Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Démocratie-écologie : armes de destruction massives contre la (...)

Démocratie-écologie : armes de destruction massives contre la Chine

L’unique moyen de casser la croissance chinoise et son expansion commerciale est de lui appliquer la démocratie écologique, telle qu’elle est souhaitée, naïvement par les droits-de-l’hommistes et les écolos et cyniquement par les économistes et les politiques occidentaux qui savent très bien que la suite de catastrophes que cela engendrerait, serait préjudiciable à l’économie chinoise et mettrait à mal sa stabilité politique, sociale, ethnique et régionale. Donc, ceux qui ont peur de la Chine feront tout pour la démocratiser et lui faire accepter moult convention sur l’environnement car c’est le seul moyen efficace pour détruire la puissance chinoise. Heureusement ou malheureusement, tout dépend de quel camp on exprime son point de vue, la Chine a les armes pour se défendre et parmi celles-ci l’option nucléaire est probablement la moins dangereuse pour les occidentaux.

Imaginons pour demain une Chine démocratique, multipartiste, respectant les droits des religions, de la presse, d’association et appliquant strictement une chartre de l’environnement en même temps que le libre échange et l’autodétermination des minorités.

Que peut-on en espérer ? Probablement une série de catastrophes s’abattant sur la Chine, mais aussi des répercussions tragiques sur ses voisins et à terme sur la planète entière.

Petite explication.

Tous les pays non occidentaux à l’encontre de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne, passés de l’autoritarisme à un début de démocratie l’on fait dans le trouble ou la guerre civile, avant de revenir à un régime parlementaire ou présidentiel corrompu. L’exemple type en est le Zaïre qui en devenant République du Congo a sombré dans un marasme bien pire que du temps de Mobutu, où, il faut le reconnaître régnait une certaine joie de vivre. La Russie à la fin du communisme a connu un intervalle de démocratie qui a failli coûter très cher pendant la période Gorbatchev et Eltsine. L’économie russe n’a jamais été aussi prospère que depuis Poutine et le retour à l’autorité. Enfin une exception, les dictatures latino-américaines, qui semblent s’adapter aux régimes parlementaires avec des présidents élus par le peuple. Mais ce n’est pas la démocratie de Lula qui est à l’origine du miracle brésilien mais la déforestation, l’utilisation d’O.G.M, d’engrais et de pesticides et l’industrie de l’armement. Et malgré tout, les multinationales européennes, japonaises et surtout américaines y sont toujours aussi puissantes et se servent de la bourgeoisie comprador locale pour préserver leurs intérêts.

Il ne faut pas croire que la Chine puisse devenir une Suisse d’un milliard trois cent millions habitants sur la seule détermination de l’Occident, même avec la bonne volonté des dirigeants chinois. Cette utopie est tout juste bonne utilisée comme slogan pour les forums inter mondialistes, mais ne va guère plus loin.

Quand on pense démocratie chez nous, on pense liberté d’expression politique et religieuse, syndicalisme, respect des droits de l’homme et de l’environnement. Que peut-on espérer en Chine en appliquant ces concepts ?

La corruption existe en Chine, cela est indéniable. Mais elle ne paralyse pas l’économie chinoise. Le multipartisme, ajouté à la régionalisation ne peut que multiplier la corruption par un coefficient effrayant. Multipartisme est trop souvent égal à multi corruption (reprenons l’exemple du Congo actuel). Au lieu d’arroser un dirigeant local du Parti Communiste Chinois, il faudra arroser plus de monde, d’où diminution de la compétitivité et ralentissement de la production comme premier bénéfice. Le multipartisme risque d’inciter au séparatisme, au régionalisme avec son contingent de népotisme local. Les minorités, chinoises seront balayées. Je ne parle ni des Tibétains, ni des Ouigours qui obtiendront l’indépendance sous domination américaine pour les premiers et saoudienne pour les seconds, mais par exemple des Hakkas, des Miaos, des habitants de l’île de Hainan, pour ne citer que les plus connus. Le risque existe aussi du retour en force du banditisme comme au temps des seigneurs de la guerre (suppression de la peine de mort, voulue par la démocratie), de l’explosion du pouvoir de Triades comme la K14, le Grand Cercle, la Sun Yeung ou les Wo, l’équivalent de la mafia ou des yakusa japonais, alors qu’elles sont déjà en train de s’étendre à partir de Hong-Kong depuis quelques années.

Le syndicalisme et le droit d’association verront l’augmentation des salaires, la diminution du temps de travail et le renforcement des normes de sécurités. La pratique de la grève à la française n’améliorera pas la productivité. Bénéfices apparents pour les prolétaires chinois, mais attractivité moindre pour les produits chinois devenus plus cher donc moins compétitifs par rapport à l’Inde, démocratie parlementaire sachant très bien exploiter ses travailleurs. Quasiment rien de bon marché n’est produit en Europe et aux Etats-Unis, jouets, outils, vêtements ou chaussures. Démocratiser augmentant le coût de production, il faut s’attendre à une inflation proportionnelle dans les pays riches sans pour autant espérer un transfert de production, car les différences de prix de revient sont trop importantes.

La liberté de religion verra le pays envahi par les prédicateurs américains et les télé évangélistes qui feront brailler les masses et scander Jesus is Lord en chinois, alléluia ! Les islamistes ouigours auront pignons sur rue et les mosquées fleuriront en Chine, avec le renouveau de la polygamie. Et puis, le retour de la misère entraînera des conversions de chinois han, attirés par les largesses des pays du Golfe. La Chine qui sort du maoïsme (utile en son temps), de la stupide et coûteuse Révolution Culturelle, a-t-elle besoin de louer Jésus et Mahomet à coups de haut-parleurs du haut de cathédrales et de minarets ? La Chine peut se passer de religions importées, le culte des ancêtres et quelques superstitions lui suffisent largement.

L’ouverture du marché, c’est Mac Donald, Coca Cola, Pepsi et General Motors ouvrant des usines ou important sur le sol chinois, c’est l’obésité qui guette les chinois convertis à l’Evangélisme et aux hamburgers.

La démocratie c’est aussi le droit d’avoir des enfants si on en a envie. La Chine réussi tant bien que mal à maintenir sa population en dépit de passe-droits illégaux accordés aux plus riches. Les 700 millions de Jacques Dutronc ont presque doublés en quarante ans ! Le contrôle des naissances est encore fragile et la bombe démographique menace encore la Chine. Et dans ce cas, sans la pression du gouvernement actuel sur les familles, la démographie va exploser. Et c’est le pire des scénarios. Dans un pays produisant moins du fait de la suppression de l’autoritarisme, ayant ouvert son marché à l’Occident et sujet à une décentralisation qui va miner la production agricole, les famines sont proches, puis les révoltes. Le jour où la Chine aura atteint les 1.8 milliards et plus, le problème d’espace vital deviendra insoluble. Prétexte utilisé autrefois par Hitler, à propos de la perte des colonies allemandes d’Afrique, pour justifier les annexions en Europe et l’expansion territoriale. Ensuite, le pire est à craindre. D’abord l’invasion de la Mongolie dont tout le monde se fout. Mais après cela, celle de la Sibérie orientale (encore plus attrayante s’il y a un réchauffement climatique), et là, les Russes ne sont pas prêts de l’accepter. C’est probablement le plus grand risque de conflit nucléaire, car la Chine n’à aucun intérêt à attaquer ses voisins proches, quelques bataillons et missiles classiques massés à la frontière suffisent à les intimider et d’ailleurs, le bellicisme chinois n’a que peu de raison de perdurer. Attaquer le Japon, le Viêt-Nam ou la Corée du Sud est hors de propos, car improductif. L’Inde, de même. Reste Taiwan, mais la fierté qui en serait tiré de sa récupération serait d’un prix trop lourd à payer en image et en relation internationales. Elle peut par contre régler le sort de l’Europe et des Etats-Unis sans lancer un seul missile, uniquement par voie financière et commerciale.

La chartre écologique enfin est le meilleur moyen d’augmenter les coûts de production, de ralentir la croissance et de créer de nouvelles normes, de la paperasse, de la bureaucratie et de la corruption. Et puis, polluer moins demande des investissement, cela est possible mais en le planifiant, sans être au détriment de la productivité. Les chinois en sont à la phase Guizot-Lénine. Enrichissez vous et la révolution c’est l’électricité ! Si pour cela il faut trouer la couche d’ozone, ils le feront.

Reste le cas des intellectuels dissidents, qui eux souffrent véritablement du manque de liberté d’expression en Chine. Il y a bien une solution honnête et sincère que les dirigeants occidentaux n’osent prendre. C’est d’en accepter quelques dizaines de milliers, voire plus, avec un statut spécial leur permettant de travailler, de faire du commerce ou de pratiquer en libéral avec comme seule contrainte de ne pas intervenir politiquement contre la Chine de leur exil. Israël, pourrait aussi récupérer quelques juifs de Kaifeng, ou assimilés histoire de se donner bonne conscience. Une immigration qualifiée ne ferait pas de mal aux pays d’accueil sans pour autant entraîner de fuites de cerveaux tant la masse des intellectuels est grande en Chine. De plus ces nouveaux émigrés ne risqueraient pas d’attaquer des vieilles à coup de marteau pour leur voler leur sac. On voit mal un gang de barbares chinois séquestrant un juif. Le racket étant uniquement intercommunautaire et de toute façon ne serait pas pratiqué par des intellectuels dissidents. D’ailleurs cette immigration d’élite serait plus profitable que celle de prolétaires et paysans qui arrive actuellement de Chine en Europe. De nouveaux arrivants qui mangent du porc, dont les filles iront à la piscine en maillot sans protester de la présence masculine et qui une fois installés garderont certes leurs coutumes mais se mettront comme en France au Mouton Cadet et au Rémy Martin (les boissons d’élection des chinois de Paris) !

On vit mieux aujourd’hui en Chine que du temps de empereurs mandchous, que du temps de comptoirs européens de Shanghai, même de la République de Sun Yat-Sen et même que sous la férule de Mao. Il existe un petit nombre de très riches, quelques millions, une classe moyenne qui consomme de deux ou trois cents millions et une masse de travailleurs pauvres mais non misérables comme en Inde et qui produisent bon marché.

Le régime qui se dit encore communiste a beaucoup changé depuis la mort de Mao tsé toung. Il doit encore évoluer et il le fera à sa manière. Déjà en permettant à de nombreux chinois d’accéder à la société de consommation, non par altruisme et amour du peuple, mais parce que la Chine a besoin d’un marché intérieur pour relancer la croissance interne. Et puis, à de rares exceptions il n’y a plus les grandes famines d’antan et des misérables dormant dehors comme dans les grandes métropoles de l’Inde. Quel intérêt pour un ouvrier chinois d’élire au suffrage universel un Bush, un Berlusconi ou un Sarkozy ?

Enfin, la Chine a la possibilité de riposte contre l’Occident sans tirer un seul coup de feu. La Chine possède des fonds souverains et des avoirs financiers en particulier dans des fonds de pension qui supportent la dette américaine, les Etats-Unis vivant à crédit. La liquidation de certains fonds en dollars et le repli sur le Yen ou l’Euro (l’inverse est aussi possible) pourrait créer aux Etats-Unis (ou en Europe) une crise pire qu’en 1929, un effet Kerviel multiplié par cent. Il suffit de passer à l’offensive sur les actions des grandes entreprises, ou de jouer sur le marché spéculatif et la crise est enclenchée. Bien sûr, la Chine peut y perdre des plumes, mais elle a les moyens de faire très mal à l’économie d’un pays qui la menacerait. En a-t-elle envie, rien n’est moins sûr, pour le moment ! Mais elle peut le faire en cas de menace à titre préventif.

Il faudrait aussi savoir où en sont les chinois concernant le contrôle des communications par satellite, le piratage informatique de haut niveau. Le jour où ils seront là aussi autant performants que les américains, ils pourront attaquer leur économie et leur système de communication. La Chine a prouvé récemment sa capacité de détruire des satellites. Ce n’est probablement pas le souhait des dirigeants du pays, car ils préfèrent les échanges commerciaux et la croissance. Mais ils n’hésiteront pas s’ils sentent qu’on leur cherche des ennuis. Et puis, un jour les chinois arriveront à concurrencer Toyota et la General Motors ainsi que Boeing et Airbus produisant véhicules et avions de qualité à un prix moindre. Il faudra alors démocratiser la Chine de force et leur imposer de toute urgence un protocole encore plus dur que celui de Kyoto, si on veut en venir à bout, au risque de couler.

Si encore, l’Occident avait un modèle attrayant à proposer comme au temps de la joie de vivre dans l’Amsterdam des années 70, ou comme en Californie à l’époque sex, drug, rock’n’roll de Janis Joplin et consorts ! Mais si c’est pour le modèle de démocratie des contraintes (alcool, tabac, sécurité routière etc..), telle que nous la vivons aujourd’hui en France avec son cortège d’interdits, de principe de précaution et de réglementation de Bruxelles, ou encore un retour au religieux comme aux Etats-Unis, auront-ils quelque chose à gagner, les chinois, dans l’affaire ?

Personnellement, j’en doute.

La Chine peut assouplir son régime à son rythme, corriger certains effets pervers du néo capitalo-communisme, mais à son rythme. Elle le fera, si elle ne se sent pas menacée, au prix de quelques points de croissance étalés sur une ou deux décennies. Mais elle n’acceptera jamais la récession « démocratique ».

D’ailleurs, la Chine fait des efforts avant l’ouverture des Jeux Olympiques. Elle a accepté l’aide internationale après le tremblement de terre alors qu’elle n’en avait pas véritablement besoin. La viande de chien sera prohibée des menus pour la durée des jeux, les bordels seront moins visibles (bref, il faudra demander aux portiers des hôtels pour les trouver), les chinois seront incités à ne pas cracher par terre et à respecter les files d’attente. Cela devrait plaire aux « démocrates ».

La Chine de Mao a réussi à éradiquer la pratique ancestrale des pieds bandés, alors qu’aucun gouvernement africain ou arabe n’a obtenu de résultats tangibles concernant l’excision. Et cela, sans intervention des ONG internationales. Mais à la décharge des autres gouvernements, il faut admettre qu’un pied mutilé est plus facile à repérer qu’un clitoris coupé. Par contre, réduire les accidents dans les mines de charbon ne ruinerait pas le pays et ne serait pas un luxe.


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 26 juillet 2008 11:11

    On ne peut forcer un peuple à choisir un système pour le diriger, qui d’ailleurs n’est pas forcément plus démocratique, juste, et moins corruptible.

    Si on peut arrêter d’ETRE cynique comme vous l’avez écrit.
    Alors, on verrait que nos états ne sont pas démocratiques, et qu’on n’a pas de grande leçon à donner.

    Les états pourront le faire quand ils seront eux même véritablement à la hauteur de la vraie démocratie.
    Et qu’ils chercheront a élever des esprits libre avant tout.

    Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous.
    Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.


    Gandhi.


    • Lino Pralino La Praline 26 juillet 2008 11:42

       

      -


      Les Chinois sont le peuple le plus optimiste du monde

      Préoccupés par certains problèmes comme les inégalités sociales et la corruption, les Chinois n’en sont pas moins satisfaits de la façon dont ils sont gouvernés et du passage à l’économie de marché.

       

      Les Chinois sont très satisfaits du fonctionnement de leur pays et de leur économie. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par le Pew Research Center dans 24 pays.

      86% des Chinois se disent satisfaits de la façon dont leur pays est dirigé, alors qu’ils n’étaient que 48% en 2002. 82% des Chinois pensent que la situation économique de leur pays est bonne, contre 52% il y a 6 ans.


      • Cug Cug 26 juillet 2008 11:49

        Article intéressant.
        J’ai lu ailleurs qu’il fallait encore une décénie à la Chine pour finaliser la mutation de sa société. Je suis d’accord avec l’auteur quand il dit de laisser la Chine régler ses affaires à sa manière comme une grande.
        Les occidentaux n’ont effectivement aucune leçons à donner à la Chine, la GB et les USA en tête.

        Néanmoins l’angoisse de l’oligarchie financière occidentale est réelle car dans dix ans le marché intérieur chinois sera sur les rails et la puissance du capital chinois sera tel qu’il devrait "avaler" les grandes sociétés monopolistiques occidentales sans restriction grâce qui plus est à la politque néo-libérale de libre-échange anglo-saxonne. Quand votre arme de domination se retourne contre vous ...


        • Forest Ent Forest Ent 26 juillet 2008 15:18

          Article bizarre.

          Si j’ai bien compris, "heureusement qu’il y a la dictature et la pollution, sinon ce serait pire" ?

          Ca m’a l’air assez faux.

          Sur la démographie, par exemple, l’expérience du reste du monde est que la baisse de la fécondité suit de 15 ans l’instruction des filles, qui suit de 15 ans l’élévation du niveau de vie paysan. Les démocraties y arrivent sans dictature ni eugénisme.

          Sur l’économie ensuite, il ne faut quand même pas surestimer la Chine. Elle a le PIB de l’Allemagne avec 20 fois plus d’habitants. Il y a une toute petite partie de la population qui a un niveau de vie "correct". Le reste est un vaste sweatshop et une paysannerie médiévale.

          La Chine est un danger potentiel pour ses voisins ? L’Occident n’a alors fait que l’exacerber en commerçant avec elle. Comment réagira-t-elle quand on arrêtera de lui acheter sa daube ? L’expérience des années 1930, en particulier au Japon, montre que les dictatures sont plus poussées aux aventures militaires pour assurer leur propre survie.


          • Georges Yang 26 juillet 2008 17:13

            Forest Gump Vous n’avez rien compris, heureusement, je n’ecris pas pour vous


          • Antoine Diederick 26 juillet 2008 19:26

            ar Forest

            la Chine n’est jamais sortie de ses frontières, elle est un bouchon (énorme soit...) qui ’navique’ s’étend se détend...sur la même terre depuis bien longtemps , elle a une forte tradition protectionniste et de protection tout court....

            le plus gros malheur qui vient de lui arriver et qui sans doute la menera à sa perte c’est ce capitalisme sauvage régulé par une tyrannie bureaucratique.

            ce qui provoquera pour la première fois de son histoire, le désir des chinois d’aller vivre ailleurs qu’en chine...à moins que....


          • Forest Ent Forest Ent 26 juillet 2008 22:26

            Vous n’avez rien compris, heureusement, je n’ecris pas pour vous.

            Ah bon.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 26 juillet 2008 16:45

             Merci pour cet article tout à fait accessible au plus grand nombre et sur un ton presque martial. Tout un art. 

            La Chine est une nation qui a réussi à se fédérer en société dont la plus belle preuve est ce mur de six mille kilomètres qui la sépare de la Mongolie. Le mythe est d’ailleurs si fortement empreint qu’en occident, nous appelons mongols tous nos fous ! C’est donc un peuple résistant à la personnalité solide et une civilisation de près de dix mille ans. Si elle mute aujourd’hui, c’est bien que le mur a laché, et l’empreinte de l’occident y est plus que flagrante. Ce milliard trois cent millions d’âmes ne pourront pas tous rouler en voiture et adopter tous nos pansements utiles à remédier quotidiennement aux tares de nose types de sociétés. N’oublions pas que notre civilisation produit un million deux cent milles morts par accident de voiture, et il faut multiplier par cinquante les blessés et traumatisés à vie...Plus que toutes les guerres mondiales annuelles.  

            Ou bien la Chine se déploie dans une voie en accord avec sa solide personnalité, quitte à générer ne quantité de brevets propres auxquels nos sociétés adhèreront, ou bien elle plie devant nos technologies déjà anciennes et monopolistiques auquel cas, elle aurait tout à perdre. Il est normal que cet immense pays ait envie d’accéder à un certain confort matériel et adopte quelques uns de nos principes, mais il serait utile qu’elle anticipe sur la remise en question de nos principes les plus dévastateurs. La Chine devrait y regarder de plus près la dissidence occidentale envers les dangers de la pétro-chimie, la pharmaco-chimie, le dopage social, et ainsi préserver son évolution vers le type exsangue de société que sont les notres.  

            TCHANG ! Hop pardon, En deux mots, la Chine devrait savoir que nous n’avons pas l’intention de devenir chinois, et que nous l’encourageons à ne pas vouloir à tout prix devenir occidentale. 

            Bien à vous.


            • Antoine Diederick 26 juillet 2008 18:16

              tout le monde fait un "flanc" de la Chine, mais elle est déjà menacée de l’intérieur....car la Chine n’a jamais été un pays unifié mais un pays de l’eau du songe et d’un génie qu’elle a oublié.

              quand la Chine s’éveillera alors elle retournera vers cette sagesse qu’elle a apporter au génie des peuples sur la terre, pour le moment elle fabrique une servile image d’un capitalisme dont bcp en occident ne veulent plus....

              Allons, tous au chaudron magique d’or et de jade..... !


              • Antoine Diederick 26 juillet 2008 19:30

                euhhh "flan"...


              • JL JL 26 juillet 2008 19:20

                J’ai essayé de comprendre, je n’ai pas réussi. Mais il se trouve que, de mon point de vue, la forme vaut le fond et réciproquement. A ce titre je voudrais dire ce que je pense de ce que j’ai lu.

                Voyons voir, je lis : ""L’unique moyen de casser la croissance chinoise et son expansion commerciale est de lui appliquer la démocratie écologique, telle qu’elle est souhaitée, naïvement par les droits-de-l’hommistes et les écolos et cyniquement par les économistes et les politiques occidentaux qui savent très bien que la suite de catastrophes que cela engendrerait, serait préjudiciable à l’économie chinoise et mettrait à mal sa stabilité politique, sociale, ethnique et régionale.""

                Charabia incompréhensible. "unique moyen de casser la croissance" ??? A démontrer. Passons.

                "Lui appliquer la démocratie écologique" : c’est quoi appliquer qq chose en Chine. Et c’est quoi la "démocratie écologique" ?

                "Cela engendrerait …"blablabla" : on ne sait quoi ferait on ne dit pas, c’est du George Yang dans le texte. La schtroumpfette cause pareil.

                "Tous les pays non occidentaux à l’encontre de la Grèce, " A l’encontre ??? A l’instar, ça ne le ferait pas mieux ?

                "Il ne faut pas croire que la Chine puisse devenir une Suisse d’un milliard trois cent millions" : Mais qui croit ça ??? Personne ne croit ça ???!!!

                ""Quand on pense démocratie chez nous, on pense liberté d’expression politique et religieuse, syndicalisme, respect des droits de l’homme et de l’environnement."" Mais qui pense ça aujourd’hui ??? Plus personne ne pense ça !!!

                ""les forums inter mondialistes"" c’est quoi ça ?
                Bon j’arrête là, ça me fatigue, et il faut que d’autres s’expriment.


                • Antoine Diederick 26 juillet 2008 19:30

                  en europe dans les milieux sages economiques et politiques et sociaux se dégagent l’idée d’une triple éthique :

                  écologie-social-démocratie...ils sont peu à mettre ceci en avant mais cela va venir...donc la chine devra s’aligner.....


                • Georges Yang 26 juillet 2008 19:47

                  Il faut relire en s’appliquant !
                  C’est bien a l’encontre, car la Grece et l’Espagne ont reussi le passage a la democratie. Ces pays l’avaient deja connu. Par contre, les pays du tiers monde passent souvent du parti unique a un multipartisme encore plus corrompu et encore moins efficace.


                • JL JL 26 juillet 2008 20:26

                  Relire en s’appliquant ? Vous voulez rire ? Vous n’avez pas compris mon intervention : soignez la forme si vous voulez qu’on s’intéresse au fond.

                  Une forme médiocre révèle un mépris des lecteurs sinon une platitude de la pensée. Pourquoi donc vous lirais-je avec attention ?


                • JL JL 26 juillet 2008 20:31

                  @ Cher Furtif, ceci est un autre problème. Que GY joue carte sur table, et l’on pourra peut-être discuter. En attendant je me refuse à à voire dans cette langue de bois une pensée digne d’intérêt.


                • Georges Yang 26 juillet 2008 20:43

                  Jouons carte sur table ! J’aime la France, mais elle devient de plus en plus insupportable avec ses réglementations stupides. Dernier exemple, le gilet réfléchissant pour automobilistes.

                  Je vis beaucoup mieux en Afrique malgré ses imperfections. Je n’idéalise rien. On ne s’amuse plus, on subit. Les droits de l’homme ont remplacé la LIBERTE, celle des soldats de l’an II.

                  Quant à la Chine, souvenez vous de l’hystérie lors de l’affaire de la petite Estelle et du restaurant saccagé par voie de justice. Alors, beaucoup ont intérêt, ou sont tout simplement jaloux des progrès des chinois.


                • Antoine Diederick 26 juillet 2008 23:33

                  a JL

                  Mais pourquoi l ’auteur de cet article se met à penser que l’Occident devrait "casser" le miracle économique chinois ? Quel serait l’intérêt de l’Occident de le souhaiter....

                  Monsieur Yang, je vous pose aussi la question....


                • wangpi wangpi 26 juillet 2008 22:39


                  Les derniers mots de Céline, qui en connaissait un bout sur l’humanité, ses tares et son devenir :

                  "Les chinois à brest..."

                  Vous avez intérêt à vous y habituer.


                  • Antoine Diederick 26 juillet 2008 23:27

                    A Monsieur Yang....

                    Curieux votre article, je ne sais qu’en penser...

                    " La Chine peut se passer de religions importées, le culte des ancêtres et quelques superstitions lui suffisent largement. "

                    Je suis pas sûr de votre affirmation par exemple....je traine depuis un petit temps a mon chevet un bouquin sur Lao Tzi et j’ai comme l’impression d’une grande subtilité....même si le régime chinois doit considérer tout cela comme de la superstition....

                    Mais au pays du tonnerre de la pluie et du vent salé...tout est imprévu sous un formalisme bien structuré...


                    • Georges Yang 27 juillet 2008 20:17

                      Je parle de religion importée et non de philosophie chinoise.


                    • tvargentine.com lerma 27 juillet 2008 01:37

                      Votre article ne cible pas le fond du problème d’une dictature et d’un système économique mais soyons tous rassuré car les chinois s’installent par centaines de milliers (millions ???) dans les pays africains qui se plaignaient des "blancs colonialistes" pour ne pas travailler au développement économique de leur pays et de préserver ainsi des coutumes obscurantistes comme l’excision et d’autres atrocités

                      Avec les chinois en Afrique,nous constatons qu’ils arrivent à développer des bizness là ou les africains en étaient incapables !

                      C’est une question de TRAVAIL et de MENTALITE,car il est sur qu’un communiste chinois est instruit à l’école alors qu’en Afrique le tribalisme ne permet pas de créer une nation et nous l’avons vue avec "l’ivoirité" du président de la Cote d’Ivoire qui n’a pas hésité à reprendre des discours de haine tribale pour préserver son pouvoir

                      Concernant l’ideologie "verte" elle permet surtout à des gouvernements du monde entier de créer de nouvelles taxes et impôts et rien d’autres sinon ces pays auraient interdit à la Chine de faire parti de l’OMC
                      sur la base des droits de l’homme,des libertés syndicales,de la presse,de la personne,de l’environnement................




                      • Antoine Diederick 27 juillet 2008 03:16

                        Il y a au moins ceci et c’est une question que vous abordez dans votre article.

                        Je vais l’exprimer en posant une question :" Pourquoi depuis le début des années 80, la joie de vivre a déserté nos sociétés..... ?"


                        • Di Girolamo 27 juillet 2008 10:21

                          Article intéresant et réaliste ; mais se plaçant en observateur"cynique " et une compréhension intellectuelle désengagée : l’article d’un observateur intelligent . 

                          Ce positionnement , s’il est intéressant ne m’intéresse que très peu s’il n’est pas relié à la volonté politique d’agir : de l’observation passer à l’action même si effectivement la claire conscience des mécanismes agissant est indispensable.
                          En tant qu’acteur et résidant non en chine mais en france , il me semble que de quelque manière qu’on prenne le problème, nos sorts à tous , habitants de la planète, sont liés et les perspectives plus que très inquiétantes ;
                          et que ici comme ailleurs l’objectif d’une démocratie écologique participative et intelligente reste valable et devient même une nécessité urgente ; cette urgence j’en conviens se marrie très peu avec la lenteur de l’histoire ; pourtant cette même histoire s’est accélérée suite à la révolution industrielle et si nous voulons avoir quelque chance de limiter la casse , il faudra être capable d’inventer et mettre en place des outils politiques eux mêmes capables d’accélérer l’intelligence collective. 
                          Ce serait un grand et beau défi qu’ici et maintenant en France on crée cet outil de recherche développement sociétal produisant un modèle d’organisation alternatif assez séduisant pour s’exporter ... même en chine .
                          On peut bien sûr se foutre de moi et continuer posément à décrire sur agora vox , les tribulations d’un chinois en chine .


                          • Georges Yang 27 juillet 2008 20:28

                            Qui suis-je pour proposer une solution ? Je fais juste un constat. L’hysterie anti chinoise est telle que ceux qui en sont les portes paroles ne savent pas de quoi ils parlent. Souvenez vous des poupees au plomb et du restaurateur dont on a detruit l’etablissement a la recherche d’une fillette disparue, uniquement sur une rumeur


                          • bv36 27 juillet 2008 11:49

                            Et si on laissait cette grande civilisation poursuivre son évolution au lieu de vouloir, au choix, lui apporter nos modèles avec quelques exemples splendides : l’Inquisition, la STASI, le Klu klux klan, les Ghettos, l’éviction des Juifs en 1492, la Conquista génocidaire de l’amérique latine, le découpage généralisé à la machette en Afrique, la Burka, La scientologie, les génocides Arméniens, aborigènes, indigènes d’amérique du nord, etc ..... j’arrête là car il y aurait un méchant modèle pour chaque chinois vivant !
                            Autre interrogation : pour quelle raison achète-t-on les jouets de nos enfants Made in China ? Pour économiser quelques euros sur chacun d’eux comme si nous étions incapables de créer des jouets en France ! Se rendre esclave de la sorte d’une puissance étrangère démontre la petitesse de notre position. Quelle prétention de vouloir alors leur appliquer notre modèle de servitude !


                            • Di Girolamo 27 juillet 2008 13:27

                              "Quelle prétention de vouloir alors leur appliquer notre modèle de servitude ! "

                              Pas besoin de l’imposer : ce modèle là nous le partageons tous : il est mondialisé ; je parle de création d’un modèle alternatif ; qui lui ne peut être que relocalisé et fondé sur des démocraties participatives de proximité , le respect des peuples et des cultures.


                            • franc 27 juillet 2008 21:42

                              C’est vrai la joie de vivre a déserté nos sociétés depuis le début des années 80

                              Et je pense qu’aujourd’huis il y a plus de liberté du moins de libertés individuelles (et non collectives) en Chine qu’en Europe ou aux Etats-Unis

                              Le droit de vote n’est pas une liberté concrète-------------------------------cela peut apporter le pire:la tyrannie de la bêtise


                              • Georges Yang 28 juillet 2008 09:24

                                On ne vote pas tous les jours, on peut tres bien ne pas penser a la Constitution, au multipartisme, aux syndicats...Ca, ce sont le droits civiques. Mais la liberte individuelle, c’est fumer, boire, conduire, entreprendre et la, nous sommes de plus en plus sous reglementation


                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 juillet 2008 14:12

                                A l’auteur,

                                C’est un article d’un cynisme et d’une absurdité qui risque de passer à la postérité, avec des affirmations très discutables sur les transitions des dictatures à des régimes, disons, teintés de démocratie, des assertions qui sont à pouffer de rire tant elles sont assénées avec un air de vérité.

                                On comprend que vous êtes un adepte du régime actuel, avec sa corruption, ses écarts sociaux qui deviennent des fossés, le pays livré aux intérêts privés étrangers et locaux qui le démantèlent, socialement, économiquement, politiquement.

                                En un mot, vous êtes un super-sarkozyste pour la Chine.

                                La seule question qui mérite une réponse est : est-ce du cynisme pré-sénile, teintée de mépris envers certains lecteurs comme Forest Ent -de (très) loin plus cohérent et cultivé sur les faits que vous- ou le syndrome du parvenu qui refuse, avec le régime, tout ce qui peut toucher à sa fortune édifiée dans les conditions d’exploitation horrible, que tous connaissent, du peuple chinois ?

                                Haine des syndicats, de la démocratie politique, des idées étrangères (on s’étrangle de rire à cette assertion tant Internet et le capitalisme, choses occidentales pourtant, sont chassés de Chine), peur de voir les pauvres, ces sales pauvres prendre aux parvenus du régime, langage de petit gérant de PMI-PME chinoise qui a peur que le cours des choses change, cela ressemble au langage d’un SA allemand de 1933 ou d’un militant FN en France qui se serait sinisé pour faire bien, pardon, plus "progressiste" en colorant de "sinisation" son accès de haine sociale anti-pauvres et pro-corrompus.

                                Si Sun Yat Sen revenait, il serait bien étonné de lire un texte aussi inepte, écrit au nom de supposées valeurs "chinoises" qui ont ici l’avantage "nationaliste" de protéger les richesses de certains des revendications montantes de l’immense majorité du peuple chinois.

                                Cet "article" est un reflet "occidentalisé" de la petite bourgeoisie chinoise paniquée devant la crise que la dictature affronte et qu’elle ne peut plus contenir.

                                Vu sous cet aspect, il est au moins sincère dans sa forme indigne et dans son cynisme étouffant.

                                Très démocratiquement vôtre, cher Georges Yang





                                • Act 28 juillet 2008 14:19

                                  Georges Yang,

                                  Bravo pour votre article qui est de loin le meilleur jamais rédigé sur la situation de la Chine en ce début de siècle sur Avox et même ailleurs. Il fait le tour de la question et va même jusqu’à proposer une approche de solution fort originale concernant personnes à la sensibilité exacerbé que pourraient être les authentiques démocrates chinois.

                                  Tant pis pour ceux qui refusent de bénéficier de votre brillant exercice et des échanges qu’il ouvre, quelques soient leur raisons (naîveté, mauvaise foi ou service commandé). Ils devront juste retenir que la Chine n’est pas l’Afrique (champ d’expérimentation de toutes les fumisteries "machiaveliques"). C’est un géant qui a résolument pris son destin en main, une "valeur" bien plus sûre que l’Occident tout entier.


                                  • Georges Yang 28 juillet 2008 15:36


                                    1 PARTOUT, BALLE AU CENTRE
                                    @ P. Vassé

                                    Vous n’êtes pas d’accord avec moi, c’est votre droit, vous le dites de façon structure, contrairement à certains olibrius, qui ne savent rien mais commentent. Cela dit, vous ne dites rien sur la natalité, les coûts de productions, l’hystérie anti-chinoise qui gagne la France. Ni a la possibilité de la Chine de riposter si elle se sent menacée.

                                    La Chine est loin d’être un paradis, l’Occident veut en faire un enfer.

                                    @Act

                                    Merci pour le compliment même s’il est un peu outrancier, je ne suis ni sinologue, ni résident en Chine. Et oui, la Chine, ce n’est pas l’Afrique, elle sera plus coriace à dépecer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès