Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Déconstruction diplomatique ou démilitarisation de l’économie (...)

Déconstruction diplomatique ou démilitarisation de l’économie ?

2011 marquera le passage du cyclone des révolutions populaires couvrant par effet domino le Maghreb et le Moyen Orient. Ce cyclone dévastateur craquèle au passage, non seulement les fondations solides des colonnades de la stabilité sous-régionale, mais aussi le gyroscope stratégique du Realpolitik. Les réactions convenues des diplomaties européennes ainsi que les tensions et l’activisme diplomatiques venus des rives du Potomac ont brillé autant d’improvisations que d’un bricolage de circonstance face à la nouvelle donne qui semble avoir bien prit de cours les vétérans des Affaires Etrangères. La diplomatie Française semble particulièrement en panne et même une espèce en voie d’extinction. Le vent de relève forcée de la vieille garde à Tunis comme au Caire est venu mettre à nu les symptômes d’un malaise diplomatique profond. Les Relations Internationales charrient dans leur encre le poids des cadavres encombrants d’un monde bipolaire qui se refuse à faire ses adieux, et ce, envers et contre la fin de la période post-Guerre Froide.

Les dogmes promulgués ex-officio de plusieurs siècles d’un realpolitik confortablement arcbouté sur le socle d’un monde bipolaire furent longtemps et encore la vulgate classique indépassable dans les corridors des diplomaties occidentales. Réalistes autant que Néocons s’y sont abreuvés jusqu’à l’ivresse au point de momifier invariablement les Relations Internationales sous le sarcophage d’un manichéisme pérenne. Un manichéisme diplomatique a dessiné une cartographie délimitant les frontières et la perception des menaces réelles ou supposées des Etats ainsi que l’élection géopolitique de leurs alliés stratégiques indéfectibles. L’axe du mal, les Etats voyous ou kleptocrates, les sanctuaires d’Al-Qaeda au Maghreb et en Asie, la prolifération nucléaire et des armes de destruction massive, la psychose de la Burqa comme menace contre la démocratie et le progrès, constituent autant de versions hybrides, recyclées, adaptables à merci sur la vieille tunique mille fois taillée de la peur du Rouge Communiste qui grimace à longueur de notre histoire.

L’autorité doctrinale de Fritz C. Kramer et Henry Kissinger semble, en la matière, avoir proféré des oracles immuables pour les diplomates. Toute politique étrangère est au service de la poursuite stricte des intérêts nationaux et la diplomatie en abstraction de la menace ou de la force armée est édentée. La puissance économique n’étant pas à elle seule un substitut à la force militaire, il s’imposait d’armer les alliés stratégiques comme gage de stabilité politique et économique. Des alliés stratégiques répressifs au plan national reçurent l’onction de céroféraires dévots des intérêts géostratégiques. Autant ils servaient efficacement les intérêts stratégiques de l’Occident, autant ils desservaient les vraies aspirations de leur peuple. Autant Moubarak était un gardien de la stabilité au Moyen-Orient, autant il constituait malgré lui un pôle d’aliénation aux yeux des descendants de pharaons. Ainsi, 70 ans de Realpolitik de l’Oncle Sam et ses alliés au Moyen-Orient ont sacrifié et éclipsé l’exigence démocratique et l’émergence économique sur les autels de la stabilité gérée aux canons. Par an, les U.S.A. pourvoit presque $2 milliard de dollars sous forme d’assistance militaire et économique à l’Egypte, soit l’équivalent de $30 par personne en aide étrangère contre $4 dollars pour le Ghana. Aujourd’hui, un bilan notoire d’échec. La sous-région est une tour de Babel d’accords de paix signés sur des notes de discordes convenues, entretenues et renouvelables à perpétuité : ni paix, ni stabilité que vient renforcer un taux de chômage structurel.

Au soir de la chute de Ben Ali et de Moubarak ainsi que devant les horreurs du carnage du Boucher de Tripoli, c’est une brèche béante de remise en cause de nos crédos diplomatiques qui s’offre en spectacle au monde. Les Neocons naviguaient jadis le Moyen-Orient et l’Afrique sous la boussole d’une feuille de route aux recettes d’exigence de changement de régime par la démocratie. Le 5 septembre 2008, la visite de Condoleeza Rice sous les tentes du Guide Libyen scellait le retour de Tripoli sous les bons auspices de la Communauté internationale. La Libye faisait désormais figure d’une exception démocratique. Le monde entier convient désormais que le menu des démocraties est aussi Halal. Contre-narrative déboussolant pour la propagande violente de la nébuleuse d’Al-Qaeda qui faisait de l’Occident le seul porte-étendard de la démocratie et des droits de l’Homme. Samuel P. Huntington, dans son Clash of Civilizations nous prophétisait les orages menaçants des futurs conflits post- Guerre-Froide autour des identités religieuses et culturelles. Dans sa vision manichéenne, l’Islam partirait en guerre contre l’Occident chrétien. Et le Caire nous a servi une nuit culturelle des noces de la Croix et du Coran.

L’instrumentalisation à outrance du terrorisme et des menaces de la guerre industrielle ont fait ombrage aux enjeux profonds de la démocratie et de la sécurité nationale. Retour donc à une vérité cardinale : c’est autour des citoyens concrets, de leur bien-être et du Bien Commun que doivent graviter les Relations Internationales et non sur le postulat de l’équilibre entre les pays et les grandes alliances régionales ou stratégiques. Le diplomatiquement correct se déclinait longtemps sur une arithmétique des intérêts stratégiques égrenés sur le chapelet des peurs et menaces extérieures. La diplomatie y a trouvé longtemps son terrain de golf de prédilection. L’arsenal de communication des Affaires Internationales servait d’auxiliaire des intérêts géostratégiques. Mais lorsque le Maghreb se réapproprie les vertus de la démocratie et des droits de l’Homme, c’est du coup, l’ère d’une déconstruction diplomatique qui s’annonce pour l’Occident. Dans un monde interconnecté par les nouveaux media sociaux qui lubrifient l’accès à l’information, les diplomates d’hier se retrouvent dans un environnement de communication et de pouvoir symétriques. Au risque de s’isoler, la diplomatie est contrainte de plus en plus à déterritorialiser l’espace politique pour s’adapter aux défis de la globalisation. Un préalable incontournable. On ne peut déterritorialiser l’espace politique sans le préalable d’une démilitarisation de l’économie. Sous la balance de la politique internationale pendent de nouveaux enjeux autres que le simple réalignement cavalier et stratégique. 15 millions de jeunes entre l’âge de 15 et 24 ans sont sans emploi en Amérique du Nord et en Europe. 25% de jeunes sans emploi en France et en Italie. 45% de jeunes chômeurs en Espagne. 38 millions de chômeurs en Afrique sub-saharienne. Notre planète sera bientôt habitée par 60% de citadins, que viendront exacerber la rareté des ressources énergétiques, les maladies, les changements climatiques, le chômage et l’insécurité.

La diplomatie internationale a besoin de nouveaux cosmétiques de charme si elle veut continuer de nous séduire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • boris boris 26 février 2011 09:40

    Ces révoltes sont certainement téléguidées, les potentats a la durée trop longue sont virés pour être remplacés par d’autres qui jetteront un zeste de pseudo démocratie et les « affaires » reprendront de plus belle.

    Coup double pour les Zuniens, déstabilisation de l’Europe par l’arrivée de migrants en masse et reprise en main des derniéres sources pétrolifères et autres (uranium par ex.) avec au passage flambées des cours du pétrole pour s’en mettre plein les poches.

    Pas belle la vie !


    • joelim joelim 26 février 2011 13:07

      Non, ces révoltes ne sont pas téléguidées. 

      Pour la simple raison qu’elles ennuient plutôt les hypocrites dirigeants des puissants pays qui s’entendaient très bien avec les dictateurs pour leurs affaires d’hydrocarbures.

    • boris boris 26 février 2011 15:45

      Bien sur qu’elles sont téléguidées, comme je le dis au dessus, les vieux potentats seront remplacés et une démocratie démocrasseuse mise en place.

      Ca repartira de plus belle !


    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 26 février 2011 10:19

      Ces révoltes à l’étranger peuvent au moins servir de miroir, et mettre en évidence nos propres aliénations idéologique.


      Quid du régime politique français en vigueur, quid des intellecteuls qui agissent en directeurs de conscience ?

      • Yoann Yoann 27 février 2011 09:07

        Si toute la planète arrête de consommer les futilités qu’on nous présente tous les ans comme le gadget incontournable, si tout le monde arrête de chérir le luxe et revient à des valeurs simples et plus humaines, alors je crois qu’on a une chance ..
        Une question personnelle : Seriez-vous prête à abandonner vos lunettes Dior ou autre, vos fringues branchés, tous les produits qu’on se met sur le corps, dont l’efficacité reste à prouver, sauf pour nous donner le cancer avant l’heure, etc etc ...
        Si vous êtes prête à faire ces changements de vie, alors oui l’humanité à une chance, n’oublions pas que c’est nos achats qui placent les puissants là où ils sont ...
        Notre seule chance est voir le monde autrement et surtout trouver un autre but à la vie que de posséder pour réussir sa vie smiley

        Bref, je pense que c’est pas gagné, mais j’ai espoir ...


      • JL JL 27 février 2011 11:11

        bonjour Yoann,

        vous dites : « Si toute la planète arrête de consommer les futilités ... »

        Vous devez prendre conscience que nous ne sommes plus dans la société de consommation. D’ailleurs je me demande si nous l’avons été un jour.

        L’efficacité redoutable du capitalisme a abouti à une société de production et c’est dedans que nous vivons.

        Et la nuance est énorme. La consommation n’est que l’alibi qui fait marcher la Machine : un mythe que nous assène la société du spectacle c.à.d. le « service Com » de la Machine.

        Il est impossible d’en sortir sans casser la machine et donc notre environnement socio-professionnel avec.

        Il faudrait faire des coupes claires : nationaliser les industries du luxe par exemple, puiqu’il parait que les services publics sont inefficaces : une manière d’euthanasier sans douleur les industries du luxe, pour le plus grand bien des peuples et au grand dam des zélites, mais ça on s’en fout.


      • nilasse nilasse 26 février 2011 14:21

        très bon article.


        • JL JL 27 février 2011 10:31

          Article à lire.

          Realpolitik est le mot utilisé en novlangue diplomatique pour désigner ce principe machiavélique : « La fin justifie les moyens » ; et à force de mettre la poussière sous le tapis, on finit par s’y prendre les pieds !

          Mais je doute que, désormais, « de nouveaux cosmétiques de charme » suffisent pour que « La diplomatie internationale continue de nous séduire. »


          • Bovinus Bovinus 1er mars 2011 19:34

            Ça a l’air très intéressant, mais... c’est quoi, un « céroféraire » ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès