de l’esclavage foncièrement raciste. Dès 1918, à Versailles, les USA se hissent au niveau de leadership, leadership qui sera absolu en 1945.

Aujourd’hui menacé par sa propre crise, le capitalisme US continue follement à accélérer ses contradictions. Celles-ci le mènent soit à sa propre perte, soit à la seule issue possible : la guerre mondiale.

Ecrit par Yapadaxan pour Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/01/27/declin-us-et-guerre-mondiale/


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 31 janvier 2012 11:38

    Effectivement, et de tous temps, la guerre a été une issue à une crise intérieure, économique ou politique. Ce processus a été largement utilisé par les USA et d’autres.

    On se rappelle qu’ils sont les grands bénéficiaires de la deuxième guerre mondiale qui a ravagé la moitié de la planète. Leurs usines ont tourné à plein, pendant qu’ils vendaient d’énormes quantité d’armement aux alliés. Une première fois (?) les USA ont appris à fonctionner avec l’endettement des autres pays. Ils ont continué de la sorte.

    Après l’invasion Irakienne, dont le but n’est toujours pas clair, on nous prépare intensément à une nouvelle guerre contre l’Iran, voire la Syrie en les diabolisant et manipulant l’information. Une nouvelle fois, les usines vont tourner à plein, les ouvriers avoir du travail, et les actionnaires des multinationales gagner des milliards.

    Et l’effondrement économique, comme la remise en cause du « système en place » passera au second plan.

    Il est grand temps d’ouvrir les yeux sur les crimes à répétition de « l’Empire » pour lequel des millions de vies sacrifiées n’ont aucun intérêt...


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 1er février 2012 19:46

      C’est bien les citoyens commencent à ouvrir les yeux !

      La vérité si ils mentent !? Vers la 3ème guerre mondiale...


    • Aldous Aldous 31 janvier 2012 12:14

      Article synthétique et intéressant.

      A mon goût il manque quelques points de repère financiers et intellectuels :

      - La panique des banquiers de 1917 qui a donné une légitimité politique à J.P. Morgan et ouvert la route à la privatisation de l’émission de la monnaie américaine.
       
      - La naissance de l’idée d’un Nouvel Ordre Mondial instaurant un gouvernement unique vers 1930 (H. G. Wells, C. Streit,)

      - La stratégie du chaos appliquée à l’épuisement du pétrole et à la guerre non conventionelle. Vers 1970 (Club du Rome, Brzezinski, Kissinger)


      • lemouton lemouton 31 janvier 2012 17:37

        à —> Aldous et Alpo47

        merci pour vos écrits qu’hélas, je ne plusser qu’une fois.. smiley


      • lemouton lemouton 31 janvier 2012 17:55

        Tiens !?!?! ... on a moinssé mon message précédent ..smiley

        J’ai du dire quelquechose de mal sur un forum, par là ; et y en a un (une), voir même plusieurs qui ont la rancune tenace.... smiley

        et si je ne dis que « Bonjour.... » vous moinssez aussi ??  smiley


      • DSKprésident 31 janvier 2012 18:20

        Article intéressant, qui néanmoins nous laisse un goût d’inachevé.

        L’oligarchie Financière internationale (WASP et sioniste), basée en ce moment à Wall Street est en train de prendre tous les pouvoir via l’endettement des Etats occidentaux, et nous emmène vers leur DICTATURE, celle du NOUVEL ORDRE MONDIAL.

        Les Obama, Sarkozy et autres politiques sont justes leurs marionnettes qu’ils dirigent « behind the scene » (sic).

        Les moments clés de cette concentration des pouvoirs :

        - ACTE 1 : 1913 : création du cartel privé (FED) qui vole aux USA le pouvoir exhorbitant de création monétaire
        - 1973 en France
        - ACTE 2 : début des années 90 : création de l’UE pour mettre tous les pays de l’UE sous leur coupe et leur dépendance (nouvelle marche vers le NOM)
        - ACTE 3 : 11-sept 01 : attentas sous faux-drapeaux servant à valider les guerres contre les pays arabes que l’Empire Oligarchique veut aussi soumettre par la force (et non par la ruse comme pour l’UE).

        Les nouvelles guerres en préparation contre la Syrie et l’Iran sont dans leurs plans depuis plus de 10 ans. Les prétexte humanitaire et nucléaire sont aussi bidons que l’incendie du WTC7 qui a fait s’écrouler cette tour...

        La suite ?
        Il y a plusieurs scénarios :
        - le pire : la 3eme guerre mondiale
        - la plus soft : neutralisation des Oligarchies occidentale et russo-chinoise, et poursuite du déclin de l’occident
        - ou d’autres scénarios n’étant qu’un mixte des 2 premiers.

        Un écroulement brutal de la finance mondiale n’est pas non plus à exclure...

        Lisant des projections sérieuses, on arrive néanmoins à des choses comme : préparez des réserves, refaire un potager, acheter de l’or si vous avez des économies...

        Début novembre 2011, Sarko a fait voté une loi obligeant tout acheteur d’or en France de se déclarer (adresse certifiée, etc...). Cela rappelle FD Roosevelt qui avait fait confisquer tout l’or des petits épargnants lors de la crise de 29 !


      • lemouton lemouton 31 janvier 2012 18:57

        à DSKprésident

        je pense que vous êtes trop réservé dans vos prévisions.. peut être par une sourde crainte, comme pour tous, d’infléchir le destin vers le mal.. smiley
        mais quand vous écrivez

        —> Un écroulement brutal de la finance mondiale n’est pas non plus à exclure... —> moi, je le pense inéluctable, car ils sont peut être une oligarchie financière, mais n’ont aucune considération entre eux et se boufferont comme des loups.. smiley

        ---> Il y a plusieurs scénarios :—> c’est possible, mais ils n’ont pas tous la même probabilité, et malheureusement ...

        —> - le pire : la 3eme guerre mondiale —> et moi je la pense très... très.. disons possible, car je n’ose utiliser le mot proba**.. smiley


      • Aldous Aldous 1er février 2012 10:04

        La ruine de la finance est inévitable du fait de sa capacité a détruire les sources de richesse, c’est a dire le tissu industriel et la société de classe moyenne.


        Malheureusement cette élite a scenarisé cette crise depuis le club de Rome et les requins se sont mis dépecer l’industrie des 1990 en prévision de la fin des haricots histoire d’être le dernier a survivre et être en mesure de régner sur l’ordre nouveau qui émergera après la catastrophe. 

        La 3e guerre mondiale est déjà commencée depuis la Yougoslavie et les révolutions colorées mais il n’y a pas d’alliance d’un coté, c’est pourquoi ces pays isolés sombrent les uns après les autres dans la guerre ou dans des révolutions et sont annexés a l’empire atlantiste.

        A quoi reconnait on un état de guerre furtif ?


        L’effort de guerre fait exploser la dette souveraine.

        Les médias sont aux ordres.

        La démocratie est suspendue.

        La pensée devient binaire (bien contre mal, civilise contre terroristes)

        L’état d’urgence est décrété (depuis 10 ans aux USA)

        Il n’y a plus de séparation entre affaires civiles et militaires (l’armée est autorisée a maintenir l’ordre aux USA, La gendarmerie et la police sont fusionnes en France, autorisation des armes de guerre dans le maintien de l’ordre)

        Les citoyens sont fliqués (biometrie, fouilles, écoutes, geolocalisation, fichiers de renseignement)

        Les étrangers sont mis en camps de détention ...







         



      • Aldous Aldous 1er février 2012 16:58

        merci lemouton

        Visiblement y’en a qui n’aiment pas...

        Tant pis.


      • eric 31 janvier 2012 12:48

        Bon, on va commencer par le debut : 1+ ! = ?

        Au moment ou les pays « riches » connaissent un deficit de croissance par rapport aux pays emergents, ou les "riches individuels des riches collectifs sont retrogrades dans les classements mondiaux par rapport aux riches des pauvres, comment peut on encore ecrire de telles inepties ? Si tous cela avait le moindre commencement de logique, les EUA n’auraient jamais du passer de 50 a 21% du PIB mondial en 60 ans.....


        • Scorsonère noire géante de Russie 31 janvier 2012 13:07

          Beaucoup d’idéologie dans cet article, et peu de faits. Bof...


          • lemouton lemouton 31 janvier 2012 17:32

            Pour moi —> Tres bon article, vous m’avez enrichi..

            Votre décryptage, de la construction de la psychologie « yankee », est dés plus édifiant..

            merci... smiley


            • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 19:10

              Les USA traversent la crise systémique qui frappe l’Occident.
              Disons plutôt, les USA ont exporté leur crise à la partie du monde qu’ils dominent et contrôlent.


              • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 19:16

                Pour avoir vécu des années aux États Unis, et si je peux me permettre une synthèse en une expression qui caractériserait la personnalité de ce peuple, donc en faisant une généralisation absolue, je dirais que ce qui m’a le plus troublé dans ce pays est le caractère hystérique de ses habitants. C’est un pays où les sentiments débordent, contrairement à ce que l’on croit. Il y a une incandescence qui n’existe nulle part ailleurs et cela se voit aussi dans l’approche politique.

                Les gens dans ce pays sont politisés, tous azimuts. Les États Unis ne sont pas Hollywood. Le lissage et l’aseptisation n’existe que sur les écrans et dans les salons lambrissés. Les États Unis sont un pays du tiers-monde, dans un état de délabrement avancé. Ça a toujours été. La richesse y est très localisée et concentrée (gated communities, par exemples). Ce pays n’est pas un pays sans classes sociales comme le prétend l’auteur mais où le clivage riche / pauvre est impressionnant.

                Ce pays sur armé se dirige vers une guerre mondiale. Il n’a plus le choix. Il vit encore dans le mythe de la guerre régénératrice.
                Ce qui va se produire est un déferlement de violence hors ses frontières qui a déja pris forme avec l’aire Bush, violence qui est endémique et quotidienne aux États Unis.

                Le coup de théâtre viendra et cela couve depuis des années des étasuniens eux-mêmes. Allant crescendo dans la violence hystérique ce pays est en passe de voir son lien social, sociétal, devrais-je dire se disloquer. Ce lien est l’État fédéral. C’est à ce niveau que cette société est en voie d’effritement et va vers un règlement séculaire jamais digéré de la guerre de sécession. Le États sécessionnistes aujourd’hui sont les mêmes que ceux d’hier. La différence est que de nouveaux états entrent en sécession. C’est une épidémie. Les États ne veulent plus payer la gabegie de cette fédération mégalomane qui les ruine.

                Ron paul joue un rôle subversif dans cette tendance et ses discours sont ponctués d’allusions à la sécession, au séparatisme, à la« nulification » de cette fédération.

                je pense que si la Fédération entreprend de nouvelles croisades armées contre les peuples périphériques, elle va imploser, c’est pratiquement évident maintenant.

                Reste à savoir si le NOM, l’oligarchie globalitaire profitera de ce cataclysme pour instaurer son gouvernement mondial.


                • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 19:38

                  Les gens dans ce pays sont politisés, tous azimuts.
                  En fait c’est un nationalisme très étroit qui leur tient lieu de conscience politique, mais je pense que c’est ce que vous voulez dire puisqu’il semble que vous connaissiez la question. Le citoyen américain moyen ne prend aucune distance vis à vis de la politique de son pays, sauf peut être quand les cercueils commencent à rentrer au pays. Les américains n’aiment pas mourir, tous leurs efforts visent à générer des guerres ’propres’ de leur point de vue, des guerres où les petits gars appuient sur des boutons, l’opinion publique américaine n’est pas prête à accepter la perte de nombreuses vies humaines américaines. On essaiera donc toujours de se battre ’par procuration’ en utilisant des nations interposées.
                  La soumission aux médias ’mainstream’ ’est plus forte qu’en Europe, ils imposent une vision du monde et un endoctrinement. On essaie en Europe (et surtout en France) les mêmes recettes qui marchent moins bien, question d’histoire, de culture, le terreau n’est pas le même. Pourtant après des décennies d’abrutissement on a pu tester le faible taux de résistance de notre population à des conflits aventureux comme la Lybie qui ne concerne pas le peuple de France, personne n’est descendu en masse dans la rue alors qu’il y avait de quoi, alors que les gens savent former des cortèges pour défendre leurs salaires et leurs retraites.


                • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 19:58

                  Vous n’avez pas tord, les étasuniens sont militants tous azimuts, autant dans l’extrémisme de droite, que dans le communautarisme, dans la « deep écology », l’humanisme, le fanatisme religieux, etc... On peut dire qu’ils sont « border line ». Ils n’ont aucune réticence à s’engager. Je ne parle pas des bouffonneries du type Anonymous qui est pour moi un cheval de Troie du Nouvel Ordre Mondial. Non je parle du peuple qui est exacerbé dans tous ces actes.

                  Le danger est certes l’extrémisme de droite, car c’est ce ce coté du peuple que se trouvent les armes. Et je crains que le feu ne commence à prendre de ce coté car nombreux sont les États réactionnaires tentés par la cessession. Je ne suis pas loin de penser que se sont ces États qui au nom du protectionnisme se lèveront contre l’État fédéral. Ron Paul n’est-il pas réactionnaire et en même temps anti État fédéral ?

                   


                • Aldous Aldous 1er février 2012 10:22

                  Symbiosis,


                  Votre constat est interessant. Quand êtes vous allé aux USA ?

                  Lors de mes premiers séjours en Californie, Colorado, Uhta, Floride au début des années 1990, l’ambiance était autre, avec des crises tres localisées (émeute raciale a LA)

                  Je pense que la radicalisation generalisee est atique d’une entreprise de subversion de la société qui est entrėe dans la phase de déstabilisation (je me réfère à la méthodologie soviétique de la subversion politique, celle de la CIA n’étant pas documentée.)

                  Cette phase consiste a pousser les moindres communautés (gays, femmes, minorités, sectes, groupuscules, corporations) a exiger leur part du pouvoir, de sorte que l’unite nationale se brise et le pays sombre dans une anarchie ou une guerre civile mettant un terme au consensus constitutionnel anterieur.

                  L’idee étant de faire sortit du chapeau un ordre nouveau, qui sera LA solution a la crise.

                  En général la crise est declanchee par un homme providentiel qui a été conditionne pour se croire capable de tout résoudre et dont la faillite génère le chaos et le decouragement.

                  Pour bien préparer cette déception on peut par exemple lui attribuer un prix Nobel de la paix injustifié...

                  Toute ressemblance avec une personne, bla bla bla...


                • Aldous Aldous 1er février 2012 10:23

                  Est typique d’une entreprise de subverstion...


                • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 19:21

                  Aujourd’hui menacé par sa propre crise, le capitalisme US continue follement à accélérer ses contradictions. Celles-ci le mènent soit à sa propre perte, soit à la seule issue possible : la guerre mondiale.
                  Les deux mon capitaine !
                  Les E.U. ont affirmé clairement et à plusieurs reprises leur volonté de rester la seule et unique superpuissance militaire. Le temps joue contre eux, la puissance américaine régresse dans tous les domaines. L’hypothèse d’une guerre préventive n’est pas à exclure si les ’faucons’ l’emportent.
                  Mais on essaiera, comme c’est à la mode depuis 1945, d’utiliser des partenaires dans des conflits régionaux. Ceux qui parlent de guerre ’froide’ n’habitaient sans doute pas l’asie du sud-est ou le continent africain (les bombes du Viet-Nam n’étaient pas vraiment froides). On risque donc d’avoir une guerre de plus qui n’ose pas dire son nom sous forme de multiples conflits régionaux larvés.


                  • Aldous Aldous 1er février 2012 10:29

                    Toute analyse faisant des EUA un bloc monolithique est vain.


                    L’élite globaliste étasunienne fait la guerre a la constitution des EUA et a son propre peuple car le patriotisme américain est un obstacle a l’établissement du Nouvel Ordre Mondial qui ne viendra qu’après la disparition des Etats Unis d’Amérique comme pays constitué.

                    Il se joue une guerre civile feutrée aux USA au coeur même des institutions et du pentagone.




                  • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 20:49

                    Je pense plus à une guerre de basse intensité (qui est déja largement là) qu’à une guerre atomique, mais qui risque fort de se terminer en pétard mouillé du fait de cette guerre sociale sécessionniste interne qui couve et qui prendra le dessus sur les velléités hégémoniques de l’État fédéral dont les étasuniens sont largement fatigués.
                    Ce pays se trouve dans le paradoxe de la nostalgie de sa puissance passée qui le fait agir d’une manière grossière et incohérente et la tendance au séparatisme qui balayera cet État fédéral mégalomane. L’Europe suivra car dans l’état où elle s’est mise en trompant les peuples européens, elle ne survivra pas très longtemps à la chute de l’empire moribond.

                    Feu atomique, s’il y a, je doute fort qu’il fasse boule de neige. Il y a une question de survie, d’instinct de conservation où une grande majorité dira non (99% ?) et faute de troupe nous en reviendrons d’une manière comme de l’autre au pétard mouillé.


                  • Aldous Aldous 1er février 2012 10:34

                    La défaite du Vietnam a fait muter le Pentagone qui s’est rendu compte que l’opinion pouvait être son plus dur ennemi.


                    C’est pourquoi la guerre est devenue furtive.

                    L’autre leçon, c’est qu’il faut éviter de laisser se former en face des alliances comme lors des deux premières guerres mondiale. 

                    Il faut donc l’en prendre aux pays a tour de rôle pour les isoler, les fractionner ou les faire basculer par une révolution.

                    La 3 eme guerre mondiale a lieu depuis la Yougoslavie.




                  • Gandalf Claude Simon 31 janvier 2012 20:52

                    Depuis 45 puis la guerre froide, c’est un empire qui a perdu son idéal en se fabriquant des ennemis jouets, en vendant des armes, en entrainant des oppositions pour mieux les contrôler par la suite, en plaçant des gouvernements acquis à leurs valeurs et intérêts. Ils mènent un jeu meurtrier, possible car ils détiennent les meilleures cartes pour l’instant. Même l’argument de guerres propagées pour les ressources ne tient que partiellement car cela semble inefficace économiquement et sur leur image. A ce propos, ils sont capables du meilleur ou du pire en terme d’image.


                    L’histoire nous a montré que, les empires, impossible d’en réchapper. Si les USA, qui ont dès leurs premières institutions été fondés sur une constitution démocratique, consument leur leadership pour un pays tel la Chine, je ne suis pas sûr de troquer si heureusement une certaine empathie pour un empire toujours communiste, où règne le désintérêt forcé de la chose politique.


                    • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 21:09

                      je pense que nous nous dirigeons de toutes façons vers un guerre sociale, vers une guerre de classe plutôt que vers une guerre classique comme le fut la 2° guerre mondiale. Nous allons vers une guerre sociale mondiale, planétaire qui touchera la Chine aussi bien que l’occident. Nous ne devons plus lire l’histoire à venir à l’aune de ce que nous connaissons déjà. Nous sommes entrés dans un autre paradigme qui est pour la première fois dans l’histoire de l’humanité celui d’une guerre planétaire contre la tyrannie de l’oligarchie. On voudrait nous faire admettre qu’il s’agit d’une guerre contre le terrorisme, par exemple, mais si on retourne le discours lénifient de l’oligarchie, force est d’admettre que nous sommes bien face à une confrontation conceptuelle idéologique de deux mondes : les dominants qui harcellent les dominés, jusqu’au jour où les dominés excédés, répliqueront à la violence qui leur est administrée par un niveau de violence supérieur, car les dominés sont le nombre, la multitude.

                      On pourra alors dire à ce moment là que nous sommes entré dans la 3° guerre mondiale.


                    • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 21:21

                      Cette guerre sociale planétaire impliquera des pays entiers en but contre l’oligarchie, je pense aux pays de l’Alba, la Palestine, l’Iran, la Syrie, Cuba...... et au sien des puissances oligarchiques, USA, Europe, Chine, Russie, Inde des régions entières seront en guerre. En fait, nous assisterons en grand à ce qui existe déjà d’une manière fragmentaire.

                      L’oligarchie fait tout ce qu’elle peut pour retarder ce jour qui vient en maintenant l’aspect fragmentaire de cette guerre dans laquelle nous sommes maintenant, avec plus ou mions d’intensité tous, sur cette planète confrontés.


                    • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 23:06

                      Ce que vous dîtes est exact et n’est pas forcément contradictoire avec l’analyse de Symbiosys.
                      Aux USA comme ailleurs il faut distinguer l’attitude des populations devant :

                      • la politique internationale de l’état
                      • les problèmes sectoriels internes.
                      Certes les ouvriers américains, savent s’organiser, savent lutter et obtenir des avantages. On n’oubliera jamais que le 1°Mai est une fête d’origine américaine.
                      Pour ce qui concerne l’interventionnisme et l’impérialisme des USA il y a toujours eu une opposition d’intellectuels (cf. Jane Fonda) mais elle est marginale et on pense qu’elle est plus importante parce qu’elle a été très médiatisée en Europe.
                      Les américains commencent à bouger quand il s’agit d’aller se faire trouer la peau au Viet-Nam en Irak ou en Afghanistan ou quand leurs enfants reviennent entre 4 planches. c’est la seule chose qui effraie vraiment la classe dirigeante. Ce sont alors les classes populaires pourvoyeuses de chair à canon (noirs, latinos) qui commencent à s’agiter alors que les visées de domination de leur pays les concernent assez peu en temps normal.
                      Bref sur le plan international l’américain moyen commence à réfléchir quand il est directement touché par une ’vraie’ guerre (les français sont-ils bien différents ? ce sont bien les guerres d’Indochine et d’Algérie qui ont amené la population française à se soucier du colonialisme).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès